Transmis par Elna Thaur

Dirigeant du pays pour les égyptiens, il était aussi passeur et gardien de l’Arche d’Alliance. Akhénaton consacra sa vie à rétablir la vérité, en luttant contre la corruption et l’influence des faux dieux anunnaki du panthéon égyptien.

Au temps des croisades, lorsque les vents de sable chassaient encore les preuves des civilisations perdues, les chevaliers templiers se ruaient dans une campagne meurtrière. La réelle histoire de l’humanité tombait dans l’oubli, ses porteurs étaient traqués, et supprimés.

Au-delà de l’embouchure du Nil, les terres d’Egypte résistaient dignement. L’Arche de Palaidor était à nouveau opérationnelle et non conquise.

L’arche d’alliance, la porte de l’Amenti, était un portail intergalactique qui reliait la sphère d’Amenti (4D) à notre monde (3D).

Protégée par la structure pyramidale de Gizeh, et par un champ de force, seuls quelques protecteurs attitrés en obtenaient la garde. Akhénaton fût l’un d’entre eux…

L’héritage royal et ses traditions

En l’an -1398 naquît, dans la capitale de Thèbes, le jeune Amenophis IV (Akhénaton), fils d’Amenophis III (Amenhotep), un Serre-Egyptien, et de Tiyi, une Annu-melchizedek.

L’enfant portait une fréquence 9D, c’est-à-dire que 9 de ses brins d’ADN étaient activés.

Aménophis IV était une conscience pure anunnaki venue s’incarner sur Terre, originaire de Sirius.

Il n’était pas responsable des abus de pouvoir réalisés par ses confrères de la résistance, les faux dieux, qui sont mentionnés dans le Panthéon égyptien (le groupe de rebelles anunnaki portait des masques pour se faire idôlatrer).

Formé avant tout pour être Roi, Aménophis IV préférait la spiritualité aux débats politiques que lui imposait sa fonction. Il était avant tout gardien de l’Arche, mais devait aussi répondre aux fonctions administratives qu’exigeaient le statut royal.

A l’âge de 28 ans, il fût emmené dans l’intraterre pour y être entraîné. Loin d’être une simple passerelle, l’Arche d’Alliance avait été originellement conçue pour sauver les âmes piégées dans l’Amenti.

Être gardien de l’Arche revenait à être passeur, ce qui consistait à faire transiter les âmes perdues vers la Terre, pour leur offrir l’opportunité d’ascensionner. Cela exigeait une grande responsabilité, et c’est pourquoi il était secondé par l’une des plus anciennes races de notre univers, les Elohim.

Le Palais royal était chaque jour visité par des citoyens et missionnaires venant des 4 coins d’Egypte, qui prêtaient allégeance au roi pour obtenir des faveurs. Aménophis IV répondait aux exigences avec justesse et ferveur, mais la tâche était rude, car il décelait les pensées et complots de tous les hommes qui se présentaient devant lui. Beaucoup venaient flatter son égo pour s’enrichir, certains étaient honnêtes, mais peu d’entre eux avaient des pensées réellement pures. Aux côtés de Néfertiti, qu’il aimait éperdument, il siégea les premières années de son règne avec beaucoup de tempérance.

Dans le temple d’Amon où les prêtres s’affairaient, la corruption grandissait de jour en jour, et l’influence des faux-dieux se faisait encore sentir.

Les prêtres d’Amon étaient des Serres-Egyptiens, comme le père d’Aménophis IV, ce qui leur garantissait une place de choix pour conseiller le roi. Mais Aménophis IV ne leur faisait pas confiance.

Le changement : nouvelle capitale, nom, croyance…

Il choisit de s’éloigner de Thèbes et transféra son siège à Tell-El-Amarna, une nouvelle cité qu’il fonda au bord du Nil pour y faire grandir sa famille, loin du brouhaha incessant de la politique.

Dans cet élan, il modifia également le nom hérité de son père pour prendre l’appélation d’Akhén-Aton, rompant définitivement avec les traditions.

Aton était l’emblème du Soleil, l’énergie de Vie, la Source créatrice divine. C’est la première fois qu’une divinité était représentée sous une forme abstraite, stellaire, non-humaine.

Mais les changements qu’il proposa ne firent pas l’unanimité. Les dogmes, les traditions anciennes et les fausses croyances étaient trop solidement encrées au sein de la population.

Les égyptiens s’accrochaient à leurs faux dieux. En un temps de règne, c’était trop court pour changer l’esprit des hommes, qui avaient forgé toute leur vie et leurs coutumes sur plusieurs générations avant eux. Akhénaton persévéra patiemment, et avec le soutien de Néfertiti, ils continuèrent à innover.

La fissure du portail

La pyramide de Gizeh était de plus en plus occupée par les prêtres d’Amon corrompus.

Akhénaton était conscient que de jeunes enfants étaient couramment enlevés par les prêtres à leurs parents pour servir en sacrifice à des rituels sataniques. Ne pouvant rester sans rien faire, il condamna temporairement les portes de Gizeh et ferma l’accès au portail, en autorisant uniquement les races Annu de sa lignée maternelle à transiter vers la Terre.

Mais un plan fût conçu à son insu pour réutiliser l’Arche en secret…

Les gardiens de la Flamme Bleue, qui oeuvraient avec les prêtres d’Ur et Elohim, étaient aussi infiltrés.

Dans un soucis de réhabiliter toutes les âmes perdues, quelque soit leurs races, la décision Elohim fût de continuer le transit de toutes les âmes.

L’année -1362, Akhénaton découvrit son général d’armée avec d’autres gardiens de la Flamme Bleue dans les salles de l’Amenti. Il força la fermeture de l’Arche, mais le portail se fissura, libérant les âmes chaotiques de l’Underworld (dimension 1D des Enfers) dans la salle.

Grâce à l’intervention des Elohim, la brèche fût scellée, et les âmes errantes retournèrent à leur place. Puisque la sphère de l’Amenti s’était brisée en deux, toute âme cherchant à traverser le portail était désormais fragmentée elle aussi. L’arche était donc devenue inopérante, et son utilisation interdite.

Après ce drame, Akhénaton se méfiait de tout et de tous. Il sombrait doucement dans la paranoïa, voyant des conspirationnistes parmi tous ses proches. Il crût que l’interdiction d’utiliser le portail était une nouvelle ruse, et chercha à faire transiter d’autres âmes à travers l’Arche… alors les Elohim finirent par sceller définitivement l’Arche d’Alliance.

Akhnéaton n’avait plus beaucoup d’alliés parmi les rangs de la société, hormis Nefertiti et ses filles qui le soutenaient quoiqu’il arrive. La majorité des habitants n’avaient pas connaissance de l’Arche d’Alliance, c’est pourquoi ils espéraient le retour à un gouvernement traditionnel. Les complots s’affairaient de plus en plus dans l’ombre, attendant le moment opportun…

Fin d’un règne, complots et course au trône

Kiya, la 4ème femme du général d’armée Haremhab, fût assassinée avec son fils de 2 ans. Akhénaton était le coupable parfait. Il fût soupçonné d’être le commanditaire, et fût assassiné à son tour. Les conspirateurs avaient déjà prévu que la direction du pays irait à la reine, c’est pourquoi ils s’arrangèrent pour que Néfertiti soit soupçonnée du meurtre de son mari, avec son oncle.

Ce qui s’ensuivit ensuite est une guerre de trône :

En -1344 ans, le nouveau roi Smenkhare fît emprisonner et exécuté Sabathot (le demi-frère d’Haremhab), avant d’être assassiné à son tour.

Toutankhaton (rebaptisé Touthank-amon par les prêtres d’Amon) fût nommé roi malgré son jeune âge, car il se trouvait marié à l’une des filles d’Akhénaton… c’est le général d’armée Haremhab qui en avait fait sa marionnette. Haremhab, ancien gardien de la flamme bleue, s’éloignait désormais de l’Ordre pour favoriser les prêtres d’Amon, avec qui il replaçait les faux dieux au centre des traditions.

Touthankaton fût empoisonné à l’âge de 17 ans, et le siège revint à Aya, ancien prêtre d’Amon, proche conseiller et ami du général Haremhab.

Une fois Aya décédé, Haremhab se déclara enfin roi. Il dirigea l’Egypte en détruisant toutes les preuves d’affiliations avec les gardiens de la flamme bleue. Le mouvement Aton tomba dans l’oubli.

Sans protecteur attitré, l’Arche d’Alliance fût transférée sous la garde des Hibiru.

Le fiasco d’Akhénaton créa des divisions majeures parmi les rangs des Elohim, le Conseil Sirien Anunnaki et la Confédération de Râ. Depuis, les Elohim se détachèrent des humains, hormis pour apporter un soutien régulier à leurs protégés.

« Laissez les faux dieux à l’Histoire,
Consacrez votre attention au Soleil,
Baignez vos yeux dans sa lumière,
Réchauffez vos coeurs dans sa chaleur,
Nourrissez-vous d’amour chaque jour.
La lumière est chaude, flamboyante, étincelante… c’est la Vie, la source de tout, l’EnVie, l’après-Vie.
Puisse vos âmes trouver le chemin des rêves,
Vos corps bercer dans l’éternel,
Et vos actes s’acclimater au changement. »

Elna Thaur
http://encyclopedieuniverselle.e-monsite.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email