Transmis par maxime Dos Santos Handela

» Aucun de nous en agissant seul ne peut atteindre le succès. » Nelson Mandela

Pour mieux appréhender la compréhension qui nous permet de relier la fertilité des relations, il est à comprendre par soi-même les interactions relationnelles qui régissent les différentes personnalités. Pour cela, la vie psychique des individus concourent à nous faire éprouver dans les bains d’expériences les résultats des temporalités infinis qui nous relie. Réunir ce qui est épars est voie à la fois de connaissance et de reconnaissance car l’influence de l’homme sur l’homme est une évidence de vie.

Jusqu’à quelle mesure ainsi l’être humain peut aussi, dans la transparence de l’utopie, élancé dans les éléments, vers le Ciel, se faire verbe ?

L’être humain conspire ainsi à bien prendre différence entre ce qui est personnel de ce qui est individuel. Les inter-actions relationnelles, interfaces des personnalités, attends ainsi des résultats de son utopie, ceci est légitime dans la génération de nos pas et de nos conduites. Les biais cognitifs ainsi nous indique l’importance de la relation naturelle et biologique puisque cela va en primeur régir les inter-actions relationnelles avant même que l’information soit réutilisé par le champ collectif dans sa profondeur. Cette temporalité infini qui relie influe clairement sur les humains et même bien au-delà.

Transparaître l’utopie peut parfois être une oeuvre maladroite, peut placer l’individu à part, puisque en élan de lui-même aussi, mais pas que. Cela sous-entend alors qu’un individu nouveau peut être déployé et de mon point de vue, bien que les biais cognitifs, influencé par les diverses applications que celui-ci se peut d’élancer au sein de sa matière corrompue, nous indique avec clarté la possibilité d’esprit d’intelligence en chacune et en chacun. Ce que l’on croit comme pré-disposition ne sont en fait que des possibilités de laissé pénétrer par nous-même la Conscience profonde qui se rend disponible par les matériaux éthériques disponibles dans l’atmosphère d’abord de notre planète mais aussi de toutes les sphères célestes car il est possible qu’elles soient la prévision inconsciente portée et mise en Lumière pour faciliter la régénération de l’individu.

Ainsi, posons-nous cette question, qu’est-ce que la nouveauté ?

Le fait de croire, en Dieu par exemple, c’est ainsi la croyance en une société meilleure, en un homme nouveau ou plutôt régénéré par l’interaction trans-personnelle, comme une possibilité de reliance profonde aux gammes collectives, utopies variées en éveil dans le bain global dont nous sommes aussi de possibles passeuses & passeurs.

Peut-être la croyance en un Dieu unique ainsi peut faire converger les différents points de clivage dès l’instant que nous en acceptons alors sa philosophie et son alchimie naturelle, dès lors que nous portons conscience sur l’ensemble, nous devenons plus à même de reconnaître la transparence individuelle des différents plans inconscients se jouant aussi dans les existences des différentes personnalités qui en acceptent leurs aspérités pour les adoucir par la force globale, cela ne doit pas se faire par la seule volonté d’un seul individu, elle est rendue possible si nous en acceptons sa manifestation consciente, donc élargie par la seule conscience de soi-même.

Ainsi, dans nombreuses sociétés, cultures ou individus les modèles vivent avec leurs légendes, ce sont des fiertés, des survivances des applications trans-personnelles qui par le biais des interfaces rendues collectives peut aussi prendre le risque de s’enfermer dans le modèle à atteindre, pouvant provoquer racisme, mais aussi anthropie. Ce totalitarisme doit alors être clairement identifié car ceux-ci croiseront ceux des autres groupes.

Cela est rendu possible puisque le groupe alors se veut affirmer la survivance des principes même qui ont rendus possible la convergence des individus régénérés. Comme une entité qui se meut et qui souhaite par la génération et la régénération continuer de faire vivre par la fierté cette société meilleure, c’est l’humanisme qui en pleine clarté se reconnait le bon droit d’affirmer sa supériorité sur la nature pour la perfectionner et l’élargir à un niveau global, mondial et peut-être aussi cosmique.

Tout du moins, si tenté que cela soit alors élargi par la conscience cosmique, alors, l’interpénétration de ces différentes zones d’équilibre vont placer chaque groupes en interactions, en réseau, la démocratie devient nécessaire pour une fusion globale, en manque de celle-ci, les symboles qui permettent l’accélération des échanges par le rôle moteur de l’imaginaire peuvent rendre inféconds par le réseau aussi la génération de la culture.

» Comment se réapproprier les symboles archétypaux collectifs ? »

Il nous est question de transcender avant tout le cœur même de décider en cette nuance, le fait que nous intégrons à mesure d’apprentissage tous les socles d’expériences passés, il est à considéré que nous pouvons, par nous-même déterminer le futur des corps de matière. Il serait dangereux de penser qu’un futur déterminant pour nous-même puisse mener à une conscience supérieure à tout ce qui peut-être considéré comme modifications. Ce n’est qu’une ouverture naturelle enclin à déployer toute la gamme des possibilités que l’être humain est régie par les lois naturelles.

L’influence de l’observation nous fait interagir sur les processus créatifs, il est alors à considéré que tout ce que l’on considère comme des espèces, des groupes ou des entités nous fait prendre mesure de notre qualité universelle. Ainsi, ce que l’être humain conscientise est avant tout un processus émergeant des réservoirs d’énergies de l’univers qu’il utilise en s’y reliant. Nous le constatons par l’exemple du centième singe. Les corps semblent se peaufiner, ainsi, il est processus de génération. Celui-ci n’indique pas que nous soyons nécessairement responsable de ce qu’il nous est possible d’observer, aussi, quand dans la religion chrétienne Jésus nous dit » je suis l’alpha & l’oméga « , il sait le potentiel supérieur auquel chaque entité vient extraire l’énergie » Je suis l’incréé « . Cela nous montre alors l’insubordination de l’ignorance humaine qui croit se devoir de transformer le processus alchimique qui est transmutation, comme la conscience circule, les moyens cognitifs ne sont pas nécessairement les uniques géométries que l’humain a en possibilités.

Il nous est alors important de reconnaître l’humilité que les moyens mis à notre dispositions comme mécanique ne peuvent nous obliger à considérer les lentilles d’observation comme les seules capacités qui dotent ce que nous considérons comme des lois générales physiques ( invisibles & visibles ).

Texte rédigé durant les « Imaginales » 2019 d’Épinal.

https://osmosediamantx.wordpress.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email