La culpabilité est un sentiment qui nous coupe du moment présent.

Elle sape notre énergie et elle est source de confusion.

La culpabilité est souvent initiée de l’extérieure, mais nous l’alimentons de l’intérieur, et cela, souvent pendant des années. D’où vient le sentiment de culpabilité, quelles sont ses conséquences et que peut-on faire pour la dépasser?

« Je suis triste »

Il y a quelques semaines, je me suis surpris à feindre la tristesse pour amener mon petit neveu de 4 ans à m’écouter. Il voulait monter jouer à l’étage, mais je devais le garder près de moi. Je me suis couvert le visage des mains : « je suis triste, car tu ne veux pas rester avec moi.» Il ne m’a pas vraiment cru, car il avait un petit sourire en coin. Mais il a tout de même joué le jeu, et en posant sa petite main sur mon bras, il m’a dit de ne pas être triste, car il était encore là.

Ma tentative de le faire culpabiliser s’est arrêtée là. Moi même je n’aime pas lorsqu’une personne essaie de me faire culpabiliser. Et surtout, j’ai conscience des dégâts que ce sentiment peut avoir sur notre bien-être. Je reste donc vigilant au fait de ne pas susciter la culpabilité chez autrui, et surtout chez les êtres qui me sont chers.

Un moyen redoutablement efficace

Pourtant il est vrai que la culpabilité est un moyen très efficace d’amener une personne à agir selon certaines règles. Au lieu de les confronter, « Tu devrais faire ça ; ne fait pas ça, ne fait pas ci », on met une graine en eux qui va faire le travail pour nous. Une fois que la culpabilité ‘a pris’ on n’a plus besoin de forcer la personne à agir contre son gré. En effet, lorsque la personne commence à s’éloigner du ‘droit chemin’, le sentiment de culpabilité qu’elle porte désormais en elle va susciter une peur qui va la ramener à ‘la raison’. Cette peur peut prendre plusieurs formes : la peur de déplaire, la peur de décevoir, la peur de faire de la peine, la peur d’être une mauvaise personne, etc.

La culpabilité est un moyen si efficace de diriger autrui qu’on la retrouve dans tous les domaines de notre vie. Famille, culture, relations… le sentiment de culpabilité est souvent présent

Culturel et familial : Les règles de vie, qu’ils soient de la société ou de la famille, portent souvent en eux une dimension morale. Tel comportement est considéré comme bien et tel autre comme mal.

Religion : On retrouve également cela dans l’enseignement religieux où les notions de bien et de mal sont fortement présentes.

Relationnel : Notre rapport à nos parents, à notre conjoint(e), ou encore à nos enfants est souvent imprégné de culpabilité. On a l’impression d’en faire trop, ou pas assez ; de ne pas être assez bien dans notre rôle de fils, fille, père, mère, ou amant.

Santé physique et morale : on culpabilise même par rapport à notre état d’être : « Je suis désolé d’être triste, d’être fatigué, de ne pas être motivé, … »

La culpabilité est donc comme une graine que quelqu’un sème en nous. Nos parents, nos enseignants, et la société sèment cette graine en voulant notre bien, en espérant nous protéger et en souhaitant nous donner les chances de réussir. Mais ce moyen de transmettre est basé sur la peur, et la peur finit toujours par nous éloigner de notre nature véritable.Quelles sont les conséquences de voir le monde à travers le filtre de la culpabilité?

Vivre avec le sentiment de culpabilité

Une prison imaginaire

Les sentiments de culpabilité nous limitent dans nos possibilités. Ils nous forcent à suivre un chemin qui n’est pas toujours le nôtre. Avec la culpabilité vient une sorte de superstition. Dès qu’une personne s’éloigne de ce qu’elle croit être bien, puis qu’elle fait face à un obstacle, elle risque de percevoir ça comme une ‘punition‘, car elle a ‘fauté’. Il est déjà difficile de sortir de sa zone de confort, d’affronter le changement. Si en plus, on ne cesse de se dire que « c’est mal, qu’on ne devrait pas », on risque de se retrouver coincé dans une vie étroite que l’on n’a pas choisi, et qui ne nous convient pas.

Ressentiment et rejet

Un des autres effets de la culpabilité c’est le risque de rejeter notre passé. Une personne qui subit un fort sentiment de culpabilité au quotidien va vouloir fuir cette souffrance. Elle risque alors de rejeter les personnes avec qui elle associe sa culpabilité en espérant la diminuer. Elle va transformer la culpabilité en un sentiment de ressentiment, voire de haine. Ce scénario arrive souvent dans les familles où l’un des parents est très culpabilisant. L’enfant se sent étouffer et va chercher à s’éloigner. Plus il fait cela et plus le parent va le faire culpabiliser pour le garder auprès de lui. On voit comment cette dynamique risque de créer une rupture douloureuse. Une personne risque donc, pour ne plus subir l’emprise de la culpabilité, de rejeter des personnes qu’elle aime.

Confusion

Ressentir de la culpabilité est également source de confusion. En grandissant on réalise que nos parents ne sont pas parfaits, que les croyances que l’on nous a transmises sont parfois bancales, que notre vision de ce que la vie devait être à 30 ans (ou à 40, 50, ..) ne corresponds pas du tout avec notre réalité. En d’autres termes on ne sait plus ce qui est souhaitable ou à éviter, ce que l’on devrait faire ou ne pas faire. Et même si on continue à se laisser guider par notre culpabilité, on réalise que le monde autour de nous ne semble plus fonctionner avec les mêmes règles. Tout cela est source de confusion et d’inquiétude voir d’angoisse.

Comment dépasser le sentiment de culpabilité?

L’important est de mettre en lumière notre sentiment de culpabilité, puis d’aller voir plus en profondeur, ce qui s’y cache derrière.

Aller au fond du puits

Le sentiment de culpabilité nait du besoin de plaire (convenir, faire plaisir) à une autorité, personnifiée ou abstraite, tels nos parents, notre patron, la société, ou encore Dieu. Derrière ce sentiment de culpabilité, il y a donc toujours la peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être une personne bien, et ultimement de se retrouver seul, abandonné. En d’autres termes, on a besoin de l’approbation d’une autorité pour exister.

Mais voilà, vous existez, indépendamment des notions de bien et de mal. Il suffit de ramener son attention sur le flot de sa respiration pour en prendre conscience. Lorsqu’on revient vers soi, le sentiment de culpabilité se dissipe, car il n’a plus d’emprise. Lorsque l’on est dans le moment présent, on se sent exister. La vitalité que l’on ressent alors balaie le besoin de reconnaissance. On réalise que tout est déjà là, que l’on n’a pas besoin d’agir de telle ou telle façon pour exister. La culpabilité et les peurs qu’elle cache laissent alors place à un sentiment de bienveillance que l’on ressent envers soi et envers les autres.

Inspirer plutôt que faire culpabiliser

Lorsque l’on se libère du sentiment de culpabilité, on réalise qu’il y a des moyens bien plus sains d’éduquer et de transmettre. Il est de rappeler sans cesse à l’autre qu’on l’apprécie et qu’on l’aime malgré ces faiblesses et ces doutes. Il est d’inspirer l’autre à agir selon son cœur et non selon ses peurs. Ce qui est intéressant c’est qu’une personne qui agit selon son cœur aura tendance à se faire du bien et à faire du bien aux autres.

Conclusion

Si aujourd’hui vous avez conscience que le sentiment de culpabilité est bien présent dans votre vie, c’est une opportunité d’aller plus en profondeur en vous même. Saisissez ce sentiment et suivez-le pour voir ce qu’il cache. Est-ce la peur de ne pas être une personne bien ? de vous retrouver seul ? Touchez du doigt cette peur imaginaire, puis ramenez votre attention sur l’instant présent. Si vous faites cela pendant quelques jours, le sentiment de culpabilité perdra peu à peu son emprise sur vous.

Méditer régulièrement vous aidera ensuite à approfondir cet état d’être qui est un état libre de peurs et de jugements.

C’est très libérateur de vivre sans avoir besoin de l’approbation d’une figure d’autorité. On ne va pas pour autant faire n’importe quoi. Bien au contraire, agir à partir de cet état, nous permet d’être plus authentiques et de mieux contribuer au monde.

Source : http://pratiquer-la-meditation.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email