David Wilcock et Corey Goode

Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Et nous explorons le témoignage fascinant d’un initié nommé Corey Goode. Merci d’être dans notre émission.

CG: Merci.

DW: Donc, lorsque nous nous sommes arrêtés pour la dernière fois, nous parlions de la CPI, ou du Conglomérat interplanétaire d’entreprises, comme on les appelle, qui a utilisé la puissance industrielle de la Force militaire et commerciale des États-Unis après la Seconde Guerre mondiale pour créer une expansion massive.

Maintenant, vous avez dit qu’il y avait un embryon de base sur la lune qui était minuscule, et avait été construite par les Allemands, qui l’ont ensuite considérablement agrandie grâce à la CPI. Et vous avez aussi dit qu’il y a eu beaucoup de tentatives ratées dans les bases sur Mars, et que certaines bases en fait, bloquées ont pu se maintenir et être reconstruites

CG: Exact.

DW: OK, parmi ces premiers embryons de bases spatiales sur Mars, combien ont perduré ? Et où étaient-elles situées?

CG: Les deux premières colonies allemandes qui sont réellement arrivées sur Mars se trouvaient dans les 20 premiers degrés des régions polaires. Il y en avait une en particulier que la CPI utilisait pour s’étendre et se développer. Et celle-ci se trouvait dans une zone de canyon, dans le flanc d’un canyon, et avançait quelque peu sous la surface de Mars, et non en surface.


DW: Et vous avez dit que la façon dont ils avaient creusé pour gagner plus d’espace à l’intérieur de la Terre était l’utilisation de bombes nucléaires de type Cinquième Génération, où ils ne font que créer une explosion soudaine, sans aucune radioactivité persistante?

CG: Oui.

DW: La base devenue pilier principal de la colonisation, était-elle dans l’hémisphère Nord ou Sud?

CG: L’hémisphère nord était l’endroit où fut érigée la première base principale qui avait au début de sa construction, un nom allemand.

DW: OK.

CG: Et elle a été construite de façon gigantesque. Elle a été construite pour contenir un grand nombre d’ingénieurs et de scientifiques. De plus, à quelques pas de là, on a construit un complexe industriel où ils allaient commencer à produire les fournitures dont ils avaient besoin, la technologie dont ils avaient besoin, qui venait des matières premières qu’ils extrayaient sur Mars, sur les lunes et dans la ceinture d’astéroïdes.

Ils ont pris ces matières premières, les ont transformées en matériaux utilisables, et même en composites, et ont créé ce dont ils avaient besoin dans ces petites usines, dès le départ.

DW: Alors, quelle était la technologie qu’ils souhaitaient mettre en place au début? Quelle a été leur première tentative? Que voulaient-ils faire?

CG: Ils construisaient ce qu’il fallait pour s’étendre sur Mars.

DW: OK.

CG: Au début, ils construisaient juste ce qu’il fallait pour agrandir leur infrastructure sur Mars.

DW: Alors, est-ce que sur Mars, ils fabriquaient des matériaux de construction à partir de ressources locales, comme vous l’avez dit tout à l’heure, avec des sacs en Kevlar et ensuite ils fabriquaient du béton provenant de la sphère martienne? Quelle était la technique de construction? Vous avez dit que ces installations industrielles fabriquaient ce dont ils avaient besoin.

CG: Oui, ils fabriquaient — les matières premières provenaient des ressources minières exploitées sur Mars, sur diverses lunes et sur la ceinture d’astéroïdes.

Ces matières premières étaient transportées vers les zones industrielles martiennes, situées plus loin que les colonies, pour être transformées en matériaux utilisables, ou pour être fondues en certains métaux utilisés dans des colorants ou pour créer des formes ou pour la transformation de matériaux composites.

DW: Eh bien, vous touchez à quelque chose d’intéressant maintenant parce que vous décrivez l’exploitation minière qui ne se produit pas seulement sur la lune ou sur Mars. Ce n’était donc pas à portée de main – je suppose qu’il fallait encore construire des installations pour exploiter les mines sur ces lunes ou astéroïdes ou ailleurs.

CG: Certains de ces astéroïdes sont incroyablement immenses et là où ils opéraient, il y avait des équipes de trois à quatre hommes qui vivaient sur ces astéroïdes.

DW: Trois ou quatre personnes?

CG: Trois ou quatre personnes. Et ils exploitaient ces installations minières. Beaucoup de travaux se faisaient par robotique et à distance, via des machines éloignées. Les matières premières étaient ensuite transportées dans ces gros navires de charge, puis ramenées sur la planète Mars jusqu’ à l’installation vers laquelle elles doivent être acheminées. Ensuite, les matières premières étaient extraites du vaisseau et transformées en matériaux nécessaires.

DW: Vous avez dit dans un épisode précédent que les Allemands avaient découvert, par le biais de l’assistance extraterrestre, ces portails sphériques et naturels qu’ils pouvaient utiliser pour téléporter quelque chose d’aussi grand qu’un cuirassé vers Mars ou ailleurs. Y avait-t-il de tels portails naturels à leur disposition sur ces astéroïdes ou sur les lunes? Alors pourquoi devraient-ils utiliser une navette, c’est vraiment ce que je me demande.

CG: C’était tout simplement plus pratique pour eux de transporter ces matériaux dans ces gros navires de charge à destination et en provenance de la ceinture d’astéroïdes et des lunes vers ces endroits.

DW: Si nous voyions un de ces navires, à quoi ressemblerait-il?

CG: C’est presque comme un conteneur d’expédition super grand avec des petites ailes de chaque côté qui sortent à peine. Les ailes n’ont pas l’air assez grandes pour utiliser le principe de Bernoulli pour voler dans une atmosphère, mais il y a quand même des ailes annexes, très petites. Et l’avant a un angle de 45 degrés où se trouve le cockpit. Et la partie arrière est essentiellement comme un gros camion ou un conteneur d’expédition. Cette partie est détachable. Mais je ne l’ai jamais vu détaché. Je ne les ai vus que s’attacher, aller et venir.

DW: Vous avez dit que l’appareil allemand d’origine utilisait ce système de propulsion au mercure, le mercure tournant. Quelle était la source d’énergie pour une embarcation comme ces conteneurs d’expédition? Utilisaient-ils toujours le mercure à ce moment-ci? Ou bien avaient-ils un système de propulsion plus avancé?

CG: Ils utilisaient des systèmes de propulsion plus avancés, et il y a différents types de systèmes de propulsion. Il y a les systèmes de torsion, que beaucoup appellent moteurs de distorsion.

DW: Les gens du programme actuel disent que c’est un moteur de distorsion? Ou vous dites qu’ils sont juste des non-initiés?

CG: Nous considérons que c’est un moteur de distorsion. Il crée un champ de torsion. Vous avez le moteur, et de chaque côté, vous avez une torsion venant du centre de l’appareil sur la sortie.

DW: Le champ?

CG: Le champ, le champ de torsion. Et ensuite, ils contrôlent la quantité d’énergie qui va dans la torsion, de chaque côté du champ.

Et cela fait tourner l’espace-temps, le faisant tourner dans une direction ou dans une autre, parce qu’il est essentiellement identique au moteur de distorsion décrit dans Star Trek. Et il y a–

DW: C’est donc presque comme si cela créait une colline dans l’espace-temps, dans laquelle elle tombe à mesure qu’elle avance.

CG: Exact. Et il y a des commandes de saut temporel qui sont extrêmement avancées. Ils ont dû placer des tampons sur ces disques temporaux pour que les gens ne sautent pas dans l’espace-temps dans notre région.

DW: Voyage dans le temps.

CG: Exact. Et ça fonctionne presque comme la téléportation. C’est instantané.

DW: Alors, quelle était votre compréhension du temps tel qu’il vous a été présenté?

Ont-ils expliqué les divergences entre la physique du temps, comme Einstein qui dit qu’il est unidimensionnel, et que cela ne fait qu’avancer?

CG: Oui. Fondamentalement, ils ont montré une des équations d’Einstein. Il était proche. Il avait juste besoin de retourner une équation à l’envers. Ses dernières propositions qui ont été supprimées, étaient encore plus proches. la médecine, c’est comme si on traitait la fièvre avec une saignée. C’est tellement arriéré comme façon de penser.

DW: Très bien, restons aux commandes pendant une minute.

Ainsi, vous avez l’espace-temps, comme le fait d’extraire la graine de citrouille de vos doigts, où elle tombe dans le trou qu’elle crée.

CG: Oui, la torsion.

DW: Entraînement de torsion. Ensuite, vous avez cette impulsion temporelle, où vous pourriez voyager dans le temps, mais vous dites qu’ils y mettent des tampons. Et pourquoi ont-ils besoin des tampons?

CG: Eh bien, pour empêcher les gens de le faire exprès, et il y a aussi des accidents. Ils avaient en fait mis au point un dispositif de communication, qui était basé sur quelque chose que vous avez mentionné plus tôt, l’intrication quantique.

DW: Exact.

CG: Et chacun de ces dispositifs prenait un isotope alors qu’ils étaient enchevêtrés quantiquement.

DW: Exact.

CG: Et ces appareils, vous pouviez parler dedans, et ils avaient aussi la vidéo. Et aucun signal n’était envoyé entre eux. Ils étaient complètement sécurisés et introuvables.

DW: Exact.

CG: Et ils les appelaient appareils de communication à corrélation quantique. Et c’était dans les vaisseaux.

Et si une personne avait fait un mauvais saut et qu’elle se retrouvait quelque part ou dans un certain temps où elle ne devrait pas se trouver, les deux isotopes auraient été en désaccord, je crois qu’ils l’appelaient ainsi, pour une certaine quantité de nanosecondes.

Et ils pouvaient calculer quand et où se trouvait la personne ou l’autre appareil en calculant combien de temps il fallait aux vibrations pour revenir en harmonie.

Pouvez-vous parler à quelqu’un d’autre à un autre moment par intrication quantique?

CG: Mm-hmm.

DW: Vraiment? Wow.

CG: Tout ce qui est enchevêtré quantique, peu importe jusqu’où vous les séparez dans la dimension, la réalité, le temps, l’espace, ils restent enchevêtrés.

DW: Et par l’effet Doppler, le temps de latence, vous pouvez calculer les coordonnées spatiales et temporelles de l’endroit où cette personne a fini par tomber?

CG: Exactement.

DW: Avez-vous vécu des paradoxes du temps, comme ça? C’est une des raisons pour lesquelles ils ne veulent pas que les gens reviennent? Peuvent-ils perturber notre chronologie?

CG: Il y avait beaucoup d’expériences de personnes remontant dans le temps et faisant des expériences. Et ils disaient, oh, nous avons créé tous ces calendriers divergents. Et puis ils envoyaient des équipes pour essayer de les réparer et aggraver les choses.

Et finalement, ils ont réalisé que le temps est comme l’espace. C’est élastique. Et tous ces paradoxes s’effondrent et reviennent à une singularité.

Et le fait que notre conscience contrôle ces échéances, a aussi une incidence sur ces échéanciers et sur le calendrier que nous allons suivre — nous choisissons consciemment le calendrier dans lequel nous allons être.

DW: Revenons à ce que nous essayons de couvrir dans cet épisode pour l’instant, à savoir que certaines personnes se déplacent dans le temps, et qu’il y a des colonies dans notre système solaire.

Si on regarde l’histoire, vous avez la lune en premier, puis Mars. Peu de temps après leur arrivée sur Mars et leur campement stable, ont-ils commencé à construire des installations sur des astéroïdes ou d’autres lunes?

CG: Presque immédiatement.

DW: Vraiment?

CG: Oui, les Allemands avaient déjà commencé l’extraction minière sur certains astéroïdes. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles la CPI voulait s’ y rendre.

Ils ont entendu dire qu’il y avait des astéroïdes qui avaient du platine et de l’or.

Et la discussion ici-bas sur Terre sur le fait qu’il y a une divergence dans l’or, l’or étant rare, l’argent étant rare, c’est une manipulation totale. Je veux dire, juste sur Terre, les syndicats ont caché un tas d’or.

DW: Exact.

CG: Il y a des tonnes d’or. Et l’or qu’ils trouvent dans ces ceintures d’astéroïdes, atomiquement vous regardez l’or de la Terre et cet or, ils sont les mêmes. Ils n’ont pas de structures atomiques différentes. C’est de l’or.

 

Il y a donc beaucoup d’or dans le système solaire et tant de tonnes d’or, de platine, d’argent et d’autres éléments dans la ceinture astéroïde.

DW: Pouvez-vous réellement trouver des astéroïdes entiers qui sont comme un morceau d’or ou un morceau d’argent?

CG: Eh bien, je ne dirais pas qu’ils sont entièrement une grande pépite d’or, mais ils sont beaucoup d’or. Il ne faut pas beaucoup de raffinage pour séparer l’or du substrat rocheux, ou de ce qui était auparavant le substrat rocheux, dans lequel il se trouve.

DW: Eh bien, je pense que s’ils voulaient se battre contre un astéroïde comme celui-là, il faudrait un gros engin. Quelles étaient donc les dimensions d’origine des embarcations que les Allemands utilisaient alors qu’ils procédaient à cette expansion vers l’extérieur?

CG: Petit. Ils s’envolaient vers ces grands– je veux dire, imaginez cet énorme astéroïde et ce petit vaisseau. Ils atterrissent sur ces astéroïdes, puis ils installent des installations minières et creusent lentement de plus en plus dans ces astéroïdes jusqu’ à ce qu’ils deviennent de plus en plus creux. Eh bien, ces astéroïdes sont constamment frappés par de plus petits astéroïdes et ce genre de choses.

Vous avez des conditions de travail plus sûres à l’intérieur. Donc la plupart de ce qui se passe est plus loin dans l’astéroïde. Et une fois qu’ils avaient rassemblé une certaine quantité de matière première, qu’il s’agisse d’or, de platine ou de n’importe laquelle de ces autres choses, on la mettait dans ces grands porte-conteneurs et ensuite on l’envoyait à sa destination pour qu’elle soit transformée en matériaux utilisables.

DW: Quand je parlais à Pete Peterson, il a décrit les propriétés vraiment intéressantes d’un métal appelé bismuth. Et il a dit qu’on pouvait l’extraire dans un fil très, très long, puis faire une bobine de bismuth et y faire passer du courant électrique, et toutes sortes de choses bizarres commencent à se produire.

CG: Oui, je crois que c’est ce qui est utilisé dans les armes Gauss.

DW: C’est quoi Gauss– Gausskin?

CG: Les armes à feu, les armes qui sont fondamentalement comme les armes à feu sur rail.

DW: Oh.

CG: Quand ils les ont démantelés pour me montrer, ils avaient des tiges qui descendaient le long du canon et ensuite ce fil fin, qu’ils appelaient la bobine, qui longeait l’extérieur et qui fonctionnait essentiellement comme un canon à rail.

Un champ électromagnétique pulsé. Et un champ électromagnétique s’est propulsé dans la canne et a envoyé un projectile… je ne m’en souviens plus. On aurait dit 5 000 km/h. C’était comme une vitesse incroyable. Et les projectiles étaient juste en dessous du calibre 50.

DW: Wow.

CG: Et au fond, il y avait un lance-grenades. Et ces grenades étaient comme des obus de fusil de chasse de calibre 20, de taille et de forme semblables – ils ne ressemblaient pas à des obus de fusil de chasse – qui ont été lancés d’une manière similaire et qui contenaient un explosif de type plastique très perfectionné qui donnait un rapport ou une explosion beaucoup plus importante qu’un lance-grenades M203. Et c’étaient les fusils que les gardes portaient.

DW: La CPI ou les Allemands ont-ils mis au point une technologie informatique avancée plus rapidement que nous ne l’avons fait sur Terre qu’ils pouvaient commencer à utiliser dans toutes ces activités d’extraction robotisée?

CG: Oui. Ils ont eu des ordinateurs, des systèmes informatiques et des ordinateurs quantiques depuis bien plus longtemps que Bill Gates et IBM n’ont commencé à produire des cartes mères et des puces intégrées.

DW: Pouvez-vous donc nous expliquer maintenant – quand les Allemands ont commencé, quelle était l’année approximative de leur premier campement stable sur la lune? Vous savez exactement?

CG: Je sais que c’est à la fin des années 30 qu’ils utilisaient une installation plus ancienne, pressurisée et utilisée pendant qu’ils construisaient une autre base plus petite.

DW: C’était comme le type de ruine de la race des Anciens Bâtisseurs qu’ils ont trouvé?

CG: A droite

DW: OK.

CG: Et puis c’était au début des années 40, je pense, qu’ils ont complété cette petite base.

DW: Quand la première base stable a-t-elle duré sur Mars?

CG: Je pense qu’aux alentours de 52 à 54, c’est quand ils ont vraiment commencé à faire signer les accords par les États-Unis, et qu’ils venaient à peine de bien s’implanter sur Mars. Ils ont vraiment eu beaucoup de revers sur Mars. Ils ont perdu beaucoup de vies.

DW: C’est presque comme une lutte de 18 ans.

CG: Oui. Je veux dire, ils ont vraiment fait le travail de pionnier sur Mars.

DW: Mais ils ont mieux réussi à construire des installations minières sur les astéroïdes et les lunes avant de stabiliser Mars?

CG: C’était en même temps.

DW: Oh.

CG: Oui. Une fois qu’ils avaient une zone stable pour l’appeler leur propre territoire, ils commençaient alors leurs opérations minières. Et leurs activités minières étaient plus… Je suppose qu’un géologue parcourait une grande région et ramassait certaines roches, prélèvait des échantillons, des carottes, pour se faire une bonne idée et marquer certaines zones et grilles. Je pense qu’il s’agissait plutôt d’une excavation pour trouver ce qu’il y avait dehors. Et lorsqu’ils trouvaient certaines choses dont ils avaient besoin, ils commençaient de petites exploitations minières.

DW: Quelqu’un de la Terre que nous connaissons, comme un président ou un premier ministre, n’ a-t-il pas eu l’occasion de démasquer tout ça et révéler la vérité sur cette mascarade, dès le début? Ont-ils pu se rendre compte de ce qui se passait et savoir dans quoi ils étaient impliqués?

CG: Je crois qu’Eisenhower l’a peut-être fait. C’est lui qui a fini, ironiquement, par être général pendant la Seconde Guerre mondiale, j’imagine qu’il a eu beaucoup de mal à accepter de signer des traités avec ces groupes dissidents allemands.

DW: Oh, ouais.

CG: J’imagine que ça a été très dur pour lui. Mais je pense qu’il s’est retrouvé après–en 1952, les choses se sont vraiment enflammées parce que nous avons refusé les offres et les demandes.

Les Allemands faisaient beaucoup de demandes pour avoir accès aux États-Unis et à nos ressources dans le cadre d’un traité. Et on le niait. On essayait de jouer les durs à cuire.

Et par le biais de l’opération Paper Clip, ce groupe dissident secret allemand savait que la plus haute loi du pays était que les Etats-Unis voulaient qu’aucun de leurs habitants ne sache l’existence d’extraterrestres ou de technologies de pointe, alors ils utilisaient cela contre nous pour nous forcer à signer un traité avec eux.

Et dans ce processus, je suis sûr qu’Eisenhower, et plus probablement, tous ces hommes d’affaires, n’y ont vu que la promesse de dollars, et ont ainsi obtenu de maintenir cette mascarade, et ne rien révéler, puisque ces hommes d’affaires étaient à 100% partie prenante et voulaient exploiter tout ce que les Allemands avaient trouvé.

DW: Bien sûr, c’est logique. Je n’ai pas vraiment bien compris, tu as juste dit : « lunes et astéroïdes ». De quelles lunes parlons-nous? Combien de lunes dans notre système solaire? Parce qu’il y a beaucoup de lunes dans notre système solaire.

CG: Oui.

DW: Il y en a au moins 100.

CG: Exact. Il y en a beaucoup plus que 100.

DW: OK. Jusqu’où ça va, alors? Et combien s’est-elle étendue au fil du temps? Quelles sont les premières lunes qui ont été conquises ou sur lesquelles on a atterri?

CG: Tout cela est très délicat sur le plan diplomatique parce que beaucoup de lunes sont interdites à tout le monde parce qu’il s’agit d’un territoire diplomatique qui appartient à certains de ces 40 ou 60 groupes.

DW: La Super Fédération.

CG: Les gens de la Super Fédération, en particulier autour de Saturne.

DW: Vraiment? Saturne a beaucoup de lunes.

CG: Oui, oui, oui. Mais il y avait beaucoup d’activité autour des lunes de Jupiter.

DW: Allemands et citoyens de la CPI?

CG: Mm-hmm. Et Uranus. Et puis la ceinture d’astéroïdes. Mais je ne connais ni les noms de lune, ni les ressources qu’ils exploitaient, ni les éléments ou les ressources qu’ils utilisaient, à partir de quel corps planétaire.

DW: Eh bien, Io est l’un de ces étranges satellites naturels qui a tous ces volcans et des choses comme ça autour de Jupiter. Et c’est tout près, et il fait très chaud. Une lune pareille est-elle trop inhospitalière pour qu’ils y atterrissent?


CG: Oui, il y en a certaines auxquelles ils n’ont pas pu avoir accès. Je me souviens d’avoir lu – qu’il y avait une lune qui tournait autour d’un géant de gaz qui dégageait un nuage d’un élément qu’ils recueillaient, ils se rassemblaient dans l’espace derrière la lune. Je sais que ça semble ridicule.

DW: Non, pas du tout, en fait.

CG: Je n’ai rien vu qui dise qu’une lune autour d’un géant du gaz crache des trucs dans l’espace, mais–

DW: Eh bien, je l’ai fait. Io, comme nous venons de le dire, a des volcans très actifs qui dégoulinent d’un tas de particules–

CG: Dans l’espace?

DW: –qui ont créé un anneau qui ressemble à une soucoupe tombant, quand la soucoupe tombe et que ça fait ça en quelque sorte, quand elle s’arrête. Cet anneau pointe avec le champ gravitationnel de Jupiter. Et il y a eu une augmentation significative de la densité des particules de cet anneau depuis les années 1970, dont la NASA a fait le suivi.

CG: Ont-ils fait une analyse spectrale de ce que le produit chimique sort?

DW: Oui, et il y a plein de trucs bizarres dedans comme l’argon et le néon, l’hélium et l’oxygène et beaucoup de choses que nous pourrions utiliser.


CG: OK.

DW: C’est donc logique pour moi.

CG: OK.

DW: Chaque fois que je vous pose des questions, j’apprends plein de nouvelles choses. C’est vraiment époustouflant. C’est « Divulgation Cosmique » parce que vous devez savoir. David Wilcock, à la prochaine fois.

https://spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-conquering-the-solar-system.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ELISHEAN Portes du Temps, et j'en suis très heureuse. Ce site a besoin de vous, pour perdurer et tenter de toujours mieux vous satisfaire.

Si vous pensez qu'un livre mérite d'être lu par le plus grand nombre, n'hésitez pas à me le faire savoir via le formulaire de contact.

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site de plusieurs façons, en achetant vos livres sur Amazon via le site, et/ou en faisant un don sécurisé sur PayPal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Miléna

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension individuelle et collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com



Copyright les Hathor © Elishean/2009-2020/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email
Annonces