Transmis par Alain Rech

Exposé de l’influence de la gravité sur la conscience

« Il avait une idée, il s’étonnait de ne pas avancer, c’était une idée fixe »

La conscience, individuelle et collective, hors et au-delà d’une intention délibérée, est soumise, par défaut, à la force d’attraction hypnotique des croyances. Cette force agit en tant que centre de gravité et contraint parfois la conscience à se singulariser, s’identifier et à se limiter à la nature et à la forme des croyances qui impactent sa trajectoire.

Lorsqu’à terme, la croyance, à force de preuves avérées et d’attention focalisée, devient une vérité incontestable, elle amène l’attention (énergie créatrice de la conscience) à s’identifier à la croyance et à l’intégrer dans le processus de création de la réalité. Cette croyance intervient alors en tant que filtre qui influence la nature de l’interprétation de cette réalité. En fait, cette réalité est un effet rétroactif apparemment objectif, mais pourtant éminemment subjectif et peut-être même fictif. De plus cette Réalité émane d’une croyance arbitraire de nature fluctuante et éphémère qui donne naissance à des créations instables.

La conscience a la possibilité de se dédoubler, s’expanser, se subdiviser, se superposer, s’emboîter etc. ; elle contient et répand toute l’information qui circule dans l’univers ; elle est donc omniprésente, omnisciente et omnipotente car elle est la source de l’essence de toute existence, expression et manifestation.

« Tout vient du tout et tout va au tout »

Tout est information et communique avec tout, tout interagit avec tout par rayonnement, résonance, vibration à travers un spectre étendu de fréquences d’ondes et de particules ondulatoires, allant de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

L’individu, entité humaine singulière, fonctionne actuellement à partir de : « Il croit ce qu’il voit, alors que ce qu’il voit n’est que le reflet de ce qu’il croit ». Ce cercle illusoire virtuel enferme sa conscience primaire limitée dans l’oubli total d’une vision plus étendue. Il se souvient seulement de ce qu’il devrait oublier, ce passé qui n’a plus de réalité. Il oublie ce dont il devrait se souvenir absolument, la nature véritable de son Être. Son interprétation est fondée essentiellement sur l’apparence de ce qu’il voit sans chercher à découvrir ni établir la cause réelle de ce qu’il voit et croit.

La gravité, causée par les croyances et systèmes de croyances qui régissent la nature de la réalité de chaque instant, peut jouer son rôle déterminant seulement parce que l’individu s’identifie complètement à ses propres croyances ainsi qu’aux systèmes de croyances collectifs. Sa perception et son interprétation des faits objectifs sont filtrées par la nature des croyances virtuelles car d’origine entièrement subjective.

L’identification, très souvent inconsciente, devient transparente à l’observation car l’individu oublie son adhésion à des croyances antérieures qui enferme la conscience dans un registre prédéterminé. L’interprétation de la réalité, propre à chacun en fonction de ses filtres, entretient l’illusion d’une séparation entre les individus et avec les éléments de l’environnement. Par ailleurs, ce qui est singulier ou distinct n’est pas cause de séparation, ce n’est qu’un aspect différent d’une seule et même chose.

L’attention, cette source d’énergie créatrice, est alors complètement incarcérée, calcifiée, parfois même fossilisée, dans ces multiples indentifications qui sont la source de nombreuses carences ou absences d’énergie lors des créations délibérées (c’est comme un tuyau d’arrosage percé d’une multitude de petits trous où l’eau s’échappe faisant défaut à sa sortie). Ces identifications sabotent le cours naturel de la création d’une réalité particulière ; les croyances, encore dotées d’énergie, auxquelles l’individu s’identifie ou s’est identifié sont toujours agissantes et viennent interférer avec la nature de l’intention originelle.

En regard des considérations précédentes et afin de se libérer de l’emprise de la gravité qui réduit le champ d’observation et de création de la conscience, il paraît important, voire indispensable, d’observer, de découvrir et de libérer les identifications réductrices qui obstruent, réduisent ou même annihilent la force créatrice de l’attention. Cela contribue à rendre à l’attention libre son plein potentiel créateur et à la conscience de s’élancer vers de nouveaux plans plus subtils et des paradigmes plus cohérents avec la nature véritable d’un univers connecté.

Il est important pour l’humain de s’affranchir de ses propres limitations en reprenant la responsabilité de ses propres créations sans se réfugier derrière la fatalité ou d’autres causes extérieures car il n’y a que lui et lui seul face à lui-même. D’autre part, il est alors nécessaire d’engager un processus de « désidentification » aux éléments qui le soumettent à fonctionner par défaut afin d’installer un nouveau programme émanant d’une véritable intention primordiale entièrement délibérée.

En rapport avec le potentiel illimité de la puissance de l’énergie libre (Tesla) et de ses prodigieux pouvoirs, l’attention libre ouvre à l’individu l’accès à un spectre étendu de fréquences lui permettant de franchir les limites imposées par la gravité. Sa conscience, ainsi libérée de ses propres entraves, l’invite à voyager à travers les univers et à vivre pleinement la merveilleuse et prodigieuse Aventure de la Conscience.

Alain Rech

Ci-dessous, quelques définitions précisant le sens des mots utilisés au cours de cet exposé.

Conscience : Matrice qui contient tout l’univers et toute l’information. Mémoire vivante de tout ce qui est.

Gravité : Attraction hypnotique soumettant la conscience à l’identification

Attention : Energie créatrice de la conscience qui rend réel ce sur quoi elle se pose, se focalise et s’immobilise.

Intention : Information portant une idée primordiale, générée par une inspiration ou une intuition, s’insérant dans l’espace universel. Elle ouvre un champ de conscience dans le vide quantique qui initie une vision étendue et oriente l’Attention pour sa mise en œuvre

Réalité : Fiction de faits objectifs apparents, virtuels ou holographiques, fondés sur des interprétations subjectives provenant de croyances opérantes

Croyance : Amalgame d’idées volatiles, de superstitions, de jugements, d’à priori, de préjugés, de comparaisons etc. constituant un socle solide qui influence et filtre les observations et interprétations de faits paraissant réels ; pouvant devenir à terme une « vérité » servant à justifier les actes et comportements qui en découlent

Identification : Procédé qui consiste à s’approprier, à prendre la forme, à devenir l’expression de la croyance et à agir en tant que cette croyance.

Identité : Egrégore de forme-pensées constituant une entité définie et matérialisée

Egrégore : Ensemble de formes-pensées agglomérées, pour ne pas dire intriquées, au sein d’une identité individuelle ou collective, pouvant constituer un puissant vortex énergétique

Energie : Force de cohésion qui baigne, pénètre, rempli et anime tout ce qui Est. Elle peut être chargée négativement ou positivement. Pour que l’Energie de l’Attention soit libre, elle doit être neutre, c’est-à-dire libre de l’influence de filtres extérieurs.

Mémoire : Conservatoire des expériences vécues au cours d’une trajectoire d’incarnation appartenant au passé tout en le constituant, donnant au temps l’impression d’exister.

Temps : Les Mayas disent : « Le temps est une fréquence ! ». Il n’est ni linéaire, ni circulaire, c’est la fréquence de la synchronicité. C’est ce qui explique pourquoi la Nature n’est qu’harmonie et pourquoi tous les couchers de soleil sont beaux.

Présence : Vigilance à l’instant, hors de l’influence du passé ou de stimuli extérieurs, ouvrant une page vierge à chaque instant.

Densité : Cristallisation des formes-pensées matérialisées sous l’effet de basses fréquences.

Taux vibratoire : oscillation accélérant ou ralentissant la vitesse de rotation de l’énergie, déterminant la nature de la fréquence opérante.

Apparence : Désignation, description ou définition de faits, d’objets, d’évènements, de situations, d’états, perceptibles à travers les sens physiques

Fréquences : Longueurs d’ondes électromagnétiques qui font vibrer l’énergie et les particules ondulatoires. Chaque fréquence, comme une station radio, détient et émet de l’information et propose un programme d’activité spécifique dont la nature est en rapport avec le stade d’évolution de la conscience qui s’y branche.

http://coeursallies.unblog.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email