Les Wingmakers

Le Message de la *CHAMBRE 06*

Note : Pour l’instant je n’ai pas trouvé le message de la chambre 05 en français

Son coeur courrait
dans les régions sauvages des plaines désertes.
La terre gravée par le soleil dépourvu de nuages
et d’eau chantante.
Si elle écoute de près
sa main appellerais
et signalerais ses pensées sur son front.
Mais à cet endroit
elle ne pourrais seulement qu’offrir son bras au ciel
comme un arbre avec ses branches
et une fleur avec ses feuilles.

Dans le bassin poussiéreux,
le silence s’assemble comme la fumée
éclaircissant l’esprit du scélérat.
L’infidèle de pensées.
Taches de feuilles jaunes et écorces blanches
pourraient êtres vus se cachant dans les piscines de vie
entourées par les flèches de pierre rouge.
Les monuments de sables rassemblés retenus ensemble
par une quelconque autre forme de vie.
Elle n’était pas certaine.
Peut-être qu’une vie est la même qu’une autre
seulement nommée de biais.
Rattrapé par-dessous
par une quelconque main invisible qui anime
même la plus froide pierre de cet endroit.

Un sourire émerge et se perche sur son visage
buvant les chemins clairs du soleil.
Elle pourrait transpercer
un million de milles d’air en un clin d’oeil
et envoyer la fenêtre de sa chair
dans le ciel sans nuage.
Sur cet océan, un faucon navigue toujours plus près.
Elle surveille la petite tache argent
spiralée au-dessus rêvant à travers ses yeux.
Sentant les vents dorer ses ailes
dans le plus doux déploiement du temps.
Un arbre de pin à envoyé ses racines supérieures
profondément dans l’air pour pleurer sa douceur.
Elle est entrée,
planant parmi les branches
jusqu’à chaque aiguille dans leur producteur d’air.

Si étrange de sentir en vol l’attraction de la terre,
mais elle connaissait bien l’antagonisme
dans la splendeur de cet endroit.
Elle savait qu’il était établi profondément,
hébergé comme la permanence de l’encre
dans son coeur à elle.
Sous la peau, le muscle, l’os
il a combattu le simple chemin.
Quelle folie l’appelle au loin ?
Quel rêve est plus puissant que cela ?
Quel coeur bât avec plus de pureté ?

De cet endroit,
il est tellement difficile de savoir lequel est l’hôte
et lequel est l’invité.
Lequel est le bienvenu, lequel est à proscrire.
Lequel s’est retrouvé et lequel est perdu.
Lequel est profit, lequel est coût.

Elle a donné ses prières
aux gens du ciel et a attendu un nuage—
son signal pour quitter.
Elle devrait retourner à la maison
avant que le crépuscule ne s’installe et que l’oeil
doré chercher à percer le code noir.
En un simple souffle, elle retenait les anciennes voies
qui n’étaient jamais parties.
Elle les retourna vers l’extérieur
et ensuite vers l’intérieur.
Encore et encore.
Attendant son signe du ciel.
Si ce n’est pas un nuage…
alors peut-être une étoile filante.

(De toute façon, il faisait trop sombre pour les nuages)
Lorsque la première étoile jaillit, elle retint son souffle
apeurée de manquer son envol spectral.
Elle se demanda avec qui elle partagerait
sa lumière finale.
Quels autres yeux étaient divinement dirigés
vers ce moment secret ?
Était-ce ainsi leur signal de retour ?
Et qu’ont-ils trouvé
ensevelit si profondément dans un murmure de lumière
que personne ne peut en parler ?

Elle attendit avec des yeux solennels
que d’autres étoiles tombent,
pour gentiment la balayer
des aimants de cet endroit.
Si elle écoute sa main
elle laisserait un signe dans le sable fin afin qu’un autre
prenne sa place.
Il toucherait la terre
en l’honneur de sa grâce et de sa sagesse,
et deviendrait un arbre, une pierre, un faucon ou une fleur.

http://www.wingmakers.com/

Lire + d’articles des Wingmakers sur ELISHEAN

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email