Des gens disent qu’ils traversent actuellement de nombreux états émotionnels et leur désarroi s’ajoute à leurs expériences spirituelles. Il peut être utile de parler de cette situation et de moyens pratiques pour y faire face.

1. Moments Transformationnels et leurs Conséquences

Certains disent se retrouver en un lieu de conscience élargie pendant un moment, puis qu’elle disparaît. Ils disent être déçus quand ça s’évanouit, ils se sentent abandonnés. Ils s’interrogent sur la valeur de la quête spirituelle.

Les moments transformationnels ont pour caractéristique de s’ouvrir et se fermer. L’intervalle peut durer des jours, des minutes ou des heures. Mais ils se ferment, et nous laissent plus ou moins là où ils ont commencé. Le fait de se retrouver ayant ‘perdu’ l’expérience ou de retour au point de départ n’est pas un jugement sur nous-mêmes. Ce n’est pas le signe que nous sommes fichus. Ça ne veut pas dire que nous sommes fous, incapables ou non méritants.

Les moments transformationnels n’ont pas le pouvoir en eux-mêmes de produire des effets durables. Pensez à eux comme à des vacances à l’étranger – une belle expédition tant que ça dure mais dont les bénéfices peuvent disparaître très vite après le retour au travail. Ils nous rappellent comment peut être l’existence, mais généralement ne transforment pas eux-mêmes la vie de façon permanente.

2. Éveils Spirituels et leurs Conséquences

Les éveils spirituels peuvent directement nous donner de nouvelles capacités, mais là encore nous espérons que leurs effets soient sans mélange alors qu’en fait ils peuvent souvent entraîner avec eux un grand besoin de réorganisation ou raviver des mémoires et des sentiments négatifs. Ceux-ci doivent être résolus avant que nous nous retrouvions là où nous serons dans un bonheur absolu. Alors que les moments transformationnels sont décevants parce qu’ils s’évanouissent, les éveils spirituels peuvent être perturbants car ils amènent avec eux des moments inconfortables.

3. Questions non Résolues Venant au Premier Plan

Comme si ce n’était pas suffisant, les énergies qui s’élèvent ramènent au premier plan toutes sortes de questions non résolues, à la fois en nous et en ceux qui nous entourent. Dans certains cas, je sais que d’énormes schémas de comportements non résolus sont mis à l’épreuve par des événements imprévus et troublants. Patrons devenant tyranniques. Situations financières explosives. Météo épouvantable qui nous paralyse. Famille semblant devenir folle ou préférer dormir.

Certaines personnes ont eu des moments transformationnels ou des éveils spirituels et, ainsi encouragés, ont essayé de secouer une fois de plus les amis ou la famille récalcitrants. Seulement, en rencontrant leur résistance et en y faisant face, ils ont perdu leur moment transformationnel ou se sont demandé en quoi leur éveil spirituel était bon.

Pensez-y comme à un grand bateau sur une rivière qui a traversé le chenal et racle la boue du fond. L’eau est troublée par des nuages de vase et les poissons se jettent dans la confusion. C’est à peu près à quoi ressemble la situation.

Comment Procéder?

Le point central de tout ce qui arrive maintenant est ce que nous devons faire de nous-mêmes. Qu’un moment transformationnel disparaisse, qu’un éveil spirituel chamboule tout, que des questions non résolues surgissent face à des énergies qui s’élèvent, le besoin du moment est le même.

Ces situations nous demandent, toutes, la même réponse.

Nous sommes habitués à être troublés par nos contrariétés et à projeter notre colère sur les autres. Nous sommes habitués à nous estimer en droit d’agir ainsi. Mais ce que nous ne réalisons pas, c’est que cette façon de vivre ajoute simplement des couches et des couches de réactivité à la constitution de notre personnalité et qu’elle nous rend toujours plus rigides. Nous devons maintenant totalement changer notre façon de vivre et il devient plus important de faire cela chaque jour qui passe.

De quelle façon devons-nous changer?

Au lieu de projeter nos contrariétés à l’extérieur ou, dans le cas présent, de les ‘introjeter’ à l’intérieur et de nous blâmer plutôt que les autres, nous avons besoin de suivre un mode de vie en deux temps, tout comme nous marchons sur deux jambes ou respirons en inspirant et expirant.

Les deux temps sont expérimenter et observer.

Expérimenter

Nous sommes habitués à résister à nos sentiments négatifs, à les projeter ou les introjeter. Maintenant nous devons commencer à les expérimenter. Ou peut-être serait-il plus juste de dire que nous avons besoin de les éprouver dans l’accomplissement. Ainsi là où dans le passé nous avons résisté au sentiment, par exemple d’être paniqué, submergé, effrayé, haineux, ou bien là où dans le passé nous avons agressé les autres parce que nous pensions qu’ils nous avaient ‘provoqué’ ces sentiments, nous avons à présent besoin d’éprouver ces états émotionnels afin d’en achever l’expérience.

Nous ne nous libérerons pas des états émotionnels et de situations non désirées sans les éprouver dans l’accomplissement. Nous avons tenté de leur résister, de les projeter, les introjeter. Ça n’a pas fonctionné. Ça a juste ajouté à notre stress et a réduit notre vigilance ou notre conscience. Nous avons besoin maintenant d’aller dans une autre direction.

Cette autre direction est de respirer quand nous nous sentons dans une situation non voulue, de permettre à cette situation non voulue de se jouer en nous jusqu’à ce qu’elle s’accomplisse. C’est la façon de libérer la situation de son emprise sur nous afin que, finalement, elle se dissipe et disparaisse. En procédant ainsi, plutôt que d’ajouter à notre stress nous accomplirons l’expérience de ces états émotionnels et les regarderons disparaître.

Observer

De même que nous ne faisons pas un pas avec le pied droit sans un autre avec le pied gauche, ou que nous n’inspirons pas sans expirer, de même expérimenter n’est pas la seule chose à faire. Nous devons aussi observer.

Il est correct de dire que dans l’expérience nous devrions seulement expérimenter. Mais nous devons faire suivre cela avec l’observation de ce que l’expérience révèle – pas dans un seul et même temps.

En fait nous ne pouvons pas expérimenter et observer en même temps. L’un est un état subjectif et l’autre un état objectif. Nous devons nous déplacer de l’un à l’autre.

Nous avons besoin d’expérimenter puis de prendre le temps d’observer ce que l’expérience a apporté. Ainsi je peux inspirer dans une situation non voulue et la ressentir, je peux ensuite observer ce qui s’est passé et même peut-être le nommer: « Je ressens de la peur. » « Je me sens haineux. » « Je me sens anxieux. » Je nommerai l’émotion que je ressens et regarderai comment elle m’affecte.

Tant que j’expérimente quelque chose, je ne l’observe pas. Je fais l’un ou l’autre mais pas les deux en même temps. Après avoir inspiré dans l’expérience de la situation non désirée, je m’en emplis, puis je peux observer ce qui est arrivé, puis l’expérience à nouveau, puis l’observation. Dans ce mouvement je trace ma route au travers d’une contrariété.

Ce Que Je ne Fais Pas

Bien. Malheureusement je fais trop souvent ce que je ne devrais pas. Dites-moi seulement que je pratique réellement ce que je prêche, ou que j’avance aussi bien que je le raconte. Merci. Trop aimable. Si je pratique ce que je préconise ou avance, alors quand je me sens vexé je ne plonge pas dans la bagarre avec quelqu’un d’autre. Je ne le blâme pas pour ce qui vient d’arriver. Je remercie ma bonne étoile d’être vexé parce que c’est une opportunité d’accomplir cette contrariété, ce que je n’aurais pas fait autrement. Je me pose sur l’expérience de cette émotion et j’observe ce qui arrive.

Alors je parcours littéralement la journée en inspirant et expirant, expérimentant comment je me sens et puis observant ce qui vient juste d’arriver. Je suis ‘avec’ les sensations et j’observe. Expérience, observation. Expérience, observation. Je peux relier ça à ma respiration, expérimenter dans l’inspiration et observer dans l’expiration. Ou bien je peux passer un certain temps à expérimenter et un certain temps à observer. De cette manière je passe ma journée dans la vigilance. Quand je ne suis pas centré sur l’autre, je suis centré en mon for intérieur et ma vie intime, là où se trouve le Royaume du Paradis.

Reconnecter Ça

Alors maintenant reconnectons ça avec les scénarios qu’on vient de voir. J’ai un moment transformationnel et je le perds. Je ne blâme pas les autres ni moi. J’éprouve ce que ça me fait de le perdre et j’observe dans la durée ce qui arrive à cette émotion. J’observe ce que ça me fait de l’avoir perdu et puis j’observe comment je me sens quelques minutes plus tard. Je regarde la montée et la descente de mes réactions et émotions. Avant longtemps je ne suis plus dans la contrariété d’avoir perdu mon moment transformationnel – ou je peux me retrouver à nouveau dans le moment transformationnel! Ça peut arriver. Moins souvent que de le perdre mais quand même, ça peut arriver.

Ou bien j’ai un éveil spirituel et tout est chamboulé. Alors je commence par expérimenter ce que je ressens quand tout est chamboulé. J’inspire dans les émotions et je m’en emplis. Puis je commence à les observer, je les nomme peut-être, je peux aussi inspirer en elles et regarder ce qui leur arrive quand je les accepte.

Je travaille avec les émotions, m’en emplis, les expérimente, et puis j’observe ce qui arrive avec le temps. Je continue à faire ça dans la durée, je regarde la contrariété monter et tomber, ou la situation bousculée se manifester et se dissoudre d’elle-même. Rien ne dure (à un stade très avancé de l’éveil). Je regarde constamment en moi la montée et la chute des situations et mes réactions à leur égard. De cette façon je navigue dans la tempête des émotions perturbantes grâce à mon éveil spirituel.

Ou bien les émotions qui s’élèvent ramènent des questions non résolues pour moi ou ceux qui m’entourent. À nouveau, je procède de la même façon – m’emplissant avec l’expérience, remarquant sa montée et sa descente, ce que ça me fait, à quels autres émotions et problèmes c’est connecté, quand ça change, quand ça revient, où ça va, ce que ça me fait.

Nous nous dirigeons bientôt vers un temps de bouleversement incroyable. Si tout va bien il ne sera pas constamment chaotique et dans une certaine mesure la transition sera paisible, mais ce sera tout de même une transformation. Je suggère d’être contents de nous-mêmes si nous maîtrisons cette nouvelle façon d’être avec la vie avant que la métamorphose se déchaîne vraiment. Si nous le faisons nous serons en bonne position pour avancer au travers du constant changement, expérimentant nos réactions et observant comment elles viennent et repartent et où nous en sommes avec elles à tout instant.

Inspirer et expirer, poser le pied droit puis le gauche, être avec et observer, éprouver et remarquer, sentir et voir.

C’est la méthode que je recommande pour avancer dans la vie, particulièrement quand la vie multiplie les événements et change constamment. Maintenons l’attention sur nous-mêmes. Observons comment nous réagissons aux choses. Observons comment nous nous sentons. Expérimentons nos états émotionnels. Restons avec ce qui arrive intérieurement jusqu’à ce que notre expérience de n’importe quelle situation soit accomplie, puis ouvrons-nous à ce qui suit. S’élever et tomber, aller et venir, expérimenter et observer, expérimenter et observer.

Texte d’origine: http://stevebeckow.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email