Questions/Réponses avec : O. M. Aïvanhov canalisé par Jean Luc Ayoun

Comme vous l’avez remarqué, nombre d’évènements qui doivent se produire ne sont pas encore arrivés. Cela correspond à quelque chose qui est une distorsion entre la réalité de l’impact énergétique qui s’est produit au moment prédit et qui néanmoins n’entraîne par pour le moment la réaction souhaitée au niveau de la Terre.

Mais plus l’espace de temps grandit entre l’avènement de l’énergie et la réaction des énergies opposées à cette énergie, plus les conséquences en sont extrêmement néfastes pour la planète. Cela est quelque chose d’extrêmement important à comprendre. A partir du moment où une qualité d’énergie se manifeste à un moment donné et qu’il n’y a pas de réactions et de mise en résonance, de mise en réaction, de ce qui doit se produire pour permettre l’éclosion de l’énergie au sein de la matière, cela traduit un phénomène de disharmonie extrêmement important.

Si vous préférez, un moment de non réponse par rapport à l’allumage, cela traduit une inertie beaucoup plus grande des systèmes qui vont entraîner, au moment où l’explosion de la fessée se fera, une onde de choc beaucoup plus violente, beaucoup plus intensive, beaucoup plus extensive que ce qui était prévu initialement.

A aucun moment, avant l’entrée dans les couches subtiles de la planète, nous ne pouvons décider du moment de l’adéquation de ces énergies qui viennent de la dix-huitième dimension au sein de votre troisième dimension.

(…)

Question : Le futur existe-t-il?

Voilà une question extrêmement grave. Dans la troisième dimension, dans les limitations karmiques action/réaction dans lesquelles vous avez été contraints d’évoluer, dans lesquelles nous avons été contraints d’évoluer depuis 52 000 ans, plus de 52 000 ans, il est évident que le futur existe. Mais est-ce que le futur existe dans le présent, dans le passé ou dans une autre dimension.

Dans la troisième dimension, nous parlons d’un temps linéaire, passé/présent/futur, succédant dans le temps l’un après l’autre.

Mais à un autre niveau de conscience, en particulier du niveau où je vous parle, il est évident que cette trame (passé/présent/futur) linéaire n’existe absolument pas. Il y a par contre des évènements absolument certains. Nous pouvons dire que la conscience planétaire se déplace selon une norme particulière. La conscience de l’humain se déplace selon une norme particulière qui vient du futur vers le passé, vers le présent dans une autre direction que ce que nous observons dans la troisième dimension. Cela est extrêmement difficile et ardu à comprendre.

Le futur existe, oui. les évènements quels qu’ils soient, comme la naissance, la mort au niveau d’une cellule, au niveau d’un individu, au niveau d’une planète, au niveau d’un système solaire, au niveau d’une galaxie, bien évidemment existent. Elles sont programmées mais comme étant programmées et ayant néanmoins la notion de liberté pour y arriver, les chemins sont multiples. Néanmoins, le futur bien évidemment existe. Voilà, sans rentrer dans les lois mathématiques extrêmement complexes, que moi-même je ne connais pas, là où je suis. Il me serait difficile de faire plus avant de distinction sur l’existence du futur.

Question : Qu’appelle-t-on la spiritualisation de la matière?

Cela, en première vision, est extrêmement simple. La spiritualisation de la matière est ce qui est en train de se passer avec l’impact de l’Esprit Saint dans la matière. Il s’agit d’une montée en vibration qui permet une étherisation de la matière c’est-à-dire que la matière devient plus large, plus souple, plus aérée.

La matière s’étherise. Elle passe de la troisième à la quatrième dimension. A ce moment là, la conscience devient beaucoup plus mobile, beaucoup plus lâche, beaucoup moins engrammée, enkystée, enfermée dans la matière et arrive à se dégager de la matière, à évoluer, à spiritualiser, c’est-à-dire à monter en vibration encore plus. La spiritualisation de la matière est ce que vous avez appelé l’ascension. C’est ce qui, dans les textes anciens, a été appelé la résurrection, c’est-à-dire la reconnexion avec sa propre Source Divine. Mais effectivement, il y a trans-substantation de la matière, c’est-à-dire que dans la structure atomique même, il y a une modification des mouvements électroniques, une modification de la constitution des noyaux atomiques même, un phénomène d’élévation.

Quand un être humain spiritualise son corps, son corps passe de la troisième à la quatrième dimension. Sa conscience, qui était dans la troisième dimension, passe totalement dans la cinquième dimension. Il y a étherisation. Il y a remplacement de certains atomes constituants par d’autres atomes beaucoup plus légers. Il y aussi modification vibratoire de l’ADN mais aussi du nombre de filaments d’ADN. Cela nous amènerait beaucoup trop loin. Voilà ce que l’on peut entendre par spiritualisation de la matière.

Il s’agit bien évidemment, en ce qui concerne en tout cas ce qui est en train d’arriver à la planète d’une spiritualisation totale (habitants, hommes, âmes, végétaux, animaux) : tout ce qui doit s’élever, doit s’élever. Tout ce qui ne pourra pas s’élever sera recyclé et démarrera une vie ailleurs. La planète Terre est une planète sacrée. L’ascension planétaire, et l’appel de l’Esprit Saint qu’elle a reçu, est une révélation de sa sacralité et donc une sacralisation réelle de ses modes de manifestations de vie. Donc, le phénomène de spiritualisation de la matière ne concerne pas uniquement l’être humain mais bien évidemment tout ce qui est présent à la surface, en hauteur, mais aussi dans les profondeurs de la Terre. C’est en cela que ce processus est unique.

Question : Quel est le rôle du son dans la spiritualisation de la matière?

Le son est extrêmement important. De mon vivant, je me suis beaucoup exprimé sur ce que l’on appelle la musique des sphères, la musique des sphères angéliques, la musique des sphères séraphiniques. Chaque sphère d’émanation présente une gamme musicale extrêmement importante. Bien évidemment que, dans la spiritualisation de la matière, l’énergie de l’Esprit Saint est accompagnée par un nouveau son, je dirais même, par des nouveaux sons. La gamme de la troisième dimension est une gamme à sept : sept notes de musique, sept jours dans la semaine.

Or, le passage de la troisième dimension à la cinquième dimension s’accompagne d’un passage de référentiel sept à un référentiel douze.

Bien évidemment, il y a cinq nouveaux sons qui sont en incarnation de manifestation. J’ai parlé.

Question : Pourriez-vous expliquer la différence entre le chant de l’âme et le chant de l’Esprit?

Tout à fait. Le chant de l’âme est quelque chose qui correspond au moment où l’âme rentre en contact avec le cœur. Le chant de l’Esprit correspond au moment où l’âme rentre en contact avec l’Esprit. Le son est beaucoup plus haut et beaucoup plus aigu. Au fur et à mesure que ce chant (parce que c’est un chant aussi) se rapproche du niveau des sphères les plus élevées de l’Esprit, il devient quasiment un infra son. J’ai parlé.

Question : Comment faire la différence entre un « vrai » message ou une projection?

Demandez : Esprit Saint y es-tu ? Shekina es-tu là ? Et Shakti es-tu là ? Surtout maintenant.

Question : Pourquoi le Christ se manifeste-t-il alors que je suis plus attiré par le boudhisme?

Car il n’y a qu’un seul Maître : c’est le Christ. Parce qu’il n’y a qu’un seul Maître : c’est le Père. Et que le Fils est le Fils du Père. Cher ami, ton cheminement est lié à l’énergie christique. La libération de toute âme passe par le Christ, même si on l’appelle autrement, même si on veut l’appeler Tartampion, c’est toujours le Christ. Il n’y a pas d’autre chemin.

Ce n’est pas pour rien si ce grand initié a dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie », « je suis la voie, la vérité et la vie. ». Il n’y a pas d’autre alternative que le passage par l’énergie Christique, et dans ton cas, la présence Christique de par ta filiation. Tu peux te trouver tous les Maîtres que tu veux mais il n’y a pas d’autres maîtres que toi en relation avec le Fils, lui-même en relation avec le Père, c’est-à-dire avec ta Source. Ta filiation est une filiation Christique et l’on ne peut pas renier sa filiation. Maintenant, ne me demande pas aujourd’hui ce qu’est la filiation Christique, réfléchis un peu là-dessus. Demande à l’Esprit Saint !

Question : Comment entrer en contact avec les gnomes?

J’en ai parlé dans de nombreuses conférences de mon vivant. Il faut honorer les règnes de la nature et les habitants de la nature. Maintenant, ce type d’habitant est sensible aux offrandes. Quel type d’offrande peut-on faire aux habitants de la Terre, aux gnomes ? Il convient de leur apporter des présents et des présents tout simples. Cela peut être un petit biscuit, quelque chose que tu as fait avec tes mains et que tu vas porter dans le lieu.

Dans mes livres j’ai parlé des Esprits élémentaires de la nature et j’ai donné un certain nombre d’indications sur les rôles et les fonctions des ondines, des sylphes, des salamandres, des elfes et des gnomes. Relisez. Vous verrez. Il y a un certain nombre d’éléments qui sont extrêmement importants à comprendre quant à leur assignation et à leur rôle précis.
Vous ne pouvez pas absolument pas gêner leur monde et leur dimension.

Vous ne pouvez qu’entrer en résonance à condition de leur apporter des présents.

Chaque Esprit élémentaire a un amour immodéré pour ce sur quoi il règne et ce sur quoi il vit. En ce qui concerne les gnomes, c’est l’amour de la Terre, l’amour de la forêt, l’amour des bois. En ce qui concerne, les ondines et les sylphes, c’est l’amour de l’eau. En ce qui concerne, les salamandres, c’est l’amour du feu, et ainsi de suite.Les ondines et les sylphes sont très sensibles aux métaux et ce qui a été fabriqué par soi-même avec un métal, avec une forme. Pas nécessairement un bijou de grande valeur mais quelque chose qui a été travaillé par la main de celui qui offre.

Les ondines et les sylphes sont liées à différents types d’eau. Maintenant on les appelle indifféremment dans la tradition ondine et sylphe. Il y a une toute petite différence selon la provenance. Mais néanmoins, ils participent du même règne. C’est comme les lutins et les gnomes, c’est la même chose sensiblement.Aux salamandres, il faut offrir quelque chose qui a brûlé et qui est passé par le feu, par exemple prendre de la cendre, faire un modelage en cendre, en mélangeant de la cendre et de la pâte à modeler, de faire un modelage extrêmement précis à la main toujours et d’apporter ce présent, dans le lieu où vivent les salamandres, qui n’est pas très loin de l’eau.

Pour les elfes c’est un peu plus compliqué. Le plus souvent, il faut faire une couronne tressée avec des plumes et leur apporter au pied d’un arbre, le plus haut exposé à l’air, toujours fait par la main de celui qui veut rentrer en contact.Voilà, chers amis, je me suis suffisamment déjà exprimé sur des choses que j’ai écrites de mon vivant dans certaines conférences en n’allant même un peu plus loin sur les cadeaux rituelliques et magiques précis que nous pouvons faire pour rentrer en contact avec les énergies élémentaires. Ces mondes de la nature sont extrêmement importants.

Je vous remercie maintenant. Et je pense maintenant que nous allons nous quitter et nous nous reverrons quand vous le souhaiterez. Je vous apporte ma bénédiction et surtout bon courage. Je vous dis à bientôt.

Extrait de : O. M. Aïvanhov – 27 décembre 2005

Question : Avez des précisions sur les évènements à venir?

Cher ami, les évènements sont là ! Peut-être que oui, peut-être que non ! Mais néanmoins, il semble que la Terre veuille bien se réveiller. Les éléments sont en train de s’activer extrêmement vite de part et d’autre de la planète. Alors, peut-être que nous aurons la joie de recevoir la fessée afin de nous élever. Peut-être. Cela ne peut pas être affirmatif. Il y a des prémices, des soupçons que quelque chose est en train de se passer. A l’instant présent où je vous parle d’autres volcans de la ceinture de feu du pacifique sont en train d’entrer en éruption. Le magma arrive à trouver une force de sortie et ce qui veut dire donc que la Terre est en train d’exprimer sa remontée depuis les plans les plus compressés jusqu’aux plans d’élévation qui étaient attendus depuis plusieurs jours. Il semblerait que la fessée commence à produire ses petits effets attendus. Mais nous ne pourrons en être sûrs que si ces évènements se confirment dans les heures qui viennent. L’ensemble de la planète sera consacrée et sera concernée par ces évènements.

Bien évidemment, l’ensemble des évènements ne pourra pas toucher toute une région particulière mais seront étalés sur toute la superficie du globe de manière à distribuer cette fureur élémentaire en fonction du rôle attribué et non respecté de chaque continent.

En ce qui concerne la partie du globe où vous vivez, l’Occident et la France plus particulièrement, il semblerait s’agir des phénomènes dont j’ai parlé déjà de communication, de transport, et de déplacement, peut-être aussi l’élément air. L’élément air peut signifier, je vous le rappelle, aussi bien la tempête aérique, qu’aussi bien tout ce qui voyage dans l’air : les microbes, les bactéries, ainsi de suite, mais aussi la folie humaine, comme un vent de folie, c’est-à-dire que l’esprit humain fait n’importe quoi. Voilà vraisemblablement ce qui se passera si les évènements se produisent au niveau de la France.

Le feu concerne, quant à lui, ce que nous avons appelé : « de part et d’autre de la ceinture du feu du pacifique et les volcans ». L’élément eau va concerner lui, plutôt, l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale. L’élément terre concernera diverses régions du globe, là, que nous ne pouvons préciser. Cela dépendra de l’ampleur des évènements préalables. De l’intensité de l’air, de l’intensité de l’eau et du feu, résultera l’action terrestre.

Question : Ce que vous aviez enseigné de votre vivant sur l’importance des douze premiers jours de l’année par rapport aux douze mois de l’année est toujours valable?

Cela est effectivement toujours valable et cela sera toujours valable car ce n’est pas moi qui l’ai dit en premier. Cet enseignement est l’enseignement vénérable de la kabhale qui consiste à attribuer, à chaque jour de l’année un génie kabhalistique extrêmement précis. Mais aussi, chaque jour représente, pour les douze premiers jours de l’année, les douze mois de l’année. Mais rappelez-vous quand même qu’il y a une petite nuance : le nouvel an de la tradition juive kabhalistique ne tombe pas au nouvel an de l’Occident. Mais le principe était le même. Je pense que cela peut se vérifier. Si vous cultivez, si vous semez, si vous êtes d’humeur égale durant ces douze jours, vous vous promettez effectivement les douze mois de l’année dans une certaine sérénité. Il convient maintenant durant ces douze jours de faire ce que bon vous semble.

Néanmoins, il est important d’essayer, surtout au niveau mental, émotionnel, de garder la plus grande sérénité, la plus grande paix comme je le disais déjà. Cela est extrêmement important, maintenant, si les évènements qui se sont produits et qui continuent à se produire à l’heure où je vous parle sur la planète inaugurent aussi ce qui se passera durant les douze mois de l’année. Les douze jours sont calqués. Vous imaginez l’année 2006 ! C’est une année où il va falloir être extrêmement centré, extrêmement serein, extrêmement centré sur son cœur, sur la fraternité, sur l’amour bien évidemment, car pas grand-chose à l’extérieur ne pourra être une source de contentement, une source de plaisir comme vous avez tant l’habitude sur cette planète. Le plaisir, c’est la joie de découvrir son propre cœur, sa propre âme, son propre esprit. Là est la vérité unique essentielle primordiale surtout pour cette année.

Question : Comment énergétiser la nourriture?

Il suffit, au moment où l’on cuisine, de cuisiner avec amour, de faire cela comme un don de soi extrêmement important. Le cocon de Lumière éthèrique que vous utilisez pour faire la cuisine, le cocon astral que vous utilisez et votre aura dans laquelle vous baignez vos aliments, va imprégner les molécules constituantes de ce que vous allez donner à manger. Il est évident que faire la cuisine en état de sérénité, en état d’amour à l’intérieur, vont donner des aliments qui seront beaucoup plus digestes, et comme tu l’entends cher ami, beaucoup plus énergétiques. Là, est la vérité. Vous allez retrouver, au fur et à mesure, l’intérêt de la nourriture saine, énergétique mais aussi préparée dans les mêmes conditions saines, énergétiques, biologiques, naturelles.

L’art et la manière de préparer le repas est aussi important que l’ingrédient car ce que vous y mettez à ce moment là est extrêmement subtil et émané de vos cocons étherique et astral, va se fixer dans l’aliment et va pénétrer directement dans ceux que vous nourrissez. C’est extrêmement important de prendre conscience que le fait de faire à manger, de donner à manger, et de manger est un acte extrêmement énergétique, extrêmement puissant. J’ai parlé.

Question : Aujourd’hui être porteur de la Lumière, c’est être canal? Ou est-ce que porter la Lumière peut se vivre dans un autre état que l’état canal?

L’état de canal dont tu parles, cher ami, n’a absolument rien à voir avec le fait d’être porteur de Lumière. Le phénomène de channel est un phénomène extrêmement récent qui remonte aux années 80. Il y a eu certes de précurseurs auparavant. Mais le porteur de Lumière n’est pas nécessairement un canal, de même qu’un canal n’est pas nécessairement un porteur de Lumière. Le porteur de Lumière, c’est celui qui a ouvert son cœur à la fraternité, à l’amour universel, à la présence du Christ en lui. Celui qui est cela est le canal de la Lumière authentique. Il peut effectivement rentrer en contact, comme j’entrais en contact, avec des énergies archangéliques ou d’autres types de conscience, mais n’est pas obligé de canaliser au sens où vous l’entendez. Néanmoins, être porteur de Lumière constitue ce qu’il vous est demandé aujourd’hui.

Au-delà de la maîtrise, être porteur de Lumière c’est aussi accepter sa Lumière, c’est accepter de rayonner cette qualité énergétique, d’ouvrir ses cocons, d’ouvrir le cœur, d’ouvrir les canaux subtils afin de laisser l’énergie du canal de l’éther se diffuser. Cette énergie de la cinquième dimension doit arriver dans les aliments, dans les êtres autour de vous, sur la planète autour de vous. Porteur de Lumière certes, mais il n’y a pas obligation d’être canal. Il y a ici une distinction extrêmement importante. Le phénomène de canal nécessite une activation particulière de ce que l’on appelle la couronne Kether. Etre porteur de Lumière nécessite l’activation de kether, mais aussi et surtout, la transformation des énergies de kether en Tipheret, c’est-à-dire au rayonnement Christique et au rayonnement archangélique mais aussi Marial. L’énergie de la Sainte Trinité, par le canal triple du cœur, doit pouvoir s’exprimer librement. Là, on devient porteur de Lumière et pas avant. J’ai parlé.

Question : Par rapport à ce que vous venez d’élaborer, pourriez-vous développer davantage sur la notion de « canal » et sur la notion de rayonnement?

Tout à fait, je crois que le plus simple c’est, à la fin de la canalisation, de vous transmettre, un petit peu comme le faisait la divine maman, l’énergie au niveau du cœur du rayonnement de la cinquième dimension en ouvrant le cocon de Lumière du canal dans lequel je suis. En ouvrant la coque astrale, et la coque mentale de haut en bas, je vais permettre la libération de l’énergie du rayonnement de la puissance du canal de l’éther à travers le cœur. On pourrait élaborer des conceptions et parler longuement. Mais le mieux est de ressentir la qualité énergétique, la qualité vibratoire, la qualité d’amour correspondante à la réalité de l’amour Christique. Cela, je vous le montrerai, si vous le voulez bien, et si cela vous convient, à la fin de la canalisation. Cela vaudra mieux qu’un long discours.

Maintenant, je donne quelques mots d’explication au niveau de la tuyauterie.

La couronne kether, quand elle s’ouvre, permet d’accueillir certaines formes de consciences extérieures à la conscience, de manière à produire un processus que vous appelez canalisation, channel. Mais quand ce canal est ouvert, n’importe quelle forme de Lumière ou d’ombre peut rentrer. Rien n’assure à ce moment là qu’il y a ouverture du canal de l’amour et donc authenticité de la Lumière qui pénètre. Pour cela, il faut que les énergies de la couronne soient transmutées, réorientées vers le canal du cœur et vers le chakra du cœur. Ce n’est qu’à partir du moment où les énergies de la couronne kether, les énergies de la kundalini, de la shushumna, de ce canal médian, remontent (énergie descendante, énergie remontante) que toutes les deux viennent émerger au niveau du chakra du cœur, perforer le cocon étherique, le cocon astral et le cocon mental encore plus loin. A ce moment, il y a ouverture de la réalité et de la totalité de l’énergie de la cinquième dimension. Pas avant et pas autrement. Il ne peut y avoir authenticité totale qu’à partir du moment où l’être porteur de Lumière active la totalité de ce processus en lui.

Question : Comment savoir quand nous sommes dans ce rayonnement de cinquième dimension?

Et bien, cher ami, c’est très simple. On y est quand on est dans l’extase, dans le samaddhi, dans la joie intérieure, quand le cœur rayonne totalement. Je vous montrerai à la fin. Et quand vous aurez vécu cela une fois dans la vie, vous comprenez quand vous y êtes et quand vous n’y êtes pas. Ce n’est pas un processus intellectuel ou énergétique qui concerne la couronne, ni la shushumna mais concerne uniquement l’énergie qui est dans la poitrine, c’est-à-dire, que ce qui est ressenti là-haut au niveau de la couronne doit être ressenti de la même façon au niveau du chakra du cœur.

N’oubliez pas que dans la tradition orientale, on représente le chakra coronal comme un double chakra avec une double fleur. Vous avez une première fleur centrale, qui est la fleur du septième chakra, mais au centre de cette couronne il y a une autre fleur qui est la fleur du chakra du cœur.

Tant que vous n’avez pas rejoint l’énergie de Kether avec l’énergie de Tipheret, il ne peut y avoir d’état Lumière. Il ne peut y avoir la définition du porteur de Lumière. Et cette connexion ne peut se faire qu’en étant parfaitement aligné, qu’en essayant de rester le plus possible dans cette conscience.

C’est-à-dire qu’au moment privilégié où se manifeste cette vibration (car il s’agit bien d’une vibration qui s’active au niveau du cœur), à partir du moment où cet état vibratoire commence à apparaître (et vous pouvez le générer tout seul, vous l’avez compris, en étant allongé, en portant la conscience sur la couronne et ensuite en portant la conscience sur la shushumna et en activant les deux points vibratoires et en demandant à la shushumna de monter, en demandant à l’énergie Kether de descendre ; ces deux énergies vont se rencontrer au niveau du cœur) vous allez sentir la vibration du porteur de Lumière. Une joie extraordinaire va envahir toute la poitrine.

Là est la réalité. Là, il ne peut y avoir tromperie. Là, il ne peut y avoir erreur. Et quand cet état est généré, il faut entretenir le feu car il s’agit bien d’un feu. Il faut l’entretenir, le développer, le nourrir. Il faut entretenir cet état de joie liée à l’activation de Tipheret et à la perforation du cocon étherique, du cocon astral, du cocon mental. J’ai parlé.

Question : Comment l’entretenir au quotidien?

C’est un entraînement de chaque minute. La première fois que vous vivez cela, vous pensez que c’est merveilleux, que cela va durer toute la vie. Et bien non, cela dure quelques jours, quelques semaines et puis cela s’en va, vous laissant une impression de nostalgie extrêmement puissante. C’est le désespoir qui habite l’âme d’avoir trouvé la Lumière, d’avoir enfin compris la Lumière, d’avoir intégré la Lumière et puis celle-ci s’éloigne, comme celui qui vit une expérience de mort imminente, une NDE. C’est la même chose, il a la nostalgie de la Lumière, et puis à force d’être dans ce désespoir de l’âme, à force de prier, de supplier, à force d’être aligné, à force de faire des travaux énergétiques, de faire des travaux de conscience qui vous obligent à vous bonifier avec le temps, à vous améliorer, et bien un beau jour cela arrive et s’installe définitivement.

Mais tout le monde passe par ce processus de rencontre consciente avec la Lumière, de joie indicible. C’est la transfiguration. Mais la transfiguration n’est pas l’élévation avec les Maîtres : c’est la rencontre avec la Lumière qui ne fait pas un porteur de Lumière. Le porteur de Lumière survient en général dans la même vie mais des années plus tard, des dizaines d’années plus tard, au moment où il y a la maturité de l’âme, au moment où cette Lumière ne peut être utilisée à autre chose que servir la Lumière, quand la certitude est établie dans l’âme. A ce moment là, l’indicible devient le quotidien.

Ce n’est pas une expérience qui peut se trouver comme ça, même en ayant une attitude de vie exemplaire, parfaite, comme un moine parfait, qui baise pas, qui mange pas, qui ne fait rien que prier toute la journée. Cela participe du cheminement de l’âme et rien d’autre. Ce phénomène d’activation du cœur peut tomber sur un grand criminel, sur quelqu’un qui n’est pas blanc du tout mais qui était noir et puis du jour au lendemain il devient blanc. Et puis, il y a des gens qui vont travailler toute leur vie et qui n’auront même pas la transfiguration car ce n’est pas le moment pour leur âme.

Mais soyez certains que, si dans cette vie vous vivez la transfiguration, c’est-à-dire le premier allumage de la lampe du cœur, un jour ou l’autre durant votre vivant, vous l’établirez de manière définitive et vous deviendrez à ce moment-là, porteur de Lumière. Donc, ne désespérez jamais. Tant que vous avez un souffle et que vous êtes en vie, cela se produira. L’être humain a inscrit en lui la nostalgie de la Lumière et à partir du moment où il a rencontré la Lumière une première fois, il n’aura de cesse toute sa vie durant de rechercher cette Lumière, et là, est la grandeur de l’homme. Là est son devenir de porteur de Lumière, cette soif inextinguible de rechercher nuit et jour la Lumière. Cela fait partie de l’initiation. Il n’y a pas d’autre chemin. J’ai parlé.

Question : Y a-t-il un moyen permettant de « raccourcir » ce chemin?

Non, non, c’est impossible. C’est strictement impossible. Il n’y a qu’un chemin qui est personnel à chaque être humain incarné, à chaque âme. Il y en a chez qui la distance entre l’expérience première de la transfiguration et l’élévation va se produire d’une année sur l’autre. Et il y en a d’autres qui vont attendre quarante ans, cinquante ans. On n’y peut rien. C’est la nature même de la gloire de l’homme, de la Divinité de l’homme. La seule façon de raccourcir, il n’y en a qu’une et c’est le Christ qui vous l’a donnée : redevenir comme un enfant, simple, oublier tout, dire « Père que ta volonté se fasse et non la mienne » totalement, entièrement et parfois cela ne suffit pas encore.

Question : Pourriez-vous développer le terme de « maturité de l’âme »?

Tout à fait. La maturité de l’âme correspond à l’affermissement de l’âme, c’est-à-dire que l’âme, à un moment donné, qui est déjà Lumière, accepte le chemin de retour à l’Unité. Cela veut dire que l’âme a compris qu’elle n’a plus besoin d’incarnation. Elle se tourne alors vers l’Esprit, vers la monade supérieure, vers l’atome germe, spirituel, divin, le plus haut. A ce moment là, l’âme est dite « affermie en maturité ». Symboliquement, cette maturité est liée au chiffre sept : chez l’homme à 7×7, donc 49 ans et chez la femme à 6×7, donc 42 ans. La maturité symbolique correspond au fait de l’affermissement de l’âme. Au moment où l’âme est affermie, il devient possible de devenir porteur de Lumière, mais j’en vois d’ici qui vont me dire « mais, moi j’ai déjà passé 49 ans, alors j’attends depuis encore plus longtemps ! » Et oui, c’est comme ça.

Question : La longueur du cheminement de l’âme dépend-elle du contrat que l’on a passé?

Cela est extrêmement, je ne dirais pas complexe, mais spécifique à chaque chemin. Chaque âme est différente. Il y en a qui ont établi cela par contrat au moment où elles savent que dans la vie où elles vont descendre, elles doivent relever le défi de la transfiguration, donc de l’élévation. Elles peuvent décider, avant de venir, dans certains cas, que ce laps de temps sera plus ou moins long. Mais en règle générale, l’âme, avant de descendre, décide de laisser ce temps mobile en fonction des circonstances de la vie. Mais comprenez bien qu’il n’y a pas d’éléments limitants au niveau karmique. A partir du moment où vous arrivez à la transfiguration, cela signifie que vous êtes prêt à vivre la transfiguration. Il ne peut pas y avoir de dérogation à cette règle. Cela est extrêmement précis. C’est mécanique. Ce qui n’est pas mécanique et qui est plutôt de nature quantique, c’est la différence que vous allez voir entre la transfiguration d’une âme et la transfiguration d’une autre âme par rapport au phénomène d’élévation.

Mais ne soyez pas si pressés que cela de vivre dans le phénomène d’élévation de la cinquième dimension, car à ce moment là, dans la cinquième dimension, quand vous devenez porteur de Lumière (même si de mon vivant je ne l’ai jamais montré devant mes disciples) il existe aussi des périodes où l’on se sent très seul avec cette Lumière. Effectivement on a la joie intérieure. Mais cette joie intérieure, le fait de participer à l’Unité Divine, vous donne aussi la responsabilité de porter le poids de la souffrance des autres. Vous percevez totalement la souffrance de la fourmi à l’autre bout de la planète, du pauvre enfant qui meurt de faim à dix mille kilomètres de là. Vous devenez conscient au-delà de ce que vous pouvez imaginer. Cela n’est pas toujours si facile. Néanmoins je conçois qu’il vaut mieux être dans la joie permanente, surtout lorsque l’on a connu la première transfiguration, la nostalgie est telle, la souffrance est telle, qu’elle vous pousse à retrouver au plus vite cet état de conscience. J’ai parlé.

Question : Comment aimer l’incarnation?

C’est une question très grave, très importante. Pas grave mais importante à partir du moment où on comprend le principe de l’incarnation, le sens de l’incarnation qui est de trouver la Lumière, de spiritualiser la matière. Il est très difficile, pour les âmes nostalgiques de la Lumière qui n’ont pas complètement coupé les portes avec l’autre côté, qui ont un attrait morbide pour ce qui est de l’autre côté, il est difficile d’aimer l’incarnation, car effectivement moi qui suis de l’autre côté, je peux vous dire que l’enfer c’est là où vous êtes, c’est pas là où je suis. Ca, c’est sûr.

Néanmoins, il convient d’être extrêmement incarné car la Lumière ne peut pas pousser dans quelque chose qui est évanescent, qui n’est pas fixé, qui n’est pas densifié. L’incarnation est quelque chose d’extrêmement ancien qui a pris des éons et des éons avant d’arriver au stade de beauté où vous en êtes. Il convient, comme tout créateur (vous êtes créateur de votre corps, de votre réalité), d’accompagner la création jusqu’à son retour à l’Unité, jusqu’à son retour à la Divinité.

Vous avez créé un corps, vous en êtes responsables. Et cette création, il faut l’amener en son terme, en une vie, en mille vies s’il faut. Mais c’est un jeu auquel vous avez librement consenti, librement déterminé. Personne ne vous a poussé ou emmené dans un corps. Vous y êtes venus tout seul. Maintenant comment aimer l’incarnation ? En comprenant ce mystère fondamental de la vie : il convient de transformer l’enfer en paradis en devenant un porteur de Lumière. J’ai parlé.

Question : Comment lutter contre le mental?

Le plus simple, cher ami, c’est de faire taire le mental. Comment fait-on taire le mental ? En méditant, en faisant quelque chose. Dans les moments où vous êtes occupés dans une tâche ménagère, professionnelle, le mental se tait. Quand le mental parle, vous induit en division, en séparation, quand vous commencez à réfléchir, plutôt qu’agir, dès que vous vous posez la question, vous êtes déjà dans la division. Et le mental est un obstacle extrêmement majeur car c’est le dernier obstacle à l’activation du cœur. C’est pour cela que je parlais tout à l’heure de perforer le cocon du mental, ce que nous ferons bientôt.

Malheureusement, il n’y a rien de nouveau pour faire taire le mental à part la méditation, à part la dérivation par d’autres tâches. Mais effectivement, le mental est certainement l’obstacle majeur à l’ouverture totale du cœur car il y a quelqu’un, en vous, qui ne veut surtout pas que le cœur s’ouvre, c’est la personnalité car elle croit qu’elle va mourir. Et elle ne veut surtout pas mourir. Elle veut surtout que tout perdure en l’état. Elle tient même à vous faire croire que vous êtes immortel, que vous allez vivre des milliers d’années. Là, c’est l’ego, la personnalité qui vous mentent à longueur de journée. Et c’est la dernière à lâcher prise et c’est elle qui occupe le mental.

C’est pas vous qui occupez le mental. Toutes les créations mentales sont des créations de l’ego, de la personnalité. C’est pour cela que le Christ disait : « Redevenez comme des enfants. Nul ne peut pénétrer le Royaume des cieux, s’il ne redevient comme un enfant », de même qu’il a dit « Il sera plus difficile à un riche d’entrer au paradis, qu’à un chameau de passer par le chas d’une aiguille » Qu’est-ce qu’il voulait dire par là ? Il voulait dire que plus vous avez construit des schémas mentaux, plus vous avez aussi des possessions, quelles qu’elles soient, des attachements, plus il vous sera difficile d’arriver à l’ouverture du cœur. Non pas à passer de l’autre côté mais à ouvrir le cœur. L’ouverture totale du cœur est le moment ultime de l’élévation. C’est un moment extrêmement important qui nécessite un abandon et un désespoir total pour arriver à cela.

Alors, chers amis, nous allons faire quelque chose où le mental se tait. Je vais vous demander de rester les bras et les jambes décroisés et de fermer vos yeux. Je décris quand même le processus qui se passe au fur et à mesure qu’il se produit. Il y a d’abord un phénomène d’action plus grande de la couronne.

Vous portez votre conscience, votre intérêt sur la couronne au-dessus de la tête, sur kether comme disent les kabhalistes. Là vous sentez la vibration. Peut-être même la sentez vous depuis fort longtemps. Ensuite, un petit peu plus dur, vous allez au bas de votre colonne vertébrale, là où il y a le sacrum, là où se trouve la shushumna. Votre conscience se dirige sur le point du sacrum. Et cela vibre. Et là, vous allez laisser les énergies de la couronne descendre et les énergies du sacrum monter. Tout cela dans le dos. Une énergie qui descend, une énergie qui monte. A peu près au milieu du dos, les énergies sont à l’arrière du corps. Maintenant, il va falloir que j’ouvre le cocon étherique, le cocon astral et le cocon mental de mon canal. Vous, vous êtes centrés dans votre dos pour l’instant, à hauteur du cœur mais dans votre dos.

Nous avons percé le cocon étherique. Maintenant, nous attaquons le cocon astral.

Et maintenant, le plus dur, le cocon mental. Maintenant vous ressentez le renforcement des énergies dans la couronne qui descendent et qui se précipitent et qui remontent aussi depuis le sacrum. Et petit à petit, la translation se fait de l’arrière vers l’avant. Voilà, cela arrive en avant du cœur. Et là, maintenant, je rayonne moi-même le porteur de Lumière. Voilà, cela arrive sur vous maintenant. Et maintenant, si vous êtes prêts et si vous le souhaitez, je vais perforer en avant de vous le cocon étherique, le cocon astral et enfin le cocon mental. Et là, l’énergie qui était en rotation au niveau de Tipheret va pouvoir sortir librement.

Et voilà, mes chers amis. C’était mon cadeau de la nouvelle année. Je vous apporte maintenant toute ma bénédiction et vous pouvez rester dans cet état pendant quelques minutes si vous le souhaitez. Je vous dis en tout cas à très bientôt et je vous apporte tout mon amour. Et persévérez sur le chemin. Je vous dis à bientôt.

Extrait de : O.M. AÏVANHOV – 1er janvier 2006

Il y a dans l’être humain un certain nombre de barrières. Le mot barrière a une signification extrêmement précise : ce qui sépare deux espaces, ou un cocon précis d’un autre cocon ou d’un autre espace. Il y a des grandes barrières ou des petites barrières. Celles-ci sont situées d’abord dans l’être humain.

Les grandes barrières sont situées à la racine des membres au niveau des épaules, au niveau des aines. Ces grandes barrières permettent la coupure, la séparation entre le corps étherique et le corps mental.

Maintenant, nous avons quatre autres barrières qui sont situées, elles, au niveau des petites barrières. Ces petites barrières sont situées au niveau des articulations des poignets et au niveau des articulations des chevilles. Ces petites barrières forment une séparation entre ce que l’on appelle le corps astral et le corps éthèrique. Ainsi, sur chaque membre nous avons deux barrières : une grande barrière et une petite barrière qui séparent donc le corps mental du corps étherique et le corps étherique du corps astral.

Ces barrières sont instituées pour éviter qu’un certain nombre de phénomènes ne se produisent et en particulier la descente directe d’une perturbation mentale au niveau éthèrique ou d’une perturbation astrale directement dans le corps éthèrique. Ce sont des processus évolutifs qui ont été mis en œuvre voilà bien longtemps lors de la constitution du corps physique de l’humanité actuellement incarnée sur Terre.

Chacune de ces barrières gouverne un territoire spécifique. I

l est trop compliqué de rentrer dedans aujourd’hui. Mais sachez simplement qu’à chacune de ces barrières correspond ce que l’on appelle un code de conscience expansée qui permet, lorsque certaines conditions sont réunies, d’ouvrir la barrière et donc d’ouvrir la communication entre le corps mental et le corps éthèrique, ou encore entre le corps astral et le corps étherique.

Mais cela nécessite, avant d’ouvrir la porte, que le plan éthèrique correspondant soit dégagé de toutes influences néfastes au niveau du corps mental ou du corps astral.

Sans cela si vous ouvrez la barrière et que, dans un des espaces, il y a quelque chose qui est perturbé et bien cela passe de l’autre côté. Cela est très simple à comprendre. Chaque barrière correspond donc à un code de conscience expansée.

Or, lors du passage de la troisième à la cinquième dimension, qui est en train de se produire pour cette humanité, vous avez un passage de barrière. Mais le passage de barrière ne peut se faire que lorsque le corps éthèrique est débarrassé totalement des pathologies, des troubles qui sont enkystés à l’intérieur, car si vous ouvrez la barrière entre le corps mental et le corps éthèrique, et si le corps mental, dans sa résonance éthèrique, n’est pas purifié, il va cristalliser directement dans le corps physique, et ensuite directement du corps étherique au corps physique.

Maintenant, ces barrières, en tout cas en ce qui concerne les barrières inférieures, sont directement sous l’influence de ce que l’on appelle les deux premiers chakras (que l’on appelle dans la tradition orientale muladara chakra et suadistana chakra).

Le chakra racine relié au fondement et aussi le deuxième chakra qui est lié, lui, particulièrement lié, à tous les codages karmiques liés à l’entité. Ces deux chakras sont en résonance avec les petites barrières et les grandes barrières de la jambe droite et de la jambe gauche.

Ainsi, si vous déverrouillez les barrières situées au niveau de l’aine et au niveau du pied, avec l’intermédiaire qui est situé au niveau du genou (mais c’est la même chose), vous allez permettre le passage de l’énergie du plan éthèrique au plan mental, du plan physique au plan astral et réciproquement dans les deux sens. C’est un processus de retournement d’énergie qui se fait au moment où l’individu est prêt à accéder à la nouvelle dimension.

En aucun cas, vous ne pouvez ouvrir les barrières sans vous assurer que tout soit en ordre au niveau des deux premiers chakras, mais aussi, par corrélation, au niveau du corps astral et du corps mental, et donc au niveau du chakra cœur et du chakra solaire.

Et comme vous le verrez plus tard, les codes de conscience expansée et les barrières des membres supérieurs sont liés au corps astral et au corps mental.

En contre partie, en corrélation, il faut que le corps physique et le corps éthèrique soient parfaitement libérés aussi pour activer les codes de conscience expansée au niveau des membres supérieurs. Il convient donc, avant de travailler sur ces ouvertures de barrières, sur ces nouveaux enracinements dans les profondeurs de la Terre (non plus dans la troisième dimension, mais dans la cinquième dimension), absolument être sûr qu’au moment où le travail se fait les deux premiers chakras et aussi le chakra cœur et le troisième chakra (donc les quatre premiers chakras) soient parfaitement nettoyés. Car que va-t-il se passer, je le redis encore une fois, si par exemple vous avez une cristallisation du mental, une obsession, une idée fixe, comme par exemple « Ah, j’en ai marre de travailler ! » et cela tourne dans la tête « Ah, je veux plus travailler, je veux plus travailler, je veux plus travailler…. », et que, vous, vous ouvrez les barrières et que vous étendez cette injonction dans la cinquième dimension des profondeurs de la Terre. La réaction va être immédiate : il va plus travailler, provoquant un accident qui peut aller d’une fracture en passant par une entorse, en passant par quelque chose qui va concrétiser la réalité de ce qui était pensé dans le mental.

C’est-à-dire que ce travail d’activation des barrières, des consciences nouvelles ou encore des codes de conscience expansée au niveau des jambes, ne peut se faire qu’après avoir vérifié l’intégrité totale des quatre premiers chakras, et non pas uniquement des deux premiers. Cela est extrêmement important parce que si vous ouvrez ces barrières, qui sont liées aussi à des blocages au niveau éthèrique, rappelez-vous, de nature karmique, vous allez ouvrir totalement ces plans là.

Et on ne peut ouvrir que ce qui est purifié. Sans cela, les dangers sont extrêmes.

Voilà, le petit cours que j’avais à faire. Il en est de la même chose lorsque l’on parle de retournement. Il faut bien comprendre que dans les plans évolutifs, depuis maintenant plus de 50 000 ans, le cocon astral était dirigé vers l’intérieur, c’est-à-dire vers l’individualité, vers l’ego, vers la personnalité, avec des qualités inhérentes à cette individualisation comme le sens esthétique, le sens de la beauté, mais aussi de la laideur. Et puis vient le grand initié de la planète qui, par son sacrifice et par son sang versé, a retourné le corps astral de la planète et de l’ensemble de l’humanité, c’est-à-dire que le corps astral, le cocon astral, à partir du moment du sacrifice Christique n’a plus été tourné vers l’intérieur mais s’est retourné vers l’extérieur. Et qu’est-ce qu’il y avait à l’extérieur ? Le corps mental, la structuration de la raison, ce que l’on a appelé le mental inférieur, qui a permis de comprendre avec l’intellect, avec la raison la notion du bien et du mal.

Mais maintenant aujourd’hui, 2 000 ans après, il vous est demandé d’aller vers la maîtrise, de maîtriser son mental, de retourner son mental, que le mental ne soit plus tourné vers l’individualité mais vers des dimensions autres, vers le transpersonnel, vers la cinquième dimension, vers le mental supérieur ou le supra mental jusqu’au causal que vous appelez la cinquième dimension. Tout ce travail énergétique des barrières, des codes de consciences, des nouvelles racines correspond à chaque fois à des phénomènes de retournement. Et le phénomène de retournement s’accompagne à chaque fois d’un processus de vérification extrêmement précis. Voilà, la première partie du cours.

Maintenant la deuxième partie du cours, extrêmement importante aussi. L’être humain est debout. Il est l’intermédiaire entre le ciel et la terre. Les racines de l’homme sont des racines cosmiques, célestes et des racines spirituelles. Le développement des racines spirituelles correspond à l’ouverture d’un certain nombre de plans qui descendent de plus en plus profondément pour rejoindre le noyau de la Terre, l’intra Terre cristallin, de même qu’au niveau de ses racines spirituelles cosmiques, célestes si vous voulez, il y a une ouverture progressive des plans en fonction du degré de conscience de l’être humain qui habite ce corps et qui va permettre en quelque sorte d’ouvrir petit à petit des barrières, des portes d’ouverture vers d’autres plans : troisième, cinquième, neuvième, onzième, dix-huitième,etc.

Maintenant, il est évident, sur le plan spirituel, que l’on ne peut pas ouvrir les plans de Lumière de la onzième dimension chez un être qui se servirait des pouvoirs de la onzième dimension pour son ego personnel, pour satisfaire sa petite personnalité parce que cela serait extrêmement dangereux. Il en est de même pour l’ouverture des racines situées en bas.

Or, la nature fait bien les choses. Les racines célestes sont séparées des racines terrestres par une interface qui est l’homme.

En aucun cas, jusqu’à présent, les racines célestes ne doivent communiquer avec les racines intra terrestres. Il y a une jonction qui se fait au milieu de l’être dans le cœur. Il y a une jonction qui se fait au plus haut : au niveau de la couronne. Il y a une jonction qui peut se faire au plus bas : dans le périnée et sacrum. Mais en aucun cas, cette jonction ne peut se faire au dessus de la tête et encore pire au dessous des pieds.

Autrement dit, la Lumière spirituelle de ce que nous appelons le Père Soleil pénètre la tête, peut se trouver dans le cœur, au plus bas dans le premier chakra, mais jamais au niveau des pieds. Maintenant, l’énergie de l’intra Terre, de l’enfant Terre, de l’enfant Lune si vous préférez, peut se retrouver au niveau du bassin, au niveau du cœur mais en aucun cas au niveau de la tête et encore moins au dessus de la tête. C’est comme si on prenait les racines terrestres, intra terrestres et qu’on les remontait tout en haut. Il y a une séparation du Père Soleil et de l’enfant Lune ou l’enfant Terre. Cette séparation, illustrée par la position des astres qui ne sont pas fusionnés, pourquoi voulez-vous la faire « une » ? C’est une hérésie. Cela ne se produira que dans des millions d’années. Il n’y a pas lieu de connecter ces énergies, sans cela vous faites quelque chose qui est contraire aux lois de l’évolution et qui est extrêmement préjudiciable sur le plan évolutif pour les êtres sur lesquels vous faites cela.

Il est extrêmement important de comprendre l’analogie : ce qui est au Ciel est comme ce qui est sur la Terre, ce qui est en l’homme est comme ce qui est au-delà. Vous devez respecter les barrières, les codes de conscience, les règles de diffusion de l’énergie, les règles de descente et de montée de l’énergie et ne pas entraîner des énergies qui sont faites pour aller à un endroit précis au-delà de ce maximum. Sinon, vous allez déclencher des processus morbides, extrêmement graves mais aussi pour vous. Voilà, le cours que j’avais à vous faire. Maintenant, si cela ne vous semble pas clair, je suis prêt à écouter vos questions.

Question : Il semble que vous assimilez corps astral et corps émotionnel?

Tout à fait, le corps astral est le corps émotionnel. L’émotion est liée au corps astral, le corps de désir, le corps de l’individualité, c’est exactement la même chose. Il n’y a aucune différence. Celui qui voudrait faire une différence entre le corps astral et le corps émotionnel n’a pas compris. Il y a certes des sous-plans (des sous-plans inférieurs et des sous-plans supérieurs) tournés soit vers le corps physique, soit vers le corps mental. Mais c’est la même chose, c’est le même cocon dont je parle.

Question : Dans certains enseignements le corps astral est associé aux mémoires karmiques.

Chère amie, les mémoires karmiques se situent à tous les étages : au niveau du corps physique, corps étherique, corps astral, corps mental et du corps causal. Il n’y a pas de règles précises. Quand il y a une vibration karmique, elle touche toutes les structures si elle est active. Elle peut se manifester dans le corps physique.

Néanmoins, il y a deux plans vibratoires extrêmement importants qui sont, je dirais, en quelque sorte les interfaces : le deuxième chakra (sous le nombril) et le chakra laryngé. Celui qui est sous le nombril correspond au corps étherique, il code pour le karma. Et le cinquième chakra correspond au corps causal.

Le corps causal possède deux parties : un corps sans coutures (le corps immortel, le corps de gloire, celui que l’on va brûler au moment de la transfiguration qui fera que l’on aura plus besoin de se réincarner) mais aussi une partie intérieure où est inscrit tout ce qui doit arriver dans cette vie et ce que l’atome germe, l’âme spirituelle, a décidé de manifester dans son incarnation.

Mais ce qui se manifestera, ne se manifestera pas sur le cinquième chakra mais sur le deuxième chakra. C’est pour cela que les codes de conscience expansée de la jambe droite sont extrêmement importants et qu’il faut les respecter.

Le corps astral est un corps de manifestation karmique, bien évidemment : c’est l’émotion, le désir, l’assouvissement des passions, des pulsions, qui a déclenché dans le passé le codage karmique. Mais ce codage karmique ne reste pas dans le corps astral, sauf quand il est manifesté. Il est d’abord engrammé, encodé, dans le corps causal qui n’est pas encore purifié de par le phénomène ascensionnel et qui va se manifester un jour ou l’autre sur le deuxième chakra lorsque vous allez rencontrer le lieu, la personne, la vibration, l’énergie ou la situation en rapport avec l’émotion passée qui a généré le karma. Donc, dans ce cas là effectivement, le corps astral est en rapport avec un codage karmique.

Mais les règles de manifestation ne sont pas tout à fait les mêmes : le corps karmique c’est le cinquième et le deuxième chakra, même si cela passe par le corps astral. On peut aussi trouver dans le corps mental, dans le cœur, des cristallisations liées au karma. Autre question.

Question : Le guérisseur peut-il déverrouiller une porte sans en être totalement conscient?

Bien sûr, à partir du moment où le guérisseur lui-même a commencé un chemin ascensionnel où il a activé en lui, de par ses processus de vie, les phénomènes du feu liés à la rencontre avec les Séraphins, à partir du moment où il a été perforé par l’épée de Mikaël, qu’il le veuille ou pas, à partir du moment où il travaille sur l’énergie dans les jambes, il va activer sans le vouloir la manifestation des portes, l’ouverture des barrières en rapport avec les nouvelles racines. Il suffit pour cela de passer la main (pas n’importe quelle main, celle qui est en possession du feu). Donc la réponse est oui. Il faut être extrêmement prudent.

Tout thérapeute, guérisseur, qui est en phénomène ascensionnel parce qu’il a rencontré l’énergie du feu des Hayoth Ha Kodesh, des séraphins, doit nécessairement travailler sur les quatre premiers chakras, tout d’abord, pour s’assurer de leur intégrité au moment du soin, avant de travailler sur les membres inférieurs ou supérieurs. Mais pour l’instant, les membres supérieurs ne sont pas trop en cause. Cela sera en cause d’ici deux ans. Là, il faudra être encore plus prudent pour ces guérisseurs là.

Question : Comment le guérisseur peut-il savoir qu’il porte cette énergie là?

Il porte cette énergie à partir du moment où, quand il travaille sur quelqu’un, il sent sa couronne qui s’active et l’énergie qui descend de là-haut et passe à travers son corps. Tout guérisseur qui ressent la vibration au niveau de la couronne au moment où il travaille, ou même indépendamment, est en rapport avec le feu de l’éther et le canal de l’éthe, et donc doit redoubler de prudence.

Question : Est-ce la même chose que le « feu atomique »?

Tout à fait. Le feu de l’éther, le canal de l’éther, est lié à la réunion d’un phénomène extrêmement précis que nous appelons les Agni Deva. Les Agni Deva sont des particules corpusculaires qui ne sont pas des globules de prana, ou imaginez des globules de prana sur lesquelles il y a une petite comète derrière, comme la queue de la comète. Ces Agni Deva sont des particules élémentaires les plus infimes, au-delà même de l’atome et qui sont les constituants même de la matière.

Le feu de l’éther et le feu atomique ne sont révélés que quand la personne a reçu l’initiation Mikaëlique ou Séraphinique, c’est la même chose. C’est l’initiation par le feu. Voilà ce que l’on appelle le feu atomique. Au fur et à mesure de l’évolution de conscience du guérisseur qui reçoit ce feu cosmique, il y a amplitude augmentée de la réception. Il y a un certain nombre de seuils, de paliers qui se manifestent. Et à chaque fois, au fur et à mesure des années, il y a une manifestation plus grande de ce feu de l’éther. Au stade le plus évolué, le guérisseur, appelons-le comme ça, n’a plus besoin d’agir, il se contente d’être dans cet état et il rayonne ce feu qui devient lui-même guérisseur. Ainsi, guérissait le Christ par effusion permanente de l’Esprit Saint, par effusion permanente du feu de l’éther car il était lui-même le feu de l’éther, le feu atomique. Mais cela c’est un processus qui prend des années, qui peut survenir ou pas en fonction de la rectitude de conduite, en fonction de la rectitude des actes, des pensées, des émotions.

Question : Comment dissocier une cristallisation qui a besoin d’être retirée, de l’énergie des barrières?

L’énergie spécifique au niveau des chevilles et des poignets, qui enserrent les chevilles et les poignets, correspond au quatre petites barrières dont j’ai déjà parlé, qu’il est extrêmement important de libérer. Maintenant, au niveau du guérisseur qui veut agir au niveau de ces barrières, il y a trois règles extrêmement fondamentales.

La première, c’est avant de travailler sur la personne : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains, je suis ton outil ».

Deuxièmement : nettoyer parfaitement, non pas uniquement le canal mais surtout les quatre premiers chakras car le guérisseur qui a accès au feu doit être conscient que, dès qu’il touche les gens, il touche les barrières. Cela est normal. L’important est que les chakras de un à quatre, avant de toucher les membres, soient complètement purifiés, pacifiés, homogénéisés.

Troisième règle enfin : ne jamais contrevenir à la règle qui veut que les énergies du Père Soleil ne descendent pas plus bas que le sacrum et que les énergies de l’enfant Terre ne montent pas plus haut que le cœur. Ainsi, on peut se servir des énergies de la Lumière d’en haut pour nettoyer, purifier les chakras si l’on veut jusqu’au premier chakra, mais pas plus bas. De la même façon, on peut se servir des énergies de l’intra Terre pour remonter jusqu’au cœur mais pas plus haut. C’est les trois règles essentielles pour éviter les inconvénients et les ennuis.

Question: Comment peut-on reconnaître un chakra qui est pur?

Par la vibration qui est émise par un chakra sur le plan étherique, sans aller le chercher à trois mètres. Le plan étherique, ou astral éventuellement, doit donner la perception de quelque chose qui est calme, qui tourne calmement sans zones d’ombres, sans opacités, sans accrochements particuliers au niveau du chakra. Maintenant on peut prendre aussi l’énergie Lumière pour nettoyer le chakra. En tout cas, il ne faut jamais commencer à travailler directement sur les membres. Jamais, jamais. Toujours commencer par les quatre premiers chakras ou par la couronne si l’on veut et descendre l’énergie.

Ensuite, ressentir les chakras. Un chakra qui possède une manifestation karmique ou un déséquilibre, quel qu’il soit, se ressent avec la main. Si tel est le cas, il faut nettoyer le chakra, même si effectivement la purification de ce chakra peut ne pas être définitive, mais permettra, au moment des soins, au moment où le travail de purification se fait, d’accéder aux barrières, et aux petites barrières qui sont extrêmement importantes au niveau des chevilles et des poignets. Voilà, le protocole extrêmement précis à suivre.

Question: Et peut-on nettoyer le sacrum par l’arrière?

Le nettoyage du sacrum par l’arrière s’assimile, non pas au nettoyage du premier chakra, s’assimile au nettoyage des canaux qui sont en rapport avec le sacrum, c’est-à-dire, ce que l’on appelle dans la tradition orientale la shushumna, mais aussi les canaux solilunaires.

Rappelez-vous que la shushumna est au centre mais qu’il y a de chaque côté, Inga et Pingala, c’est-à-dire les courants solaires et lunaires, le fil d’or et le fil d’argent, le fil de cuivre étant au milieu. Et que chaque courant d’énergie tresse ce que l’on appelle le caducée médical et qu’au niveau du sacrum, on fait un nettoyage préalable de la shushumna, mais aussi d’Inga et Pingala. Mais cela ne correspond pas au premier chakra même si le premier chakra passe par là. Le nettoyage des chakras doit se faire sur la partie antérieure. J’ai parlé.

Question: Le fait de toucher le sacrum ou un point entre les omoplates ou encore l’occiput, peut-il amener à une transgression des barrières dont vous parlez?

A priori, absolument pas. Nous ne sommes pas sur le même type de circuit. Le circuit dont vous parlez (au niveau du sacrum, la shushumna, Inga et Pingala, la même chose en haut du dos entre les deux omoplates, là où se trouvent les racines des ailes) est lié à l’énergie centrale, alors que les membres ont la particularité d’être des énergies latérales. Ce n’est pas du tout la même chose.

Le phénomène d’expansion de conscience concerne dans un premier temps une latéralisation de l’énergie qui se passe par l’amplification de la shushumna mais aussi en évitant un processus d’expansion trop brutale au niveau des grandes racines ou des grandes barrières, par exemple, qui sont situées au niveau des racines des membres. Mais néanmoins, l’énergie latérale n’a rien à voir avec l’énergie centrale.

Plus on monte en conscience, plus l’énergie peut être dangereuse parce qu’elle se rapproche du feu atomique et du feu primordial après. Il convient d’avoir la maîtrise totale de nos faits et gestes, de nos pensées, de nos actions pour arriver à la maîtrise de l’énergie. Maintenant, il y a des règles simples à respecter que j’ai données. A partir du moment où ces règles sont respectées, il ne peut pas y avoir de dégâts, de désordres importants pour le guérisseur et pour le sujet. Il faut demander l’autorisation au Père, quand on touche les niveaux du feu atomique, ce n’est plus à l’âme que l’on doit s’adresser, c’est à la Divine Source.

On ne peut pas ouvrir ce qui n’est pas prêt. Si vous ouvrez les vannes du barrage avant que le terrain soit préparé, vous courez à la catastrophe pour vous et pour celui sur qui vous le faites. Les codes de conscience expansée sont des choses extrêmement importantes. Ce sont des choses extrêmement nouvelles pour l’humanité actuelle. Il convient d’en faire un usage extrêmement précis surtout pour ceux qui ont reçu le feu.

Question : Comment savoir si c’est le moment ou pas d’ouvrir les chakras racines?

Le moment est opportun à partir du moment où la personne non pas exprime une volonté de Lumière spirituelle mais a déjà reçu une certaine forme de Lumière spirituelle. A partir du moment où elle a un certain signe précis d’activation des chakras, comme le sifflement dans l’oreille gauche (le chant de l’âme), la perception de la vibration sur le troisième œil, sur le chakra du cœur, sur le septième chakra, comme par exemple le sens électrique, magnétique extrêmement développé, comme la capacité à sentir les énergies des autres êtres humains, des entités, de la nature. Ceux là sont prêts à faire ce travail. Mais tous les autres oubliez-les ! Vous n’allez pas les guérir. Vous allez les tuer ! Ce travail des nouvelles barrières et des nouvelles racines est destiné uniquement à ceux qui ont entamé un processus d’élévation de conscience. Ce n’est pas du tout un processus thérapeutique.

Question : Est-ce que l’expansion des corps est un critère d’ouverture de la personne?

Oui, bien sûr.

Question : Pourriez vous nous parler du chakra qui se développe entre le hara et la base?

C’est le chakra intra Terre. Le premier chakra, c’est le chakra racine, mais aussi le chakra terre au niveau de l’élément. Donc le chakra nouveau c’est le chakra intra Terre. Son rôle est tout simplement de favoriser la communication entre le corps astral, le corps mental et le corps étherique, d’accéder à la cinquième dimension, d’accéder à la Source, d’accéder à la Source intra Terre, d’être en communication avec la cinquième dimension dans un corps incarné et non pas désincarné. Voilà le rôle essentiel : c’est de nous reconnecter à notre Source, chose qui n’était plus possible depuis l’apparition de la troisième dimension, avec la venue des Atlantes et la création du corps astral ou du corps émotionnel.

Aujourd’hui, ce corps astral, émotionnel, qui a été transformé profondément au moment de l’énergie Christique, au moment de sa venue, laisse la place à un retournement du corps mental à son tour, non plus vers l’ego mais vers un mental supra mental. Et ce supra mental est en connexion avec l’intra Terre de cinquième dimension, le cœur cristallin de la planète, la mémoire akashique de la planète. Mais aussi avec la cinquième dimension au niveau cosmique.

Question : Avez-vous d’autres préconisations pour les thérapeutes?

Et bien, la plus importante est de respecter la rectitude. Lorsque l’on reçoit ces qualités énergétiques au niveau de la couronne, il faut intégrer ces énergies. Ce sont des énergies de transmutation. Surtout en ce moment, elles sont extrêmement violentes. Il convient que cette énergie descende au plus profond de l’être jusqu’au bas ventre, qu’elle diffuse. Parallèlement à cela, les racines, dont nous venons de parler si longuement, les nouveaux centres, le chakra intra Terre, commencent à bénéficier de l’influx énergétique de l’intra Terre qui va se manifester par des vibrations sous les pieds ou par des douleurs au niveau du dos parce que cette énergie remonte en vous.

A partir du moment où l’énergie remonte et que l’énergie est descendue, vous allez pouvoir réunir ces énergies au niveau du milieu de votre être, dans la poitrine et commencer à toucher, à rayonner l’énergie Christique, l’énergie que l’on a appelé amour inconditionnel qui met dans cet état d’extase et d’intase, c’est-à-dire de joie intérieure, que les orientaux ont appelé le samadhi. Au fur et à mesure que le travail de redescente et de remontée se fera, vous allez commencer à ressentir l’énergie du cœur, comme une joie immense qui vous envahit.

Il faut vous centrer dans le cœur de plus en plus, apprendre à ressentir ces énergies qui remontent, apprendre à les canaliser, c’est-à-dire à les remonter de façon harmonieuse, et non pas de façon impétueuse, à les stabiliser pour qu’elles n’aillent pas plus haut que le cœur et faire en sorte que les énergies de la couronne, qui étaient descendues, remontent jusqu’au niveau du cœur. Travail sur le cœur, travail de réunification sur les énergies du Ciel et de la Terre en votre sein, travail de réintégration aussi qui vous permettra de vivre beaucoup plus sereinement ce chemin, en particulier grâce au samadhi, à la joie intérieure.

C’est pour ça qu’il est extrêmement important de trouver des périodes de repos, de recueillement, non pas d’enseignement, mais de repos, de retour sur soi-même, pour soi-même, en soi-même. Cela est extrêmement important à préparer.

Voilà, chers amis. Je vous apporte maintenant tout mon amour et toute ma bénédiction après ces précisions et ce petit cours.

Extrait de : O.M. AÏVANHOV – 8 janvier 2006

SOURCE : http://autresdimensions.info

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email