ENTRETIENS JUILLET 2017

O.M. AÏVANHOV – Partie 2

Eh bien chers amis, nous allons pouvoir continuer à répondre à vos questions et à glisser de-ci de-là les éléments que j’avais à vous donner. Alors je t’écoute à nouveau.

Question : si je me réveille la nuit, ou le matin, je vois souvent mes bras noirs et qui disparaissent parfois en partie dans le noir. Quel est le sens de cela ?

Ceci correspond tout simplement à la disparition de l’éphémère. Tu vois tes bras noirs, est-ce que c’est de la Lumière noire ou est-ce que c’est une ombre noire ? Tel que tu décris, les mots que tu emploies me donnent à penser que tu vois ton corps disparaître. Tu ne vois pas le corps d’éternité, tu vois directement ton corps physique qui a disparu, en tout cas dans ces parties-là. Cela peut-être aussi lié, et ça dépend bien sûr si tu as des mécanismes de douleur, par exemple au niveau des épaules ou sur les chakras qui sont des chakras mineurs, qui sont situés dans les creux axillaires. S’il y a blocage d’énergie, bien évidemment, comme il y a perception de plus en plus fréquente, comme je l’ai dit, de ce qui est subtil et qui était invisible jusqu’à présent, cela fait partie des choses qui sont tout à fait possible de voir.

Mais s’il y a un blocage dans la circulation de l’énergie vitale, tu vois ton éthérique, parce que y a deux visions possibles : soit la vision de l’éthérique, avec absence de lumière et aspect noir, soit il y a disparition du corps physique. Donc là, je ne peux pas trancher entre les deux, ça

dépend vraiment de ton état, ça dépend de ce que tu ressens. Mais le plus souvent quand même, ce que vous voyez, c’est votre corps d’éternité qui est en superposition du vôtre, en certaines parties. Vous pouvez même d’ailleurs sentir, et je crois que je l’ai déjà dit le mois dernier, vous pouvez très bien sentir que vous bougez le bras d’Êtreté et non pas le bras physique. Vous pouvez sentir des vagues, des vibrations, qui ne sont plus liées à la vibration de votre corps physique ou des corps subtils mais à la vibration de votre Êtreté. La différence, c’est souvent la notion de quelque chose qui est un peu piquant, si vous voulez. Ça, c’est le corps d’Êtreté qui est constitué, je vous le rappelle, de Lumière adamantine.

La Lumière adamantine, quand elle est suffisamment importante en nombre de particules, va vous donner des sensations, pas nécessairement d’inflammation mais au minimum des sensations de picotement. C’est pas de l’énergie qui circule, ce n’est pas à proprement parler de la vibration, mais c’est la superposition de ce qui est vos structures éphémères et ce corps d’éternité qui engendre ces sensations. Mais le plus souvent, vous voyez ou vous sentez quelque chose qui se déplace, par exemple vous sentez que votre jambe va se déplacer dans le lit alors qu’elle est immobile, parce que comme je l’ai dit, votre conscience passe des moments de plus en plus évidents dans le corps d’Êtreté, découplé, si je peux dire, du corps physique. C’est une forme d’apprentissage très modeste, bien sûr, de votre corps d’Êtreté.

Je vous rappelle que l’apprentissage, si je peux dire, de la conduite de ce corps d’Êtreté, correspond aux enseignements métatroniques qui seront reçus dans la période finale de la Terre, dans la période finale de l’ascension de la Terre et donc de votre libération.

Autre question.

Question : depuis quelques semaines, j’ai des douleurs régulières dans l’oreille gauche qui me réveillent la nuit. Je les ai ressenties pendant votre précédente intervention. Que pouvez-vous dire par rapport à cela et pourquoi l’oreille gauche?

Alors déjà, bien évidemment, ça aurait pu être un problème de santé, mais le fait que tu décrives le même processus dans ton sommeil et en écoutant ma voix très agréable, signifie que tu es en contact avec ton corps d’éternité mais qu’il existe, au sein de tes structures éphémères, un processus de refus d’entendre quelque chose. Or qu’est-ce qu’il se passe au niveau de l’oreille gauche ? Je ne parle pas d’entendre les voix humaines, les bruits de ce monde, mais il y a ce qui est noté et qui a été nommé le chant de l’âme, les Siddhis, si vous voulez, et aussi l’Antakarana, qui a été rebaptisé le Canal Marial depuis la présence de la Lumière vibrale. Tout cela vous le savez.

Et bien sûr, dans cette phase particulière de libération que vous vivez, il y a des mécanismes de résistance, comme ça a été dit, liés à vos habitudes, liés à ce monde, à l’expérience de ce monde, qui peuvent se manifester par diverses sensations. Les processus inflammatoires ou de douleurs qui sont situés dans la partie la plus haute du corps, c’est-à-dire le cou et la tête, sont toujours liés à des mécanismes de résistance, le plus souvent inconscients, liés aux habitudes, aux origines stellaires et aux lignées où s’étaient glissés, dans l’historique, si je peux dire, des mondes, des éléments liés à ce qui est nommé la prédation, c’est-à-dire l’absence de liberté de l’autre.

Donc vivre des processus au niveau des organes des sens, que ce soit l’oreille gauche, l’oreille droite, les narines, les yeux, les orifices de la face comme on dit, signent, en cette période, bien sûr en exceptant tout ce qui est problème médical à proprement parler, des processus d’alchimie qui sont pour l’instant, sur la zone en question, en butte aux résistances des habitudes du corps éphémère. L’oreille, bien sûr, gauche, c’est pas seulement l’audition, c’est pas seulement écouter, c’est pas seulement entendre, c’est aussi entendre l’Éternité, et donc cela traduit quelque part, surtout du côté gauche, une forme de résistance ou une forme de difficulté à laisser libre cours à l’Éternité. Voilà ce que je peux en dire, encore une fois, si bien sûr il n’y a pas de problème de santé.

Mais l’interaction de la Lumière sur certaines zones de votre corps éphémère peut effectivement dorénavant entraîner des processus, comme je l’ai dit, allergiques, inflammatoires ou de résistance, c’est la même chose, au niveau de ces zones, et qui vous renvoient, non pas à quelque chose à comprendre ou à expliquer mais à quelque chose à traverser en toute humilité, afin que ceci ne s’installe pas de manière durable.

Par contre il me semble bien que tu as parlé de plusieurs semaines, il me semble, dans la question, non ?

Question : depuis quelques semaines.

Quelques semaines. Les processus qui surviennent aujourd’hui dans votre conscience ordinaire, dans ce corps physique, sont en général de caractéristiques suivantes : ça apparaît brutalement, ça disparaît le plus souvent tout aussi brutalement, quand il n’y a pas eu de dégâts organiques trop importants, mais si ça dure, ça veut dire que le travail de la Lumière, et non pas ton travail à toi, n’est pas encore finalisé sur cette zone.

Comme je vous l’ai dit, la Lumière adamantine ne pénètre plus seulement par les chakras, ne pénètre plus seulement par l’Onde de Vie ou le Canal Marial, ou par les Portes et les Étoiles, et pénètre maintenant en des zones où il y a pas autre chose que des fonctions physiologiques, qui vous renvoient aussi, je dirais, à un archétype spirituel. Les oreilles, c’est l’écoute et l’entente, ça veut dire qu’il y a quelque chose que tu ne veux pas entendre. Mais à l’intérieur de toi, pas entendre à l’extérieur, de quelqu’un qui te dirait quelque chose, ou la vie te montrerait quelque chose, c’est toi par rapport à toi-même, dans ta confrontation, le face-à-face nous avions dit, entre ton éphémère et ton éternel, si tu préfères entre la peur de l’éphémère et l’Amour de l’Éternité. La peur cristallise et fige, pas seulement la conscience mais aussi le corps. L’Amour, l’humilité, la simplicité, la transparence, la Voie de l’Enfance, créent la transparence propice à l’installation totale de la Lumière et de la Vérité que vous êtes, ici même sur cette terre.

Si l’Appel de Marie avait eu lieu avant les Théophanies, tous les processus que vous vivez maintenant se seraient déroulés de manière beaucoup plus invasive, je vais dire, durant les trois jours. Donc c’est en ce sens que les jours qui passent, les semaines qui s’écoulent sont une grâce providentielle pour vivre ce que vous avez à vivre, ce qu’il vous reste en quelque sorte à finaliser, à découvrir de vous-mêmes, c’est-à-dire que vous êtes la Lumière.

Donc ne vous attardez pas à cette notion de résistance même si c’est douloureux et même si c’est inflammatoire, occupez-vous-en de manière organique, physique, énergétique, psychologique, mais sans référer à quelque chose qui viendrait d’un passé. C’est l’état actuel, l’état actuel est nécessairement la résultante du passé au sein de ce monde enfermé, mais trouver le présent ne peut se faire en solutionnant dorénavant quelque élément du passé que ce soit. La solution, elle est aussi dans l’instant présent, dans la plénitude, dans la félicité, et la paix de la Lumière retrouvée.

Vous constaterez d’ailleurs que agir au niveau matériel, corporel, bien sûr est faisable, mais qu’agir par l’Esprit, par la conscience, si vous préférez, à travers des mécanismes de compréhension, d’explication, et même de solutionnement, ne feront que vous renvoyer à d’autres problèmes plus graves. C’est exactement ce qui se passe pour certains d’entre vous qui ont commencé par avoir des problèmes, par exemple, aux pieds, et particulièrement au pied droit, à la cheville droite, ensuite c’est remonté le long de la jambe, ça a pu donner des douleurs de dos, des douleurs de gorge, et maintenant au niveau des organes des sens. Vous voyez, il y a une progression, à la fois de la Lumière mais aussi du dévoilement des résistances qui sont inscrites dans votre structure éphémère.

Ces résistances, je le reprécise encore une fois, vous ne pouvez plus dorénavant agir par vous-mêmes, par l’Esprit ou par la conscience, vous êtes obligés de vous adresser à des thérapies conventionnelles, que ça soit des médicaments, chimiques ou autres, que ce soit du magnétisme, que ce soit des cristaux ou autre chose, mais pas par vous-mêmes, par votre conscience. Parce que la douleur elle-même, qui arrive brutalement et disparaît brutalement, les inflammations qui apparaissent aussi subitement qu’elles disparaissent, parfois en durant effectivement quelques semaines mais c’est rare, ne sont là que pour vous faire lâcher ce que vous tenez, c’est-à-dire votre identité, votre personne et votre peur camouflée, si je peux dire, de votre propre disparition, même si vous disparaissez avec aisance dans vos alignements ou encore dans votre sommeil. Mais il faut aussi que dans l’activité de la personne, même les plus ordinaires, la personne disparaisse aussi.

Il est tout à fait différent, comme je l’ai dit dans une réponse précédente, de faire la cuisine en pensant à tout autre chose, que de faire la cuisine en conscience. Les résultats ne sont pas les mêmes, et c’est pareil pour toute chose. C’est-à-dire que la conscience a besoin d’être présente même dans les automatismes qui étaient redevenus inconscients, parce que c’est comme cela que vous magnifiez votre éternité et que vous la laissez apparaître en totalité au sein même de votre éphémère, afin qu’il prenne la place.

Donc tout ça est très cohérent, si vous voulez, et tout ça est parfaitement explicable par une seule chose qui ne dépend pas de votre histoire, mais comme je l’ai dit pendant des années, la peur ou l’Amour, et souvent ce sont des peurs inavouées qui sont camouflées par des stratégies de défense, d’évitement, que vous avez bâties tout au long de vos vies. Or, dès qu’il y a des stratégies d’évitement ou d’adaptation à certaines situations, vous n’êtes plus libres puisque vous êtes conditionnés par des stratégies et vous ne laissez aucune liberté à l’instant présent parce que vous êtes déjà soit dans le futur, soit en train de réfléchir par rapport au passé dans tout ce qui arrive dans votre vie, agréable comme désagréable.

Donc toutes les circonstances de vos vies, actuellement, sans aucune exception, ne sont là que pour vous faire découvrir qui vous êtes, si ce n’est déjà fait, et avec une intensité qui vient parfois gêner, effectivement, aussi bien l’Éternité que la conscience éphémère, mais c’est voulu par la Lumière et ça résulte directement de cette interaction au plus intime de l’éphémère et de l’Éternel, ou de l’Amour et de la peur, ce qui revient au même.

Autre question.

Print Friendly, PDF & Email