Entretiens De Mars 2017 – O.M. AÏVANHOV – Q/R– Partie 2

339

Entretiens de Mars 2017

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Questions/Réponses – Partie 2

Eh bien chers amis, nous allons maintenant continuer vos questions et aussi ce que j’ai à dire. Donc nous commençons, s’il y a de l’écrit ou de l’oral ; n’hésitez pas à intervenir à l’issu de mes réponses. Nous pouvons commencer.

Question : le 31 décembre 2005 vous avez donné une prière secrète transmise par votre maître Orionis. Pouvez-vous chanter ou prononcer cette prière ? Est-elle d’actualité en ces temps?

Une prière ? C’est pas une prière…

Question : je peux vous dire les mots.

Vas-y, je t’écoute.

Question : Abraham, Abraham, Abraham, Shaddaï, Shaddaï, Shaddaï, OM, OM, OM, Shaddaï El Chaï, Abraham.

C’est pas une prière ; le terme exact, si tu veux, serait évocation ou invocation, c’est-à-dire faire appel à l’Esprit d’Abraham, l’Esprit des Melchisédechs. C’est quand il y a une demande urgente. C’est pas une prière à répéter, c’est une évocation ou une invocation qui fait appel à l’énergie qui était nommée, en hébreu, à l’époque, Shaddaï El Chaï, et qui est liée directement aux Melchisédechs qui avaient rencontré Abraham et plus tard le roi Salomon.

Donc c’est un appel plus qu’une prière, c’est une demande qui est liée non pas à l’obtention de quelque chose de précis au niveau matériel mais surtout quand il y a un besoin, si je peux dire, de Lumière plus important pour permettre à une situation ou à un élément donné de se soulager, n’est-ce pas ?

Donc on ne peut pas orienter en quelque sorte la demande. C’est un appel direct aux intercesseurs, je pourrais les nommer, de la Lumière, qui sont les Melchisédechs, qui sont reliés à ce que j’avais nommé voilà très longtemps : l’Ancien des jours. C’est des énergies qui permettent, à travers cette prière comme tu dis, de faire appel à la conscience des Melchisédechs, à la conscience libre de la Lumière quant à son agencement. Voilà ce que je peux dire. Tu voulais utiliser cela pour quoi ?

Question : la personne qui a posé la question pensait que c’était un mantra, et comme vous parliez d’écouter cette prière, il voulait que quelqu’un la chante ou la dise.

Oui, il existe des chants qui ont été fait par certains êtres qui ont des guidances particulières, concernant en particulier ce que j’appellerais, sans plus de détails si vous voulez, les lignées Énoquiennes. Et les prières, cette prière, cette invocation plus précisément, effectivement a été composée comme musique, mais ne compte pas sur moi pour te chanter cela.

Mais c’est pas un mantra non plus. Les mantras, c’est quelque chose effectivement qui va se répéter, par exemple le mantra qui est lié à la Source, quand elle avait créé, synthétisé, un corps de manifestation sous le nom de Haidhakan Babaji. Là il y a un mantra, et la répétition du mantra crée une atmosphère vibratoire à la libération, par exemple, mais c’est pas un chant, c’est des mantras dans le sens oriental typique du terme, alors que là c’est pas du tout oriental, c’est vraiment lié à l’histoire de ce monde.

Autre question.

Question : je vais m’absenter une semaine loin de ma fille de quinze mois. Comment la préparer pour qu’elle ne souffre pas de cette séparation physique et éviter tout traumatisme ou programme d’abandon en elle ? Depuis ces quinze mois, nous sommes ensemble quasiment 24 heures sur 24.

Eh ben ça s’appelle une maman fusionnelle. Tu auras de toute façon des problèmes, parce que quand tu maintiens une présence – même en étant la mère ou le père de l’enfant – quasi-constante, tu ne permets pas à cet enfant de s’ouvrir au monde, donc tu le retardes dans son développement, sous prétexte de protéger, tu ne lui donnes pas à voir autre chose que ce qu’elle connaît. Et donc elle s’attache, comme tu le dis, de manière exclusive à son environnement le plus proche.

Donc l’étape préalable, c’est bien sûr, avant de l’abandonner une semaine, de la mettre à garder quelque part quelques heures, pour tester ses réactions. Mais j’insiste en te disant que là, c’est toi qui as créé cet aspect fusionnel et qui serais responsable, s’il y avait la moindre blessure chez cet être. Et pour cela, c’est très simple à éviter : commence l’apprentissage de cette séparation de cette fusion en confiant cet enfant à la famille, à des amis, ne serait-ce qu’une heure, que deux heures. T’imagines, je suppose déjà que cette enfant, dès qu’elle ne te voit pas, puisque tu as vécu quinze mois avec elle, doit être paniquée quelque part. Ça, c’est le problème de toutes les relations fusionnelles, où sous prétexte d’un amour maternel protecteur, pour éviter les énergies négatives, on enferme l’enfant dans une cage dorée. Je ne veux pas dire que tu l’as fait, mais le résultat est néanmoins équivalent à cela.

La blessure d’abandon ne peut pas exister, par exemple, chez des nouveau-nés qui ont été mis à la crèche, chez des amis, et qui ont vu plein de monde. Ce cas-là sera beaucoup plus difficile à gérer quand il y a eu une atmosphère de vie en vase clos, avec la mère ou avec le père, ou avec les deux bien sûr, où là, l’enfant construit très vite, lors de cet apprentissage de la toute première enfance, il ne fait que s’imbiber de l’énergie des parents, se nourrit de ça exclusivement, puisqu’il n’y a pas d’autre source d’alimentation, puisque l’enfant n’a pas été mis (ne serait-ce que quelques heures ou quelques journées) au sein de la famille ou même d’un inconnu, qui est par exemple une nounou qui garde les enfants.

Donc les mauvaises habitudes sont très vite prises par les bébés, parce que c’est la période de l’apprentissage. Donc il faut y aller progressivement. Mais le simple fait de penser qu’il peut y avoir une blessure d’abandon est effectivement préjudiciable pour le bébé, parce que la vraie fusion, comme tu le sais, elle se passe de coeur à coeur, ce n’est pas une fusion parce que la chair est présente. Dès l’instant où tu t’absenteras, je crois durant une semaine, il suffit simplement que, même si tu n’es pas là physiquement, tu établisses ce coeur à coeur avec ton enfant de quinze mois, ce qui est tout à fait possible, et même souhaitable, je dirais. C’est-à-dire que malgré l’absence physique de la mère, avec peut-être la blessure d’abandon, celle-ci ne pourra pas s’installer dès l’instant où chaque jour, dans le silence de ton coeur, tu places ton enfant dans ton coeur et tu te places toi-même dans son coeur. Ça a pas besoin de mots, ça a pas besoin d’exercices compliqués, c’est juste une attitude de ta conscience.

Mais ceci dit, tout pourra peut-être très bien se passer. Mais quand on a vécu de façon constante avec un être, surtout avec un bébé… avec les adultes c’est pas pareil, en général on se supporte plus au bout de deux jours permanents, mais c’est différent, mais un bébé c’est pas du tout la même chose, surtout si c’est sa maman qui est comme ça. L’ouverture au monde, chez un bébé, doit se faire dès la fin de l’allaitement. Dès la fin de l’allaitement, le bébé doit être en contact ne serait-ce que cinq minutes par jour, et très souvent, tous les jours, avec d’autres consciences, pour éviter justement ce principe de focalisation sur la mère qui déclenche systématiquement ce que vous appelez une empreinte maternelle, et une empreinte le plus souvent transgénérationnelle.

Le bébé, retenez ça, s’imbibe de toutes les informations de son lieu de vie. Si vous ne lui proposez qu’un seul lieu de vie, en permanence, il prendra bien sûr toute la bienveillance et tout l’amour que vous lui mettez, mais aussi toute votre histoire, sans avoir la possibilité bien sûr de trier, si je peux dire, ce qui est bon et ce qui est mauvais. Le bébé est une éponge, et comment renforcer une éponge ? C’est pas comme vous, quand adulte vous êtes « éponge », vous avez l’impression de souffrir, de tout sentir, d’être affectés par les ondes, par les aliments, par les pensées, par le bruit. Chez un enfant, ça fonctionne pas du tout comme ça ; c’est une éponge mais il ne retient rien, sauf ce qui justement va se répéter tous les jours. Ça, c’est quelque chose de très important.

On insiste beaucoup à l’heure actuelle, je crois, sur la grossesse de la maman, de parler au bébé, de lui faire écouter de la musique, et dès que l’enfant est né, souvent les parents se l’approprient et vivent en vase clos, quand ils en ont l’opportunité. Ça, c’est très néfaste.

L’Amour doit s’exprimer indépendamment de cet aspect visuel permanent avec la mère, sinon, que vous le vouliez ou non, l’enfant va garder, en tant qu’éponge, d’un évènement qu’il ne fait que traverser mais qui est toujours le même… une séquence d’informations de la maman et du papa va se trouver directement engrammée dans la conscience et l’ADN, et vous n’y pouvez rien. Donc il faut corriger, je dirais, cela très vite, et souvent c’est des erreurs que font les mamans avec le premier mais pas avec le deuxième, parce que là, elles voient tout de suite les effets secondaires de cette démarche fusionnelle maternelle qui a des inconvénients énormes. Sous prétexte de protéger, on fait tout sauf protéger.

Maintenant, il est pas question de culpabiliser par rapport à cela. Si la question avait été posée bien avant, j’y aurais répondu avec plaisir bien avant. Là, le bébé a, je crois, quinze mois c’est ça, donc plus d’un an. Donc il faut que cet apprentissage se fasse très vite, c’est-à-dire que le bébé soit pas seulement confronté à des jouets dits d’éveil, mais l’éveil le plus important, c’est surtout à travers la conscience, c’est-à-dire les rencontres que fait ce bébé. Et plus il y a des rencontres, plus il y a des êtres qui sont vus, et pas seulement des jouets chez soi, mais que d’autres consciences humaines rentrent en communication avec le bébé, change définitivement la donne parce que le bébé captant tout, il ne va retenir que certains éléments. Mais si c’est toujours le même élément vibratoire qui lui est proposé, il est gravé dans son ADN. Mais rassurez-vous, toutes les mères, la plupart des mamans font ça avec le premier bébé. Ils n’osent même pas le mettre dans la chambre pour dormir, ils le mettent avec eux, et puis après, le bébé, il va prendre l’habitude, et surtout il n’aura pas d’autre point de repère.

Donc la blessure d’abandon, elle s’est construite déjà, avant même la séparation, parce que y a une telle certitude de la présence de la même vibration que quand celle-ci s’en va, quand la maman s’en va, ne serait-ce que quelques heures, le bébé est réellement perdu. Ce qui n’est pas le cas, même pour un bébé qui râle quand il quitte sa maman, quand il est tout petit, même s’il est pas content, eh bien plus tard le résultat sera profondément différent. Je dirais même qu’un bébé entre zéro et à peu près un an a besoin d’énormément de stimuli, que ce soit des cris, que ce soit des maladies, que ce soit la fièvre, que ce soit les parents qui s’engueulent, parce que tout ça est important dans sa construction. Sous prétexte de préserver l’enfant, qu’est-ce qu’on fait ? On le prive de liberté. C’est exactement le fonctionnement de votre société, comme vous le voyez tous les jours, on préfère la sécurité à la liberté. Mais la sécurité tue la liberté, la liberté de voir, la liberté d’entreprendre, la liberté de vivre librement ses affects, ses émotions et ses hobbies, comme ses activités mentales plus tard.

Et ça, c’est un comportement qui est lié à la prédation de ce monde, et à un comportement maternel où les mères sont persuadées que les enfants sont leurs enfants. Et y a des grands poètes et des grands écrivains qui ont dit que les enfants ne sont pas vos enfants. Vous leur devez amour, bien sûr, parce qu’ils viennent de votre chair, mais leur Esprit ne vient pas de vous, leur âme ne vient pas de vous ; souvent c’est une âme, d’ailleurs, qui a été en conflit avec la maman ou le papa dans des vies passées, avec des histoires sordides, de meurtre, d’assassinat, de viol, et tout ça doit être réparé. Et si la mère ou les parents ont peur que le bébé attrape ceci ou cela, ou soit contaminé par les énergies extérieures, vous allez induire des peurs importantes sur ce bébé, vous voyez. Il faut pas réagir comme avec un adulte, le bébé a besoin de ces stimuli, et même d’avoir les fesses sales, et même de se sentir mal, et même de pas avoir fait son rototo et de pleurer pendant des heures, vous voyez ? Le rototo, c’est le rot, hein. Je sais pas si ça s’emploie encore, cette expression, alors je précise, le rototo.

Donc si vous voulez, attention. Attention quand vous avez un bébé qui a dépassé un an, de faire l’apprentissage de cette séparation. Ça peut être la grand-mère, ça peut être le grand-père, ça peut être une soeur, une amie de confiance, une nounou, mais il faut impérativement que le bébé soit libre. Or la blessure d’abandon, paradoxalement, ne survient pas chez quelqu’un qui a été réellement abandonné dans la petite enfance ; pas tout bébé, il s’en rappellera pas, mais à partir de cinq-six ans, l’enfant culpabilise parce qu’il croit qu’il est responsable du départ de son père et de sa mère, mais cette culpabilité-là se transforme toujours. Ce n’est plus une blessure d’abandon, à l’âge adulte, c’est un facteur de dépassement, alors que chez le bébé, vous induisez ce que vous vivez, vous induisez ce que vous êtes, vous voyez. Donc là, y a un apprentissage à faire de la séparation, pour pas qu’y ait de vécu d’abandon à cet âge-là.

Le sentiment d’abandon qui survient plus tard, une fois que le sens d’être une identité, une individualité, est apparu, vers quatre ou cinq ans comme vous dirait Bidi, le plus général avant quatre ans, comme disait Bidi, c’est évident que y a pas de souvenirs, sauf si effectivement il y a un seul souvenir, c’est-à-dire une seule vibration, la vibration de la maman, de son âme et de son histoire, ou de son Esprit. Donc plus les stimuli sont nombreux… vous savez, on a l’habitude de dire : faut pas faire de bruit, bébé dort, etc., etc., mais c’est faux. Plus vous éveillez le bébé, même à travers la colère, à travers les pleurs, plus vous le faites rire, plus vous le sortez, plus vous dites des choses, même si il vous répond pas, plus vous allez lui montrer d’autres frères et soeurs humains, plus il sera libre, déjà, et ne pourra jamais construire une blessure d’abandon. Alors que la blessure d’abandon se construit justement quand il y a une autorité maternelle ou paternelle qui est trop présente, parce que nécessairement y a un moment où il y a une séparation. Vous voyez ce que je veux dire ? Donc il faut juste corriger un peu. Et ça c’est valable pour tous les bébés, hein, j’ai dit à peu près jusqu’à un an.

Autre question, ou complément par rapport à cela, n’hésitez pas à intervenir hein.

Il n’y a plus de questions écrites, on passe aux questions orales.

Question : un ami m’a dit que lorsqu’on regarde le ciel, la nuit, depuis la Terre, on voit des étoiles, et lorsqu’on regarde la Terre de l’espace, on ne voit pas d’étoiles. Et que quand on prend l’avion et qu’on est en altitude, on nous interdit de regarder la nuit, on demande de baisser les rideaux…

Qui c’est qui demande ça ?

Question : les hôtesses, dans l’avion. C’est la règle de baisser les rideaux. J’ai pris l’avion plusieurs fois et je ne me souviens pas avoir vu d’étoiles, de l’avion, la nuit.

C’est un peu n’importe quoi, parce que vous avez des objets qui sont encore plus haut qu’on appelle des satellites, dont certains sont toujours au même endroit parce qu’ils sont sur des équilibres de force, je sais plus comment ça s’appelle…

Question : géostationnaires.

Géostationnaires. Y a des caméras. Ces caméras, elles vous montrent les étoiles, non ?

Question : oui.

C’est quoi cette histoire de pas voir d’étoiles dans le ciel ?

Question : c’était une interrogation.

Y a des étoiles en avion, oui. Et par contre, si les rideaux sont fermés, c’est simplement pour ne pas être gênés par les lumières au moment où le soleil se lève, ou la lumière de la lune est trop forte, c’est tout, pour que les gens puissent dormir.

Question : lorsque mon corps monte en chaleur, la vibration augmente à un point tel que tout mon corps tremble. Est-ce un effet particulier ou le processus normal de la transformation du corps?

Mais c’est la vibration. La vibration peut devenir tremblement. Mais ça veut dire que la phase d’intégration ou d’ajustement de l’éphémère sur l’Éternel n’est pas achevée, tout simplement.

Question : quand c’est achevé, il n’y a plus de tremblements du tout?

Bien sûr. Et le Feu n’est pas vécu comme du feu, on sait que c’est le Feu mais c’est pas vécu comme du feu ; ça brûle pas, ça chauffe pas. Ça peut chauffer en certains endroits que vous connaissez, qui sont les pieds et les Portes, mais l’ensemble du corps montre simplement que la chaleur est une dissipation des résistances, quand cette chaleur est vécue comme éprouvante, comme déclenchant des suées, l’impression d’étouffer ou de manquer de souffle, ou de pas tenir debout. C’est la Lumière qui brûle les résistances par l’intermédiaire du Feu Igné. À partir du moment où tout est brûlé, y a plus aucune raison de trembler, voire même de vibrer, sauf si tu le décides, mais tu n’es plus affectée par le Feu Igné, au niveau des symptômes corporels désagréables comme le sentiment d’être brûlé d’un feu terrible.

Et je vous rappelle, pour ceux qui vivent ce Feu Igné avec cette chaleur du corps, quand vous allez recevoir, non pas l’impulsion du grille-planète final mais la visibilité réelle, oculaire, de Nibiru, vous serez soumis au même feu, qui explique, et je l’avais déjà dit, que certains frères et soeurs auraient des problèmes avec leur cerveau, ils grilleront réellement. C’est pas pour rien que j’ai parlé de grille-planète, mais ce qui grille, ce n’est que de la chair, certainement pas l’âme puisqu’elle se désenclave (si elle existe), du corps, à partir du moment où il y a cette espèce de crémation par le rayonnement.

Une crémation est un mot un peu fort. De la crémation, il reste que des cendres, mais là il reste encore des corps, tout au moins jusqu’au grille-planète final. D’ailleurs, pour certains d’entre vous qui vivez soit les rencontres dans la nature ou au fond de votre lit, parfois vous apercevez cette brume adamantine, qu’elle soit dans votre lit ou dans la nature. Si vous êtes dans votre lit, c’est très simple, si vous avancez le bras vers ce que vous voyez, vous allez voir votre main-organe disparaître carrément, vous ne verrez plus que de la Lumière. Donc c’est exactement ce qui est en train de se passer. Mais si vous êtes en résistance et qu’il vous arrive de voir ça, et que vous avancez la main, ça va vous brûler ; si vous n’êtes pas en résistance, ça va vous faire un bien… c’est un baume qui va être appliqué sur votre conscience et votre corps.

Bien sûr, dans les premières étapes, c’est tout à fait logique de sentir un feu dévorant. Ça peut durer une heure de temps en temps, ça peut durer plusieurs jours, mais si c’est au-delà, ça va nécessairement entraîner des cristallisations de résistances, par exemple dans les zones liées au chakra de la gorge, sous la coupe du chakra de la gorge ou des deux premiers chakras, parfois même au niveau du coeur. Vous savez que la chaleur fait partie du « solve et coagula », n’est-ce pas, en alchimie ; c’est la même chose pour votre corps. Le feu vous forge en Éternité, le Feu Igné.

Bien sûr la personne, si elle est encore présente, ça n’aime pas du tout, du tout, du tout ça, parce que même si elle sait que c’est pour l’Ascension, pour la Libération, les conséquences sur la conscience ordinaire sont parfois importantes. Les gens peuvent plus travailler, peuvent plus marcher, peuvent plus bouger, mais ça c’est lié… c’est un travail normal, c’est ce que j’ai exprimé dès la réponse à la première question, que vous êtes en train de vivre en ce moment. C’est plus le petit feu qui chatouille, c’est plus l’Onde de Vie qui monte en vous donnant une extase, c’est un feu dévorant effectivement, mais ce feu dévorant, s’il ne trouve rien à dévorer, eh bien il est un baume, et son carburant, c’est uniquement les résistances, et les attachements, et les peurs, c’est tout.

Donc certains d’entre vous vont vivre ce feu, et d’autres ne vont pas le vivre tout de suite, d’autres vont le vivre une heure, d’autres le vivent déjà depuis plusieurs semaines, ou à plusieurs reprises, et là, ça devient gênant. Ça fait son oeuvre, la Lumière, mais les répercussions sur la personne qui est présente peuvent être très importantes.

Je crois qu’y avait quelqu’un qui avait commencé à parler.

Question : pourriez-vous nous donner les dernières nouvelles de ce qui se passe dans le cosmos?

Ah, le cosmos, c’est très vaste. Je peux simplement te parler de ce qui se passe dans ce système solaire, et particulièrement au niveau du Soleil. Vous savez, Séréti avait dit, y a de très nombreuses années, que le Soleil deviendrait une géante rouge et réabsorberait, dans sa protosphère, Mercure. Ça a été dit y a très, très longtemps. Aujourd’hui vous assistez exactement à cela. Ce qui est nommé les « coronal holes », c’est-à-dire les trous coronaux du Soleil, sont une fracture du Soleil. Ces trous coronaux sur le Soleil sont de plus en plus vastes. Quand ils parcourront l’hémisphère nord à l’hémisphère sud, le Soleil s’ouvrira en deux, tout simplement, et s’expandra à ce moment-là.

Si vous surveillez… je vous ai dit, vous pouvez surveiller les volcans, les tremblements de terre, les trous fait par les dragons, vous pouvez aussi surveiller cela, parce que les trous coronaux, depuis l’année 2009, ont commencé à apparaître et à devenir beaucoup plus importants que tout autre chose. Les éruptions solaires, je dirais que c’est rien du tout par rapport aux trous coronaux, et que le rayonnement, les vents solaires qui s’échappent, ainsi que les charges électroniques et de protons qui arrivent dans l’atmosphère de la Terre, permettent, si vous voulez, aux rayonnements cosmiques, de pénétrer beaucoup plus profondément.

Comme vous le savez, la Lumière adamantine maintenant est partout, elle est plus seulement dans les vortex, donc tout ce qui devait pénétrer a pénétré, n’est-ce pas ? Mais quand le Soleil… vous verrez un trou coronal qui va d’un pôle à l’autre, presque complet, là vous aurez un repère extrêmement important de ce qui se passe dans, je dirais, la finalisation du processus. Ensuite, bien sûr, vous avez – et ça nous vous l’avons dit depuis longtemps – d’innombrables vaisseaux de la Confédération Intergalactique qui émergent du portail solaire pour venir dans l’environnement de ce système solaire. Nous vous avons dit que la plupart des vaisseaux de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, que ce soit de 3ème dimension unifiée, que ce soit de la dimension des Maîtres généticiens, sont tous présents. Vous ne les voyez pas, parfois cachés dans les nuages, parfois vous en voyez réellement, mais nous sommes tous là. De la même façon que quand vous voyez ce que vous voyez dans la nature, les elfes aujourd’hui, ou les dragons, ils ont toujours été là ; vous ne les perceviez pas, c’est tout, mais ils n’ont pas bougé, depuis des millénaires.

Et c’est pareil pour ce qui va se passer dans le ciel. Pour l’instant, nous sommes là depuis maintenant, je crois, un peu plus de une année terrestre pour beaucoup d’entre nous, nous avons quitté le Soleil et nous sommes au-delà de l’atmosphère terrestre, mais vraiment autour de la planète, et nous ne pouvons pas intervenir. Par contre, si vous suivez les actualités des apparitions de vaisseaux, vous allez vous apercevoir que les vaisseaux, maintenant, apparaissent à un nombre toujours plus grand de personnes et dans des villes de plus en plus grandes. Y a une acclimatation qui se fait à notre présence, que vous y croyiez ou pas, que vous le vouliez ou pas. Mais nous suivons la densification de la Lumière telle que vous la vivez dans la nature ou dans votre lit, de la même façon.

Voilà donc les news, comme tu dis, la gazette du cosmos ou du Soleil, c’est que l’ensemble du système solaire s’apprête à se mettre en position astronomique réelle, qui va générer, si vous voulez, l’impact de Nibiru, et qui va modifier le rayonnement à la surface terrestre et dans la ionosphère terrestre, qui est, je vous le rappelle, de plus en plus trouée et perméable.

Il me semble d’ailleurs avoir décrit, de manière non détaillée, dans les premiers temps où j’ai parlé du grille-planète, en disant que ce grille-planète, c’est des radiations que vous pourriez appeler radioactives, mais différentes de celles que vous connaissez, c’est-à-dire c’est bien différent des rayonnements gamma. Y a d’autres rayonnements qui ne vous sont pas encore connus, ni même étudiés, mais dont la particularité est de créer, si je peux dire, une excitation biologique, comme une excitation du noyau cristallin de la Terre, donc de votre ADN avec la multiplication des brins, mais aussi des modifications même, et je le dis, de votre physiologie biologique cellulaire.

Bien évidemment si la cellule… comment je pourrais dire, vibre trop bas, vu l’intensité du rayonnement cosmique, vu l’intensité nouvelle de la fréquence harmonique de la terre, principale, qu’on appelle la résonance Schuman, vu ce qui se passe sur le Soleil, vu le changement de couleur du Soleil qui est de plus en plus visible, qui signifie simplement que la magnétosphère est devenue beaucoup plus mince qu’avant et que la ionosphère ne filtre plus. C’est pour ça que le soleil est blanc, il a pas changé de couleur, il est pas encore devenu une géante rouge ; la géante rouge ne se produira que quand les trous coronaux iront d’un pôle à l’autre, et ça se fera en quelques jours – mais ça, c’est le grille-planète final, vous n’en êtes pas encore là.

Alors la gazette du cosmos, ça veut rien dire, parce que c’est très vaste, mais la gazette de la Terre aussi, comme je l’ai dit dans une question précédente. Renseignez-vous sur un élément, mais si vous faites la même chose sur tous les éléments, vous allez être extrêmement surpris. Vous vous rappelez Mikaël, l’année dernière je crois, avait parlé de labourer le ciel mais aussi la Terre maintenant. Si vous regardez les météorites, les astéroïdes, le nombre d’objets qui passent chaque nuit, vous seriez effarés, et pourtant ces chiffres sont disponibles pour tout le monde, n’est-ce pas ? Et ça pourrait être la même chose pour n’importe quoi sur la terre, et ça se vit aussi en vous. C’est tout ce que j’ai expliqué dans mes réponses précédentes. Tout ça se déroule sous vos yeux, et dans votre chair.

On peut continuer.

Question : il avait été dit qu’après le deuxième passage de l’étoile, les fuites au niveau des Portes AL et Unité ne pouvaient dépasser deux ans, ce qui donne le7 janvier de cette année.

Alors là cher ami, soit tu perds la tête soit on a déjà évoqué ça dans la première ou la deuxième question.

Question : je devais dormir, désolé.

Voilà. La date butoir est effectivement passée, c’est pour ça qu’aujourd’hui je peux vous dire que vous êtes dedans, en plein dedans. Si vous ne le voyez pas, c’est que vous êtes dans le déni ; si vous vous opposez, vous êtes dans la colère et le rejet. Y en a qui sont encore dans la négociation : « Oui mais peut-être que ça va changer, peut-être que… », et puis y en a qui sont dans la pleine acceptation, ceux qui sont libérés, qui ont vécu le passage du solstice d’hiver avec légèreté. Donc tout est en cours, bien sûr, mais quand j’ai dit deux ans maximum, c’était la vérité. Quand j’ai dit deux ans, j’ai pas dit l’Appel de Marie avant les deux ans, j’ai dit que toutes les conditions étaient réunies, et elles sont toutes réunies – déjà depuis de nombreux mois je vous rappelle, mais surtout depuis cet hiver.

Là, vous faites comme nous : on suit le rythme et on suit les évènements. On se colle aux évènements nous aussi parce que nous descendons, nous remontons, là où nous sommes invisibles, selon justement ces afflux de Lumière, selon la mobilité même de la Lumière. Les différentes sources de Lumière, hein, la Source, les rayonnements de Sirius, du noyau cristallin, du Soleil et de la Confédération Intergalactique maintenant, parce que vous vous doutez bien que nous ne sommes pas autour de la planète uniquement pour vous faire coucou, hein. Nous sommes là, avant même notre présence concrète, pour agir en respectant la liberté totale de chacun dans l’assistance à l’établissement de la Lumière, non pas avec une Intelligence quelconque, ni avec un sens d’une organisation quelconque, mais juste par notre présence.

De la même façon que vous avez été souvent, nous vous avions appelés des Semences d’Étoiles, des ancreurs de Lumière, puis des semeurs de Lumière, puis des porte-étendards de Lumière, nous faisons la même chose pour toute la terre ; nous nous tenons là, encore invisibles le plus souvent, pour assister la Terre. Nous lui dictons rien, nous sommes là pour l’accompagner, vous voyez ? Donc ce qui se déroule dans votre vie, à votre échelon individuel ou avec les peuples de la nature, se déroule de la même façon à l’échelon de la Terre avec l’ensemble de la Confédération Intergalactique des Mondes Libres.

Question : si on prévoit un voyage, ou de venir ici, est-ce à coup sûr la Lumière qui nous guide?

Qui peut le savoir à part toi ? Alors bien sûr, comme je le disais, y en a certains de vous qui ont une addiction ; mais cette addiction, elle vous libère, c’est pas une addiction qui vous enferme. Peut-être que vous avez besoin de vivre plus de Lumière pour être sûrs et certains – et d’accepter de lâcher. Mais si tu fais confiance à la Vie, à l’Intelligence de la Lumière, à l’instinct de la Lumière, pourquoi voudrais-tu imaginer te poser ce genre de question ? Je pourrais te traiter d’un homme de peu de foi. N’oublie pas que le Christ a dit : « Va, c’est ta foi qui t’a sauvé », et là on parle de la foi du coeur, je parle pas de croire ou de pas croire à ceci ou à cela.

D’abord faut que tu croies en toi, non pas dans la personne, non pas dans l’histoire, mais à ta propre éternité. Mais croire ne suffit pas, mais c’est déjà une étape, et après faut le vivre.

J’ai déjà dit, dans les premières réponses, que là où tu es, que tu le veuilles ou pas, c’est là où la Lumière te conduit. À partir de là, pourquoi veux-tu retomber en dualité pour savoir si c’est la Lumière ou l’ombre ? C’est-à-dire que tu es porteur en toi de l’ombre et de la Lumière et que l’androgynat n’est pas encore rejoint.

Question : vous avez dit que la Lumière était partout, on ne peut donc pas se tromper quand on fait quelque chose?

Bien sûr. Même si tu fais quelque chose de néfaste, ça sert la Lumière ; comme les guignols, ils servent la Lumière. J’ai pas dit que t’étais un guignol, hein, j’ai dit « comme » les guignols. Parfois un clown, mais ça c’est pas pareil.

Vous savez pourquoi je les ai appelés guignols ?

Et pas clown ? Parce qu’y a des clowns tristes, aussi. Mais le guignol, qu’est-ce qui se passe ? Il est toujours avec un bâton à la main, il induit la peur sous prétexte de justice. Eh bien c’est exactement pareil, c’est pour ça que je les ai appelés des guignols. Rappelez-vous, nous vous l’avons dit aussi tellement de fois : la peur ou l’Amour. Confiance ou pas. Confiance non pas en vous mais en la Lumière. Est-ce que vous mettez en gros la Lumière devant, l’Amour devant, ou votre personne devant ? Les résultats sont pas du tout les mêmes, pour la même action.

Continuons.

Question : on dit que les deux premières années de la vie du bébé ont une influence sur son comportement d’adulte et sur les conditions de sa vie future.

Bien sûr.

Question : si un bébé a vécu des choses difficiles, la Lumière peut-elle empêcher que cela ait une répercussion sur sa vie d’adulte?

Ça dépend pas de la Lumière, ça dépend de la force d’âme. On va prendre un exemple très simple : c’est quelqu’un qui a perdu ses parents et qui a été élevé dans la forêt. Il s’agit de Tarzan. Oui c’est un film, Tarzan, hein, on a tous connu ça, et Tarzan qu’est-ce qu’il devient ? Un homme fort, il trouve une femme, il revient dans la société, et il est surtout musclé, et il sait se déplacer, au moins. Donc vous voyez, les blessures, elles n’ont pas toujours cette incidence catastrophique, tout dépend de la force de l’âme qui est à l’intérieur, et donc ce que vous nommez les capacités de résilience, qui sont profondément différentes pour chacun.

Vous avez des bébés qui vont être abandonnés une heure et qui vont avoir une blessure d’abandon toute leur vie, vous avez des bébés qui ont plus de parents, qui sont brinquebalés à gauche à droite et qui vont devenir des êtres extraordinaires. Mais ça, ça dépend pas de la Lumière, ou ça dépend de la Lumière de l’âme. Chaque cas est différent, on ne peut pas en tirer des règles. Ce qu’on sait simplement, c’est ce que je vous ai dit tout à l’heure par rapport à cet âge de quatre ans ou cinq ans, et je pense que l’âge n’est pas le même selon les cultures et selon les races humaines, parce qu’on retrouve pas le même âge partout.

Effectivement, quand j’avais été en Inde dans mon incarnation, ce que j’avais retenu à travers mes diverses rencontres, c’est que là-bas c’était plutôt quatre ans. Je dirais qu’en Occident, jusqu’à aujourd’hui, excepté bien sûr les bébés indigos ou Lumière qui naissent – on va les appeler bébés Lumière plutôt qu’indigo, parce que ça renvoie à des altérations –, ces bébés Lumière sont différents, ils n’ont pas besoin de la structure patriarcale et matriarcale.

Rappelez-vous qu’en 3D unifiée, même s’il y a conception par voie dite sexuelle, ce n’est absolument pas la norme et la règle, et surtout, surtout, je crois que Ramatan l’avait évoqué quand il vous avait parlé, dans « L’humanité en devenir » de la vie en intraterre, les parents ne sont rien. Rappelez-vous que le lien parent-enfant n’existe que dans les mondes dissociés et que le plus gros karma que vous ayez à vivre, c’est avec vos propres parents ou vos propres enfants, et que les circonstances familiales même les plus épanouies, même les plus enrichissantes, ne vous permettront jamais de trouver la Liberté. Elles vous donnent un équilibre de la personnalité, un équilibre de la personne, un équilibre dans la vie, oui, mais ce n’est absolument pas la garantie de découvrir qui vous êtes, bien au contraire le plus souvent. C’est pour ça que j’ai pris l’exemple de Tarzan.

Un bébé, il a besoin de manger, il a besoin d’être stimulé, il a pas besoin de quelqu’un qui est sans arrêt sur lui, que ce soit même sa mère. C’est pour ça que dans la 3D unifiée, même s’il existe une voie génitale de procréation, les enfants ne sont pas les enfants du père et de la mère, c’est pas les enfants de la famille (d’ailleurs y a pas de famille), ce sont les enfants de la communauté, et ils sont élevés par la communauté et certainement pas par les parents. Il ne leur viendrait jamais à l’esprit de s’approprier leur propre progéniture, comme vous dites, qui, avouez-le, est exactement à l’opposé sur cette terre.

Bien sûr, puisque l’amour sur terre est un amour enfermant. Et ceux qui ont vécu l’Amour cosmique, l’Amour universel, la béatitude de l’Absolu, savent très bien faire la différence entre l’amour humain, qui est toujours conditionné, à l’Amour inconditionnel qui lui, justement, ne peut pas être humain. Même en idéal, même si vous pensez que vous aimez l’autre dans la liberté, c’est pas possible, parce que cette relation est toujours liée aux interférences et aux interactions des uns avec les autres. Or justement, que ce soit… bon les Végaliens n’ont pas de reproduction sexuée, et pour cause y a pas de sexe, mais dans les peuples qui sont encore sexués comme les Arcturiens, alors que c’est un peuple, vous le savez, qui aime bien les arts de combat, les Arcturiens considèrent que les enfants sont les enfants du Soleil central, ce ne sont pas leurs enfants, même s’ils ont fourni un matériel génétique.

L’appropriation est spécifique de la prédation. Sans prédation, c’est-à-dire dans les mondes libres, même en 3D unifiée, il ne peut pas exister d’appropriation d’une quelconque conscience. Y a pas de papa, y a pas de maman, y a pas d’enfants, y a pas de frères, y a pas de soeurs ; nous sommes tous parents, enfants, frères et soeurs les uns des autres.

D’ailleurs je vous l’avais dit franchement, par exemple les Melchisédechs, nous travaillons pour la Libération de la Terre avec vous, mais il nous arrive de nous engueuler comme vous, parce que nous adoptons à chaque fois nos stratégies, et les décisions vous savez, comme pour l’architecture des peuples intraterrestres, les décisions sont prises par 24 unités de conscience qui sont disposées dans un espace particulier, et ce qui doit sortir de là, c’est l’Unité, quelles que soient les bagarres préalables. La bagarre, c’est un mot vulgaire de la terre, c’est pas des bagarres, c’est une confrontation d’idées, n’est-ce pas, elle est indispensable.

Mais nous fonctionnons dans les cadres décisionnels que j’appellerais – et je crois que Ramatan l’avait développé – en conscience unifiée à 24 entités. D’ailleurs il me semble que dans un des passages du livre de Ramatan, il avait donné un exercice pour vivre la communion, et la fusion. À l’époque, il appelait pas ça comme ça, c’était avant les Noces Célestes, mais il vous donnait des exercices qui permettaient de vivre l’Unité de conscience à plusieurs consciences séparées, en sous-multiples de 24, c’est-à-dire 12-6-3, ou 18 si vous voulez. Et ceux qui ont peut-être expérimenté cela, vivent ce qu’on appelle l’harmonie de la conscience unifiée.

Ça veut pas dire qu’on est d’accord, comme nous chez les Melchisédechs, ça veut pas dire qu’on a tous la même vision, parce que nous aussi on est corrélés, vous le savez, nous sommes disposés selon les Éléments ; y a des Melchisédechs de Feu et d’Eau. C’est justement l’équilibre des quatre forces qui recrée l’Unité sans perdre, puisque nous sommes là où nous sommes, notre individualité pour l’instant. Et tous les systèmes unifiés fonctionnent comme ça. Y a pas de partis politiques, y a juste des consciences différentes qui ont des proportions élémentaires, des origines stellaires, des lignées différentes, et donc des modes d’expression différents, mais qui se complètent parfaitement dès l’instant où il y a résonance des Éléments deux à deux, hein, c’est-à-dire le Feu et l’Eau, l’Air et la Terre.

À ce moment-là vous créez l’équilibre. Le deux ne crée jamais l’équilibre, le deux c’est la dualité, et même l’enfant du deux crée quoi ? Non pas une trinité opératrice, mais multiplie et démultiplie les possibilités d’être confronté à ce que vous nommez karma, blessure émotionnelle et affective. Tout ça, bien sûr, c’est bien connu en psychologie, même humaine, ça s’appelle les attachements, les projections, les amours un peu abusifs, je dirais, ou exclusifs. Je parle pas de couple hein, là, je parle par rapport aux enfants.

Autre question sur les bébés ? Ou autre question sur autre chose.

Question : quelle est l’incidence sur nous de la puce qui est incrustée dans la photo de la carte d’identité, juste au niveau du chakra de la gorge?

Oui bien sûr, c’est une onde de forme qui est destinée à bloquer l’Ascension. Mais vous êtes au-delà de tout ça, bien sûr, maintenant, mais c’est effectivement volontaire. Tout ce qui est fait sur cette terre par les guignols, par ceux qui ont le pouvoir, est bien évidemment minutieusement préparé et anticipé. Y a rien de gratuit là-dedans. Mais le niveau de conscience de la Terre, depuis la Libération de la Terre, est que vous êtes toujours plus nombreux à vivre l’éveil, je parle pas d’Éveil, volontairement, mais c’est un vrai réveil que vous vivez. Je parle même pas de Libération, je parle pour la médiane de l’humanité, c’est un processus de réveil. C’est un processus de réveil qui est parfois refusé, qui est parfois douloureux, mais qui est constant, et ça devient de plus en plus vrai.

D’ailleurs vous le voyez, je vous ai parlé tout à l’heure de certaines entités qui canalisent d’autres entités. Je vous ai parlé que même à travers ces énergies de Libération, vous avez encore des guignols subtils, c’est-à-dire des entités, des égrégores personnels et non pas immenses, collectifs –comme les religions – qui sont capables de vous leurrer et de vous dire que tout va bien se passer, que le nouvel âge va être magnifique ; donc ils prônent une continuité. Or vous le savez, sur ce monde comme dans tout ce qui est manifestation de la conscience, il y a toujours un début et une fin. Il y a que l’Absolu qui ne connaît ni début ni fin.

Donc, le processus de la vie, même au sein des mondes libres, l’Éternité ne peut être vécue. Elle est conscientisée, bien sûr, puisque les êtres, où qu’ils soient situés, même au-delà de l’anthropomorphisme – là on peut plus parler d’êtres mais de consciences de forme – sont pertinemment au courant, je trouve pas d’autres mots, de ce qu’ils sont, c’est-à-dire Absolus. Ils jouent le jeu de la création consciente tout simplement, comme l’ont fait les Maîtres généticiens de Sirius envers ce système solaire. Mais c’est tout, ça s’arrête là.

Tout processus vivant, que ce soit dans un monde enfermé de 3ème dimension comme dans un monde libre, jusqu’aux dimensions les plus hautes de manifestation de la conscience, a toujours un début et une fin, même si ça s’étend sur des temps immémoriaux ou sur des échelles de temps, si vous préférez, différentes de la façon dont nous comptons le temps quand nous sommes sur terre, puisque nous parlons à ce moment-là d’éons. Un Archange peut vivre jusqu’à dix éons, pourtant y a rien qui le limite, sa forme ne s’émousse pas, elle ne vieillit pas, elle est identique à elle-même et surtout elle est plastique, elle n’est pas figée. Même ça, n’est pas éternel. Seul est éternel ce qui n’est pas dans la conscience, c’est-à-dire dans la a-conscience ou dans le Parabrahman, comme disait notre ami oriental.

Rendez-vous compte, quand nous sommes incarnés sur cette terre, nous rêvons tous d’Éternité, nous rêvons tous d’Éternité à travers nos adhésions, que ce soit la Résurrection par le Christ, que ce soit au bouddhisme avec le karma, que ce soit dans l’hindouisme, mais partout, c’est-à-dire que nous nous sommes créés nous-mêmes des auto-enfermements. Les Archontes ont bien évidemment mis l’impulsion initiale, et après le travail s’est fait tout seul avec le mental, au fur et à mesure des cycles, que vous le vouliez ou pas. C’est pour ça que les circonstances de la Libération de la Terre depuis les Noces Célestes, qui a été préparée, je vous le rappelle, bien avant 2009, c’était dans les débuts des années 80, très exactement en 1984, ça fait quand même, si vous savez compter, la 33ème année de descente de l’Esprit saint. C’est pas rien, pour un pauvre humain que ne vit que soixante-dix à cent ans, mais c’est pas les mêmes échelles de temps.

Et je crois qu’y en a un tout à l’heure qui a dit : « L’éternité c’est long, surtout à la fin ». Mais y a rien d’éternel en ce monde. L’éternité de notre vie en ce monde est longue, surtout vers la fin, oui je le conçois, surtout maintenant que vous avez, que nous avons (enfin que vous avez, moi je suis plus incarné), mais la plupart d’entre vous ont vécu des expériences subtiles, comme je les appelle, que ce soit avec la conscience, que ce soit avec la nature, avec les vibrations, avec vos rencontres entre vous, avec des produits, avec des cristaux, avec ce que vous voulez. Donc les choses sont profondément différentes, vous avez eu accès quelque part à quelque chose qui est la foi de saint Thomas, c’est-à-dire que vous avez pu toucher la réalité de l’au-delà et de l’invisible.

Pour autant, tant que vous n’êtes pas libérés, est-ce que ça vous a libérés de la peur ? Non, mais c’est quand même quelque chose sur lequel vous pouvez vous appuyer, parce que vous l’avez vécu, et ça, ça ouvre des portes, même si vous n’en êtes pas encore conscients ou ne le voyez pas encore, qui, au moment du passage, seront essentielles.

Vous savez que dans le Bardo Thödol, le livre des morts Tibétain, il est dit que la façon dont on meurt conditionne toute la suite, et c’est évident. Celui qui meurt en croyant à la réincarnation, se réincarnera, celui qui meurt en n’ayant à l’idée que le Christ, épousera le Christ, réellement et concrètement. Donc la façon de mourir est fondamentale, elle est même plus importante que la façon de naître. Parce que la façon dont vous naissez peut conditionner votre vie sur terre, mais la façon dont vous mourez détermine et conditionne votre avenir. C’est pour ça que nous avons insisté sur cette notion de l’Appel de Marie qui est la Résurrection, bien avant le grille-planète final, parce que la façon dont vous allez le vivre sera exactement votre devenir.

Donc dans les temps indépendants de la fin des cycles d’enfermement, votre mort conditionne votre retour. C’est pour ça que dans le livre des morts Tibétain mais aussi chez les Égyptiens, y avait un protocole à suivre : qu’il fallait parler à la personne qui partait, en lui disant de pas s’arrêter aux différents plans. Le problème aujourd’hui que nous avons eu, dans cette ère de Kali Yuga, c’est-à-dire d’âge sombre, de la fin des temps, c’était déjà de vous faire vivre que la mort n’est pas une fin. Pas à travers vos croyances en la réincarnation, qui sont bien pratiques pour Lucifer, mais en votre Éternité, et donc le dévoilement de l’invisible, des peuples de la nature, de l’histoire de la Terre, a permis à beaucoup de frères et soeurs de se rendre compte de l’imposture, des religions, de l’imposture du bouddhisme, de l’imposture des philosophies, bref de l’imposture de toutes les règles concernant le fonctionnement de ce monde.

Alors bien sûr tout ça a été travesti, ça a été appelé « la chute », et puis après on vous a dit qu’il fallait être sur terre pour évoluer, et puis après on vous a dit qu’il fallait vous aimer et aimer la vie. Mais avant toute chose, il faut aimer la Vérité, pas ce que vous croyez, et la Vérité y en a qu’une, y en a pas deux. Je commence à philosopher, autre question.

Il n’y a plus de questions.

Alors je vous dis, je crois, à demain, si mes souvenirs sont bons, et je discute, je négocie avec notre ami Bidi pour savoir si on peut pas alterner parce que lui, il veut à tout prix venir deux jours de suite. Il me dit que c’est important, mais moi j’avais d’autres choses… on verra. Je vous dis peut-être à demain, je m’en vais régler cette histoire de suite. Je vous transmets tout mon Amour, toutes mes bénédictions, et je vous dis de toute façon à très vite. Voilà, je vous embrasse et je vous serre sur mon coeur, tous, où que vous soyez. À bientôt.

Source: lestransformations

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2017/ Aux Portes du Temps