Lettre du Paradis – Transmis par Gloria Wendroff

Dieu a dit :

Pour la plupart, vous connaissez quelle est la plus haute route à prendre. Vous savez ce qui est magnanime et ce qui ne l’est pas. Vous devez être magnanime, bien-aimés. Vous pouvez même être magnanime avec les opinions d’autrui. Vous n’êtes pas tenu de mettre vos opinions devant celles des autres.

Souvent les opinions sont considérées comme des faits – ce qu’elles ne sont pas. Elles ne sont que des opinions. C’est un fait, cela dit, que vous avez des opinions et que vous êtes convaincu de leur exactitude tout autant que vous êtes. Vous ne savez pas toujours ce qui vous motive.

Vous ne connaissez pas toujours la situation dans laquelle vous vous trouvez. Vos pensées ne sont pas toujours originales. Le plus souvent elles n’ont aucune originalité. Souvent elles sont à l’image de feuilles suspendues à l’arbre par un tout petit fil.

Qu’est-ce que cela veut dire ‘‘prendre la plus haute route’’ ? Cela signifie ne pas être égoïste. Cela veut dire être désintéressé.

Considérez les quelques personnes de votre entourage qui sont vraiment heureuses. Elles ne pensent pas toujours à elles-mêmes. Elles pensent aux autres, et c’est une grande clé du bonheur. Trop penser à vous-même n’est pas une si grande idée. Ce n’est pas magnanime.

Vous êtes né sur Terre pour servir. Lorsque vous servez, il y a moins d’attention portée sur vous-même. Lorsque vous servez, vous passez moins de temps à penser à vous-même. Lorsque vous servez, vous oubliez même votre importance pour un petit moment, et ainsi êtes-vous béni.

N’avez-vous pas creusé pour vous-même sans vous soucier des autres ? N’avez-vous pas quelque fois gardé une nourriture de choix dans votre réfrigérateur, la gardant pour vous-même, sans même penser à la donner à autrui ? N’avez-vous pas, qui plus est, fait la fine bouche en vous refusant aux autres ? Ne vous êtes-vous pas conservé quelque part dans un réfrigérateur, au frais, attendant pour vous manifester une occasion spéciale ou des personnes méritantes, que vous considériez comme dignes ? Vous avez sélectionné certains, et repoussé d’autres dans les sombres cavernes de votre cœur.
Jugement. Jugement. Jugement.

Le jugement sape la générosité. Vous mesurez votre générosité. Vous la rationnez. Vous la thésaurisez. Ce faisant vous vous sapez vous-même, Mes bien-aimés.

L’égo choisit de n’avoir de cœur pour personne. L’égo vous donne toute sorte de raisons. Il vous dit que vous avez des manques. Il vous dit que vous devez d’abord prendre soin de vous-même, que vous devez vous protéger, que les autres sont là pour vous prendre des choses. Il vous dit que les autres sont prompt à vous voler et qu’ainsi pourquoi devriez-vous faire différemment ? L’égo vous dit que donner doit être votre propre prérogative. Que vous devez y penser, et que vous devez le vouloir.

Bien-aimés, vous pourriez bien devoir apprendre la générosité, car le monde ne vous l’a pas appris.

A travers la générosité, vous êtes plus riche. Vous développez votre esprit. Devenez un généreux donateur qui pense aux raisons de donner et non aux raisons de ne pas donner. Malgré ce que le monde et votre ego vous ont appris, il n’y a nul intérêt à durcir votre cœur.

Voici maintenant la partie difficile : non seulement vous devez apprendre à donner, mais vous devez surtout apprendre à donner sans attendre une compensation. Ce n’est pas donner que d’attendre en retour de la gratitude ou tout autre présent. Ce n’est pas donner, bien-aimés, mais marchander. Et cela ne vous apporte pas le bonheur. Escompter une compensation, un salaire en retour, un cadeau, quelque chose, c’est se transformer en agent de recouvrement. Un agent de recouvrement, par nécessité, a le cœur fermé, un cœur mathématique, un cœur de débit, un mental en progression et un cœur en récession.
Soyez généreux trois fois aujourd’hui. Laissez votre générosité affluer. Et oubliez ce que vous avez donné. C’était trois fois rien.

Traduit par Jean-Christophe.

Page originale : http://www.heavenletters.org/to-be-generous.html

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email