Message de Gaïa, transmis par Amalia

le 18 Juillet 2017

Mon enfant, au travers de tes larmes je te demande de retranscrire ce qui est juste. Tant de mouvements vous assaillent. Il est difficile pour l’humain de rester stable dans son axe ces temps. Tant de violence intérieure et extérieure. Vous êtes mes enfants et je ne peux que vous porter avec amour, mais il reste néanmoins de votre devoir de vous prendre en charge.

Plus vous évoluer, plus vos armures s’effritent et laissent place à une sensibilité extrême. Cette sensibilité vous permet d’être à même de me « recevoir », de ressentir au plus profond de votre être le message que je souhaite vous transmettre. Ces jours passés furent extrêmement douloureux, car je m’apprête à me soulever. Le sang coule déjà et coulera encore. Il en est ainsi du devenir de la planète. Le changement s’amorce et vous devez en comprendre le sens. En vous il se passe des choses inexplicables et certains préfèrent avoir recours aux médicaments pour noyer leur chagrin, leurs ressentis, leurs insomnies, mais il est pourtant si simple de comprendre que je vous transmets seulement mon mal être. Comme des fœtus vous êtes redevenus, recroquevillés sur vous-même, vous épousez mon « ventre ».

C’est pourquoi les vibrations de votre Terre vous parviennent. Elles sont incomprises par bon nombre d’entre vous, mais vos insomnies sont réelles ; des nuits à évacuer ma souffrance par les pores de votre peau, des nuits à remuer comme des poissons, des nuits à être assaillis d’images qui n’ont aucun sens. Tous se mêle et s’entremêle. La panique est partout, elle est là, en vous. Pour celles et ceux qui sont en alignement parfait, il vous est plus facile de discerner les messages que je vous transmets en rapport aux messages qui vous sont donnés personnellement. Vous ressentez une fatigue extrême ces temps et vos corps physiques sont lourds à porter, à gérer. Je le comprends, mais il est de votre devoir de prendre conscience que la souffrance qui passe dans votre corps de chair est minime comparée à la mienne. Tu ne peux pas nier cela, toi locataire terrestre, il faudrait être totalement dans l’ignorance pour ne pas s’interroger sur les maux de ton corps. Peu importe, je sais que bon nombre d’entre vous œuvrent pour mener le vaisseau à bon port, mais c’est malgré tout une lutte de tous les jours. Les êtres conscients sont à même de percevoir ce que je ressens, dans les moindres détails, tant les émotions peuvent devenir fortes, intenses, destructrices.

L’apprentissage…Vous êtes en plein apprentissage et il est bon de ne pas se sentir « seule ». Tant d’êtres œuvrent au service de la lumière…Même si aujourd’hui ils sont encore incompris par le plus grand nombre, la bataille qui se livre ne cesse d’augmenter mais ils ont la force de vaincre et de mettre en place des piliers de lumière qui ne cèderont pas sous la pression. Croyez en vous mes enfants et en la puissance du cœur. Vous ne pouvez vous trompez de chemin ainsi.

Tant d’être ont besoin de vous, de votre lumière, de votre indulgence, de votre bienveillance, de votre amour si pur et libérateur. Il vous ai confié des missions particulières sur Terre, que vous accomplissez pour la plupart avec respect mais pour les autres…Tâchez de vous souvenir que ce que vous n’accomplissez pas dans l’ici et maintenant, vous reviendrez tôt ou tard pour continuer cette suite d’expériences. Il est impératif d’ouvrir sa conscience même si cela vous dérange profondément et que vos structures intérieures sont bousculées mais ne le suis-je pas ?

Bien sûr que si, et je continue à vous aimer tous autant que vous êtes malgré vos actes de barbarie, malgré vos actes dénués de sens…L’Amour est au rendez-vous de chaque instant, il suffit de saisir sa chance, et elle se présente pour chacun dans une vie, au moins une fois. Ayez cet amour pour vous qui ne fera que transformer votre vie en richesse. La richesse que je contiens je vous la livre chaque jour et pourtant, vous êtes si nombreux à ne pas me respecter. Il en est ainsi mais je vous bouscule pour que le réveil se fasse.

Prenez garde, enfant de la Terre, votre passage n’est pas éternel et il est bon de se tenir de la meilleure manière qu’il soit pour que votre devenir soit plus clément. Avec amour je transmets ces mots qui arrivent par vague dans l’esprit d’Amalia. Une vague d’émotions je lui ai transmis au début de notre lecture, car vous n’êtes pas les seuls à souffrir de ces changements. Vos animaux souffrent aussi. Désorientation, manque de sommeil, perturbations, instabilité, vous n’êtes pas les seuls à être impactés. Alors prenez vous en charge car la vague d’ombre tente de nous noyer. Les piliers de lumière lèvent les bras au ciel pour s’efforcer de retenir la masse et ne pas sombrer mais plus vous serez nombreux plus la vague sera légère.

Le sang va affluer et les collectes seront nombreuses car vos chers amis terriens se videront. Pardonnez-moi cette image mais il en est de votre réalité que vous vous donnez tant de mal à créer. Ma souffrance intérieure est telle qu’on me déchire de l’intérieur, mes hôtes pleurent et se lamentent, les animaux sont perdus et ressentent la destruction qui se fait sentir. Ils survivent pour se faire détruire lamentablement, comme tout ce qui est vivant, comme tout ce que je contiens, je supporte.

Je vais cesser de transmettre ce jour mais sachez que si vos nuits sont si perturbées c’est que vous ressentez pleinement mon désarroi et ce qui vient me bousculer au plus profond de mes entrailles terrestres.

Choisissez bien ce que vous faites dans votre vie, en conscience car à chaque instant tout peut basculer, bien plus vite que vous ne pouvez l’imaginer. La demande d’élévation est si forte et l’énergie si tourbillonnante que vous n’avez plus le temps de penser que tout se matérialise instaéntanmment.

Cessez de ruminez et actionnez avec cœur car il est temps de démontrer ce qu’il se cache au fond de vous. Ne perdez plus votre temps mais acceptez votre temps, votre vie, et soyez acteur et non spectateur.

Merci pour celles et ceux qui m’auront lu ce jour. Que la paix s’installe dans votre cœur. Vous pouvez vous « lover » au creux de moi et me parler, je saurai vous rendre l’Amour que vous me porter. Je n’attends que cela pour ainsi chérir les enfants de la terre qui sont dans le respect de la nature de qui ils sont véritablement. La source coule en vous, laissez la couler abondamment, sans barrière aucune. Ce serait une offense à la vie et à votre liberté.

Merci, merci, merci.
Votre bien aimée Gaïa.

Source : http://www.lesjoyauxsacres.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email