Transmis par Maxime Dos Santos Handela

Toutes les pensées qui nous traversent ne sont pas nous ou ne proviennent pas de nous-même.

Afin d’une meilleure clarté d’esprit, d’un espace mental apaisé, il est important d’utiliser les possibilités d’échanger avec nos propres structures pour déterminer ce qui est véhicule de l’âme que nous sommes aussi. En soi, le fait d’entretenir une pratique de développement personnel, d’exercices servant à renforcer les organes spirituels ou de travaux de guérisons énergétiques, nous sommes amenés non pas seulement à découvrir une nouvelle grille de lecture plus profonde des messages naissant et destinés à l’âme. Dès lors que l’on appréhende l’utilité inhérente des messages plus subtils de la vie qui nous sont portés par la nature, nous sommes de même aussi en intime communion aux piliers même de l’édifice divin.

Il n’est pas tant important d’élargir toutes ses connaissances aux interprétations des messages synchroniques par exemple mais surtout à mieux déterminer par quelles fonctions et pour quelles œuvres en particuliers sont-ils aussi destinés ? Car si les messages de la nature nous sont portés par des organes spirituels, ceux-ci sont à la fois contenant et contenu du message. Cela rejoins d’ailleurs les écoles de mystères qui pour temples érigeaient des bâtiments aux applications et architectures subtiles. Ce n’est pas tant dans le contenu que la teneur est la plus suave.

Les messages divins sont messages à la fois de leurs contenus et disons de leur contenants. Mais quel est-il ? Vous ? Le canal de la clairvoyance ? Et bien sachez que dès lors que nous nous installons en Soi nous développons la possibilité d’identifier et d’observer les paramètres et mécanismes lors de leurs échanges. Ainsi, les contacts et messages spirituels, sont des mises en lumière de notre paysage intérieur afin que nous puissions nous installer dans la quiétude, au cœur de Soi.

Ce dont je vous fait part entre dans le processus initiatique naturelle de la vie qui dans son ascension, appelle et emporte avec elle tout ce qui se sera suffisamment aligné et centré pour permettre à sa venue d’éclore son Éternité. Ce qu’un être humain vit peut l’amener à s’installer entre les mailles du temps, au centre des 4 éléments, depuis l’Éternité qu’il/elle est, Soi divin, être en présence.

Pour une meilleur clarté de ce qu’une personne est amené à vivre, il est primordial de découvrir le tissu vital qui nous relie et fait que nous incarnons ce corps. Découvrir, dans notre structure humaine, ce dont est vraiment question le fait d’être des humains sensibles. Le simple fait de se poser, en pleine nature, par le cycle respiratoire avec les arbres, c’est ralentir le tumulte de la tempête mentale pour prendre le temps de mieux observer ce qui semble faire corps à la personnalité aux prises de décisions, aux actions et réactions,… Ce lent apprentissage, ce prudent pèlerinage intérieur, demande du courage, beaucoup de volonté et un silence du feu de Dieu !

Nous sommes des individus qui avançons dans le quotidien du monde sans même connaitre ce qui fait que nous sommes sensibles. Bien sûr, beaucoup ne souhaitent pas considérer l’importance de cette fragile fleur, de ce diamant miraculeux que sont nos possibilités d’explorer cette vie avec tous nos sens. La possibilité par exemple de vivre et exprimer l’interaction avec la dimension visible par notre œil de ce monde. Nous échangeons même à chaque journée des » choses » plus invisibles sans même nous rendre compte pourtant de leurs trésors.

Pour une meilleure interaction, une meilleure analyse et une meilleure imprégnation de l’âme que nous sommes dans ce monde, trouver l’axe qui nous permet de maintenir une position allégeant va nous amener à briser le langage du miroir à Soi, pour retrouver notre Unité Première. C’est une mauvaise position de l’être divin dans le corps de matières qui fait que nous pouvons mal utiliser certains de ces corps. Nous aligner et nous centrer sont deux étapes pour retrouver l’axe d’équilibre, cela nous permet de retrouver notre vraie place au sein des nœuds mentaux. Notre être supérieur embrasse ces corps, les instants de troubles ou de difficultés, vont nous amener à ralentir l’action pour revenir à l’exploration mentale afin de trouver des solutions.

Dès lors que nous sommes en Soi, la vision d’une solution antérieure ou d’un problème obsolète est perçu comme une illusion qui tente de maintenir un semblant de cohérence. En réalité, l’ascension des âmes fait que nous intégrons ces structures dimensionnelles car nous sommes venus les faire monter en vibrations pour leur évolution. Tandis que l’âme, source rayonnante en éveil dans ce monde, vibre plus fort que le corps, celui-ci doit se réguler tandis que le Soi est expression même de l’Intelligence. Nous ne prenons pas assez mesure de ce que nous sommes et c’est depuis ce centre tronqué, comme si la seule terre dans laquelle nous ayons poussés, nous la considérerions comme la plus riche, que nous pensons envisager le monde.

Seuls les êtres qui prennent d’abord le temps d’étudier et de s’analyser peuvent receler en leur seins les vraies richesses du Royaume de Dieu. En sachant se faire suffisamment humble, peut-être la magie dont je vous parle peut venir faire fondre par patience ce glaçon mental trop obscurcis. Il est bon en tous les cas de prendre un meilleur appui dès lors que nous avons dissous ce qui empêche d’observer ces structures internes universelles. Par exemple, votre corps vous pousse à produire des émotions, mais vous êtes-vous déjà installés en pleine conscience sur l’élaboration de cette émotion en vous, depuis quel organe cela est traversé ou manifesté ?

C’est en prenant ce vrai bourdon ( bourdon = bâton du pèlerin ) que vous aussi commencerez à mieux observer ce qui vient du fruit de votre action, de votre conscience de je ou du Soi. Vous pouvez le lire en plusieurs langues, par différentes prières, … Cependant, sans votre engagement envers vous-même, cela ne peut rester qu’une vision chimérique de l’expérience d’autrui qui n’engage que le sujet qu’il est.

La nature du Soi contemple le je, le vrai je. Sans avoir besoin de se donner à lui-même l’information car si tel était le cas, il y aurait séparation ou miroir, or la lumière éclaire, la lampe reflète.

L’identité spirituelle vient des flux naissant de l’inconscient. Ce réservoir vital appartient à tout ce qui s’individue dans sa trame. Parfois, installé en silence, on entend bourdonner. Il y a, je vous le dis, des lignes de communications en nous utilisant des fréquences et vibrations que nous pouvons utiliser. C’est ce travail de reconnaissance qu’il est question, pas à l’extérieur. Tout communique et le langage est de lumière. Voyez bien qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes bien logés !

Nous avons la possibilité de se questionner, de poser les pensées et d’observer par la curiosité naturelle ce grand mystère. Et bien, étant un amoureux des échanges, je constate souvent en toutes et tous le mystère qui nous a touché. La folie de l’être humain provient de cela, de son caractère sauvage divin. C’est cela que nous pouvons tempérer pour déployer aussi dans ce qui est plus dense en matière le vrai potentiel sacré. Nous provenons, sommes composés et tissons les mêmes particules, certaines émotions et actions nous sont universelles. Avec une meilleur observation de ce que nous sommes, nous déterminons ainsi avec une souplesse et fluidité ce qui provient du flux mental en soi et donc en autrui.

Seuls des êtres qui ont aimés reconnaissent deux aimants lorsqu’ils les voient. Pour ce qui concerne l’identité spirituelle cela marche de concert avec les pratiques du sujet. C’est ce par quoi la Conscience est déployé, a une résonance, c’est ce que les scientifiques nomment la physique quantique, les alchimistes le Grand Oeuvre et les spiritualistes l’Illumination.

Explorer l’identité spirituelle c’est un appel de la fonction vitale à sa pleine reconnaissance.
https://osmosediamantx.wordpress.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email