Un message de Gerrit Gielen

« Si l’espace et le temps sont des illusions, alors nous sommes toujours là où tout a commencé, alors nous n’avons jamais quitté le ciel. »

Le monde de notre origine est un monde d’unité; c’est le monde de la lumière et de l’amour: notre véritable foyer. Pourtant, dans le monde dans lequel nous naissons, ce monde terrestre, tout est séparé par l’espace et le temps – les deux grands diviseurs. C’est le monde de la dualité, le monde de la séparation, de la lutte, de la survie des plus aptes et des guerres entre hommes et entre l’homme et la nature.

En bref, c’est un monde de peur. La plupart des idées de ce monde sont basées sur la peur. Et parce que nous grandissons avec des peurs et parmi des peurs, nous les considérons comme allant de soi et par conséquent, nous construisons notre vie même sur elles. La peur nous oblige à construire des murs entre nous et ce que nous craignons – le résultat est la dualité. Chaque mur que nous construisons est aussi un mur à l’intérieur de nous; ainsi nous détruisons notre complétude intérieure.

Quelles sont les sources de ces peurs?

Le théisme est l’un des plus influents. Le théisme est fondamentalement l’idée que nous sommes séparés de Dieu. Cet univers est divisé en deux parties: Dieu la bonne partie et nous. Nous devons obéir à ses règles, croire en son livre saint, sinon il ne nous aimera pas. Bien sûr, puisque nous ne pouvons pas obéir à ses règles, nous devons faire du mal et donc aller en enfer. Le résultat est la peur, la culpabilité et la conviction que nous sommes mauvais. Pour chaque moment où nous vivons et apprécions vraiment la vie, nous nous sentons coupables. Cette façon de penser est encore profondément ancrée dans beaucoup d’entre nous.

L’athéisme est une autre source de peur, et l’athéisme est lié à la science. Les scientifiques nous disent que l’univers existe dans l’espace-temps. Ils placent l’espace-temps au-delà de l’univers, ce qui entraîne une autre forme de division. « Je suis séparé de tous les autres par l’espace-temps. Ma vie n’est qu’une étincelle de lumière dans une nuit éternelle. Chaque être est isolé et doit se battre pour survivre. Le soi-disant lien intérieur qui existe entre moi et les autres – l’amour – est juste une illusion créée par des mécanismes biologiques « .

Ces deux sources de peur ont en commun de placer quelque chose au-delà de l’univers. Elles nient donc l’unicité de la réalité. L’impact psychologique sur nous est que nous croyons en la peur au lieu de l’amour, en la séparation au lieu de l’unité, en la matière au lieu de l’esprit, et perdons ainsi notre intégrité. Nous en venons à croire que c’est le monde qui nous entoure qui importe et nous apprenons donc à négliger notre monde intérieur.

Nous oublions que l’univers entier est à l’intérieur de nous, alors nous nous rendons infiniment petits. Et plus on se fait petit, plus on est malheureux, plus on devient craintif et seul. Le théisme n’aide pas; il enseigne que même s’il y a un Dieu, nous sommes séparés de lui. Nous devons obéir à ses règles, nous oublier nous-mêmes et le craindre.

Nous essayons de surmonter nos peurs en essayant d’être bons et en nous adaptant aux énergies de ce monde. Mais nous ne pouvons le faire qu’en nous divisant. Nous commençons à étiqueter certaines parties de nous-mêmes comme mauvaises et nous les supprimons; qui sont, bien sûr, les pièces qui ne rentrent pas dans nos pièces les plus originales. Ainsi, nous intériorisons les murs et les frontières que nous voyons autour de nous.

Que pouvons-nous faire? Comment pouvons-nous nous reconstruire? Nous devons d’abord comprendre ce que l’unité est réellement.

Unité et Intégralité

L’unité est pour beaucoup de gens un concept abstrait sans réalité; une chose dans laquelle nous finissons tous par disparaître. Ils croient que nous venons de l’unité et nous finissons par y disparaître comme une goutte disparaît dans l’océan.

Souvent, l’expression «tout est un» est interprétée comme «tout est pareil» – pas de place pour l’individualité.

De nombreuses croyances spirituelles ressemblent beaucoup à l’athéisme. Cette notion d’unité néglige le fait que si l’univers est un, alors tout ce qui en fait fait déjà partie de cette unité La séparation est un concept mental basé sur la peur: nous sommes séparés parce que nous croyons être séparés.

Mais comment est-ce possible? Comment tout peut-il être un et pourtant être totalement différent? Comment puis-je être un avec l’univers et pourtant être un individu?

D’un point de vue purement rationnel, ce concept est difficile à comprendre car notre notion de rationalité est basée sur l’espace-temps et, dans l’espace-temps, cela n’est pas possible. Avec l’espace-temps, il ne peut y avoir qu’une seule chose au même endroit et à la même heure.

Cependant, notre notion d’espace-temps est basée sur l’étude du monde extérieur et presque tout ce que nous apprenons à l’école concerne le monde extérieur. Lorsque nous demeurons dans notre monde intérieur, cela est considéré comme une mauvaise chose. Pourtant, lorsque nous sentons une connexion intérieure avec une autre personne, cela fait partie du monde intérieur. Nous pouvons ressentir un lien intérieur profond avec une personne ou avec la nature – et même en ressentir un – même si nous sommes séparés physiquement. L’unité est quelque chose du monde intérieur. Mais parce que nous négligeons ce monde intérieur et que nous croyons – comme la plupart des gens – que l’univers existe dans l’espace-temps, l’unité semble impossible.

Je vais essayer d’expliquer l’idée de l’unité avec deux exemples. Il est intéressant de voir que ces exemples, qui défient nos notions traditionnelles de rationalité, sont en réalité très évidents.

Premièrement, pensez au corps humain. Le corps humain est un, mais chaque organe est différent. Si tous les organes étaient identiques, il n’y aurait pas de corps, vous auriez juste un ensemble d’organes; la complétude du corps aurait disparu. Mais ceci pose bien sûr la question: pourquoi considérons-nous le corps humain comme un tout?

Imaginez que vous parlez à un ami. Peut-être connaissez-vous ses mains, ses yeux, ses cheveux, etc. Pourtant, en même temps, vous les considérez comme un seul. Vous sentez qu’il y a une conscience derrière ce corps, il y a une personne. Et dans chaque aspect du corps, nous ressentons cette énergie d’unité, l’énergie de cette personne. Mais cela n’est possible que parce que tous les organes du corps sont différents. Les organes du corps existent dans l’espace-temps. Pourtant, il existe quelque chose – une source d’énergie hors de l’espace-temps – qui englobe et pénètre dans tous les organes et fait du corps un tout. Et chaque fois que vous communiquez vraiment avec une autre personne, vous expérimentez tout cela. Si vous avez déjà vu un cadavre, vous êtes conscient que quelque chose est «parti».

Cette énergie source est quelque chose que nous ressentons au niveau intérieur – le niveau du cœur. C’est voir avec le cœur qui combine toutes les informations que nos cinq sens physiques nous fournissent en une seule expérience: un ami.

Un autre exemple. Vous vous promenez dans un paysage magnifique. Au loin, vous voyez des montagnes, des forêts et une cascade. A proximité se trouvent une rivière et un pré rempli de nombreuses fleurs différentes. Il y a des animaux et dans le ciel, vous voyez des nuages ​​et une volée d’oiseaux.

Et pourtant, en vous, toutes ces choses sont réunies dans une belle image. L’existence de cette image à l’intérieur de vous est un miracle, elle défie les lois de l’espace et du temps où tout est divisé et où «l’unité» d’une chose, comme dans l’image, n’est pas possible. À l’intérieur d’un ordinateur, une image n’est qu’une série de bits (uns et zéros); ce n’est jamais une chose entière. Un ordinateur ne peut pas voir avec le cœur et ne peut donc pas combiner toutes ces informations – tous ces zéros – en une seule expérience.

Nous ne pouvons pas expliquer le miracle de l’unité, le miracle du cœur, en termes rationnels; par conséquent, nous ne pouvons jamais le programmer dans un ordinateur. Dans un ordinateur, une image est toujours une série de uns et de zéros. Ce n’est jamais un, jamais un beau paysage. Ce n’est que lorsque ces uns et ces zéros sont projetés sur l’écran de notre esprit que nous pouvons les transformer en une seule image.

La rationalité est un phénomène d’espace-temps, un programme d’ordinateur est un phénomène d’espace-temps. Mais notre conscience, où naît le miracle de l’image en tant que tout beau, réside dans un espace-temps démesuré; notre cœur, source d’amour, se situe hors de l’espace-temps.

Mais qu’est-ce qui rend cette image si belle? Qu’est ce que la beauté? D’abord parce que tout est différent; Par exemple, chaque arbre est différent. S’ils étaient identiques, l’image perdrait de sa beauté. Et les arbres sont complètement différents des montagnes, des nuages ​​et des animaux – de tout ce que vous voyez. Le fait que tout soit différent crée la beauté de l’ensemble. La beauté est la seule et les nombreuses se rencontrent.

Maintenant, imaginez ceci: vous voyez un oiseau voler au-dessus de vous et, pendant un moment, vous devenez l’oiseau. Vous sentez ce que c’est que d’être un oiseau, de voler dans les airs. Et pour cette raison, vous appréciez davantage l’oiseau et vous sentez une connexion. Cette expérience améliore la beauté de l’oiseau. Ensuite, vous devenez peut-être la montagne et vous sentez sa force, son âge, son histoire. C’est une expérience très différente de l’oiseau. Et ainsi, à mesure que vous continuez après chaque expérience, votre compréhension du paysage qui vous entoure s’approfondit; ça devient plus beau et plus un. Vous obtenez une compréhension plus profonde du lien entre toutes choses.

C’est la deuxième raison: il existe un lien intérieur, une harmonie intérieure, entre tout ce que nous voyons qui se traduit par une beauté extérieure. Là où l’harmonie intérieure est perturbée, la beauté extérieure disparaît.

Il y a aussi un autre aspect à cela. Plus vous prenez conscience de la vie intérieure de chaque être du paysage, plus vous grandissez en tant que personne; chaque expérience enrichit votre être. Vous pouvez imaginer que, à un moment donné, vous devenez le paysage. Lorsque vous êtes conscient de la vie intérieure de tout ce qui est dans le paysage, le paysage dans son ensemble devient un être vivant. Une image exprime une vie intérieure, un être. Vous avez pris contact avec un nouveau niveau intérieur. Ce n’est pas vous perdre, c’est vous élargir. Vous prenez conscience de vous-même en tant qu’être humain , un être qui est mis en valeur par la beauté du paysage. Mais vous êtes aussi élargi, car vous êtes aussi l’oiseau, l’arbre, la montagne et la cascade. Vous êtes, au niveau le plus profond, la conscience derrière le paysage lui-même.

Que pouvons-nous apprendre de ces deux exemples?

Tout d’abord, cette unité est un mystère que nous ne pouvons expliquer en termes rationnels. Pourtant, nous pouvons en faire l’expérience, ce que nous faisons tout le temps. Plus nous sommes en contact avec notre propre cœur, plus nous ressentons ce mystère. Notre cœur est le sens qui nous rend conscients de l’unité.

Notre corps est un parce que tous les organes sont différents; le paysage est beau car tout y exprime son être intérieur. Et pourtant, il y a une énergie derrière tout cela. Nous avons besoin de notre cœur pour ressentir cette énergie. Nous avons besoin que notre cœur ressente que le corps devant nous est un ami et ressente le lien intérieur avec cet ami. Notre cœur a besoin de percevoir la beauté d’un paysage et de ne faire qu’un avec lui.

Tout comme notre corps est un, l’univers est un. Comment est-ce possible? Parce que l’univers n’existe pas dans l’espace-temps, bien que l’espace-temps fasse partie de l’univers. Qu’est-ce que ça veut dire? Cela signifie que le multiple fait partie de l’un. C’est le secret de la complétude: le multiple est une partie de celle-ci, car l’espace-temps en fait partie.

Nous ne sommes pas séparés de Dieu parce que l’espace-temps, avec tout ce qu’il contient, fait partie de Dieu.

C’est ce qu’est la complétude. Les nombreuses choses, toutes les choses individuelles, ne disparaissent pas dans l’unité, elles en font partie. Et plus ils expriment leur individualité, plus l’unité devient belle. La fleur en fleurs rend le paysage plus beau. Et plus le paysage est beau, plus l’unité y est exprimée.

Plus vous exprimez votre propre beauté intérieure, plus vous en sentez une, plus vous êtes connecté.

Permettez-moi de vous rappeler ces mots de William Blake.

Pour voir un monde dans un grain de sable.
Et un paradis dans une fleur sauvage.
Tenez Infinity dans la paume de votre main.
Et l’éternité en une heure.

L’un et le multiple ne font qu’un; l’un est présent au plus profond de vous. Et l’expression de votre vie intérieure améliore la beauté de l’ensemble – c’est ce que j’appelle la complétude. C’est le grand mystère de l’univers. un mystère que nous éprouvons quand nous regardons un beau paysage; un mystère que nous éprouvons lorsque nous parlons à un ami.

Devenir entier

Maintenant que nous avons une idée de ce que signifie vraiment l’unité, nous pouvons nous demander: «Que puis-je faire pour devenir un tout?» Le secret pour devenir un tout, c’est bien sûr que nous apprenons à voir avec notre cœur. Mais comment pouvons-nous surmonter toutes ces idées basées sur la peur qui nous empêchent d’être complet?

Jetons un coup d’oeil à ces idées. Ce sont des idées qui créent des divisions internes et nous déconnectent de notre réalité divine. Ils nous font croire que nous sommes une particule presque infiniment petite à l’intérieur de cet océan infiniment sombre de l’espace-temps; des idées qui nous séparent de celle-là; des idées qui bloquent notre vision avec le cœur.

Prenez les déclarations suivantes:

Je suis Gerrit Gielen, mâle, ma date de naissance est le 26 mai e 1956, et je suis de nationalité néerlandaise. Quand je dis cela, personne ne m’appelle menteur. Dans ce monde, ces « faits » sont très importants; ils sont dans mon passeport. Modifier les informations de mon passeport serait même considéré comme un acte criminel.

Pourtant, d’un point de vue spirituel, toutes ces déclarations sont fausses. Derrière chaque énoncé se cache une pensée puissante qui me déconnecte de ma réalité divine et me fait peur et me divise. Notre croyance en ces pensées crée les cages dans lesquelles nous vivons. Elles ont les yeux bandés du sens le plus important que j’ai: mon cœur.

Voyons ces idées et leur impact sur nous, et comment nous pouvons les surmonter.

– Prénom

Imaginez un instant le scénario suivant: vous vous rendez à un bal masqué habillé, disons, en mendiant. Mais à un moment donné, vous et tous les autres oubliez que vous participez à une soirée déguisée. Vous commencez donc à croire que vous êtes un mendiant. Chacun autour de vous vous traite comme si vous étiez vraiment un mendiant, alors vous oubliez qui vous êtes vraiment.

C’est en fait ce qui vous est vraiment arrivé. Le nom que vous avez dans ce monde n’est pas votre vrai nom. C’est le nom du costume que vous portez, votre personnalité terrestre, une sorte de manteau d’énergie.

Je vous invite à faire la méditation suivante:

Prononcez votre nom et imaginez que c’est le nom d’un manteau d’énergie que vous portez. Sentez cette cape autour de vous, puis réalisez que c’est simplement une cape que vous portez. Maintenant, enlevez ce manteau. Regardez avec votre esprit le manteau et dites que ceci est ma personnalité terrestre et dites le nom qui lui appartient. Réalisez que ce n’est pas le vrai vous. Sentez-vous le vrai vous, un être fait de lumière éternelle et d’amour sans limites. Et puis sentez votre vrai nom, un nom qui ne vous limite pas, mais vous rend libre. Votre nom terrestre et la personnalité qui va avec ne sont qu’un costume temporaire que vous portez.

Maintenant, imaginez que vous n’êtes pas satisfait du costume que vous portez et que vous vouliez porter un costume différent: un roi au lieu d’un mendiant. Regardez à nouveau le manteau d’énergie que vous portez. Regardez maintenant avec votre coeur, ressentez de l’amour pour votre manteau: votre personnalité terrestre. Voyez comment l’amour de votre cœur change ce manteau et lui donne une toute nouvelle apparence. Imaginez comment votre vie changerait si vous marchiez toujours dans la lumière et l’amour de votre cœur.

– l’âge

Habituellement, quand nous sommes jeunes, nous célébrons notre anniversaire chaque année, ce qui est très important pour nous. Lentement, nous absorbons les concepts de temps et de vieillissement tels qu’ils existent dans ce monde: les enfants sont jeunes, ils grandissent, puis ils vieillissent. Je n’ai pas correspondu à ce scénario. Quand j’étais enfant, je me sentais souvent vieux, très vieux à l’intérieur, mais pas mal. Le sentiment d’être très vieux me faisait du bien, bien que cela me rende différent. Cela m’a donné une sorte d’autorité intérieure sur mes professeurs.

En fait, beaucoup de gens ont le sentiment que leur âge intérieur ne correspond pas du tout à leur âge extérieur biologique. Quelqu’un peut avoir soixante-dix ans, par exemple, mais à l’intérieur, sentir vingt-cinq ans. En affirmant que nous avons le même âge que notre corps – la conviction que nous impose le monde dans lequel nous vivons – nous affirmons la fausse conviction que nous sommes notre corps. C’est comme croire que la maison dans laquelle nous vivons est l’univers entier. Ce n’est pas.

Comment pouvez-vous surmonter cette idée que vous avez un certain âge? Premièrement, en concentrant votre attention sur le présent. Puis dites-vous: « De tous les moments de l’univers, mon moi intemporel a décidé de vivre ce moment unique à travers le corps que j’ai maintenant. » Puis médite sur le sens de ce moment maintenant. Qu’est-ce que la vie vous dit en ce moment, qu’est-ce qu’elle essaie de vous apprendre?

Alors imaginez que vous êtes debout dans un grand champ. Regardez autour de vous et placez les moments importants de votre passé quelque part dans ce champ – un paysage de mémoire. Le souvenir d’un certain événement de votre enfance peut être très proche; un événement sans importance d’hier au loin. Lâchez la perspective linéaire du temps.

Puis méditez sur votre moi intemporel. Vous êtes un être multidimensionnel, capable de vivre n’importe quel moment, n’importe quel endroit de l’univers. Ayez confiance que cet être infini a choisi de vivre ce moment pour une raison.

– nationalité

Dans ce monde, notre nationalité est très importante – la mienne est néerlandaise. Cependant, quand on regarde la Terre de l’espace, on ne voit pas de pays. Les frontières n’existent que dans l’esprit des gens; ils n’existent pas vraiment.

Qu’est-ce qu’une nation exactement? Un groupe de personnes qui croient posséder la terre sur laquelle elles vivent et qu’elles sont en quelque sorte différentes des personnes vivant au-delà des frontières de leur pays. Cela crée bien sûr un manque d’harmonie: un manque d’harmonie entre l’homme et la Terre et un manque d’harmonie entre nous et les autres. Sans nations, il n’y aurait pas de guerre. Et le fait que nous considérions la Terre comme notre propriété est la raison pour laquelle nous l’exploitons.

Qu’est-ce que cette croyance a créé en vous?

Vous êtes né avec la connaissance intérieure que l’humanité est une et que la Terre est un être vivant et que personne ne la possède. Le concept de nationalité viole cette vérité intérieure et crée une profonde discordance intérieure.

Imaginez que vous ayez été élevé dans un monde sans frontières, un monde dans lequel l’humanité respectait la Terre, la considérait comme un être conscient et vivant – Gaia – et vivait en harmonie avec elle. Sentir la différence; sentez à quel point il y aurait moins de peur en vous.

Les frontières nous donne l’idée qu’il pourrait y avoir des ennemis au-delà de ces frontières. L’idée que la Terre est une chose morte que nous possédons nous déconnecte de son amour, de sa chaleur et de sa sagesse. L’idée d’une nation, et de votre appartenance à une autre, crée une profonde blessure intérieure en vous.

Méditation: le temps n’existe pas, alors permettez-vous de retourner dans votre enfance et soyez-y maintenant. Imaginez que vous êtes à nouveau un enfant et que vous êtes avec votre père, qui vous dit qu’il n’y a pas de frontières, que l’humanité en est une et qu’au fond de nous, nous sommes tous les mêmes. Il vous montre un globe terrestre et, en effet, vous ne voyez aucune frontière.

Alors imaginez que vous êtes avec votre mère. Elle vous parle de mère Terre – Gaia. Elle vous enseigne comment communiquer avec Gaia et que son amour et sa sagesse sont toujours présents pour vous. Qu’elle sera toujours là pour vous aider à trouver votre place sur Terre.

Imaginez la Terre vue de l’espace. Regarde cette image avec ton coeur. Ressentez à quel point cela révèle une réalité très différente de tout ce que vous avez appris.

– genre

Tout comme notre corps a un côté gauche et un côté droit, notre âme a un côté masculin et un côté féminin. Cependant, dans ce monde terrestre, nous devenons soit une fille soit un garçon. Et quand on naît dans le corps d’une fille, on apprend généralement qu’il est bon d’agir en fille et mauvais d’être garçon. Et pour un garçon, il est mauvais d’être une fille – contre nature. Nous apprenons donc à supprimer toute une partie de nous-mêmes. Le résultat est que nous nous sentons toujours seuls et passons une grande partie de notre vie à la recherche du partenaire idéal pour nous sentir complètement à nouveau. Et, bien sûr, ce partenaire ne peut pas être trouvé dans le monde extérieur.

Quelle est la solution? Nous pouvons imaginer que lorsque notre âme s’incarne, la chose suivante se produit. L’âme est une, mais quand elle s’incarne, elle se scinde et devient un jumeau: un petit garçon et une petite fille. Ils s’aiment beaucoup et veulent toujours rester ensemble, mais leur histoire est triste.

L’ensemble du monde extérieur ne concerne qu’un membre du jumeau. Il dit: « Vous êtes le seul à l’intérieur; vous êtes le seul à compter. S’il y a quelqu’un d’autre à l’intérieur, c’est mauvais, rejetez-le. » Et à un moment de votre enfance, vous commencez à croire ces voix. Pourquoi ne devraient-ils pas vous dire la vérité? Il est naturel que les enfants croient les adultes. Puis l’impensable se produit: les jumeaux sont séparés et un membre est perdu et oublié.

Alors, méditez. Prenez conscience de votre ventre et sentez votre enfant intérieur là-bas. Disons que vous êtes une femme et que vous voyez une petite fille comme votre enfant intérieur. Quand vous êtes un homme, c’est bien sûr l’inverse.

Peut-être avez-vous déjà beaucoup travaillé dans votre enfance, alors c’est facile pour vous. Regardez cet enfant puis acceptez cette vérité: cet enfant est la moitié d’un jumeau. Prenez votre temps pour laisser cette vérité s’infiltrer. Sentez ceci: il n’est pas naturel que cet enfant soit seul. Quelque part au fond de vous se trouve l’autre moitié, peut-être enfermée dans une boîte noire au fond de vous – mais elle est toujours là. Ensuite, prenez votre enfant intérieur par la main et dites-lui que vous allez maintenant trouver son jumeau. Votre enfant intérieur, en vous entendant affirmer qu’il a un jumeau, vous indiquera le chemin. Lorsque les deux jumeaux sont à nouveau réunis, laissez-les passer du temps ensemble. Plus vous les laissez jouer librement ensemble, plus vous commencerez à vous sentir complètement à nouveau.

Enfin: l’amour

La clé pour devenir un tout est, bien sûr, de voir avec le cœur. Voir avec le cœur nous permet de voir l’unité derrière le multiple. Voir un ami derrière tous les organes qui forment le corps humain; voir la beauté de Dieu dans un paysage. Lorsque nous faisons cela, nous ressentons immédiatement l’amour et faisons l’expérience de la beauté.

Pourtant, nous avons adopté toutes sortes d’idées fondées sur la peur qui fonctionnent comme un bandeau sur ce magnifique sens intérieur. Le résultat est que nous ne sommes plus capables de percevoir le monde et nous-mêmes comme un seul; nous voyons des ennemis au lieu d’amis.

En regardant le monde avec seulement nos cinq sens physiques, nous obtenons une vision très partielle et déséquilibrée de la vie. Nous ne pouvons rétablir l’équilibre que si nous retirons le bandeau et donnons à notre cœur la place qui lui revient de droit, comme le sens qui nous permet de percevoir l’unité qui se cache derrière tout.

Je sais vraiment que j’ai moi-même un long chemin à parcourir avant de redonner à mon cœur la place qui lui revient. Pourtant, j’espère que les méditations de cet article pourront vous aider un peu à retirer le bandeau de vos yeux du plus beau sens que nous ayons: notre cœur. C’est la couronne de tous nos sens.

Puissions-nous tous redevenir entiers pour pouvoir rayonner notre lumière intérieure.

Gerrit Gielen

https://spiritlibrary.com/jeshua-channelings/wholeness-one-and-many

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email