La Nouvelle Alliance : transmis par Isis Blue Nebadonia

Chapitre 27

Contrairement aux idées reçues, je ne me suis jamais incarnée sur Urantia (la Terre). Les avatars ou divinités obéissent à des règles spécifiques d’effusion. La loi universelle prévoit à cet effet que le Fils comme la Fille Créateur d’un univers local, s’effuse ou s’incarne au moins une fois dans ses créatures ascendantes sur chaque planète expérimentale. Le livre de Urantia relate les conditions de missions d’effusion du Christ universel. Mon corps en tant que Se’et/Aset/Meri ou Isis/Marie n’était pas d’origine humaine, comme vous le savez à présent.

Seul mon aspect masculin, le Christ Micaël a été le premier à s’effuser dans un corps humain sur Urantia, comme je vous l’ai mentionné précédemment. Il a été le premier Homme Christ de la planète que j’ai mis au monde. Pour que cette naissance ait lieu, il devait naître dans ma matrice. Je n’ai actuellement aucun souvenir d’effusion terrestre après ma mort accidentelle qui semble remonter à plus de 2000 ans. Dans tous les cas, mes expériences actuelles me révèlent celles vécues en Atlantide et en Egypte.

Dans cette incarnation terrestre ou urantienne, ma conscience est de nature cosmique depuis ma naissance. Un avatar né plus ou moins conscient dans un corps de chair. En ce qui me concerne, ma venue au monde ne relève pas d’une conception ordinaire. Disons plutôt que les évènements se sont répétés mais de manière encore plus subtile. Mes parents avaient tous deux été adoptés dans un orphelinat (l’Oiseau Bleu) dirigé par des religieuses, après la seconde guerre mondiale. Mon père biologique s’appelait Christian, né d’un père qui ne l’a pas reconnu. La mère a donné naissance à deux jumeaux, fille et garçon, tous deux adoptés ensemble. Ma mère Danièle, est née de parents qui se sépareront rapidement. Ma mère sera abandonnée jeune enfant par sa propre mère. Le père n’ayant plus donné aucun signe de vie.

Les enfants qui intégraient unfoyer d’accueil à cette époque devaient semble-t-il changer d’identité, afin de ne pas être reconnus. En réalité, ce qui suit vous démontre à quel point la vie est remplie de miroirs. Mon histoire vécue, il y a plus de 500 000 ans était sur le point de reprendre vie.

Je suis née d’une union arrangée en vue d’un rituel de résurrection. Une ex-infirmière de guerre et religieuse du nom de « Soeur de Nazareth » avait focalisé sur l’énergie débordante et rebelle de mon père, ainsi que sur ma mère, pour sa douceur et sa beauté innocente. Elle avait l’âge d’être leur mère. Selon le traducteur A. Parks, le terme Nazareth est tiré de l’égyptien Nasha-Reth qui signifie « les êtres forts de la Duat issus de l’oeil de Râ » ou « les Egyptiens doués de la Duat».

Les religieux font un serment solennel dans le but de servir un Ordre précis qui les inspire. Comme tout le monde, ils sont attirés par des vibrations qui leur ressemblent. Cette ex-infirmière de guerre obligera ma mère à changer officiellement d’identité afin de porter le prénom de Christiane. Cette femme avait le dessein d’unir le Masculin au Féminin. Vous et moi à présent savons que le hasard n’existe pas.

Cette religieuse ou plutôt « prêtresse » avait en réalité utilisé un rituel de résurrection. Elle savait ce qu’elle faisait à l’insu de mes deux parents. Elle affirmait son autorité et ses exigences au sein du couple, entravait leur vie privée, ce qui déplaisait fortement à ma mère.

A chacune des naissances, celle-ci lui imposait des prénoms. Mes deux frères ainés ont échappé au prénom de Joseph et de Daniel. Ces prénoms étaient en vogue encore à cette époque. Lorsque la religieuse apprit que ma mère attendait une fille, c’est à dire moi-même, une véritable bataille s’engagea entre les deux femmes, « tu devras l’appeler Marie, car c’est elle que tu portes en ton sein ! », lui lance t-elle dans tous ses états. Cette prêtresse avait émis une déclaration d’intention, visant la cible de l’âme de l’Esprit-Mère. Cette déclaration d’intention me fait naturellement penser à celle de Zehuti/Thot/Gabriel, lorsque j’avais pour dessein de ressusciter ma polarité masculine, Osiris.

Parallèlement, ce fût également le souhait de Sa’am/Enki lors de ma disparition tragique. Cette ex-infirmière semblait être puissante et redoutée autour d’elle, mais je ne me suis pas attardée à enquêter sur sa personne, pour écrire ces lignes.

La déclaration d’intention a le pouvoir de se matérialiser instantanément suivant la densité du temps (la courbe espace-temps). Le pouvoir du Verbe et de la Pensée fait appel aux quatre lois universelles, l’Attraction, l’Intention, la Tolérance, l’Equilibre qui une fois alignées (le point zéro) permettent la matérialisation de la pensée. Cette « matérialisation » ne se fait pas sans le son et les couleurs de la rayonnance sacrée. Lorsque vous émettez une intention pour le Bien de l’humanité, vous pratiquez ce que nous appelons la « magie blanche ».

Mes parents avaient à faire à une connaisseuse. Délibérée à ne pas céder aux caprices de cette « vieille folle », ma mère s’imposa : « L’enfant que JE PORTE s’appellera Béatrice, c’est bien plus joli et elle portera le second prénom de Marie, puisque vous y tenez tant ! ».

Ma mère avait en réalité canalisé la vibration de l’Esprit-Mère, sans se douter de quoique se soit. La « magie » avait opéré. Cependant, la pression qu’exerçait cette femme dans le couple des « flammes jumelles » était telle, que mes parents avaient très peu d’intimité. Ils devaient en permanence lui rendre des comptes sur l’état de santé des enfants. Nous seront 4 enfants à voir le jour au sein du couple et à être surveillés de très près.

J’ai vu pendant mes deux premières années de vie, un père et une mère déchirés, perdus au milieu de la violence, de l’adultère et de la souffrance psychologique. Cette situation malheureuse brisera le mariage des deux époux et plongera ma mère dans le silence, sous l’effet de neuroleptiques. Très tôt, nous avons été séparés de nos parents. Nous avons été placés dans des familles d’accueil, afin d’avoir une vie équilibrée et épanouie. J’en ai longtemps voulu à ma propre mère de nous avoir « abandonnés ».

Ma mère adoptive que j’embrasse au passage et que je nomme « Mamie » à tout fait pour que ma soeur et moi restions en rela tion avec nos parents. Nous avons grandi séparées de nos frères, en maintenant toujours le contact. Nous avions même droit aux visites annuelles de Soeur de Nazareth ! C’est vers l’âge de 10 ans environ, que celle-ci abandonna ses visites à domicile, sous prétexte que nous étions des enfants rebelles et indisciplinés pendant les prières à table ! J’avais en face de moi une femme amère et coupable des liaisons secrètes qu’elle entretenait depuis des années avec mon père.

Ma mère est profondément marquée à jamais de cette histoire. Je n’ai rien contre les religieux, néanmoins vous pouvez constater que la connaissance ésotérique des rituels sont souvent à leur portée, à l’insu du peuple.

J’ai longtemps hésité avant de vous dévoiler mon histoire sur Terre depuis mon arrivée, il y a 500 000 ans environ. Cette hésitation provient du fait que mon histoire concerne tous les membres de ma famille, celle qui a accepté de s’incarner afin de m’aider progressivement à mon Retour (ma résurrection). Aucun livre, aucun texte sacré ne pourra vous raconter notre passé comme nous le faisons aujourd’hui. Les scribes du clergé de l’époque et notamment durant l’ère judéo-chrétienne s’en sont donnés à coeur joie pour intervertir les rôles des personnages, mais également pour transposer littéralement les acteurs et les époques. Le résultat est que le mythe osirien et l’alliance éternelle se répètent à l’infini dans la Bible et le Coran. Qui à tort et qui à raison ? Des communautés entières s’entretuent pour cela.

Mes 37 années terrestres équivalent à 500 000 ans d’histoire, tout simplement parce que nous sommes la conscience collective de cette planète. Vous êtes ces fabuleux acteurs, ces fabuleux miroirs qui vous permettez de vous reconnaître les uns dans les autres. Alors pourquoi continuer à blâmer ou à critiquer son prochain quand on sait que nous ne faisons sur les autres qu’une projection de nous-même ? Vous êtes des acteurs qui me sont chers, les membres de ma propre famille sont des ac teurs qui me sont également très chers. Nous avons vécu au même titre que vous des souffrances, des séparations, des amours trompés, des querelles, des joies, des peines, la destruction, la reconstruction, et le grand amour, le tout à travers les autres.

La vie sur Terre ou Urantia était loin d’être la paradis, à l’exception que nous connaissions nos potentiels et que parce que nous les connaissions, certains ont abusé de leur pouvoir sur les autres de manière à les contrôler et à les asservir.

Je vous présente ci-dessous un tableau qui récapitule les miroirs fractals ou reflets de ma vie, simultanément dans ma vie précédente et dans mon incarnation actuelle. Parce que la vie est simultanée, vous allez découvrir une toute autre réalité des faits qui vous ont été relatés jusqu’à présent. Je ne condamne pas les textes sacrés, je dis simplement qu’ils dissimulent tous le mythe orisien depuis le départ. Nombreux évènements ne figurent pas dans ce tableau parce qu’ils me faudrait des années d’écriture pour tout vous révéler. Je suis venue à l’essentiel, car la véritable histoire de la naissance des religions mérite de voir enfin le jour.

Je tiens à avertir les lecteurs que des évènements douloureux se sont répétés dans cette ultime incarnation. Je ne tiens pas à diffamer ou dénoncer qui que se soit. Les êtres qui m’entourent ont suffisamment de recul aujourd’hui pour comprendre que la vie est cyclique et que nombreux faits ont tendance à se répéter mais de manière toujours plus subtile. Ces évènements et tragédies ressurgissent tout simplement d’un passé lointain.

Je vous remercie par conséquent de rester objectif face à certaines réalités qui pourraient vous choquer. Seuls mon jumeau Asar-Râ’af (Osiris/Horus) peut comprendre mon expérience actuelle pour raconter notre vécu, ainsi que tous ceux qui nous accompagnaient durant notre long périple et qui se souviennent aujourd’hui, tout simplement parce qu’ils le revivent à leur manière.

La naissance des jumeaux cosmiques

Arrivée sur Terre (Uras), il y a 500 000 ans
Mort et résurrection de Isis
Assassinat de Sa’am/Enki/Osiris

De grands cataclysmes ont eu lieu sur cette planète à cause de la folie destructrice d’une élite pervertie. Urantia a échappée à son auto-destruction bien des fois. Ainsi, vous allez vous apercevoir que nous pouvons remonter très loin l’échelle du temps et obtenir une foule de détails ahurissants concernant les évènements passés de cette planète. Nous allons continuer ce voyage jusqu’à mon ultime résurrection, car toute ma vie contemporaine n’est que le reflet de mon passé (c’est le cas pour vous également). Vous pourrez retrouver nombreux de ces faits passés dans les « Chroniques de Girku », du tome « Adam Genesis » de l’écrivain Anton Parks. Vous allez découvrir par vous-même que cet homme n’est pas n’importe qui.

La vie vous raconte qui vous êtes, sous toutes vos coutures. Il n’y a pas de mystère et encore moins de hasard ; la vie étant synchrone. Les miroirs de la vie vous permettent de devenir extra-lucide, car ils vous révèlent en tant qu’être sacré, en tant qu’être divin. Je suis revenue unir les deux mondes séparés. Je suis revenue reconstituer l’androgyne que vous êtes tous à l’origine, afin de guérir cette planète et tout ce qui se trouve à sa surface.

Comme toutes les âmes incarnées dans cette dimension expérimentale, nous avons choisi, en tant qu’Avatar de nous « sacrifier », c’est à dire d’occulter temporairement notre divinité, de manière à évoluer comme tout le monde, dans un corps de chair et de sang. De cette manière, notre conscience grandit dans la discrétion absolue. Vous êtes ces divinités qui vous êtes sacrifiées pour endosser le corps humain. J’ai passé une enfance en apparence normale, entourée d’amour et de respect, malgré les difficultés dès ma naissance. Néanmoins, sous le voile d’une jeune fille timide, à l’esprit anticonformiste, se dissimulait une conscience qui voyait la vie au-delà des apparences. J’avais des visions, dès l’âge de 4 ans, qui n’étaient pas forcément d’origine terrestres. Je voyais des êtres grands et lumineux sous forme de halos blancs qui faisaient acte de présence, en silence, comme s’ils me protégeaient. Je me revois plonger dans un tunnel étroit juste avant ma naissance, quittant des êtres lumineux qui m’étaient chers. Je voyais des vaisseaux par flashes qui apportaient la biodiversité sur Terre.

Je revoyais de la violence sur la planète Mars, la destruction de sa surface et les survivants débarquer sur Terre. Au décès de mon père, lorsque j’avais 8 ans, je me rendis compte que je pouvais communiquer avec lui et que je pouvais le voir parfois. Il a toujours été là pour me rassurer pendant toute ma jeunesse. Jamais je ne parlais de tout cela, pensant que c’était normal. Mon esprit a toujours navigué dans des plans parallèles. Ces connexions se faisaient toujours en douceur. Puis durant ma pré-adolescence, je me mis à écrire des chansons qui parlaient des forces cosmiques qui m’entouraient et de l’Amour. Plus tard au lycée, j’interprétais mes chansons dans un groupe fan de SANTANA (‘chef de plantations’, en langage suméro-akkadien) et de EAGLES (l’aigle est le symbole du Christ), dont « The spirit of the night ». Cette chanson chantée en concert de fin d’année parlait de «l’esprit de la nuit qui me protège…». A cette époque, j’étais encore loin de faire la corrélation entre mon environnement et toutes mes vies.

C’est à l’âge de 33 ans que je me mis à chercher des réponses sur tout ce que je voyais et connaissais. Je me suis rapidement aperçue que j’étais une sorte de « banque de données » qui ne demandait qu’à émerger en toute conscience. Lorsque je reconnus mon âme jumelle Raphaël, soit Raâf’El (le Christ Heru), j’ai commencé à interroger ma mère pour en savoir plus.

C’est à 34 ans que j’appris la vérité sur les déclarations d’intention de ma mère et de la religieuse. Ma mère savait que je l’attendais « au virage », elle savait que j’allais me reconnaître (ressusciter) dans la matière et que je souhaitais forcément en savoir plus sur la famille. Cependant, elle avait préféré opter pour la loi du silence.

Ma mère est en réalité une télépathe née. Les visions qu’elle a et les voix qu’elle entend ont plutôt tendance à l’effrayer. Elle a choisi la voix de la médicamentation chimique pour en quelque sorte se « débarrasser » de ce fardeau. Voilà comment réagissent certains grands télépathes et claisentients nés. Les psychiatres s’en donnent à coeur joie afin d’étouffer ces potentiels supérieurs qui viennent nuire à la conscience moyenne collective surveillée par les gouvernements. Résultat, la silhouette fine et harmonieuse de ma mère, s’est transformée en quelques années en un corps complètement distorsionné, par les effets énergétiques destructeurs de la médicamentation chimique. Sa conscience et ses réflexes en sont sévèrement altérés. Je reste personnellement impuissante face à sa dépendance. Je l’aide au mieux, néanmoins on ne peut obliger les gens à changer de mode de vie, sous prétexte que nous ne voyons pas les mêmes choses. Cela se nomme la Tolérance ou le Respect. Les personnes qui n’ont aucune volonté de se sortir d’une spirale involutive (la drogue, l’alcool, le tabac, la maladie, les médicaments…) restent « piégés » (parce que possédés par des énergies de basses fréquences) jusqu’à la délivrance de leur âme, engendrée par la mort de leur corps charnel, appelé « véhicule tridimensionnel ».

Ma mère est ce que l’on appelle une Gir «Sainte accoucheuse des filles et fils ardents de la vie ». Un avatar nait toujours dans une sainte matrice parce qu’il lui faut l’énergie nécessaire pour se réaliser dans la matière, c’est à dire pour pouvoir être de chair et de sang. Vous êtes des divinités qui avez fait un long parcours pour vous incarner ici-bas. Vous êtes des êtres exceptionnels, ne l’oubliez jamais.

Dans cette effusion spéciale (ou incarnation), ma mission consistait à me re-connaître pleinement dans la matière, avec tous les défis et embûches que vous présentent la vie, de manière à ce que je puisse à mon tour reprendre mon rôle et vous ramenez à vos origines.

Depuis ma naissance, je suis toujours restée discrète sur mes capacités, tout en me confiant à quelques uns cependant, bien que nous ne soyons pas toujours compris, parce que ces connaissances véhiculent la peur et de nombreuses interrogations.

Généralement, c’est le cas de tous les humains qui se reconnectent à leurs origines sacrées, ce que nous appelons « assomption ».

Nous avons tous besoin des uns et des autres pour nous soutenir dans la vie. Nous n’avons pas besoin d’une quelconque reconnaissance. J’ai toujours appréhendé à me mettre en avant parce que cela n’est pas mon rôle. J’ai été souveraine atlante et reine en Egypte, sans toujours pouvoir exercer mon rôle protectionniste, par les agissements pervers et cruels de Enlil/Seth. Mon peuple était contrôlé et menacé par l’élite de Yawhé/Enlil, le Patriarche en puissance. Je ne cédais pas à sa perversité et à son autorité dictatoriale, même si j’étais parfois « mise au placard ». Nous avons plutôt été victimes de ses abus, piégés par la violence. J’ai passé ma vie à tenter de ramener Seth à la raison. Son orgueil et sa jalousie maladive me poussait à me cacher afin de protéger mes arrières. Mais je n’ai jamais baissé les bras ; je me suis toujours relevée et aujourd’hui encore, je vous le prouve. Je suis là et je vis.

Paradoxalement, dans cette incarnation humaine, la manifestation de la gratitude à mon égard, m’a toujours mise mal à l’aise, parce que j’ai toujours su donner sans rien attendre en retour. La musique, l’écriture et la peinture m’ont toujours attirée, depuis enfant et ces dons innés m’ont aidé à y voir plus clair. Il semblerait que cette manifestation se soit également produite lorsque j’étais incarnée sur d’autres sphères d’existence, comme sur l’étoile rouge d’Aldébaran, par exemple, selon les dires d’un de mes guides céleste. L’étoile rouge se prononcerait TIASAKTA ou TAESAKTAM, en langage universel.

L’Art aide toujours les gens à s’exprimer librement et lorsqu’il plait autour de vous, vous vous faites rapidement remarquer. Lorsque j’étais reconnue pour le travail que j’accomplissais, en tant que jeune auteur compositeur en herbe à 13 ans, j’étais effrayée par les compliments et la pression des gens qui m’entouraient. Je me sentais comme soudainement « étouffée » d’être mise en avant et cela me mettait mal à l’aise. De nombreux adultes s’intéressaient à mon travail et je collaborais discrètement avec eux pour écrire leurs chansons. En réalité, très tôt (à 12 ans), j’ai été prise en main par celui qui sera toujours un grand maître à mes yeux, un grand artiste complet et tellement humble. Pas besoin d’être connu mondialement pour être grand. Il aura passé des heures entières à me prodiguer la confiance en soi. Il m’aura aider à dépasser toutes mes craintes et appréhension de la foule.

Ce musicien, écrivain et peintre m’a toujours encouragée à suivre la voie artistique par mes capacités innées. Je passais tous mes mercredis après-midi à ses côtés, j’étais pour lui « sa petite protégée », puis nos chemins se sont séparés lorsque j’ai dû entreprendre des études supérieures. Cet homme est en réalité une entité très élevée au niveau cosmique. Il a été un peu un père pour moi pendant mon enfance. C’est un artiste divin complet. Ce Séraphin incarné m’aura aidé à dépasser certaines appréhensions liées directement à l’image du Mythe, qu’il me renvoyait souvent.

Sa douceur et sa compassion innées dépassent l’entendement. J’avais besoin d’un être comme lui pour m’épanouir et pour me réaliser complètement. J’ai passé toute mon adolescence et au- delà, à travailler sur mes craintes, parce qu’elles émergeaient de mon inconscient. Autrefois, c’était mon ami Thot qui avait plus ou moins ce rôle de « protecteur » et de grand conseiller.

Pourquoi vouloir rester constamment cachée et à travailler à l’abri des regards ? De quoi avais-je si peur ? Lorsque vous vous réveillez à votre divinité en grandissant, vous faites ressurgir d’anciens traumatismes. J’ai appris avec le temps à dépasser cette appréhension. Lorsqu’on aime chanter et clamer haut et fort que votre amoureux s’appelle « Micaël » et que seul l’Amour divin sauvera la planète, à 17 ans, il faut du courage pour transmettre ce grand message au public. Cette chanson que j’avais écrite s’intitulait « God save Love on Earth » qui signifie « Que Dieu sauve l’Amour sur Terre ». Aujourd’hui, je clame encore haut et fort que nous sommes tous égaux devant le Sans-Nom et je réitère que l’Unité, c’est l’amour divin, et que seule cette énergie sauvera les hommes de cette planète. Il n’y a pas d’autre alternative.

Dans cette effusion présente, j’ai tenté de ne pas reproduire certains schémas que j’avais vécus autrefois. Je me suis toujours rapidement séparée de ceux qui entravaient ma liberté. Personne n’avait à me dicter ma vie et mes choix. J’ai toujours évité les contraintes, dans la mesure où je parviens à ne pas les attirer. Je n’ai jamais été esclave de mon travail, ni de ma vie, parce que je l’eusse été autrefois, et notamment sur une autre planète (Mars). J’ai toujours été consciente de ce phénomène et j’ai tenté de ne pas le reproduire ici-bas. Rien n’est plus important que votre liberté et votre dignité, pour comprendre qui vous êtes. Le travail pour subvenir aux besoins de votre famille est vital, mais il n’est pas l’essentiel. Si nous réduisons notre vie au mode 3D « métro-boulo-dodo », nous devenons esclave de notre vie.

L’ère du Verseau ne correspond plus à ce vieux schéma d’existence. Vous devrez apprendre à « lâcher-prise » et à mieux profiter de la vie.

De nature réservée malgré tout, j’ai toujours vécude manière isolée et dans la discrétion absolue. Enfant, je vivais dans une grande maison entourée de montagnes. J’ai grandi au coeur du massif alpin de cette chère France, un endroit qui me rappelle étrangement la vallée de l’Eden avec ses grandes étendues vertes agricoles et ses massifs environnants. Enfants, nous étions entourés de vaches, de poules, d’arbres fruitiers et de potagers abondants. Aujourd’hui, tout cela n’existe plus. Je passais mon temps de libre à flâner au milieu de la nature et à rêvasser devant les fleurs qui s’offraient à ma vue. Je parlais aux cailloux et aux
plantes, parce que je savais qu’ils m’entendaient. Je conversais avec les chats et les poules pondeuses de notre poulailler. J’avais nommé ma poule Arthémis, la déesse de la guerre…cela ne vous rappelle rien ?

Nephtys Athéna était ma soeur jumelle et ma plus proche confidente. J’ai toujours aimé et respecté les animaux. J’ai été élevée dans une éducation rigide et dans une ambiance familiale saine. J’enviais cependant mes amis qui vivaient avec leurs parents. Je me disais qu’un jour, je construirai ma propre famille et que je donnerai à mes enfants le bonheur de vivre avec leurs parents. Je voulais leur donner ce que je n’avais jamais eu. Mes amis d’enfance ont toujours été proches de moi et encore aujourd’hui, bien que mes histoires ont souvent eu tendance à les déstabiliser.

Je rencontrai le prince charmant à 18 ans et j’accédai à mon indépendance à 19 ans, par mon libre arbitre. Comme nombre d’entre-vous, j’ai exercé plusieurs métiers en ayant suivi au préalable des études, dont les dernières en gestion des ressources humaines. J’ai adoré ses études, bien que j’ai dû les abandonner en cours de route, étant restée enceinte de ma première. J’ai toujours aimé encadrer les gens, dans le respect, la rigueur et la dignité. Cette aisance naturelle dans ce milieu remonte à des centaines de milliers d’années, lorsque en tant que génitrice, j’étais responsable de mes colonies. Nous avions crée de la main-d’oeuvre par clonage pour travailler les terres et pour transmettre notre savoir agricole. J’ai toujours été proche de mes planificateurs. Vous êtes sensés occuper des postes de travail qui en réalité vous révèle votre nature profonde, parce que la vie est magnétique et cyclique.

Après avoir fait quelques petits contrats qui m’avaient permis de financer mes études et d’atteindre la polyvalence, je me suis retrouvée dans une petite entreprise que je ne nommerai pas. La dénonciation est une énergie qui amplifie vos problèmes, nous sommes tous plus ou moins passés par ce genre d’épreuve indigeste. Ce fût en réalité l’expérience la plus pénible de ma vie.

Je me suis retrouvée au milieu de personnes qui passaient leur temps à mépriser les autres, sous prétexte qu’elles détenaient la vérité au sujet de Yawhé/Jéhova. J’avais inconsciemment à cette époque attiré des personnes qui m’avaient terriblement fait souffrir autrefois (dans d’autres vies). J’étais sur le point de revivre littéralement des évènements passés, mais de manière contemporaine (parallèle). Je n’ai rien contre les sectaires ou les partisans religieux, chacun pense et agit en fonction de sa fréquence. Je dis simplement qu’en s’imposant aux autres, ces personnes expérimentent le côté obscur de la lumière. Ils ont oublié le respect de l’autre, en vivant constamment dans le jugement. Viendra le moment où ils devront basculer de l’autre côté, afin d’expérimenter l’autre partie d’eux-même.

A partir du moment où l’individu prend parti d’un mouvement politique ou religieux, il est divisé. L’amour et la compassion ne sont pas un parti, ni une croyance quelconque. Le soleil n’est pas un parti, ni une conception religieuse. Ce sont des énergies de la vie, ce sont des énergies qui donnent VIE. Sans soleil et sans l’amour (solaire), VOUS N’ETES RIEN. Les particules de ATON signifie ADON (Adonis), qui signifie ADN. Nous sommes la Source qui donnons la vie en incarnation (en chair). Ce qui signifie que vous êtes tous d’origine solaire. J’étais frustrée et je n’avais pas ma place au milieu de ces femmes salariées sans enfant. Je n’avais jamais vu cela de toute ma vie. Aucune des femmes, malgré leur âge mûr n’était mère.

Avec du recul, je m’aperçois que ces femmes reflétaient ce que nous avions conçu il y a très longtemps par force, des êtres asexués. Ces êtres ne pouvaient en aucun cas poser problème à la caste patriarcale, puisqu’ils ne pouvaient se reproduire. Ces braves âmes me reprochaient de fêter la Noël, la naissance du Christ et par conséquent ne fêtaient aucun anniversaire. Elles ne fêtaient pas la venue à la vie. L’homme et la femme d’origine christique n’étaient jamais honorés ! Leur asservissement sectaire les empêchait de voir ce que les hommes et les femmes sont tous à l’origine, des christs. Dans cette aventure, j’avai s à faire à des anti-christs.

A cette époque, je n’avais pas encore pris tout à fait conscience de qui j’étais, mais croyez-moi que ma douleur était déjà profonde. Comment ces femmes pouvaient-elles me comprendre ? J’ai même eu droit en cadeau à la Bible de Yawhé, sur le lieu de travail.

Refusant d’adhérer à leurs croyances, je me suis retrouvée discriminée, mise de côté. Je ne faisais plus partie de « leur famille » et j’étais devenue à leurs yeux un véritable parasite. Lorsque j’ai annoncé la grossesse de ma seconde fille, j’ai littéralement été mise au placard. L’employeur le pris très mal. Impossible de revendiquer mes droits car de toute manière j’avais trahi leur confiance ! Toutes les tâches importantes pour lesquelles on m’avait embauchée s’étaient littéralement désagrégées sous mes yeux impuissants. On me confia très vite un rôle subalterne. Je me suis rapidement aperçue que ces sociétés travaillaient en étroite collaboration avec de nombreuses compagnies qui servaient le compte d’une gigantesque secte planétaire de nature les plus obscures. Certaines compagnies embauchaient exclusivement des partisans de Yawhé/Jéhovah.

Aucun des salariés ne savaient en réalité qu’ils servaient la Loge Noire franc-maçonnique, elle même tributaire du Gouvernement secret de la planète. J’ai tenté de me mesurer à cette petite société en revendiquant mes droits et ma dignité. J’étais vindicative ; j’ai perdu la bataille. Que signifiait cette lourde épreuve ? Que m’apportait-elle ?

A cette époque, je connus pour la première fois de ma vie, la douleur intérieure. Une douleur terrible qui en réalité émergeait d’un passé très lointain. Le fait de vous forcer à faire quelque chose contre votre volonté, vous rend nauséeux. Cette humiliation déguisée en rétrogradation et ce mépris que je vivais au quotidien avaient un lien étroit avec ce que j’avais enduré sur la planète Mars, lors de ma séquestration. Parallèlement le fais de rejeter en bloc cette grossesse, cet enfant qui vibrait déjà en moi, me rendait malade. Ce comportement était monstrueux de la part de l’employeur. Je revivais à pleine allure et de manière sournoise d’anciennes blessures. Le passé devenait subitement présent. Je venais de me reconnecter au karma planétaire.

Les pleurs de mon âme étaient telles que je m’étais amaigrie alors que j’allaitais encore mon bébé. Les médecins eurent pitié et me conseillèrent de lâcher prise rapidement. Un psychologue me révéla ce que je savais déjà : une mise au placard.

J’ai toujours refusé la voie de la médicamentation que l’on me proposait parce que je savais que je devais m’en sortir seule. L’enjeu était très important ; il devenait inutile que je dépense ma force vitale pour ces patriarches en puissance. Une nuit, je pleurais tellement que j’en arrivais à faire des crises de spasmophilie. Pour la première fois, j’implorais le ciel de m’aider et de me sortir de cette souffrance atroce. Je me revoie encore allaiter ma seconde en la priant de me pardonner mon chagrin. On ne partage pas votre joie d’être mère, on ne prend pas de vos nouvelles, on fait semblant de ne pas vous reconnaître dans la rue et dans les magasins…ces individus m’avaient assassinée moralement. J’ai passé trois années à me remettre de toutes ces émotions, isolée de tous avec mon bébé.

Une nuit de 2002, j’étais tellement anéantie par la douleur intérieure que je me mis subitement à repenser aux blessures psychologiques de Osiris/Asar et à toutes ces amertumes et frustrations qu’il avait vécues, face aux agissements de ses proches. Puis je me m’adressai à lui en toute conscience, en sanglotant : « Je suis si proche de toi aujourd’hui dans ta souffrance, que j’ai l’impression que l’on m’a arraché le coeur, c’est terrible, aide-moi…! ».

Pendant cette même nuit, je rencontrai le Christ, en rêve semi-éveillé. Rencontre merveilleuse et fusionnelle que je raconte dans la deuxième partie de ce manuscrit. Je m’étais reconnectée en toute conscience à ma famille universelle. J’avais en face de moi l’androgyne, le Christ universel pleurant de joie ! Lorsque vous délivrez votre âme de l’enlisement émotionnel, celle-ci explose de joie. Vos larmes sont en réalité votre délivrance intérieure. Depuis ce moment précis, ma vie prit un virage à 180 degrés.

Nous sommes en l’an 2002. Cette expérience sonna l’heure de mon réveil, l’heure de mon retour à ma divinité et à la conscience universelle. Je n’ai pas perdu de temps. J’ai remis ma vie dans les mains de ceux qui m’ont toujours guidé, ma famille céleste. Je suis connectée au Royaume en conscience depuis mon enfance. Mon mari et mes enfants, mes rayons de soleil, ont toujours été là pour me donner la force vitale à chaque instant.

Cette histoire qui est malheureusement l’histoire de nombreuses femmes, m’a permis de réaliser et de me souvenir que le rejet du Matriarcat datait de longue date. Nous étions des victimes d’un système habilement élaboré et totalement déséquilibré. Les premiers temps, je me suis mise à écrire pour révéler tout ce système. Je rentrais en introspection et en expiation. L’expiation vous permet d’extérioriser toutes les énergies de basses fréquences que vous avez porté pendant toutes vos vies. Elle est la purification de votre corps mental, le Mer qui vous permet de vous connecter progressivement à vos corps supérieurs (Ka) et à votre âme (Ba), qui elle est pure, mais voilée par le corps émotionnel qui l’empêche de retrouver sa lumière originelle en incarnation. Elle m’a aidée à y voir plus clair et à me centrer sur ce que je suis en réalité.

En réalisant les subtilités de la vie par la mécanique de la pensée, vous apprenez à ne plus diffamer, à ne plus dénigrer quoi que se soit, parce que le cas échéant, vous l’amplifiez à chaque fois. Le boomerang vous revient en pleine figure. C’est le principe de la Loi universelle d’Attraction. Vous attirez ce que vous émettez. En ce qui concerne Yawhé/Jéhova, j’avais tout simplement une dette karmique à régler sur ce plan d’existence.

Je me suis mise à imaginer une maison à la campagne, isolée, loin de la pollution urbaine et de tous ceux qui m’avaient fait souffrir. Je rêvais d’une vie saine et régénérante au milieu de la verdure. J’avais besoin de me re-trouver, j’avais besoin de me libérer totalement de cet enfer et de passer à autre chose. Je souhaitais voir ma famille s’épanouir autrement qu’à la ville avec tout ce stress. Je voulais leur faire découvrir la vie, la vraie, la liberté ! Cette maison que je visionnais fréquemment dans mon esprit , l’histoire de m’apaiser, s’est un jour matérialisée, comme par magie. Ceci fait partie du pouvoir de l’Esprit.

La matérialisation de la pensée est votre quotidien, encore faut-il que vous en ayez conscience. Une agence immobilière proposait une villa très éloignée de notre ville car elle se situait à l’autre bout du département. Une jolie maison en basse campagne, au Nord du département. Lorsque nous sommes allés la découvrir pour la première fois, mon coeur a explosé de joie. Je voyais la maison de mes rêves, là sous mes yeux, au milieu de la verdure ! Je n’en revenais pas. Tout le monde sut rapidement dans mon entourage que j’avais trouvé « la maison de mes rêves »!

C’était l’euphorie. Un peu moins partagée pour mon époux parce que la situation géographique de ce merveilleux cadeau l’éloignait considérablement de son travail. Cette maison représentait mon « temple intérieur », Beith. C’est ici, dans cette nouvelle demeure que je me suis vue « mourir » pour re-naître de mes cendres. C’est ici, dans ce village où trône la statue de la liberté, version miniaturisée, que je me suis accomplie.

Lors de mon introspection, je peignais des toiles sur des sujets métaphysiques qui m’inspiraient, tels que la multidimensionnalité, les mondes parallèles, les codes de la création, la rayonnance sacrée, etc. Tout ce que je peignais relevait directement de mon âme, mon inconscient. J’ai passé des heures à décoder tous les messages que je recevais à travers mon quotidien mais également au travers des gens, miroirs de la vie. Personne ne pouvait voir ce que je voyais. Le retour à la conscience divine et unitaire fût progressif. Enfant, je percevais déjà les choses au-delà des apparences. J’ai toujours su que j’étais une planificatrice de vie parce que je revoyais les films de mes vies antérieures défiler au ralenti. Parallèlement, j’ai toujours été sujette aux voyages astraux conscients et aux dédoublements. J’ai toujours ressenti la présence de forces invisibles à mes côtés. Enfant,
vous ne vous posez pas de question car pour vous, tout est normal.

Je vous présente un second tableau qui vous explique mon retour à la conscience christique, simultanément avec ma résurrection en Egypte. Votre réalité d’aujourd’hui est celle d’hier.

La construction de la nouvelle Atlantis et la résurrection du Christ

 

Il y a quelques années (fin 2007), lorsque j’ai découvert que l’écrivain franco-allemand Anton Parks relatait ses souvenirs et ses visions dans ses ouvrages, « Les chroniques de Girku », en tant que planificateur de la race humaine, j’ai pleuré. Au fur et à mesure que je le lisais, je revivais toute la douleur qu’il avait pu ressentir lors de nos séparations répétées, tout simplement parce que cette souffrance était mienne. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à croire ce que je lisais, parce que ce parfait inconnu racontait en partie mon histoire.

Paradoxalement, j’étais la plus heureuse des femmes, car je venais de retrouver les récits de mon frère jumeau, mon époux cosmique ! Les nombreux détails qu’ils rapportent me permettent de confirmer à chaque instant que la vie est simultanée. Il semblerait que mon jumeau ait recouvré la mémoire du langage matrice universel (Emesa) qui lui a permis de décoder les textes « sacrés » de l’Ancien et du Nouveau Testament, afin de vous dévoiler la gigantesque supercherie des gouvernements de l’époque. Vous venez de découvrir que le passé rattrape inéluctablement le présent car la vie est concomitante. Vos bibles et le Livre d’Urantia annoncent le retour du Christ, c’est à dire l’ère messianique de la fin des temps. Il s’agit de l’âge cristal, relatif à la conscience cosmique. Vous êtes tous constitués de l’énergie christique. Vous êtes tous des maîtres cristaux car en vous coule l’énergie christ-all-in, l’énergie de Tout ce qui Est. Il vous appartient de l’éveiller en vous afin de faire triompher l’Amour, dans cette course à l’ascension.

Ce Retour à la conscience christique dissimule parallèlement notre dernière effusion en tant que couple solaire sur Urantia. Notre présence à l’état christique annonce la naissance imminente de la Nouvelle alliance, celle de la Fin des temps, la fin du règne déséquilibré de l’Ombre. Elle se matérialisera un jour par la réunion physique de nos deux polarités. Pour l’instant, nous revenons en tant que couple céleste témoigner chacun de notre côté de notre véritable rôle dans l’histoire de cette planète expérimentale. L’androgyne Père/Mère Neb-Adon (Seigneur de vie) s’est de nouveau dissocié en ces deux polarités masculine et féminine dans cette ultime incarnation terrestre (ou urantienne). Ce retour à la conscience cosmique, divine et tri-unitaire signe notre résurrection parmi vous. Il annonce officiellement le retour de la Trinité du Paradis (ou du Royaume) sur Urantia, par l’ascension collective. Nous avons fait tout ce chemin, pendant des centaines de milliers d’années, pour nous retrouver de nouveau à oeuvrer dans cette ultime incarnation, en tant que couple divin solaire Père/Mère créateur. Nous avons accepté cette effusion spéciale pour vous ramener à la conscience cosmique et divine. La multidimensionnalité est votre héritage car elle est une prise de conscience. Vous et nous sommes de retour pour faire ascensionner cette planète en 5ème dimension minimum et tout ce qui se trouve à sa surface. Cette ascension collective va entrainer l’ascension systémique et multiverselle. Sachez à
présent que plus vous accédez à la connaissance (à la vérité sur vous-même) et plus nous nous rapprochons du point zéro galactique.

Extrait de La Guérison de l’HumanITE de Urantia – UNE GRANDE HISTOIRE D’AMOUR – Isis Blue Nebadonia : La Nouvelle Alliance – Chapitre 14 –La France, ma terre d’accueil p.181

→ ISIS : Mon Retour parmi Vous (introduction)
→ ISIS : Le symbole de l’Unité (Chapitre 1)
→ ISIS : Ce que je suis (Chapitre 2)
→ ISIS : Le rôle des Émissaires de vie ( Chapitre 3)
→ ISIS : Les Fils de l’Unité et les Fils de Bélial (Chapitre 4)
→ ISIS : La résurrection du Christ remonte à l’Egypte ancienne (Chapitre 5)
→ ISIS : Vous êtes membres d’une grande famille universelle (Chapitre 6)
→ ISIS : La dualité n’existe pas, c’est une illusion (Chapitre 7)
→ ISIS : L’Homme, véritable machine de Haute Technologie (Chapitre 8)
→ ISIS : Le coeur, un organe sacré (Chapitre 9)
→ ISIS : Vous ramener à l’Unité (Chapitre 10)
→ ISIS : La vie est électromagnétique en 3ème densité (Chapitre 11)
→ ISIS : Un retour à la conscience cosmique nécessaire (Chapitre 12)
→ ISIS : La guérison d’un karma collectif de plus de 500 000 ans (Chapitre 13)
→ ISIS : La France, ma terre d’accueil (Chapitre 14)
→ ISIS : Notre vie au quotidien (Chapitre 15)
→ ISIS : Réalité exo-politique et mondes creux (Chapitre 16)
ISIS : Votre monde intérieur (Chapitre 17)
→ ISIS : L’être évolué (Chapitre 18)
→ ISIS : Votre retard (Chapitre 19)
→ ISIS : Votre histoire ( Chapitre 20)
ISIS : La naissance de la 7ème race (Chapitre 21)
→ ISIS : La vie en constante évolution (Chapitre 22)
→ ISIS : Seul l’équilibre Yin et Yang vous permet d’intégrer votre Moi divin (chapitre 23)
→ ISIS : Nous sommes uniques (Chapitre 24)
→ ISIS : Le couple et l’amour (Chapitre 25)
ISIS : L’énergie féminine a été spoliée (Chapitre 26)

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email