Canalisé par Pascal Bécu

Ce message regroupe plusieurs séances de travail effectuées seul ou avec la collaboration de Heike et de Marie, toutes deux participant aux ateliers de développement personnel à un niveau avancé. Le Guide d’Heike est toujours présent au cours de nos entretiens et participe activement à ceux-ci. Marie m’a aidé dans la réception et la transcription du message portant sur la « Clé du Douze ».

Question de Pascal :

« Bonjour. J’aurais trois questions à vous poser aujourd’hui :

La première question porte sur les douze portes symboliques.

J’ai lu qu’à l’image de l’arbre séphirotique (Cabale), le zodiaque ne comportait à l’origine que dix constellations.[1]

L’Atlantide aurait par ailleurs été créée selon cette ancienne configuration, en base dix, les deux autres énergies, rajoutées par la suite, concernant d’une part l’énergie du peuple biblique (le peuple hébreux serait donc d’origine extraterrestre), et l’énergie martienne (Aryenne), également associée pour nous aux reptiliens Annunakis (Nibiru).[2]

Que devons-nous penser de tout cela en rapport avec la phase de transition actuelle et la réactivation des énergies de la Terre et de notre ADN selon une configuration énergétique en base douze ?

La seconde question porte sur le symbole du « bâton » que j’ai reçu.

Je ne parviens pas à « l’assimiler » au-delà des informations et interprétations reçues. Pour moi cela reste un « mystère ». Puis-je être davantage « éclairé » sur ce point ?

La troisième question porte sur la phase de transition en cours.

Certains ressentent les prémices d’un changement et sont dans la joie, tandis que d’autres ressentent les affres d’une « mort annoncée » ou d’un « enfantement à venir ». Qu’en est-il exactement ?

Réponse :

Bonjour Pascal. Nous avons entendu tes questions et y répondront volontiers en ce temps et dans les entretiens à venir. Ces questions sont intéressantes et légitimes. Nous y répondrons en te remerciant, encore une fois, d’être « ici et maintenant » présent à ce rendez-vous, pour ceux que tu représentes sur ce plan et dans d’autres. Nous vous encourageons dans vos efforts et « prions » pour votre réussite. La part qui revient à chacun est importante et « essentielle » dans cette phase de transition en cours. Nous reprendrons les questions en sens inverse et commencerons donc par la troisième question.

La troisième question porte sur la phase de transition en cours. Certains ressentent les prémices d’un changement et sont dans la joie, tandis que d’autres ressentent les affres d’une « mort annoncée » ou d’un « enfantement à venir ». Qu’en est-il exactement ?

Nous vous avons signifié, dans le message précédent, que ce qui n’avait pas été réglé devait l’être maintenant. Ceux qui assument cette part, pour eux-mêmes ou dans un but collectif, le ressentent donc fortement actuellement. En même temps s’ils le vivent, c’est qu’ils l’ont choisi et que cela était prévu. La part d’humanité que vous « ressentez » maintenant représente celle qui doit être « rédemptée », puis « transmutée ». Pour que la transmutation de ces énergies soit possible, il vous faut d’abord les libérer de la cage où elles sont maintenues enfermées ou « refoulées ». Nous vous aidons dans ce processus, mais comprenez que votre part est essentielle. Elle consiste à accepter et à assumer ce travail de libération. Cette alchimie énergétique peut être comparée à une distillation chimique ou à une dialyse. Dans votre langage, vous parlez plutôt de « sublimation », ce terme présentant pour vous l’avantage -et pour nous l’inconvénient – de court-circuiter l’aspect « émotionnel » du processus correspondant. [3] Cependant ce « passage » est nécessaire. Par conséquent il peut être et doit être « vivement » ressenti.

Le processus d’Ascension doit maintenant être complété, ce pourquoi les parties restant à être purifiées doivent être « rédemptées » (distillation) et renouvelées (dialyse). Les énergies que vous recevez maintenant vous permettent de le faire et c’est ce que vous vivez. Le processus est « unanime » et non « uniforme ».

La souffrance, si elle est ressentie, est due à la partie de vous qui résiste. Vous devez lâcher prise de votre ego et des attentes ou projections correspondantes, jusqu’à atteindre le stade ou vous demeurez témoin du processus, sans plus vous identifier à l’objet de votre projection. Cet « objet », qu’il s’agisse d’un symptôme, d’une compulsion ou d’une personne, doit être libéré et laissé à lui-même, sans attachement de votre part. Le véritable amour est libre et ne crée pas de dépendance.

Le détachement est nécessaire en vous-même comme dans vos relations. Si tel n’est pas le cas, un ajustement est alors inévitable et la rupture intérieure ou extérieure peut s’en suivre, qui peut être douloureuse. Comprenez néanmoins qu’une relation de « dépendance » est basée sur un compromis et ne peut déboucher au mieux que sur un équilibre instable. La frustration ou l’amertume que vous ressentez alors provient du fait qu’au sein d’une telle relation, la complétude ne peut être atteinte. La compensation, le compromis doivent laisser place à la liberté pleine et entière, en droit et en fait, d’être d’abord « fidèle » à ce que l’on est. La liberté, la plénitude peuvent être partagées, mais elles ne peuvent être décrétées, négociées ou achetées.

Quand nous disons que l’Ascension doit être « complétée », nous signifions que vous devez maintenant devenir « complets », c’est-à-dire réintégrer les aspects de vous-mêmes dispersés dans vos projections (de conscience) en vous-mêmes, dans vos relations et dans les dimensions.

Il s’agit d’un processus de nature et de portée « multidimensionnelles », ce pourquoi une partie de ce travail s’opère de manière « inconsciente », mais réellement, pour vous. Vous en ressentez alors les effets. C’est signe que le travail se fait. Soyez donc confiants et rendez grâce de pouvoir prendre ainsi part « activement » à ce processus. Ce qui résiste est l’ego ou « dragon » mythologique. Il doit être « terrassé » par l’épée. Nous en arrivons donc à la seconde question.

La seconde question porte sur le symbole du « bâton » que j’ai reçu. Je ne parviens pas à « l’assimiler » au-delà des informations et interprétations reçues. Pour moi cela reste un « mystère ». Puis-je être davantage « éclairé » sur ce point ?

L’une de vos traditions, auxquelles vous vous référez dans votre travail, porte sur les symboles du bâton, de l’épée et de la coupe. Ces trois symboles forment un tout et doivent s’associer, voire fusionner, pour éclairer le mystère. Tu as longuement travaillé sur les différents aspects de cette énigme. Il te reste maintenant à les relier en un tout vivant et conscient pour trouver la « clé » du mystère.

Abordons en premier lieu le symbole de l’épée. Votre tradition explique que l’Egregore[4] de l’Ego collectif humain, associé à l’image mythologique du Dragon, doit être « terrassé » par l’épée. Celui qui terrasse le Dragon délivre la princesse et hérite du Royaume. Ce travail, de nature collective, doit également être accompli par chacun, sur son chemin d’évolution.

L’épée est symbole du pouvoir de l’esprit. Vous devez ainsi exercer votre capacité de discrimination afin de trouver le chemin qui mène au château. Celui-ci représente votre héritage, une fois débarrassé de l’illusion de l’ego. C’est un âpre combat que seuls les « Guerriers de lumière » peuvent accomplir. Les embûches sont nombreuses et beaucoup de prétendants s’y aventurent sans succès. Une fois le château (intérieur) conquis, l’âme (la princesse) se trouve enfin délivrée du pouvoir réducteur de l’ego, perçu par elle comme un enfermement (donjon).

Pascal, cette épée, tu l’as reçue en naissant. Tu es un « Guerrier de lumière ». Cette épée est également celle des Melchisédek. C’est une épée de « justice » dans la mesure où elle tranche exactement à l’endroit qui doit être séparé.

Notez que Melkisédek s’écrit également avec un « M », comme Marie ou Madeleine. Ce « M » se rattache à la Terre « Mère », à la « Matrice » du ventre, au travail d’enfantement et à la « seconde naissance ».

Le « M » exprime donc la Source (Matricielle) et le son renvoie au ventre au sein duquel il « raisonne ». C’est la troisième lettre du son « AOM » et la matrice, féminine, de l’enfant à naître. L’épée Melkisédek est l’Esprit « Ciel » (Saint-esprit), principe fécondant, reçu dans la matrice « vierge » (pure) du coeur pour concevoir l’Enfant-Jésus, à naître dans le ventre (partphysique).

Le bâton exprime le coeur et l’âme. Il est un symbole de vie, associé à l’arbre et au règne végétal. Il représente le support matériel solide, à partir duquel les énergies plus fluides peuvent être « fixées ». L’ouverture du coeur représente la porte de l’âme (le « bâ » du bâton) et c’est l’étape en cours pour toi, associée à la remise du bâton symbolique.[5]

Le coeur reçoit l’énergie de la lumière, de symbole et de polarité masculins. C’est la lumière (épée) intégrée et ingérée dans le sang qui déclenche la transformation alchimique et la gestation.

Comme une cellule se divise, votre être opère une séparation intérieure, destinée à vous régénérer, à vous renouveler, sans passer par une expérience de séparation (mort) extérieure. Comprenez-vous la portée de ce que vous êtes en train de vivre ? Vous le savez sans le savoir et vous comportez à cet égard comme des enfants, qui se transforment et grandissent sans même se poser de questions !

Pour nous, tels des parents, ce spectacle est merveilleux, presque « incroyable » ! Les enfants vivent et font l’expérience de ce qu’ils portent en eux. Le processus se déroule de lui-même. Il a juste à être activé, l’enfant étant par ailleurs protégé et guidé par son entourage. Nous parlons, en vous, du processus ascensionnel. Nous observons la « réactivation » du processus de croissance (Pascal sait que son thymus s’est réactivé) et les transformations qui s’opèrent au quotidien. Vous le ressentez un peu plus chaque jour et criez vers nous, un peu inquiets, pour nous le signifier. C’est une merveilleuse nouvelle ! Soyez patients, comprenez « la portée » de ce que vous êtes en train de vivre et soyez assurés que les résultats dépasseront vos perspectives actuelles.

Telle une femme enceinte, ménagez-vous sans pour autant cesser vos activités quotidiennes. Vous vous habituerez rapidement à ce nouvel état. Ceux qui ont été « ensemencés » le ressentent. Pascal, toi qui en fais partie, que ressens-tu ?

Cela me fait plutôt bizarre de me retrouver « enceinte » ! J’oscille entre la grâce et les nausées, entre la gratitude infinie et un mal-être sans fond ! Mais je comprends. Cela est passager. Il me faut juste laisser passer la vague…Merci en tout cas pour vos explications, en l’occurrence précieuses en ce moment.

Les explications comme les expériences viennent en leur temps. Reste à expliquer le symbole de la « coupe ». C’est simple, puisque la coupe, c’est vous ! C’est vous en effet qui acceptez et recevez l’onction du Graal, signifiant par là que vous êtes prêts à vivre cette séparation entre « ce qui fut » et « ce qui sera », dans l’expérience présente, vivante et consciente de « ce qui est ». Une coupe ne s’explique pas, elle se remplit d’amour (bâton) et de sagesse (épée), tous deux attributs du Saint-esprit, pour qu’ainsi remplie de cette onction divine, la vérité se « révèle » dans l’unité « Père / Mère » retrouvée.

Pour remplir la coupe d’amour et de sagesse, vous devez d’abord la vider des projections et attachements terrestres qu’elle contient et qui sont l’attribut de l’ego. La remise en cause du primat de l’ego, au profit des composantes « Ciel » de la personnalité, lorsqu’elle n’est pas voulue et maîtrisée, peut générer des conflits en soi-même ou dans l’environnement extérieur au sein duquel ces conflits peuvent être projetés.

La solution consiste alors à récupérer ces décalages et à les assumer en conscience, dans le respect des personnes impliquées, à commencer par soi-même. Lorsque que l’identification à l’ego est importante, ou lorsque les attachements projetés génèrent une dépendance, le processus de retrait peut être ressenti comme une mort. L’accélération en cours du processus d’Ascension accentue en outre ce phénomène. Ce passage est provisoire et doit être bien compris.

Comme vous le savez, l’ego représente l’image réflexive de votre expérience physique.

Donc cette image n’est pas réelle et ne représente que la réflexion psychique de votre identité « primaire » réelle. La fin d’un film ne met pas fin à la carrière de l’acteur, pas plus qu’à celle du spectateur, ces deux expériences se trouvant par ailleurs « décalées » dans le temps (aspects multidimensionnels de l’expérience).

Le spectateur doit « sortir » du film (éveil) et comprendre la portée réelle de ce qu’il vit à travers le miroir de la projection. Ce miroir et les images qu’il reflète ne doivent pas être confondues avec la réalité projetée, qui est lumière. La lumière représente donc ce qui est vu et ce qui est projeté. La lumière traverse le « fluide » cosmique pour constituer un voyage « temporel ».

Le fluide cosmique se divise en plusieurs lignes de temps pour constituer une « portée » servant de support à la « musique des sphères ».

A un moment ou à un autre de son voyage, la lumière traverse un « décodeur » (portail) spatiotemporel, et se projette dans le miroir de l’espace « local » pour créer un univers de multiples dimensions. Imaginez maintenant une « portée » en base douze et ajoutez-y douze clés, vous serez bientôt à même de composer une nouvelle symphonie, que nous appellerons « la symphonie de la Nouvelle Terre » !

La portée en base douze est réalisée et il vous reste à trouver les douze clés. Sachez que nous sommes tout ouie ! Cela nous conduit à la première question:

La première question porte sur les douze portes symboliques. J’ai lu qu’à l’image de l’arbre séphirotique (Cabale), le zodiaque ne comportait à l’origine que dix constellations. L’Atlantide aurait par ailleurs été créée selon cette ancienne configuration, en base dix, les deux autres énergies, rajoutées par la suite, concernant d’une part l’énergie du peuple biblique (le peuple hébreux serait donc d’origine extra terrestre), et l’énergie martienne (Aryenne), également associée pour nous aux reptiliens Annunakis (Nibiru). Que devons-nous penser de tout cela en rapport avec la phase de transition actuelle et la réactivation des énergies de la Terre et de notre ADN selon une configuration énergétique en base douze ?

(La réponse à cette question a fait l’objet d’un autre channel, retranscrit par Marie, que nous reproduisons ci-dessous, à la suite du précédent).

Bonjour Marie. La clé du douze est importante pour vous. Il y a 12 mois dans votre année, 12 heures de jour et 12 heures de nuit, 12 signes du Zodiaque, 12 tribus d’Israël, 12 apôtres, 12 travaux d’Hercule, 12 portes de la Jérusalem céleste…

Le chiffre 12 est également lié aux constellations des Pléiades et d’Orion. Aujourd’hui c’est aussi le chiffre de la Terre et de l’humanité sur la Terre. C’est également le code de votre Galaxie, représentée par les 12 signes du Zodiaque.

Le code 12 représente aussi 12 énergies et 12 dimensions qui sont en fait des fréquences énergétiques spécifiques, et réellement 12 espaces de vie différents.

La Cabale se composait à l’origine de dix séphiroth.

De 10 à 12, deux ont donc été rajoutées, liées à des interférences extraterrestres.

Dans le Zodiaque, ces interférences et ce rajout se rapportent aux signes de la Vierge et du Scorpion, séparés par celui de la Balance.

A l’origine Les signes de la Vierge et du Scorpion représentaient un seul et même signe, correspondant à l’Adam kadmon (Homme primordial), de nature androgyne.

La séparation se rapporte donc à la « chute » d’Eve, en tant que principe féminin. Dans votre culture, la réunion des principes masculin et féminin en un principe unitaire « Père / Mère » androgyne, porte le nom de Yodhévah, soit Yod (Adam) et Héwah (Eve) réunis, pour constituer le Tétragramme sacré : YOD – HE – VAU – HE ou YHVH ( ???? ).

Si vous représentez le signe du Scorpion ( ), celui-ci se compose du « M » de Marie (ou des Madeleines), associé au principe féminin (Hé), et d’une flèche, symbole du masculin (VAU), pour représenter ce que nous avons appelé la « femme – homme » ou « la chute de la femme en l’homme ».[6]

Le féminin doit ici être compris en tant que polarité dans son aspect énergétique et symbolique. La nature est féminine et lorsqu’elle s’est mise à enfanter elle est devenue masculine. L’enfantement est masculin, qui donne naissance au 3, c’est-à-dire à l’enfant. Comme signifié par vos psychologues, l’enfantement représente un symbole phallique. La Vierge est donc « tombée » dans le Scorpion. C’est l’image de la chute, chère à vos traditions mythologiques ou « génétiques », puisque cela est vrai dans les deux sens.

Le féminin représente la Nature et le masculin représente l’esprit de création. La séparation produite entre les deux principes a fait que la Nature s’est coupée de l’esprit, ou que l’esprit s’est coupé de la Nature, ces deux propositions étant équivalentes. Ce lien doit être reconstitué, cette réunification composant l’objet même de votre expérience terrestre, mais aussi de notre enseignement et de toute initiation. C’est aussi l’objet et le but de l’Ascension.

Comme rapporté dans vos textes, la chute a été provoquée par un Serpent, « Alien », ayant créé une séparation à l’intérieur de la « Nation ».

La « Nation » (Eden) représente le paradis perdu du fait de cette « Alien-Nation ».

La porte du 12 ou les 12 portes du 1 reconstituent la « Nation » sur Terre et dans les dimensions. C’est l’enjeu, pour tous, de l’Ascension. La clé du 12 doit être retrouvée sur Terre ainsi qu’en l’être humain, pour que chacun retrouve sa place au sein de la Galaxie. C’est le but même de l’expérience terrestre. Et c’est l’être humain, un être d’origine galactique, qui est chargé sur Terre d’en récolter, puis d’en partager les fruits. Alors bien sûr, ceux qui n’étaient pas d’accord le lui ont défendu, alors que c’était le but même de sa création.

Une règle de base veut que toute énergie ou interférence énergétique soit équilibrée avec une énergie ou interférence de polarité opposée. L’expérience « Alien » s’est donc vue juxtaposer une expérience contraire visant la réhabilitation de l’Un ou de la Loi unique de la « Nation », donc représentée par l’expérience hébraïque, symbolisée d’abord par Abraham, père de la cette Nation, la loi de l’Un ayant ensuite été rappelée par Moïse, suite à la déportation égyptienne.

Ces 2 polarités contraires, associées aux expériences juive et aryenne, symbolisent et cristallisent les enjeux de l’expérience terrestre de la dualité. Cette période-là est terminée. Les 12 familles doivent se retrouver et se réconcilier dans l’unité et le respect de la Source d’où chacun est issu, sur Terre comme au Ciel, au sein de la Galaxie. L’esprit masculin et le coeur féminin doivent s’harmoniser sur la « Terre » pour ascensionner dans le « Ciel » de votre Galaxie.

Le processus part de votre corps physique, recevant dans le ventre les deux courants de la pensée et du sentiment, respectivement émis par la tête et le coeur, pour constituer le creuset de votre conscience égotique terrestre. Comme enseigné dans vos atelier, cette alchimie triple représente le premier niveau de votre évolution. Le deuxième niveau correspond à l’ouverture du coeur. A ce stade le verre de l’ego commence à se vider des pensées et des émotions réflexives. La conscience d’être en l’être humain en appelle à l’Esprit (saint) qui se déverse alors dans le coeur.

L’ouverture du coeur provoque la montée des émotions (résurgence émotionnelle) qui demande à être intégrée (expérience actuelle) et réintégrée (expérience karmique) en une conscience élargie, dans l’équilibre.

Comme expliqué dans le précédent channel, l’ouverture du coeur vous fait passer en mode « analogique ».

L’expérience n’est alors pas seulement « connue », elle est également « vécue ». C’est ce que nombre d’entre vous vivent actuellement, n’est-ce pas Marie ? C’est le temps de la purification cathartique et de l’abandon, par vague, des complexes égotiques. Lorsque l’eau intérieure est purifiée, une fusion à l’esprit est de nouveau possible : c’est le troisième stade.

La conscience repentie, ou « rédemptée », reçoit l’Esprit saint, c’est-à-dire le Souffle vital encodé par la lumière, pour engendrer une nouvelle conscience, de nature christique (ou bouddhique), associée au chiffre 4 et au symbole de la croix ( + ). Renaître « d’en haut » représente le terme ultime de l’expérience terrestre, associé à la résurrection, au chiffre 5, au pentagramme (étoile à 5 branches) et à l’Ascension.

Le cinq dans le douze représente l’homme « crucifié » à l’intérieur et au centre du cercle galactique, représenté par le Zodiaque. Les 12 portes doivent être repérées, intégrées et digérées. Elles doivent être franchies et le résultat ne peut être atteint seul. Certaines portes ont été franchies dès la naissance parce qu’elles ont pu l’être au cours d’expériences antérieures, ou transmises par d’autres, par voie karmique ou génétique. Elles ne peuvent pas non plus être franchies en une seule vie.

Repérez donc les portes que vous avez déjà franchies et celles qu’il vous reste à franchir. Les portes les plus difficiles à franchir sont celles qui sont projetées dans les relations. Le contrat est parfois difficile mais nécessaire. La compréhension et le soutien constituent alors des aides précieuses et justifient l’intérêt d’un travail en commun, en groupe ou en communauté. Tenir dans la durée est parfois nécessaire pour évoluer.

Comprenez qu’une chance est offerte à tous en cette période exceptionnelle d’Ascension collective. Pour autant, le chemin doit être parcouru par chacun. Il est donc temps, si ce n’est déjà fait, de vider vos verres et de vous en remettre à l’Esprit, si tel est votre choix.

Les codes pléïadiens en base 12 ont été offerts à la Terre et à l’Être humain en réponse et en récompense de « l’Alien – Nation » subie. Cela est juste et voulu par la Source. Le synchronisme et le résultat sont étonnants. Un amour et une intelligence mystérieux veillent à notre destinée commune. Nous vous souhaitons bon courage dans votre travail d’Ascension, car c’en est un et comme tout travail, il n’a pas à être pénible. Il peut être passionnant, ce que nous vous souhaitons. Vous en aurez besoin. Sachez que nous serons toujours là pour vous. Il ne tient qu’à vous de nous appeler et toute l’aide vous sera fournie. Soyez remerciés pour ce que vous faites. Quant à ce que vous êtes, nous le sommes tous dans le « Je Suis ». Pour ceux qui en ont besoin, sachez que la douleur et la fièvre représentent les symptômes de votre guérison prochaine.

MESSAGE DE MARIE

Je suis à la fois Anna, Marie et Madeleine. Sur Terre ces expériences sont séparées, mais en réalité elles fusionnent dans l’espace et les temps, dans l’unité de la Source dont nous sommes tous et toutes issus. Comprenez-le et vivez-le dans la simplicité et la joie d’être vous-même, en relation avec d’autres, en apparence différents, mais en essence identiques. Le coeur est la clé de l’âme et de l’enfant. Le corps est la clé de l’homme et de la femme. L’esprit est la clé qui ouvre toutes les portes, à condition de ne pas se tromper de clé. Pascal comprendra. La fausse clé est celle de l’ego, et elle est lunaire. La vraie clé est solaire, et elle est lumière.

Pour recevoir cette clé, il faut d’abord ouvrir la porte du coeur. Cette porte est représentée sur le Zodiaque par l’axe Poisson – Vierge. Le Poisson, premier emblème des Chrétiens, est le signe de mon fils « rédempteur ». C’est aussi celui de Pascal qui, comme son prénom l’indique, a choisi lui aussi d’effectuer ce passage en cette vie. Ce signe est désormais le votre, enfants de la Terre, qui portez tous en vous à la fois la marque du « péché originel » (la séparation) et celle de votre rédemption (le sceau christique). La clé qui ouvre la porte du coeur est la charité.

Cette porte vous reconnecte à l’âme, à l’enfant et représente la « panacée universelle » qui embrasse tout et guérit. Dans une conscience christique, elle opère même des miracles. La porte physique vous octroie un corps adulte homme ou femme, jeune, vigoureux, en bonne santé, apte à procréer et donner du fruit. C’est « l’élixir de longue vie », représenté par l’axe Taureau (Isis) – Scorpion (Osiris) sur le Zodiaque. La clé qui ouvre la porte physique est l’espérance.

La porte de l’esprit vous octroie la sagesse du vieillard, celle du grand-père ou de la grand-mère. C’est la « pierre philosophale » qui fixe ou cristallise la connaissance en sagesse. Elle est représentée par l’axe Capricorne (l’Ermite) – Cancer (chemin). La clé qui ouvre la porte psychique est la foi. Les quadratures vous donneront les axes complémentaires « Ciel », associés aux éléments Feu et Air. A toi Pascal de rassembler ces informations. Tu le fais déjà dans ton enseignement. Elles peuvent être utiles pour d’autres. [7]

La foi, l’espérance et la charité représentent les clés de notre enseignement et de votre évolution, associées au triangle « Terre ». L’amour, la sagesse et la vérité représentent la trinité « Ciel ». Trois serrures cruciformes, associées aux quatre éléments fondamentaux, ouvrent la « porte du Ciel », pour composer le code dodécaédrique de la Jérusalem céleste. Ce code en base douze est également celui de votre ADN. Il ouvre le portail de l’Ascension. Pour la Terre, ce code se trouve associé à la nouvelle grille cristalline 12 par douze, soit 144.

La manne céleste de l’Ascension vous octroie amour et sagesse en abondance. Cependant vous devez cultiver la clémence et l’humilité pour composer une quadrature sur la Terre. La vérité vous sera alors révélée, pour faire cinq et composer le pentagramme sacré. Une étoile se lèvera bientôt dans le Ciel, pour annoncer la naissance de la « Nouvelle Terre ». Qu’elle soit aussi le signe de la naissance du Christ en vous. Mes bras vous enserrent de toute leur force et ma bouche vous couvre de mille baisers. Qu’il est bon pour une mère de voir grandir ses enfants ! Je vous aime.

(Fin du channel)

L’ALCHIMIE SPIRITUELLE

(Message 4 – Note 4.1)

Thierry : « J’entends frapper trois coups…J’entends : Rackham le Rouge ? Cela m’a été rappelé trois fois… »

Le Trésor de Rackham le Rouge est un album de bande dessinée créé par Hergé, relatant les aventures de Tintin. Le Trésor de Rackham le Rouge fut publié en 1944 à la suite du Secret de la Licorne. Connue dans le monde entier, cette histoire a fait l’objet d’une adaptation au cinéma par Steven Spielberg en 2011.

Les Êtres de lumière nous invitent donc à une chasse au trésor !

Paraboles du trésor et de la perle: « Le Royaume des Cieux est semblable à un trésor qui était caché dans un champ et qu’un homme vient à trouver : il le relâche, s’en va ravi de joie vendre tout ce qu’il possède, et achète ce champ. Le Royaume des Cieux est encore semblable à un négociant en quête de perles fines : en ayant trouvé une de grand prix, il s’en est allé vendre tout ce qu’il possédait et il l’a acheté. »[8]

Le trésor symbolique, masqué dans les messages du channel est celui de l’initiation. A l’image de l’album de Tintin, ce trésor se rattache aux ancêtres (tradition) et s’obtient après de longues recherches et pérégrinations diverses.

La-cle-du-douze-1

Le channel traite des éléments fondamentaux : Feu, Air, Eau et Terre. Le Feu se rattache au Soleil, à la lumière et à l’esprit. Les éléments Air et Eau, intermédiaires, se rattachent à la Lune, au mental réflexif et aux sentiments (coeur). L’élément Terre se rattache au corps physique et aux sensations. Nous retrouvons donc le symbole du message précédent :Tintin, le Capitaine Hadoque et le Professeur Tournesol s’embarquent sur un chalutier (Sirius) pour retrouver l’épave d’un autre bateau (la Licorne) ayant appartenu au Chevalier François de Hadoque (ancêtre du Capitaine Hadoque) et à l’intérieur duquel se trouve le trésor du pirate Rackam le Rouge. Après maintes aventures et péripéties, ils finissent par retrouver l’épave au fond de la mer. Tintin explore le navire à l’aide d’un scaphandre et remonte un coffret susceptible de contenir le trésor. Le coffret ne contient cependant que des vieux parchemins qu’ils ne parviennent tout d’abord pas à déchiffrer. Les parchemins révèlent pourtant que le roi Louis XIV (le roi « Soleil ») avait fait don du château de Moulinsart au chevalier de Hadoque. Le Capitaine Hadoque rachète le château avec le soutien financier du Professeur Tournesol. C’est à l’intérieur du Château que le Trésor sera finalement découvert.

Ainsi le trésor de l’initiation demande à ce que les informations symboliques figurant sur les parchemins des anciennes traditions soient décryptées. Le channel révèle que le trésor se cache derrière le secret de l’alchimie interne. Les règles qui président à la transmutation des quatre éléments fondamentaux représentent donc la clé de la connaissance sacrée : « Le Soleil est le père, et la Lune la mère. Le Vent l’a porté dans son ventre. La Terre est sa nourrice et son réceptacle. Le Père de tout, le Thélème du monde universel est ici. Sa force ou puissance est entière si elle est convertie en terre. »[9] Nous retrouvons les quatre éléments fondamentaux.
Le premier élément et principe actif est le Feu, associé au Soleil et à la Lumière. L’énergie masculine du Feu est transportée par le souffle (Air) dans l’Eau matricielle (baptismale). La semence de Feu placée dans l’Eau par l’intermédiaire de l’Air est recueillie dans un réceptacle (Graal) de Terre. Ce réceptacle n’est pas seulement un « objet » puisqu’il est « vivant ». Le réceptacle est donc le corps physique, servant de support à la conversion alchimique de l’élément Feu, transmis par l’Air et reçu par l’Eau, en une force ou puissance vitale, associée au sang sur le plan physique. Le schéma simplifié de l’alchimie interne est donc le suivant :

La-cle-du-douze-2

Cependant le trésor annoncé de l’initiation, symbolisé par l’or alchimique, n’est pas seulement de nature physique. En effet, la quintessence alchimique du sang, à partir des quatre éléments fondamentaux, est déjà réalisée sur le plan physique. La tradition alchimiste ou du Saint Graal, correspondant au symbole du sang, renvoie donc à une autre alchimie interne, de nature psychique ou spirituelle. L’analogie en est donnée par le principe hermétiste suivant : « ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, par ces choses se font les miracles d’une seule chose. » La réalité physique ne représente donc qu’un aspect imbriqué d’une réalité plus vaste qui l’entoure. [10] Thierry : « J’entends frapper trois coups…J’entends : Rackham le Rouge ? Cela m’a été rappelé trois fois… » Les plans de réalité sont au nombre de trois : « Je vais déclarer un secret d’initié qui restera incompréhensible pour le profane. Trois est le mystère qui provient de l’Un. Ecoute et la lumière va descendre sur toi. Dans l’ancien des origines se trouvent trois unités en dehors desquelles rien ne peut exister…C’est pourquoi j’ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie universelle. »[11] Les trois pouvoirs ou parties auxquels se réfère Hermès Trismégiste sont : la Sagesse, l’Amour et la Puissance (Vérité). Ces trois pouvoirs se rapportent au Ciel et à l’élément Feu :

La-cle-du-douze-3

La Sagesse est l’attribut du Père, du Un ou du Verbe. Le Un se projette en lui-même pour constituer un premier acte d’Amour. Un espace est ainsi créé, matriciel et féminin. De cet espace jaillit la Lumière, Fils, issue de l’union du Verbe et de l’Essence primordiale. Le Un est Esprit et Sagesse en tant que « Je Suis ». Le Deux, l’Amour, représente l’essence vitale. Le Trois, l’Enfant – Roi, détient la Sagesse, issue de l’union du Père (Esprit) et de la Mère (Essence). Dans la mythologie gréco-romaine, le Père est Cronos (Saturne). Il épouse sa soeur Rhéa (Cybèle).1 Cronos « dévore » ses enfants au fur et à mesure de leur naissance, jusqu’à ce que l’un de ses fils, Zeus (Jupiter) échappe à ce funeste destin et détrône à son tour son père. La « dévoration » du Ciel représente le cycle de la naissance et de la mort, jusqu’à l’accession (ascension) à la conscience spirituelle « Fils », représentée par Zeus (Jupiter). Cronos (Saturne) est maître du temps et du destin. Il représente le cycle karmique et le subconscient.
Cronos était le fils d’Ouranos (Ciel) et de Gaïa (Terre). La Sagesse de Saturne, parce qu’elle représente le cycle de la naissance, de la mort et de la destinée, est souvent mal comprise. Saturne représente en outre l’inconscient qui, dans l’ignorance d’une conscience humaine séparée et limitée, est source de toutes les angoisses. Notons que Mars (Arès) est fils de Zeus (Jupiter) et D’Héra (Junon). Sur notre triangle, il représente l’essence divine – en fait l’énergie vitale – associée à la Terre (Gaïa), à la force sexuelle et à la couleur rouge. Mars (Arès) représente l’ancêtre « féminin » de la Terre (Gaïa), « dégénéré » en une force guerrière, destructrice et masculine2. Dans la tradition chrétienne, l’essence cosmique, matricielle et féminine, est représentée par le « Saint – Esprit », également à dominante masculine. En 1950, l’as-somption de Marie fut reconnue par le pape Pie XII, en correspondance avec la croyance populaire, celle-ci ayant toujours reconnu en la « Vierge Marie » la représentation du féminin divin.

Les symboles trinitaires figurent dans de nombreuses traditions. L’alchimie évoque le Sel, le Soufre et le Mercure. La tradition chinoise évoque les Trois Trésors (San Bao): Shen (Esprit), Jing (Essence) et Chi (Energie vitale). Les traditions de l’Inde évoquent la triade : Sat (Conscience), Chit (Energie Vitale) et Ananda (Grâce). La trinité indienne est représentée par les Dieux Brahmâ (le Créateur), Vishnou (le Conservateur) et Shiva (le Destructeur). La tradition chrétienne insiste également sur l’aspect trinitaire de la relation à Dieu ou au Ciel : Le Père, le Fils et le Saint Esprit ; le Règne, la Puissance et la Gloire ; le Nom (sanctifié), le Règne (à venir) et la Volonté (sur Terre comme au Ciel). Enfin, Saint Paul évoque les « trois vertus théologales » : « Maintenant donc demeurent Foi, Espérance, Charité, ces trois choses, mais la plus grande d’entre elles, c’est la charité. » [12]

Ce qui est en bas est à l’image de ce qui est en haut. La configuration énergétique de la Terre est donc également de nature triangulaire, mais inversée, pour constituer une projection de la réalité psychique dans le miroir de la réalité physique :

La-cle-du-douze-4

A l’image du Trois céleste, la triangularité de la Terre se réalise à travers l’action conjuguée des trois principes : la Puissance, la Sagesse et l’Amour. La Puissance est l’attribut du corps physique, comme rappelé par le channel : « Le corps physique représente à la fois un obstacle et une clé. C’est parce qu’il est un obstacle qu’il est également une clé. L’espace physique constitue un monde dans le monde. » Le corps représente ainsi le support à partir duquel l’être (individu) fait l’expérience de lui-même en tant que « Je suis ». Cette expérience se reflète dans l’esprit en tant que pensée (sagesse) et se ressent dans le coeur en tant que sentiment (amour). Le Soleil se reflète dans la Lune, qui à son tour se reflète dans le miroir de l’eau. Pareillement, les fluctuations mentales réfléchissent la lumière de l’expérience « Je suis ».

L’être humain possède les deux triangles en lui. En partant du triangle de la Terre, associé aux éléments Terre (corps), Eau (esprit) et Air (coeur), la jonction avec le triangle du Ciel s’opère de manière triple, associée à l’élément Feu. L’union des deux triangles dans le cercle correspond au sceau de Salomon :

La-cle-du-douze-5

Le triangle Ciel, masculin, se rapporte à l’élément Feu, associé aux symboles astrologiques de Mars (rouge), Saturne (jaune) et Jupiter (bleu). Le Triangle de la Terre, féminin, se rapporte aux éléments Terre, Eau et Air, respectivement associés aux signes de Vénus (vert), Lune (Violet) et Mercure (orange)[13].

Les liaisons primaires sont d’ordre électrique. Elles respectent l’enchaînement (engendrement) des couleurs dans le cercle, en relation avec les planètes : rouge (mars), orange (Mercure), jaune (Saturne), vert (Vénus), bleu (Jupiter) et violet (Lune).

Les liaisons complémentaires sont d’ordre magnétique. Elles respectent les affinités astrologiques et la complémentarité des couleurs : le rouge (Mars) est complémentaire du vert (Vénus) ; l’orange (Mercure) est complémentaire du bleu (Jupiter) ; le jaune (Saturne) est complémentaire du violet (Lune). Rappelons que les couleurs complémentaires s’attirent (attraction magnétique) mais ne se mélangent pas.

Ces correspondances se retrouvent sur le plan physique :

La-cle-du-douze-6L’alchimie des couleurs et les correspondances magnétiques associées aux planètes et constellations du zodiaque, nous fournissent donc les clés de l’interprétation du sceau de Salomon. Le triangle du Ciel, associé à l’élément Feu, est de nature masculine. Le triangle de la Terre, associé aux éléments Terre, Eau et Air, est de nature féminine. Le triangle du Ciel, masculin, est représenté pointe vers le bas, car il projette sa Puissance et sa Lumière vers le bas, en direction de la Terre. A l’inverse, le triangle de la Terre, féminin, est dirigé pointe vers le haut, car il projette son Amour et sa Lumière en direction du Ciel. La réunion des deux triangles, en l’être humain, représente le but de l’initiation : « Le sceau de Salomon est le symbole de tous les Initiés qui sont arrivés à développer les deux côtés émissif et réceptif ; ils ont la force et la douceur, ils sont androgynes, ils sont parfaits. Et la femme, qui est représentée par un triangle avec la pointe tournée vers le haut, possède psychiquement, spirituellement, un autre triangle qui regarde vers le bas et elle aussi est dans la plénitude. Que se passe-t-il à ce moment là ? L’homme qui regarde vers le bas, projette une lumière vers l’humanité, vers ce qui est terrestre ; un reflet se produit alors dans l’autre triangle où cette lumière se projette vers le haut en 7 couleurs. »[14]

En partant de la Terre et de l’expérience physique, trois « Pouvoirs » ou trois « Portes » donnent accès au triangle du Ciel, représentés par l’Espérance (corps), la Foi (esprit) et la Charité (coeur). Au niveau du Ciel, ces portes sont reliées à la Puissance (Lumière – Vérité), la Sagesse (Verbe) et l’Amour (Essence vitale). L’union de ces deux triangles dans le cercle, est donnée par la formule suivante : « Seigneur, j’aime Ta Sagesse, j’ai foi en Ton Amour, j’espère en Ta Puissance ». [15] A partir du sceau de Salomon, cette formule se traduit donc ainsi : l’Espérance (Vénus, vert) ouvre la porte de la Puissance divine (Jupiter, bleu), la Foi (Lune, violet) ouvre la porte de l’Amour divin (Mars, rouge) et la Charité (Mercure, orange) ouvre la porte de la Sagesse divine (Saturne, jaune) :

La première porte est celle de l’Espérance. Elle relie le corps physique (Vénus, vert) avec la Puissance divine (Jupiter, bleu). Vénus représente la Terre, la naissance et l’expérience physique. Vénus représente donc « l’Enfant – Terre », féminin. Jupiter représente le Ciel, la conscience, la Lumière et l’expérience psychique. En partant du principe d’enfance, de l’ignorance et de l’innocence, l’espérance se tourne vers la Puissance du Ciel, contenue dans la Lumière, immuable, éternelle et symbole de Vérité.

En amont du cercle, le corps physique (Vénus, Vert) est relié à la Sagesse du Ciel (Saturne, jaune), associée au subconscient, représentant la Nature, les instincts et la destinée. La Nature et les instincts agissent de manière inconsciente ou « autonome » et dirigent l’évolution du corps physique, en particulier durant les premières années de l’enfance. La mémoire subconsciente pourvoit aux besoins primaires de nourriture, d’attention, de guérison et de protection. Cette fonction est partagée, à l’extérieur, par les parents.

Sur le plan magnétique, la couleur verte est complémentaire du rouge. La couleur verte, associée à Vénus, représente la transmutation de l’énergie vitale (réaction chlorophyllienne) au niveau du corps physique. Elle se trouve également reliée aux constellations du Taureau (sensations physiques) et de la Balance (équilibre énergétique). La couleur verte est par ailleurs le symbole de l’espérance. La couleur rouge correspond à l’énergie et à la force vitale. Elle représente la force sexuelle (kundalini, libido) et se trouve traditionnellement associée à la planète Mars et aux constellations astrologiques du Bélier (volonté) et du Scorpion (force sexuelle). Les couleurs rouges et vertes sont complémentaires et représentent le processus nutritionnel : « Lorsque nous mangeons, notre estomac, qui travaille avec la couleur verte, attire les rayons rouges. Le rouge est le symbole de la vie, de l’énergie. Par une bonne nutrition, les forces vitales augmentent, le vert et le rouge sont réunis. »[16] Le vert et le rouge correspondent au processus d’assimilation physique qui, en partant de la nourriture terrestre et de la couleur verte, aboutit à l’alchimie du sang et à la couleur rouge. La première porte est donc celle de la naissance et de l’expérience physique.

La deuxième porte est celle de la Foi (Sagesse). Elle connecte le mental (Lune, violet) à l’Amour divin (Mars, rouge). La Lune représente la conscience réflexive. Elle est associée à l’élément Eau et aux fluctuations psychiques. Comme la Lune se reflète sur le miroir de l’eau, les pensées issues de l’expérience vitale, se reflètent sur le miroir de l’esprit. Mars représente l’essence ou la force vitale, associée aux gonades et à la couleur rouge. La Foi ouvre donc la porte de l’énergie vitale.En amont du cercle, l’esprit (Lune, violet) est relié à la Puissance du Ciel (Jupiter, bleu), représentant l’élément Feu et la Lumière de la Conscience divine. Tandis que la Foi (esprit) active l’énergie vitale, la Puissance divine (coeur) déverse dans l’esprit la Lumière de la Vérité.

Sur le plan magnétique, la couleur violette est complémentaire du jaune. La couleur violette se rattache à la Lune, à l’élément Eau et à l’esprit. Le symbole de la Lune est double. La face cachée correspond à la constellation du Cancer (séparation du conscient et de l’inconscient) et au mental réflexif. La face visible ou « solaire » correspond à la constellation du Lion[17] et représente le pouvoir créateur de la pensée. Le pouvoir « solaire » de la pensée émise réside donc dans la « force » de l’intention. Inversement, le pouvoir « lunaire » de la pensée réside dans la capacité de réflexion, donc de l’intuition. La couleur Jaune, associée à Saturne, représente le subconscient, en lien avec les constellations du Verseau (énergie solaire) et du Capricorne (introspection). Les couleurs jaune et violette sont complémentaires et représentent le processus réflexif de la pensée en lien avec le cerveau (violet) et le plexus solaire (jaune). Elles sont l’expression de la Sagesse « inconsciente », associée à Saturne et à la Lumière « non éclairée » : « Lorsque nous méditons, notre cerveau qui travaille avec la couleur jaune attire les rayons violets. Le violet est la couleur de la plus haute spiritualité. Par la méditation l’homme se lie à la divinité : le jaune s’unit au violet».[18]

A partir du plexus sacré (glandes sexuelles), l’énergie vitale (Mars, rouge) est dirigée par l’esprit (Lune, violet) et s’élève jusque dans le cerveau, où elle transmuée en un flot de lumière. La Parole du Ciel (Jupiter, bleu) appartient à l’élément Feu, elle est donc une Parole de Lumière : « Ecoute bien ce mystère Ô homme : il y a longtemps, bien avant la naissance de l’homme, j’ai habité l’antique Atlantide. C’est là que dans le Temple j’ai bu à la Sagesse qui m’était versée comme une fontaine de Lumière par le gardien. »[19] La deuxième porte est donc celle de l’illumination psychique.

La troisième porte est celle de la Charité (Amour). Elle connecte le ventre (Mercure, Orange) à la Sagesse du Ciel (Saturne, jaune). La Sagesse du Ciel est inconsciente, non éclairée, comme rappelé par le channel : « La lumière (conscience) s’oppose à l’obscurité (inconscient). La lumière éclairée (conscience) s’oppose à la lumière non éclairée (subconscient). Cela vous apprend le discernement. L’écoute est importante. Pour entendre la lumière il faut vous fier à votre instinct. L’instinct est relié à la source. » La source, c’est le Verbe, relié à la Sagesse, à Saturne et au subconscient (la lumière « non éclairée »). Saturne représente l’intelligence primaire, instinctuelle, ainsi que la mémoire karmique. Mercure représente le principe d’enfance, la conscience du coeur portée sur l’instant et les sentiments. La connexion au subconscient passe par le plexus mésentérique (ventre) et le plexus solaire (Sagesse).

En amont du cercle, Le coeur (Mercure, orange) est relié à l’Amour divin (Mars, rouge), représentant l’élément Feu et l’essence vitale. La Charité consciente connecte donc la Sagesse (subconscient) et l’Amour (essence vitale) du Ciel au niveau du coeur terrestre, associé au ventre et à Mercure. Notons que le « Coeur » initiatique est situé au niveau du ventre : « Jusque-là, je n’avais pas osé révéler quel était le mystère de la crèche où se produit la deuxième naissance. Et voilà, c’est dans cette crèche, les entrailles, entre le boeuf et l’âne, c’est-à-dire le foie et la rate, que Jésus est né. Donc, la naissance de Jésus dans une crèche a un côté initiatique de la plus haute importance. C’est là, dans le centre Hara, que le disciple doit faire naître en lui cette nouvelle conscience, l’Enfant- Jésus. »[20] Traditionnellement, le foie est relié à Saturne (jaune) et la rate à Mars (rouge). Le coeur terrestre, associé au ventre et à Mercure, ouvre donc la porte à une seconde naissance, associée à Jupiter et à la conscience « christique ».

Le bleu (Jupiter) et l’orange (Mercure) sont complémentaires. La couleur bleue correspond à la paix et à l’harmonie. Elle représente le coeur supérieur, l’âme et la conscience spirituelle. Elle se trouve associée à Jupiter, ainsi qu’aux constellations du Sagittaire (élévation spirituelle) et des Poissons (processus involutif). Jupiter représente la Puissance psychique, associée à la Lumière, à la Conscience « Fils » (spirituelle christique ou bouddhique), à la Connaissance et à la Vérité. La connaissance véritable vient du Coeur. La couleur Orange représente le coeur terrestre ou émotionnel. Elle se trouve associée à Mercure, représentant l’enfance et la pureté du coeur (innocence), ainsi qu’aux constellations de la Vierge (pureté) et des Gémeaux (initiation). La pureté (transparence) du Coeur représente une vertu essentielle de l’initiation. Sans elle, le disciple s’expose au danger que représente la libération de l’énergie vitale (Mars, rouge) vers d’autres voies que celles prévues par la Nature. L’air, comme l’eau, sont de nature cristalline et possèdent la qualité de pouvoir fixer la mémoire. Or c’est l’énergie qui active la mémoire. C’est pourquoi la libération de l’énergie vitale (Mars, rouge) active les mémoires non résolues. Un travail sur soi est donc nécessaire, afin de purger la mémoire des schémas contraires à l’évolution. Les couleurs bleue et orange sont associées au système respiratoire, au coeur et aux poumons. Elles sont l’expression de l’Amour : « Lorsque nous respirons, nos poumons, qui travaillent avec la couleur orange, attirent les rayons bleu. Le bleu, c’est la paix, l’harmonie. Par une respiration harmonieuse, rythmique, l’homme sent le calme et la paix se répandre en lui : l’orange et le bleu sont réunis. »[21] La troisième porte est donc celle de la réalisation (réunification) psychique (deuxième naissance).

« Ce sont deux symboles : l’eau, c’est le principe féminin et l’esprit, le feu, c’est le principe masculin. Si l’homme ne naît pas d’eau et de feu il ne rentrera pas dans le Royaume de Dieu, c’est-à-dire qu’il ne peut pas naître une deuxième fois s’il ne possède pas les deux principes en lui…Tout enfant sous-entend un père et une mère ; et si on n’a pas l’amour et si on n’a pas la sagesse, il manque les parents et l’enfant ne naîtra jamais. On est déjà né, c’est entendu, mais on n’est pas encore né de l’amour et de la sagesse…Et l’enfant qui naîtra sera la vérité. »[22]

QUADRATURES ASTROLOGIE

La-cle-du-douze-8La-cle-du-douze-9La-cle-du-douze-10

Roues et pentagrammes représentées au plafond d’une tombe égyptienne (Source Drunvalo Melchizédek – L’ancien secret de la Fleur de vie – Editions Ariane)

  • 1 Héléna Pétrovna Blavatsky (1831-1891) – Isis dévoilée – Editions Adyar (1999).
  • 2 Drunvalo Melchizédek – L’ancien secret de la Fleur de vie – Editions Ariane (2000). Concernant Nibiru, voir également note 2 / Message 19.
  • 3 Les techniques de distillation et de dialyse visent à séparer deux substances liquides. La distillation consiste à chauffer un mélange liquide jusqu’à vaporisation successive de ses constituants (points d’ébullition différents). La substance liquide est récupérée (distillat) par refroidissement de la vapeur. Cette technique sert à produire de l’alcool (alambic) ou du pétrole (raffinerie). La dialyse consiste à purifier une solution liquide par séparation moléculaire à travers une membrane. Sur le plan médical, cette technique est utilisée pour purifier le sang (dialyse rénale ou hépatique) en séparant les substances saines des substances toxiques contenues dans le sang. Notons que la « sublimation » consiste à passer directement d’un état solide à un état gazeux (le procédé inverse correspond à la « condensation »), tandis que la « transmutation » procède d’une transformation d’un élément en un autre.
  • 4 L’egregore désigne une « forme pensée » collective, soit un « complexe énergétique autonome ».
  • 5 Le « bâ » égyptien désigne l’âme du défunt. Il est représenté par un oiseau.
  • 6 En fait HE – WAU – HE, le principe masculin fils unitaire (Wau) se trouvant « lié » au principe féminin double (H) pour donner « Héwah ». Cette configuration ésotérique rappelle les liaisons d’hydrogène qui composent la molécule d’eau : H – O – H où H (hydrogène) représente le principe double féminin et O (Oxygène) le principe unitaire masculin. Nous retrouvons également ces liaisons dans l’ADN où les bases azotées s’enchaînent au moyen de liaisons d’hydrogène (H).
  • 7 Voir Note / Message 4 reproduite ci-après.
  • 8 St Matthieu 13- 44
  • 9 La Table d’Emeraude (Tabula Smaragdina) – Hermès Trismégiste.
  • 10 Le pricipe « d’imbrication » sera développé au message 13.
  • 11 Idem
  • 12 Saint Paul – Première épître aux Corinthiens ( I Co 13,13)
  • 13 Pour plus de détails, se référer à l’ouvrage : Le processus psychosomatique – Pascal BECU (www.lulu.com).
  • 14 Omraam Mikhaël Aïvanhov – Le langage symbolique (tome VIII – Editions Prosveta).
  • 15 Omraam Mikhaël Aïvanhov – Les deux arbres du Paradis (tome III) – Editions Prosveta).
  • 16 Omraam Mikhaël Aïvanhov – L’alchimie spirituelle (tome II – Editions Prosveta).
  • 17 De ce fait la constellation du Lion est souvent considérée comme un signe solaire.
  • 18 Omraam Mikhaël Aïvanhov – L’alchimie spirituelle (tome II – Editions Prosveta).
  • 19 La Table d’Emeraude (Tabula Smaragdina) – Hermès Trismégiste
  • 20 Omraam Mikhaël Aïvanhov – L’harmonie (tome IV – Editions Prosveta).
  • 21 Omraam Mikhaël Aïvanhov – L’alchimie spirituelle (tome II – Editions Prosveta).
  • 22 Omraam Mikhaël Aïvanhov – Au commencement était le Verbe (tome IX – Editions Prosveta).

Message 58 : Fichier PDF

Source : http://terrenouvelle.ca/Messages

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email