La colonisation de MARS – Cosmic Disclosure Saison 2, Ep.9

378

David Wilcock et Corey Goode

Bon, bienvenue à « Cosmic Disclosure ». Je suis votre hôte, David Wilcock, et dans cet épisode, nous allons poursuivre une discussion fascinante sur la « prétendue » colonisation de Mars par notre propre complexe industriel militaire, à commencer par les Allemands.

Je suis ici pour interroger Corey Goode. Alors Corey, bienvenue au spectacle.

CG: Merci.

On a parlé des Allemands qui arrivent sur Mars. Et l’une des choses intéressantes dont nous avons parlé dans l’épisode précédent était cette utilisation d’un système de portes des étoiles à bulles.

Vous avez dit qu’au tout début de l’utilisation de cette technologie, c’était un phénomène strictement naturel. Et vous avez dit que le phénomène pourrait être dans l’atmosphère, à la surface de la Terre, ou à l’intérieur de la Terre.

Vous avez mentionné que les Allemands avaient un soutien extraterrestre pour savoir où ces choses allaient apparaître. Si c’est un phénomène naturel, pourquoi n’ y aurait-il pas plus de connaissances à ce sujet? Et pourquoi d’autres personnes n’auraient-elles pas déjà trouvé comment les utiliser?

CG: D’autres civilisations du passé ont appris à les utiliser et à les utiliser. Notre civilisation actuelle, fortement enfermée et contrôlée, est fortement manipulée pour croire certaines choses et pour ne pas croire d’autres choses, ce qui est possible et ce qui ne l’est pas.

Donc, si les médias grand public et le gouvernement vous disent que ces choses ne sont pas possibles, cela vous vient à l’esprit tout au long du chemin de l’école et chaque jour aux nouvelles et par la société, les gens autour de vous, alors c’est votre réalité. Ce n’est pas possible.

DW: Nous avons des cas très étranges en physique des tornades. Des tornades balaient un secteur, et il y avait une caisse de toutes sortes de trucs bizarres, comme une vache qui était enfouie à mi-chemin dans le mur d’une grange, ou une femme qui ouvre le coffre de sa voiture et trouve un coffre verrouillé transportant des articles de sa salle de bain comme du savon et du shampooing, ou des coqs qui sont à l’intérieur d’une cruche. Pensez-vous que la tornade présente certains de ces phénomènes de portail? Est-ce qu’une tornade est une manifestation de portail?

CG: Tout est basé sur la physique de torsion. Eh bien, la physique de torsion en est une grande partie, oui.

DW: Donc la rotation de l’air en ferait partie, alors?

CG: Oui, c’est la torsion des molécules d’air dans l’espace qui est filée dans un champ de torsion.

DW: Donc, ces portails ne seront pas juste dans un seul endroit à n’importe quel moment. Il y a un facteur temps en ce qui concerne le moment où ils apparaissent.

CG: Oui, c’est quelque chose de naturel.

DW: Bien.

CG: Après l’opération Paperclip, nous avons parlé de l’opération Highjump, puis la dissidence allemande est arrivée et a signé des traités avec Eisenhower et Truman et a formé une sorte d’union avec le complexe militaro-industriel.

Et toutes ces sociétés ont été infiltrées par des scientifiques et des ingénieurs allemands de haut rang. Eh bien, toutes ces entreprises aérospatiales et autres sociétés d’ingénierie ont commencé à construire toute la technologie spatiale secrète.

Les militaires et le gouvernement lui-même ne pouvaient pas faire cela. Ils n’avaient pas la capacité de construire tout cela. Ils n’avaient pas l’infrastructure. Mais les Allemands ont fortement convoité cette infrastructure parce qu’ils étaient déjà là, et ils avaient besoin de cette infrastructure pour se développer. Ils avaient de grands projets pour ce qu’ils avaient déjà–ils avaient une présence sur le marché, et ils voulaient grandir.

Ils avaient de grands projets.

Lorsqu’ils ont annoncé à certaines de ces entreprises aérospatiales qu’ils étaient allés dans la ceinture d’astéroïdes et qu’ils ont découvert des astéroïdes entiers fabriqués à partir de métaux précieux qu’ils avaient déjà extraits, des dollars sont apparus dans les  yeux de ces capitalistes américains qui prenaient connaissance de leurs plans.

Ils ont donc pleinement soutenu ce grand projet allemand de construction d’une infrastructure géante dans l’espace extra-atmosphérique.

Et ces groupes ont formé plus tard leur propre programme spatial secret. Après avoir aidé le gouvernement américain et d’autres gouvernements à former le premier programme spatial, comme Solar Warden, ils ont formé un programme que nous avons commencé à appeler le Conglomérat interplanétaire d’entreprises.

Et c’est un conglomérat de ces sociétés du monde entier qui fabrique des technologies aérospatiales.

Et depuis les années 50, ils ont suivi les traces allemandes sur la lune et sur Mars, ils ont amélioré la construction de la petite infrastructure qu’ils avaient grâce à notre grande puissance industrielle. Ils ont pris de petites bases et en ont fait d’énormes bases, comme par exemple, sur la lune.

Le commandement d’opération lunaire a commencé par une petite base avec un petit sous-sol en forme de croix gammée.

DW: Quand vous dites petit, combien de personnes pouvaient y travailler?

CG: Je ne suis pas exactement certain. Je veux dire, ils étaient toujours environ une dizaine à la fois. Il s’agissait de petites exploitations.

DW: C’est plutôt petit.

CG: Oui. Mais la CPI – je les appellerai maintenant la CPI, le Conglomérat interplanétaire d’entreprises – est vraiment entrée en scène. Ils ont suivi à 100% le plan des Allemands.

DW: Est-ce qu’ils l’ont fait dès que l’encre a séché sur le contrat avec Eisenhower? Ou ont-ils pris leur temps avant de s’y consacrer?

CG: Il a fallu du temps pour mettre au point les technologies qui allaient être rejetées. Mais au début, ils étaient en train de développer les technologies pour le gouvernement pour des choses qui allaient devenir Solar Warden, le précurseur du Solar Warden. Il y avait des vaisseaux plus anciens qui n’étaient pas aussi prefectionnés. Il y a toute une histoire.

DW: Les Allemands ont-ils remis tout ce qu’ils avaient au complexe industriel militaire une fois ce contrat signé? Ou est-ce qu’ils ont gardé certaines choses par devers eux?

CG: Ils ont tout retardé. Ils ont remis trois vaisseaux de trois tailles différentes. Ils les appelaient les ARV, Alien Reproduction Vehicles, alors qu’ils n’avaient rien d’alien. Voilà ce dont nous avions parlé. Il s’agissait essentiellement de reconstructions en cours des anciens Vimanas.

DW: Oh, wow.

CG: Et ils avaient le problème du tourbillon de mercure.

Lorsqu’on lui ajoutait de l’électricité, le mercure se transformait en or, en corail doré et en or d’apparence corallienne. Ils n’étaient pas protégés. Ils ont repoussé de lourds champs électromagnétiques qui étaient très préjudiciables aux pilotes. Ils avaient beaucoup de problèmes. Et ils l’ont donné à l’armée américaine, pour résoudre les problèmes. Voilà des jouets pour toi !. Et puis eux développaient les plus belles technologies. La CPI a toujours gardé les technologies les plus avancés pour elle même.

DW: Maintenant, il y a une fuite d’un mémo Truman que j’ai eu dans « Wisdom Teachings » il y a longtemps, en décrivant que je crois à l’époque du début de la Seconde Guerre mondiale, où il parlait de véhicules interplanétaires qu’ils espéraient exploiter technologiquement. Et c’est des années avant Roswell. Jusqu’où les Etats-Unis sont-ils allés tous seuls, avec ces projets de back-engineering?

CG: La plupart des technologies qu’ils avaient récupérées des vaisseaux aliens écrasés étaient tellement avancées qu’elles étaient littéralement comme si un sous-marin nucléaire de notre époque avait été abandonné pendant la guerre de Sécession. et il fallait réaliser l’ingénierie inverse. C’était beaucoup. Cette technologie était beaucoup plus proche de la compréhension actuelle de la physique et de la technologie.

DW: Donc, certaines choses, comme ce que nous entendons du colonel Philip Corso au sujet de la rétro-ingénierie du Teflon, Kevlar, Velcro.

CG: C’est plutôt une science des matériaux.

DW: Donc ils ont ce genre de choses, des puces informatiques, des lumières LED, des circuits intégrés. Mais ils n’en retirent pas encore de l’artisanat?

CG: Ils ont pu réparer, et il y avait des vaisseaux moins perfectionnées qu’ils n’en avaient quelque part.

DW: Oh, pour qu’ils puissent piloter les originaux qui s’étaient écrasés. Ils les réparaient et les faisaient travailler.

CG: Et ils en reproduisaient quelques-uns. Ils en écrasaient beaucoup. Ils avaient leur propre programme, et ils allaient quelque part. Mais ils étaient si loin derrière les Allemands que c’était embarrassant.

DW: Pourquoi les Allemands ne voudraient-ils pas partager ce qu’ils avaient avec le complexe militaro-industriel? Ont-ils eu peur d’eux? Ont-ils eu peur d’essayer de les prendre en charge?

CG: En 1947, l’armée avait envoyé toute une flotte en Antarctique pour les exterminer.

Alors tu fais le calcul. Leur but était de forcer les Etats-Unis à signer ces traités afin qu’ils puissent mettre la main sur la même puissance industrielle qui a vaincu l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils voulaient exploiter la puissance industrielle et l’ingénierie du complexe militaro-industriel et l’infiltrer pour l’exploiter et l’utiliser pour construire cette infrastructure sur la lune et sur Mars.

DW: Combien de colonies les Allemands ont-ils eu sur la lune et sur Mars quand cet accord a été mis en œuvre?

CG: A l’époque, ils venaient d’en avoir une sur la lune. Beaucoup plus tard, ils en construisirent une autre, avec leurs alliés Draco.

DW: Et celle-ci, sur la lune était petite, comme vous venez de le dire.

CG: C’était petit. Et c’était utilisé comme un tremplin.

DW: Est-ce qu’ils ont dégagés un grand terrain de stationnement autour de la base où ils pouvaient poser des objets ou garer des véhicules?

CG: C’était complètement clandestin.

Ainsi, pour Mars, ils avaient finalement tracé la carte, fait tout le dur labeur, perdu des vies, trouvé les zones qui convenaient le mieux à l’établissement des colonies, sauf qu’ils ne pouvaient établir que quelques colonies dans une petite région.

Il y avait là d’autres êtres qui les empêchaient d’étendre leur empire.

Eh bien, une fois qu’ils ont eu la CPI derrière eux, ils ont été en mesure d’ y arriver après qu’ils ont commencé à construire les leurs – tout comme avant que quelqu’un n’entre en guerre, ils ont commencé à construire plus de chars d’assaut, à construire plus d’avions. Ils ont commencé à construire leur puissance militaire, un programme spatial secret.

DW: Pourrait-il s’agir d’une sorte d’attaque surprise d’un cheval de Troie, où ils construisirent les choses ici sur Terre, et une fois qu’ils ont eu un bataillon entier, ils les ont mis d’un seul coup sur le portail, quelque chose comme ça?

CG: Eh bien, je suppose qu’on peut dire ça. Ils construisirent tout ce qu’ils avaient stratégiquement décidé pou prendre le contrôle d’une certaine région et bâtirent un certain nombre de colonies. Et ce devait être leur principal point d’ancrage. Et je crois que « foothold » faisait partie du nom du projet.

DW: Vraiment?

CG: Je crois que oui. Et une fois qu’ils ont commencé à y arriver, qu’ils se sont battus, qu’ils ont repoussé les différents groupes qui avaient revendiqué ce territoire comme étant le leur et qu’ils ont senti qu’il était sûrs, ils ont alors commencé à envoyer les ingénieurs.

Les ingénieurs ont commencé à arriver. Puis ils ont commencé à construire des zones pour les bases, un peu comme les DUMBs, les Deep Underground Military Bases. Certaines d’entre elles se trouvaient au-dessus du sol, mais la plupart étaient souterraines ou dans des cavernes existantes. Beaucoup d’entre elles étaient placées autour des canyons ou ce genre de choses.

DW: Est-ce qu’ils ont déjà vécu une expérience comme celle que vous avez décrite sur Terre, où ils creusent sous terre et s’enfoncent dans quelque chose qui était déjà là?

CG: Oui. Ils en ont fait l’expérience, et ils eu alors à déblayer les nids des êtres qui étaient là, tout comme les États-Unis, comme je l’ai dit tout à l’heure, quand ils sont arrivés à Plymouth Rock et se sont débarrassé des peuples autochtones, en plantant des drapeaux et construisant des colonies.

DW: OK. Tiens, prends des couvertures. Elles sont bien chaudes….!

CG: Oui.

DW: Elles sont contaminées par la variole….

CG: Oui. Et ils l’ont programmé dans leur pensée.

Ils se souviennent de la façon dont les 13 colonies originelles avaient déclaré leur indépendance et s’étaient détachées de la voie britannique lorsque les Britanniques avaient formé l’Amérique.

La documentation indiquait clairement que cela n’allait pas se produire. Elle disait que nous n’aurions pas 13 autres colonies sur Mars.

Ils ont donc construit un grand nombre de ces colonies, et ils en construisaient pour de plus en plus de gens qu’au début. Et ils comptaient faire venir des gens de la Terre. Et ça remonte à la fuite des cerveaux qui s’est produite pendant… c’était quand? les années 60?

DW: Les années 50 et 60.

CG: Les années 50 et 60. Et il se trouve que c’est dans les années 50 qu’ils ont vraiment commencé à construire ces bases.

DW: Dans des épisodes précédents, vous avez dit qu’une civilisation humaine antérieure sur Terre, qui avait des cheveux blonds et des yeux bleus principalement, que nous appelons les Agarthiens, avait migré à l’intérieur de la Terre.

Les Agarthiens étaient-ils heureux d’être à l’intérieur de la Terre?

Ont-ils participé à ce programme d’industrialisation de Mars?

Voulaient-ils plus de territoire pour eux-mêmes?

CG: Ils n’en faisaient pas partie.

DW: D’accord. Y avait-il des groupes extraterrestres qui fournissaient un soutien matériel et logistique à cette expansion du territoire sur Mars?

CG: L’alliance Draco en faisait partie intégrante.

DW: Donc, leur propre armement et leurs propres capacités techniques faisaient partie de la façon dont ils brisaient tout ça… vous avez simplement appelé ces nids, comme des êtres indigènes?

CG: En fait, c’est presque entièrement nous qui l’avons fait. Mais ils nous ont aidé technologiquement. Mais comme d’habitude, on nous a envoyés faire le sale boulot. Et nous l’avons fait et nous n’avons eu aucun scrupule à le faire.

DW: Quelle est l’ampleur des atrocités commises dans cette affaire? Y a-t-il eu des moments où des centaines de milliers d’êtres intelligents ont été tués en peu de temps?

CG: Oui, oui, oui. Hiroshima, des situations de type Nagasaki se sont produites d’innombrables fois.

DW: Etes-vous en train de dire qu’ils ont utilisé des armes nucléaires?

CG: Absolument.

DW: Vraiment? Ils ont bombardé des gens? Ça ne le rend pas radioactif après?

CG: Je ne sais pas si vous avez entendu parler de cette arme qui est arrivée peu après les armes nucléaires. C’est une arme nucléaire qui provoque une énorme explosion, puis un vide VVV.

C’est une bombe nucléaire de cinquième génération, non? C’est ce que j’ai entendu dire.

CG: Oui

DW: Il y a une explosion d’une picoseconde qui est une sphère. C’est une sphère parfaite. C’est presque comme une découpe. Et rien n’est laissé à l’intérieur une fois qu’il s’éteint, et il n’ y a plus de radioactivité. Tu peux juste l’arroser, et ça disparaît.

CG: Eh bien, il y a de la radioactivité, mais tout est introduit dans une petite zone au centre.

DW: Oui, j’ai entendu dire que ça s’appelle le 5ème Général.

CG: OK. Je n’ai pas entendu ça. Mais ils utilisaient ces types d’armes non seulement pour creuser des cavernes souterraines, mais aussi pour défricher des zones remplies d’êtres sensibles.

DW: C’est méchant.

CG: C’est comme ça qu’ils se comportent.

DW: C’est le gouvernement.

CG: Et quand ils ont déclaré qu’ils n’allaient pas avoir à nouveau une situation de 13 colonies, ils allaient faire de ces colonies les plus draconiennes, et qu’ils allaient être des installations très tyranniques où il n’ y aurait absolument aucune chance, zéro, zéro, que n’importe qui puisse se rebeller et déclarer son indépendance et qu’il y ait une Mars indépendante.

DW: Quand ils disent qu’ils ne veulent plus de 13 colonies, est-ce que cela revient à l’idée que même si nous parlons des Allemands, le groupe le plus profond de ces sociétés secrètes allemandes qui était derrière tout cela est le même genre de structure de pouvoir Cabal, Illuminati que l’empire monarchique britannique?

CG: Cela vient du point de vue de la CPI actuelle. Ce sont les grands banquiers de gros bonnets et les gens d’affaires des entreprises aérospatiales. Ça vient de ces types.

DW: Exact. Donc pas les Allemands maintenant. Il s’agit de la fusion avec les Allemands et la CPI.

CG: Les Allemands en faisaient partie.

Maintenant, vous ne pouvez pas séparer les deux. Ils ne forment plus qu’une seule entité. Et ils ont alors commencé à approcher des milliers de personnes très instruites et à leur présenter des informations disant, écoutez, la Terre est sur le point de subir des changements très traumatisants.

Vous, votre famille– ils s’approcheraient particulièrement des gens comme vous si vous étiez physicien et géologue et que vous aviez tous ces diplômes, votre femme était infirmière ou médecin — bonus — et si vous aviez trois enfants dont ils avaient secrètement obtenu des tests génétiques. Ils ont fait toutes ces choses avant d’approcher les gens.

Et ils leur faisaient une offre. Ils leur montraient des photos de bases souterraines ici sur Terre où l’élite est en train d’aller et qui sont super avancés et disaient, c’est là que vous iriez. Tu vivras comme les Jetson.

C’est comme dans les années 50 quand on promettait aux gens, hé, avant trop longtemps, on va avoir une voiture volante et tout ça. Donc les gens étaient cool. Et ils ont dit qu’on allait t’emmener sur Mars. Vous y vivrez et vous sauverez la race humaine en étant spécial, en ayant une génétique spéciale, et vous aiderez à sauver la race humaine et, à un moment donné, vous reviendrez sur Terre – il y avait plusieurs histoires différentes qui circulaient.

Et ces gens emballaient leur petit… ils n’avaient le droit d’apporter qu’un tout petit peu, pas beaucoup, ce qu’ils pouvaient emporter. Et ces gens n’avaient pas le droit de dire quoi que ce soit à leur famille. Et tout d’un coup, ces gens ont disparu.

DW: Eh bien, et j’ai entendu dire par d’autres spécialistes de l’exode des cerveaux — les dénonciateurs — que si vous vivez dans un pays étranger, il suffit de dire à qui que ce soit que je vais dans cet autre pays, que je quitte le pays et que j’ai une excellente occasion d’emploi. Et ils vous feront écrire des cartes postales.

CG: Un tas de cartes postales, les banderolées, passez-les… ouais.

DW: Oui. Et puis tu les envoies au fil du temps et tu les efface graduellement.

CG: Oui. C’est le travail de quelqu’un d’autre à faire pendant votre absence. Mais ces gens furent alors emmenés sur Mars, et ils arrivèrent, et la réalité les frappa. Tout d’un coup, tous ces gars arrivaient avec des armes et disaient: « Suivez-nous, marchez dans une chambre de 8 par 10 et dites, c’est ici que vous allez loger. Voici votre liste de travail. C’est ce que vous allez faire.

Vos enfants, lorsqu’ils atteindront l’âge de 12,14 ans, seront placés selon des mariages arrangés en fonction de leurs concordances génétiques.

Nous prendrons soin d’eux… – selon la façon dont ils testent et génétiquement ce qu’ils semblent être le meilleur, nous les éduquerons à faire cela pour contribuer à la colonie.

Bienvenue sur Mars. Et puis c’était leur nouvelle vie, une vie de tyrannie, une vie d’esclavage.

DW: Y avait-il des romans Hemingway, des livres historiques et des choses qui ont été apportés de la Terre à ces colonies pour que les gens aient quelque chose à lire, quelque chose à s’occuper pendant leur temps libre?

CG: J’imagine qu’il y en avait. Je n’en suis vraiment pas sûr.

DW: Eh bien, l’une des choses que nous avons vu avec les commentaires négatifs lorsque vous avez parlé de ce site Web, c’est que ces gens pensaient qu’ils allaient perdre tout lien avec leur héritage terrestre une fois qu’ils seraient partis. Mais je pense que l’histoire orale seule serait préservée, sinon une forme de documentation.

CG: Eh bien, dans le cadre de l’éducation de ces enfants, bien sûr qu’ils vont avoir une sorte de… vous savez, les vainqueurs écrivent l’histoire. Ils vont apprendre une sorte d’histoire faussée de la Terre.

Ils vont donc s’informer sur la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale du point de vue de la CPI, sur tous les différents pays d’Europe, sur les différents États des États-Unis et sur l’Amérique du Sud.

Parce que tous ces gens sont un ramassis de personnes de tous les endroits. Ces gens sont comme des générations éloignés. Mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père était originaire d’Abilene, du Texas, de Chicago, de Bangalore, de l’Inde ou d’ailleurs. Il est donc ridicule de penser que ces gens n’auront aucune idée de la géographie et de l’histoire de la Terre.

DW: Je vous ai déjà posé cette question au sujet du COL, mais je veux le refaire maintenant. Si vous allez dans l’une de ces installations, si vous filmez de l’intérieur et que ces gens se présentent là-bas et deviennent des esclaves, y a-t-il quelque chose de remarquable que nous pourrions penser qu’il y a quelque chose de différent que s’il s’agissait d’un bâtiment sur Terre?

CG: Vous parlez du COL?

DW: Non, je parle des installations de Mars.

CG: Non. Les installations de Mars, oui.

DW: Vraiment?

CG: Maintenant, les installations de Mars, on pourrait penser que vous êtes dans une sorte d’installation navale ou quelque chose comme ça. Les quartiers d’habitation sont tous étiquetés en alphanumérique. On dirait une installation militaire.

Il y a un endroit où nous sommes allés, c’est celui où ils devaient réparer un équipement endommagé qui était essentiel et où la CPI ne pouvait pas faire venir son personnel en un temps raisonnable. On nous a escortés, on nous a dit de ne pas regarder personne dans les yeux, de ne parler à personne.

Et il y avait un mur où les gens étaient comme de l’art suspendu. Je veux dire, on aurait dit qu’ils faisaient certaines choses pour la santé mentale des gens pour qu’ils ne soient pas totalement déprimés et suicidaires. Mais les gens avaient l’air maigre, pâle et presque comme des drones qui passaient leur journée.

DW: Eh bien, une vie d’esclavage total ferait ça. On n’ a plus le temps pour cet épisode. Mais cette discussion me frappe. J’apprends toujours plus quand on parle.

Donc, lorsque nous reviendrons la prochaine fois, nous nous pencherons davantage sur tous ces sujets intéressants, en poursuivant le récit et en vous donnant plus de détails sur le programme spatial et sur ce qui se passe vraiment derrière le rideau.

C’est « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Et merci d’avoir regardé.

https://www.spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-colonizing-mars.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email