Visualisation et rêve éveillé

Extrait d’un article de Alain Boudet – Dr en Sciences Physiques

L’imaginaire est une force agissante puissante. L’exploration de notre univers intérieur permet à la fois de révéler nos mécanismes émotionnels et mentaux et de les transformer.

Deux exemples sont donnés, l’un pour se libérer de ses émotions négatives, l’autre pour apporter la paix et l’harmonie sur la Terre.

L’imaginaire, loin d’être une « illusion », nous montre d’autres niveaux de réalité, d’autres dimensions de l’être humain.

Visualisation et rêve éveillé sont deux techniques proches basées sur l’exploration de l’imaginaire, avec une finalité de prise de conscience et d’autoguérison. Dans ma pratique, je les utilise souvent dans le cadre de la psychologie biodynamique décrite plus bas.

La visualisation

Dans le mot visualiser, on trouve la racine vision, voir. Visualiser, c’est voir, non pas avec ses yeux, mais en imaginant – une image (ces mots appartiennent à la même famille) – dans sa tête, les yeux fermés.

Il n’est pas impossible de visualiser les yeux ouverts, mais on risque d’être gêné ou parasité par le spectacle de la vie extérieure.

Donnons un exemple de visualisation. Si je vous invite à fermer les yeux et à imaginer un arbre, vous formerez dans votre tête l’image mentale d’un arbre. Visualiser, c’est donc l’acte volontaire de projeter une vision sur son écran intérieur. Cet acte nous introduit dans le monde de notre imaginaire.

Dans la visualisation créatrice, on se sert de la visualisation pour créer un futur meilleur qu’on imagine pour soi-même.

La visualisation est orientée vers un but à atteindre. Il est donc nécessaire au préalable de poser une intention, un désir, puis de formuler une vision de ce que l’on souhaite: objet, situation, état physique, état psychologique, etc. Supposons que mon but soit d’arrêter de fumer. Je m’imagine dans une situation, maintenant, au présent, avec le but réalisé. Je suis chez des amis, certains fument. Moi, je ne fume pas, je n’en ai aucun désir, aucune frustration, aucun besoin. Je suis bien. On me présente une cigarette, je la refuse tranquillement. Lorsqu’elle est visualisée, une telle scène s’inscrit dans l’inconscient. Elle devient une mémoire qui facilite le chemin de la concrétisation, au même titre qu’une expérience vécue réellement.

La visualisation peut se pratiquer seul. Toutefois, au début de la pratique, des difficultés peuvent surgir, et l’aide d’un accompagnant peut être recommandée. Ainsi, lorsque je me représente ne fumant plus, il se peut que des sentiments de frustration ou de colère apparaissent, parce que j’ai l’impression de me priver de fumer. Au fond, ai-je vraiment envie d’arrêter, ou bien est-ce le sentiment de culpabilité qui m’y pousse, ou le besoin de me sentir quelqu’un de fort? Autrement dit, de quelle partie de moi mon but est-il la manifestation? Mon désir d’arrêter de fumer est-il vraiment sincère? Cet exemple illustre l’une des conditions à réunir pour que la visualisation soit efficace: la sincérité du désir exprimé.

Une autre condition est d’être prêt à accepter que le but se réalise aujourd’hui même (bon, éventuellement demain si vous voulez!).

Supposons que le but d’un homme est la réalisation de son rêve le plus magnifique, tel que, au hasard, rencontrer la femme de sa vie, une fille très jolie, attentive, joyeuse, intelligente, etc. Il se met donc à imaginer que cette rencontre a réellement lieu demain. Or voici qu’il ressent de la panique. Il n’est donc pas prêt à recevoir le meilleur pour lui maintenant. Pour une autre personne, ce sera en s’imaginant recevoir une très belle propriété au bord de la mer. Au lieu d’en être heureuse, la voici effrayée. Pourquoi? Cela est paradoxal, mais fréquent et compréhensible. Des sentiments négatifs enfouis peuvent ressurgir: je dois assumer la responsabilité, je ne suis pas à la hauteur, je ne suis pas assez méritant, que vont dire mes voisins, j’entre dans la catégorie des méchants riches, etc. Être accompagné en thérapie, au moins au début, permet de préciser et de transformer ces émotions et ces injonctions négatives.

La confiance est un troisième élément important pour la réussite de la pratique. Souvent, on se méfie. Je le fais d’accord, mais pour voir si ça marche, mais je crois que ça ne marchera pas. Dans notre éducation, en France tout au moins, malheureusement peu de place est faite à la confiance. Je précise donc comment on peut la cultiver.

Être confiant, ce n’est pas être sûr que ce qu’on veut arrive. C’est s’en remettre à la vie comme à une mère excellente, idéale, qui va écouter notre demande, qui sait ce qui est bon pour nous et qui va réaliser notre désir, non pas selon les modalités de notre imagination limitée et de notre vue étroite, mais peut-être bien mieux, d’une façon inattendue, à un moment imprévisible. Faire confiance, c’est ne pas exiger un résultat, c’est se détacher de l’accomplissement d’un souhait, être détendu, apprécier ce qui est maintenant, sans souci du lendemain. Cela demande donc de la patience. La persévérance dans la pratique est également requise.

Si la personne se fixe comme intention la réalisation de son potentiel intérieur, la manifestation de son authenticité, de sa beauté, vitalité, harmonie, etc, alors la visualisation, guidée par un accompagnant peut devenir un outil de transformation, de développement personnel et spirituel.

Deux visualisations importantes sont proposées :

Se libérer des émotions négatives par la flamme violette

Installez-vous confortablement et détendez-vous.

Imaginez que vous êtes relié à la terre par un courant d’énergie partant du centre de la terre et pénétrant dans vos pieds, vos jambes, votre bassin.
Portez votre attention sur la région de votre cœur et imaginez comme une flamme dans cette région. Puis vous vous dites intérieurement:

« Du centre de la flamme de mon cœur, je fais appel à la flamme violette. Je demande qu’elle vienne en moi et tout autour de moi afin de purifier tout ce qui n’est pas en harmonie avec la partie la plus élevée de moi-même. »

Visualiser la lumière violette qui se déploie dans le canal central (le long de la colonne vertébrale), dans tout le corps, dans les cellules, dans les corps subtils. Imaginez qu’elle les débarrasse de toutes les énergies négatives, de toutes les charges émotionnelles et mentales, de toutes les croyances et peurs qui empêchent de vivre pleinement, et qui font barrage à la légèreté, à l’abondance, l’amour, la joie.

Lorsqu’on invite les vieilles charges inutiles à partir, il est important d’y mettre une énergie de douceur et de bienveillance, comme pour remercier un locataire qui a été un compagnon, mais dont on ne veut plus et qui va aller vivre son destin, dans un endroit plus approprié pour lui.

A pratiquer de façon régulière, et avec persévérance. Quelques minutes par jour peuvent suffire.

Apporter la paix sur Terre

Un exemple de visualisation destinée à la planète et à l’humanité

Installez-vous confortablement et détendez-vous.
Imaginez que vous êtes relié à la terre par un courant d’énergie partant du centre de la terre et pénétrant dans vos pieds, vos jambes, votre bassin.

Portez votre attention sur la région de votre cœur et imaginez comme une flamme dans cette région.

Puis imaginez comme un immense soleil au-dessus de vous, qui vous éclaire tendrement et vient vous nourrir de ses rayons d’amour. Par ces rayons, il intensifie la flamme de votre cœur, qui grandit et diffuse sa lumière dans tout votre corps.

Imaginez maintenant que cette lumière abondante déborde de votre cœur et s’épanche tout autour de vous tel un halo de lumière qui s’étale jusqu’à englober la planète. Laissez la Terre recevoir cette lumière.

Cette lumière est porteuse de paix, d’énergie d’amour, de sérénité. De la même façon qu’une onde radio peut transporter des sons, imaginez que des codes de paix sont inscrits dans cette lumière. Laissez la Terre et l’humanité recevoir ces codes de paix.Le sujet, en état de détente, assis ou allongé, guidé par le thérapeute, se rend par imagerie mentale dans ses espaces d’attachement, de ressentiment, d’enfant ou d’adolescent blessé, de transmission généalogique, d’ombres, ou encore dans les chakras, les corps énergétiques, dans l’intérieur de la Terre, les étoiles, etc.

Il apprend à apprivoiser ses peurs de vivre et de mourir et le mystère de l’inconnu après la mort. Par rapport au rêve éveillé classique, la méthode se caractérise par un processus d’auto-guérison puissant. La personne est constamment accompagnée d’images d’archétypes et de projections d’énergie sous des formes très variées qui lui viennent en aide, la protègent et la soutiennent dans le rétablissement de son intégrité.

Le rêve éveillé

Le rêve éveillé est un autre type d’imagerie mentale, qui se pratique dans un cadre thérapeutique.

Le patient, allongé ou éventuellement assis, en état de relaxation tout en restant conscient, est guidé par un thérapeute. Il est invité à entrer dans son monde intérieur. Sur un thème défini par le patient ou le thérapeute, une histoire se déroule dans un cadre imaginaire.

La personne s’invente l’histoire et s’y met en scène. Elle se représente dans un certain endroit approprié au thème de la séance – paysage, maison, etc – et observe les éléments présents dans l’image – paysages, personnes, animaux, objets, végétaux – apparaissant spontanément ou suggérés. On suggère à la personne de se mettre en mouvement, d’agir ou interagir avec ces objets ou personnages: monter, descendre, aller vers, dialoguer, demander, etc. Les situations et les objets sont les projections de ses espaces intérieurs. Ils peuvent représenter des situations concrètes de la vie physique, comme on se les imagine en général en visualisation créatrice, mais ils peuvent être symboliques, au même titre que les éléments d’un rêve nocturne.

Cette entrée dans le monde intérieur et imaginaire est une excellente méthode pour explorer d’autres dimensions de soi, d’autres domaines intérieurs de soi.

Aussi, les images qui se manifestent sont-elles, comme celles des rêves nocturnes, des révélateurs du jeu des forces psychiques de la personne, de ses sentiments profonds, non réglés, même inconnus d’elle, parce qu’enfouis, refoulés. Ainsi, remontent à la surface du conscient ses angoisses, ses conflits, et ses ressources pour les dépasser et les guérir.

La personne est consciente et son attention est dirigée vers la fenêtre de son imaginaire, tout en discutant avec le thérapeute et en percevant son environnement concret. De sorte que le thérapeute peut la questionner sur ce qu’elle perçoit dans le rêve éveillé. Ces prises de conscience ne constituent pas une analyse au sens méthodologique et thérapeutique du terme, mais plutôt une découverte et une compréhension, par le ressenti visuel et émotionnel, de ce qui est en soi.

Le thérapeute peut de plus suggérer qu’apparaissent de nouveaux éléments dans l’image, et proposer des actions ou interactions. C’est ce qu’on nomme le rêve éveillé dirigé. Cela permet à la personne de faire l’expérience de comportements imaginaires, qu’elle n’ose pas faire dans la vie ordinaire, comme parler à quelqu’un alors qu’elle se sent inhibée.

En induisant une évolution consistant à apaiser les conflits intérieurs, dépasser les inhibitions, dédramatiser les angoisses, le rêve éveillé dirigé est un outil de transformation. Une expérience imaginée sème des graines dans l’inconscient et transforme les programmes intérieurs autant qu’une expérience vécue concrètement. A condition toutefois qu’on les arrose et qu’on les exhorte à grandir. Le thérapeute de qualité encourage la manifestation des ressources les plus belles et les plus élevées de la personne, celles qui lui apportent l’autonomie, l’expression libre et la créativité, la joie et le plaisir. Aussi, dans une situation imaginaire qui lui révèle ses peurs et ses angoisses, le rêve éveillé est-il particulièrement intéressant pour stimuler ses forces intérieures profondes, et l’encourager à les mettre en œuvre.

Activer les ressources de l’être intérieur

Le rêve éveillé et la visualisation sont particulièrement intéressants pour stimuler les forces profondes de la personne face à ses peurs et ses angoisses. Il est essentiel que la personne, seule ou encouragée par le thérapeute, fasse appel à la manifestation de ses ressources les plus belles et les plus élevées. Elle retrouve et s’imprègne de sentiments d’autonomie, de liberté, de créativité, de joie et de plaisir.

Quand nous nous sentons mal, inquiets, quand nous aspirons à nous libérer de certains sentiments négatifs (manque de sens à notre vie, manque de confiance en soi, dépression), quand nous sommes affectés par la perte d’un être cher, par un changement brusque, (séparation, perte d’emploi), nous pouvons utiliser le pouvoir de guérison de notre soleil intérieur.

Ces sentiments sont l’expression de parties non alignées de notre personnalité, les personnages joués par notre comédien. Nous visualisons devant nous un ou plusieurs de ces personnages, ceux qui portent les sentiments négatifs qui nous affectent. Nous imaginons un faisceau de lumière blanche ou dorée qui part de notre cœur et enveloppe le personnage. Le faisceau transporte les qualités de la paix, de l’amour, de l’harmonie, de la vitalité. Il rassure et apaise.

Vous pouvez faciliter ce processus en vous entourant d’alliés qui vous viennent en aide, vous protègent et vous soutiennent dans le rétablissement de votre intégrité.

Peu importe leur forme, du moment que vous vous sentez en affinité: personnages, êtres de lumière, Christ, Bouddha, Mère divine, Isis, Femme Bison Blanc, êtres mythiques, saints, dieux, maitres spirituels, Merlin, fées, animaux, bâton de lumière, ailes pour voler, etc.

L’attention portée aux rêves et la thérapie par l’imagerie mentale étaient connues et pratiquées chez les Celtes, les Amérindiens, les Aborigènes australiens, les Mayas, l’Inde, la Grèce et l’Égypte antiques, etc.

Ainsi, dans les sociétés initiatiques des prêtres égyptiens, l’initiation était conférée au postulant après plusieurs années d’apprentissage. Lors de la cérémonie, il subissait une préparation spéciale. Puis, alors qu’il reposait dans un cercueil, des images lui apparaissaient, dans lesquelles il rencontrait ses ombres, ses peurs, ses limitations. Il en restait maître de sorte qu’elles s’apaisaient, s’éloignaient et lui remettaient leur force, puis étaient remplacées par des entités lumineuses.

Dans les transes de certaines tribus d’Afrique et d’Amérique du sud, on peut aussi constater l’importance des visions. Certains peuples comme les Sénoïs étaient attentifs à leurs rêves comme des guides pour orienter leurs actions communautaires.

Pensées et imagination sont de l’énergie

Esprit et énergie

Faire naître une image en soi est un phénomène psychique qui met en jeu une énergie psychique. Il est important de se rendre compte que les phénomènes de l’esprit, tels que les pensées, ne sont pas purement abstraits. Ils ne peuvent fonctionner qu’avec une énergie. C’est pourquoi lorsque nous sommes fatigués, il nous est plus difficile de réfléchir, de nous concentrer, d’être à l’écoute d’une conversation. De même, c’est une énergie qui fait apparaitre et anime les images en nous.

C’est lorsque des émotions surviennent que l’on peut le mieux ressentir l’existence de cette énergie. L’enthousiasme nous donne des ailes, la colère nous remplit de force tandis que la tristesse nous en enlève. Avec un peu d’attention, on peut même sentir ces courants d’énergie, lors d’une colère ou d’une contrariété par exemple. D’ailleurs le mot émotion signifie que quelque chose est en mouvement car la racine -motion est de la famille étymologique de mouvement, moteur (qui déclenche un mouvement), locomotion, promotion (mouvement en avant).

Empreintes énergétiques évolutives

Les images qui se présentent lorsqu’on explore en rêve éveillé des zones angoissantes ou conflictuelles sont la résurgence de souvenirs douloureux de l’enfance ou autres périodes de la vie, inscrits dans l’inconscient. Ils sont inscrits sous forme d’empreintes énergétiques, ce qui signifie en premier lieu que les images et impressions se sont imprimées (impression signifie d’ailleurs qui s’imprime) dans les corps physiques et subtils sous l’effet de l’énergie mise en jeu au moment du vécu.

En second lieu que l’empreinte elle-même détient cette énergie stockée. Généralement, ce n’est pas une seule scène qui contribue à l’empreinte. Plusieurs évènements porteurs des mêmes émotions ont été vécus à des moments successifs et ont contribué à renforcer l’empreinte énergétique.

Ainsi l’empreinte énergétique évolue dans le temps, dans un sens ou dans un autre. Elle peut se renforcer, ou se distorsionner. Elle peut aussi bien s’atténuer, par exemple sous l’effet d’une augmentation de l’estime de soi, de pardons véritablement ressentis, ou d’une évolution de la conscience, etc. Ainsi par exemple, si le processus thérapeutique nous amène à revivre une naissance, nous ne la revivons pas comme la réalité historique, mais sous la forme de la mémoire énergétique actuelle, renforcée ou atténuée par rapport au vécu historique réel.

Il est aisé de constater que la mémoire énergétique évolue également lorsqu’on entreprend un travail thérapeutique. Si au cours de la thérapie, on revit une naissance, cela libère l’empreinte énergétique de certaines charges émotionnelles et la modifie. Si on est amené à vivre cette naissance une seconde fois au cours du travail thérapeutique, c’est la mémoire modifiée qui s’exprimera, non celle conforme à la réalité historique. Elle se révèle transformée. Les images expriment donc l’état énergétique présent, même si ses racines sont dans le passé.

En fait, la réalité historique n’est pas vraiment intéressante. Ce qui est intéressant, ce sont les forces actuelles qui sont agissantes dans la personne, qui sont à l’œuvre dans l’être vivant aujourd’hui. Il est donc inutile de palabrer et de critiquer à propos de la réalité historique du fait revécu, tel que la résurgence de vies antérieures. Historique ou non, le matériau de l’inconscient se présente de façon réelle afin de permettre à la personne de travailler à son évolution.

Le pouvoir énergétique de l’image et des symboles

Ainsi donc, si on agit sur une charge émotionnelle, son énergie change et les images associées évoluent. De la même façon (ou inversement), une image construite en visualisation exerce une énergie opérante Cette énergie est comme un signal qui vient déclencher un réservoir énergétique disponible en nous et dans l’univers. Ce réservoir est également une machine inconsciente puissante qui se met en oeuvre lorsqu’elle reçoit les signaux. C’est ainsi que les images et la pensée sont capables de modifier, déprogrammer, et donner une nouvelle trajectoire aux forces inconscientes. La pensée est agissante, créatrice.

Les images symboliques semblent être particulièrement efficaces, comme si elles interviennent dans des couches plus profondes de cette machine. Les symboles ne sont pas, comme certains le pensent, des artifices mentaux, des représentations abstraites d’un phénomène concret, telles un logo représentant une entreprise. Les symboles sont vivants, ce sont des forces concrètes.

L’être multidimensionnel

Le mot imaginaire est communément employé dans le sens d’illusion, d’irréalité. Reconnaissons qu’en effet, il ne s’agit pas d’une réalité matérielle, tangible comme la matière. Toutefois, il désigne bien une réalité, mais sous une autre forme.

Le mot rêve lui-aussi est souvent synonyme d’illusion. « Tu rêves! ». Pourtant, le phénomène lui-même est bien réel. Lorsque vous racontez votre rêve, vous ne l’inventez pas, il a bien eu lieu réellement, c’est une réalité que vous avez vraiment traversée. Tout le monde rêve en dormant. C’est une fonction de l’esprit nécessaire à l’équilibre psychique et physique, qui se manifeste elle-aussi par des images. C’est l’expression de l’imaginaire, un espace intérieur essentiel de l’être humain. Le rêve et l’imaginaire sont tout simplement une autre dimension de la réalité humaine.

On peut donc dire qu’il existe différents niveaux de réalité. Il y a la réalité matérielle, et il y a d’autres réalités, de nature plus subtile, dont tout le monde peut faire l’expérience. Ceux qui s’adonnent aux drogues voyagent artificiellement dans certains plans de cette réalité, souvent des plans de bas niveau qui les détruisent. A l’inverse, il est possible par l’exploration consciente, de voyager dans divers plans de réalité bénéfiques, pour nourrir et faire croitre notre personnalité ordinaire. C’est une façon de se développer dans les dimensions émotionnelle et mentale et, au-delà, sur des plans de niveau spirituel (voir la définition de la spiritualité dans mon article à ce sujet, à ne pas confondre avec croyance religieuse).

La conception actuelle est que le monde de l’imaginaire, loin d’être primitif, est une capacité fondamentale de l’être humain, bien plus vaste et plus puissante que la réalité physique ordinaire.

Il s’étend des niveaux émotionnels les plus sombres aux plus hautes réalisations spirituelles. Il révèle que l’être humain est un être multidimensionnel.

Autrement dit, l’être humain n’est pas qu’un être matériel, il vit dans plusieurs dimensions de façon simultanée.

L’imaginaire, qu’on l’aborde au travers du rêve éveillé, de la visualisation, de techniques proches, ou par l’intermédiaire de l’art, est la porte qui ouvre et conduit dans les autres dimensions de l’être.

http://www.spirit-science.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email