WISDOM TEACHING avec David Wilcock

Bonjour, je suis David Wilcock et bienvenue pour un nouvel épisode de Enseignement de la SagesseJe suis heureux de vous retrouver.

Vous attendiez ça, et vous l’avez enfin. Voici l’épisode où nous menons la science extraterrestre à un tout nouveau niveau, en parlant de cette toute nouvelle et étrange manière de voir l’univers. Et on commence par prendre cette toute nouvelle idée étrange où l’univers n’existe pas vraiment sauf comme émanation d’une forme géométrique et en fait une réalité concrète malléable.

Car les sceptiques diront toujours ceci. Ils vont relier tous ces concepts imposants disant que l’espace n’existe pas vraiment. Le temps n’existe pas vraiment. L’univers entier est un hologramme. C’est une fractale présentant une auto-similarité à tous les niveaux. Et on pense que tout ceci vient de cet unique point. C’est bien plis que cela, c’est su petit que je ne peux le montrer  avec mes mains. Et cependant l’univers entier en est issu.

En gros, c’est ce qu’on dit. « Oui, je suis sceptique. » « J’avale pas ces trucs de David Wilcock dans Enseignements de la Sagesse… »

J’ai vraiment été doucement et de façon séquentielle et posée, afin qu’en élaborant des choses époustouflantes, on ne fasse pas un bond dans la logique, mais qu’elles viennent à vous avec élégance, facilité et majesté. Nous sommes maintenant au point où nous allons aborder la science extraterrestre de la géométrie universelle.

La géométrie dans ce nouveau modèle est une vibration sonore.

On peut faire vibrer l’eau avec une fréquence sonore et obtenir certains motifs géométriques comme les solides de Platon. Comme l’a fait Buckminster Fuller sur la surface d’une sphère. Il l’a trempée dans un colorant et en la faisant vibrer avec des fréquences sonores, sont apparus des solides platoniciens. Ca traçait en fait des lignes avec le colorant sur la sphère. Pourquoi cela? Parce que la vibration sépare les choses au maximum entre elles et chaque petite zone veut avoir son propre domaine. Elles s’espacent uniformément.

C’est aussi le principe d’une fractale, l’auto-similarité à tous les niveaux. On zoome sur la fractale et le même motif se répète, et aussi longtemps qu’on poursuit l’équation, c’est infini. On peut zoomer autant qu’on veut, on verra toujours le même motif.

On a parlé du fait que l’univers pourrait être ainsi constitué. On a regardé les travaux de scientifiques ayant hacké les diagrammes de Feynman, ces gluons, tel qu’ils voient ça, ces interactions de particules, et découvrirent qu’on pouvait simplifier une montagne de complexité apparemment sans logique en montrant qu’espace et temps sont l’émanation de cette seule géométrie appelée amplituèdre ou une grassmannienne positive. Et comme je l’ai dit, c’est le quart d’une Merkaba. On a du très lourd ici. Mais c’est lié à voir la matière d’une façon totalement nouvelle.

La matière n’est pas une particule, mais une vibration de la géométrie.

Le Dr Robert Moon, comme je le disais, nous donne un noyau géométrique dans lequel, au lieu de protons, on a les angles d’une géométrie. Si les atomes sont vraiment ainsi, ça signifie qu’on peut courber un peu les lois de l’univers. Les atomes ne sont pas des particules solides.

Si on a des billes et qu’on essaie de les rassembler, on ne peut pas les écraser ensemble. Elles resteront toujours solides. Et c’est comme ça qu’on considère que le cristal se structure. La formation conventionnelle du cristal, comme on l’a vu dans l’épisode précédent, est la science qui remonte tout droit à 1784. On voit que chaque face du cristal peut se former à partir de motifs simples et empilés là où on a des blocs de même forme, arrangés ensemble pour former des cristaux. On peut les faire pivoter dans différentes positions, et bien sûr, les cristaux sont construits à partir de ces blocs, qui sont de petits morceaux de comment les atomes et les molécules se regroupent, et une seule maille élémentaire, soit un seul bloc de la même forme, se répètent indéfiniment dans trois directions principales, L, l et H, les trois dimensions de notre réalité. Mais pas forcément perpendiculaires.

On a parlé de l’eau, où se trouve un oxygène en rouge, et deux hydrogènes.

On a dit que dans le nouveau modèle, ça n’est plus solide. On a un motif sphérique, qui n’est même pas sphérique d’ailleurs, ça l’est plus ou moins, de comment ces énergies entrent dans le noyau, qu’on appelle électrons et qui ne se produisent que dans des modèles géométriques, on l’a vu. Et le centre est un cube dans le nouveau modèle Moon. Le cube possède huit angles, les huit protons du noyau d’oxygène.

Alors qu’on stimule plus d’oxygène, on commence une nouvelle couche qui devient du silicium s’il s’agit d’un seul élément, ou en cas de liaison, on peut y ajouter des atomes et construire un cadre octaèdre autour.

Ce qu’on fait en commençant à ajouter ces oxygènes. Voici ce qui arrive quand la glace commence à se former.

On commence à obtenir ce modèle tétraédrique, qui va donner une symétrie à six cotés. Et d’un tétraèdre au centre, on peut aussi trouver l’octaèdre. Tout se cache dedans, c’est le prochain niveau de la couche qu’on construit autour du noyau cubique au centre. Ce noyau d’oxygène est un niveau, mais on peut commencer à l’ajouter à ce nouveau modèle. Cela résout aussi la question des électrons et du nuage d’électrons se fondant. Ca appartient aux liaisons.

Donc, comme je le disais, l’eau liquide (à gauche) a une symétrie à cinq cotés, et un changement de phase survient qu’on ne comprend pas encore vraiment, où les atomes s’organisent différemment alors qu’on les refroidit (à droite). Bien sûr, si on les chauffe, ils se séparent et font de la vapeur. Mais en refroidissant, ils deviennent plus grands, ils se dilatent, c’est pour ça que les routes craquent l’hiver et qu’on ne peut pas mettre un pot en verre plein d’eau à ras bord au congélateur, à moins de vouloir du verre brisé partout, c’est ce qui arrive. Les molécules occupent plus d’espace quand elles gèlent et elles créent alors un plus gros volume.

Et c’est pourquoi les flocons de neige ont une symétrie à six cotés. C’est dû au motif de liaison basique d’H2O, hydrogène et oxygène, dans une formation tétraédrique. Et comme je le disais, il y a une géométrie conductrice qui semble guider la manière dont les atomes s’intègrent. Il se passe que chaque coté est identique aux autres cotés.

C’est comme si il y avait un flux géométrique plus grand présidant à leur formation.

On a vu ce que fait un flocon de neige au niveau quantique.

Puis on a parlé du chlorure de sodium, simplement du sel de table. Dans ce cas, on du chlore et du sodium. Le sodium est plus grand, le chlore plus petit. Ils s’assemblent et forment cette série cubique.

A nouveau nous avons l’octaèdre, et ils se rassemblent en matrices chaque fois plus grandes.

Mais gardez à l’esprit que nous vivons toujours dans l’illusion depuis 1784, que ce sont des éléments solides, et qu’ils restent séparés. Ils ne peuvent se mélanger. Ils doivent rester des objets solides et séparés.

On a parlé des diamants. Et mentionné que le graphite est une marche vers les diamants qu’on peut aplanir ainsi en couche quand on rabote un peu. C’est pourquoi les mines de crayon sont faite en général de graphite, car il dépose une belle ligne sombre sur une feuille de papier. Dans ce cas, le carbone est lié par couches plates, car il est compressé durant longtemps par la chaleur et la pression de la terre.

Mais à le pressuriser et le chauffer encore plus, ils traversent un changement où ils se lient en tétraèdre formant des diamants.

On voit sur cette image du tétraèdre, de petits triangles qui se forment sur la face d’un diamant naturel avant qu’on ne le taille en plusieurs facettes.

Ca mesure un demi millimètre ici, et ça reste assez gros… Bien sûr les diamants sous leur forme naturelle ressemblent à des octaèdres comme celui-ci qui se trouve enchâssé dans le granite.

Donc, jusqu’en 1982, on croyait que la matière était ainsi. Elles est faite d’objets solides. Ici, on a vu que trois exemples, les cristaux de glace, de sels, et les diamants. Et le graphite, quatre en fait. Mais il y a tous les types de diamant qu’on peut imaginer. Des scientifiques ont eu leur doctorat avec ça, ont fait leur thèse doctorale. Chaque type de cristal qu’on peut voir a été classifié et se résument tous à un seul petit bloc de construction atomique et moléculaire. Une seule unité qui a toujours la même forme, qu’on peut mélanger, brouiller, malaxer différemment, mais dont on obtient toujours un cristal construit à partir de cette seule maille élémentaire.

Mais quelqu’un est venu et a joué les troubles-fête et a mis tout le monde en rogne en découvrant les quasi cristaux. Le scientifique responsable de cela est le Dr Dan Shechtman.

Il a vu cela se produire pour la première fois en 1982. Il n’a publié un article dessus qu’en 1984. mais on le voit, la résonance novatrice que sa découverte a causée, n’a pas vraiment captivé l’imagination mondiale avant 2011 où il a obtenu le prix Nobel pour une chose qu’il a découverte près de 20 ans plus tôt. Attendez, 30 ans en fait, non? Parce que … oui, 30 ans plus tôt, c’est très long… Pourquoi était-on si furieux?

Le problème c’est que sa découverte chamboula totalement le modèle cristallographique et rend simplement les choses dingues. Voici donc l’histoire de la découverte des quasi cristaux comme c’est arrivé.

Elle commence le 8 avril 1982, quand Shechtman a fondu un globe d’aluminium et de manganèse. Jusque là, on avait pas découvert de quasi-cristal dans le monde ouvert non classé pouvant être fait à partir d’un seul élément. On doit avoir deux éléments, qui normalement seraient incapables de se combiner selon des moyens habituels. On pense que l’aluminium et le manganèse ne produiront pas grand chose. Alors la découverte se fait assez innocemment.

On va entendre un insider dans cet épisode qui suggère qu’on a permis à Shechtman de découvrir cela. Qu’on l’avait informé, mais que la vraie science provenait d’un vaisseau extraterrestre, et on avait dû comprendre comment c’était fait. Et ils lui ont permis de le découvrir. Afin que la science pénètre graduellement la réalité.

On a ce globe fondu d’aluminium et manganèse, et dans un état fondu, souvenez-vous, ces éléments, ces atomes, sont juste projetés en tout sens. Ils sont dans un état chaotique dont on penserait que rien de spécial ne se produira. Si on laisse refroidir ce globe fondu à une vitesse bien lente, il ressemblera simplement à un globe fondu, rien de spécial.

Mais, voici la clé. Il faut le souffler à l’azote liquide et le refroidir très rapidement. Et une fois ceci fait, quelque chose de totalement dingue se produit. Shechtman a vu une symétrie de 10 plis dans le cristal résultant.

Je veux être absolument clair à ce sujet. la symétrie à 10 plis ne peut pas exister en cristallographie conventionnelle. les scientifiques ont joué avec de petits lego d’atomes et de molécules, les emboîtant comme ils pouvaient. Peu importe ce qu’ils font, ils ne peuvent obtenir un cristal à 10 ou 5 cotés. Ca ne marche pas. On ne peut pas le faire. Mais, avec cet alliage de deux métaux, aluminium et manganèse, il s’est passé quelque chose qui n’aurait jamais dû se produire. En fait, il a publié son article dans le prestigieux journal scientifique Physical Review letters, en 1984 et ne fut pas pris au sérieux. Cela amorça un énorme débat scientifique.

Gardons à l’esprit ceci : « Qu’y a-t-il à débattre? » Si on souffle de l’azote liquide sur cet alliage, on obtient ce cristal étrange, il ne devrait pas y avoir de dispute. On le voit ou pas, et le fait est qu’on a des cristaux à 5 cotés que nous verrons. Ils sont magnifiques. Mais les scientifiques n’arrivaient pas à gérer ça, car c’était un crève-coeur pour eux. Cela détruit tout ce qu’ils pensent savoir. En d’autres occasions passées où il aurait pu avoir le prix Nobel, car si c’était vrai, ça avait d’énormes implications. Un de ses collègues prix Nobel l’a congédié et dit : « Barre-toi, Danny. » Ils n’ont vraiment pas apprécié, il y a eu des débats pendant… tente ans.

Même après son prix Nobel, certains scientifiques refusent encore que ça soit vrai. La définition actuelle du cristal n’a d’ailleurs pas été changée jusqu’à 1992. L’ancienne définition était que le cristal est un motif régulièrement ordonné répétitif en trois dimensions. Mais après 1992, comme résultat direct de ses découvertes, on définit maintenant un cristal beaucoup plus simplement.

Un cristal est un solide avec un diagramme de diffraction discret, soit séparée, unique et distincte. Mais qu’est-ce qu’un diagramme de diffraction?

C’est un point très important qu’on doit explorer ici. Un diagramme de diffraction, c’est là où on frappe un cristal aux rayons-X et qu’on capture les rayons-X sur une radiographie. Les scientifiques aiment utiliser ça, car la radiographie permet de capturer avec une grande résolution. Les rayons-X vont se réfléchir sur le cristal, même si le cristal ne serait pas visible à la lumière photonique. On peut le frapper aux rayons-X, ceux-ci s’entrecroisent avec, ils rebondissent dessus et le film radiographique les fixe. Et ça les reflète. Ca crée un prisme, donc le rayon-X pourrait frapper le cristal en un point, et les rayons descendent et s’élargissent de plus en plus. On peut donc faire une image plus grande que la taille du cristal original, et dans le diagramme de diffraction on obtient l’essentiel de ce à quoi ressemble le cristal.

Quand Dan Schechtman a créé cet alliage aluminium-manganèse et l’a frappé de rayons-X ensuite reporté sur du papier radio, si vous voulez l’appeler ainsi. Voici ce qu’il a obtenu.

Soyez attentif, maintenant, car à différents angles de phase, on voit des choses différentes. Ce n’est pas ça (en bas à gauche) qui a fâché les gens. C’est juste une banale symétrie hexagonale comme on en verrait dans un cristal de glace normal. Mais ceci à cause d’incroyables problèmes, car ce qu’on voit ici (en haut à gauche), c’est… Vous regardez celui-ci par exemple, oh, mon dieu…! (sur la photo haut-gauche, en bas à droite), il y a un cristal pentagonal à cinq cotés. Et à coté un autre, à l’envers, un pentagone, symétrie à cinq cotés. Et il y en a un autre, juste au dessus… et il y en a un à l’intérieur du premier à un niveau plus petit. Et ici (à droite), on voit un mélange assez étrange de géométrie pentagonale et hexagonale.

Encore une fois, il n’y a aucune possibilité que des atomes qui seraient des particules puissent produire un cristal faisant ceci. Les cristallographes s’en sont préoccupés pendant près de 300 ans, et ils n’ont jamais pu trouver le moyen de produire des cristaux ainsi à partir d’unités distinctes.

Voici d’autres diagrammes de diffraction de cristaux à partir de quasi-crstaux comme ceux que Shechtman a découverts.

Et on le voit clairement. Regardez celui-ci (en haut à gauche)… Boum, boum, boum – voilà le pentagone. Si on regarde attentivement, on voit un pentagone juste à l’intérieur, il y a des pentagones partout. C’est ce qu’on appelle un prisme décagonal. Un décagone, soit un pentagone à dix cotés, une géométrie à dix cotés. C’est ce qui a fâché tout le monde.

Note de Miléna: Il est intéressant de noter que le nombre 10 correspond au 10 sephiroth, les dix attributs divins nés de la brisure des vases, au moment du tsimtsoum (rétractation). S’il existe 11 sephitoth avec Daath qui est la séphirah cachée, c’est toujours pour compter par 10, en remplaçant éventuellement Keter par Daath (la Torah), comme pour le nom ‘Habad qui veut dire ‘Hokhma, Binah, Daath… (mais jamais 11)… Et si l’on calcule les proportions séphirotiques dans les mondes ou dans les niveaux de l’âme (nephesh, roua’h, neshama, ‘haya et ye’hida), on calcule en terme de 5, de manière pentagonale, en prenant: Keter, hokhma, binah, zéir anpin (le petit visage, qui contient hessed, gevurah, tiphereth, hod, netza, yessod) et enfin malkhout. ce qui fait cinq. En sachant que ces cinq se fractalisent à chaque niveau… De plus en plus, on s’aperçoit que le nouveau modèle de physique se rapproche de la sagesse de la kabbalah, qui est le « sod » (secret ou ésotérisme) de la Torah.

Voici une planche de l’Encyclopédia Britannica édition 1994, disponible en ligne. c’est une émission télé en ligne, donc on peut l’utiliser.

Ils reprennent plusieurs diagrammes de Dan Shechtman et montrent comment le cristal réel est un icosaèdre, dont nous avons vu beaucoup d’exemples, c’est l’un des cinq solides de Platon.

On ne peut pas faire un icosaèdre à partir d’une seule particule ou d’un seul bloc de construction d’atomes ou de molécules. Mais il se forme assez naturellement et magiquement telle une vibration dans un fluide, pas de problème. On se débarrasse totalement du modèle particule. Ca nous plonge dans une nouvelle perspective dans laquelle la vibration est la clé. la vibration a formé ces cristaux, mais dans le processus, elle vainc toute identité de particule individuelle qui pourrait exister.

Voici ce qu’ils appelaient un prisme décagonal, on peut voir cinq des cotés. Et si ceux-ci grandissent assez longtemps, ce sont des prismes à dix cotés, des cylindres à 10 cotés dans lesquels chaque coté est une belle ligne plate et ressemble presque à une bûche étendue.

C’est ça qui m’enthousiasme grandement… C’est bien sûr un autre prisme décagonal ici (à gauche). Mais là (à droite), ça c’est du lourd.

C’est un quasi-cristal, qui est en fait un dodécaèdre. Et si vous regardez attentivement, vous voyez ceux-ci là? (sur la photo en bas à droite) Ce sont des petits boutons qui feront d’autres dodécaèdre en grandissant, si on a le bon matériel avant que ça ne refroidisse. Des métaux n’ayant jamais produit ça, si on les refroidit très vite, on obtient ces quasi-cristaux.

Voici un autre exemple, tiré directement de Wikipédia, où on prend en fait ce métal fondu, on le refroidit très vite, et on obtient un dodécaèdre parfait, ce qui est impossible. Impossible qu’un cristal puisse faire ça.

Et le voici sous un autre angle. On voit encore des traces de fusion, mais le motif général du cristal l’emporte.

Voici un autre exemple de quasi-cristaux où l’on voit de petits icosaèdres. Ils bourgeonnent les uns sur les autres.

C’est totalement révolutionnaire. La science n’arrive pas à l’expliquer… Et voici encore un exemple de quasi-cristal dodécaédrique.

Dans ce cas, on en voit un (à gauche), il n’est pas totalement formé. Certains cotés sont tout derrière, mais le cristal l’emporte. Ici (à droite), en voici un qui a un tas de blocs de construction.

Voici un autre quasi-cristal dodécaédrique, qu’on voit en fait sortir littéralement du métal fondu en dessous. Et regardez le bourgeon, ici, on voit en fait un autre dodécaèdre bourgeonner sur le bord et le rétrécissement qui se produit. Quand il se refroidit soudainement, on peut voir ces lignes, comme si on tendait un sac plastique par dessus.

Voici un autre petit quasi-cristal dodécaèdre posé sur un penny. On voit donc que c’est assez petit.

Mais néanmoins parfait quasi-cristal bien formé.

Encore un autre exemple.

Quiconque était sceptique jusqu’à présent et dit : « Je n’y crois pas, David. je ne peux pas croire à tout ce que tu as dit », n’a pas regardé les preuves…

Maintenant, les quasi-cristaux sont-ils une science extraterrestre?

C’est une question très importante, à laquelle répond un des héros les plus méconnus de l’ufologie. je parle de lui dans mes livres. Allez sur divinecosmos.com, cliquez sur « livres gratuits », ou lisez le nouveau livre qui est la suite de La clé de la Synchronicité tome 1, et devait apparemment s’appeler L’architecture du temps.

Edgar Fouche. Il a travaillé pour le gouvernement dans l’armée, et il a dévoilé complètement ses références sur le web. C’est un lanceur d’alerte passionnant qu’on a là, car il donne tellement de preuves documentées se son service militaire qui montre définitivement qu’il est authentique.

On va seulement en voir certains. Il y en a des tonnes, et je veux souligner qu’un des insiders dont tout le monde aime parler est Bob Lazar. Mais Bob Lazar ne montre que deux choses. Il montre une feuille d’impôt, une seule, puis ce qu’il prétend être un badge disant MAJ, soit Majestic, sur le devant, mais il y a des tas de débats sceptiques pour savoir si c’est vrai ou non. Ces documents sont vastes, ils sont disponibles, et on peut les consulter en ligne sur alienscientist.com/fouche411.html. Et bien sûr, si jamais c’était retiré, on peut aller sur archive.org, c’est le lien pour tout site web d’internet, et vous pourrez les retrouver.

Donc, le Majestic, si vous voulez, le gouvernement sera incapable de se débarrasser de ce qu’il a dit. Et il a dit des choses incroyables. mais je veux montrer d’abord ces documents pour les spectateurs sceptiques.

Le premier document où l’on voit qu’il a obtenu son diplôme du Community College de l’Air Force le 18 juillet 1983, en science appliquée, en technologie de système avionique. Signé ici par le Colonel de l’US Air Force, Rodney Cox et pas le général de l’US Air Force, en dessous, dont je ne vois pas le nom.

On obtient pas un diplôme en Systèmes avioniques de l’Air Force, comme ça. Ca veut dire qu’on connait un tas de matériel top-secret intéressant

Voici une autre citation à une compagnie… pour la Médaille du mérite ou feuille de chêne.

Adjudant Edgar Fouche s’est distingué de façon exceptionnelle au service des USA comme agent de liaison au Strategic Air Command du centre logistique aérien de San Antonio. Regardez ça, de 1983 à 1987. Ca devient important…. Durant cette période l’adjudant Fouche a contribué à l’introduction réussie des avionique FB-111. C’est l’avion furtif. Le 111 est l’avion furtif. C’est du matériel puissant.

Voici prétendument une photo de son site web où on le voit. Le chauve avec une chemise rayée devant l’avion furtif F-117 quand il était encore top-secret. Il a pu la publier une fois qu’il a été rendu public, mais c’est pris de l’intérieur.

Voici une autre évaluation de performance qui date de 1985 à 1986.

Et on va s’approcher de la deuxième page, on va s’intéresser à la partie en bas, sans laquelle on voit que l’apport de l’adjudant Fouche dans l’amélioration du F-111 est un atout majeur pour le SAC Strategic Air Command. Il recommande une promotion. C’est le chef de la division avionique. Robert Steer, Lieutenant Colonel de l’US Air Force. Base Offutt de l’Air Force au Nebraska, les ufologues en connaissent un rayon là-dessus.

On a un autre type ici, Albert Petranick, au dessus. Il est colonel de l’USAF à la base Offutt. Et ensuite on a John Doran, Major Général de l’USAF, un très haut gradé qui dit que l’adjudant Fouche « est notre homme sur le terrain avec la nouvelle station de test du F-111. Il a appliqué une connaissance détaillée du siftware pour corriger le rendement du programme. Il fait avancer les choises. Qu’on lui donne une promotion. » Ched d’équipe adjoint logistique, 24 juin 1986. C’est signé, on a son numéro de sécurité sociale qui est recouvert.

C’est un document fuité, il ne devrait pas être public. On voit aussi que Fouche a le soutien direct de la Defense Advanced Research Projects Association ou DARPA.

Voici un autre document qui apparaît ici, dont beaucoup d’éléments ont dû être cachés, dont toute une partie ici, et c’est la DARPA, qui est vraiment l’une des agences d’opérations secrètes.

Nous allons regarder cela de près car c’est vraiment très excitant. Ce qu’on voit ici… est une promotion pour une demande après action pour ce qu’il est dit être la zone 51.

C’est quand on l’a promu pour la zone 51, le 10 juillet 1984, après avoir obtenu son diplôme en avionique et avant de recevoir le soutien qu’on a vu. Voici maintenant Dale Hagerman, Département de l’Air Force, SAC, Base Air Force Offutt.

Voici in autre document qui remonte à 1979, dans lequel on voit la date.

Et en bas, c’est très important, c’est la base Air Force de Nellis, juste à coté de la zone 51.

Donc il a travaillé dans la zone 51 pendant longtemps. Alors quoi? Où est-ce que ça mène? Ca nous amène à ce qu’entre autres choses, il a témoigné sur le triangle volant TR-3B, dont voici un diagramme de la présentation disponible sur son site web, de ce triangle volant et de comment il est propulsé. On en parlera dans le prochain épisode.

Je vais avancer un peu, car c’est là que ça devient intéressant.

C’est une de ses diapos où il s’intéresse beaucoup aux quasi-cristaux sur lesquels il a écrit tout un livre.

On verra dans le prochain épisode des citations de son intervention de 1998, où l’on découvre que les quasi-cristaux furent découverts sur le crash de Roswell. Ils les ont prélevés du crash, et découvert que quand on passe un courant électrique dans un quasi-cristal d’hydrogène, ce qu’ils croyaient impossible, on crée en fait de l’antigravité.

C’est très excitant, car encore une fois ces quasi-cristaux défont complètement le modèle particule. Les atomes sont mixés d’une manière étrange où une partie de l’atome traîne dans une dimension supérieure. Et ça ne devrait pas marcher, mais dans les faits, si.

Donc, cette nouvelle science des quasi-cristaux dont on a parlé est passionnante, car elle ouvre la porte sur un tout nouveau monde. On peut commencer à modeler la science dont je vous parlais, pour obtenir la téléportation, l’antigravité, et plein de trucs intéressants dont on parlera plus dans le prochain épisode d’Enseignements de la Sagesses, avec David Wilcock.

Merci de nous avoir suivis.

https://www.gaia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email