Seed Born « Le peuple des étoiles »

La curiosité et la soif de comprendre, sont les moteurs des plus belles avancées de l’homme.

Eux «Le doute s’installera, s’ils osent le voyage ». « Le propre de l’intelligence est du savoir c’est d’analyser, d’expérimenter et de valider une expérience, un résultat physique ou théorique ». « La science et le génie humain n’ont qu’un ennemi dans leur progression, l’autosuffisance du savoir et une locomotive, le doute ». « L’imbécile ne réfléchit pas ! Le spécialiste lui réfléchit, avec la suffisance d’un imbécile ! Alors que l’anticonformiste analyse ».

– Pour certains d’entre nous, peut-être des réponses.

– Pour ceux qui sont plus prés de la fin que du début, un espoir.

Accrochez vos certitudes, l’histoire va commencer ! C’est de votre destinée que l’on va parler. A la lecture de ce livre, le doute s’installera et l’amour triomphera.

Tout a commencé par ma question. « Notre forme actuelle est-elle l’aboutissement de la vie ? »

Une réponse ! « L’humanité actuelle a cette chimère, face à l’évolution de l’univers et de la vie, depuis des milliards d’années. Quelques millions d’années de mutation génétique et plus rien. Une finalité ! Prétentieux vous êtes face à la nature mère, de toute la création depuis la nuit des temps. Penses-tu vraiment ? Que c’est ce qu’elle peut faire de mieux. Si cela n’aboutit pas ! Elle recommencera. »

Une nécessité : Ne pas répéter les erreurs du passé « Il y a un peu plus de 35000 ans, elle a choisie une destinée dans la continuité » « Une étape de plus dans sa logique, de l’horreur du vide et d’un univers bien trop grand, pour des êtres aussi imparfaits. »

Le fluide du souvenir

Eux : La nature avait ses raisons pour établir, une continuité mémorielle. Le fait d’un début de seconde vie, il y a un peu plus de 35 000 ans, relatif à l’amour de l’autre et au souvenir du disparu. Mutation sur les bases, d’un agglomérat «concentré » du système de liaison de neurone à neurone, existant par le passé. Elément essentiel de la séparation franche, de ses souches animales pour l’homme, de 4 à 5 millions d’années en arrière. Ce liant transporteur d’histoires re-compactées, déclenche une explosion contrôlée de pensées, se rapportant exclusivement aux souvenirs correspondants.

Moi : Vous n’êtes toujours pas facile à comprendre.

Eux : La nature à besoin de se rappeler, ce qu’elle a mal fait pour ne pas recommencer. D’un aide mémoire du déjà expérimenté, dans la voie qu’elle c’est fixée. Toutes les charges électriques inter neuronal, qui ordonnent l’émission de substances chimiques, dans votre cerveau ont obligatoirement : Un interrupteur de déclenchement intra cellulaires, basé sur la substance qui nous compose, dans notre deuxième vie. Ce substrat gazeux est en fait la substance de notre seconde vie.

Moi : Plus simple ! Vous n’avez pas mieux ?

Eux : Prend une feuille d’arbre dont tu regarde la forme : Si tu la connaît ! Elle te fait visualiser l’arbre qui la porte. Là il peut s’agir uniquement, d’une connaissance professionnelle, chez le bûcheron par exemple. Chez d’autre bizarrement, la feuille va dessiner l’arbre et le fruit qu’il porte. Mais aussi un lieu ou il a poussé : Une colline, un fond de vallée ou les rives d’une rivière. Là dessus simultanément au centième de seconde, la fille qu’il a peut être embrassée sous son ombre, la petite sieste qu’il y a fait en été, ainsi de suite. Un instantané de la feuille à l’arbre, de l’arbre à la vallée et la rivière, jusqu’au visage de son fleurt et les paroles échangées. Ceci en une fraction de seconde. Demandez à des personnes qui ont subit un accident de voiture, si en quelques dixièmes de seconde, elles ne voient pas défiler leur vie. Toutes sans exception, vous direz la même chose.

Tout cela ! On peut le mettre sur le compte d’un processus mémoriel stéréotype, un neurone s’active et en cascade : Des milliers d’autres reçoivent l’ordre, de délivrer leurs contenues. « C’est déjà extraordinaire et pourtant quelque chose, ne colle pas ».

Utilisez vos propres expériences sur le sujet, réfléchissez cinq minutes a vos propres cheminements d’idées, sur n’importe quel sujet ou sur du déjà arrivé : Un incident marquant ou un souvenir agréable de votre passé. Une histoire, un accident de vie ou une période de méditation au clair de lune.

Pourquoi le flux électrique inter neuronal, excite t’il les bonnes cellules parmi des milliards d’autres ? Sans se tromper ni de mot, ni d’image, ni de période de temps, ni d’historique de l’action visionnée, qui défile dans votre cerveau. A moins que quelque chose vous poussent à les altérer.

Pourquoi tout cela sort dans l’ordre, d’une vieille histoire de plusieurs jours ou de plusieurs années ? Fantastique, phénoménal, unique, dans l’évolution de la vie, parmi toutes les espèces existantes. Là se trouve le secret, de notre vie après la mort !

Pourquoi dans un cas le signal sera-t-il positif, du début à la fin ou négatif dans d’autres circonstances ? Une toute petite étincelle d’un souvenir, d’une vision, d’une odeur ou d’un objet agréable et boom du bonheur. Une mauvaise étincelle et c’est le malheur qui domine. Rarement les deux à la fois.

Pourquoi des idées positives ou négatives à sens unique, sans mélange possible ? « Comment ce fait t’il ? Qu’un évènement important comme la perte d’un enfant, marque seulement cette espèce, de désespoir ou de détresse toute une vie durant ».

Pourquoi le flux se divise t’il aussi fortement, dans un sens ou dans l’autre dans une cascade d’informations ?

Pourquoi, des milliards de cellules avec chacune, un tout petit morceau d’une histoire, t’envoient-elles ? Parmi des milliers d’autres aventures, que tu es capable de revisiter, une explosion de données. Toujours à sens unique positives ou négatives, optimiste ou pessimiste. Pas de mélange, pas d’embrouille, blanc ou noir seulement.

Moi : Vous allez me le dire a la fin !

Eux : « Une seule est unique raison, une seule possibilité, une seule stratégie à un tel aiguillage d’information, dans un sens ou dans l’autre. Pas d’autre dispositif qu’un guidage directionnel codifié, en rapport à des valeurs accumulées ».

Un seul facteur induit cette potentialité de convoyage d’informations sans désordre, un système d’aiguillage ultra perfectionné.

Obligatoirement relatif à un fluide unificateur à deux paramètres. Vous les désignerez par Positif ou Négatif. Bien ou Mal. Heureux ou Malheureux. Amour ou haine. Optimiste ou pessimiste. Mais rien à faire ! Il faut un dispositif. Un système fonctionnel d’orientation binaire. « Suivant les quantités déjà absorbées par le passé, la plénitude ou l’amertume prédomine, vers l’une ou l’autre force de pensée ». Un cumul qui ne fait qu’accélérer le processus de charge positive ou négative, du substrat résiduel de deuxième vie

Au milliardième de seconde, toi tu vas là et pas ailleurs ! Toi tu passes ! Toi je ne t’ais pas dit de te mêler aux autres ! Toi ne parasite pas l’information ! Toi c’est pour plus tard ! Toi c’est maintenant. Des milliards de portes qui s’ouvrent et se ferment, sur des chambres qui sont plus ou moins habitées, de bonheur et de malheur. Avec seulement deux clés formatées et codifiées par la vie. « La clé c’est le fluide, la porte c’est l’accès aux contenues des chambres. Si une unique clé : Ouvre plus de portes que d’autres, sur des valeurs identiques, alors tu connaîtras ton camp»

Pense à un vent de sable dans le désert et les milliards de grains soulevés. Imagine une machine capable de trier les particules blanches ou moins blanches, jaunes claires, jaunes foncés ou rouges et les noires plus claires et les noires foncées de ce sable, en un millième de secondes. C’est ce qui ce passe ! Que tu sois capable ou non, de même imaginer l’étendue de la tache. Il faut donc un guide à chaque poussière d’histoire, pour ce retrouver ensemble. Pour qu’elles fusionnent en un point donné, afin de constituer une pensée uniforme.

Moi : Cela à l’air de tenir la route, mais pas simple à vulgariser.

Lui : Visualise un désert ! Tout l’horizon est bouché devant toi par une tempête de sable, une séquence du film la momie par exemple, que tu as déjà visionnée. Dans cet immense nuage de poussière, tu dois sélectionner un million de grains de couleurs identiques, dans chaque nuance …/…

Moi : Tu es dans la merde (il n’aime pas cette traduction perso) mais bon cela à l’avantage de traduire mes sentiments, sur la difficulté du tri.

Lui : Il faut que le grain de poussière ait une mémoire ou que : Quelque chose le dirige vers ses copains, afin d’élaborer un ensemble identifiable.

Moi : C’est logique et alors ?

Lui : Alors ! C’est ce qui ce passe toutes les secondes, des milliards de fois dans votre tête, pour les six milliards d’individus, habitant la terre.

Eux : Nous sommes les rails à deux voies, une montante et une descendante, positive ou négative de la vie, du souvenir, de l’histoire, de la connaissance, de l’instinct, de la passion, de l’amour, des sensations, des sentiments, de la pensée et des créations.

Les anti-mélangeurs des histoires de votre existence terrestre. Ce fameux gaz résiduel, qui nous compose après votre mort physique.

« Nous sommes cette fameuse âme de liaison, du tout au tout, de vous à nous sur une voie ou l’autre, vers l’amour ou la haine. Nous sommes le plus, ils sont le moins, des charges de la vie ».

http://seedborn.centerblog.net/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email