LA DOCTRINE ORIENTALE DES AVATARS

par ALICE A. BAILEY

D’âge en âge, au cours de nombreux cycles et en de nombreux pays (partout actuellement) des périodes de tensions se sont produites, tensions généralement marquées par une attente pleine d’espérance. Quelqu’un est attendu et l’on pressent Sa venue. Dans le passé, cette attente a toujours été proclamée et encouragée par les instructeurs religieux de l’époque ; ces périodes ont toujours été chaotiques et difficiles ; elles ont toujours marqué le point culminant à la fin d’une civilisation ou d’une culture, lorsque les anciennes religions se montraient incapables d’aider les hommes et de résoudre leurs problèmes.

La venue d’un Avatar, l’avènement de « Celui qui vient » et, en termes actuels, le Retour du Christ, sont les notes fondamentales de l’attente générale.

Lorsque les temps étaient mûrs, que l’invocation des masses était assez puissante et la foi de ceux qui savent assez intense, alors, toujours, Il est venu, et il n’y aura pas d’exception aujourd’hui à cette règle ancienne, à cette loi universelle.

Depuis des décades, les fidèles des deux hémisphères attendent le Retour du Christ, de l’Avatar, non seulement les chrétiens, mais aussi ceux qui attendent le Seigneur Maitreya, le Boddhisattva, ou encore, l’Imam Mahdi.

Lorsque les hommes sentent qu’ils ont épuisé toutes leurs ressources et sont au bout de leurs possibilités, que la solution des problèmes qui se posent à eux dépasse leur compétence, ils sont prêts à se tourner vers un intermédiaire divin, un médiateur qui intercédera pour eux auprès de Dieu et leur apportera une aide. Ils invoquent un Sauveur. A travers toutes les religions et toutes les Écritures saintes du monde on peut suivre le fil d’or de cette doctrine des Médiateurs, des Messies, des Christs et des Avatars ; ceux-ci se trouvent en grand nombre et partout, reliant ainsi toutes les Écritures à une Source centrale.

L’âme humaine elle-même est considérée comme intermédiaire entre l’homme et Dieu ; des millions d’êtres croient que le Christ agit comme médiateur divin entre l’humanité et la divinité.

Tout le système de la révélation spirituelle est basé – et l’a toujours été – sur cette doctrine de l’interdépendance, d’un enchaînement méthodique et consciemment ordonné, et de la transmission d’énergie s’effectuant d’un aspect de la manifestation divine à un autre, c’est-à-dire du Dieu en Son Lieu le plus secret, jusqu’au plus humble des hommes, vivant, luttant et peinant sur terre.

Cette transmission se retrouve partout : « Je suis venu afin qu’ils aient la vie », a dit le Christ, et toutes les Écritures du monde font de fréquentes allusions à l’intervention de quelque Être, issu d’un plan de vie supérieur au plan strictement humain. Il existe toujours un moyen permettant à la divinité d’atteindre l’humanité et de communiquer avec elle, et c’est à cette
communication, à ces Instruments de l’Energie divine, que se réfère la doctrine des Avatars ou des divins « Êtres qui viennent ».

Un Avatar est un Être qui, en plus d’une tache délibérément choisie et d’une destinée fixée d’avance, est capable de transmettre l’énergie ou la puissance divine. C’est là, forcément, un profond mystère, démontré d’une manière particulière, (en relation avec l’énergie cosmique), par le Christ, qui, pour la première fois dans l’histoire de la planète et, pour autant que nous le
sachions, a transmis l’énergie divine de l’Amour directement à notre planète et, dans un sens très défini, à l’humanité.

A la doctrine des Avatars ou Messagers Divins, s’associe toujours aussi l’idée d’un Ordre spirituel sur des niveaux subtils appelé la Hiérarchie de Vies spirituelles, travaillant au bien de l’humanité. La seule chose que nous sachions réellement c’est que, au cours des âges, de grands et divins Représentants de Dieu incarnent le dessein divin, et ils affectent le monde entier de telle sorte que leurs noms sont connus et que leur influence se fait sentir des milliers d’années après qu’Ils soient retirés du monde des hommes.

Toujours et encore, Ils sont venus, et ont laissé derrière eux un monde changé et une nouvelle grande religion. Nous savons aussi que les religions et les prophètes ont toujours promis à l’humanité qu’Ils reviendraient parmi nous à l’heure du besoin. Ces déclarations reposent sur des faits historiques. En dehors d’elles, nous ne savons que relativement peu de détails.

Le mot Avatar est un mot sanscrit, signifiant littéralement : Qui descend de très haut. Ava (employé comme préfixe devant les verbes et les substantifs verbaux) exprime l’idée de « à distance, loin, vers le bas ». Avataram (le comparatif) « plus loin ». La racine Av semble toujours indiquer l’idée de protection d’en haut, et se trouve dans des mots composés se référant à la protection de rois ou de législateurs. S’appliquant aux dieux, la signification en est : « accepté favorablement », lorsqu’un sacrifice est offert. Il en résulte que le mot racine peut signifier : « qui descend avec l’approbation de la source supérieure d’où Il émane, et au profit du lieu où Il arrive » (tiré du Dictionnaire sanscrit de Monier-Williams).

Tous les Avatars ou Sauveurs du monde expriment cependant en venant deux mobiles fondamentaux : la nécessité, pour Dieu, d’entrer en relations avec les hommes, et le besoin qu’éprouve l’humanité d’entrer en contact avec Dieu et d’en recevoir aide et compréhension. Obéissant à ces mobiles, tous les Avatars sont, par conséquent, des Intermédiaires divins.

Ils peuvent agir ainsi parce qu’ils se sont complètement libérés de toute limitation, de tout sentiment d’égoïsme et de séparativité, et parce que (à l’opposé de ce que font les hommes) Ils ne sont plus le centre dramatique de Leur vie, comme c’est le cas pour la plupart d’entre nous. Lorsqu’Ils ont atteint ce stade de décentralisation spirituelle, Ils peuvent devenir Eux-mêmes des événements dans la vie de notre planète ; tous les regards peuvent se tourner vers Eux et toute l’humanité peut en être influencée.

C’est pourquoi un Avatar ou un Christ apparaît pour deux raisons : l’une est la Cause insondable et inconnue qui l’y incite ; l’autre est la demande ou l’invocation de l’humanité elle-même. La venue d’un Avatar est, par conséquent, un événement spirituel qui s’accomplit en vue d’opérer des changements ou des renouvellements d’importance capitale, pour inaugurer une civilisation nouvelle, et de conduire l’homme plus près du divin. On les a définis comme « des hommes extraordinaires, apparaissant de temps en temps, afin de changer la face du monde et d’initier une ère nouvelle dans les destinées de l’humanité ».

Ils viennent dans des périodes de crises ; fréquemment, ils suscitent eux-mêmes des crises pour mettre fin à ce qui est caduc et indésirable, et préparer la voie à des formes nouvelles et mieux adaptées à la vie en continuelle évolution du Dieu Immanent dans la nature. Ils viennent lorsque le mal domine.

Pour cette seule raison déjà, il est permis d’attendre un Avatar à l’époque actuelle. Les conditions nécessaires au retour du Christ existent.

Il y a des Avatars de tous les rangs et de tous les genres ; quelques-uns sont d’une grande importance planétaire parce qu’Ils sont l’expression vivante de cycles entiers de développement futur, parce qu’Ils font résonner la note et transmettent l’enseignement qui créera une ère nouvelle et une civilisation nouvelle. Ils incarnent de grandes vérités vers lesquelles doivent s’orienter les masses, et qui constituent encore de nos jours le but des plus grands esprits du temps, même si elles n’ont pas encore été réalisées. Certains Avatars expriment aussi l’aboutissement des efforts humains vers la perfection et représentent ainsi à travers les âges le type de « l’homme idéal ».

D’autres, plus grands encore, sont appelés à être présentés et manifestés sur terre sous une
nouvelle forme ; Ils possèdent ce pouvoir parce qu’Ils ont réalisé la perfection et ont atteint les plus hautes Initiations possibles. Ils ont le don d’être ces qualités spirituelles incarnées, et parce qu’Ils ont pleinement exprimé un principe, une qualité spécifique, Ils peuvent servir de canal et transmettre ce principe ou cette qualité qui provient du centre de toute Vie spirituelle.

Ceci est la base de la doctrine des Avatars ou Messagers divins.

Le Christ fut l’un d’eux, et il fut doublement un Avatar, car non seulement Il fit retentir la note de l’Age nouveau, il y a plus de deux mille ans, mais Il incarna en outre, d’une manière mystérieuse et inexplicable, le divin Principe de l’Amour ; Il fut le premier à révéler aux hommes la véritable nature de Dieu.

L’invocation de l’humanité (la seconde cause suscitant une intervention divine) est d’une puissante efficacité, parce que les âmes des hommes, particulièrement lorsque les hommes agissent de concert, ont en elles quelque chose qui les apparente à la nature divine de l’Avatar.

Nous sommes tous des Dieux, enfants d’un seul Père, comme nous l’a dit le Christ, le dernier des Avatars. C’est ce centre divin dans le cœur humain qui, lorsqu’il est éveillé et actif, peut évoquer une réponse du Haut-Lieu ou « Celui qui vient » attend l’heure de Son retour. Seule l’invocation unanime de l’humanité, sa « détermination massive », peuvent hâter la descente (ainsi qu’on l’appelle) d’un Avatar.

En résumé, la doctrine des Avatars est parallèle à la doctrine de la continuité de la Révélation.

D’âge en âge, à chaque grande crise de l’humanité et toujours dans les heures de besoin, à l’apparition d’une nouvelle race ou lors de l’éveil d’une humanité préparée à une nouvelle et plus vaste vision, le Cœur de Dieu – mû par la loi de Compassion – envoie un Instructeur, un
Sauveur, un Porteur de Lumière, un Avatar, un Intermédiaire, un Christ. Celui-ci apporte à l’humanité le message qui guérira, qui indiquera la prochaine étape a franchir, éclairera quelque obscur problème mondial et exprimera un aspect divin inconnu jusqu’alors.

La doctrine des Messagers divins, des Apparitions divines, des Avatars et des Sauveurs – dont l’histoire rend un témoignage indubitable – est fondée sur le fait de la continuité de la révélation, et sur la succession des manifestations progressives de la Nature divine. L’attente
mondiale du retour du Christ est basée sur la réalité de cette continuité, sur les apparitions successives des Messagers et des Avatars, et sur le terrible désarroi de l’humanité des temps présents. C’est la reconnaissance innée de ces faits qui a poussé l’humanité entière à invoquer de façon croissante une forme quelconque d’aide ou d’intervention divines.

C’est cette même reconnaissance qui a suscité au « Centre où la Volonté de Dieu est connue » l’ordre du retour de l’Avatar. En réponse à ce double appel, le Christ a fait connaître à Ses disciples, dans tous les pays, Sa décision de réapparaître, dès qu’ils auront accompli le travail préparatoire nécessaire.

Les Avatars les plus connus sont le Bouddha en Orient et le Christ en Occident. Leurs messages sont familiers à tous et les fruits de Leur vie et de Leurs paroles ont imprégné la pensée et les civilisations des deux hémisphères. Etant des Avatars humains-divins, Ils représentent ce que l’humanité peut aisément comprendre. Parce qu’Ils sont de la même nature que nous, « chair de notre chair, esprit de notre esprit », nous les connaissons, nous nous confions en Eux, et Ils signifient plus pour nous que d’autres apparitions divines. Des millions d’êtres les connaissent ; il nous est impossible de comprendre toute l’importance du noyau d’énergie spirituelle que chacun d’Eux a créé.

La création d’un noyau d’énergie persistante, spirituellement positive est la tâche constante d’un Avatar.

Il concentre et stabilise dans l’humanité une vérité dynamique, une puissante forme-pensée, ou charge d’énergie magnétique. Ce foyer agit de façon croissante, comme transmetteur d’énergie spirituelle ; il rend l’humanité capable d’exprimer une certaine idée divine, qui, par la suite, produit une civilisation, avec sa culture, ses religions, ses structures politique et gouvernementale et ses systèmes d’éducation. Ainsi se fait l’histoire, laquelle ne fait qu’enregistrer la réaction cyclique de l’humanité à l’afflux d’une énergie divine, transmise par un guide inspiré ou par un Avatar.

De nos jours, un Avatar est généralement un représentant du second aspect divin, celui de l’Amour-Sagesse, l’Amour de Dieu. Il apparaîtra sous la forme d’un Sauveur, d’un Constructeur, d’un Protecteur ; l’humanité n’est pas encore suffisamment développée ni assez orientée vers la vie de l’Esprit, pour supporter aisément l’influence d’un Avatar qui manifesterait la Volonté dynamique de Dieu. En ce qui nous concerne, jusqu’à présent (et c’est là notre limitation), un Avatar est essentiellement celui qui préserve, développe, construit, protège et favorise les impulsions spirituelles qui nous font vivre ; sa manifestation est en grande partie déterminée par le besoin des hommes et leur demande d’aide et de protection.

L’humanité a besoin d’amour, de compréhension et de justes relations entre les hommes pour atteindre à la divinité. C’est ce besoin qui nous a valu la présence du Christ, Avatar de
l’Amour. Par Sa prodigieuse réalisation – dans la voie de la compréhension – le Christ, ce grand Messager humain-divin, nous a transmis un aspect et une puissance de la nature de Dieu, le principe de l’Amour divin.

Avant la venue du Bouddha, l’Avatar de l’Illumination, l’attitude indécise de l’humanité envers Dieu s’exprimait par une aspiration à la lumière, et en reconnaissant un Dieu Transcendant. Alors le Bouddha vint et démontra dans Sa propre vie la réalité d’un Dieu Immanent de même que celle d’un Dieu Transcendant ; de Dieu dans l’univers et de Dieu en l’humanité. L’homme devint conscient de l’existence de Dieu et de celle du Soi dans le cœur de l’individu. C’était pour l’homme, une vérité relativement neuve.

Cependant, jusqu’à la venue du Christ, qui vécut une vie d’amour et de service, et qui donna aux hommes le commandement nouveau de s’aimer les uns les autres, les Ecritures saintes n’avaient insisté que fort peu sur la notion d’un Dieu d’Amour. Après la venue du Christ, l’Avatar de l’Amour, Dieu fut pour les hommes l’amour suprême, amour comme but et objectif de la création, amour comme principe fondamental de toutes relations, et amour travaillant à travers toute la manifestation à la réalisation d’un Plan inspiré par l’amour. Le
Christ révéla et accentua cette qualité divine, modifiant ainsi toute l’existence humaine, ses buts, ses valeurs.

La raison pour laquelle Il n’est pas encore revenu est que Ses disciples n’ont pas encore accompli dans le monde le travail nécessaire. Comme nous le verrons plus tard, Son retour est étroitement lié à l’établissement de justes relations entre les hommes.

L’Eglise, au cours des siècles, a fait obstacle à cette réalisation qu’elle n’a pas favorisée, à cause de son zèle fanatique de faire des « chrétiens » et non des disciples du Christ. Elle insista plus sur la doctrine théologique que sur l’amour et la compréhension dont le Christ a donné l’exemple. Elle prêcha le bouillant Paul de Tarse et non le doux Charpentier de Galilée.

Ainsi, Il a attendu. Mais maintenant Son heure est venue, à cause de la détresse et de l’invocation universelles, et de la volonté de tous Ses disciples, quelles que soient leur religion et leurs convictions religieuses.

Il ne nous est pas donné pourtant de connaître la date et l’heure du retour du Christ. Sa venue dépend de l’appel (souvent muet) de tous ceux qu’unit une même intention. Elle dépend en outre de meilleures relations entre les hommes ; aussi d’un certain travail, accompli en ce moment par les Membres les plus anciens du Royaume de Dieu, l’Eglise invisible, la Hiérarchie spirituelle de notre planète ; elle dépend aussi de la persévérance des disciples du Christ actuellement dans le monde et de la collaboration de Ses initiés, à l’œuvre dans tous les groupements religieux, politiques et économiques. Il convient d’ajouter à tout cela ce que les chrétiens aiment à nommer « l’Insondable Volonté de Dieu », le dessein caché du Seigneur du Monde, l’Ancien des Jours (ainsi qu’on Le nomme dans l’Ancien Testament) qui « sait ce qu’Il veut, qui irradie la plus haute qualité d’Amour et qui concentre Sa Volonté en Sa demeure suprême, le centre où la Volonté de Dieu est connue ».

Lorsque le Christ, l’Avatar de l’amour réapparaîtra, les fils des hommes qui sont maintenant les Fils de Dieu détourneront leur face de la lumière resplendissante et irradieront cette lumière vers les fils des hommes qui ignorent encore qu’ils sont les Fils de Dieu. Alors apparaîtra Celui qui Vient, se hâtant dans la vallée de l’ombre, pressé par Celui qui détient un redoutable pouvoir et qui se tient sur le sommet de la montagne, rayonnant l’amour éternel, la lumière suprême et la volonté calme et silencieuse.

Alors les fils des hommes réagiront. Alors brillera une lumière nouvelle, dans la ténébreuse et lasse vallée de la terre.

Alors une vie nouvelle affluera dans le sang des hommes et leur vision embrassera les voies
nombreuses de ce qui pourrait exister.

Ainsi, la paix régnera sur terre, mais une paix comme jamais personne n’en connut jusqu’ici. Alors, dans le cœur des hommes, la « Volonté-de-Bien » s’épanouira en Compréhension, et la Compréhension en Bonne Volonté.

Le Retour du Christ par ALICE A. BAILEY – CHAPITRE I — LA DOCTRINE OCCIDENTALE DE « CELUI QUI VIENT » — LA DOCTRINE
ORIENTALE DES AVATARS

Print Friendly, PDF & Email