L’Absolu est ce qui est, ce qui a toujours été, et ce qui sera toujours. Il s’exprime sous forme de mouvement et de repos abstraits absolus. Il est la cause de l’esprit et de la matière, mais il n’est ni l’un ni l’autre.

Extrait de la canalisation de BIDI par Jean Luc Ayoun du 21 mai 2012

Question : réfuter et dire : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains car tout est accompli », facilite la Dissolution?

Depuis quand le Père a des mains ?

Depuis quand as-tu quelque chose à remettre, à qui que ce soit ?

Au travers de la prononciation de cette phrase, tu t’éloignes de ta propre Dissolution au sein de l’Absolu puisque tu considères qu’il existe un Père (où qu’il soit situé).

Tu entretiens donc le Soi.

L’Abandon du Soi n’est pas remettre, quoi que ce soit, au Père mais s’en remettre à autre chose (au-delà de toute forme, de toute appellation et de toute définition).

Il n’y a rien à faire : rester tranquille, paisible. Tout se déroule, sans aucune intention, sans aucune prière, parce que la prière considère qu’il y a quelque chose d’extérieur. C’est le principe même et le fondement de toutes les religions qui vous ont amenés à créer, à conceptualiser, quelque chose d’inaccessible.

Le Père : c’est la Source. La Source n’est pas l’Absolu. Maintenant, tu fais comme tu veux.

BIDI

L’Absolu est au-delà du mental

Le mental ne peut le comprendre, car nous devons sentir sa nature par intuition.

L’Absolu est au-delà de la vie conditionnée

Au-delà de ce qui est relatif se trouve l’Être réel (Lui) , le Non-Être parce qu’il ne garde aucune concordance avec nos concepts, mais il est l’Être réel. Parce que nous ne le comprenons pas intellectuellement, il est pour nous comme un Non-Être même s’il est l’Être réel de l’Être.

Être vaut mieux qu’exister, et la raison d’être de l’Être, c’est l’Être même.

Notre existence légitime se trouve dans l’Absolu, qui est un non-être, un non-exister aux yeux de la raison humaine

L’Absolu n’est pas un Dieu, encore moins un personnage divin ou humain. Il serait absurde d’attribuer une forme a ce qui n’a pas de forme. Ce serait une sottise que de tenter d’anthropomorphiser l’espace.

L’Absolu est sans nul doute l’espace abstrait inconditionné et éternel, bien au-delà des dieux et deshommes. L’Absolu est la lumière incréée qui ne fait d’ombre nulle part durant la nuit profonde du grand Pralaya.

L’Absolu est au-delà du temps, du nombre, de la mesure, du poids, du hasard, de la forme, du feu, de la lumière et des ténèbres. Néanmoins, Il est le feu et la lumière incréée.

L’Absolu a trois aspects : Ein, Ein Soph, Ein Soph Aur

ein

Ein qui veut dire, en hébreu, « sans » ou « rien » s’appelle aussi Sat en sanscrit, c’est-à-dire l’Absolu non-manifesté.

Dans l’Ein Soph, le « sans fin » qui est le second aspect, existe déjà une certaine manifestation.

C’est là que demeurent toutes les créatures quand vient le grand Pralaya (nuit cosmique) parce qu’elles n’ont pas le droit de pénétrer dans l’Ein, c’est-à-dire dans l’Absolu non-manifesté au-delà de la pensée, du Verbe, de l’atome, du son, au-delà de tout ce qui a une forme, un nombre, un poids, etc.

Le troisième aspect, selon la Kabbale hébraïque, est l’Ein Soph Aur, « lumière sans fin ». On y trouve le premier cosmos, le Protocosmos purement spirituel, l’Absolu solaire formé de multiples soleils spirituels.

L’Absolu est la Vie libre dans son Mouvement au-delà de l’Esprit et de la Matière

EIN : L’espace abstrait est la Causa Causorum de tout ce qui est, de tout ce qui a été, et de tout ce qui sera.

L’espace profond et bienheureux est certainement l’incompréhensible Séité, la racine mystique ineffable des sept cosmos, l’origine mystérieuse de tout ce que nous connaissons sous forme d’esprit, de matière, d’univers, de soleils, de mondes, etc.

C’est le divin, l’espace de la félicité, c’est une réalité formidable, au-delà de l’univers et des dieux, Cela qui n’a aucune dimension et qui pourtant sera toujours et a toujours été.

C’est la vie qui palpite intensément dans chaque atome (chaque noyau atomique nde) et dans chaque soleil.

Parlons maintenant du grand océan de l’esprit.

Comment pourrait-on le définir ? Il n’y a pas de doute qu’il est Brahma, la première différence ou modification de Cela. Devant lui tremblent les dieux et les hommes.

Cela est-il esprit ?

Je vous dis en vérité qu’il ne l’est pas. Cela est-il matière ? Je vous dis pour sûr qu’il ne l’est pas. Cela est la racine de l’esprit et de la matière, mais il n’est ni l’un ni l’autre.

Cela transcende les lois du nombre, de la mesures et du poids, celles du produit des deux côtés, les lois de quantité, de qualité, de devant et derrière, de haut et de bas, etc.

Cela est l’immuable dans sa profonde abstraction divine, la lumière qui n’a jamais été créée, ni par undieu, ni par un homme (voir l’étoile à cinq pointes, lepentagramme de l’arcane 5 du tarot nde). Il est ce qui n’a pas de nom.

Brahma est esprit, mais Cela n’est pas esprit.

Ein, le non-manifesté, est lumière incréée.

EIN SOPH : De l’Ein Soph émane toute la création, mais la création n’est égale ni en essence, ni en puissance, à l’Ein Soph.

Le Ein Soph, au moyen de sa divine lumière incréée, fait irradier de lui-même une intelligence, un pouvoir qui a un aspect fini. Et ceci, même si à l’origine l’Ein Soph participe à la perfection et à l’infinité de son Credo, et même s’il dérive de Lui.

Cette première émanation spirituelle de l’Ein Soph, la Kabbale l’appelle l’ineffable « Ancien Des Jours », qui est l’Être de notre Être, le Père et Mère en nous.

L’Ein Soph, ne pouvant s’exprimer dans le plan physique limité, s’exprime à travers ses dix Sephiroth.

Il y a dans l’Ein Soph une étrange évolution que ni les dieux ni les hommes ne connaissent.

Au-delà de l’Intime se trouve le Logos, le Christ. Au-delà de l’ineffable Ancien des Jours se trouve l’Ein Soph ou l’Absolu. A son exhalation, on l’appelle jour cosmique (Mahamanvantara), et à son inhalation, nuit cosmique (grand Pralaya).

EIN SOPH AUR : Chaque univers de l’espace infini possède son propresoleil central. Et la somme de ces soleils spirituels constitue l’Ein Soph Aur, le Protocosmos, l’Absolu solaire

L’Ein Soph Aur est la somme des soleils du premier cosmos.

Et Sirius est le soleil central de notre voie lactée

L’Absolu solaire est formé de multiples soleils spirituels transcendantaux, divins.

Sources :

http://don-et-compassion.com

http://autresdimensions.info/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email