Par Don Miguel Ruiz

Nous créons toute une population dans notre esprit, avec de multiples personnalités. Puis nous maîtrisons les images de nous que nous utiliserons dans telle ou telle circonstance. Nous devenons experts dans l’art de faire semblant et de projeter nos images et ainsi, nous maîtrisons ce que nous croyons être. Vous avez le pouvoir de créer.

Ce pouvoir est si fort que tout ce que vous croyez se réalise. Vous vous créez vous-même tel que vous croyez être. Toute votre réalité, tout ce que vous croyez est votre propre création. La principale différence qu’il y a entre vous et quelqu’un d’autre est la façon d’utiliser votre pouvoir, de créer avec lui. Il se peut que vous ressembliez à d’autres individus en de nombreux points, mais aucune personne au monde ne vit sa vie comme vous vivez la vôtre. Vous vous êtes entraîné toute votre vie à être ce que vous êtes et vous le faites si bien que vous maîtrisez qui vous croyez être.

Vous êtes maître de votre propre personnalité, de vos propres croyances ; vous maîtrisez chacune de vos actions, chacune de vos réactions. Vous vous êtes exercé pendant des années et vous avez ainsi atteint le niveau de maîtrise nécessaire pour être qui vous croyez être. Dès que l’on parvient à voir qu’on est tous des Maîtres, on peut découvrir quel type de maîtrise on possède. Pour devenir un maître de l’amour, on doit s’exercer à l’amour.

L’art des relations est toute une maîtrise qui ne s’atteint que par l’entraînement. Notre corps émotionnel est couvert de plaies et celles-ci sont infectées de poison émotionnel. Les manifestations de cette maladie de la peur sont la colère, la haine, la tristesse, la jalousie et l’hypocrisie ; le résultat de cette pathologie est donc l’ensemble des émotions qui font souffrir l’humanité. Lorsque la peur devient trop importante, la raison commence à faiblir et ne peut plus supporter toutes ces plaies et ce poison. Toutes ces maladies surviennent parce que la raison a tellement peur et les plaies sont si douloureuses qu’il est préférable de couper tout contact avec le monde extérieur.

Les humains vivent dans la peur permanente d’être blessés, ce qui crée un drame perpétuel, où qu’ils aillent. Les relations qu’ils établissent entre eux sont si douloureuses, émotionnellement parlant, qu’ils se mettent en colère, sont jaloux, envieux ou tristes sans raison apparente. Même dire « Je t’aime » leur fait peur .

Et pourtant, même s’il est douloureux et effrayant d’établir des relations émotionnelles, nous continuons à en développer, nous nous marions et faisons des enfants. Pour se protéger de leurs plaies émotionnelles et de peur d’être blessés, les humains ont créé quelque chose de très sophistiqué dans leur tête : un grand système de déni. Ce système de déni ressemble à un mur de brouillard qui serait constamment devant nos yeux, nous rendant aveugle à la vérité. Nous portons un masque social parce qu’il est trop douloureux de nous voir nous-mêmes et de laisser les autres voir qui nous sommes vraiment. Et le système de déni nous permet de prétendre que tout le monde croit au masque que nous présentons de nous.

Nous construisons des remparts pour nous protéger, pour tenir les autres à distance, mais ceux-ci nous retiennent aussi à l’intérieur, limitant notre liberté.

Les humains se couvrent et se protègent, et lorsque quelqu’un dit « Vous me mettez dans tous mes états », ce n’est pas véritablement vrai. Ce qui est vrai, c’est que vous avez touché une plaie sur son corps émotionnel et qu’il réagit à la douleur. Quand vous prenez conscience que tout autour de vous, chacun a des plaies infectées de poison émotionnel, vous comprenez facilement les relations qu’établissent les humains dans ce que les Toltèques nomment le RÊVE DE L’ENFER. Vivre en enfer ou vivre au Paradis, mon choix est de vivre au Paradis. Quel est le vôtre ? »

(Extrait de : La Maîtrise de l’Amour)

http://francesca1.unblog.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email