Par ALICE A. BAILEY

Mon intention est de vous entretenir au sujet de l’interaction télépathique, vous donnant sa raison d’être, et quelques règles simples que peuvent suivre les disciples dans leur effort d’établir cette interaction de pensée entre les différents membres d’un groupe particulier.

Une des caractéristiques distinguant le groupe des serviteurs et connaisseurs mondiaux est le fait, que l’organisation extérieure qui les tient intégrés, est pratiquement inexistante. Ils sont
maintenus ensemble par une structure intérieure de pensée, et par un fluide télépathique interreliant.

Les Grands Etres que nous cherchons tous à servir sont reliés de cette façon et peuvent, au moindre besoin et avec la moindre déperdition de force, se mettre en rapport les uns avec les autres. Ils sont tous à l’unisson d’une vibration particulière.

Dans les nouveaux groupes sont réunis des gens de natures très diverses, qui se trouvent sur des rayons différents, sont de nationalités différentes, et qui sont chacun le produit de milieux et d’hérédités largement variées. En dehors de ces facteurs évidents qui attirent immédiatement l’attention, on trouve également chez les âmes en question une diversité semblable dans l’expérience de la vie. La complexité du problème est encore terriblement accrue lorsqu’on considère le long chemin parcouru par chacun et les facteurs multiples, émergeant d’un passé obscur et lointain, ayant contribué à faire de chaque personne ce qu’elle est actuellement.

Par conséquent, lorsqu’on se penche sur les barrières et les difficultés surgissant de conditions tellement diverses, la question se pose immédiatement : De quoi est fait le terrain commun de rencontre, et comment est-il possible d’obtenir une interaction entre les esprits
impliqués ? La réponse à cette question est d’une importance capitale et requiert une claire compréhension.

Les mots de la Bible : « En Lui nous vivons, nous nous mouvons et avons notre être » énoncent une loi fondamentale de la nature, et aussi le fait désigné par le mot plutôt insignifiant de :
Omniprésence.

L’omniprésence a son fondement dans la substance de l’univers, et dans ce que les hommes de science dénomment « éther » ; ce mot est un terme générique qui couvre l’océan d’énergies interreliées constituant le corps d’énergie synthétique de notre planète.

C’est pourquoi, en abordant le sujet de la télépathie, il faut soigneusement garder présent à l’esprit ce fait, que le corps éthérique de chaque forme dans la nature fait partie intégrante de la forme substantielle de Dieu Lui-même – non la forme physique dense, mais ce que les
ésotéristes considèrent comme la substance édificatrice de la forme.

Nous utilisons le terme Dieu pour désigner l’expression de la Vie-Une qui anime chaque forme sur le plan objectif extérieur. Le corps éthérique, ou corps d’énergie de chaque être humain, fait donc partie intégrante du corps éthérique de la Planète elle-même, et par conséquent du système solaire.

Par cet intermédiaire, chaque être humain est basiquement relié à chaque autre expression de la vie divine, petite ou grande.

La fonction du corps éthérique est de recevoir des impulsions d’énergie, et d’être mis en activité par ces impulsions ou courants de forces émanant de l’une ou l’autre source primaire.

Le corps éthérique n’est en réalité rien d’autre que de l’énergie.

Il est composé de myriades de fils de force ou minces courants d’énergie, maintenus en relation avec les corps affectif et mental et avec l’âme par leur effet de coordination. Les courants d’énergie, à leur tour, ont un effet sur le corps physique et le mettent en activité d’une façon ou de l’autre, selon la nature et le pouvoir du type d’énergie qui domine le corps éthérique à tel moment particulier.

C’est donc par le corps éthérique que circule l’énergie émanant de quelque mental.

Pour l’humanité dans son ensemble, la réponse aux décrets du Mental Universel se fait inconsciemment ; à notre époque, ceci se complique par une responsivité croissante aux idées appelées parfois l’opinion publique de la masse de la mentalité humaine en rapide évolution.

Dans la famille humaine, on trouve aussi ceux qui répondent à ce groupe intérieur de Penseurs qui, travaillant par la matière mentale, contrôlent, du côté subjectif de la vie, l’émergence du grand plan et la manifestation du dessein divin. Ce groupe de Penseurs comprend sept divisions et est sous la présidence de trois grandes Vies ou Entités superconscientes. Ce sont, le Manu, le Christ et le Mahachohan. Ces trois Entités travaillent en premier lieu par la méthode qui consiste à influencer le mental des adeptes et des
initiés. Ceux-ci, à leur tour, influencent les disciples dans le monde, et ces disciples, chacun à leur place et selon leur responsabilité, dressent leur conception du plan, et cherchent à lui donner l’expression la plus étendue possible. Il s’agit donc, ainsi que vous pouvez vous le représenter, d’un processus de réduction du taux des vibrations, jusqu’à ce qu’elles soient assez grossières pour affecter la matière du plan physique et rendre ainsi possible la manifestation d’effets organisés sur le plan physique.

Jusqu’à présent, ces disciples ont jusqu’ici travaillé seuls, sauf lorsque des rapports karmiques leur permettaient de se connaître, et l’intercommunication télépathique est restée l’apanage de la Hiérarchie des adeptes et des initiés, que ceux-ci soient en incarnation ou désincarnés, et a servi à Leur travail individuel avec Leurs disciples.

Cependant on estime qu’il est maintenant possible d’établir une condition analogue et une relation télépathique entre les disciples sur le plan physique.

Peu importe où ils se trouvent, les membres de ce groupe de mystiques et de connaisseurs finiront par découvrir la possibilité de communiquer les uns avec les autres et le font déjà fréquemment dès à présent.

Ainsi, une idée mystique fondamentale ou quelque révélation nouvelle est tout à coup reconnue par plusieurs individus et trouve simultanément expression par de nombreux mentals.

Aucune de ces personnes ne peut revendiquer un droit individuel au principe ou à la vérité énoncée. Plusieurs esprits l’ont enregistré. Il est généralement admis que ces personnes ont puisé dans les courants de pensée intérieure, ou qu’elles ont répondu à l’action du Mental Universel.

Littéralement et techniquement, il n’en est pas ainsi. C’est l’un des membres de la Hiérarchie planétaire qui puise dans le Mental Universel selon l’inclination et l’équipement de son propre mental et selon les besoins immédiats pressentis par les adeptes à l’œuvre.

Il présente alors la nouvelle idée, la nouvelle découverte ou la nouvelle révélation au groupe des adeptes – ceci évidemment télépathiquement, mon frère – et lorsque celle-ci a été examinée par eux, Il la présente ensuite à Son groupe de disciples.

Parmi ces derniers Il recherchera celui qui répond le plus rapidement et le plus intelligemment et qui, grâce à sa clarté de pensée et le pouvoir de ses formes-pensées formulées, sera capable d’influencer d’autres mentals. Ces derniers saisissent le concept qu’ils considèrent comme leur et le convertissent en manifestation extérieure. Chacun considère comme son
privilège spécial d’agir de la sorte, et, à cause de cette faculté de spécialisation et de sa responsabilité automatiquement engendrée, il projette là-dessus toute l’énergie dont il dispose, travaille et lutte pour ses formes-pensées.

Une illustration de ceci se trouve dans l’histoire de la Société des Nations.

Avant qu’Il n’assumât un travail spécial, le Maître Sérapis tenta de diffuser une certaine idée constructive pour l’aide à l’humanité. Il imagina une unité mondiale dans le domaine de la politique, susceptible d’œuvrer comme un lien intelligent entre les nations et de préserver la paix internationale. Il présenta cela aux adeptes en conclave et on estima que quelque chose devait être fait.

Le Maître Jésus entreprit de présenter l’idée à Son groupe de disciples alors qu’Il travaillait en occident. L’un de ces disciples sur les plans intérieurs s’empara de la suggestion et la transmis – ou plutôt la précipita – jusqu’à ce qu’elle fut enregistrée par le cerveau du colonel House. Celui-ci, inconscient de la source de cette idée – source qu’il ignorait d’ailleurs totalement – la transmit à son tour à cet aspirant du sixième rayon qui s’appelait Woodrow Wilson. Alors, nourrie par l’abondance des idées analogues se trouvant dans le mental de beaucoup d’individus, elle fut présentée au monde.

Il faut se souvenir que la fonction d’un disciple est de focaliser un courant d’énergie d’une espèce donnée sur le plan physique, où elle peut devenir un centre attractif de force et attirer à elle des types similaires d’idées et de courants de pensée qui ne sont pas assez forts pour vivre par eux-mêmes, ou pour produire un impact suffisamment fort sur la conscience humaine.

L’union fait la force. Telle est la seconde loi gouvernant la communication télépathique.

La première loi est :
1. Le pouvoir de communiquer réside dans la propre nature de la substance elle-même. Il demeure potentiellement dans l’éther, et la signification de « télépathie » doit être recherchée dans le mot : omniprésence.

La seconde loi est :
2. L’interaction de plusieurs mentals produit une unité de pensée suffisamment puissante pour être reconnue par le cerveau.

Nous avons ici une loi gouvernant l’activité subjective, et une autre loi gouvernant la manifestation objective.

Exprimons ces lois de la façon la plus simple possible. Lorsque chaque membre du groupe peut fonctionner dans sa conscience mentale, non troublée par le cerveau, ni par la nature émotionnelle, il découvre l’universalité du principe mental, qui est la première expression exotérique de la conscience de l’âme. Il pénétrera alors dans le monde des idées, devenant conscient de celles-ci au moyen du mental, qui fonctionne comme plaque réceptrice sensitive. Il cherchera alors à découvrir ceux qui répondent au même genre d’idées, qui réagissent à la même impulsion mentale et en même temps que lui. S’unissant à eux, il se rend compte qu’il est lui même en rapport avec eux.

La compréhension de la première loi produit des résultats dans le mental, ou le corps mental. La compréhension de la deuxième loi produit des résultats dans une station de réception inférieure, le cerveau. Ceci est possible grâce au renforcement de la propre réaction mentale d’un homme par la réaction mentale des autres, similairement réceptifs.

On comprendra par là que ce procédé de communication, gouverné par ces deux lois, a toujours été en action parmi les adeptes, les initiés et les plus anciens disciples qui sont dans un corps physique. Maintenant, la mise en action de ce procédé doit être étendue et fortement développée par le groupe naissant de mystiques et de serviteurs mondiaux qui constitue embryonnairement le Sauveur mondial.

Seulement ceux qui connaissent quelque peu la signification de la concentration et de la méditation, et peuvent maintenir le mental fermement dans la lumière, seront capables de comprendre la première loi et de saisir cette interaction d’énergies dirigées par la pensée. Celle-ci trouve un point terminal d’expression dans le mental de quelque Penseur inspiré et l’autre dans le mental du serviteur mondial attentif cherchant à se mettre à l’unisson de ces processus mentaux qui détiennent la clef de l’ultime salut du monde.

L’énergie dirigée par la pensée a comme source un Penseur capable d’entrer dans le Mental divin, du fait qu’il a transcendé la limitation humaine ; le récepteur de la pensée dirigée est l’homme qui, selon l’expression exotérique, a réussi à aligner son cerveau, son mental et son âme.

C’est l’omniprésence, qui est une loi de la nature basée sur le fait que les corps éthériques de toutes les formes constituent le corps éthérique du monde, qui rend possible l’omniscience.

Le corps éthérique du Logos planétaire est mis en activité par Sa volonté dirigée ; l’énergie est le résultat de Sa forme-pensée agissant dans et à travers Son corps d’énergie. Cette forme-pensée incorpore et exprime Son dessein mondial. Toutes les formes de vie subhumaines, et les formes humaines jusqu’au stade de l’homme avancé sont gouvernées par la pensée divine par l’intermédiaire de leurs corps d’énergie, lesquels sont une part intégrante du tout. Elles réagissent pourtant inconsciemment et inintelligemment.

L’humanité avancée, les mystiques et les connaisseurs deviennent de plus en plus conscients du mental qui dirige le processus évolutif.

Lorsque cette conscience sera cultivée et que le mental individuel sera amené consciemment en contact avec le mental de Dieu tel qu’il s’exprime à travers le mental illuminé de la Hiérarchie des adeptes, nous verrons la croissance régulière de l’omniscience.

Ceci constitue l’histoire entière de l’interaction télépathique, dans le sens véritable, et figure la croissance de cette oligarchie d’âmes élues qui gouvernera finalement le monde, qui sera choisie pour gouverner ainsi et qui sera reconnue par la masse comme éligible pour cette haute fonction, grâce à la coordination qu’elle aura établie entre :

1. Le mental universel,
2. Ses mentals individuels illuminés par la conscience de l’âme.
3. Le cerveau réagissant au mental individuel et
4. Le groupe de ceux dont le mental et le cerveau sont accordés
similairement et télépathiquement reliés.

En ce qui concerne les disciples et les aspirants disciples, il est présumé que leur mental est quelque peu à l’unisson avec l’âme, et qu’ils sont alignés de telle sorte que l’âme, le mental et le cerveau soient coordonnés et commencent à fonctionner comme une unité. Ceci est du ressort de la responsabilité individuelle.

Mais à présent commence la tâche d’apprendre à être responsif au groupe, de trouver et de contacter ces mentals qui sont animés par des courants de pensée similaires.

Ceci doit être cultivé. Comment, mon frère, accomplir ceci ? Considérons les différents genres de travail télépathique.

L’être humain non développé et non pensant, l’homme ou la femme non mentaux, peuvent être et sont souvent télépathiques, mais le centre au moyen duquel ils travaillent est le plexus solaire. La communication se fait donc d’un plexus solaire à l’autre. Il s’agit de télépathie instinctive qui concerne toujours le sentiment. Elle implique invariablement des vibrations émanant du plexus solaire, lequel dans le cas du monde animal, fonctionne habituellement comme cerveau instinctif. Ce genre de communication télépathique est spécifiquement une caractéristique du corps animal de l’homme, et l’une des meilleures illustrations de ce genre de rapport télépathique est celui qui existe entre la mère et son enfant. C’est aussi ce mode de télépathie qui se présente surtout dans une séance spiritiste ordinaire. Là le médium établit tout à fait inconsciemment un rapport télépathique avec les personnes du cercle. Leurs sentiments, tracas, chagrins et désirs deviennent apparents et forment une partie des révélations. Les assistants et le médium fonctionnent au moyen du même centre.

Avec un médium de cette classe et dans ce genre de séance, l’homme ou la femme hautement intelligents et mentalement polarisés n’apprendront rien et ne recevront probablement pas de messages, sauf truqués. C’est pourquoi lorsque la chose est soumise à l’investigation scientifique par des mentals entraînés, ce sont les phénomènes physiques qui prédominent, et non les formes plus subtiles de psychisme. Là où ont été impliquées les formes plus subtiles de perception super ou extrasensorielle, les sujets étaient soit adolescents, soit au début de leur vingtaine d’années et avaient été d’abord et correctement focalisés dans le corps émotionnel et sensitif. Ceci est vrai, même s’ils sont hautement intellectuels.

Cette forme de communication télépathique est donc de deux sortes et
implique toujours le plexus solaire :

1. Ce sera de plexus solaire à plexus solaire entre deux personnes ordinairement affectives, gouvernées par le désir et centrées surtout dans le corps astral et le corps animal.

2. Ce sera entre le plexus solaire d’une personne et une autre de type élevé, dont le centre du plexus solaire fonctionne activement aussi, mais dont le centre de la gorge est également éveillé. Ce type de personnes enregistre en deux endroits – à condition que la pensée ressentie et émise par le plexus solaire de la première contienne quelque substance ou énergie mentale. Des émanations de pur sentiment ou entièrement affectives entre individus ne nécessitent qu’un contact de plexus solaire.

Plus tard, lorsqu’un travail télépathique de groupe sera entrepris, et concernera les centres de transmission, dans lesquels des sentiments élevés et consacrés, de la dévotion, de l’aspiration et de l’amour seront impliqués, et où les groupes travailleront avec l’amour pur, la communication se fera de cœur à cœur, et d’un cœur de groupe à un autre cœur de groupe. Cette expression si souvent employée : « un entretien de cœur à cœur », est ordinairement aujourd’hui une fausse appellation, mais elle deviendra véritable un jour. A présent c’est habituellement une conversation entre plexus solaires.

La seconde forme de travail télépathique est celle de mental à mental, et c’est de cette forme de communication que s’occupe actuellement la plus haute investigation.

Seuls sont impliqués des types mentaux, et plus l’émotion, le sentiment et le fort désir peuvent être éliminés, plus le travail accompli sera précis.

Le désir intense d’arriver au succès dans le travail télépathique et la crainte de ne pas réussir sont les plus sûrs moyens d’entraver un effort fructueux.

Dans tout travail de ce genre, une attitude de non attachement et un esprit d’insouciance sont d’une grande aide. Les expérimentateurs dans ce domaine doivent donner plus de temps et de réflexion à la connaissance des genres de force. Ils doivent se rendre compte que l’émotion, le désir de quelque chose de la part de l’agent récepteur, créent des courants d’énergie émanante qui contrarient ou repoussent ce qui voudrait prendre contact, tel que la pensée dirigée de quelqu’un cherchant le rapport.

Lorsque ces courants sont suffisamment intenses, ils agissent comme un boomerang et retournent au centre émanateur, y étant attirés par le pouvoir de vibration qui les a envoyés.
C’est dans cette idée que se trouve cachée la cause de :

a. L’échec de l’agent émetteur ou transmetteur. Le désir intense de produire une impression satisfaisante attirera la pensée émise de nouveau en arrière vers le transmetteur.

b. L’échec de l’agent récepteur, dont le propre désir de réussir émet un tel flot d’énergie sortante, que le courant d’énergie arrivante est encontré, bloqué et renvoyé vers l’endroit d’où il vient ; ou, si le récepteur se rend compte de cela et essaie de refouler la marée de
son désir, il ne réussit fréquemment qu’à s’entourer d’un mur de désir inhibé, à travers lequel plus rien ne peut pénétrer.

Extrait de : LA TELEPATHIE ET LE CORPS ETHERIQUE par ALICE A. BAILEY. 1 – LE CHAMP D’INTERACTION TELEPATHIQUE

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email