L’humanité chemine dans l’obscurité de l’inconscience, provoquant sans cesse sa souffrance intérieure ainsi que celle des autres, se perdant dans le labyrinthe infini, car il lui manque le Fil d’Ariane menant à l’âme dont elle est déconnectée.

La réunification avec l’âme nous permet de devenir conscients, de sorte que nous soyons en mesure de cesser de tourner en rond dans le labyrinthe sans issue de nos rêves et de nos cauchemars.

Alors nous devenons éveillés, devenant à la fois celui qui agit et celui qui voit. Ceci nous permet de contempler tous les mondes parallèles que construisent nos esprits et dans lesquels nous évoluons en toute inconscience, prenant chacun de nos rêves pour la réalité; mais une dure réalité car elle ne peut être autrement lorsque nous sommes inconscients, agissant sans notion de conscience véritable, secoués par des remous auxquels nous tentons d’échapper en inventant des rêves dans nos rêves afin de devenir de simples spectateurs.

Nous réagissons en nous divertissant ou en nous perdant d’une façon ou d’une autre un peu plus dans le labyrinthe, car il devient à chaque fois plus complexe et plus réel.

Alors, nous nous sentons seuls, séparés de l’amour que seule peut donner une conscience véritable, et nous cherchons l’âme sœur mais nous ne pensons pas à chercher notre âme d’abord. Nous perdons le fil de nos pensées, car celles-ci provoquent un bruit assourdissant, comme des écouteurs que nous aurions collé à notre cerveau afin de nous distraire ou de nous extraire de la partie de nous qui demeure dans tous nos mondes à la fois. Notre peur la plus grande, même si elle est inconsciente, est sans doute la peur de l’éveil.

Nous sommes poursuivis par l’obscurité de notre inconscience, que nous nommons le Mal, et ce Minotaure qui nous terrifie nous pousse dans un Dédale que nous créons au fur et à mesure; devenant les architectes de ces espaces et de ces temps qui ont la faculté de nous distraire, mais aussi de nous faire chuter encore plus loin de nos âmes qui demeurent dans la sphère des immortels voulant connaître la mortalité.

Nous tissons notre toile jusqu’à ce qu’elle s’étende dans l’espace, mais savons-nous que nous nous trouvons non seulement à l’intérieur mais aussi à l’extérieur de celle-ci?

Si tel est le cas, nous cherchons le fil conducteur, mais il s’agit plutôt de chercher le conducteur.

Le tisseur de rêves se tapit dans nos esprits et le dénicher signifie cesser de fuir nos ombres afin d’examiner les méandres de nos esprits, cesser d’agir afin de retrouver celle qui regarde mais qui n’est pas celle qui agit – celle qui n’est pas le Je mais la somme de tous les Je, celle que l’on peut décrire par tout ce que l’on voit mais qui n’est pas tout ce que l’on voit, celle qui est l’architecte de nos rêves mais aussi qui a le pouvoir de détruire nos illusions; celle que l’on nomme Maya, le tisseur de toiles perverses mais qui est aussi l’esprit vierge de toute perversion; celle qui nous appelle mais que nous oublions, celle qui réside dans la mer de Vie alors que, mortels, nous voguons sur la planète bleue.

Ce sont les liens d’amour avec notre âme immortelle qui nous permettront de retrouver le Fil d’Ariane qui nous mènera hors du labyrinthe des paradis artificiels.

Lorsque nous serons enfin complets, nous nous sentirons pousser des ailes car nous serons libres, mais gare à celui qui souhaitera, comme Icare, voler aussi haut que la source de toute Lumière, se prenant pour un Dieu, car il aura tôt fait de se brûler les ailes et de chuter à nouveau dans le labyrinthe du temps et de l’espace extensibles à l’infini.

De même, comme Arachné – qui voulut tisser une toile plus belle que celle de la Déesse et qui fut transformée en simple araignée dont la vie tenait à un fil par un châtiment offrant la vie mais aussi la mort – voici le sort de tout mortel perdu dans le labyrinthe de l’esprit : « Vis, malheureuse ! vis : mais néanmoins sois toujours suspendue. N’espère pas que ton sort puisse changer. Tu transmettras d’âge en âge ton châtiment à la postérité. »

La perle offerte par la mer de la Vie Éternelle se trouve à l’intérieur de chacun et ce trésor est plus grand que tous les royaumes.

Si nous la trouvons, toute la souffrance provoquée par l’ensemble de nos cauchemars ne nous affectera pas plus que les films catastrophe en 3D qui nous aurons causé des palpitations. Car l’éveil, provoqué par la réunification avec son âme, sera aussi surprenant et merveilleux qu’une source inépuisable de bonheur.

Il n’y aura plus de riches et de pauvres, plus de dominants et de dominés, plus de naissance et de mort, comme tout ceci appartient au labyrinthe dont nous posséderons désormais le Fil d’Ariane.

Auteur anonyme

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email