Par Patrick Onnis

Le petit exposé que je me propose de partager avec vous s’inscrit dans le cadre d’une conférence de deux jours ayant pour thème :
« Nouvelle civilisation, sommes-nous prêts ? ».

Un nombre croissant d’hommes prennent aujourd’hui conscience que l’abondance matérielle seule ne mène pas au bonheur (c’est-à-dire à un état de complète satisfaction et de plénitude) et de plus en plus de personnes recherchent un certain épanouissement sur le plan psychique ou émotionnel. De nombreux stages sont organisés dans ce but et toute une littérature est consacrée à ce sujet. Ce site en est la preuve.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, et comprendre pourquoi nous sommes arrivés à l’époque où nous nous devons d’établir un monde d’amour et d’harmonie, sans antagonisme, je vous propose d’approfondir certains points.

Etablir un MONDE D’AMOUR ET D’HARMONIE SANS ANTAGONISME.

C’est donc le sujet de cet article

kotodamaDans la tradition du Shintô qui est la religion originelle du Japon et qui signifie « la Voie des Dieux » on trouve la notion de « kotodama ».

Kotodama signifie « mot-âme ».

Selon cette tradition, en des temps très anciens, le « kotodama » était le principe universel employé par l’homme pour communiquer. En ces temps très reculés, tous les hommes parlaient la même langue.

On retrouve cette notion dans la Bible, avant l’épisode de la tour de Babel, en ces termes :

« Tout le monde se servait d’une seule langue et des mêmes mots« .

Le principe du « kotodama » a été perfectionné en des temps immémoriaux et nos lointains ancêtres saisissaient la réalité de l’univers entier sous la forme de rythmes sonores.

KOTODAMA.2Un des syllabaires utilisé au Japon s’appelle « katakana » qui signifie :

« Formes qui représentent les noms des dieux ».

Il est agencé dans un tableau de phonèmes composé de dix colonnes, allant de droite à gauche, et de cinq rangées.

Chaque son exprime les fonctions exercées par une divinité, appelée « kami ». En langage moderne, on peut parler d’ondes vibratoires différentes ou encore d’énergie.

Par exemple, le son « a » exerce douze fonctions différentes.

Ces fonctions sont appelées « kotodama » qui signifie donc : puissance du verbe, puissance de la parole.
On peut également parler du pouvoir magique du Verbe.

Ainsi, l’écriture, loin d’être un simple système de signes, était avant tout un message émanant des divinités, un moyen de communication entre les divinités et les hommes. Il n’y avait pas de différence entre l’écriture et la prière.

Dans l’Evangile selon Jean 1-1, il est dit :
« Au commencement était le verbe ».

En d’autres termes : au commencement était le « kotodama ».

Lorsque la force créatrice émet un souhait, celui-ci se transforme en vibrations (« kotodama ») qui traversent toutes les dimensions pour finir par se matérialiser dans la 3ème dimension.

C’est pour cette raison que les « formules magiques » ou « mantras » selon les traditions sont toutes basées sur la puissance magique du verbe, le « kotodama ».

Pour pouvoir établir une communication spirituelle avec le monde invisible, il est nécessaire d’utiliser la puissance spirituelle du verbe.

kotodama 3Dans le tableau ci-dessus, la ligne du haut représente les sons écris dans la langue originelle et dans la ligne du bas sont représentés les sons hébreux. Ils sont très ressemblants.

Vers l’an – 2950 avant. J.C, l’humanité s’est « coupée » définitivement et pour un certain temps de sa source afin de se consacrer entièrement au développement de la civilisation matérialiste.

C’est le peuple juif qui a reçu la mission de développer cette civilisation.

C’est la raison pour laquelle il a reçu le titre de « peuple élu ». Il a donc été choisi en tant que peuple élu pour un certain temps afin de mener à bien cette tâche.

Les traces du « kotodama » et des principes universels ont alors été disséminées dans toutes les mythologies, les religions et les philosophies, à travers le monde. On peut en trouver également des traces dans les diverses langues et dialectes à travers le monde.

Depuis près de trois millénaires, les hommes ont travaillé avec ardeur pour le perfectionnement d’une civilisation que l’on peut baptiser : « la civilisation de l’expérience sans conscience ».

Ainsi l’humanité s’est progressivement orienter vers l’expérimentation de la matière, et les guides spirituels de ces époques comprirent que ce processus était nécessaire et inéluctable pour l’évolution des hommes.

Moïse, Bouddha, Jésus, Mahomet et de nombreux hommes sacrés ont eu connaissance du déroulement de la volonté de la force créatrice et de son projet concernant la planète Terre. Ils ont fait en sorte de guider spirituellement les hommes sans leur révéler toute la vérité.

C’est la raison pour laquelle les grandes religions et courants spirituels comportent des aspects mystérieux qui ont conduits à des interprétations souvent erronées et à la naissance de différents courants, en fonction de ces interprétations.

Dans l’Evangile de Jean (16 – 12), Jésus dit :
« J’aurais encore bien des choses à vous dire, mais vous ne pourriez pas les porter présentement … »

Ces messagers comprirent également que l’évolution des hommes et leur maturité serait considérablement retardée si le principe du « kotodama » restait en vigueur.
L’homme devait expérimenter totalement la matière et l’incarnation.

Cette occultation est représentée dans la Bible par l’épisode de la Tour de Babel, épisode au cours duquel, l’homme, bien qu’ayant commencé à expérimenter la matière, ne peut se résoudre à renoncer au spirituel, et continue à chercher à s’élever vers cette dimension.

Cependant le « kotodama » a été précieusement conservé depuis des temps immémoriaux au sein de familles japonaises très anciennes.

Il est aujourd’hui enseigné par quelques maîtres ayant reçu une transmission orale de ce principe.

Nous sommes arrivés, à présent, à l’époque où notre civilisation, ayant expérimenté le temporel va pouvoir de nouveau percevoir de plus en plus clairement le sens de la vraie vie et retrouver sa véritable source.

La civilisation matérialiste actuelle a progressé jusqu’à atteindre un niveau satisfaisant.

Paradoxalement, il demeure un grand vide chez les hommes civilisés d’aujourd’hui et l’humanité ne place plus toute sa confiance dans la politique, la science, la médecine et les paroles des experts.

De plus en plus d’individus émettent des doutes quant à la toute-puissance de la science, de l’économie, de la politique, de la religion et de la technologie.

kamiyangyinJésus a enseigné la prière « Le Notre Père ». Celle-ci est très profonde.

Cependant on devrait utiliser le titre de « Dieu Père-Mère » ou « Dieu Parent ».

En effet en utilisant le « kotodama », on constate que « KAMI » qui signifie « DIEU » dans la religion shintoïste comporte deux éléments :

KA qui signifie FEU – symbolisé par le chiffre 5 et le SOLEIL

MI qui signifie EAU – symbolisé par le chiffre 6 et la LUNE

Dans la Genèse de l’Ancien Testament (1 – 27), il est précisé que Dieu a fait l’homme à son image. C’est la raison pour laquelle il a créé l’homme (force YANG) et la femme (force YIN).

ka mi 2D’autre part, toujours selon le « kotodama », la puissance mystérieuse du verbe nous enseigne que :

Le son KA a la même puissance spirituelle que le son A.

Le son MI a la même puissance spirituelle que le son ME.

ka mi 3Ainsi les noms de Dieu dans les différentes religions font état de ces deux éléments :

KA MI dans la religion shintoïste
A MI N dans la religion musulmane
A MI DA dans la religion bouddhiste
A ME N dans la religion chrétienne

Dans la Bible (Issaï 65 – 16), on parle du Dieu-Amen, c’est-à-dire le Dieu sur lequel on peut s’appuyer en toute sécurité. Le Dieu à jamais fidèle.

Jésus a lui-même employé l’expression : « Amen, Amen, je vous le dis ».

Dans l’Apocalypse (3 – 14), Amen est le nom que l’on donne à Jésus. Il est dit : « Ainsi parle l’Amen, le témoin fidèle et véritable… »

ka mi 4Ainsi KAMI, la force créatrice possède deux aspects complémentaires et opposés : le YANG et le YIN qui sont certes opposés mais qui en se croisant donne naissance à une troisième force. Nous y reviendrons plus tard.

Pour vous donner un exemple très simple, si l’on veut obtenir de la vinaigrette, on mélange deux ingrédients de nature totalement opposée : l’huile et le vinaigre.

A SUIVRE …

SOURCE : http://epanews.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email