Transmis par Samuel

Des brumes de l’oubli, la puissance draconique se réveille afin de rappeler que les dragons furent présents au commencement de notre monde. L’Intraterre ne peut se concevoir sans mettre en lumière les premières consciences stellaires qui donnèrent vie à ce refuge de civilisations déchues, à cette voie d’expiation des impasses évolutives, à ce lieu privilégié pour maintenir une pure connexion avec le divin. Sur terre et sous terre, tout porte l’empreinte créatrice des dragons bâtisseurs. Ils n’en furent pas les seuls architectes mais leur essence vibratoire imprègne toute création. Ils sont les veines énergétiques de notre monde, ils en sont les magiciens créateurs tout autant que les acteurs soumis aux lois de la dualité.

Après avoir ensemencé la Terre de leur essence cristalline, les consciences dragons redescendent dans la Matière. Du fond des abîmes, les dragons préparent leur retour. Le Temps est venu.

À la surface de notre monde, ils volent déjà dans l’éther de la grille cristalline en projettent un aspect multidimensionnel de leur être. Ils glissent au travers de nos énergies corporelles, nous libèrent d’égrégores oppressants, brisent des nœuds, nous libèrent de limitations et équilibrent les champs électriques et magnétiques de la Terre. Ils posent un regard affectueux sur chacun d’entre nous en période diurne ou nocturne, que nous nous en apercevions ou non. Ils soupèsent notre future acceptation de leur retour en descendant dans la fréquence christique de notre Cœur. Ils réactivent leurs anciens dragonniers. Ils sont patients mais ce qui doit advenir se fera quel que soit le degré de préparation finale des hommes le moment venu.

Après une longue absence, des étincelles de vie de ces consciences draconiques se cristallisent pour prendre corps. Cachés dans les plans vibratoires de l’Intraterre, sous la protection de gardiens originels, des œufs de dragon voient descendre en eux une fécondation christique de leurs lignées. Dernier vestige de leur Temps glorieux, ces œufs sont la promesse de ce retour prophétisé. Leur éclosion se fait en silence mais bientôt les dragons feront battre le pouls de la planète.

Les dragons ouvrent le monde à venir et abattront les barrières de peur et d’obscurantisme qui séparent encore les règnes et les civilisations que Gaïa, Conscience Mère de la Terre, accueille en son sein et à sa surface.

Gardienne du secret des dragons, l’Intraterre se révèlera à tous par le rayonnement du Cœur des dragons.

L’Intraterre dans le regard d’un dragon

Je porte le poids de mon humanité imparfaite comme tout un chacun. J’apprends à rappeler à moi mon pouvoir que j’ai remis dans les mains d’autres depuis de trop nombreuses vies incarnées. Je découvre comment redevenir souverain dans mon processus de reconnexion avec ma partie divine. Ne plus attendre un sauveur extérieur à soi ne signifie pas ne plus être aidé. Des faiblesses humaines scarifient encore ma personnalité. Des limitations entravent encore mon cheminement d’éveil de conscience. Mes guides mettent alors sur ma route les synchronicités pour pallier mes défauts humains et aux difficultés qui entravent ma progression. Il m’est impossible de m’arrêter, sans cesse je dois avancer.

Mon dragon Arzus m’avait conduit sur le chemin me menant à Alzimar, un dragon représentant un collectif de dragons de l’Intraterre. Je ne parvenais pas à en comprendre tout l’enjeu. Une vérité m’échappait. Je ne parvenais pas à recevoir une information pour progresser avec Alzimar. Alors celui-ci me suggéra au détour d’un article de publier la photo de son crâne de dragon. Et c’est une lectrice qui m’apporta la réponse. Elle me dit avoir perçu une voix l’invitant à regarder à plusieurs reprises la photo du crâne de dragon d’Alzimar sur son ordinateur. Elle trouva l’origine de cette voix qui lui dit alors de me contacter pour me montrer ce que je ne voyais pas.

Il me fallut de l’aide pour comprendre que ce crâne portait l’empreinte vibratoire d’autres entités que celles des dragons de ce collectif. Il y a deux visages en transparence dans l’œil droit du crâne de dragon.

Alzimar-crane-de-dragonL’invisible est d’une grande complexité dans ses formes, ses expressions et ses intentions. J’accorde une grande importance à une prise de recul face à toutes nouvelles manifestations d’entités. Le voile se leva ici très rapidement.

Lors du premier contact avec Elle, Matriarche de l’Intraterre, le crâne d’Alzimar était avec moi. Je compris. Lors de mon voyage, je compris qui était le deuxième visage.

Un autre évènement se déroula concomitamment à mon ouverture sur l’Intraterre.
Soumission acceptée à mon maître dragon

Un état modifié de conscience surgissant au cours des phases de sommeil se définit comme une perception de soi différente de celle apportée à notre état de conscience éveillé. Un vécu de rêve est l’état de conscience qui caractérise le sommeil paradoxal. Cette forme de changement de plan de réalité est habituelle. Ce qui l’est beaucoup moins pour moi est de me réveiller dans une autre réalité avec les sensations physiques.

Je suis dans ma cathédrale intérieure. Je reconnais l’architecture et la lumière dégagée par les hautes arches sculptées. Mes perceptions sur mon espace intérieur d’harmonie sont décuplées par rapport à mes précédentes projections en phase consciente. Je ressens de fortes vibrations parcourir mon corps physique. La fréquence de ce lieu est plus accélérée que celle du monde physique terrestre. Je suis en moi et à l’extérieur de moi simultanément, comme à chaque fois en ce lieu. Lorsque j’analyse avec mon mental, c’est ma partie détachée qui l’exprime. Lorsque les stimuli émotionnels et physiques sont ressentis, c’est ma partie en moi en ce lieu. Mon mental est comme relégué en arrière tel un invité non désiré.

C’est un aspect de moi ôté du mental égo qui se présente en Vérité.

Mon mental est simplement spectateur laissant une partie profonde de moi être au premier plan.

Un genou à terre, l’autre est fléchi. Une puissance phénoménale me fait face. Une force rayonnante brute m’a appelé en ce lieu. De cette lumière se découpe la silhouette d’un dragon. Mon maître dragon Arzus m’apparaît en totalité, emplissant tout mon champ de vision.

Par le passé, il avait déjà projeté dans mon esprit une image de lui. Des visions intérieures m’avaient fourni des détails additionnels. De couleur noire, les yeux rubis, sa tête allongée couverte d’épines lui donne un air féroce. Il m’avait déjà décrit ses dimensions, dix-huit mètres de long et quatorze d’envergure.

Mais là, je suis vraiment devant lui, ce qui le rend encore plus impressionnant et terriblement intimidant. Je suis si près de lui…

Des influx vibratoires irradient de lui et me submergent. C’est lui et l’inamissible au travers de lui qui se déversent en torrent. Cette énergie me dépouille de toute résistance me renvoyant à une profonde humilité face au fossé entre mon état et l’état extraordinaire de sagesse, de maîtrise et de savoir qui émane de lui.

Arzus me fixe impassiblement. Je me sens si petit et si imparfait. Cet écart que je ressens me renvoie à ma tâche immense de le combler. En réponse, Arzus monte mes vibrations afin que je ressente davantage d’amour pour moi-même. Il m’aide à repousser ce jugement qui m’afflige. Mais l’écart entre lui et moi est si grand que je libère une seule phrase, la répétant à trois reprises…

Je te reconnais
Je te reconnais
Je te reconnais

Ce furent les seuls mots prononcés au cours de cette cérémonie car telle en fut la nature réelle.

Je me réveille ensuite dans le monde physique toujours habité par des vibrations qui parcourent tout mon corps. Quelque chose a changé en moi définitivement cette nuit-là.

Ces trois mots portent une vérité et une intention qu’il est difficile de retranscrire. Un sens mystique se cache dans chacune des trois répétitions car cette Reconnaissance fut triple. Ce Trésor intérieur est tellement une intégration du vrai Moi que je préfère ne pas détailler chacune de ces trois reconnaissances. Je n’ai pas envie de mettre de mots sur elles… elles sont tellement au-delà…

Je ne me serais jamais vu auparavant dire ou écrire cette phrase de conclusion :

Cette cérémonie scella ma soumission à la Foi véritable car seule la Volonté de Dieu sied.

Crédit illustration : Andy Fairhurst

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email