Par l’Un, pour l’Un et à la Gloire de l’Un

Au commencement était le Verbe, une idée, un point dans le Grand Océan une intention sortie de nulle-part, une étincelle de Lumière pure qui en se divisant elle-même encore et encore crée son propre espace dans le grand Océan. Impulsé par le Verbe, l’espace s’organise en une structure qui se densifie de plus en plus jusqu’à devenir un espace quasiment clos, quasiment car une porte reste ouverte sur le grand Océan, cette porte est la seule sortie de cet espace.

Le Verbe impulse la création d’un corps à l’aide des particules de Lumière densifiées du départ, l’individu est né et avec lui la dualité. . l’individu commence à découvrir son environnement, le corps a des besoins physiologiques qui oblige la conscience qui l’habite à sortir de son état de béatitude afin de fournir les besoins du corps. L’instinct de survie est né. Plus le corps grandi et plus la concentration de la conscience se focalise de plus en plus dans le corps, jusqu’à en oublier la béatitude et la vacuité originelle, laissant ainsi la place au raisonnement, à la projection et aux désirs de la personnalité.

L’individu développe des comportements en réaction avec son environnement, qui par effet miroir lui renvoie des événements qui densifient encore plus sa focalisation. Cette interaction de l’individu avec son monde extérieur se poursuit jusqu’à ce que l’individu soit totalement familiarisé avec le fonctionnement de ce monde.

L’action succède à la réaction qui succède à l’action, entrant ainsi dans une danse de jeu de miroir ou l’individu totalement focalisé sur le scène qui se joue devant lui et réagissant avec elle, ne peut avoir conscience que de cette scène dont il est l’acteur principal. La focalisation est extrême alors, et la densité et l’enferment est à son comble jusqu’au point de rupture, un événement , un ras le bol de tourner en rond dans le jeu d’action/réaction


Il se produit alors un arrêt sur image ou l’individu commence à se poser des questions sur sa propre existence, sur sa propre essence, impulsant alors une intention co-créatrice de quête de se connaître .Cette nouvelle intention va générer dans sa bulle environnementale de nouveaux événements, de nouvelles rencontres, de nouveaux centres d’intérêt et sans qu’il s’en aperçoive vraiment, les événement vont s’accélérer de plus en plus vite, portant le jeu de miroir, non plus dans son bien-être environnemental, mais dans la découverte de ce qu’il Est intrinsèquement

Alors l’individu commence à désirer connaître son histoire et donc celle de l’humanité, il cherche par tous les moyens disponibles à agrandir son espace vital, et maintenant qu’il connaît parfaitement le visible, il va alors s’ouvrir à l’invisible, aux êtres ascensionnés, aux anges, aux Archanges, il apprend que les méchants de l’histoire sont des Archontes qui veulent poursuivre l’enfermement.

L’histoire s’ouvre dans un temps beaucoup plus long, et dans un espace beaucoup plus vaste ou les dimensions entrent en jeu avec leurs habitants, dont il est nécessaire de rentrer en contact. Tout ceci contribue à ce que la conscience soit vu est l’observateur devient le point focal de l’individu, il s’observe, voit comment il fonctionne de plus en plus avec cet environnement élargi.


Lorsqu’il est prêt, il advient de nouveau un arrêt sur image, le Silence et l’immobilité, la conscience se retourne et trouve la porte de sortie de cet espace enfermant, bien cachée dans le seul endroit que l’individu ne pouvait voir, dans son dos .

A partir de ce moment là, la conscience de l’individu fait des sauts d’un côté et l’autre du bocal, les tournicotas s’accélèrent de plus en plus, emmenant toujours plus de Lumière dans le corps et dans l’espace environnemental transmutant ce corps et la matière de plus en plus vite.

Dans le même temps, la tension vers la Liberté fait que l’ombre est plus présente, plus dense,plus voyante faisant un contraste de plus en plus grand entre l’éphémère et l’éternité. Mais l’individu, même en se connaissant Eternel est toujours tourné vers la matière, voyant l’ombre partout, tentant de dévoiler les complots, il lutte, voire il milite pour l’environnement, , pour la spiritualité, pour les animaux, l’humanitaire., il dénonce, participe à des groupes sans se rendre compte qu’il fait encore une séparation entre lui qui s’allège de ses émotions, de ses attachements, de son propre corps aussi, et le monde autour de lui, de plus en plus sombre, portant l’enfermement, le chaos, la violence à son paroxysme afin que l’effet miroir de la structure corps/:mental/ego l’impulse, dans le besoin de liberté de plus en plus important jusqu’à la tension extrême, jusqu’au dernier point de rupture, le dernier retournement, :l’immobilité définitive au cœur même de la danse du mouvement

Pendant cette période de militantisme, La Lumière a gagné du terrain dans son installation et la transmutation Alchimique, la conscience ne fait plus de tournicotas en dehors du bocal car la vacuité s’installe ici même dans ce corps jusqu’à ce que le point focal de l’individu se situe au cœur du cœur, en plein centre de sa poitrine et de ce point de vue là, il englobe la totalité des points de vue, du plus dense jusqu’à l’ultime ET de l’Ultime jusqu’au plus dense, dans une vacuité si transcendante qu’il en oublie l’ombre de l’histoire, car il comprend les rouages et le fonctionnement si simple de la Vie et de son retour inéluctable à son Essence Originelle.

Alors tout se fige, les désirs et les projections ont disparu, les besoins physiologiques sont en passe de disparaître, il n’y a plus de rébellion mais une acceptation totale de la Vie dans toute sa beauté, son Amour et sa perfection, l’instant de Grâce ou tout se calme, se pose, s’allège, sourit aussi et là le Feu du cœur entre véritablement en action, doucement tout d’abord, puis de plus en plus fort et souvent pour s’installer définitivement dans les foyers ouverts par la Lumière précédemment et transmutant également la totalité de la structure de projection


la Lumière a rendu l’individu totalement transparents et la conscience est totalement retournée en ce qu’Elle Est, sans identité, sans corps, sans besoins, ici même dans ce corps et ce monde. C’est la fin de l’expérimentation de la séparation et la fin également de l’espace miroir qui n’a plus lieu d’être car l’individu s’est fondu en la Source et le Verbe s’est fait chair. Le serment et la promesse s’est activé, programmé dés le départ dans l’espace individuel par le jeu de miroir duel, vécu dans ce corps dense, cette structure si parfaite du corps /mental/ego qui nous a permis de jouer à la séparation, avec la certitude de notre retour inéluctable et sans possibilité d’égarement ou de blessure.

Il ne reste plus qu’à finaliser la mise en transparence de la structure de projection par la non dualité faite chair, et le Verbe ainsi retrouvé dans son intention première, la réunification total de tous les points de Lumière dans le Feu de joie de la fusion alchimique qui fait disparaître la matière

Prologue de ST Jean

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était en Dieu au commencement. Il a tout fait et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans Lui. En Lui était la vie et la vie était la Lumière des hommes et la Lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont pas comprise. Il y eut un homme envoyé par Dieu, du nom de Jean. Il vint en témoin pour rendre témoignage à la Lumière afin que tous croient par lui. Il n’était pas la Lumière mais il vint rendre témoignage à la Lumière. Le Verbe était la vraie Lumière Qui éclaire tout homme venant en ce monde . Il était dans le monde et le monde s’est fait par Lui et le monde ne L’a pas connu. Il est venu chez les Siens et les Siens ne L’ont pas reçu. Mais tous ceux qui L’ont reçu, Il leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en Son Nom, qui ne sont pas nés du sang, de la volonté de la chair et de l’homme mais de Dieu. ET LE VERBE S’EST FAIT CHAIR et Il a habité parmi nous : et nous avons vu Sa gloire pleine de grâce et de vérité, qui est la gloire que le Fils Unique tient du Père. «

Mais cette finalisation ne se fait pas par un détournement de la matière, de la Vie et de l’éphémère, mais bien au contraire par l’individu devenu Lumière incarnée dans la matière permettant la transmutation alchimique totale et définitive de ce qui lui a permis de vivre l’expérimentation.

Il ne suffit pas de retrouver sa propre Éternité, cette Éternité retrouvée doit totalement imprégner la matière en la rendant de plus en plus transparente et de la préparer aux noces Alchimiques de la réunification des petits points de Lumière en la fusion par le Feu , faisant dissoudre la structure du corps/mental/ego dans ce qu’il a toujours été, un point minuscule dans le grand Océan qui s’était soudain allumé : tel est le Serment et la Promesse

Tel est le grille planète..

Lorsque que l’individu se dissout dans ce qu’il a toujours été, il emporte avec lui, tout ce qui lui a permis d’exister.

Il est question ici de l’individu, car l’individu porte en lui chaque autre individu et le monde créé dans sa globalité. L’Alchimie qui se déroule dans un individu se répercute sur tous les autres dans la même instantanéité, qu’ils en soient conscients ou non. Telle est la perfection de l’Amour qui nous gouverne.

SOURCE : http://www.lecollectifdelun.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email
Annonces