Message du Guérisseur Lestrys transmis par Aurélia LEDOUX

Je me tiens de nouveau devant vous. Je suis le guérisseur Lestrys, avec vous par la pensée en ce jour faste.

J’en étais resté à ce moment béni où j’avais pu faire connaissance avec la radieuse Célia, une alien de science très élevée, qui maîtrisait nombre d’opérations prodigieuses sur les patients.

Il était en ces centres de Lumière de la terre intérieure, bien des êtres en attente de guérison.

Célia avait eu la bonté de nous les faire visiter, à moi, ainsi qu’à mon petit Stency, afin d’assister aux soins. Nous avions pu voir Lokhaïl, de loin seulement, et sa métamorphose semblait en bonne voie.

Les êtres de la Terre intérieure étaient en train de ré harmoniser, de reconnecter tous ses circuits neuronaux, à son âme première, celle qui aurait du habiter la vie de cet enfant depuis le début.

Nous étions tous très soulagés de tels soins. Nous avions tous hâte de le revoir, évidemment.

Célia, qui était une alien allègre emplie d’énergie, nous proposa, le matin suivant, de retourner visiter ce centre extraordinaire, une fois de plus. Tous nos compagnons étaient d’accord.

J’acceptais, aussitôt, Stency, un peu tremblant, mais heureux également.

Pourrons-nous déambuler dans les jardins ? demanda t-il

Bien sûr, répondit Célia. Tu t’y sentiras très bien. Il se pourrait même que nous rencontrions nombre de compagnons, ajouta t-elle avec un rire léger qui s’élevait comme une mélodie

Elle cligna de ses yeux d’un bleu intense et je crois que je dus rester un moment sans voix, complètement subjugué par son teint bleu ciel magnifique. Tout son corps irradiait d’une énergie puissante.

Avant que je n’aie pu reprendre mes esprits, elle saisit ma main et nous entraîna, Stency et moi, en une course folle. Un couloir se dessina devant nous, avec au bout, un passage éblouissant.

Un instant plus tard, nous étions en une grotte très vaste au ras de la falaise. Le sol miroitant faisant penser à du carrelage vivant. Et devant nous s’élevaient d’étranges appareillages tous faits de cristal. Célia nous mena en un couloir. Là, dans une vaste pièce, des sages étaient assis en petits cercles de méditation et de prière. Ils portaient de longues robes orangées, roses, ou pourpres, comme les moines en Asie orientale. Ces sages avaient d’ailleurs des traits asiatiques. Ils étaient semblables aux humains de la surface, mais avec en plus dans leur regard, une immense joie, une paix souriante que peu de mots pourraient transcrire. Une beauté sans nom se dégageait de tels visages, empreints d’une immense bienveillance. Tantôt les cercles étaient composés d’hommes ou de femmes, tantôt, ils étaient mixtes, les hommes et les femmes alternant en nombre égal.

Devant eux, des fenêtres s’ouvraient révélant des scènes de la surface. Notamment des guerres, des lieux radioactifs, ou des phénomènes de pollution à grande échelle. Il n’y avait pas de sons.

Les passeurs travaillaient en étroite harmonie avec ces êtres, tous connectés qu’ils étaient directement par l’esprit.

Les passeurs étaient chargés de faire transiter les troupeaux d’animaux en danger, lors des incendies par exemple, ou des inondations. Les animaux se regroupaient en des points de convergences et les êtres échangeaient avec eux directement par l’esprit pour les mener vers les régions sûres de la Terre intérieure. Les Passeurs agissaient de même sur toutes les eaux de la Terre, déversant les eaux impures en des circuits d’épuration, menant à des recycleurs, et amenant les eaux pures vers les cités. Il était beaucoup de travail, me dit Célia, car les hommes de la surface ne prenaient pas soin de leurs eaux, où elles allaient, ce qu’elles devenaient ensuite, ils l’ignoraient ou ne voulaient pas trop le savoir.

Il était de même des hommes habiles à nettoyer l’eau en ces contrées, mais par ignorance ou par volonté de réduire la population de la surface, cela n’était point effectué, la corruption politique étant un facteur majeur dans ces décisions à sens unique.

Un homme méditait, seul, devant une image représentant un réacteur nucléaire en piteux état, placé au fond de l’eau. Il nous fit signe de venir le rejoindre. Nous nous sommes assis, un peu ébranlés. Le réacteur alors, était derrière nous, et malgré la distance, nous sentions la marée menaçante de cet objet bouillonnant. La fenêtre devait faire trois à quatre mètres de haut, nous ne pouvions voir alors qu’une partie de la cuve luisant de cet éclat bleu vif caractéristique.

Nous avons fixé l’homme qui nous faisait face, et le calme est aussitôt revenu en nous. Son visage était extraordinaire, sans âge, ses yeux étaient presque blancs, pourtant, il voyait parfaitement. Ses traits étaient ceux d’un Chinois jeune, mais portant des cheveux blancs artistiquement coiffés. Il souriait avec une infinie bonté, et cela réchauffa notre cœur.

Pourquoi êtes vous si chagrins mes amis ? nous demanda t-il

Nous voyons bien tous les efforts immenses que vous accomplissez pour protéger ce monde meurtri et il nous apparaît si … menacé par de telles inventions transgressives… répondis-je, Stency caché à moitié derrière mon bras

En effet, fit le sage, il l’est bien et nos efforts doivent être constants. Mais il ne faut pas vous alarmer chers amis, l’omniscience qui caractérise notre degré d’illumination nous permet de détecter tout nœud énergétique nuisible à la vie. Nous travaillons en étroite collaboration avec des forces immensément puissantes. Ce sont elles qui viennent à bout de ces éléments polluants. N’oubliez pas que la lumière et l’amour sont nos alliés. Dès lors, vous ne devez pas être assaillis par la peur, car tout ce qui s’en vient est parfait et doit être accompli.

Il est parfait que des cœurs de matière fissile se retrouvent dans l’océan ?

En effet, fit le sage, il existe une volonté délibérée de nuire à cette planète et à ses habitants qui se tient au niveau de son pouvoir politique, industriel, chimique, pourrions-nous dire… La chimie est utilisée à de mauvaises fins, celles de faire baisser la population sciemment en y introduisant de plus en plus de maladies. Mais cela ne fonctionne pas. Pas autant qu’ils espèrent. L’aide que nous apportons aux gens de la surface est infinie, et graduelle. Alors, tant que les êtres sont protégés, tant qu’ils se sentent en sécurité, rien ne peut les atteindre. Cela est notre rôle de veiller sur eux, et cette aide ne cessera pas. Nous sommes nous, à notre niveau, au service du plus grand Bien.

Que fait cette chose, en ce lieu ? interrogeais-je complètement abasourdi

Un cœur nucléaire en fin de vie… Il a été placé là, plus ou moins volontairement pour éviter de contaminer les eaux vives. Ce cœur est issu d’un sous-marin endommagé. Les métalloïdes qu’il contient sont de bonne qualité et suffisamment résistants pour être extraits sans risque de rupture. Ils ont été inertés, donc le plus gros de la radioactivité a disparu. Voyez, les poissons s’en approchent à présent, ils sont intrigués par cette lumière bleue. Nous avons placé ici des espèces animales qui aiment la radioactivité. Il s’agit d’une énergie, qui, à faibles doses est bénéfique à la vie. Le cœur sera progressivement rongé par les ans et toute sa structure se transformera en sable chargé d’une énergie positive. Nous avons déjà agi de même en d’autres sites, et sur d’autres mondes.

Votre action est prodigieuse, soyez en remercié, fis-je aussitôt

Il existe beaucoup de peuples qui ont apporté leur aide pour dépolluer cette zone, cela aussi les gouvernements de la surface de la Terre l’ont oublié, ils n’ont surtout rien dit aux habitants de leur incapacité à maîtriser cette technologie. Tout le monde veut du courant électrique, mais bien peu de Terriens aimeraient avoir une centrale nucléaire en leur cuisine ! ajoute t-il en riant. Ils préfèrent les panneaux solaires !

Oui, il en est bien ainsi, répond Célia. Les nôtres ont banni ces inventions transgressives depuis des millénaires. Même à bord des vaisseaux les plus puissants on ne trouve que des cuves à hydrogène. La réaction est sévèrement contrôlée et le moindre ion d’hydrogène lourd est aussitôt aspiré. Les ingénieurs qui ont mis au point ces inventions ont veillé à ce qu’elles respectent la vie. La vie de l’espace, mais aussi la nôtre. Les êtres de Lumière ont perfectionné le voyage spatial au point que de tels réacteurs ont été remplacés par des dispositifs qui fonctionnent à l’énergie libre.

Vous m’en voyez ravi mes amis. Nous recevons souvent des êtres de lumière. Je suis le gardien Mistratis, c’est moi qui surveille cette zone et d’autres également. Je m’occupe aussi de soigner des enfants. Votre petit va bien, assure t-il.

Nous avons remercié notre nouvel ami et nous sommes levés. Le petit Stency semblait avoir été touché par la grâce, il observait autour de lui avec curiosité, moins craintif que d’ordinaire. Nous sommes sortis de la vaste grotte, passant devant une superbe chute d’eau irisée qui jaillissait de la paroi. C’était un spectacle à couper le souffle, car ce lieu était entouré d’un foisonnement de plantes inconnues, de plantes grasses, de mousses colorées et de tapis d’herbes variées en pleine santé.

Nous avons bu de cette eau qui jaillissait d’un rocher et avons continué de marcher sur un petit sentier qui menait à des chambres de repos et au jardin. Célia est entrée avec grâce dans le superbe bâtiment blanc bleuté, aux formes arrondies. L’intérieur était un temple de verdure, lui aussi. Dans de petites chambres très lumineuses des enfants dormaient, prenant le soleil. Lokhaïl était là, étendu dans un lit à sa taille paré de lumières. Son teint était magnifique et tout argenté. Les soigneurs avaient pris soin de lui apporter ses livres favoris pour son réveil.

Il se réveillera d’ici environ deux à trois semaines, expliqua Célia. C’est un processus assez long, ses pensées doivent venir se réinscrire en son nouveau cerveau. Souvenez vous, tout son être a été dissout par la radiance. Il est assez long de ré-encoder le cerveau d’un enfant si exceptionnel.

Comment arrivez vous à le faire boire ?

Il ne boit pas, répondit la sage alien, c’est cette lumière et tous ces cristaux qui lui permettent d’être réénergisé. Les soigneurs viennent vérifier qu’il respire bien et que son cerveau se développe comme il convient.

Je ne répondis rien, et je dus essuyer une larme de mes yeux. Le petit alien endormi dans ce cocon de lumière avait l’air dénué de toute vie. Mais sa peau brillait doucement d’un éclat argenté. Il y avait donc de l’espoir.

Célia prit nos mains, à Stency et à moi et nous mena dans les jardins. Elle essuya les larmes de Stency avec bonté et le berça près d’elle. Le petit alien apaisé par la radiance de ce lieu s’endormit sur l’herbe. Célia prit ma main dans la sienne et je fus aussitôt irradié de son énergie grisante. Quel tourbillon ! Elle était si habile télépathe, qu’elle me partagea par l’esprit ses voyages à bord de grandes arches de Lumière. Empli d’amour, d’une félicité immense, je passais là un moment des plus exceptionnels, l’un des plus heureux qu’il m’ait été donné de vivre.

J’ai été ravi, chers amis de la Terre bleue de délivrer ce message,

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence à notre blog : http://www.unepetitelumierepourchacun.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email