Transmis par Samuel

Avant la venue des hommes, les ombres majestueuses des dragons au ciel caressaient déjà la frondaison des forêts, léchaient l’herbe des prairies, effleuraient les sommets des montagnes, glissaient sur les dunes des déserts, éclipsaient le miroitement des océans et des glaciers.

Planète utérus, notre Terre-Mère fut ensemencée d’étincelles de vie des Grands Dragons de la Source. Sous leur égide, chaque peuple des étoiles pouvaient également y créer la vie. Loin des soubresauts agitant la galaxie, la Terre était une ode à la vie. Notre planète chérissait amoureusement autant les dons de vie des étoiles que ses propres enfants.

Du trône de Dieu jusqu’au plus sombre plan d’existence, l’Essence des dragons accompagne toute vie qu’elle soit en rébellion ou qu’elle épouse la volonté de la Source divine. Lorsqu’une race reptilienne aux polarités particulièrement intenses et exacerbées fit son apparition dans la galaxie, les dragons s’offrirent à elle. Cette race belliqueuse se vouait entièrement à la conquête et à la domination. L’intégration d’un héritage Dragon à cette race Serpent devait offrir l’opportunité à celle-ci de se reconnecter à la Source divine. Il en résulta l’impensable. Cette race devenue Serpent-Dragon se scinda, les polarités masculines et féminines se séparèrent définitivement.

La polarité féminine reçue de son héritage Dragon le Pouvoir créateur de la Source. Cette branche exclusivement matriarcale réussit à s’unifier à la Source divine. Infusée du Pouvoir de création, elle pouvait librement créer la vie sans le principe masculin.

La polarité masculine reçue de son héritage Dragon la Puissance divine. Les aspects pulsionnels qui animaient auparavant cette race dominatrice et rebelle au divin se trouvèrent enivrés de cette Puissance nouvelle. Alors que les Dragons maniaient cette Puissance avec une Sagesse sans équivalent, cette branche patriarcale aux femelles soumises n’était plus en simple rébellion. Devenue race patriarcale Serpent-Dragon, elle se proclama dieu à la place de la Source divine. Elle se mit à soumettre des civilisations entières et à se faire adorer d’elles.

Il s’ensuivit une lutte fratricide entre ces deux branches. Ne pouvant lutter face à la puissance de la branche patriarcale, la branche matriarcale reflua.

Diverses autres civilisations stellaires se déchiraient parallèlement car elles ne parvenaient pas à se comprendre. Les destructions et les conquêtes éloignaient tous les peuples stellaires de leur prochaine étape d’évolution de conscience.

Le plan de Rédemption

Joyau parmi les plus belles créations de l’Univers, cette Terre-Mère fut choisie pour un programme de Rédemption par l’Humanité.

La Race Serpent-Dragon matriarcale se lança dans cette entreprise avec 12 autres races stellaires, devenant les races dites planificatrices.

Agissant à titre de Mères généticiennes, elles ajoutèrent à leur propre don génétique ceux offerts par ces 12 autres races.

Elles forgèrent une alliance génétique et énergétique que nous symbolisons aujourd’hui par un Anneau. Elles insufflèrent au sein de cet anneau le Pouvoir rédempteur issu de leur propre lignage Dragon.

La croix rouge au sein de l’Anneau est notre héritage Serpent-Dragon divin.

Le corps de la première Humanité est un réceptacle de tous les champs émotionnels, de tous les potentiels de nos 13 parentés génétiques stellaires originelles.

Le Souffle de vie qui anime ce corps est une énergie d’Amour et de Vie que transmirent initialement les Dragons à la race Serpent. Elle prendra le nom d’énergie isiaque sous l’Égypte ancienne ou d’énergie christique plus récemment.

Le Rouge du Cœur de la Terre
Le Rouge de l’escarboucle du Dragon en soi
Le Rouge de l’Amour rédempteur
Le Rouge passionnel de la Vie

Une multitude d’êtres se firent ambassadeurs de chacune de ces races planificatrices. Ils firent le choix de venir vivre des expériences de vie dans cette forme plus densément incarnée que constituait déjà cette première Humanité. Ainsi, chaque famille stellaire allait appréhender les potentiels et les champs émotionnels des autres races, au travers du corps d’accueil humain et au travers de la coexistence sur la Terre primordiale. Cette Terre ne portait pas de nom, simplement une vibration aux aspirations élevées, la vibration de Mu.

La lignée royale divine

Ce qui était au Ciel fut transposé sur Terre.

Une lignée royale pris chair au sein de cette humanité aux treize Cœurs.

Ces Princes des étoiles érigèrent l’Ordre des Prêtres-Rois de Mu pour maintenir l’alliance entre le Ciel et la Terre.

Ils présidaient aux destinées de toutes ces âmes issues des étoiles. Tous étaient en apprentissage. Les Prêtres-Rois se distinguaient d’entre les hommes par la puissance de leur être divin, leur appariement à des Maîtres-Dragons, leurs corps de lumière hérités des Royaumes Elfiques et Féériques. À leurs côtés, les Prêtresses de Mu manifestaient les pouvoirs de la Déesse. Princesses de l’infini, elles furent les premières Gardiennes de la lignée et de la tradition.

Le Serpent ennemi

La part Dragon en l’humain fut enchâssée dans l’apport génétique reptilien originel.

La première Humanité ne reçut que la polarité féminine des Dragons, puisque créée sans le principe masculin.

Parallèlement, afin de laisser toute la place à cette Humanité naissante, les formes de vie reptiliennes relevant de la branche patriarcale Serpent-Dragon sur Terre furent violemment retirées.

Dès lors, l’Humanité devint objet de convoitise et épicentre d’une lutte immémoriale issue d’un conflit stellaire délocalisé sur cette Terre-Mère.

La lignée pervertie Serpent-Dragon s’immisça dans l’évolution de l’Humanité. Elle joua de l’hétérogénéité des consciences afin de susciter des dissensions. Des récits antiques décrivent les tentatives pour s’opposer au Serpent ennemi. Surnommé parfois le Grand sauteur, d’autres traditions relatent des ravages et des destructions de ce Serpent ennemi en des lieux peuplés par les Anciens.

Le Serpent ennemi corrompit les cœurs et les esprits des hommes qui privilégiaient l’approche évolutive de la conscience par le corps au dépens de ceux qui exploraient la vibration du Cœur. L’Humanité en apprentissage se laissa conduire vers un abaissement progressif. La civilisation de Mu trouva son point de rupture et se fractura autant intérieurement qu’extérieurement. L’Humanité se recomposa autour de communautés de conscience et selon le degré d’éveil au divin ou d’aliénation à la matière. La Race bleue humaine, la Lémurie, la civilisation atlante transcrivirent la longue histoire de cette Humanité tiraillée, manipulée et soumise aux assauts de races belliqueuses extérieures à ce monde.

Le culte du Serpent continua de se transmettre pour symboliser l’origine de l’Humanité. Le Serpent de la Création, bien qu’en lutte contre le Serpent ennemi, se retrouve dans de nouveaux dépositaires de la lignée royale divine.

Les Nâgas, nommés les Princes Serpents, détenaient les commandements de la Source divine.

Un Nâga était représenté sous une forme stylisée par un serpent à sept têtes afin de symboliser les sept niveaux spirituels de la Création. Véritables divinités tutélaires de l’Humanité, les Princes Nâgas étaient les gardiens des enseignements secrets de la Sagesse. Chevauchant leurs Maîtres-Dragons, et sous leur magistère, ces Princes de la lignée et de la tradition devinrent des Serpents de la Sagesse à l’apparence humaine. Ils protégèrent et éclairèrent l’Humanité. Ils tentèrent de s’opposer à la race reptilienne patriarcale.

Le quatorzième lignage

L’Humanité des origines aux 13 lignages était pleinement consciente de son unité au divin, avec des centres énergétiques supérieurs ouverts sur l’Âme et l’Esprit.

Elle devait apprendre à maîtriser les quatre chakras inférieurs définissant les corps physique, éthérique, émotionnel et mental. Créée par le Ciel, elle se découvrait aussi fille de la Terre.

L’Humanité originelle était Souffle fait chair.

Le 14ème lignage stellaire de l’Humanité ne s’ajouta que progressivement.

La lignée pervertie Serpent-Dragon créa parallèlement une autre humanité si confondante en apparence.

L’autre humanité fut créée de la matière et non pas du divin.

Cette autre humanité n’était habitée que par une Âme groupe entièrement soumise aux maîtres patriarcaux Serpent-Dragon. Elle n’avait pas d’aspects multidimensionnels hors du plan terrestre. Leurs maîtres ne disposaient pas du Pouvoir créateur de la vie. Destinée initialement à entrer en compétition avec l’Humanité originelle, elle fut employée comme esclaves dociles de maîtres reptiliens déifiés.

Plus le métissage s’opéra entre les deux groupes, plus le 14ème lignage s’ajouta aux 13 autres au point de former un nouvel Anneau.

Ce que les Mères généticiennes n’avaient pas permis se réalisa. Le principe masculin de la race Serpent-Dragon s’ajouta progressivement. Le véritable plan de Rédemption par l’Humanité voulu par les Grands Dragons de la Source pouvait dès lors se mettre en place.

Cependant, la lignée pervertie Serpent-Dragon ne pouvait le tolérer.

L’Anneau brisé

La lignée Serpent-Dragon patriarcale se plaçait au firmament du Ciel, niant les prérogatives de la Source elle-même. Elle œuvra à abattre l’alliance des treize plus une, en opposant l’homme à l’Homme.

L’Humanité aux quatorze lignages brisée, la Magie de l’Anneau s’éteignit. La Terre-Mère se fractura dans son corps à l’égal de la rupture de l’Anneau en l’Homme. Les montagnes furent renversées, les océans se soulevèrent et les terres se dérobèrent sous cette Humanité.

Le secret du 14 éparpillé est la clé pour comprendre les origines de l’Humanité.

Les 12 tribus perdues d’Israël doivent se compter au nombre de 14.

Aux douze communément citées, Ruben, Simeon, Levi, Juda, Dan, Nephtali, Gad, Aser, Issacar, Zabulon, Joseph et Benjamin, celle de Joseph doit s’entendre comme la tribu d’Éphraïm et les deux demi-tribus de Manassé, tous deux fils de Joseph.

Les 14 lignages sont cachés ésotériquement pour les Sémites dans les 14 stations du chemin de croix de Jésus.

Les 14 lignages sont cachés ésotériquement pour les Hamites dans les 14 morceaux du corps démembrés d’Osiris. Les quatorze kas (les 14 supports de la vie) formaient le Cœur uni du Ka Royal, accompagnant sur Terre l’enfant issu de Dieu.

Le chiffre 14 est le symbole de l’esprit dans la matière. La matière est sublimée par l’esprit jusqu’à ce que la matière soit entièrement transmutée. Le 14 porte la vibration de l’équilibre, de l’harmonie et de la paix intérieure.

Dans de vieux textes sumériens, datant de plusieurs millénaires avant Jésus-Christ, il est aussi fait mention que les forces impliquées dans la création de l’Humanité étaient au nombre de 14.

Le Jeu des polarités et le Voile de l’oubli

La compréhension de cet Anneau brisé ne peut s’envisager sans l’acceptation de deux axiomes.

Le monde terrestre fut initialement façonné autour du Jeu des polarités où chaque aspect du divin y est polarisé, que cela soit entre masculin et féminin ou encore entre le bien et le mal. L’exploration de ces dualités était l’un des grands enjeux de la Vie.

La fragmentation du divin en soi met à nue le masculin divin et le féminin divin, dans leurs forces comme dans leurs limites. Elle devint source de souffrances. La séparation de toute chose est un musèlement de son Pouvoir ce dont profita la race patriarcale Serpent-Dragon.

Cette fragmentation fut acceptée par la Source divine dans le but de permettre à une Humanité divisée d’explorer et de pénétrer des fréquences énergétiques spécifiques.

Le monde terrestre fut également plongé sous le Voile de l’oubli lorsque l’Anneau fut brisé. L’oubli était l’artifice ne permettant plus à l’Humanité de se savoir divine.

S’ouvrit la voie à la falsification et la corruption de toute chose.

L’oubli occulta l’imposture par laquelle la lignée patriarcale Serpent-Dragon s’affirma comme le grand architecte de l’univers. Cette lignée pervertie se plaça dès lors comme la créatrice de l’Humanité actuelle en se prétendant dieu de celle-ci.

Ces deux axiomes ne sont démontrables que pour celui ou celle accueillant la fréquence christique en son Cœur. Chacun doit en attendant les accepter tels quels afin d’extraire des brumes intérieures l’histoire de nos origines.

Chacun doit se retrouver face au désert de soi.

Les dragons de la Terre

Rares sont ceux qui savent où ils sont allés. Les dragons de la Terre ne pouvaient chuter perpétuellement avec l’homme. Ils ont dû se cacher, disparaître du regard de l’homme, se soustraire à ceux qui tentaient de les asservir. Il en fut de même pour la lignée royale divine, se cacher de l’homme, se soustraire du pouvoir temporel et spirituel.

Sans son Dragon, l’homme n’est rien.

L’Élément feu en lui se déséquilibre.

Sans son Roi, l’homme n’est rien.

La Maîtrise de ce feu lui échappe.

Seule la réunification de l’Anneau permettra le formidable élan d’éveil de conscience.

La vibration christique, celle qui reconnecte chaque être à sa divinité, ne peut forcer son passage en l’humain. Cette énergie transmute avec une telle force les plans physique, éthérique, émotionnel et mental de l’humain, qu’elle appelle le retour de l’équilibre du feu. Doit s’opérer l’appariement de l’Alchimiste du feu avec le Gardien de cet élément.

L’Humanité actuelle est à la croisée des chemins. Il y a ceux qui se sentent perdus et veulent retourner à la Source, ceux qui veulent s’en séparer toujours plus pour s’enivrer d’un peu de pouvoir terrestre.

Et il y a ceux qui savent que la séparation à la Source n’est qu’apparente. Ils sont le bras armé du divin, ne cherchant pas à retourner à la Source tout en continuant leur Voyage. Ils se tiennent toujours à proximité d’Elle. Ils y plongent pour un baptême, s’y purifient lorsque nécessaire et enfin se font oindre pour que leurs actions ne dévient pas le plan divin.

Il est temps que la destinée de la Terre s’ennoblisse.

Crédit illustration : Jonas De Ro

 

Lire aussi : Les 14 Tribus d’ISRAEL réparties dans le Monde et le Secret de la Fin des Temps

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email