Krishnamurti cite à propos de l’enseignement :

« Comprenez-vous ce que veux dire ? Je veux que mon fils puise aux eaux de la vie. Des eaux profondes, pas des fleuves humains ni des eaux humaines, mais des eaux n’ayant ni commencement ni fin, des eaux incommensurablement profondes. Je veux qu’il s’abreuve à ces eaux, et cette responsabilité vous incombe. »

Cette phrase apparaît subitement dans les ténèbres.

Elle est de ces phrases comme d’un amour naissant qui nous marque et nous poursuit toute notre vie. Elle contient en elle-même non pas uniquement une réflexion sur l’indicible mais également et surtout une prise de conscience absolument fondamentale qui peut mener très loin dans la compréhension de nous-mêmes et du monde.

Entendez-vous comme cette phrase est belle et riche de sens ? Entendez-vous comme cette phrase est profonde ? C’est un arbre qui étire ses racines dans la source même de la vie pour puiser à la source de la création.

Pouvoir s’abreuver aux eaux mêmes de la création est le rêve caché de l’homme. C’est le gage de son éternité. C’est la marque d’une identité perdue à nouveau retrouvée. C’est peut-être même LA question par excellence qui soit capable de changer nos vies car la source de la vie ne peut se tarir. Elle n’est pas limitée par la mort et reste immortelle, pétrit d’éternité. Et ce qui ne peut se tarir ne peut manquer de quoi que ce soit.

La source même de la vie est donc abondance. Et lorsque dans nos vies coule l’abondance, de quoi pourrions-nous encore avoir peur?

Il s’agit ici de renouer avec une source qui n’est plus limitée par notre propre condition humaine, par notre conditionnement humain, mais avec une source illimitée et inconditionnelle. Et cela est de notre responsabilité car de ce renouement dépend notre avenir.

Et pour que nos fils soient à même de puiser aux eaux de la vie, nous devons nous-mêmes être capable de saisir ce que cela signifie afin de pouvoir en garder trace en nous-mêmes et le transmettre.

A l’instant même ou un homme entame un retour vers lui-même, c’est à dire lorsqu’il tourne son regard vers l’intérieur et regarde sa propre source intérieure au travers d’un travail sur lui-même qui lui permet de se désidentifier de ses propres conditionnements, cette réflexion apparait comme un soleil dans son paysage intérieur.

Aussi, arrêtons-nous quelques instants et laissons-nous le temps de nous imprégner de cette phrase afin qu’elle puisse se frayer un chemin dans notre conscience…

Nous sommes tous le fils de quelqu’un. Nous sommes tous l’enfant de quelqu’un. Mais pouvons-nous dépasser notre filialité humaine?

Je veux dire, pouvons-nous dépasser notre appartenance biologique pour retrouver une appartenance plus fondamentale et profonde ?

Une appartenance commune et intemporelle qui nous lie de manière inconditionnelle. Car il s’agit bien ici de poser la question de notre appartenance commune à des eaux qui ne sont pas humaines, car n’ayant ni commencement, ni fin.

Des eaux affranchies du temps et donc de l’espace physique conventionnel que nous connaissons.

On parle bien ici d’une Origine commune et inconditionnelle qui nous lie et nous abreuve comme le ferait une source d’eau qui n’est pas d’origine humaine.

D’une source d’eau qui transcende notre humanité, qui transcende notre identité biologique, notre ADN.

On parle bien ici d’un lien de filialité qui traverse, s’affranchit des notions de temps et d’espace.

Mais ou se trouvent ces eaux ? Peut-on les voir, peut-on les toucher ? Non ce n’est pas possible pour l’instant car cela n’a pas de forme et donc échappe à nos cinq sens.

Ces eaux restent inaccessibles à notre pensée. Non que la pensée soit incapable d’y accéder mais que nous devons préalablement apprendre à bien penser. Alors ce qui est delà des formes commencera à apparaître dans notre paysage intérieur. Alors ce qui est au-delà des formes commencera à prendre vie dans le monde des formes…

… Mais nous progressons maintenant ensemble. Nous commençons à retisser nos vrais liens filiaux indépendamment de nos apparentes différences. Au travers de notre travail sur nous-mêmes, ce qui est en haut commence à se manifester en bas.

C’est une bonne nouvelle, continuons…

Source: http://www.atlantide-research.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email