David Wilcock et Corey Goode

David Wilcock : D’accord. Bienvenue sur « Cosmic Disclosure ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Nous sommes ici avec Corey Goode.

Et dans cet épisode, nous avons une connaissance plus approfondie du Programme spatial secret, avec les révélations étonnantes de William Tompkins, notre ingénieur aérospatial de 94 ans, qui est clairement l’un des pères fondateurs du programme Solar Warden qu’il a nommé – ce même nom de code – dans lequel Corey a travaillé plus tard.

Dans cette première interview que nous allons vous montrer, Tompkins entre dans le détail d’un des dessins d’artisanat (technologie) sur lequel il travaillait pour la Marine. Jetons un coup d’oeil.

* * * * * *

GROUPEMENT TACTIQUE GALACTIQUE NAVAL

William Tompkins : Nous avons donc parlé tout à l’heure des différents types. Il s’agit d’un vaisseau spatial de deux kilomètres de long, et il est rationalisé jusqu’à un certain point.

Ainsi, lors de l’une des grandes réunions d’examen de la conception, l’un des gestionnaires a dit : « Attendez une minute, Bill, c’est un vide là-bas. Tu n’as pas besoin d’être pointu. Il n’est pas nécessaire d’avoir de l’atmosphère pour travailler. »

J’ai donc dit : « C’est vrai, mais le système de protection électromagnétique, dont nous ne savons toujours pas comment nous allons parler, peut être capable ou non de gérer tous les différents types de véhicules ou d’armes qui pourraient… être utilisés sur nous ». Et aussi, sous certaines conditions, nous pouvons entrer dans l’atmosphère de la planète et fonctionner. Bref, on a réussi à contourner celui-là.

Maintenant, si vous pouvez imaginer ici cette zone [Bill pointe vers le bas, au centre de l’embarcation] ….. Je vais changer ça, et vous allez voir la partie inférieure de la coque.

Et ce que vous voyez là, ce sont les différentes classes d’avions d’attaque et de chasse retournant au vaisseau mère, ou au porte-avions, et avec des sections d’entrée contrôlées par le vide… . . En fait, ils concevraient pour se rabattre vers le bas de sorte que vous soyez déjà dans le soutien de faire l’atterrissage à l’intérieur.

Personne ne vole dans ces escadrons qui contrôlent les véhicules. Tout est automatique, donc vous n’allez pas frapper les murs ou quoi que ce soit de ce genre de choses.

Mais très rapidement, vous pouvez ouvrir ces écoutilles sur le côté. L’écoutille devient alors une sorte de plate-forme sur laquelle atterrir si vous êtes trop bas. Et cela répond à la question de savoir comment gérer les grands espaces à bord des navires qui vont opérer sur les missions.

Donc, ce que nous avions fait à l’époque, en utilisant le même type de concepts de conception, nous avons examiné les missions des Marines. Nous avons examiné les missions de communication. En fait, nous en sommes arrivés à des centaines, puis à des centaines de missions et de sous-missions que nous avons ensuite, dans le tank[think tank], formulé des recommandations à l’intention de la Marine elle-même.

Et un amiral, lorsqu’il a vu cette première illustration, il a déclaré que la forme même de cette illustration va les effrayer. Ils vont faire demi-tour et revenir en arrière, parce que c’est une configuration assez chaude.

Certains des autres ne sont pas aussi bons et, en fait, certains d’entre eux sont rectangulaires, selon ce que la mission doit accomplir.

* * * * * *
David : C’est donc un diagramme assez détaillé d’un point de vue technique. Et ce n’est qu’une des nombreuses choses qui viennent de ce type qui n’a aucun intérêt financier là-dedans. Son livre ne s’est pas beaucoup vendu. Il vit juste avec un revenu fixe. Et pourtant, ce degré de précision dans l’art ne semble pas venir de quelqu’un qui essaie d’inventer quelque chose.

Je suis curieux de savoir à quel point cela ressemble à tout ce que vous avez vu ?

Corey Goode : C’était probablement l’un des concepts qui ont probablement été peaufinés. Mais il pourrait y avoir un vaisseau qui ressemble à ça dehors que je n’avais pas vu. Je n’ai pas vu tous nos vaisseaux.

Maintenant, cela ressemblait beaucoup à des navires plus longs, en forme de coin, que j’ai vus qui avaient des zones qui remontaient par le haut, presque comme on voit sur un navire de la Marine sur l’océan.

Et aussi, il avait des bords furtifs. Les coins ressemblaient beaucoup aux vaisseaux furtifs que vous voyez – comment ils se courbent.

David : Eh bien, et quelque chose a attiré mon attention, c’est que dans ses discussions avec ses supérieurs sur le design, ils ont dit : « Oh, vous n’avez pas besoin de vous soucier de l’aérodynamique. Il ne traverse pas une atmosphère. »

Mais ce à quoi je pense, c’est « Attendez une minute. Il y a toutes ces charges que vous devez traverser, même dans l’espace. Il y a l’inertie et les champs électromagnétiques.

Pensez-vous qu’une partie de la raison pour laquelle tout a une forme aérodynamique est que l’énergie de base du vide de l’espace lui-même a une sorte de résistance qu’il faut couper à travers quand on le traverse ?

Corey : Ils n’ont pas tous la forme aérodynamique.

David : Oh, d’accord.

Corey : Et pour ce qui est de se déplacer à travers des particules chargées et toutes ces choses dans l’espace, c’est à cela que sert le matériau à l’extérieur du vaisseau et le blindage électromagnétique.

David : Mais dans un cas comme celui-ci, pour cette mission particulière, si elle doit aussi traverser l’atmosphère d’une planète, il serait bon d’avoir des qualités aérodynamiques.

Corey : D’accord. Les vaisseaux qui voyagent à l’intérieur et à l’extérieur de notre atmosphère seront habituellement quelque peu aérodynamiques, même si, avec les systèmes de propulsion dont ils disposent, ils ne traversent pas l’atmosphère en soi. Ils sont dans une bulle. Et à l’intérieur de cette bulle, la bulle voyage.

David : Y a-t-il une raison pour laquelle la technologie furtive semble impliquer ces différents panneaux plats qui sont en quelque sorte disposés à différents angles ? Qu’est-ce qui se passe ici ?

Corey : Il dévie le radar, le lidar, les différentes ondes, loin du récepteur du radar ou du lidar. Donc, si vous l’envoyez et qu’il heurte une surface plane et inclinée à angle droit, il va revenir et vous obtiendrez un rapport de cette vague qui rebondit.

Si vous avez des angles aigus, alors très peu de cette vague va rebondir. Le reste va être dispersé et les vagues vont rebondir, mais elles ne vont pas toucher le détecteur.

David : Eh bien, je sais que mon initié Pete Peterson a décrit que lorsque la furtivité a été déployée pour la Première Guerre du Golfe, elle avait en fait été mise en veilleuse pendant 20 ans et était une technologie très archaïque et presque inutile à l’époque. Il fait quelque chose qui ressemble à de la furtivité dans les années 50.

Corey : Ouais.

David : C’est donc très intéressant.

Corey : La furtivité remonte à loin.

David : Vraiment ?

Corey : D’accord. La furtivité s’est développée peu après la découverte et l’invention du radar.

David : Wow ! J’ai donc remarqué sur la deuxième image qu’il a montré que vous avez ces très, très grandes portes, ou écoutilles, comme il les appelait, qui s’ouvrent sur le côté de l’embarcation, puis beaucoup de petits coins triangulaires.

Quel était votre sentiment lorsque vous avez vu cette partie de l’illustration ?

Corey : Eh bien, en ce qui concerne l’ouverture des portes, j’avais vu des ascenseurs qui soulèvent des avions, déplacent des avions. Mais si vous avez une porte qui s’ouvre, cela peut causer beaucoup de problèmes logistiques si vous êtes au combat ou si vous voyagez à grande vitesse.

En général, les portes s’ouvrent comme ceci[d’un côté à l’autre], de haut en bas, et ne dépassent pas vers l’extérieur.

David : C’est vrai.

Corey : Mais s’il y avait un autre but et un besoin pour cela, je pouvais voir pourquoi ils le développeraient.

David : Qu’en est-il de la forme réelle de toutes ces embarcations qui allaient dans des embarcations plus grandes ?

Corey : Oui, c’était très familier. Et le fait qu’il a mentionné dans ces nouveaux navires ou transporteurs, ils font voler des drones. Ils ont des gens à l’intérieur[des bâtiments ou de grandes embarcations] assis en longues rangées de drones volants, et ils contrôlent un certain nombre de drones chacun.

David : Vraiment.

Corey : Ouais. Petites constellations de drones.

David : Alors, à quoi servirait ce type d’embarcation qu’il concevait ? C’est un vaisseau d’attaque ? C’est un vaisseau de soutien ?

Corey : Il peut être offensif et défensif, mais ces embarcations sont généralement conçues pour être offensives pour attaquer un ennemi.

David : Le Programme spatial a-t-il une propension à lancer une attaque offensive contre une civilisation qu’ils pensent pouvoir conquérir et submerger ? Ou est-ce qu’il y a aussi…. est-ce que ça va surtout être défensif quand ils sont là pour essayer de voir ce qu’il y a autour et se faire attaquer ?

Corey : Eh bien, cela dépend de qui est responsable, je suppose, des ressources de la Marine à l’époque. Ces gens suivent les ordres. Donc, s’ils ont du mal à attaquer une autre espèce, ils doivent suivre les ordres.

David : Eh bien, dans le cas d’un film comme « Avatar », nous avons un exemple clair de notre propre complexe gouvernement/militaro-industriel, dans ce qui semblerait être l’avenir, ayant développé un programme spatial, allant sur une autre planète avec des gens qui sont grands et ont la peau bleue, mais il y avait quelque chose qu’ils voulaient vraiment, qui était cet unobtainium.

Pensez-vous que « Avatar » décrit quelque chose qui se passe réellement ? Existe-t-il des cas où les planètes sont envahies pour leurs matériaux?

Corey : Eh bien, je sais que certains aspects de la CPI, mais surtout Dark Fleet, partent en mission de conquête offensive. Et ils le font aux côtés des Reptiliens.

David : Eh bien, et je me souviens aussi que Pete Peterson m’a dit que beaucoup d’objets que vous voyez dans « Avatar » sont exactement identiques à des choses qu’il a réellement vues ou sur lesquelles il a travaillé. Je me demande si l’un d’entre eux vous semble familier quand vous avez vu le film ?

Corey : Je n’ai pas vu beaucoup d’appareils qui volaient à l’intérieur d’une atmosphère.

David : Ah.

Corey : Donc tous ces vaisseaux ont été clairement conçus pour voler à l’intérieur d’une sorte d’atmosphère dense. Les embarcations que j’ai vues n’ont pas été construites pour fonctionner dans l’atmosphère.

David : Très bien. Eh bien, en parlant de James Cameron, non seulement nous avons « Avatar », mais il a aussi eu ce film « The Abyss », où il décrit des extraterrestres sous la surface de l’océan.

Et voici William Tompkins dans une discussion très intéressante sur les bases sous-marines. Jetons un coup d’oeil.

* * * * * *

SOUS LES BASES SOUS-MARINES

Tompkins : J’ai été embauché par General Dynamics pour un programme de la Marine. Et ce programme visait à localiser les sous-marins allemands – programme de guerre anti-sous-marine.

Et ce qui est intéressant à ce sujet, c’est que la Marine a choisi les bombardiers de patrouille Lockheed P-3 comme véhicules aériens pour localiser les navires et les sous-marins allemands.

Lockheed P-3, patrouilleur bombardier.

Sous-marin allemand

C’est maintenant la guerre froide, et il y avait environ 15 autres pays de l’OTAN qui utilisaient le même avion, la même électronique, les mêmes systèmes de détection et le même système de communication – le tout conçu et conçu aux États-Unis.

Ainsi, les États-Unis en avaient 120, et les pays de l’OTAN en avaient une soixantaine d’autres, tous à la recherche de sous-marins allemands[et/ou russes].

Mais ce n’est pas tout à fait les chiffres. C’est plus comme si nous en avions 2 000 et l’OTAN en avait 1 000 de plus – pas tout à fait aussi élevé. Et n’oubliez pas qu’il n’y avait que 11 sous-marins soviétiques en service à l’époque. Beaucoup d’entre eux participaient à des opérations d’entraînement, mais ils n’étaient pas tactiques.

Nous avons donc ici 2 800 avions P-3 qui font le tour de la planète 24 heures sur 24 à la recherche de sous-marins.

Eh bien, bon sang, ce n’est pas exactement ce que nous faisions non plus. Et il y a un titre pour le programme, qui est la mission ASW – guerre anti-sous-marine. Mais il y en a aussi un qui est ASUW. Le « U » est donc pour « extraterrestres non identifiés ».

Il s’agissait donc de la deuxième plus grosse somme d’argent militaire allouée à un programme sur la planète. C’est le temps de paix, mais c’est une sorte de condition de guerre. Et nous avons tous ces avions, et c’est devenu nécessaire pour un groupe, dont j’étais alors directeur, travaillant pour Data Graphics, qui est une filiale de General Dynamics. Plus tard, j’ai travaillé pour le siège social au sein de l’équipe rouge au niveau de l’entreprise.

Et quand on regarde la taille de ce programme, le nombre d’employés qui doivent être formés pour piloter ces aéronefs, la mise à niveau continue des systèmes de détection, les systèmes sous-marins des programmes de systèmes de satellites qui devaient se trouver à bord de ces aéronefs, c’est absolument irréel.

En réalité, nous cherchions des véhicules extraterrestres dans l’océan et dans les grands lacs et leurs bases au fond de l’océan.

Les gens ne réalisent pas combien d’argent, combien de temps et combien de personnes doivent participer à ces programmes.

Et qu’est-ce que tu fais ? Vous cherchez des extraterrestres. Vous réalisez ce que nous disons ? Je veux dire, vous cherchez des véhicules et des bases extraterrestres. Votre marine l’est.

* * * * * *

David : Eh bien, la première chose qui me frappe au sujet des séquences d’entrevue que nous venons de voir ici est la portée de cette opération militaire classifiée pour essayer d’identifier qui se trouve sur notre planète, où sont-ils, quelle est leur infrastructure, quel est leur programme ?

Cela nécessiterait des efforts massifs. Alors, qu’en pensez-vous ?

Corey : J’ai entendu parler d’opérations semblables à celles dont il parlait, de flottes qui fouillaient l’océan à la recherche de bases submergées, et aussi d’OSU – des objets submersibles non identifiés, je crois.

D’après ce que j’ai compris, très peu de gens dans cette flotte sauraient ce qu’ils recherchent réellement. Tout le monde ferait son travail normal. Ce ne serait qu’une mission normale ou une mission d’entraînement, leur dirait-on. Mais très peu de gens du renseignement de cette flotte savent exactement ce qui se passe.

David : Eh bien, avoir 2 800 avions P-3 en vol en tout temps – c’est évidemment avant l’ère des satellites géostationnaires précis.

Corey : D’accord.

David : Nous parlons ici d’une opération massive, massive, massive. Combien de temps pensez-vous que cela a dû être fait pour ?

Corey : Jusqu’à ce qu’ils aient un sonar assez puissant pour pénétrer dans les parties les plus profondes de l’océan, et jusqu’à ce que nous ayons la couverture satellite dont nous avions besoin. Il y avait des groupes d’avions ou de navires de la Marine qui fouillaient l’océan à la recherche de non-terrestres.

David : Pensez-vous qu’il aurait pu y avoir une tentation à un moment donné de dire au public : « Hé, nous sommes conscients de cette présence extraterrestre. On fait du mieux qu’on peut. On est en train de le cataloguer. »

Ou était-ce vraiment important que tout soit secret pour éviter une sorte de panique ?

Corey : Eh bien, juste en général, la Marine …… Je veux dire, vous entendez « les lèvres lâches coulent les navires ». L’information est très compartimentée au départ, mais ce n’est pas longtemps après la Seconde Guerre mondiale, de sorte que tout le monde avait encore un état d’esprit différent de celui d’aujourd’hui.

Si le gouvernement vous disait de vous mettre un cigare allumé dans l’oreille, vous diriez : « Oui, monsieur. Donnez-m’en un autre. » C’est comme ça que les gens étaient programmés.

David : Donc, Tompkins discute aussi d’un autre point de corroboration avec certaines choses que vous avez dites, c’est-à-dire qu’il y avait, en fait, des bases sous-marines à voir.

Pourriez-vous nous dire ce que vous savez de l’existence de ces bases, où elles se trouvent, à quoi elles ressemblent, à quoi elles ressemblent, qui s’y trouve, etc. Existe-t-il différents types?

Corey : Ouais.

David : ….. qui serait sous terre ou sous l’eau ?

Corey : Et il y a un certain nombre de types différents qui sont sous l’eau. J’ai même lu que de grandes bases sous-marines qui étaient mobiles, qui se déplaçaient le long du fond de l’océan et qui faisaient une sorte de carottage ou d’essai des matériaux qu’elles traversaient.

Et si vous localisiez l’un d’entre eux, vous auriez alors à le suivre puisqu’ils se déplacent maintenant. Il y aurait donc des navires qui ne feraient que suivre une base sous-marine mobile.

David : Eh bien, avant d’enregistrer ce segment, on regardait quelque chose comme ça sur Internet. Jetons maintenant un coup d’oeil à ce petit …… Voici un extrait d’une vidéo décrivant quelque chose de très similaire à ce que Corey vient de décrire – un objet rond de deux milles et demi de large qui semble tracer des motifs sur le fond marin.

Images tirées d’une vidéo sur d’éventuelles embarcations d’exploration sous-marine ET.

Pensez-vous que c’est un exemple d’une de ces technologies ?

Corey : C’est très bien possible. Je veux dire, un objet de deux milles de large ne sera pas poussé de cette façon inhabituelle sous l’océan par un courant.

David : Alors qu’est-ce qu’ils feraient dans un cas comme ça ? Quel est l’objectif ?

Corey : D’après ce qu’on m’a dit, c’était comme des bases, mais aussi des laboratoires. Ils se promenaient en faisant des carottes de forage, découvrant ce qui se trouvait à différentes profondeurs sous la surface, sous le fond de l’océan.

David : Pourquoi quelqu’un voudrait-il avoir une base sous-marine s’il y a une Terre en nid d’abeilles et qu’il pourrait simplement entrer dans l’un de ces peignes sous terre ?

Corey : Il y a beaucoup de régions différentes à l’intérieur de la Terre en nid d’abeilles qui appartiennent à des groupes différents qu’ils revendiquent comme leur territoire.

Aussi, sous l’océan …. Il y a beaucoup d’êtres différents qui viennent ici qui se soucient moins de nous, qui se soucient moins des animaux qui volent dans le ciel ou qui courent partout. Tout ce qui les intéresse, ce sont les formes de vie dans l’océan et l’océan lui-même. Ils voient l’océan comme une forme de vie. Et beaucoup d’entre elles sont des espèces aquatiques.

David : Que pensiez-vous qu’il se passait quand James Cameron a fait « The Abyss » ? Il semble qu’une idée très précise a été véhiculée. Nous avons également des raisons de croire que certains de ses autres films ont également été divulgués, comme « Avatar ». A quoi pensez-vous que « The Abyss » était destiné à préparer les gens ?

Corey : C’est probablement des groupes au sein du complexe militaro-industriel qui ont commencé à semer notre conscience, ce qu’ils font depuis longtemps à travers les films et les émissions de télévision.

David : Ouais. C’est tout à fait logique, car il s’agit d’un effort continu de quatre générations de divulgation pour nous préparer à la vérité.

Corey : D’accord. Et comme vous l’avez déjà signalé, lorsque Sony a été piraté, il a été prouvé que DARPA et ces autres groupes transmettaient des idées pour des films et des émissions de télévision.

David : Exactement. D’accord. Eh bien, nous avons une autre séquence très excitante que vous pouvez voir ici avec notre interview avec Tompkins. Et cette fois, il décrit son expérience personnelle avec l’un des événements les plus infâmes et légendaires de l’histoire de l’OVNI – moins connu jusqu’à récemment, beaucoup moins connu que Roswell, mais plusieurs années avant Roswell.

On parle de la bataille de Los Angeles. Jetons un coup d’oeil maintenant.

* * * * * *

BATAILLE DE LOS ANGELES

Tompkins : En février 1942, nous vivions dans une très grande maison qui avait été convertie en quatre appartements – deux à l’étage, deux au rez-de-chaussée et deux au rez-de-chaussée.

Nous avions une grande et énorme terrasse qui traversait ce bâtiment à hauts plafonds. On était à quatre pâtés de maisons de l’océan, d’accord ? Nous ne pouvons pas voir l’océan, parce qu’il est bas et que les arbres sont sur le chemin.

Alors mon frère et moi sommes allongés sur le sol, écoutant la radio et regardant des journaux, et mon père dit : « Sortez ici – dehors sur le pont. Sortez ici MAINTENANT ! » On s’est levé et on est allé sur le pont arrière.

Ainsi, juste au-dessus de l’horizon de tous les arbres, les choses et les bâtiments, il y a ce point – un point blanc. C’est juste là. Et il faut qu’il y ait un avion pour venir atterrir à la base aérienne, mais il ne bouge pas. C’est juste un point lumineux.

Et en dehors de ce point, à gauche, il y a un petit rayon. C’est comme un faisceau de crayon, mais vous pouvez le voir.

C’est au-dessus de l’océan, comme peut-être à l’intérieur du brise-lames, parce que nous ne pouvions pas voir l’océan, et nous ne savons pas jusqu’où il se trouve. Ça aurait pu être à 10 miles. Qu’est-ce que c’était ?

Nous le regardons donc pendant environ cinq minutes, puis il y a eu un flash – un flash brillant dans les yeux.

Il a éclairé les arbres, l’arrière, le côté de – tout a été éclairé.

Et il s’est éteint.

Et nous avons regardé et regardé et regardé et regardé, et tout était parti – rien d’autre. Alors nous sommes allés nous coucher.

12h30 du soir, les canons antiaériens ont commencé à tirer. Ce dont nous parlons, c’est de cette situation fantastique, l’événement de Los Angeles – la bataille de Los Angeles, d’accord ?

Les canons antiaériens ont tous commencé à tirer.

On va dehors. Voici cette chose massive juste au-dessus de nous, cette grande[Bill tient ses mains à environ 3 pieds d’écart] – juste au-dessus de nous, peut-être 7000 pieds.

Les obus antiaériens explosent au fond de l’avion tout autour. Il y a huit projecteurs qui se concentrent tous sur ça pendant qu’ils tirent dessus.

Et, bien sûr, il ne se passe rien. Et il s’y gare pendant une heure et demie. Pendant qu’il est garé, des centaines de types de véhicules différents – la plupart circulaires, mais certains en forme de cigare – sont entrés par en dessous, se faisant tirer dessus là où ils essaient encore d’abattre cette chose.

Ils se sont approchés de lui. Ils sont venus le voir toute la nuit.

Maintenant, c’est devenu ennuyeux après un certain temps, alors on s’est couché à 3h du matin. Je ne sais pas comment ça devient ennuyeux, ok ? On s’est couché à 3 h du matin.

Quand ça a commencé, tout le monde est sorti. Nous sommes tous là à regarder cet événement.

Ce qui n’a pas été publié, c’est que le brise-lames est plein de navires de la Marine qui ont utilisé toutes leurs munitions pendant cette période de cinq heures – pas seulement l’artillerie côtière qui a utilisé toutes leurs munitions, d’accord ?

Vos deux marines du Pacifique, la marine de l’Est et la marine de l’Ouest, ont utilisé toutes leurs munitions.

Ils ont finalement démissionné, bien sûr, juste avant le lever du jour, et tout le monde est retourné à l’intérieur.

Mais du point de vue de tous ceux qui nous regardent, personne n’a eu de crise cardiaque. Personne n’est tombé malade. Personne n’a eu peur. Personne n’a eu peur.

De l’autre côté de la planète, Londres était bombardée par les Allemands. Et ils essaient d’entrer dans les abris.

Nous avons eu une guerre de cinq heures, sauf qu’ils ne nous ont pas tiré dessus. Mais personne n’est tombé malade. Les seules personnes qui ont été blessées étaient des éclats d’obus. Deux types ont été tués.

Près d’un million de personnes en Californie ont regardé pendant cinq heures un événement d’un groupe de combat extraterrestre massif qui est venu en Californie avec une mission.

* * * * * *

David : Eh bien, c’est évidemment l’un des grands événements classiques de l’histoire de l’OVNI, quelque chose qui ne peut tout simplement pas être dissimulé. Avez-vous déjà entendu parler de cette bataille ou lu quelque chose à propos de cette bataille sur les blocs de verre intelligents ou dans l’une des séances d’information que vous avez eues à l’intérieur ?

Corey : J’ai lu que cela s’était produit. La seule chose que j’ai vue qui n’a pas été rapportée ici, c’est qu’au cours de la même période, nous avons récupéré une embarcation non terrestre dans l’océan dans ce voisinage général.

David : Vraiment ?

Corey : Oui, je ne sais pas si c’est l’un de ces petits bateaux qu’il a vu ou le grand. Pour moi, il me semblait qu’ils n’étaient pas affectés par l’antiaérien.

David : Mais il est possible que l’un d’entre eux ait pris une balle perdue ou quelque chose comme ça et ait atterri dans l’océan.

Corey : C’est possible. Ou le vaisseau de la Bataille de Los Angeles et ces autres vaisseaux qui en sont sortis pourraient très bien avoir été à la recherche de ….. C’était peut-être une opération de sauvetage.

Tu sais, il y a un certain nombre de choses que ça aurait pu être. Ils auraient pu sonder nos défenses, ou peut-être faire valoir un point à certains de nos dirigeants après une récente réunion.

David : Eh bien, laissez-moi vous présenter cette idée. C’est quelque chose dont j’ai discuté sur « Enseignements de la Sagesse ». Cela vaut la peine de répéter et d’obtenir vos pensées.

Si vous retournez à Fatima, au Portugal, juste après l’entrée du Portugal dans la Première Guerre mondiale, qui est cette horrible et dévastatrice chose où des dizaines de millions de personnes meurent, en fin de compte, vous avez ces enfants qui commencent à être en contact avec ce qui semble être des êtres spirituels, ce qui mène finalement à l’observation massive d’un disque argenté dans lequel 90 000 personnes ont été témoins de cette chose.

Et puis ils sont trempés par la pluie, mais quand tout est fini, ils étaient miraculeusement secs. Le vaisseau semble tirer des couleurs de l’arc-en-ciel partout dans le ciel. 90 000 témoins … Cela aurait mis fin au camouflage si cela s’était produit à notre époque.

Corey : D’accord. Et un million de personnes voient cela à Los Angeles, et cela ressemble à Long Beach et à d’autres endroits – aujourd’hui, avec tout le monde ayant un iPhone, ce serait – ouais, ce serait fini.

David : Pensez-vous donc qu’il est possible que les observations de Fatima et la Bataille de Los Angeles soient des groupes bienveillants qui nous montrent ces choses au moment où nous entrons en guerre, pour essayer de nous éloigner de la guerre peut-être?

Corey : C’est très bien possible, parce qu’avec leur technologie, ils auraient pu aplatir toute la ville avec très peu d’efforts.

Il est donc évident qu’ils n’étaient pas là pour une opération offensive – peut-être une opération de renseignement, une opération de récupération de sauvetage ou pour faire valoir un point. Mais je ne sais pas exactement pourquoi cet incident s’est produit.

D’après ce que j’ai entendu dire, il y a eu un traité signé selon lequel ce type d’observation ouverte, d’observation de masse ouverte, est contraire à un traité.

David : C’est vrai.

Corey : Il devait donc y avoir une bonne raison pour laquelle c’est arrivé.

David : Maintenant, nous avons entendu des gars comme Benjamin Fulford dans certaines de ses révélations que des initiés du Pentagone lui ont dit que 75 % de tout l’argent de production des films hollywoodiens provient du Pentagone par l’intermédiaire de diverses firmes clandestines.

Laissez-moi d’abord vous demander si vous avez déjà entendu quelque chose comme ça ?

Corey : Oh, oui. Ouais. Beaucoup d’argent du DoD (Département de la Défense) et du Pentagone sert à faire de la propagande.

David : Alors pourquoi pensez-vous que le film Battle of Los Angeles serait fait ? Pensez-vous qu’ils confondent peut-être la recherche Google des gens pour qu’ils trouvent ce film au lieu d’informations réelles ?

Corey : Eh bien, ils savent que c’était un événement très significatif dans l’histoire américaine. Près d’un million de personnes l’ont vu.

David : C’est vrai.

Corey : C’était déjà dans notre conscience. C’est donc un outil pour eux. Et ils – en tant que différents groupes de renseignement militaire – essaient de faire croire que tous ces êtres qui arrivent sont négatifs et qu’ils sont ici pour envahir. Et celle-ci ne l’était manifestement pas, parce qu’elle n’a pas attaqué.

David : Pensez-vous que la création d’un film avec le même titre empêche les gens de trouver l’incident original ?

Corey : Il pourrait faire cela, ou il pourrait simplement mettre toute la tournure de la science-fiction à l’endroit où… . . Vous savez, nous sommes déjà programmés pour rouler des yeux dès que nous entendons quelque chose d’extraterrestre ou d’OVNI. Cela fait probablement partie de l’effort.

David : J’ai eu la chance, lors d’une de mes conférences, d’avoir une femme debout qui était une petite fille à l’époque où cela s’est produit et qui a été témoin de tout cela. Et c’était tout à fait fascinant.

Nous l’avons laissée parler pendant un certain temps à l’auditoire. C’était assez spontané.

Le fait est qu’un million de personnes, c’est beaucoup de témoins. C’est assez étonnant que nous ayons encore une couverture d’OVNI après quelque chose comme ça.

Corey : Oui, mais la propagande et les programmes de ces groupes de renseignement ont été très efficaces. Il y a donc de bonnes chances que si quelque chose comme ça arrivait aujourd’hui et que nous n’ayons pas de photos, beaucoup de gens qui en ont été témoins seraient, après quelques jours, du genre « Oh, ça ne s’est pas produit ». Ou oublie ça et passe à autre chose.

David : Eh bien, une autre chose intéressante concernant la bataille de Los Angeles est l’émission « War of the Worlds ». L’émission originale avec Orson Welles a été diffusée en 1939. Mais quand le film est sorti, c’était après que ce soit arrivé. Et nous avons de multiples témoins oculaires qui disent que le vaisseau que vous voyez dans le film « War of the Worlds » est très similaire à celui de la bataille de Los Angeles, sauf qu’il a un petit périscope sur le dessus.

Alors pourquoi pensez-vous qu’ils mettraient la vraie technologie dans le film ?

Corey : Eh bien, ils cachent toujours des choses à la vue de tous. Donc, si vous voyez quelque chose de semblable à « Guerre des mondes », à un certain niveau, vous pourriez être prêt à l’ignorer, en pensant : « Oh, c’est militaire, ou c’est un concept qui est utilisé pour un film ».

Vous allez sauter là-dessus à la place des extraterrestres automatiquement. C’est possible.

David : Eh bien, pensez-vous aussi que mettre ces mêmes vaisseaux dans la « Guerre des mondes » où elles deviennent des attaquants hostiles….

Corey : Oh, oui.

David : …. au lieu de manifestants pacifiques, pourrait être comme une forme de contrôle de l’esprit de masse ?

Corey : Bien sûr. Si vous voyez une certaine conception artisanale et que vous la voyez détruire des villes dans un film, eh bien, si vous la voyez dans la vraie vie, qu’est-ce que vous êtes programmé pour penser ?

Ils pourraient venir vous dire « Bonjour », et peut-être vous emmener et vous montrer le système solaire, mais vous avez été programmé pour courir et vous cacher parce que vous pensez qu’il s’agit d’une invasion.

David : Exactement. Pensez-vous qu’il est possible que nous puissions avoir une autre manifestation de masse comme celle-là à un moment donné, qu’il pourrait y avoir un autre événement comme celui-là si, par exemple, ce traité de Mohammad est renversé ?

Corey : Absolument. Si le traité qui est censé empêcher cela est renversé, il y a beaucoup de non-terrestres qui veulent être dans le ciel et dans les zones surpeuplées pour nous faire savoir qu’ils sont ici.

David : Maintenant, vous avez aussi mentionné dans certains de vos récents exposés que l’Alliance du SSP et la Cabale s’inquiètent de la possibilité que des débris s’écrasent dans une grande ville américaine.

Donc, très brièvement, puisque nous parlons de ces batailles dans les airs, que pensent-ils qu’il se passerait, et comment cela se passerait-il sur la scène mondiale ?

Corey : Eh bien, ils craignent que certaines de leurs plates-formes d’armes qui ont été mises en orbite, et des engins de pointe, puissent tomber dans une zone urbaine peuplée avec toutes les activités qui s’y déroulent. Il y a des fusillades.

Ils sont donc prêts à bondir sur n’importe quel crash. Ils ont des articles de couverture en place, disant :  » C’était un satellite à propulsion nucléaire qui s’est écrasé. Elle a contaminé une grande zone. Alors restez chez vous ou quittez la ville. »

Ensuite, ils se concentreront sur le nettoyage des débris.

David : C’est donc quelque chose qui les préoccupe beaucoup.

Corey : Absolument. C’est…. J’ai entendu dire à plusieurs reprises qu’ils sont inquiets.

David : Y a-t-il plus de batailles dans notre atmosphère maintenant qu’il n’y en avait auparavant entre ces vaisseaux occultés?

Corey : Oui. C’est une sorte de crescendo ces derniers temps. Il y a des embarcations à pilote humain qui se battent entre elles, des embarcations à pilote humain qui combattent des non-terrestres et différents groupes non terrestres qui ont des escarmouches.

David : Alors à quoi s’attendrait-on s’ils essayaient de dissimuler cela ? Quel serait le genre de manchettes que nous verrions ou d’histoires que nous entendrions ?

Corey : Tout comme l’exemple que je viens de donner, qu’une sorte de satellite secret s’est écrasé ou quelque chose comme ça. Ils ne vont pas dire qu’un OVNI s’est écrasé.

David : Ou un événement nucléaire… . .

Corey : D’accord.

David : …. peut-être une décharge de déchets nucléaires ou un déversement…

Corey : Test craft.

David : …. émission chimique. Quelque chose comme ça.

Corey : D’accord. Quelque chose qui va effrayer les gens.

David : C’est vrai.

Corey : Comme une sorte de maladie ou un certain nombre de choses.

David : Très bien. Tu l’as vu ici en premier. C’est la « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock, ici avec Corey Goode. Et nous passons en revue les images de William Tompkins – des choses absolument époustouflantes.

Merci de votre attention et à la prochaine fois.

https://spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-founders-of-solar-warden-with-william-tompkins.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email