par Patrick ONNIS

Observons ce qui se passe lorsque des mots, qui signifient « faire du mal aux autres », ont été présentés à l’eau. D’après les recherches du docteur Masaru EMOTO, on peut constater qu’il n’y a aucune formation de cristaux.

vie heureuse 27Tu me dégoûtes. Je te tuerai (en japonais).

Par contre, la phrase positive : « Allons, on s’y met !» (en Japonais) crée une forme harmonieuse (photo ci-dessous).

vie heureuse 28

f) Tout dans l’univers est vibration et comparable à une vague.

La vie d’un être humain peut également être représentée comme une vague, avec ses hauts et ses bas. Elle ne peut-être rectiligne. A nous de faire en sorte que les hauts soient de plus en plus hauts et les bas de moins en moins bas. Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet, que nous développerons dans un prochain recueil.

A un moment ou à un autre de notre existence, nous sommes amenés à perdre quelque chose de précieux à nos yeux : un être cher, la santé, notre travail, etc. A ce moment-là, c’est une sorte de « traversée du désert » que nous devons affronter. Cependant, il convient de conserver le moral et un état d’esprit positif et serein. Nous vous communiquons ci-après quelques recommandations et conseils issus de la psychologie.

En tout premier lieu, l’important est de se refuser le droit de rester inerte au milieu du désert. Il est donc nécessaire de se prendre en main pour surmonter ces moments difficiles.

– Ne contenez pas votre chagrin. Tous les spécialistes s’accordent à dire que la période de deuil est cruciale. Les larmes ne sont qu’un exutoire à votre tristesse ou à votre émotion. De plus, le deuil met un certain temps avant de trouver son expression. L’essentiel est que votre douleur finisse par sortir au grand jour. La plupart du temps, après avoir exprimé sa douleur, c’est comme si on était soulagé d’un énorme fardeau.


– Acceptez votre colère. Celle-ci est un sentiment naturel. L’important est de l’exprimer de façon saine. En agissant ainsi, on favorise la guérison.

– Affrontez la réalité. Un des obstacles majeurs à la guérison est le rejet de cette réalité. Beaucoup de gens essaient de combler leur mal être par une échappatoire. Il convient donc d’affronter la situation à bras le corps plutôt que de chercher à échapper à nos problèmes.

– Sortez et exprimez-vous. Ceci a pour but de se forcer à se concentrer sur autre chose que sa douleur. En d’autres termes, nous devons prendre la décision de nous « remettre à vivre ».

Voici quelques suggestions :

Rejoindre un groupe d’entraide si vous éprouvez le besoin de parler avec des personnes qui ont traversé une épreuve identique.

Lire, en particulier des ouvrages traitant de votre épanouissement personnel.

Tenir un journal, ceci pouvant être considéré comme une sorte d’auto-thérapie et vous procurer un grand réconfort.

Se fixer des échéances. En agissant ainsi, cela vous évitera de remettre toujours les choses au lendemain.

Etre curieux. C’est une nouvelle vie qui commence pour vous et toute nouvelle aptitude vous apportera « un plus ».

Se motiver. Lors d’une période de stress particulièrement sévère, la tâche quotidienne la plus anodine peut vous paraitre au- dessus de vos forces. Considérez donc chacune de ces activités comme un petit pas en avant, une petite victoire qui mérite d’être prise en compte.

Bougez. Lorsque le corps va mieux, le moral suit.

– Tournez-vous vers les autres. En éprouvant le besoin de se rendre utile, on peut être amené à faire partager son expérience. Chemin faisant, on découvre qu’aider son prochain est un excellent moyen de s’aider soi-même.

– Donnez-vous du temps. Quand allons-nous refaire surface ? En réalité, cela dépend de chaque individu. Il est recommandé de ne pas chercher à suivre le même rythme que telle ou telle personne.

g) Le chemin le plus court pour éliminer son karma négatif (origine de tout ce que les hommes ont surnommé malheur, mauvais destin, manque de chance, etc.) est de devenir une personne qui manifeste sa gratitude et acquiert l’état d’esprit d’être reconnaissant pour tout. Il convient d’appliquer ce principe pour ce que l’on considère être une bonne chose et également pour ce que l’on pense être une mauvaise chose, car en réalité, le mal n’existe pas.

Voici une histoire qui illustre notre propos et le fait, qu’en tant qu’êtres humains, nous ne sommes pas en mesure de juger de ce qui est « bon » ou de ce qui est « mauvais » :

Dans un village, les parents d’un enfant unique souhaitent lui offrir pour ses dix-huit ans un cheval, ce dont il rêvait depuis sa plus tendre enfance. Ils organisent une grande fête avec tous les voisins pour fêter l’évènement. On peut considérer que c’est une journée « heureuse ». Quelque temps plus tard, à la suite d’une chute de son cheval, l’enfant a de nombreuses fractures aux jambes et doit rester alité. Ce phénomène peut être qualifié de « malheureux ». Cependant, la guerre éclate dans le pays et tous les enfants du village sont envoyés au front. Tous les enfants, sauf un. Aucun ne reviendra vivant. Que peut-on conclure de cette histoire ? D’un bien peut naître un mal et d’un mal peut naître un bien. En d’autres termes, comme le dit un dicton : « la joie est la graine de la souffrance et la souffrance est la graine de la joie ».

Avec le recul et en prenant de l’âge, ce constat nous semble évident. En nous remémorant l’histoire de notre vie, nous nous rendons compte que tous les évènements auxquels nous avons été confrontés sont à l’image de ce jeune garçon.

Prenons un second exemple : Un homme d’affaires doit signer un contrat très important, celui-ci devant lui rapporter une grosse somme d’argent. Pour être à l’heure à son rendez-vous et ne pas louper son avion, il organise un emploi du temps très strict. Dans le taxi qui l’emmène de son hôtel à l’aéroport, il est bloqué sur la route par un accident de la circulation. Il rate son avion et, par conséquent, la signature du contrat. Il considère que c’est un fait absolument « tragique ». De retour à son hôtel, le moral au plus bas, il allume la télévision et apprend, à sa grande stupéfaction, que l’avion qu’il devait prendre s’est écrasé et qu’il n’y a aucun survivant ! Ainsi, là encore, d’un évènement malheureux est né un évènement heureux.

Dans l’Evangile selon St Matthieu, Chapitre 7, verset 1 à 3 :

« Ne jugez pas afin de n’être pas mis en jugement car c’est d’après le jugement que vous portez que vous serez jugés et c’est avec la mesure que vous employez qu’on mesurera pour vous. Pourquoi regarder la paille qui est dans l’œil de ton frère, alors que tu ne remarques pas la poutre qui est dans ton œil… »

h) Même si la gratitude s’exprime par des mots et des attitudes différents selon les pays, les langues et les traditions, sa nature est identique dans le monde entier. Des mots tels que « merci beaucoup » sont fondamentaux dans la vie quotidienne et contribuent à apporter de la douceur dans les relations humaines. Lorsque l’on s’entraîne à être reconnaissant pour tout, un sentiment de joie jaillit naturellement de l’intérieur de soi.

i) Si nous subissons un échec dans nos affaires ou sur le plan sentimental, par exemple, il est nécessaire d’exprimer sa reconnaissance. Chaque phénomène de notre vie que nous qualifions, avec notre intelligence humaine, de malheureux est en fait un mécanisme providentiel prévu dès l’origine de la création de l’être humain. Cela nous permet d’éliminer de nombreuses impuretés qui ont terni l’éclat de notre âme (moi profond) et constituent notre karma négatif.

C’est un phénomène de nettoyage, un délestage. Si le chargement d’une montgolfière est trop lourd, il convient de procéder à un délestage en se séparant des charges inutiles.

vie heureuse 29En fonction du degré de salissure d’un linge, de l’origine de la tâche, de son ancienneté, etc. on va utiliser un programme de lavage adapté.

vie heureuse 30

Il en est de même pour notre moi profond (âme), notre mental et notre corps physique. Lorsque ces trois éléments qui constituent notre être dans sa totalité ont été salis en vivant à l’encontre des lois qui régissent l’univers, un mécanisme de purification se met en marche pour les rétablir dans leur pureté originelle.

Autrement dit, un esprit sain habite un corps sain. Ces mécanismes de nettoyage existent également dans la nature sous des formes diverses telles que le vent, la pluie, le soleil, les tempêtes, etc. Lorsqu’ils opèrent dans la vie de l’être humain, on leur donne des noms divers tels que : « mauvais destin », « pas de chance », « phénomène malheureux », etc. Lorsqu’ils s’adressent à notre mental, ils portent des noms tels que : « dépression nerveuse », « déception sentimentale », « stress », « anxiété », etc. Et enfin, lorsqu’ils sont chargés d’éliminer les toxines et les poisons qui sont stockés dans notre organisme, ils portent des noms de maladies.

Lorsque nous nous salissons au niveau de notre corps physique, nous avons la possibilité de prendre une douche et de nous laver. Lorsqu’il s’agit d’éliminer des saletés emmagasinées dans notre corps, nous sommes soumis à des phénomènes de nettoyage que les hommes ont appelé « maladies ».

Autrement dit, si nous voulons éviter de nous salir sur le plan spirituel et d’accumuler ainsi des impuretés qui vont alourdir notre karma, il nous est conseillé de vivre dans le respect des règles et des principes qui régissent l’univers.

j) Il y a équilibre entre notre karma et les évènements de notre vie. Il s’agit du « phénomène de cause à effet ». Nous ne devons jamais oublier que la cause de nos problèmes (comme de nos réussites) est le karma. C’est la partie immergée de l’iceberg. Il y a toujours une correspondance entre notre situation actuelle et ce que nous avons fait dans nos vies antérieures et dans cette vie. Par exemple, si nous avons fait souffrir une personne durant cinq ans lors d’une précédente incarnation, nous devrons souffrir nous-mêmes dans les mêmes conditions et sur une même période de temps. C’est pour cela qu’il « faut laisser le temps au temps » pour résoudre une difficulté. A chacun, par les vibrations qu’il émet, de faire en sorte que l’épreuve soit plus supportable et moins longue. Accepter sa situation en manifestant sa gratitude pour cet arrachage d’impuretés constitue la base, la fondation sur laquelle nous pourrons bâtir une vie de plus en plus heureuse.

Faire des efforts pour faire évoluer sa pensée la plus profonde est un entraînement de chaque jour et de toute notre vie terrestre.

vie heureuse 31

« Qui sème le vent récolte la tempête ».

« Celui qui tue par l’épée mourra par l’épée ».

Nous récoltons toujours ce que nous semons.

C’est le principe de cause à effet ou principe d’équilibre.

vie heureuse 32De plus, nous sommes confrontés à des épreuves et des situations que nous pouvons surmonter. Si nous avons une puissance 100 nous sommes confrontés à des épreuves de puissance 100. Dans tous les cas, les épreuves représentent un tremplin destiné à acquérir une puissance plus importante. Notre capacité à aider les autres grandit ainsi.

k) Nous communiquons avec le monde invisible par notre pensée la plus profonde qui se trouve à la frontière entre le monde astral et le monde spirituel.

Les vibrations de gratitude que l’on émet atteignent le monde invisible et y déclenchent des phénomènes qui vont influencer favorablement le monde physique. Le monde physique et le monde invisible s’interpénètrent et s’influencent réciproquement. Notre pensée profonde est, en quelque sorte, un ordinateur extraordinaire qui est relié à l’ordinateur central qui se trouve dans le monde invisible. Cet ordinateur central a une puissance infinie. Il y a donc un échange entre l’ordinateur central (qui accepte toutes sortes d’informations et qui répond en retour) et notre ordinateur personnel (qui constitue notre pensée la plus profonde).

A notre niveau, nous sommes donc comme un opérateur. Si nous programmons notre ordinateur de façon positive, notre destin se transforme peu à peu et devient positif.

Notre ordinateur organise notre destin en fonction du programme que nous lui donnons, tout en tenant compte des données inscrites au niveau de notre karma.

Quand on met en pratique le remerciement pour tout, on émet des vibrations positives qui sont transmises à l’ordinateur central et en retour on reçoit de l’aide, des intuitions, la force de surmonter nos épreuves et de les résoudre.

vie heureuse 33

Principe N° 2 :

Dans notre société, il est d’usage, par exemple, de laisser passer en premier son supérieur hiérarchique avant d’entrer dans une pièce ou de tenir compte de son rang pour le placer à table lors d’un repas. Cette façon d’agir constitue la manifestation d’une certaine forme d’humilité. Il s’agit en fait de règles issues d’un protocole. Le fait d’agir ainsi peut être pratiqué par tout le monde (même par une personne ayant de mauvaises intentions) sans pour autant être en correspondance avec notre véritable pensée.

Pour simplifier notre propos, on va dire que c’est la pratique de l’humilité sur le plan matériel, physique. Il existe de nombreux codes de « bonnes manières » pour faire « bonne figure » en société.

Par contre, le principe N°2 est celui de la pratique de l’humilité spirituelle (l’humilité du cœur).

Un dicton dit que, pour attraper certains poissons qui se cachent dans la vase, il ne faut pas hésiter à se salir les mains.

Prenons l’exemple d’une institutrice, qui, bien qu’ayant un niveau d’études et une expérience de la vie plus élevés que ses élèves, se met à leur niveau pour leur transmettre un savoir et des valeurs.

Un autre dicton nous dit : « Plus l’épi de riz mûrit, plus il baisse la tête ».

Plus on est jeune et plus on fait des progrès rapidement. En prenant de l’âge, on a tendance à devenir orgueilleux et les progrès sont moins rapides.

Comme nous l’avons déjà approfondi auparavant, il est nécessaire, dans la vie de tous les jours, de bien observer l’attitude et le comportement de ceux qui nous entourent pour nous corriger de nos défauts.

D’autre part, même si nous avons atteint un certain stade dans une discipline particulière, il ne faut pas hésiter à se remettre en question et à chercher encore à se perfectionner.

vie heureuse 34Si l’on souhaite bénéficier de l’expérience et du savoir d’autrui, il est souhaitable d’être semblable à la tasse que tient la jeune fille dans le dessin ci-dessus. La théière représente ce que nous recevons de la part des autres. En nous plaçant au-dessus de la théière avec un comportement de supériorité, nous ne serons pas à même de faire des progrès dans quelque domaine que ce soit.

En outre, pour apprécier la saveur d’un bon café, il est préférable que notre tasse soit vide. Il est regrettable de déguster un café dans une tasse qui contient du café de la veille.

Dans l’Evangile selon St Matthieu Chapitre 9, verset 16, il est dit : « On ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement, les outres éclatent, le vin coule et les outres sont perdues. On met le vin nouveau dans des outres neuves et les deux se conservent ».

Un homme qui manifeste une véritable humilité, lorsqu’il parle aux autres, ne va pas chercher à les convaincre, à souligner leur ignorance sur tel ou tel sujet.

Il s’abstient de dire : « Tu n’as rien compris ! Tu as la tête dure !». Il les écoute avec beaucoup de patience et d’intérêt, sans aucun jugement. Il ne faut pas oublier que d’un mal peut naître un bien et que l’on ne peut pas savoir quel est le niveau spirituel et moral d’une personne simplement en observant son aspect physique et matériel. Ne dit-on pas : « l’habit ne fait pas le moine » ?

En effet, juger les autres en observant simplement leur apparence extérieure peut nous amener à porter un faux jugement. La valeur intérieure d’une personne ne se reflète pas toujours sur son apparence physique.

Travailler pour le bonheur des autres en prenant conscience que tous les hommes sont interdépendants, c’est la manifestation de l’humilité du cœur et cela quelque-soit le poste que l’on occupe dans la société. Il convient de faire de son mieux dans tout ce que l’on entreprend pour le bonheur de tous. Il est recommandé aussi de faire faire aux autres ce que l’on sait faire et d’apprendre à faire ce que l’on ne sait pas faire.

De nombreux hommes d’affaires dirigent leur société sans se soucier du bien-être de leurs collaborateurs. Ils sont uniquement préoccupés par leur réussite et par les résultats financiers, au détriment du personnel. Ils n’hésitent pas à polluer la nature et à causer des désagréments aux autres au nom de la rentabilité.

Il y a également des employés qui ne font rien pour aider leurs dirigeants afin que l’entreprise prospère, préoccupés également par leur bien-être personnel. Ils mettent l’accent sur leurs droits.

Le contraire de l’humilité, c’est l’orgueil qui nous amène à développer l’attitude consistant à paraître supérieur à ce que l’on est en réalité. Cet état d’esprit entraîne le développement de certains comportements et un trait de caractère pouvant être qualifié de mesquin. Parmi ces attitudes, il y a celle qui consiste à vouloir être considéré à tout prix par les autres ou encore de penser que l’on a l’estime et la confiance de nos proches. Certains aussi feront en sorte que leur entourage ait l’impression qu’ils travaillent avec ardeur. D’autres critiqueront habilement les autres dans leur dos pour se mettre en valeur, etc

. Tous ces comportements n’ont en fait que pour but de profiter des autres dans notre seul intérêt et le désir d’obtenir une reconnaissance plus grande que celle que l’on mérite. Pour atteindre cet état, l’homme orgueilleux sera amené à tromper ses semblables, à éprouver à leur égard de la jalousie, de la haine et parfois, de la rancune. Pour ceux et celles qui souhaitent s’élever sur le plan spirituel, ce genre d’attitudes est purement suicidaire. Si nous pensons qu’une cause est juste, n’hésitons pas alors à agir avec détermination pour la défendre sans se préoccuper du « qu’en-dira-t-on ». En agissant ainsi, nous deviendrons une personne que les gens ne pourront que respecter et élever.

Au fur et à mesure que l’on progresse dans une discipline et qu’on a acquis une certaine expérience dans quelque domaine que ce soit, on devrait tout naturellement « baisser la tête devant les autres ». Très souvent ce sont les gens ordinaires qui manifestent le plus d’arrogance. Ce genre d’individus n’attire pas le respect. A contrario, ceux qui sont véritablement humbles, ne sont jamais arrogants et attirent toujours le respect et l’admiration des autres.

La qualité essentielle des personnes humbles, c’est la manifestation de la gentillesse. On reçoit alors de la part des personnes à qui on a manifesté de la gentillesse, des vibrations de gratitude. En recevant ce genre de vibrations, on a la possibilité de baigner constamment dans un univers de gratitude et ainsi de s’élever sur le plan spirituel.

Principe N° 3 :

Le troisième principe qui constitue la base et les fondations du véritable bonheur est l’acceptation confiante des mécanismes qui permettent à tout l’univers de fonctionner dans la plus grande harmonie. Autrement dit, en tant qu’être humain, au niveau de notre cœur et de notre âme, nous devons être obéissants aux lois qui permettent à la nature de prospérer. Nous devons nous soumettre à ces lois universelles.

Que se passe-t-il pour un homme qui décide de se jeter du quatrième étage par la fenêtre de son immeuble ? Il va tout simplement s’écraser sur le sol car il existe la loi de la pesanteur. Chaque être humain a son libre arbitre. Soit il vit en respectant les mécanismes conçus pour que la création prospère dans l’harmonie, soit il enfreint ces lois et en subit alors les conséquences. Ce n’est pas la faute de la mer si une personne qui ne sait pas nager se noie.

Avec le même état d’esprit, nous devons nous plier avec reconnaissance et confiance aux évènements que nous rencontrons dans notre vie. Ils ne sont que la conséquence de ce que nous avons fait au cours de nos réincarnations successives.

En d’autres termes, il nous suffit d’ouvrir un parapluie lorsqu’il commence à pleuvoir !

vie heureuse  35

Se soumettre avec reconnaissance aux évènements qui jalonnent notre vie est un entraînement qui nécessite de la persévérance et du courage.

A travers cet exemple si simple, on peut comprendre quelle doit être notre attitude à tout moment de notre vie.

Prenons un autre exemple. Des morceaux de bois sont entraînés dans le courant d’une rivière. Certains s’accrochent à des obstacles longtemps et d’autres se libèrent rapidement. Dans tous les cas, ils finissent tous par rejoindre la mer. Nous pouvons donc comprendre qu’il est inutile pour nous de nous inquiéter quant à la suite de notre vie. Lorsque le moment est arrivé pour un morceau de bois de se détacher et d’être entraîné par le courant de la rivière, il le suit et arrive à destination. Le destin est aussi simple que cela. Lorsque le moment se présente pour nous d’être libéré de telle ou telle chose, on saisit cette chance et on se libère.

Cette attitude est la même dans tous les domaines de notre vie.

Dans les affaires, lorsqu’on connait un « échec », il nous suffit de nous retirer et de nous préparer à saisir une nouvelle chance. Quand celle-ci se présente, on la saisit tout de suite et on fait de son mieux pour réussir.

Au cours d’une bataille, en temps de guerre, les meilleurs généraux sont ceux qui savent choisir le bon moment pour battre en retraite. Lorsqu’ils pressentent qu’ils risquent de perdre une bataille, ils retirent leurs troupes sans hésitation. Il en est de même pour nous, dans notre vie quotidienne. Ceux qui ne savent pas se retirer au bon moment connaissent la plupart du temps des échecs.

Prenons un autre exemple. Nous n’avons pas besoin d’avoir des connaissances particulières pour faire fonctionner un poste de télévision. Il suffit d’appuyer sur le bouton « marche » et il se met en marche, ou de sélectionner une chaine pour y voir le programme correspondant.

S’il nous fallait connaitre la technique de son fonctionnement, il n’y aurait personne pour utiliser cet outil. Il nous suffit de croire que ça marche et d’être obéissants au « mode d’emploi et d’utilisation » de son inventeur. Les principes qui dirigent l’univers ont été créés bien avant la naissance et l’apparition des hommes sur terre.

C’est parce que la vache mange de l’herbe qu’elle donne du lait. Il n’y a chez elle aucune argumentation, aucun raisonnement du style : « Pourquoi dois-je manger toujours la même nourriture ? ».

De la même manière, nous n’avons pas à ergoter sur le pourquoi des évènements qui se déroulent dans notre vie. Que nous vivions des évènements heureux ou que nous soyons dans une situation difficile, dans tous les cas, en fin de compte, nous connaitrons le bonheur. La destination finale pour l’être humain, c’est d’être heureux. Nous avons été créés pour cela. Certains croyants diront : « Inutile de s’inquiéter, nous sommes dans les bras de Dieu ! ».

Dans l’Evangile selon St Matthieu (chapitre 6), il est dit :

« Ne vous amassez pas de trésors sur la terre … mais amassez-vous des trésors dans le ciel… Ne vous inquiétez pas pour votre existence, de ce que vous aurez à boire, ni pour votre corps de ce que vous aurez comme vêtement… Regardez les oiseaux du ciel, qui ne sèment ni ne moissonnent et qui n’amassent pas dans les granges, mais que nourrit votre Père Céleste. Ne valez-vous pas plus qu’eux ? Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous sera donné en plus… Qui de vous, d’ailleurs, pourrait, à force de soucis, augmenter d’une seule coudée la longueur de sa vie ?».

Au chapitre 7, du même évangile, Jésus dit :

« Demandez et on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et on vous ouvrira. Car celui qui demande reçoit, qui cherche trouve et à qui frappe, on ouvrira. En est-il un parmi vous qui donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? Ou qui lui donnerait un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc vous, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner à vos enfants des choses qui sont bonnes, combien plus votre Père qui est dans les cieux, donnera-t-il ce qui est bon à ceux qui lui demanderont… »

Au chapitre 18, il est dit :

« Je vous le dis en vérité : si vous ne redevenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux… Tout ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous aurez délié sur la terre, sera délié dans le ciel… ».

Pour cultiver cet état d’esprit qui consiste à être ouvert et réceptif aux mécanismes organisés par la force créatrice, nous vous suggérons de suivre les conseils et recommandations que vous pouvez recevoir de la part des autres. Par exemple, si quelqu’un vous recommande de lire un ouvrage, suivez son conseil. Nous avons appris qu’il n’y a pas de hasard. Pour devenir capable d’agir ainsi, il est bien sûr nécessaire d’abandonner le plus rapidement possible sa nature égocentrique et de faire preuve d’un amour altruiste.

D’autre part, il est essentiel de comprendre que tout ce qui nous arrive dans la vie a une utilité. Prenons l’exemple d’une famille au sein de laquelle les parents se plaignent que leurs enfants sont désobéissants. Accepter les mécanismes organisés par la force créatrice consiste pour les parents à prendre conscience qu’eux-mêmes ont le même genre d’attitude. Il est probable qu’ils se disputent souvent devant leurs enfants ou qu’ils vivent d’une manière qui ne soit pas conforme aux lois de l’univers. Ce genre de parents ne se rend pas compte que leurs vibrations pénètrent très facilement dans l’âme de leurs enfants. Ces derniers ne sont en réalité que la projection de l’état spirituel des parents. Aussi, les parents devraient se consulter et prendre la décision de se corriger eux-mêmes. Ils devraient prendre conscience que la cause réelle de cette situation se trouve dans leur propre attitude intérieure à l’égard de la vie.

En résumé de cet article, nous vous invitons à mettre en pratique dans votre vie quotidienne, ces trois principes :

1) Remercier la force créatrice à chaque instant et pour tout ce qui nous arrive dans la vie, ce que nous considérons comme un »bien » et ce que nous considérerons comme un « mal ».

2) Pratiquer l’humilité du cœur.

3) Accepter avec confiance tous les évènements auxquels nous devons faire face dans notre vie. Ils n’ont pour but que notre évolution.

Nous vous conseillons d’autre part, de partager vos expériences vécues par la mise en pratique de ces trois recommandations.

Evangile selon St Matthieu, Chapitre 13, verset 15 :

« On n’allume pas non plus la lampe pour la mettre sous le boisseau mais on la met sur le support et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. Qu’ainsi brille votre lumière pour qu’ils voient vos bonnes œuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux ».

vie heureuse 36

Conclusions

1°) Les difficultés et les épreuves de la vie ne sont que la partie visible de l’iceberg et ne représentent que des symptômes. La véritable cause de ce que nous appelons « malheurs » se trouve dans la partie immergée de cet iceberg.


2°) En prenant conscience qu’il nous est donné de vivre, sachons manifester de la reconnaissance envers la force créatrice qui nous comble de ses bienfaits.

3°) La puissance et la science humaine sont forcément limitées, ce qui n’est pas le cas pour la puissance et la science issues de la force créatrice. Ce qui est essentiel, c’est de parvenir à croiser ces deux puissances. Recourir seulement à la puissance humaine ou recourir seulement à la puissance créatrice n’est pas une attitude très judicieuse. Tout ce qui existe dans l’univers trouve son origine dans la puissance créatrice. En réalité, sans cette puissance, la nature et l’humanité ne pourraient pas exister. Pas même un seul jour !

4°) L’égocentrisme est le principal obstacle de la manifestation de la reconnaissance. C’est également lui qui nous empêche de réaliser l’unité au sein d’un groupe. Un homme égocentrique ne peut recevoir l’énergie issue de la puissance créatrice et, de ce fait, il est incapable de vivre en respectant les principes qui dirigent l’univers.

5°) Il est nécessaire d’exprimer et de matérialiser sa reconnaissance à travers tout ce que nous entreprenons dans notre vie de tous les jours.

6°) Lorsque l’on prend conscience de tout le mal que l’on a fait au cours de nos réincarnations successives, on s’efforce de se racheter par des actions altruistes qui vont contribuer au bien-être d’autrui.

7°) Concevoir l’existence autrement, c’est avoir un regard différent sur les autres et les évènements en conservant à chaque occasion un état d’esprit positif. Chaque situation de notre vie peut être un tremplin pour nous permettre de nous améliorer et faire évoluer notre existence ou, au contraire, nous faire chuter d’avantage et la faire empirer.

8°) Juger de ce qui est bon ou mauvais n’est pas une prérogative de l’homme. Celui-ci ne peut que constater un fait.

9°) Ce que les hommes ont appelé « maladie » ou « évènement malheureux » sont des mécanismes merveilleux destinés à éliminer leurs impuretés spirituelles, mentales et physiques et sont la manifestation du grand Amour de la puissance créatrice. Après chaque phénomène de ce type, les êtres humains sont davantage purifiés et se dirigent vers le véritable bonheur.


10°) En vertu du principe d’équilibre, notre vie actuelle, avec ses joies et ses peines, est le résultat de nos vies passées. Toutes les fleurs de demain sont dans les semences d’aujourd’hui. Ce que nous avons fait hier ne peut être modifié. L’avenir, se construit au présent.

11°) L’humilité apparente doit être le reflet de celle du cœur. Elle doit être la manifestation de ce qui existe au niveau de notre moi profond (de notre âme).

12°) Sans cultiver une attitude d’ouverture et d’acceptation à l’égard des mécanismes qui régissent l’univers, nous ne pouvons pas recevoir facilement les vibrations issues de la force créatrice. Cultiver cet état d’esprit améliore notre destinée. De plus, en raison du changement d’époque, nous passons d’une civilisation qui s’oppose aux principes créateurs à une civilisation qui sera en harmonie avec ces principes. Sachons nous-mêmes vivre en symbiose avec ces règles pour ne pas prendre du retard face à ce changement d’époque.

FIN

NB : Les textes bibliques ne sont là que pour illustrer mes propos. Ce sont des citations qui n’ont pas pour but de promouvoir la religion catholique.

http://epanews.fr/

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire ELISHEAN Portes du Temps, et j'en suis très heureuse. Ce site a besoin de vous, pour perdurer et tenter de toujours mieux vous satisfaire.

Si vous pensez qu'un livre mérite d'être lu par le plus grand nombre, n'hésitez pas à me le faire savoir via le formulaire de contact.

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean. Vous pouvez contribuer à la continuité de ce site de plusieurs façons, en achetant vos livres sur Amazon via le site, et/ou en faisant un don sécurisé sur PayPal. Même une somme minime sera la bienvenue. Merci à vous. Miléna

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension individuelle et collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com



Copyright les Hathor © Elishean/2009-2020/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email
Annonces