Le voyage aux frontières de l’esprit est une aventure passionnante. Nous allons de découverte en découverte et nous sommes à nouveau surpris et émerveillés comme des enfants.

Lorsque nous décidons d’entreprendre cette aventure, nous le faisons sans en ressentir les bienfaits et ceci nous incite à tout arrêter à moins que nous soyons réellement déterminés.

Toute aventure est un périple et le début du parcours est difficile, ce qui est la raison pour laquelle les aventuriers du monde physique étaient des passionnés désireux de découvrir de nouveaux horizons, de repousser les frontières, sans jamais savoir s’ils allaient réussir.

La soif de nouvelles découvertes était ce qui les poussait en avant et d’autres pariaient sur ce cheval motivés par l’appât du gain. En route, ils faisaient face aux terreurs provoquées par leurs mythes et légendes, les sirènes et les krakens, mais ils avaient le courage de regarder Méduse dans les yeux afin de voir s’ils allaient réellement mourir. Nous savons grâce à eux que ces mythes et légendes n’existaient que dans l’imaginaire collectif, des symboles de leurs peurs, mais aussi de leurs rêves, qu’ils personnifiaient, leur donnant alors sur eux un pouvoir qui s’exprimait sur leurs vies matérielles.

L’aventure aux frontières de l’esprit concrétise aussi nos peurs et des montres horribles ainsi que des démons nous apparaissent dans le monde astral créé par les émotions tapies dans notre subconscient. Lorsque nous en devenons conscients en pratiquant l’exercice de la conscience qu’est la méditation, nous les voyons à la troisième personne et ceci peut nous donner envie de tout arrêter et de nous enfuir à toutes jambes en nous signant afin de nous protéger du Mal. Si d’aventure nous continuons l’aventure, c’est avec une certaine méfiance car notre foi dans les mérites de l’aventure s’est refroidie. Non seulement nous devons faire face à notre propre Minotaure mais aussi aux larmes refoulées dans notre subconscient.

Petit à petit, nous apercevons une frontière et la passion de l’aventure renaît de ses cendres. Nous ressentons d’abord l’énergie et l’expérience est douloureuse au début car nous n’y sommes pas adaptés, tout comme l’expérience de la mer l’était pour les premiers aventuriers qui ne savaient pas comment voyager de façon efficace. Ensuite, nous voyons l’énergie et nous commençons à voir, à entendre et à percevoir avec les yeux de l’esprit. Nous sommes sur une nouvelle terre, une Terre Promise.

Si nous y allons sans nous purifier l’esprit de toutes ses conceptions erronées, nous ne pouvons découvrir que le monde astral avec ses créatures vivant dans la dualité comme nous et s’alimentant de notre énergie tout comme nous nous alimentons de sources d’énergie de notre monde. Nous nous apercevons alors que nous sommes au bas de l’échelle alimentaire dans ce monde dans lequel nous existons sans en avoir conscience. L’expérience nous permet de remettre à jours nos concepts et nos perspectives dans l’ordre de l’univers.

Si le voyage est entrepris avec des intentions pures et des objectifs spirituels permettant l’acquisition de la sagesse et l’éveil de la conscience, nous sommes alors en mesure de découvrir d’autres horizons, des horizons qui se trouvent à la portée de notre âme. Si le monde astral est le monde de notre subconscient, l’éveil de la conscience, qui se fait dans la douleur provoquée par la conquête du Minotaure, nous mène vers notre âme qui se situe au niveau de notre cœur et qui vibre aux fréquences pures du cœur. L’éveil de la conscience débute par la conscience de notre subconscient, on y fait la lumière sur les plans intellectuel et spirituel afin d’en chasser l’obscurité.

Alors, on prend conscience de l’existence de notre âme et cette prise de conscience fait peur car nous nous demandons si nous avons affaire à un Dieu ou à un Diable, notre environnement nous faisant croire fermement à leur existence dans l’Absolu plutôt que dans la relativité. Si l’aventure parvient toujours à éveiller notre curiosité afin de voir si nous allons réellement mourir, nous découvrons la beauté et l’amour de notre âme.

C’est cet amour qui active la connexion entre notre esprit et notre âme. Lorsque la connexion est activée, nous activons le véhicule de l’âme, ou le chariot de Dieu qui est la Merkabah, l’équilibre entre le corps, l’esprit et l’âme qui ne peut être obtenu que par notre amour de Dieu qui est l’Un, sans personnification ou identité spécifique.

L’Éternel n’est pas une image que l’on fabrique afin de se prosterner devant elle, il ne se limite pas à un cadre de représentation, à une personnalité spécifique ou à un livre.

Notre esprit ne peut concevoir l’Un tant qu’il ne se trouve que dans des parties existant par des descriptions et des concepts. Notre âme est notre partie du Divin et ceux qui renient leur âme ou tentent de l’utiliser afin d’obtenir du pouvoir temporel renient la Vie Éternelle et le pouvoir intemporel. C’est notre âme qui décide de notre destin temporel, si nous le lui permettons, car elle connaît tous nos mondes, ainsi que notre passé et notre futur. Elle sait donc ce qui est mieux pour nous et elle ne nous mènera que là où elle souhaite nous mener plutôt que l’inverse.

C’est ce que j’appris aux petites heures du matin, lorsque j’affirmais mon amour pour mon âme. Mon chakra du cœur, au milieu de ma poitrine, se mit à gonfler de la grosseur d’une balle de tennis, tandis que, les yeux fermés, je voyais le plafond au-dessus de mon lit s’éloigner. Tandis qu’une lumière brillante émanait de mon corps qui était étendu sur le lit, je vis apparaître devant mes yeux un grand écran de télévision, pendant qu’une image et un son limpide transmettait un publi-reportage. L’image montrait d’abord deux petites filles assises sur une serviette posée sur une pelouse au soleil. Cette image était fixe et montrait les petites filles avec un visage triste. Cette image se déplaça vers le haut afin qu’apparaisse au-dessous une autre image, cette fois animée, identique sauf que les petites filles semblaient heureuses. Elles levaient la tête vers le haut afin de me regarder et la plus âgée des deux me dit que la fille à ses côtés était sa sœur. Je lui répondis qu’elle était adorable.

Puis l’image changea afin de montrer un petit garçon dans un cabinet médical. Il était souriant et épanoui et on comprenait qu’il répondait à un entretien avec un journaliste qui était hors-caméra. Il dit avec une belle assurance qu’il était allé voir un Médecin du Psychisme et qu’il avait eu une Kundalini. On pouvait constater qu’il était guéri de ce qui l’avait mené à aller voir un médecin. On comprenait aussi que c’était un publi-reportage aux terriens du futur.

Comme j’étais pleinement éveillée lors de cette expérience, lorsque mon esprit revint au présent, j’eus la certitude que les psychiatres ainsi que les médecins du corps n’existaient pas dans le futur et que nos descendants iraient voir des Médecins du Psychisme afin de guérir de leurs maux physiques-psychologiques. C’est une profession qui existe dans le futur et c’est une découverte merveilleuse.

Auteur anonyme

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email