Message de IMKAÏKAKAÏKOUPA reçu par Guylène Vaucelles

L’univers est en forme de cône car l’énergie ainsi que la lumière se déplacent sous la forme de spirales. Le Père Créateur est le point de départ de l’énergie car il est lui-même énergie et lumière. Le Père Créateur se trouve donc a la pointe du cône.

univers côneL’énergie dans cet univers se compose de plusieurs facettes ou modes d’expression.

Il y a vingt modes d’expression : les 20 glyphes Mayas, vingt lettres de l’alphabet
Il y a quatre supports d’expression = les quatre éléments – l’eau – l’air – le feu – l’énergie de la planète c’est-à-dire l’essence de le planète, ici pour nous c’est la terre : ils sont aussi représentés par quatre lettres de l’alphabet. 20 + 4 = 24 les 24 lettres de l’alphabet

La lumière dans cet univers est composée de treize rayons qui sont : Bleu – jaune – rose – blanc – vert – or et rubis – violet – or – argent – blanc doré – bleu doré – orange cuivré – cristal.

C’est différents rayons sont représentés par les treize chiffres de base pour les mathématiques. Il est donc important de compter en base treize et d’avoir treize chiffres = 13 sigles pour les mathématiques.

Dans l’univers tout est vibration, tout est énergie donc le vide n’existe pas et le zéro n’existe pas.

Quand il n’y a rien nous sommes en présence de l’énergie pure non manifestée. C’est-à-dire non rassemblée par une idée, un concept qui donne forme à quelque chose de plus ou moins dense suivant le niveau vibratoire dans lequel se manifeste la concrétisation de la pensée qui est le plus souvent le plan de l’émetteur de la pensée.

Une pensée est créatrice c’est-à-dire que l’être humain qui pense = qui émet une pensée. Quand cette pensée rencontre l’énergie pure du nom manifesté elle retourne alors chargée de cette énergie vers son émetteur en traversant les différents plans pour créer dans l’environnement de l’émetteur de cette pensée un évènement ou une forme.

L’énergie pure est l’énergie de création. Elle circule dans les trous noirs de l’univers. C’est l’énergie du non manifesté.

Pour qu’il y est création il est nécessaire que la lumière intervienne pour donner la forme et la couleur.

La lumière est composée de treize rayons soient :

Douze rayons de lumière. C’est-à-dire douze spectres de fréquences. Le treizième rayon étant celui qui permet de mettre en forme. C’est-à-dire d’agencer l’énergie pour créer une forme. Ce treizième rayon est le rayon cristal.

Les mathématiques et la numérologie à treize chiffres permettent des calculs beaucoup plus simples :

PI = π ainsi que PHI = φ, π et φ sont alors des nombres finis.
Les mathématiques de cet univers sont organisées de la façon suivante : Treize chiffres = 13 glyphes.

Des index pour passer d’un plan à l’autre :
1er index de 14 à 26
2e index de 27 à 39 etc.…
Sans utilisation du zéro car le non manifesté, c’est-à-dire ce qui semble vide à l’œil nu est de l’énergie pure féminine. La lumière quand à elle est le principe masculin de la création dans cet univers.

Le Père Créateur est la lumière de base qui correspond aux treize chiffres.

Puis les spirales d’énergie et de lumière descendent dans le cône. Le cône est formé par les spirales de Fibonacci ; l’une féminine l’autre masculine.

Il y deux spirales. A chaque changement d’index nous changeons de plan ce qui donne également les différentes dimensions. Par ailleurs l’énergie est une vibration donc elle suit une courbe sinusoïdale. La fréquence de l’énergie émise est forte au point d’émission et s’amenuise au fur et à mesure de son éloignement de la source.

1er plan = le Père Créateur = les treize chiffres = 1ère dimension
2e plan = 1ère spirale = Index 1 à treize chiffres = 2e dimension
3e plan = 2e spirale = Index 2 à treize chiffres = 3e dimension
Etc…

La dimension = le plan de conscience dans cet univers est égale à π r2 = π rayon du cercle de la spirale au carré.
La distance de ce plan par rapport au point d’émission (point source) de la spirale = y φ
* φ = le rapport de la spirale de Fibonacci

Donc un plan dans l’univers se situe dans une dimension donnée à une certaine distance de la source.
* y = distance du plan par rapport à la source
* r = rayon de la spirale
* f = fréquence de l’énergie
Sachant que plus l’énergie descend dans le cône plus elle diminue en fréquence.

Le plan = la dimension est aussi déterminé par la fréquence de l’énergie de ce plan. Chaque tour complet dans la spirale peut aussi se définir par le rayon de cette spirale et la fréquence de l’énergie qui est dans cette spirale. Sachant que r (le rayon) augmente en fonction du rapport φ (phi) de la spirale et que f (la fréquence) diminue en fonction de l’éloignement de la source.
Un plan = un cercle dans le cône peut se définir comme suit : Y φ π r2 f
Y φ = mouvement de la spirale
π r2 = surface du plan
f = fréquence de l’énergie

Une dimension est égale à un Index donné aux treize chiffres de base des mathématiques. Une dimension varie en fonction de r (le rayon de la spirale) qui est en constante augmentation et de f (la fréquence de l’énergie) qui est en constante diminution.

Par exemple :
Si sous plaçons des grains de sable sur une surface plane et que nous faisons vibrer cette surface plane la forme du cône sera adoptée par les grains de sable en fonction de la fréquence de la vibration, (c’est-à-dire en fonction de l’énergie transmise à la surface plane sur laquelle reposent le grains de sable) et en fonction aussi de la spirale crée dont la hauteur maximum dépend du plan dans lequel on se situe pour faire l’expérience.

Les deux spirales forment un cône et grandissent de façons différentes :
L’énergie de la façon de la fleur de vie.
La lumière par l’amplitude de la courbe sinusoïdale.

Il est à noté que la conceptualisation dans les différents plans de conscience est harmonieuse mais que notre perception de ces plans peut être différentes. En effet les informations collectées pendant une visite dans un de ces plans est conceptualisé dans le notre avec nos propres références et non pas celles de ce plan.

L’univers est constitué de plusieurs facteurs qui le déterminent :

La source
L’énergie
La lumière
Quatre éléments

De la source sont émises deux spirales l’une pour l’énergie l’autre pour la lumière.

Ces deux spirales tournent en sens inverse l’une de l’autre : l’énergie dans le sens inverse des aiguilles d’une montre alors que la spirale de la lumière tourne dans le sens des aiguilles. C’est pour cela que vous percevez seulement l’une d’elle quand vous faite descendre des spirales de guérison avec les différents rayons. L’œil humain ne perçoit que la spirale de lumière.

L’information se déplace dans le Torus, la spirale, en ondulant suivant une courbe sinusoïdale.

Le diamètre de cette spirale augment avec son éloignement de la source ce qui explique la forme de cône de l’univers. L’énergie comme la lumière ont une spirale qui grossit en s’éloignant de la source. Pour l’énergie l’évolution du diamètre de la spirale est organisée en suivant la multiplication des sphères de la fleur de vie. Pour la lumière l’évolution du diamètre de la spirale est créée par l’augmentation de l’amplitude de la courbe sinusoïdale. Nous pouvons donc dire que l’énergie suit l’évolution de la fleur de vie et que les différents rayons de la lumière sont de plus en plus large compte tenu de l’amplitude de la courbe sinusoïdale qui augmente.

C’est deux spirales se déplacent dans l’univers en respectant le rapport φ (phi). Il est donc important de savoir que la distance entre chaque spirale est égale au nombre φ.

Si nous voulons savoir comment nous situer dans cet univers il faut donc tenir compte de la distance y (la verticale sous la pointe du cône), du rapport φ, de la fréquence de l’énergie et de l’amplitude de la lumière. Sachant que l’énergie diminue sa fréquence au fur et à mesure quelle s’éloigne de la source et que l’amplitude la lumière augmente au fur et à mesure quelle s’éloigne de la source.

Nous savons par ailleurs que chaque dimension correspond à un cercle de la spirale et que celle-ci est en constante augmentation.

Il faut donc tenir compte du rayon de la spirale qui augmente pendant tout le trajet dans la dimension concernée. En effet si l’on considère le point de la spirale au début de la dimension et le point de la spirale à la fin de la dimension ; c’est deux points seraient l’un au dessus de l’autre pour former un cercle s’il n’y avait pas allongement du rayon.

Nous pouvons aussi dire que la dimension est un espace de ce cône qui varie en énergie et en lumière, c’est donc plusieurs plans qui forment une dimension.

Cette dimension sera d’autant plus élevée tant en énergie quand lumière qu’elle est près de la source. Une dimension peut donc se caractérisée par un espace dans lequel varie l’énergie et la lumière sur leur spirale suivant le rapport φ. Les variables à prendre en compte sont donc l’énergie, la lumière et la distance par rapport à la source.

Si nous regardons ce qui fait augmenter les deux spirales nous avons dit précédemment que l’énergie évoluait suivant la multiplication des sphères et la lumière avait une courbe sinusoïdale plus ample.

Nous savons que l’énergie évolue dans l’espace en modifiant sa fréquence, c’est-à-dire que la fréquence au niveau de la source est la plus élevée et que celle-ci diminue au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la source.

Une dimension est donc fonction aussi de la fréquence de l’énergie (f) de la spirale qui l’entoure.

Nous avons vu que la lumière est composé de différents rayons dont la fréquence ne changent pas à travers les dimensions, c’est-à-dire que chaque couleur existent dans les différents plans donc la fréquence de la lumière est identique mais l’amplitude le la courbe sinusoïdale augmente. C’est cette amplitude qui fait grandir la spirale de lumière au fur et à mesure de son éloignement de la source.

Cette amplitude représente le temps que met cette lumière depuis la source pour arrivée sur le plan considérée. Donc l’amplitude est égale au temps d’un plan. Donc une dimension a aussi une variable qui est fonction du temps que met la lumière depuis la source pour arrivée dans cette dimension.

Le temps en début de dimension est donc différent de celui de la sortie d’une dimension.

Nous pouvons donc dire qu’une dimension est à y φ la distance par rapport à la source de lumière facteur de la fréquence de l’énergie facteur de l’amplitude (a=le temps) de la lumière.

Nous pouvons observer qu’une dimension est donc liée à la fréquence de l’énergie, le temps et la distance de la source.

Pour définir un plan celui-ci dépend :
y la distance à la verticale de la source
f la fréquence de l’énergie
a l’amplitude de la lumière
Sachant que les spirales évoluent selon le rapport φ, une plan est défini comme suit :
Plan p = y φ f a

Une dimension est comprise entre y φ f a du début de la dimension et y φ f a de la sortie de la dimension. Une dimension est donc égale à différence de y, de f et de a=le temps.
Une dimension D = φ (différence y) (différence de f) (différence de a)
D = φ(?y) (?f) (?a) = φ ? (y f a) = φ ?y ?(f a)

Nous avons observé que la lumière varie son amplitude qui est le temps, donc une dimension est caractérisée par la variable temps qui la compose. De même l’énergie caractérise elle aussi la dimension par sa fréquence qui diminue en fonction de la distance par rapport à la source.

L’énergie varie en fonction de la fréquence de la façon suivante sachant que E = ∞ (l’infini) à la source :
E = y φ f
La fréquence le l’énergie diminue au fur et à mesure de son éloignement de la source donc :
f = y φ E
La lumière varie en fonction du temps de la façon suivante sachant que la lumière a aucune amplitude à la source :
L = y φ a (a=le temps)
Le temps = l’amplitude augmente au fur et à mesure que nous nous éloignons de la source donc :
a = Temps = L y φ

Nous savons également que le temps évolue en fonction de la lumière, il est donc aussi en fonction de l’index des deux spirales. Il est important aussi de constater que les deux spirales grossissent simultanément, leur diamètre est donc identique pour former le cône parfait.

Donc pour que le diamètre des spirales soit égale il faut que l’énergie E et la lumière L soient égales pour un plan donné. Nous savons que deux courbes sinusoïdales procurent le même effet si la variation de la fréquence de l’une est égale la variation de l’amplitude de l’autre.

Donc :
Si E = y φ f et L = y φ a
Alors E = L si f = a

Nous pouvons aussi dire qu’une dimension varie en fonction de l’énergie et de la lumière qui la composent. Une dimension est égale à l’index de la spirale de lumière et à la fréquence de l’énergie.

Soit :
Dimension D? = y φ f Index n-1.
Sachant que l’Index est donnée par la position de la spirale sur le cône par rapport à la pointe du cône. (C’est l’index qui est utilisé dans les mathématiques en bases treize).

Nous avons également vu que les quatre éléments sont les supports pour la concrétisation de la réalité de cette dimension.

L’élément eau est le transmetteur d’informations.

En effet si nous mettons de la lumière à travers un courant d’eau nous pouvons voir que l’eau conduit la lumière. Si nous arrosons une graine celle-ci se réveille et donne une plante compte tenu des informations transmises par l’eau à la graine. Nous savons aussi qu’une goutte d’eau qui est en contact avec une information transporte celle-ci. Donc quand cette goutte d’eau est placée dans un grand volume d’eau elle transmet à tout le volume l’information quelle porte. Toute la masse d’eau porte alors cette information et peut la transmettre à tout ce qu’elle rencontre. Masaru Emoto a montré que l’eau suivant la qualité de l’information qui lui était transmise avait une composition cristalline plus ou moins évoluée.

Les énergies positives et d’amour permettent à l’eau de créer des cristaux qui s’organisent avec des pointes cristallines plus nombreuses. Les informations sont portées par ces pointes cristallines. Donc plus l’eau a des cristaux élaborés plus elle transporte d’information. Masaru Emoto a également montré que l’eau avait une conscience car elle réagie aux formes pensées. Il est cependant important de remarquer que se sont les énergies de pensées positives qui permettent cette composition cristalline évoluée. Il est important également de considéré que la pensée est une vibration donc une onde, les ondes ont une grande influence sur la qualité de l’eau.

Si nous considérons que l’énergie varie en fonction du plan, nous pouvons dire que :
Sachant que I = information et E l’énergie
Eau = I E = I y φ f

L’élément air est le même partout, il est constant dans tout l’univers.

L’élément feu réunit l’énergie et la lumière pour conceptualiser sur un plan donné.

L’élément feu est donc variable en fonction de l’énergie et de la lumière.

Nous pouvons donc dire que :
Sachant que C est la conceptualisation dans un plan :
Feu = C (E+L)
Feu = C ((y φ f) +(y φ a))
Feu = C y φ (f+a)

L’élément terre est la nature de la composition du lieu dans lequel se concrétise la réalité.

La réalité d’un point de l’univers est donc fonction du plan dans lequel elle se trouve. Sachant que la réalité est le réalisation de la création dans un lieu précis.

Si nous souhaitons savoir à quelle endroit du plan se concrétise une réalité il faut regarder l’élément terre. Donc si nous voulons savoir sur quel point dans l’espace de l’univers un chose se concrétise il est indispensable de prendre en compte l’élément terre. C’est-à-dire à qu’elle distance de la spirale se situe ce point dans un plan donné.

Sachant :
y = la distance à la verticale de la source
le plan = à l’horizontal (angle droit avec y).
r est le rayon des spirales énergie et lumière.
T = l’élément terre
T = r ( E+L)
Une réalité R est fonction de l’élément terre et du plan considéré :
R= la réalité
P = le plan
R = T + P = (r ( E+L) + (y φ f a)) = r ((y φ f)+ (y φ a))
R = r y φ (f+a)

La réalité est donc fonction de la fréquence et du temps (car a = amplitude représente le temps)

Nous pouvons donc aussi dire qu’une dimension est caractérisée par les éléments qui la composent et que ceux-ci varient suivant la façon de conceptualiser et d’agencer l’énergie et la lumière pour donner une forme.

Nous avons vu que :
la forme est donnée par le rayon cristal de la lumière,
la conceptualisation est propre à la dimension considérée,
le mode d’agencement de l’énergie et de la lumière est propre à la dimension.
Nous pouvons donc dire qu’une dimension se caractérise aussi par la conceptualisation, le mode d’agencement qui permet au rayon cristal de donner la forme.
Nous avons vu que le feu = C y φ (f+a) et le rayon cristal = y φ a.
Conceptualisation dans un Plan Cp = y φ (f+a) + y φ a

Une dimension peut donc être représentée par les éléments qui la composent. L’eau et le feu sont constants sur un même plan alors que la terre est fonction de son emplacement dans ce plan.

Sachant que :
I = information transmise par l’eau
C = la conceptualisation
Un plan P = y φ (eau + feu) = y φ (I y φ f) (C y φ (f+a))
Plan P = (y φ)2 I (C (f+a))

Nous pouvons donc aussi voir que l’Index n d’une dimension n+1 est donné par la spirale de la lumière qui varie selon l’amplitude a=le temps et y la distance y par rapport à la source.

Index n = D y φ f = φ ? (y f a) y φ f
Index n = φ2 ? (y f a) y f

La conceptualisation est une donnée importante qui permet de comprendre un autre plan tout en tenant compte des distorsions de perception d’un plan à l’autre.

Nous ne pouvons conceptualiser correctement les différents plans de l’univers et donc les différentes dimensions sans tenir compte de ce paramètre qui évolue en fonction de la distance par rapport à la source, de la fréquence et le temps.

Conceptualisation de la Dimension = Cd = (y φ f a) (φ ? (y f a))
Conceptualisation de la Dimension = Cd = y φ f a φ ? (y f a)
Conceptualisation de la Dimension = Cd = y φ2 fa ? (y f a)

L’espace temps d’une dimension est donc une variable du temps dans l’espace.

En effet a = amplitude = temps peut être exprimer de cette façon compte tenue la conceptualisation de la dimension.
Espace temps d’une dimension = Es D = (a – ?a) y φ2 f ? (y f )
Nous savons également que :
Dimension D? = y φ f Index n-1.
Dimension D = ( y φ f ) ( φ2 ? (y f a) y f )
Dimension D = y2 φ3 f2 ? (y f a)
Dimension D? = y2 φ? f2 ? (y f a)
Espace temps d’une dimension = Es D? = (a – ?a) y φ? f ? (y f )

Par ailleurs nous savons qu’un déplacement sinusoïdal en forme de cercle créer un champ magnétique et un courant au centre du cercle qui est fonction du sens de déplacement sinusoïdal.

Donc il existe deux champs électromagnétiques constants dans tout l’univers.

En effet la courbe sinusoïdale de la lumière a l’amplitude qui varie et en même temps la fréquence de l’énergie varie.

Compte tenu que nous sommes en présence de deux spirales qui évoluent en sens inverse un lieu dans un plan est soumis à deux force d’attraction qui s’annulent et maintiennent donc l’énergie et la lumière dans ce lieu.

Nous sommes en présence de deux champs électromagnétiques qui sont aussi fonction du rayon r du cône sur un plan donné.

Sachant qu’un champ électromagnétique se défini comme suit :
Champ électromagnétique = valeur de la courbe sinusoïdale par le rayon du cercle qui créer ce champ.

La valeur de la courbe étant donnée par l’intensité de l’énergie et l’amplitude de la lumière. Sachant que l’intensité de l’énergie est infinie au niveau de la source la fréquence est donc aussi infinie. L’amplitude = le temps n’existe pas au niveau de la source. Nous pouvons donc symboliser la source par un infini petit point.

Le champ électromagnétique de l’énergie est donc :
Champ E = r E sachant que E à la source est ∞ et que y n’existe pas
Champ E de la source = r∞
Champ E d’un plan = r y φ f

Le champ électromagnétique de la lumière est donc :
Champ L = r L sachant que à la source a =temps n’existe pas et que y n’existe pas
Champ L de la source = r y φ
Champ L d’un plan = r y φ a

Sachant que E = L sur un même plan. Alors le champ magnétique est le même pour les deux spirales et donc f = a pour un même plan.

Le champ magnétique d’un plan est donc le champ magnétique de l’énergie par celui de la lumière soit :
Champ d’un plan = (Champ E) (Champ L) = (r y φ f) (r y φ a)
Champ d’un plan = r2 y2 φ2 f a

Si nous voulons nous déplacer à l’intérieur d’un champ magnétique il est nécessaire d’avoir son propre champ magnétique.

C’est alors en agissant sur la fréquence énergétique ou l’amplitude (= le temps ) du plan sur lequel nous nous trouvons que nous pouvons passer d’un plan à un autre. Nous pouvons donc aussi dire alors que pour voyager d’une dimension à une autre il suffit d’agir sur les variables f et a (le temps) de notre plan.

Si nous voulons nous déplacer dans un même plan il faut alors tenir compte de la réalité qui est différente en fonction du rayon de chaque point de ce plan.

C’est l’élément terre qui nous permet de connaître la réalité d’un lieu et donc de chaque point du plan.

Nous avons vu précédemment que l’élément terre et la réalité d’un lieu pouvait se définir comme suit :
T = r (E+L)
R = r y φ (f+a)

Donc chaque lieu de l’univers est dans un champ magnétique avec une réalité différente. Nous pouvons donc définir chaque point de l’univers de la façon suivante :
Un lieu = (champ d’un plan) (réalité)
Un lieu = (r2 y2 φ2 f a) (r y φ (f+a))
Un lieu = r3 y3 φ3 f a (f+a)

Pour nous déplacer en tout lieu de cet univers il est aussi nécessaire de faire varier f la fréquence, a l’amplitude, y la distance de la source, r le rayon par à spirale.

Compte tenu de ce qui vient d’être énoncé nous pouvons donc comprendre que du lieu où nous sommes nous pouvons voyager en tout point de l’univers de la façon suivante.

En activant notre propre champ électromagnétique appelé Merkabah.
En faisant variée notre énergie, notre vibration par l’allègement des discordances jusqu’à retrouver la fréquence de la source (l’énergie de notre essence Divine) qui nous permet alors de nous déplacer sur l’axe du champs Merkabah.
En intégrant la lumière jusqu’à retrouver l’énergie de la source, nous retrouvons la lumière de notre essence Divine qui est en nous même. C’est en retrouvant notre petite cellule Divine qui équivaut au point de la source en nous même que nous pouvons alors être en contact avec l’univers. Notre cellule Divine est dans la chambre sacrée de notre cœur physique, donc il est important de trouver la porte de notre cœur.

La porte du cœur physique s’ouvre avec l’énergie d’Amour, l’énergie pure de la source. Cette énergie est dénuée de toute énergie discordante, il est donc nécessaire de faire un travail important sur la guérison des mémoires qui sont présentes dans les corps subtils de l’être.

Cette guérison des mémoires est importante pour deux raisons.

La première raison est qu’elle permet la montée en vibration de l’énergie de l’être et la deuxième est qu’elle permet également à l’être de percevoir à nouveau son environnement sans les distorsions car les mémoires interfèrent dans les perceptions subtils.

Pour plus de compréhension sur ce qui vient d’être énoncé nous vous suggérons de lire L’ancien secret de la fleur de vie de Drunvalo Melchizedek.

Informations reçues de IMKAÏKAKAÏKOUPA de l’univers IMKAOUKAPA
Notre univers a pour nom IMAKA KÏAOUPA

http://www.lumieresdelaudela.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email