Message du Guérisseur Lestrys transmis par Aurélia Ledoux

« Je suis le guérisseur Lestrys,

Voici un nouveau message que j’aimerai te dicter.

Je sens quelques hésitations, de grandes mouvances de l’esprit chez les vôtres, en ce qui nous concerne, nous les aliens.

Je sens que vous êtes partagés, hésitants, que vous vous posez beaucoup, beaucoup de questions. Cela est bien, cela est très bien.

Je suis, un être que vous pourriez qualifier chez vous comme un « gentil grand père », mais il n’en est cependant rien. Mon âge est certes immense, mais cela me permet de conserver intactes ma vigueur, ma souplesse, et bien sûr ma facilité à m’exprimer.

Il en est ainsi pour mon peuple, et la régénération cellulaire que moi-même et les miens avons reçue, a merveilleusement démultiplié la faculté de guérison, de reconstitution de toutes nos cellules. J’ai ainsi grandi de quelques centimètres, choses amusante, et mon visage ne possèdera bientôt que fort peu de rides.

Non pas que les rides soient un ennui pour nous, mais sans, cela est tout de même plus joli. Cela est mieux, même pour notre peuple de scientifiques, qui aime l’âge et ses enseignements. »

Il rit doucement.

« Aujourd’hui, je parcours une belle caverne dorée de la Terre intérieure, en compagnie d’une équipe de spécialistes, chargés de remédier aux brèches, et aux fissures des plafonds. »

Je perçois fugacement une file de trois petits véhicules rapides à répulsion, dans une belle caverne claire qui semble baignée de soleil.

«Les brèches, comme nous les nommons, sont des éboulements. Les galeries du monde intérieur sont alors obstruées, ce qui peut être bien sûr très dangereux pour les véhicules qui y circulent à très grande vitesse. Bien que les pilotes aient la capacité de prescience, il nous faut agir très vite. En effet, les éboulements se font souvent suite à des réactions en chaîne. Il nous faut souvent alors, alléger la roche, gorgée d’eau, ou soumise à la poussée des gaz du magma. Il existe donc des spécialistes chargés de corriger tout cela de manière très harmonieuse.

Les agents de terrassement peuvent sentir des éboulements avoir lieu lors des secousses sismiques, mais ils ne peuvent intervenir partout.

Il leur faut en premier se positionner au niveau des villes souterraines proches des secousses.

Il vous faut savoir que les voûtes des grottes majestueuses, où se tiennent nombre de villes souterraines, ont une batterie d’équipements pour surveiller leur structure. Il existe des tomodensitomètres, des capteurs de déformation de la paroi, et des capteurs de secousses sismiques.

Nous agissons ainsi en corrélation parfait avec le souffle de notre Mère, la Terre, et nous parvenons à contrebalancer ces effets de poussée.

Mais certaines fois, cela n’est pas possible. »

Il me montre par l’esprit une belle grotte avec une roche dorée brillamment éclairée.

En dessous, se tient une belle cité toute illuminée, formée de belles tours de cristal irisé, en forme de corolles, avec beaucoup d’Êtres de lumière, de Terriens et d’aliens qui y vivent.

Il existe des sages vêtus de grandes robes de couleurs vives qui prient ou méditent, tous en cercle.

Ils sont reliés à la Terre, et chantent pour elle, pour son souffle, afin de l’apaiser.

« Hélas, cela n’a pas suffit », reprend le professeur.

« Il a fallu agir.

Les dispositifs de sustentation de la roche, les vérins sont intervenus, il existe beaucoup de relais gravitationnels. Mais une partie de la roche s’est lézardée et fissurée.

De gros morceaux sont tombés, endommageant des bassins de cultures d’algues. Les autres blocs ont rebondi sur les déflecteurs qui protègent la cité, 400 mètres plus bas. »

Il me montre ces bassins, on voit de grands bacs de verre hémisphériques flottant à plusieurs centaines de mètres, arrosés par des cascades. Les bassins sont reliés entre eux. Durant les réparations, les bassins ne sont pas vidés. Il existe une équipe de petits aliens graciles, en train de placer un dispositif qui repousse l’eau autour des fissures. D’autres aliens ont fait sortir les rochers de l’eau, en les faisant léviter avec grâce.

Une troisième équipe d’aliens minuscules, attachés à des cordes, injectent une sorte de pâte de colmatage translucide dans les fissures, sous les bassins. Sous eux, s’étend un vide de plusieurs centaines de mètres, c’est une vision qui donne le vertige. Ils sont très habiles, on ne voit aucune trace après la reconstitution. Ils sont vraiment parfaits pour accomplir ce travail.

On voit des êtres à bord de vaisseaux de petite taille, lancer des cordes pour tracter les gros blocs de rochers, flottants au dessus de la cité. Ils ont été retenus par une sorte de filet magnétique. Des êtres de lumière surveillent les opérations en projetant des ondes d’anti gravité lorsque cela est nécessaire. Il s’agit d’un travail assez dangereux.

On voit aussi une autre équipe, constituée d’hommes et de femmes, qui est stationnée plus haut, juste sous la paroi fendue, et qui tend de longs cordages.

Ils doivent en premier consolider ce qui ne tient pas au dessus de cette brèche. Ils ont mis sur pied une expédition pour aller stabiliser les niveaux supérieurs. Ils ne manquent pas de courage. Cette équipe comporte plusieurs spécialistes en anti gravité afin d’assurer la sécurité de tous.

« Ensuite, bien sûr, la voûte sera intégralement reconstituée, ils ont l’habitude de ce type de tâche, cela est très agréable pour eux et même amusant. Il existe dans ces équipes de colmatage, des Terriens ordinaires, ayant de grandes capacités pour faire léviter la roche. »

Le guérisseur Lestrys continue son avancée à bord du petit véhicule à répulsion, il est accompagné d’un petit alien au crâne très large, un sage très âgé.

Le véhicule est gris sombre, assez plat, un peu comme une barque avec des sièges carmin, et des équipements de détection. Il flotte à environ 70 centimètres au dessus du sol, ce flottement peut être modifié à tout instant.

Je vois mieux l’alien au teint bleu vert qui accompagne Lestrys et je suis ravie de sa présence en ce lieu.

« Voici un professeur que vous connaissez bien tous, et nous sommes réunis en ce jour pour colmater cette paroi. »

Le professeur Zolmirel, qui l’accompagne, s’incline humblement et sourit. Il est très concentré, ses yeux noirs brillent doucement, un court instant, leur éclat semble vaciller.

Ils sont parvenus à une belle section de la galerie dont la roche est claire, presque blanche cette fois, elle ressemble à du calcaire. On voit trois gros morceaux de rocs qui se sont entièrement fendus, et qui menacent de faire s’écrouler la voûte toute entière.

Le professeur joint les mains puis lève les bras en un geste ample. La voûte doit faire 2 m 50 à 3 mètres.

Les fontis menaçants se redressent, il y a un crissement et la roche se remet en place aisément.

Le guérisseur Lestrys est impressionné, il continue.

« Je suppose que c’est à moi de jouer », dit-il en remarquant la légère fissure qui subsiste dans la voûte.

Il s’assied au bord du petit véhicule et se concentre très fort.

Une sorte de légère luminescence semble émaner de ses mains. Il monte comme un somnambule, dans un bras articulé appartenant à un autre véhicule, qui se tend au ras de la paroi et lui permet d’atteindre la roche. Il promène simplement ses mains sur la surface endommagée, il se produit une lueur assez vive, et la roche apparaît comme intacte.

Le guérisseur Lestrys sourit, ses yeux bleu turquoise sont traversés par un éclat très intense, il redescend.

« Ce n’est pas encore fini », explique-t-il en montrant un autre véhicule minier qui s’approche.

On voit à bord de ce véhicule deux Terriens et un alien absolument minuscule, qui a l’air fort jeune. C’est au tour du petit alien d’être hissé tout près de la roche. Il y a comme une énergie très intense qui sature l’air.

Le petit alien avance sa main minuscule et on entend des craquements, des crissements et d’autres bruits plus sourds. Puis, il fait des gestes plus amples, comme pour lisser la pierre, alors la roche émet des bruits plus faibles, on entend un peu comme le bruit du sable caressé par le vent. On entend ensuite des gargouillements, faisant penser au mouvement d’une nappe d’eau souterraine.

« Il a réussi », reprend le professeur d’une voix admirative, alors que tous félicitent le jeune alien très intimidé.

« Ici, on dit que la roche chante.

Ce sont des facultés très au dessus de la moyenne pour un être si jeune. Notre ami est parfaitement à même d’œuvrer, il peut lisser les couches géologiques les redisposer parfaitement, cela est un don très rare. Son action rend à la roche toute sa solidité. Il est plutôt fatigué aujourd’hui, car les secousses nous demandent beaucoup d’interventions. Les passeurs œuvrent à l’étage supérieur, ils agissent beaucoup sur votre plan. Alors, en leur absence, nous demandons à des êtres dévoués de les remplacer. »

Le professeur remonte à bord de la petite plate forme.

Ils sortent de la grotte blanche et le véhicule arrive dans un grand vide, traversé par de hautes colonnes de pierre naturelle. On voit des trains flottants bleu vif circuler à très grande vitesse, des petits vaisseaux rapides de 10 à 12 mètres de long.

Des hommes et des femmes souriants inspectent un réseau de câbles et de poulies, supportant des séries de télécabines. Les câbles sont utilisés dans les zones de remous magnétiques, où la sustentation gravitationnelle est instable, et insuffisante pour tracter un véhicule. On voit, un peu plus loin, les portes d’une autre cité, où des habitants vêtus d’habits très colorés, hommes et femmes, nettoient des débris de roche, et brossent des parements. Des aliens et des Êtres de lumière les aident à retirer les plus gros rochers et à reconstituer des colonnes endommagées. Les colonnes sont en cuivre doré, elles brillent comme des soleils, elles sont couvertes de motifs végétaux, de moulures, de frises et de caractères agréables.

Un homme installe une colonne de très petite taille sur un rocher. La colonne est très belle et en cuivre jaune, mais de taille très réduite.

« Il existe, reprend le professeur, des êtres qui possèdent des capacités merveilleuses, celles par exemple, de faire croître en taille et en beauté tout ce qu’ils touchent. Cette croissance est un peu semblable à la croissance végétale. Cette colonne va mettre du temps à « pousser ». Il existe ici nombre de prodiges que vous peineriez à entrevoir, à simplement considérer comme possibles. »

« Nous sommes arrivés », annonce t-il.

« Nous entrons à présent dans un lieu de guérison. »

Effectivement, le véhicule a franchi une grande porte toute dorée, puis une seconde, vert bleuté, dont la forme qui fait un peu penser à une harpe. Le passage donne sur un couloir descendant baigné de leurs rosées, le véhicule fonce. Une porte de bois agréablement sculptée apparaît, révélant une salle de soins, deux hommes viennent de l’ouvrir précipitamment.

Le professeur descend du véhicule, qui vient de s’arrêter juste devant la porte et entre dans la petite salle à vives enjambées.

Il se précipite auprès d’un enfant brun au teint clair, d’environ neuf ans, dont la jambe comporte une plaie inquiétante. Une soigneuse découvre son abdomen, très gravement blessé. Il s’agit d’une hémorragie interne très avancée, une blessure fatale pour un être humain.

Le professeur fait agir son fluide, il promène ses mains au dessus de la plaie, la peau du blessé se reconstitue, les lésions internes disparaissent de même, visiblement.

Il fait agir son fluide et aussitôt l’enfant s’apaise. Il agit de la même manière que sur la paroi de la grotte. Alors la plaie de son ventre se referme parfaitement, sans la moindre trace disgracieuse. Il s’occupe ensuite de celle de sa jambe.

Le jeune garçon a un faible sourire, il s’endort aussitôt. Son teint auparavant pâle reprend plus de couleurs.

La soigneuse qui se tient auprès du professeur le remercie chaleureusement.

« Vous êtes arrivé à temps », dit-elle.

Le guérisseur Lestrys prodigue ses soins à d’autres malades, une vingtaine, afin de soigner de nombreuses fractures, des membres écrasés et des plaies du visage. Il sort de la pièce bien plus tard. Des Êtres de Lumière sont attendus afin de guérir d’autres blessures, comme des membres manquants.

Je suis étonnée de cette scène et je demande au guérisseur pourquoi, il n’est pas venu plus tôt guérir ce jeune garçon, ces blessés, plutôt que de s’occuper de la voûte de la grotte.

Il cligne des yeux avec un sourire énigmatique.

« Il existe un ordre des choses, un ordre juste, en soignant cet enfant en premier, la paroi de la galerie aurait eu le temps de s’effondrer, créant des secousses successives. Cela aurait été très dangereux et aurait immanquablement détruit la voûte d’une belle cité situé juste en dessous, faisant d’autres blessés.

Alors, nous faisons les choses dans l’ordre. Et tout est parfait.

Je suis heureux de cette journée bien remplie. Vous devez songez que tout cela est assez chaotique, mais il n’en est rien, les colères sismiques de la Terre sont relativement rares. Il est très rare de devoir intervenir en autant de lieux à la fois. Cette journée, une telle journée et peu fréquente.

Normalement, nous agissons de manière beaucoup plus paisible.

En ce moment, mon ami ici présent, m’assure que la situation est rentrée dan l’ordre, et que toutes les voûtes des galeries ont été stabilisées.

Je suis ravi de cela, ravi d’avoir pu me rendre utile. »

Le petit véhicule flottant s’en retourne donc et le guérisseur Lestrys émerge d’une vaste grotte, longtemps plus tard, en soirée. Il aboutit dans un beau paradis de verdure. Là, une petite maison se tient près d’une cascade avec un verger. Le professeur apparaît au jardin et sa famille se précipite à sa rencontre.

Il sourit, ses deux enfants près de lui, assis sur un large fauteuil clair.

« J’ai été ravi de vous faire cette belle visite par voie télépathique. C’est un beau voyage en images, que vous avez certainement entrevu par ce récit à rebondissements. C’est ce qu’il nous faut faire, c’est ce que nous faisons avec grâce, avec joie. Il nous plait d’aider d’autres cités en ce monde intérieur, lorsque notre présence est requise. »

Il désigne le ciel bleu et doré, orangé sur l’horizon, d’un geste lent.

« Ici, à notre niveau, point de voûte, point de pierre, juste l’éclat du soleil levant, un éclat qui fait murir les fruits en leur donnant une taille prodigieuse. Alors, il nous plait d’aller aider les habitants des cités baignant sous les voûtes de pierre. Ils sont de même ravis de venir lorsque la saison des récoltes arrive, c’est alors que nous avons besoin de nombreux visiteurs.

Oui, tout se déroule en harmonie, nous aimons échanger, discuter avec les très nombreux peuples du monde de l’intérieur.

Nous vous saluons, riches habitants de la Terre, riches par l’esprit, par le cœur, de tout cet amour que vous donnez à vos proches, vous êtes des familles respectables, nous vous envoyons nos meilleures pensées de joie, heureux habitants de la surface,

Je suis le guérisseur Lestrys, avec vous par l’esprit, »

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

qu’il ne soit pas coupé
qu’il n’y ait aucune modification de contenu
que vous fassiez référence à notre blog http://www.unepetitelumierepourchacun.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean



Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email