WISDOM TEACHING avec David Wilcock

Bonjour, je suis David Wilcock et bienvenue pour un nouvel épisode de Enseignement de la SagesseJe suis heureux de vous retrouver.

Je vais maintenant approfondir un peu ce que l’on a vu. On a parlé des principes biologiques, de l’ADN en tant qu’onde quantique, de présence extraterrestre dans beaucoup d’anciennes cultures et des ruines de leur architecture ici sur Terre. On vous a montré des images de leurs crânes et des représentations d’eux, dont certains avec la base du crâne allongé. On en a parlé dans beaucoup d’épisodes. Plus besoin de les remontrer, sinon j’aurais des messages de haine. Les gens veulent de l’inédit.

Dans cet épisode, on reparlera de choses abordées dans l’épisode précédent, car elles nous serviront de base pour développer. C’est l’épisode 17, dans lequel on reparlera des mystères de l’équipe de travail connue sous le nom de Majestic 12.

Sur cette photo, on apercevrait Eisenhower avec les Majestic 12, dans le cadre de ce programme secret compartimenté pour, comme mentionné dans l’épisode précédent, développer un traité avec les extraterrestres, appelé Tau IX.

Je me suis demandé s’il y avait un moyen de prouver l’existence de ces extraterrestres. Une des choses qui intéressent Richard C. Hoagland c’est l’archéologie extraterrestre hors planète. Cette preuve est assez tangible. Peu de gens réalisent à quel point.

Au dernier épisode, on a vu l’incroyable travail de Joseph Skipper. Son site Anomaly Research est très complet. Beaucoup d’informations, il est très méticuleux, il a pu trouver la preuve d’une architecture sur la Lune, sur Mars, sous l’océan. Il a utilisé Google Earth, imagerie satellite de Google, et a trouvé plein de choses intéressantes. Son travail est grandement plagié, volé et diffusé en vidéo, sur des sites, sans son nom. Je lui rend donc tout son mérite, car il est victime de ces communautés de pirates, malheureusement.

Bref, con rapport n°67 décrit ce qui pourrait être des tours sur la Lune, photographiées par le satellite Clementine en 1994. Sur la Version 1.5, celle d’origine du site, vous pouviez entrer une latitude et sa longitude, pour voir ce genre de chose.

Vous noterez que cette zone est entièrement floue, ça pourrait être un énorme objet, s’il a une quelconque utilité.

Des témoins comme Donna Hare on avoué que leur travail consistait à flouter les images de la Lune et les OVNIs sur les photos de la NASA.

D’autres témoins du projet de révélation ont dit avoir vu des photos de ce qui était réellement sur la Lune. Maurice Chatelain, qui a écrit le livre « Our Ancestors Came From Outer Espace », eet en 1995, il a avoué qu’on lui a montré des photos avec des architectures sur la Lune. On a plusieurs sources de preuve. Donc (sur la photo ci-dessus), cela pourrait être des constructions gigantesques visibles sur la Lune. Cette grande zone floutée, pourquoi l’a-t-on floutée? Dans la nouvelle Version 2.0 du site de la NASA, ces images n’étaient plus disponibles. Ca a tout changé. Ces données de localisation n’étaient plus disponibles.

Celle-ci ressemble à une large zone floutée pour une raison particulière.

On a aussi ça. L’une des plus convaincantes de toutes. Comme je l’ai dit, il pourrait s’agir d’un dôme, couvrant une zone très large. On parle de plusieurs mètres carrés. Un pixel équivaut à un mètre carré.

Il s’agit donc d’un objet de taille substantielle où des gens pourraient vivre et respirer dans une atmosphère sous un dôme de cristal permettant au soleil de percer, pour voir l’espace la nuit et vivre dedans, se promener, construire des immeubles, etc., sans problème.

Passons ensuite au rapport 68 dans lequel on a plus d’exemples de ce à quoi ressemblent les tours. Regardons les côte à côte. Pour moi, il y a quelque chose.

Et sur ces images, on voit ça là, celui là, celui là (voir les flèches), ici un petit flou aussi ainsi que toute cette zone (au dessus) qui n’a rien à voir avec le reste. Très étrange.

C’est la première zone en haut à gauche, on voit deux éléments floutés bien distincts.

Et ici, à droite, un autre élément distinct, semblable à un dôme, encore une fois.

Ca pourrait être des logements. Il pourrait y avoir des niveaux et des terrasses où des gens vivent, à l’intérieur de ce dôme. C’est une autre possibilité.

Regardez la finesse de la forme. Sur la version aux contrastes avancés, on peut voir une série de cratères sur une ligne droite, il met en évidence la présence de formes géométriques.

Richard C. Hoagland, attire notre attention sur des images prises lors de la mission Appollo X, on peut les commander auprès de la NASA, on vous envoie ce papier brillant dans une belle enveloppe Kraft, et en le regardant, certains chiffres étaient noirs, ça a arriré l’attention de Richard Hoiagland. Il a pensé que quelque chose était caché, et en demandant d’autres copies des images 4822, qui étaient censées être la même image, il a découvert que les nouvelles montraient autres choses, dont ceci. C’est incroyable.

Comme je l’ai dit, si vous voulez construire une grande base, il vous faut de l’espace vide entre chaque aile pour que tout le monde ait une vue. Et ici, on a des angles droits. une ligne droite. Beaucoup de lignes droites et d’angles droits. Tout semble indiquer une structure intelligemment conçue et construite.

Ca aurait dû être une preuve, surtout parce que le collègue de Hoagland, Alex Cook, comme je l’ai dit, a demandé plusieurs copies.

Au total, il avait je crois, 6 images de 4822 montrant cette architecture de plusieurs angles, qui pourraient être utilisés pour une vision stéréo. On pouvait voir les profondeurs d’une grande structure faite de verre.

Il y a beaucoup de sable sur la Lune à exploiter pour en faire du verre et bien sûr, dans une structure en verre, on a l’avantage de pouvoir tout voir, les murs en verre la rendent luxuriante. Ca aurait fait un habitat très sophistiqué et ça l’est peut-être encore.

On a aussi vu une chose semblable à une antenne, que l’on a vu sur Mars, comme on le voit ici.

Bien sûr, tout a commencé sur la surface de Mars avec Richard Hoagland. Il travaillait comme correspondant pour Walter Cronkite à la télévision, pour des sujets sur l’espace dont la mission Appollo, et cette photo est sortie des images 35A72 prise par Viking en 1976, on peut y voir un visage humain très curieux.

Au fur et à mesure que les recherches avançaient, on a trouvé une symétrie bilatérale. Les deux cotés sont entourés par le même genre de cavité crânienne. Un oeil de chaque coté. La bouche continue des deux cotés et le nez semble disposer de narines. Par contre, la tête faisait environ 1,5 km de large. Il s’agit donc d’un énorme objet, qui aurait pu être un possible habitat. De plus, si on se dirige tout droit vers le sud-ouest de ce site, on peut y voir une pyramide à cinq faces d’environ 3 km.

Navré, mais ce n’est pas une montagne créées par des chutes d’astéroïdes et de météorites. On peut clairement voir des sommets très pointus, la géométrie des cotés et des appuis. Il a fallu construire un soutien dans la structure pour tout supporter au milieu. Sans ça, tout s’écroulerait. On dirait bien qu’il y a une fissure au sol (à droite) faisant penser à une attaque de missile pour exploser cette partie. Cela fait penser à une explosion, et une fissure suite à la fonte de cette structure attaquée pendant un conflit.

Je voudrais également montrer ce qui semble être une grande cour, également en forme triangulaire pour se rendre dans cette partie de la structure, et aller sur cette grande place pour se rassembler.

On dirait bien que des gens y ont vécu. L’hypothèse de Hoagland a toujours été ce qu’il appelle une arcologie. Les murs extérieurs étaient tous en verre et faits d’énormément d’étages d’habitations à l’intérieur et les gens pouvaient profiter de la vue. Cette zone semble à la base avoir été entourée par l’océan, exceptée cette petite partie (à la pointe en haut à gauche – photo ci-dessus), mais on pouvait sortir s’y rendre pour profiter de la vue.

On a également parlé du monolithe sur Phobos, la lune la plus proche de Mars, qui semble creuse, ce qui est étrange. Ses caractéristiques orbitales sont étranges. Elle paraît trop proche de la planète, et bouge trop vite. D’après ses caractéristiques elle dispose de cavités, ce qui pousse à croire que son intérieur est une base.

Des gens ont témoigné, de différentes agences spatiales en Europe, à Richard Hoagland, disant qu’ils avaient la preuve qu’il y avait des pièces construites dans Phobos, ils devaient en parler mais ça a été annulé à la dernière minute. mais ils avaient pris des données de sonar de l’intérieur de la lune et ont montré que ces pièces étaient en forme rectangulaire, et cubiques, ils avaient passé le sonar partout. Une reconstruction en 3D, de ces zones cubiques de Phobos.

Comment le faire? Avec ça. Cela semble être similaire à ce que Arthur C. Clarke a décrit dans « 2001 », un monolithe, et la voilà sur la surface de Phobos.

Cette zone ici, comme mentionné, si on zoome assez, on la voit sous forme d’ombre. En zoomant encore plus, on distingue presque une pierre tombale. Ce gigantesque tesson sortant directement du sol, sous forme d’ombre, n’est en aucun cas un événement naturel.

Buzz Aldrin sur C-SPAN a ouvertement déclaré qu’il y avait un monolithe sur Phobos. A la télévision nationale, il a dit que c’était un monolithe, que quelqu’un l’avait construit, et qu’il fallait créer une mission pour retourner sur Mars pour découvrir ce que ça fait là, qui l’a construit et pourquoi.

Dites-vous bien que l’agence spatiale d’après Hoagland, et je lui parlais beaucoup à l’époque, étais prête à témoigner et on les a arrêtés, avec des images des intérieurs de Phobos, avec ces grandes pièces carrées. Information très intéressante. Que s’est-il passé?

Seulement une semaine après le passage de Buzz Aldrin à la télévision pour faire son annonce, le président Obama donne une conférence de presse où il annonce l’initiative d’aller sur Mars, il en fait la nouvelle priorité aérospatiale, avec un arrêt sur une « lune », avant d’atterrir sur la surface de Mars, pour faire escale.

La corrélation entre l’annonce d’Obama et ce qu’a dit Buzz Aldrin sur C-SPAN, n’était pas une coïncidence. C’était incroyable quand c’est arrivé, malheureusement, l’histoire n’est pas allée plus loin. Mais je pense que ça viendra quand on sera plus diffusés, ce qui devrait arriver assez vite.

Le mensonge doit s’arrêter. Il faut sortir du silence.

Il y a également d’autres images, sur cette même lune, Phobos, qui semblent démontrer l’existence d’autres tours.

Passons à l’astéroïde Eros. Voici la ceinture d’astéroïdes, sur lesquelles on voit de drôles de formes aussi. Regardez, si on zoome à 500 m de distance.

Pas aussi gros que celle de la lune, mais on a au moins deux zones ressemblant à un carré, et celle en dessous pourrait bien en être un aussi. Que fait-elle là? Les cratères ne font pas de formes carrées. Les météorites ou les astéroïdes n’entrent pas en collision pour donner une entaille en carré.

Et si il y avait une base souterraine construite sur cet astéroïde? Il l’ont creusée à l’intérieur, et avec le temps, la base a dû être abandonnée. Peut-être suite à une explosion lors d’une guerre, ou une collision avec un autre astéroïde, elle se serait écroulée. L’intérieur de la base est majoritairement creux. Le plafond aurait pu s’écrouler de cette façon, et on voit ici (photo ci-dessus) les bords et toute cette poussière et la matière de la surface laissée par l’astéroïde.

Des témoins m’ont dit qu’en effet, les astéroïdes ont bien été creusés, c’est une chose apparemment fréquente. C’est un des cas passés à travers les mailles du filet, auxquels on a eu accès. C’est très intéressant.

Note de Miléna : Au sujet de mars et de la ceinture d’astéroïde, une série est à voir : The Expanse, sortie en 2015…

La NASA n’est pas sortie de nulle part. Il lui faut le financement des Américains, parce qu’elle coûte très cher. Ce qui est devenu la NASA a dû financer une grande campagne de publicité pour lancer tout ça.

D’ailleurs, qui est la NASA?

Des scientifiques allemands, après la 2e Guerre mondiale, des nazis, ont été intégrés dans l’opération Paperclip, on en a déjà parlé, dont Wernher Von Braun qui a vraiment lancé la NASA, est devenu la figure emblématique de la NASA.

Les « BLACK PROGRAM »: le projet PAPERCLIP et l’établissement d’un 4ème Reich

Mais avant de la lancer, il a fallu la vendre aux Américains. Une série de trois documentaires, faite par Disney, a été diffusée sur les plus grandes chaînes de télévision. Voici le deuxième Man on the Moon, sorti en 1956.

Ce qui est intéressant, c’est que les Américains sont emballés à l’idée d’une mission sur la Lune. Dans cette série, on voit un décollage de fusée, une sonde spatiale tournant autour de la Lune. Puis il se passe une chose intéressante, l’homme dans le vaisseau spatial rapporte une signature thermique inhabituelle sur la surface de la Lune, et ils veulent aller voir au plus près. Ils envoient un vaisseau et quand celui-ci illumine la surface de la Lune, on a cette dissonance perçante, dans le film, la musique arrive d’un coup. Puis on passe d’un astronaute à l’autre dans le vaisseau, qui regardent cette chose, sur la surface de la Lune.

Il s’agit d’une des plus grandes chaînes télévisuelles, produit par Disney, un budget de plusieurs millions de dollars et regardez. Une base très évidente sur la surface de la Lune.

Tout ce temps, ils se préparaient à nous dire la vérité. Ils vont donner de petits indices. Voici la base. Les voici dans le vaisseau en train de la regarder, ils n’en reviennent pas.

Ont-ils mentionné cette base dans l’émission TV après cette diffusion? Non, tout ce que l’on voit, c’est cette base. On passe de plans de la base à des plans des astronautes pendant 12 secondes, accompagné par cette musique dissonante et perçante puis on n’en entend plus parler. L’histoire reprend comme si de rien n’était. Très étrange. Quelle en était l’intention?

Dire aux Américains que s’ils soutiennent la NASA et y mettent des millions de dollars, on trouvera quelque chose sur la Lune. Ils le savaient peut-être déjà. Si les nazis avaient la « Bell Technology », la soucoupe volante qui était la combinaison du travail de Viktor Schauberger et des éléments trouvés suite à des rencontres extraterrestres ayant eu lieu en 1936, dans l’Himalaya, où ils ont rencontré ces extraterrestres de 3 à 4 mètres de haut. Ils leur ont dit comment construire ces soucoupes.  Ils savaient peut-être déjà ce qu’ils trouveraient la-haut.

Une autre preuve que Richard Hoagland a courageusement démontrée, que je tiens à inclure dans « Enseignements de la Sagesse« , c’est Tom Corbett – Space Cadet. Voici une série de diapositives Viewmaster devenues un scénario. Je tiens à dire que ce scénario est devenu « 2001 » d’Arthur C. Clarke. Il a lui-même dit avoir été approché avec une histoire déjà existante dont les détails se retrouvent, selon moi, cachés dans « 2001 », c’est évident. Ils ont ajusté l’histoire, l’ont raccourcie à leur guise, mais on trouve des choses curieuses.

Voici donc les diapos Viewmaster en question de la production d’origine, ce que l’on voit en regardant de plus près, c’est qu’il y a trois éléments, ici.

La pyramide lunaire, la planète rouge et le mystère des astéroïdes.

Je n’ai pas la date, mais je crois que c’est 1956. On a donc trois sections. La première est appelée la pyramide lunaire. C’est l’une des diapositives du Viewmaster sur lesquelles les astronautes vont sur la Lune après avoir détecté une signature thermique anormale, et ils voient ça.

Ce tétraèdre sur la surface de la Lune, avec une pierre finale, semblable à une pyramide Illuminati, avec une carte de Mars à l’intérieur. On voit une image de Mars, avec une carte indiquant la localisation de leur prochaine destination.

Ce qui est intéressant c’est que le scénario original de « 2001 » d’Arthur C. Clarke comprenait la trouvaille d’un tétraèdre sur la surface de la Lune. On assiste donc au scénario précoce. Ces diapositives de Tom Corvett étaient très populaires. Ils se sont fait de l’argent dessus, croyez-moi, car c’était en 3D. On y voyait de la dimension. C’était le coté innovant.

Ensuite ils sont allés jusqu’au petit point sur Mars, et ils ont trouvé ça.

Un monument en forme de félin et ce qui semble être un obélisque (à gauche), comme celui de Phobos. Ce monument en forme de félin est curieusement similaire à la surface de Mars et son apparence. Une carte est présente sur le monument en félin, elle leur indique comment aller à la ceinture d’astéroïdes, où ils trouveront un astéroïde avec un monolithe dans lequel aller, pour trouver cette archive, avec des informations sur les espèces extraterrestres à l’origine de tout, et ils voient ce qui semble être un hologramme.

En 1956, l’histoire parle d’un hologramme, une petite image de vie tenant dans une main et montrant ce qui s’est passé. D’après eux, une civilisation avait colonisé notre système solaire, ils se sont déclarés la guerre, se sont affrontés pour périr et faire exploser leur planète. C’est ce qui a créé la ceinture d’astéroïdes.

Tout ça est caché dans cette image Viewmaster. C’est comme un livret. On regarde les diapos et on lit le livre qui raconte l’histoire. C’est incroyable, et bien sûr, en allant sur un coté de la surface de Mars, les deux cotés sont les mêmes, ici c’est plus simien ( gauche), et ça là (à droite), ressemble à un lion.

Comment l’ont-ils su? Parce qu’ils sont allés visiter. Il y a encore beaucoup que vous ne savez pas. Tout se démêle petit à petit.

L’un des meilleurs illustrateurs de BD, Jack Kirby, a encore une fois été sollicité par les créateurs de la NASA. Ils utilisaient toutes les formes de publicité et marketing possibles. ils ciblaient les jeunes et voulaient attirer les enfants. « Maman, je veux voir les astronautes. » « Je veux voir les gens dans l’espace. » Comment s’y prendre? Le Viewmaster, la bande dessinée, donner envie aux enfants d’aller dans l’espace. Ils l’ont fait en créant une bande dessinée appelée « The Race for the Moon ».

On voit des soucoupes volantes sur la couverture de ce numéro qui est le 2. Ils veulent vous donner envie avec la soucoupe volante, que vous vous disiez que si on retourne sur la Lune, peut-être que l’on ferait des découvertes. Voyez plutôt. Regardez ici (photo ci-dessus Island in the sky ), on a pas seulement un gros point rouge sur Jupiter représentant une sorte de portail, concept similaire utilisé dans « 2001 », mais on voit aussi ça sur la surface de Mars (Face on mars). Attardons-nous dessus.

« De la lune à la planète rouge, où sont les grands yeux témoins de tous les âges, ils ont une histoire à raconter. Ecoutez le visage géant de Mars. »

D’où sortent-ils ça en 1956? Sans la « Bell Technology », sans les soucoupes volantes, qu’ils n’auraient ni découvertes ni vues, ils savaient ce qu’ils allaient découvrir, alors comment l’expliquer?

Regardez la couverture de la bande dessinée.

On voit des gens grimper à la surface qui ressemble extrêmement à ce que l’on voit sur Mars. C’est Richard Hoagland qui l’a découvert et rendu public. Son site est Entreprisemission.com. Il apparaît fréquemment sur « Coast to coast » avec George Noory, et je suis ravi qu’il m’ait donné la permission totale d’utiliser ces images dans mes présentations, car certaines choses qu’il a découvertes sont très importantes, il faut les montrer, je voulais les inclure.

Une fois encore, ce que l’on voit dans cette partie de la bande dessinée, une guerre interplanétaire.

Là (en bas à droite), le personnage dit « c’est une invasion interplanétaire. Ces créatures détruisent toute forme de vie, à échelle mondiale. » La même série d’événements est arrivée. On nous parle du visage de Mars, d’une guerre interplanétaire qui a fait exploser la planète, pour devenir une ceinture d’astéroïde.

On connaît ça. Les mêmes événements se reproduisent. J’ai commencé à entendre parler de tout cela, ce dont je vous parle, en 1992. J’étais un étudiant des plus ordinaires. Je venais d’arrêter tous type de substance chimique. Je consommait de l’alcool et du cannabis à l’occasion, j’ai tout arrêté. J’étais sobre de tout ça depuis environ 5 ou 6 mois, je crois. C’était en février 1992. Ma date de sobriété était, je crois, le 23 septembre 1992. C’est arrivé en 1993. La date est donc correcte, ça devait être 1993.

En 1993, un ami m’a rendu visite dans mon dortoir, blanc comme un linge. Il me dit : « David, assied-toi, j’ai une chose folle à te dire. » J’ai demandé quoi. Il a dit : « Je ne sais pas par où commencer, mais mon prof de physique a travaillé pour la NASA dans les années 70. »…. C’est pour ça que je dois m’asseoir? Il a dit : « Attends, restes assis. » Ce que j’ai fait. Il a travaillé à la NASA dans les années 70, super. Mon ami, continue et me dit que les aliens existent, les OVNIs aussi, que tous les cadres de la NASA le savent, mais que c’est gardé secret. Ca a attiré mon attention.

Ce professeur a délivré toutes ces informations, a dit à mon ami que l’affaire Roswell était vraie, que l’on cachait les preuves, et que ça a engendré toutes sortes de choses : Velcro, Kevlar, fibres optiques, Teflon, lumières LED, faisceaux laser, et vision infra-rouge. Et bien sûr, en plus, les transistors solides et les puces informatiques. Toute la révolution informatique dont on bénéficie actuellement n’aurait pas vu le jour sans la récupération de cette technologie.

C’est assez incroyable, il y avait trois types différents d’êtres à l’intérieur. L’un d’eux était le type de taille moyenne, gris, grands yeux noirs, tête large, corps filiforme. Il y avait un petit gris, et ils ont trouvé un casque sous lequel se trouvait ce qu’ils ont qualifié de monstruosité, sans préciser ce que ça signifiait. Du moins, pas le prof de physique.

Le plus grand ressemblait à un humain typique, ils étaient dans ces vaisseaux. J’ai découvert tout ça en 1993, ça a eu l’effet d’une bombe sur moi. Mon ami m’a dit qu’ils ont trouvé comment accélérer le vaisseau à la vitesse de la lumière. Ils lançaient une particule de radiation allant à 75% de la vitesse de la lumière, puis une autre particule de radiation dépassant la vitesse de la lumière, un milliardième de seconde plus tard, tel un milliard de balles, ça sortait de la particule existante, revenait et atteignait le vaisseau. En le faisant un milliardième de fois par seconde, ça a créé une pression faisant avancer le vaisseau pour atteindre la vitesse de la lumière.

Ca m’a donc amené à quatre ans de recherche, où j’ai commencé à écrire mes rêves le matin, ce qui a conduit à des choses merveilleuses, quand j’ai trouvé ce travail en 1996. La série « La Loi de UN » a complètement changé ma réalité.

Dans le prochain épisode, on va enfin découvrir non seulement qui ils étaient, mais ce qu’ils ont dit, et en quoi ces « Enseignements de la Sagesse » impactent votre vie, et votre chemin spirituel.

Je suis David Wilcock. Merci de votre attention.

https://www.gaia.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email