Copyright © 2008 L/L ResearchA PROPOS DU CONTENU DE LA PRÉSENTE TRANSCRIPTION: cette séance de transmission alignée a été publiée à l’origine sous le titre de The Law of One, Books I to V, par Don Elkins, James Allen McCarty et Carla L. Rueckert. La traduction de cette transcription vous est offerte dans l’espoir qu’elle vous sera utile. Ainsi que les entités de la Confédération le répètent souvent, faites appel à votre sens de la discrimination et à votre sagacité pour évaluer ce texte. Ce qui vous y paraît véridique, acceptez-le; ce qui ne vous correspond pas, laissez-le de côté car, ni nous-mêmes ni aucun membre de la Confédération ne souhaitons/souhaitent qu’aucun de vous trébuche sur une pierre d’achoppement.
CAVEAT: La présente transcription a été vérifiée mais peut encore demander des corrections. Si vous constatez des erreurs, n’hésitez pas à nous en faire part, nous nous ferons un plaisir de les corriger. (Traduction française: Micheline Deschreider)

La Loi Une, Livre V, Séance 101, Fragment 51

21 décembre 1982

Jim: Lors de la séance 101 j’ai eu une excellente opportunité de retravailler sur ma distorsion de colère/frustration. Cette fois, cependant, je n’étais pas seul en cause. Cette ‘sagesse négative’ a visé Don pendant deux jours, alors qu’il était temps de faire ré-imprimer les Livres II et III. Don voulait rassembler tous les livres—I, II et III— en un seul. Peu importait que ce fût le manque d’argent qui a rendu cela impossible de la manière que Don voulait: présentation et reliure.

Ce qui importe, c’est que j’ai permis qu’une disharmonie s’installe pendant deux jours. Cela a donné à notre ami de cinquième densité une excellente occasion de gonfler le problème, et le moyen par lequel cela a été fait a été très intéressant, pour moi en particulier, qui ai développé une rare maladie rénale: une néphrose lipoïdique ou syndrome du changement minimal, qui m’a fait prendre immédiatement quinze kilos dus à l’oedème. La dernière phrase au premier paragraphe de la réponse de Ra nous paraît être le concept clé dans cet incident particulier. Les deux dernières phrases de cette réponse sont intéressantes dans leur application générale pour tous ceux qui cherchent.

Vous noterez que vers le milieu de cette séance une autre maison d’Atlanta est mentionnée comme un lieu possible de résidence pour notre groupe. Nous espérions encore nous rapprocher du lieu de travail de Don pour qu’il ait moins de stress sur le chemin du travail. Par la suite, nous avons trouvé une maison qui sera mentionnée à la séance n°105, et c’est dans cette maison-là que nous avons finalement emménagé en novembre 1983.

L’avant-dernière question concerne un autre instrument qui avait signalé des problèmes de gonflement de son corps, des symptômes comparables aux miens. Don a demandé par quel moyen nous pourrions lui faire parvenir des informations sur son état, parce que nous lui avions seulement parlé par téléphone pour comparer les oedèmes dans nos deux groupes.

Le premier paragraphe de la réponse de Ra décrit le principe général qui affecte tous les individus et groupes qui accomplissent un travail de Service D’Autrui de nature très intensive.

Le deuxième paragraphe de la réponse de Ra fait allusion à la situation dans laquelle cet instrument-là travaillait, mais la généralité de ces concepts est manifeste.

Une combinaison d’approches thérapeutiques m’a donné une rémission dans les six mois.

Carla: J’aurais voulu que vous puissiez voir le visage du Dr. Stewart Graves quand ce digne médecin a lu le diagnostic de Ra. Il a soigneusement examiné les causes connues des troubles rénaux tels que présents chez Jim, et a trouvé que des morsures d’insectes et une réaction allergique à celles-ci constituaient une cause rare mais bien connue de cet état. En l’absence de toute autre cause possible, son état a été qualifié de ‘réaction allergique’. Étrangement, quand j’ai moi-même eu des troubles rénaux pendant mon adolescence, mon médecin les a lui aussi qualifiés de ‘réaction allergique’.

A présent, vous pouvez penser que les salutations psychiques occupaient en fait tout notre temps. Et vous auriez raison. Comme le disent Jim et Ra, on est plus facilement remarqué quand on se tient en pleine lumière. Métaphysiquemen parlant, le contact avec ceux de Ra était comme dans une aveuglante Cynosure [1].

Bien que nous fussions toujours obscurs et complètement anonymes dans le sens terrestre, nous étions devenus très visibles pour la ‘fidèle opposition’.

Selon moi, la faiblesse fatale de notre groupe a été son humanité, en agissant en une unité de trois. Bien qu’en fait nos énergies consciemment connues fussent en parfaits harmonie et accord, il y avait des distorsions humaines sous le niveau de conscience, qui échappaient à notre contrôle, qui ont permis qu’un coin soit enfoncé entre Don et moi, et que de ce fait il perde sa foi en ‘nous’. Quand il a commencé à sentir les effets de cette profonde dépression qui semble l’avoir envahi lentement mais inexorablement, son dédain complet de toute opinion autre que la sienne ne l’a pas mis dans une position confortable. Cela a été le début d’un processus qui lui a été fatal, qui a mis fin à la vie de mon compagnon aimé et au très cher contact de Ra avec notre groupe.

Est-ce qu’il faudrait suggérer qu’un groupe ne devrait pas fonctionner autrement que quand les énergies vont par paires, et que seuls des couples peuvent le faire?

Pas spécialement; je ne le pense pas. Mais c’est certainement une chose à méditer. Aurions-nous pu mieux faire? Après des années de ‘remords de conscience’ joycéen je ne le pense toujours pas.

Notre comportement a toujours été l’authentique manifestation de nous-mêmes. En aucune manière, ni Jim ni moi, n’avons jamais pensé à changer la relation que nous avions l’un avec l’autre ou avec Donald. Don a toujours suivi ses propres avis, et il n’a jamais été question qu’il vienne nous dire, à Jim ou à moi, quels soucis il avait dans sa tête ou dans son coeur.

En outre, quand un groupe travaille et vit ensemble, peu importe s’il est constitué de couples ou si des célibataires s’y ajoutent: il y aura toujours place pour l’erreur humaine dans la vie manifestée de chacun, et dans la mesure où les distorsions et peurs des gens ont une dynamique, il y aura toujours des malentendus et de la confusion qui empêcheront la pleine confiance d’exister.

Il incombe donc à tous ceux qui travaillent avec la Lumière dans l’espoir d’avoir une influence positive sur la conscience planétaire, de communiquer immédiatement toutes les craintes, tous les doutes, avant qu’ils s’accumulent à l’intérieur.

Si nous avions été capables de parler Don et moi dans un total esprit d’ouverture, je pense que j’aurais pu apaiser son esprit. Mais Don n’aurait pas été lui-même s’il l’avait fait. Et moi je n’aurais pas été moi-même si j’avais pu soupçonner que Don mettait en doute ma fidélité. Étant à l’intérieur de moi-même, je ne peux imaginer, ni alors ni maintenant, que quelqu’un peut ne pas être loyal ou respectueux d’un engagement. Je n’ai jamais fait cela dans cette incarnation.

Enfin, si on considère le pétrin dans lequel nous nous sommes mis, nous pouvons voir la perfection et le caractère inéluctable de celui-ci. Je pense et je penserai toujours à Don, mon compagnon très aimé, chaque heure, chaque jour, et ses souffrances sont toujours devant moi. Mais je n’éprouve plus le lourd chagrin qui m’a abattue les premières années après son décès. Tout est bien, rien n’a été perdu. Et je peux sentir le soleil sur mon visage aujourd’hui, sans éprouver le besoin de me réfugier dans l’ombre et de pleurer ce que j’ai perdu. Le temps a réparé mon esprit brisé et mon être peut à nouveau s’épandre doucement et en rythme. Et Donald est toujours ici, à l’intérieur. Il est intéressant de noter que nous recevons souvent du courrier de personnes nous informant que Don les a aidées, soit grâce à un élément de son travail, soit par une visite réelle. La grande générosité d’esprit de Don, libérée des chaînes qui l’emprisonnaient pendant sa vie, s’est déversée dans l’intemporalité, et je pense que son service se poursuivra aussi longtemps que quelqu’un aura besoin de sa sagesse particulière et de sa profondeur d’âme.

L’affirmation par Ra que la source des catalyseurs est le ‘soi’, et spécialement le ‘soi’ supérieur, est profonde, je crois.

Nous voyons toujours la souffrance apportée par un nouveau catalyseur comme si elle était apportée par une autre personne. En faisant cela nous oublions que cet autre c’est nous-mêmes. Non pas COMME nous-mêmes, mais bien notre propre coeur, et notre propre âme.

En considérant de cette façon la tragédie de Don, ma maladie et sa mort, nous pouvons voir le Créateur servant le Créateur avec l’exact catalyseur nécessaire à une plus grande polarisation en conscience et en croissance de l’esprit. En ouvrant son coeur, Don est tombé malade et est mort, dans la tradition de l’amour perdu, de l’histoire d’amour qui finit mal. Et cette mort a été un vrai abandon de soi. C’est comme si Don avait terminé toutes les autres choses qu’il voulait faire dans sa vie, et puis s’était occupé de la raison personnelle pour laquelle il était venu sur le plan physique terrestre: l’ouverture de son coeur. Il était si sage. Et avec le sacrifice de lui-même dans le sens le plus brutal, littéral, cette sagesse a été pleinement équilibrée par la compassion et l’amour à coeur ouvert.

Quant à moi, je ne peux pas blâmer la voie qui a obstinément envoyé mon âme s’écraser contre les murs du ‘soi’ jusqu’à ce que je parvienne enfin à exprimer de la sagesse en même temps que l’amour dans ma vie.

Tels ont été les présents que nous nous sommes faits l’un à l’autre. Tels sont les courants qui passent entre nous tous.

Depuis que Ra nous a donné le rituel de purification auquel il est fait allusion au cours de cette séance, je l’ai vu utilisé plusieurs fois pour des personnes venues en visite chez L/L Research, et dans chaque cas, il semble avoir été très utile.

Je pense que procéder à la purification d’un nouveau lieu est une bonne habitude métaphysique, car les gens laissent derrière eux des traces de formes pensées qui sont imprimées dans l’aura des lieux qu’ils ont occupés, spécialement ceux qu’ils ont occupés pendant un temps considérable.

Et même quand les vibrations sont fondamentalement bonnes, elles peuvent ne pas être complètement en harmonie avec les vôtres.

Il est donc bon de magnétiser l’endroit pour votre propre usage, ne serait-ce qu’en brûlant de la sauge ou en disant une prière de consécration.

Le monde de l’esprit a beaucoup d’influence sur nous, bien que la plupart du temps nous soyons incapables de percevoir ou voir cette influence. Il est sage d’offrir du respect à ces choses.

Séance 101, 21 décembre 1982

Ra: Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Pourriez-vous d’abord me dire l’état de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Tous les niveaux d’énergie de l’instrument ont baissé à cause des distorsions de douleur physique et du récent catalyseur mental/émotionnel. Cependant, les niveaux d’énergie paraissent très susceptibles d’être améliorés dans ce que vous appelez votre ‘avenir immédiat’.

Interlocuteur: Merci. Qu’est-ce qui a provoqué le gonflement du corps de Jim, et que peut-on faire pour le soigner?

Ra: Je suis Ra. Pour répondre à cette question nous devons commencer par la considération du serpent, qui signifie la sagesse.

Ce symbole permet de voir plus facilement les deux faces de quelqu’un qui est sage.

La sagesse positive orne le front en indiquant un travail de rayon indigo.

La sagesse négative, par laquelle nous voulons signifier des expressions séparant nettement le ‘soi’ de l’autre ‘soi’, peut être symbolisée par le poison des crochets. Utiliser ce qu’un complexe mental/corps/esprit a gagné en sagesse pour des usages de séparation, c’est comme inviter à la morsure fatale du côté sombre de cette sagesse.

L’entité a une tendance mentale/émotionnelle qui s’est affaiblie en une distorsion, sur un certain espace/temps, vers la sagesse négative. L’entité étant déjà consciente de cela, nous n’allons pas appuyer sur ce point mais nous contenterons de spécifiquement tracer les limites du terrain métaphysique qui permet de dynamiser une série de morsures d’une de vos espèces de deuxième densité. Dans ce cas-ci, la morsure n’était rien d’autre que celle d’un de vos arachnides, parfois nommé ‘araignée des bois’. Cependant, il est possible que si suffisamment de travail avait été accompli pour tester l’origine de la pathologie de l’entité, il est dans les limites du possible/probable que ces tests auraient montré une morsure de mocassin d’eau. Plutôt que celle de la commune araignée des bois.

Une activation énergétique s’est produite dans le système lymphatique de rayon jaune de l’entité, le corps physique. Dès lors, l’activité se poursuit. Il y a une pression accrue sur la rate, les glandes surrénales, le complexe rénal, et il y a une possibilité/probabilité de problème hépatique. En outre, les problèmes lymphatiques ont commencé à affecter le système bronchique de l’entité. Voilà quelques renseignements généraux concernant ce qui est à noter comme étant une activité plutôt efficiente.

L’élimination de ces distorsions a plusieurs parties. Premièrement, il sera bon de faire appel aux bons offices de celui qui est connu comme ‘Stuart’, afin que d’énergiques moyens chimiques soient mis en oeuvre pour réveiller les réflexes histaminiques de l’entité et pour aider à l’élimination de l’oedème.

Deuxièmement, nous suggérons ce qui a déjà été commencé, c’est-à-dire de faire appel à celui qui est à présent connu de ce groupe comme ‘Bob’, pour que cette entité puisse concentrer son aide sur les connexions métaphysiques avec le corps de rayon jaune.

Troisièmement, l’entité doit prendre en compte les besoins de son véhicule physique en potassium. L’ingestion du fruit du palmier-bananier est recommandée.

Quatrièmement, le lien entre le gonflement de ce qui est grossier et la situation actuelle apparente est utile. Comme toujours, le soutien du groupe en harmonie est une aide, tout comme l’est la méditation. Il est à noter que cette entité requiert de la discipline dans la méditation, ce que d’autres du groupe ne trouvent pas nécessaire de la même manière. Dès lors, l’entité peut poursuivre sa forme de méditation tout en sachant que chacun de ceux du groupe la soutient totalement, bien que l’instinct de partage de la discipline ne soit pas toujours présent. Chaque entité a sa façon de voir l’illusion et d’apprendre de celle-ci, et chacune traite les catalyseurs en utilisant son propre circuit unique. Tous ne doivent donc pas être identiques pour être égaux en volonté et en foi.

Interlocuteur: Merci. Je vais dire comment je vois l’action dans ces circonstances, et vais demander à Ra de commenter. Je vois la situation actuelle comme le Créateur prenant connaissance de Lui-même en utilisant le concept de polarisation.

Il semble que nous accentuions ou produisions des catalyseurs pour augmenter la polarisation désirée, soit que le mécanisme désiré soit aléatoire, au travers de ce que nous appelons le ‘Soi’ supérieur, soit par l’utilisation des services d’une entité polarisée à l’opposé, qui agit sur nous.

Tout cela semble produire le même effet, qui est une polarisation plus accentuée dans la direction désirée, une fois que cette direction a été fermement choisie.

Je vois le catalyseur de la morsure de l’insecte de deuxième densité comme une fonction de n’importe laquelle des sources dont j’ai parlé, de l’aléatoire au ‘Soi’ supérieur, ou encore les services polarisés d’entités négatives qui surveillent nos activités, dont toutes ont grosso modo le même effet ultimement. Est-ce que Ra veut commenter mon observation?

Ra: Je suis Ra. Nous trouvons vos observations non-exceptionnelles et globalement correctes.

Interlocuteur: Dans ce cas particulier, quelle a été la voie qui a produit le catalyseur de la morsure?

Ra: Je suis Ra.

La nature des catalyseurs est telle qu’il n’y en a qu’une seule source, car les catalyseurs et les expériences sont des tentatives poussées d’atteindre une spécificité en affectant l’architecture du mental inconscient du ‘soi’.

C’est pourquoi, dans une expérience incarnationnelle, le ‘soi’ en tant que Créateur, et en particulier le ‘Soi’ supérieur, est la base à partir de laquelle le catalyseur offre ses services au mental, au corps, ou à l’esprit.

Dans le sens que nous percevons voulu par vous, la source était l’ami négatif de cinquième densité qui avait remarqué la disparition graduelle des dispositions inharmonieuses de la distorsion appelée colère/frustration chez l’entité. L’insecte a été aisément conduit à attaquer, et le véhicule physique qui était depuis longtemps enclin aux allergies et à la sensibilité a été aisément dirigé vers des mécanismes de défaillance de la fonction lymphatique et vers une capacité fortement diminuée du système immunitaire, à défaire le corps de rayon jaune de ce qui a provoqué cette distorsion.

Interlocuteur: Je pense à quelque chose. Je me demande si ma maladie de la semaine dernière aurait été une action de mon ‘Soi’ supérieur pour éliminer la possibilité d’une résidence à proximité du grand nombre d’abeilles que j’ai observé. Est-ce que Ra veut commenter?

Ra: Je suis Ra. Nous pouvons commenter, non pas les distorsions physiques de celui qui pose les questions, mais bien au sujet de la vérité indubitable des créatures d’une ruche; c’est-à-dire que la mentalité d’une ruche prise comme un tout peut être influencée par une forte impulsion métaphysique. Tant l’instrument que le scribe ont une capacité de grandes distorsions vers la non-viabilité dans le cas d’une attaque par un grand nombre de ces insectes qui piquent.

Interlocuteur: Est-ce que les paramètres de formes pensées et les paramètres généraux du 893 Oakdale Road à Atlanta sont tels qu’une purification ne serait pas nécessaire, si Ra dispose de ces informations?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Est-ce qu’une purification de la nature suggérée pour l’autre maison juste au sud de l’aéroport d’Atlanta est à conseiller pour le 893 Oakdale Road?

Ra: Je suis Ra. Nous notons que toute résidence, qu’elle ait été précédemment d’un caractère bienveillant, comme celle dont vous parlez, ou précédemment d’un caractère malveillant, a besoin d’un nettoyage de base au sel, à l’eau et à la brosse. La nature bienveillante du domicile ici mentionné est telle que le nettoyage pourrait se faire en deux parties, c’est-à-dire : pas d’entrée ni de sortie à l’exception d’une seule ouverture, par séance de nettoyage. Ensuite, entrée et sortie par tous les autres endroits tandis que la porte d’entrée est convenablement scellée.

Le sel peut être déposé à un endroit qui n’est pas scellé au cours du premier des nettoyages, et le sel peut servir de sceau tout en laissant le passage à des esprits aimables tels que vous-mêmes. Nous suggérons que vous parliez à cette substance et que vous nommiez chacune des entités pour laquelle la permission de passage est demandée. Ne laissez personne passer sans que permission en soit demandée au sel. Tel est le cas pour la résidence dont vous parlez.

Interlocuteur: Merci. Est-ce que Ra pourrait nous renseigner sur la manière dont nous pourrions transmettre des informations à (nom) quant aux moyens de soulager ses enflures?

Ra: Je suis Ra. Nous pouvons seulement suggérer que l’honneur d’approcher de la Lumière apporte avec lui la Loi de Responsabilité.

Le devoir de s’abstenir du grossier et de la discorde en toutes choses — ce qui, quand cela n’est pas résolu de l’intérieur laisse le passage à des interventions — se trouve devant l’instrument dont vous parlez. Cette entité peut, si cela est désiré par le scribe, partager nos commentaires sur les agissements de cette dernière entité.

L’entité qui reçoit l’agrément constant et assidu de ceux qui l’entourent, souffre de la perte de l’effet-miroir de ceux qui réfléchissent avec loyauté plutôt qu’incontestablement.

Ceci n’est pas une suggestion de restaurer un jugement, mais une simple suggestion pour tous ceux qui soutiennent des instruments; c’est-à-dire de soutenir, d’être dans l’harmonie, partager dans l’amour, être dans la joie et dans la gratitude, mais de trouver l’amour dans la vérité car chaque instrument bénéficie de cet appui, plus que de l’admiration totale qui écrase la discrimination.

Interlocuteur: Merci. C’était le signal des quarante-cinq minutes et je vais donc demander s’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour augmenter le confort de l’instrument ou pour faciliter le contact.

Ra: Je suis Ra. Nous trouvons que cet instrument a utilisé toute l’énergie transférée et a parlé en puisant dans sa réserve d’énergie vitale. Nous suggérons d’utiliser l’énergie sexuelle transférée, à l’exclusion totale des réserves vitales, si possible.

Les alignements sont comme ils doivent être pour que tout se poursuive bien. Nous sommes reconnaissants pour le soin apporté par le groupe de soutien.

Je suis Ra. Je quitte ce groupe dans la gloire de l’amour et de la Lumière du Créateur infini unique. Allez et réjouissez-vous donc dans la puissance et la paix du Créateur. Adonaï.

[1] Un univers ou ‘multivers’ fantastique où Cynosure est une cité enfermée dans une gigantesque bulle flottant dans le ‘vortex pan-dimensionnel’ (NdT – source : Wikipedia encyclopedia)

La Loi Une, Livre V, Séance 102, Fragment 52

22 mars 1983

Jim: Et pendant la séance n°102 Carla a une nouvelle fois été la cible d’une salutation psychique qui a intensifié une baisse momentanée d’harmonie chez elle. Elle s’était sentie incapable d’accepter une partie de ma perception de notre relation, partagée pendant une heure ou deux seulement, mais cela a été suffisant, vu l’intensité de ses émotions à ce moment, pour qu’un puissant travail soit accompli par notre ami de polarité négative.

Heureusement, la plupart des gens ne doivent pas se faire de souci dans des cas aussi instantanés et spectaculaires d’intensification de moments inharmonieux, parce que peu de personnes ou groupes de personnes attirent l’attention d’entités négatives de cinquième densité.

Mais le principe général est que celui/celle qui s’approche de la Lumière vit un honneur qui doit être équilibré par la responsabilité de refléter cette lumière aussi harmonieusement que possible, et ce principe vaut pour tous ceux qui cherchent.

Le non-respect de cette responsabilité apporte simplement à l’un et l’autre une opportunité plus intense, jusqu’à ce que ce but soit atteint, ou bien jusqu’à ce qu’on s’écarte de la lumière.

Au troisième paragraphe de la seconde réponse de Ra nous trouvons le concept, l’attitude clé, qui permet de gérer ces salutations psychiques ou toute autre difficulté rencontrée dans la vie.

Plus loin, Ra donne les critères de base qui permettent le déblocage du centre énergétique de rayon jaune, celui que Carla utilisait dans cette situation. L’intervention chirurgicale a été évitée, et les spasmes ressentis par Carla dans la région abdominale ont pu être maîtrisés pendant près de deux ans. Une action puissante que celle-là!

Carla: Ah, l’humanité! La discorde entre Jim et moi concernait cette dynamique vieille comme le monde entre hommes et femmes: la monogamie. Qui donc encore a écrit cette petite comptine: “Hogamus, higgimus, men are polygamous; Higgimus, hogamus, dames are monogamous” [1]? Ogden Nash? Dorothy Parker? De toute façon cela est bien vrai ou tend à l’être. Au début de notre vie ensemble, Jim avait demandé à plusieurs reprises une relation ouverte. Comme, honnêtement, il était plutôt un ami qu’un bon-ami, et qu’il était lié à moi principalement par notre travail en commun plutôt que par des vues romantiques, il répondait naturellement aux nombreuses jolies femmes qu’il trouvait sur son chemin. Dans cette même circonstance, il ne m’est jamais venu à l’idée de chercher une autre relation. J’étais totalement satisfaite d’avoir Don pour mon compagnon et partenaire, et j’avais depuis longtemps renoncé à le blâmer pour sa volonté de rester abstinent; j’étais aussi parfaitement heureuse avec Jim, heureuse de notre amitié et de notre vie intime ensemble. Comme nous suscitons la confusion avec nos désirs! Et cependant, le désir est tout à fait adéquat. Je pense qu’une bonne partie de notre apprentissage de la vie est liée à l’usage approprié de la volonté et du désir.

Une des opérations majeures que j’ai eues à subir dans ma vie a été l’ablation de la moitié de mon côlon descendant en 1992. J’ai été ainsi débarrassée de beaucoup de matières vieilles et mortes, et pu accomplir en parallèle beaucoup de travail intérieur, au niveau métaphysique. Il y avait beaucoup à éliminer, et je me suis sentie merveilleusement soulagée de pouvoir le faire. La psychê et le soma —l’âme et le corps— sont inextricablement imbriqués, et la souffrance de l’un est reflétée dans l’autre.

Mais quand le corps seul est atteint, le mental est bien plus libre de recadrer le traumatisme que quand ce sont le mental et les émotions qui sont blessés. Si la blessure n’est pas traitée et respectée, elle peut s’étendre de plus en plus profondément dans le corps et y provoquer déséquilibre et infirmité.

Après cette intervention chirurgicale et le travail métaphysique correspondant, j’avais libéré tout ce que je pouvais de la tragédie de la mort de Don et de ma vie tellement diminuée sans sa compagnie. Et c’est ainsi que j’ai pu entreprendre une nouvelle vie. J’ai été renvoyée chez moi avec un nouveau régime qui suivait de près les suggestions de Ra. A chaque examen, mon système gastro-intestinal montrait de nouveaux ulcères et, étant donné que j’avais eu recours à la cortisone pendant trente années, cela n’était pas étonnant. Le régime était nommé ‘régime à basse sédimentation’, et il comprenait des viandes, légumes et fruits bien cuits, les sucres et graisses que Ra avait recommandés, mais il ne comprenait pas les aliments sains habituels: céréales complètes, noix, baies, fruits et légumes crus. Je pense qu’on pourrait presque l’appeler ‘régime NON-sain’! Et cependant, Grâce au Seigneur en soit rendue!, il fonctionne bien depuis cinq ans, et j’en suis très reconnaissante.

Je crois que je partage avec beaucoup de gens atteints de maladie chronique ce sentiment de vivre sur le fil du rasoir. Je dois faire très attention, car les erreurs ont un prix élevé. Mes salades me manquent particulièrement, mais je ne veux pas me disputer avec la destinée qui m’a donné ces années que j’ai manqué ne pas avoir.

Une note à propos de ‘Bob’: il m’a apporté une aide immense dans un domaine: mes pensées suicidaires. Après la mort de Don, et spécialement après que j’aie découvert ce que Don avait pu penser, je me suis sentie complètement coupable de ne pas avoir vu ses peurs, de ne pas avoir pu les soulager. Je me suis sentie fautive de tout. Et mon sentiment, très fort, était que mon châtiment devait être la mort. Mais je ne voulais pas me suicider. Sachant combien j’avais été affectée par la mort de Don, je savais que je ne pourrais jamais faire une telle chose à ceux que j’aimais. Ce qui m’a laissée suspendue entre la vie et la mort.

De 1984 à 1992, les forces de la mort m’ont cernée de plus en plus près, jusqu’à ce qu’enfin je puisse regarder la mort en face et trouver la foi qui me permette d’affirmer la vie, l’amour et la guérison. Le rôle joué par la prière a été substantiel, c’est le moins qu’on puisse en dire. Et les prières de Bob ont été spécialement puissantes pour mon salut. Il m’a parlé de ces vibrations de suicide bien longtemps avant que je puisse faire autre chose que me laisser sombrer dans le chagrin, et il m’a aidée à traverser ces crises de connaissance de soi et de jugement de soi qui manquaient totalement d’équilibre. Et il a été rejoint par beaucoup d’autres. J’ai eu le sentiment d’être préservée saine et sauve dans l’amour, pendant toute l’expérience des années 1991-92 qui ont compté quatre visites à l’hôpital, alors que j’étais très malade, très effondrée, mon système gastro-intestinal complètement spasmé.

Nous avons perdu le contact avec Bob, au cas où vous souhaiteriez que nous vous donnions son nom et son adresse. Il nous a informés qu’il se retirait de la guérison active et qu’il souhaitait passer son temps absorbé dans la prière, au niveau planétaire. Nos remerciements et nos bénédictions, où que tu sois, cher Bob!

Il n’a pas été facile de trouver Arthur Schoen. Ra avait prononcé son nom de famille ‘Chaine’ mais il n’y avait aucun médecin d’aucune spécialisation de ce nom. Nous avons fini par tomber sur l’orthographe allemande —bien que, si le nom avait été prononcé correctement il aurait donné ‘Cheune’ ou quelque chose d‘approchant. Mais nous sommes en Amérique, et donc le nom avait été américanisé. Nous avons effectivement rendu visite à cet homme, mais l’avons quitté avant qu’il puisse me soigner, car lui et Donald ne voyaient pas les choses de la même façon. Ce n’est pas surprenant, car Don voulait lui faire lire le diagnostic de Ra, tandis que le médecin ne se sentait pas vraiment à l’aise dans la consultation d’une entité désincarnée.

La suggestion de Ra, de “s’unir les mains et marcher vers le soleil” est vraiment de bon conseil. Si nous avions été capables de demeurer dans la louange et la reconnaissance, beaucoup de choses auraient été différentes. Mais les choses ont été comme elles ont été. Quant à ce moment, je vois, je loue, je remercie, pour chaque instant que nous avons passé ensemble. Quel qu’ait été son prix, il a eu lieu et en a bien valu la peine.

Séance 102, 22 mars 1983

Ra: Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Voulez-vous d’abord me dire quel est l’état de l’instrument s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Le déficit en énergie physique de cette entité est le plus substantiel que nous ayons rencontré jusqu’ici. Les distorsions mentales et mentales/émotionnelles sont proches de l’équilibre et l’énergie vitale de l’instrument, d’une manière générale, est distordue vers la santé ou force/faiblesse, ceci étant dû à la volonté de l’instrument.

Interlocuteur: Est-ce que Ra veut bien nous dire ce qui a provoqué la douleur et les crampes d’estomac chez l’instrument, et ce qui peut être fait pour soigner cela?

Ra: Pour pouvoir observer la cause des distorsions physiques vers la maladie, il faut voir le centre énergétique qui est bloqué.

Dans cette situation, le blocage étant de rayon jaune, ce qui a été éprouvé avait les caractéristiques de cette région du corps chimique. La déchirure dans l’armure inscrite dans le vent, armure de lumière et d’amour, a été refermée et n’a pas seulement été réparée mais bien renforcée. Cependant, les distorsions énergisées pendant cette faiblesse momentanée constatée dans le libre flux de l’énergie, sont sérieuses et vont se poursuivre, dans tous les vortex de possibilité/probabilité, pendant une certaine longueur de votre espace/temps, car une prédisposition à la spasticité du côlon transverse a été activée. Il y a aussi une faiblesse pré-existante des fonctions pancréatiques, spécialement dans le lien avec l’hypothalamus. Il y a aussi des lésions pré-existantes dans des parties du foie. Ces faiblesses ou distorsions se manifestent dans la partie du système directement issue du jéjunum. En outre, il y a une certaine irritation à proximité du duodénum, qui provoque une impossibilité d’assimiler certaines substances alimentaires. Ceci est une irritation dont la cause est allopathique.

Le régime est d’une importance capitale. Nous ne pouvons pas aller plus loin dans l’observation du système de l’entité, étant donné qu’une discussion complète des distorsions vers diverses faiblesses/forces qui contribuent aux présentes difficultés commence aux lèvres et finit à l’anus.

Nous pouvons noter que l’instrument est restée centrée sur le Créateur à plus de 90%. Ceci est la clé. Continuez à remercier et à être reconnaissants pour toutes choses.

Il existe des médicaments anti-spasmodiques plus forts, que celui qui n’est pas connu de cet instrument mais qui est connu comme ‘Arthur’, peut aider à se procurer. La recommandation de faire ceci étant que celui qui ne conserve ni ne retire la vie mais qui retire à l’instrument ses opportunités d’étudier dans cette situation, doit être écarté. Nous ne sommes pas en mesure de recommander un traitement, en cet espace/temps, à part surveiller les types de substances ingérées.

Interlocuteur: Merci. Je ne suis pas certain d’avoir compris tout ce que vous avez dit. Le nom de famille de cet Arthur, et où il habite. Pouvez-vous me donner ces renseignements?

Ra: Je suis Ra. Nous le pouvons.

Interlocuteur: Voulez-vous le faire s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. L’entité de vibration sonore ‘Arthur’ a pour nom de famille Schoen, et il est dans votre localité.

Interlocuteur: Quels aliments est-ce que l’instrument devrait éliminer de son régime pour soulager ces crises douloureuses?

Ra: Les informations obtenues de celui qui est connu comme ‘Bob’ sont ce qu’il y a à recommander. En outre, tous les aliments doivent être cuits afin que tout ce qui est ingéré soit tendre et facilement macéré. Il y a une addiction complexe, due à des habitudes alimentaires implantées depuis longtemps, à vos sucres. Il doit dès lors être recommandé que ce sucre soit donné dans sa forme la plus concentrée dans votre temps de la fin d’après-midi, comme vous dites, avec l’ingestion de la libation sucrée, approximativement une à deux de vos heures après le repas du soir. Il est en outre suggéré que, puisque cet instrument utilise des sucres comme hydrates de carbone, une petite quantité d’hydrates de carbone soit ingérée approximativement une à deux de vos heures avant la période du sommeil.

Interlocuteur: Si je comprends bien ce que vous dites, l’instrument ne doit pas avoir de sucre avant la fin de l’après-midi. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Je n’ai pas très bien compris ce que vous voulez dire à propos du moment où elle devrait prendre le sucre. Pouvez-vous éclaircir s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Le sucre concentré, c’est-à-dire le dessert, la crème glacée, le petit biscuit, devraient être ingérés à ce moment-là. De petites quantités de fructose, érable ou miel, peuvent être ingérées périodiquement car, comme nous l’avons dit, la chimie de ce corps de rayon jaune est telle que le sucre est utilisé par les enzymes du sang comme le seraient des hydrates de carbone dans un véhicule physique de rayon jaune moins distordu.

Interlocuteur: Je suis désolé d’être si lent à comprendre exactement à quoi nous tendons ici. Je veux être sûr que nous saisissons bien ceci, et je vais donc probablement vous poser encore quelques questions stupides. Est-ce que le spasme qui a provoqué les douleurs intenses était un spasme de l’iléon?

Ra: Je suis Ra. En partie. Le côlon transverse s’est lui aussi spasmé, ainsi que les canaux menant au foie dans sa partie inférieure. Il y a eu aussi des muscles spasmés des couches bronchiales jusqu’au pelvis et des omoplates jusqu’aux hanches. Ces spasmes en sympathie sont un symptôme de l’épuisement du véhicule physique de l’entité.

Interlocuteur: Ainsi le début de ces spasmes est dû, à l‘origine, au blocage de rayon jaune mais ils sont déclenchés par les aliments qui sont liés à l’ingestion de sucre. Est-ce correct?

Ra: Je suis Ra. Vous avez raison en partie.

Interlocuteur: Alors quelles sont les autres causes des spasmes?

Ra: Je suis Ra. Nous parlons de deux types de causes. La première, la cause immédiate, a été un repas avec trop d’huile et une charge trop lourde de matériaux végétaux trop peu cuits. Le sucre du dessert et les quelques gorgées de votre mixture de café n’ont pas aidé non plus. La seconde cause —et ceci sera dit clairement— est la dynamisation d’une condition pré-existante empêchant ce groupe de fonctionner, en retirant l’instrument des rangs de ceux qui sont à même de travailler avec ceux de Ra.

Interlocuteur: Maintenant, il y a deux domaines que l’instrument peut surveiller pour remédier à ce problème. Je comprends que le problème du blocage de rayon jaune a été complètement résolu, dirais-je. Si ce n’est pas le cas, pouvez-vous faire des suggestions à ce propos, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Chaque entité doit, afin de débloquer complètement le rayon jaune, aimer tout ce qui est en rapport avec celui-ci, en espérant seulement la joie, la paix et le confort d’autrui.

Interlocuteur: La deuxième chose que l’instrument doit faire pour effectuer cette cure, c’est être attentive à un régime qui inclurait tout ce que Ra vient de dire, et que Bob recommande dans ses lectures. Il paraît y avoir tellement de choses différentes qui peuvent provoquer ces spasmes! Je me demandais s’il y aurait une approche générale de la nourriture. Est-ce que Ra pourrait recommander les aliments que l’instrument pourrait manger et qui ne risquent pas de provoquer des spasmes? Est-ce que Ra peut faire cela?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Est-ce à cause de la première distorsion?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Pourquoi Ra ne peut-il pas le faire?

Ra: Je suis Ra. Il n’y a aucun aliment que l’instrument puisse prendre en étant totalement confiante qu’il n’y aura pas de spasmes. Les parties spasmées du véhicule sont devenues sensibles au travers des fortes distorsions vers ce que vous appelez la douleur.

Interlocuteur: Existe-t-il un groupe d’aliments qui soit le plus susceptible de ne pas provoquer de spasmes, ou des aliments que Ra pourrait nommer et qui seraient très susceptibles de ne pas provoquer de spasmes?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Ra pourrait-il dire quels aliments sont hautement susceptibles de ne pas provoquer de spasmes, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Les liquides qui ne sont pas gazeux, les légumes bien cuits qui sont très légers et tendres, les céréales bien cuites, la chair non grasse telle que celle du poisson. Vous pourrez noter que certains aliments recouvrent en partie des allergies et sensibilités dues aux distorsions d’arthrite rhumatoïde juvénile. En outre, bien que le sucre tel qu’il est dans vos desserts sucrés, représente un potentiel, nous pouvons suggérer qu’il soit inclus en cette période, pour les raisons susdites.

Interlocuteur: Est-ce que Ra pourrait estimer la longueur de temps, selon nos périodes de temps, de la probabilité de ce problème, si nous suivons ces mesures curatives, pendant laquelle ce problème continuera avec une extrême sévérité, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Une de vos révolutions lunaires a un bon vortex de possibilité/probabilité de voir soit la détérioration de la condition spastique en sorte que la chirurgie deviendrait indiquée, soit l’amélioration de la situation à tel point que le régime devra continuer à être surveillé mais que les spasmes disparaîtront.

La localisation de l’action se trouve dans l’inflammation dans le duodénum, l’estomac, le jéjunum, l’iléon, le côlon transverse, et des parties du foie; elle sera assez difficile à faire partir mais constitue peut-être l’action la plus efficiente à ce jour. Nous pouvons une nouvelle fois suggérer que celui qui est connu comme Bob pourrait aider. Celui connu comme Stuart pourrait, si cela est souhaité, découvrir l’inflammation qui n’est détectable que marginalement, mais il peut préférer ne pas le faire. Dans ce cas, il serait bon de demander l’aide physique d’un spécialiste allopathe tel que celui qui a été mentionné.

Interlocuteur: Vous parlez de cet Arthur Schoen?

Ra: Je suis Ra. C’est exact.

Interlocuteur: Vous avez mentionné la possibilité d’une opération. Quelle serait, spécifiquement, l’opération à pratiquer?

Ra: Je suis Ra. Le corps ne peut plus supporter l’extrême acidité qui constitue l’environnement de ces spasmes, et va développer des trous ou ulcérations qui apparaîtront dans les résultats des examens allopathiques et suggéreront au chirurgien ce qui doit être excisé.

Interlocuteur: Autrement dit, est-ce que c’est l’ablation d’un ulcère du duodénum qui serait pratiquée?

Ra: Je suis Ra. Si une ulcération se produit, ce sera passé le jéjunum, et elle inclura très probablement l’iléon et des parties supérieures du côlon transverse.

Pouvons-nous demander encore une seule question de longueur normale, puisque cette entité, bien que contenant de l’énergie transférée en suffisance, a une structure des plus fragiles au travers de laquelle nous transmettons ceci et nos énergies.

Interlocuteur: Il est évident que nous n’aimerions pas devoir passer par la chirurgie. La seule alternative qui vienne à l’esprit, et autre que le régime et le travail mental de l’instrument, est le traitement par un thérapeute, et j’aimerais recevoir la recommandation de Ra par rapport à un thérapeute de type non-allopathique, ainsi que toutes les recommandations que pourrait faire Ra pour que Jim ou moi-même puissions agir en cette capacité, ou toute autre personne que Ra pourrait recommander afin que nous ne devions pas passer par une intervention chirurgicale si elle semble devenir nécessaire. Si nous pouvions commencer à travailler dès à présent en suivant l’une de ces autres approches, je pense que cela serait hautement recommandable. Est-ce que Ra veut commenter, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Nous saluons l’ouverture d’un circuit de compassion chez celui qui pose les questions, mais notons que ce qui est vécu par ce groupe est vécu dans une atmosphère de guérison.

Les mains guérisseuses de chacun ont un usage limité quand la distorsion a autant de couches et mélanges métaphysiques.

Dès lors, ne recherchez pas la guérison mais bien la joie du compagnonnage, car chacun est fort et a les pieds bien plantés sur le sentier.

La lune étend son ombre. Qu’allez-vous voir? Unissez vos mains et marchez vers le soleil. Dans ces circonstances, c’est la plus grande thérapie. Pour le véhicule physique nous pouvons suggérer bien moins que vous ne l’aviez espéré.

Interlocuteur: Y a-t-il quoi que ce soit que nous puissions faire pour faciliter le contact ou augmenter le confort de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Tout est bien. Trouvez ensemble l’amour et la reconnaissance, et chacun sera le soutien de l’autre. Les alignements sont consciencieux.

Nous sommes connus de vous comme Ra. Nous vous laissons dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Allez donc, joyeux et contents dans Sa puissance et Sa paix. Adonaï.

[1] Hogamus, higgimus, les hommes sont polygames; Higgimus, hogamus, les dames sont monogames (NdT)

La Loi Une, Livre IV, Séance 103

10 juin 1983

Ra: Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Pourriez-vous me dire d’abord quel est l’état de l’instrument s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Les distorsions physiques de l’instrument restent sérieuses. En outre, les énergies vitales de ce complexe mental/corps/esprit sont très diminuées, bien qu’acceptables pour les besoins de cette séance de travail. Ceci est à noter comme étant la lecture vitale la plus faible ou la plus distordue de cette énergie capitale. Les distorsions mentales et mentales/émotionnelles sont comme vues la dernière fois.

Nous constatons que la volonté que l’instrument, ayant été utilisée inconsidérément, a favorisé des distorsions de l’énergie vitale. Il est bon que l’instrument réfléchisse à cela.

Interlocuteur: Quelle est la situation par rapport aux problèmes physiques des parties digestives du corps, que l’instrument a eus précédemment?

Ra: Le rayon jaune —Nous devons nous corriger. Je suis Ra. Soufflez en travers de la région de la poitrine de l’instrument s’il vous plaît.

(Ceci a été accompli comme demandé.)

Ra: Je suis Ra. La canal est satisfaisant à présent. Nous constatons que le corps chimique de rayon jaune de cet instrument est épuisé mais s’efforce d’aller mieux par des actions comme l’exercice et le régime. Nous pouvons dire que l’inflammation n’a pas complètement quitté le complexe corporel, bien qu’elle soit de loin moins virulente.

Interlocuteur: Quelle est la situation actuelle en ce qui concerne notre compagnon de cinquième densité orienté vers le Service De Soi?

Ra: Je suis Ra. Cette entité s’est tenue tranquille pendant une certaine période de votre espace/temps. Mais elle a été avertie de la tenue de séances et sera bientôt à nouveau votre compagnon.

Interlocuteur: Est-ce que Ra peut recommander quelque chose que l’instrument puisse faire, ou que nous puissions faire, pour renforcer les énergies de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Ce sujet a été couvert antérieurement. Nous avons exposé dans les grandes lignes la voie que l’instrument peut prendre en pensée.

Interlocuteur: Ce n’était pas mon intention de reparler d’un sujet qui a été couvert antérieurement. J’espérais pouvoir y ajouter quelque chose sur quoi nous pourrions nous focaliser en ce moment, la meilleure chose possible que nous ou l’instrument puissions faire pour renforcer ces énergies, l’activité la plus importante.

Ra: Je suis Ra. Avant de répondre, nous demandons votre vigilance pendant les crises de douleur, car le canal est acceptable mais il est déformé périodiquement par les sévères distorsions physiques du corps chimique de rayon jaune de l’instrument.

Les éléments importants pour le groupe de soutien sont la louange et la gratitude dans l’harmonie. Cela, le groupe l’a accompli à un tel degré d’acceptabilité que nous ne mettons pas en cause l’harmonie du groupe.

Quant à l’instrument, le voyage du mérite dans l’action jusqu’au mérite dans l’essence, est ardu. L’entité s’est privée elle-même afin d’être libre de ce qu’elle appelle une addiction [1].

Cette sorte de martyre, et ici nous parlons du petit mais symboliquement grand sacrifice de l’habillement, fait en sorte que l’instrument se structure un ‘soi-même’ de pauvreté qui alimente l’indignité, à moins que la pauvreté ne soit vue comme une vraie richesse.

Autrement dit, de bonnes actions pour de mauvaises raisons suscitent confusion et distorsion.

Nous encourageons l’instrument à s’apprécier elle-même et à voir que ses exigences authentiques sont estimées par le ‘soi’. Nous suggérons la contemplation de la vraie richesse d’être.

Interlocuteur: Y a-t-il autre chose que, soit nous soit l’instrument, puissent faire pour agir spécifiquement sur l’énergie vitale de l’instrument, pour l’accroître?

Ra: Je suis Ra. Nous sommes arrivés au point d’arrêt du libre arbitre.

Interlocuteur: Dans ce cas j’ai quelques questions sur la septième lame, pour terminer notre passage en revue des archétypes du mental. Il y a un T avec deux angles droits au dessus de celui-ci, sur la poitrine de l’entité de la septième lame. Nous avons conclu que le T du dessous concerne la possibilité de choisir n’importe quelle voie de transformation et que les deux angles supérieurs représentent la grande voie des chemins de gauche et de droite dans la transformation mentale qui opère le changement de l’espace/temps au temps/espace, pourrait-on dire. Cela est difficile à exprimer. Est-ce qu’il y a quelque chose de correct là?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Est-ce que Ra veut commenter?

Ra: Je suis Ra.

L’usage du Tau [2] et le carré de l’architecte ont en fait pour but de suggérer la proximité espace/temps de l’environnement de la Grande Voie par rapport au temps/espace. Nous trouvons cette observation très perspicace.

Toute l’ambiance, dirons-nous, de la Grande Voie dépend en fait de sa notable différence par rapport au Signifiant. Le Signifiant est le ‘soi’ signifiant, influencé en grande partie mais non complètement par l’abaissement du voile.

La Grande Voie du Mental, du Corps ou de l’Esprit attire l’environnement qui est la nouvelle architecture suscitée par le processus de mise en place du voile et qui, dès lors, est plongé dans le grand courant illimité du temps/espace.

Interlocuteur: Je suppose que les roues du char indiquent l’aptitude du mental à se mouvoir dans le temps/espace. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Nous ne pouvons pas dire que cette observation est totalement incorrecte, car il y a dans le temps/espace autant de travail que l’individu qui évoque ce complexe de concepts peut en assimiler.

Cependant, il serait plus approprié d’attirer l’attention sur le fait que, bien que le char soit muni de roues, il n’est pas attelé à ce qui le tire par un attelage physique ou visible.

Ô élève! Qu’est-ce qui relie et attelle alors au char la puissance de mouvement du char?

Interlocuteur: Je vais devoir réfléchir à cela. J’y reviendrai.

Nous avons pensé remplacer l’épée dans la main droite par un globe magique, et placer un sceptre pointant vers le bas dans la main gauche, comme sur la cinquième Lame, le Signifiant, comme des symboles plus appropriés à cette lame. Est-ce que Ra veut bien commenter?

Ra: Je suis Ra. Ceci est tout à fait acceptable, particulièrement si le globe peut être dépeint comme sphérique et étincelant.

Interlocuteur: La patte gauche pliée des sphinx indique une transformation qui se produit vers la gauche et non pas vers la droite; probablement une incapacité à se mouvoir vers cette position. Est-ce que ceci vaut quelque chose?

Ra: Je suis Ra. L’observation vaut en ce sens qu’elle peut servir d’avers à la connotation d’intention. La position est censée montrer deux choses, l’une étant les possibilités duelles des personnages temporels dessinés.

Le repos est possible dans le temps, tout comme l’est la progression. Si un mélange est tenté, la jambe tenue droite sera très gênée dans son mouvement par la jambe qui est pliée. L’autre signification concerne ce même angle droit, avec sa rectitude architecturale, comme le dispositif qui se trouve sur la poitrine de l’acteur.

Le temps/espace est proche dans ce complexe de concepts, rapproché à cause du processus de la mise en place du voile et son efficacité à produire des acteurs qui souhaitent utiliser les ressources du mental pour évoluer.

Interlocuteur: Je suppose que le pagne est tiré en oblique vers la gauche pour la même raison que sur la quatrième lame: pour indiquer la distance que les entités polarisées ‘Service De Soi’ gardent par rapport aux autres, et je suppose également que le visage est tourné vers la gauche pour la même raison que sur la cinquième lame: à cause de la nature du catalyseur. Est-ce approximativement correct?

Ra: Je suis Ra. Veuillez chasser le souffle sur la poitrine de l’instrument, de droite à gauche.

(Cela a été fait comme indiqué.)

Je suis Ra. C’est bien.

Votre supposition précédente est en effet correcte dans les grandes lignes. Nous pouvons aussi dire qu’en formant des images originales pour vos peuples, nous avons utilisé les clichés culturels d’expression artistique de ceux d’Égypte. Le visage est le plus souvent dessiné de profil, et les pieds sont tournés. Nous avons eu recours à cela et souhaitons dès lors adoucir l’importance de la signification de l’aspect latéral. Mais dans ces délibérations, il n’y a jamais eu jusqu’ici d’interprétation mauvaise ou inadaptée.

Interlocuteur: Notre limite de temps approprié approche rapidement, je crois, de sorte que je voudrais demander quel était le problème quand deux fois, pendant cette séance, nous avons dû souffler au-dessus de la poitrine de l’instrument.

Ra: Je suis Ra. Cet instrument n’a pas conscience de la méthode utilisée pour entrer en contact avec Ra. Cependant son désir a été particulièrement fort, dès le début de cette séance, pour que cette séance de travail se concrétise. Sans le vouloir, elle a donc été un peu trop pressée quand elle a quitté le corps physique de rayon jaune.

Dans cet état, un objet est tombé sur l’instrument, ce que vous appelez le microphone-épingle de cravate. Ce contact inattendu a provoqué un froissement des muscles du torse, et nous voudrions conseiller une certaine prudence à partir de cette séance de travail, pour éviter toute tension afin que cette blessure puisse guérir.

Il y a une composante métaphysique à cette lésion, c’est pourquoi nous avons voulu nous assurer que toutes les parties de l’environnement étaient bien nettoyées. Puisque ce lieu de travail n’a pas son niveau habituel de protection, nous avons utilisé votre souffle pour nettoyer l’environnement qui était menacé.

Interlocuteur: Est-ce que la raison de ce manque de protection est le fait qu’un temps considérable s’est écoulé depuis notre dernière séance de travail ici?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Quelle est la raison?

Ra: Je suis Ra. Le manque de répétitions régulières du Rituel de Bannissement, est le manque dont nous parlions.

Interlocuteur: De ceci je conclus qu’il serait très approprié d’accomplir journellement le rituel de Bannissement dans cette pièce-ci. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Cela est acceptable.

Interlocuteur: Je ne voudrais pas épuiser l’instrument; Nous approchons du temps de fin maintenant. Je vais seulement demander s’il y a quelque chose que nous pourrions faire pour faciliter le contact ou pour augmenter le confort de l’instrument, et toute autre chose que Ra voudrait exprimer à présent, et qui pourrait nous aider.

Ra: Je suis Ra. Nous constatons que les alignements sont très méticuleusement observés. Vous êtes consciencieux. Continuez en vous aidant les uns les autres et trouvez la louange et la gratitude que produit l’harmonie. Apaisez vos soucis et soyez joyeux.

Je suis Ra. Je vous laisse dans la gloire de l’amour et de la lumière du Créateur infini unique. Allez donc, et réjouissez-vous dans la puissance et dans la paix du Créateur infini unique. Adonaï.

  • [1] Carla avait pris la résolution de Nouvel An de renoncer à acheter des vêtements pour elle-même pendant une année.
  • [2] ‘T’ = ‘Tau’ dans l’alphabet grec. En héraldique, il s’agit d’un type de croix nommée ‘croix en tau’.

La Loi Une, Livre V, Séance 103, Fragment 53

10 juin 1983

Jim: Les informations de la séance n°103 concernent les spasmes prolongés de Carla dans la région abdominale. De grandes douleurs accompagnaient ces spasmes et avaient pour résultat qu’elle était de moins en moins capable de fonctionner dans aucun domaine de service. Elle sentait donc inutile et sa joie naturelle s’est réduite et a fait l’objet de cette série de questions.

En outre, Carla avait décidé d’arrêter d’acheter des vêtements pendant toute une année parce qu’elle trouvait qu’elle avait consacré trop de temps et d’attention à une partie transitoire de sa vie, voulait rompre cette habitude, et cette décision a elle aussi pesé sur la perte de sa joie.

Carla: En juin 1983, Don et Luther, notre bailleur et propriétaire de la maison dans laquelle nous avions vécu pendant toutes les séances avec Ra, s’étaient mis dans une impasse, parce que Luther avait arbitrairement augmenté de 5.000 USD le prix demandé, en plein milieu des négociations; et parce que Don refusait absolument d’acheter la maison si Luther n’adhérait pas à son prix d’origine, rien n’allait plus. A ce moment j’ai tenté de récupérer la provision bloquée que Don avait déposée en banque. Luther n’a pas voulu la débloquer quand il a su que nous avions décidé de ne pas acheter le maison. Il estimait que ce dépôt lui était acquis. Luther n’a pas beaucoup aidé. Par la suite, bien après la mort de Don, j’ai finalement accepté de lui laisser plus de la moitié de la somme bloquée. Ce qui était juste ne semblait pas importer beaucoup. Et la confusion s’est accrue parce que notre représentant légal pour l’achat de la maison n’a pas fait les papiers comme il le fallait. Je n’ai pas voulu aller devant les tribunaux parce que je sentais que Don ne l’aurait pas fait. Rien ne trouvait de solution; nous pédalions dans la mélasse pour tout. Voilà la sorte d’énergie qui s’était emparée de nous. Rien ne fonctionnait comme il le fallait, moi y compris. Don se sentait mal lui aussi, mais d’une manière plus vague et générale. Seul Jim récupérait sa santé jour après jour.

J’étais préoccupée au sujet de Don, sans bien savoir pourquoi. A ce stade de sa maladie mentale les choses étaient subtiles. Il avait simplement le moral en berne et était enclin à réfléchir et se préparer aux scénarios les plus pessimistes. Alors que pendant toute sa vie il avait toujours été très soigneux et précautionneux pour tout, les choses étaient en train de changer, et ses réactions n’étaient normalement pas aussi lentes. Nous devions déménager. Mais mois après mois, en cherchant sans relâche ici et à Atlanta, nous ne trouvions rien qui plaisait à Don. Je dirais de cette période que c’est alors que j’ai commencé à comprendre que quelque chose ne tournait pas rond. Comme cela avait toujours été notre habitude, j’ai réagi au sentiment de préoccupation en demandant de l’aide et en communiquant. Don a réagi à ces choses en devenant de plus en plus réservé. Il n’était ferme que sur un point: rien de ce que nous trouvions n’était situé au bon endroit.

Dans cette atmosphère nous nous sentions tous mal à l’aise, agités. Quand je me sens soucieuse j’ai tendance à m’occuper. Je me suis occupée. Tous les dossiers étaient en ordre. Je faisais des promenades, je prenais mes bains bouillonnants, et j’essayais de conserver l’espérance. Je me sentais constamment un peu irritée envers Don, parce que je ne parvenais pas à me figurer pourquoi il rejetait systématiquement toutes les maisons que nous trouvions sur les listes ou dans les rues. Il paraissait traîner les pieds sans raison. Don n’a jamais été quelqu’un qui disait pourquoi il faisait telle ou telle chose. Il se contentait de dire ‘non’, comme l’a dit un jour Nancy Reagan. Ce n’était une solution pour aucun environnement. C’est le premier retour en arrière que je puisse faire en affirmant : c’est ICI que nous avons commencé à perdre pied, Don et moi.

Je dépendais énormément de lui. J’avais été élevée comme une personne très indépendante, et il me fallait apprendre à lâcher prise pour tout excepté pour ce que Don attendait de moi. Et Don avait eu besoin que tous mes choix tournent autour de lui. Il voulait que je sois à la maison, et là il comptait sur moi pour être aimante et désireuse de faire tout ce qu’il décidait. Il ne m’a jamais réellement consultée et, bien que cela puisse paraître très chauvin, je n’étais pas en cause. Simplement, il ne consultait personne. Il ne l’avait jamais fait. Et son opinion des femmes était si mauvaise que moi je ne pouvais être que mieux! J’ai rapidement vu que quand il n’y avait plus d’interférences au sujet d’une idée, c’est que cette idée était la bonne. Il m’a fallu au moins les six premières années de notre relation pour réaliser qu’il ne fallait à aucun prix que j’accepte un travail qui me tiendrait éloignée de lui, pas même à mon propre bureau. Il m’empêchait même de travailler à nos projets communs quand il était à la maison. « Quand je ne travaille pas, tu ne travailles pas » disait-il. Dès lors, je lui avais abandonné la plupart de mes décisions. Notez que j’avais conscience de l’aspect peu sain de cette relation. Cependant, j’avais l’opinion, et je l’ai toujours, que Don faisait là de son mieux absolu en matière de relations. Et cela me convenait. En ce qui concernait Don, j’étais préparée à faire tout ce qu’il voulait. Point c’est tout.

Et à cette période, ma santé étant compromise et moi-même aspirant à de nouvelles séances, il ne m’était pas ‘permis’ de faire grand-chose à part suivre mon régime et m’efforcer de garder mon poids au-dessus de 40 kg. J’étais de tout mon coeur plongée dans ce modèle de vie, car ce qui m’importait plus que tout c’était de voir Don réellement heureux, comme seuls les contacts avec Ra pouvaient le rendre. Donc, tous nos efforts tendaient vers ce but: avoir encore une séance de plus.

Ce qui avait toujours été de pair avec ma dépendance c’était sa volonté de diriger notre parcours, et en fait son insistance à le faire. Cela me plaisait de lui abandonner les rênes, et de faire ce qu’il disait. Il était bien plus sage que je ne l’étais et que je ne le serai jamais. Quand il a arrêté de donner des ordres et qu’il a semblé ne plus savoir que faire, je me suis sentie perdue. Mon mode de fonctionnement était de découvrir ce qu’il voulait et ensuite le faire. Mais avec la question du déménagement, nous sommes entrés dans une zone où l’échec était obligé. Aucune maison, aucun appartement n’était acceptable. Je ne trouve pas du tout étrange d’avoir ‘perdu ma joie’. J’étais complètement déconcertée. Mon sens de la réalité avait été compromis.

Les commentaires sur les vêtements concernent une facette de ma personnalité dont je ne suis pas fière mais qui est mienne: j’adore absolument porter une nouvelle robe ou une nouvelle paire de chaussettes, ou n’importe quoi d’autre qui me fait envie. Dans mon enfance j’ai eu très peu de jolis vêtements car les finances de la famille n’étaient pas brillantes. Ma mère et moi, quand je suis devenue adulte et que sa carrière de psychologue a démarré, avons pris l’habitude de déjeuner ensemble le samedi midi et d’aller ensuite faire des achats; et cette habitude a duré jusqu’à sa mort en 1991. En sa compagnie, je trouvais des choses ravissantes et elle était championne pour fouiner parmi d’innombrables tringles à vêtements, avec la patience d’une archéologue; elle avait du flair pour trouver les bonnes marques et les bonnes affaires. Aujourd’hui encore, quand je le peux je vais à la chasse aux bonnes affaires, et je suis ravie de pouvoir porter quelque chose de nouveau.

J’ai tenu la promesse que je m’étais faite à moi-même, de ne pas m’acheter de vêtements pendant une année entière. Mais j’ai triché, en ce sens que j’ai acheté des choses pour Maman et qu’elle a acheté des choses pour moi! Quoi qu’il en soit, j’ai observé la promesse à la lettre.

Séance 103, 10 juin 1983

Interlocuteur: L’instrument demande pourquoi elle a perdu sa joie depuis quelque temps. Est-ce que Ra peut commenter?

Ra: Je suis Ra. L’instrument a librement pris la décision de ne pas s’occuper du catalyseur physique qui provoque de grandes douleurs, au moyen du composé chimique allopathique prescrit, dont l’instrument était certaine qu’il serait efficace grâce à la confiance donnée aux suggestions de Ra. C’est ainsi que le catalyseur a été donné dans une forme plus complète.

Le service extérieur à autrui est devenu quasiment impossible, ce qui a eu pour résultat que l’entité a une fois encore eu à choisir entre traverser un martyre, c’est-à-dire donner de la valeur à une action fatale et mourir ou bien donner de la valeur à la conscience de la Création du Créateur unique et, de ce fait, vivre. Par sa volonté, l’entité a choisi cette dernière voie. Cependant, le mental et les distorsions mentales/émotionnelles n’ont pas donné à cette décision le support nécessaire pour maintenir l’état d’unité que vit nominativement cette entité, depuis les débuts de cette incarnation.

Comme ce catalyseur a été accepté, le travail entrepris pour éliminer les distorsions qui bloquent le rayon indigo pourrait se poursuivre rapidement.

Interlocuteur: Est-ce que Ra pourrait recommander un travail approprié à l’élimination du blocage du rayon indigo?

Ra: Je suis Ra. Nous ne pouvons pas recommander, car la situation générale dans chaque cas de vortex déformé, est unique. En ce nexus particulier, le travail le plus approprié serait sur les pouvoirs mentaux/émotionnels de l’analyse et de l’observation. Lorsque le complexe le plus fort et le moins déformé sera placé en support, alors les parties les moins fortes du complexe pourront être renforcées. Cette entité a longtemps travaillé avec ce catalyseur. C’est cependant la première fois que des remèdes proposés pour atténuer la douleur qui aiguise le catalyseur ont été refusés.

Interlocuteur: Est-ce que Ra peut recommander quelque chose que l’instrument pourrait faire ou que nous pourrions faire pour améliorer les énergies de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Ce sujet a déjà été couvert. Nous avons décrit la voie que l’instrument peut emprunter en pensée.

Interlocuteur: Je n’avais pas l’intention de couvrir un sujet déjà couvert. J’espérais y ajouter tout ce que nous pourrions faire de spécifique actuellement, ce que nous ou l’instrument pourrions faire de mieux pour renforcer ces énergies, l’activité la plus importante.

Ra: Je suis Ra. Avant de répondre, nous demandons votre vigilance pendant les crises de douleur, car le canal est acceptable mais déformé périodiquement par les sévères distorsions physiques du corps chimique de rayon jaune de l’instrument.

Les éléments importants pour le groupe de soutien sont la louange et la gratitude dans l’harmonie. Cela, le groupe l’a accompli à un tel degré d’acceptabilité que nous ne mettons pas en cause l’harmonie du groupe.

Quant à l’instrument, le trajet du mérite dans l’action au mérite dans l’essence, est ardu. L’entité s’est ignorée elle-même afin d’être libre de ce qu’elle appelle une addiction. Cette sorte de martyre, et ici nous parlons du petit mais symboliquement grand sacrifice de l’habillement, a pour résultat que l’entité s’est bâti un ‘soi-même’ de pauvreté qui alimente le démérite, à moins que le pauvreté ne soit vue comme une vraie richesse.

Autrement dit, de bonnes actions pour de mauvaises raisons provoquent confusion et distorsion.

Nous encourageons l’instrument à se valoriser et à veiller à ce que ses exigences véritables soient valorisées par le ‘soi’. Nous suggérons la contemplation de la véritable richesse d’être.

La Loi Une, Livre V, Séance 104, Fragment 54

27 juillet 1983

Jim: Au cours de la séance 104, Ra a souligné un point qui nous a paru être un des principes majeurs qui régissent notre évolution à travers la troisième densité. C’était en référence à la quantité d’exercices qui serait la plus appropriée pour Carla quand son corps était proche de la normale, et quand il était affaibli par l’une ou l’autre distorsion.

Ra a suggéré qu’il devrait être exercé davantage quand il était affaibli par une distorsion parce que: “C’est ainsi que fonctionnent les distorsions: pour mettre à l’équilibre une distorsion il faut l’accentuer”.

Dans la réponse suivante, Ra se réfère à l’utilisation des talents avec lesquels on entre dans une incarnation comme étant une sorte de proposition du genre: “ou on utilise, ou on perd”.

Quand le Livre I de The Law Of One a été sur le point d’être publié par ‘The Donning Company’ sous le titre The Ra Material, il nous a été demandé d’écrire une introduction. Dans une partie de cette introduction Carla parlait du concept de la réincarnation. Lorsque nous avons eu en main les épreuves d’imprimerie renvoyées par ‘The Donning Company’, nous avons remarqué qu’une phrase que nous n’avions pas écrite apparaissait au milieu de ce que nous avions écrit. C’était véritablement ‘subjectivement intéressant’.

L’éloquente clôture par Ra répond à une série de questions concernant notre vieux chat Gandalf, qui devenait aveugle et perdait du poids, apparemment en préparation à la mort. Nous avions envisagé de ne pas inclure ce texte, parce qu’il ne présente que peu d’intérêt général, mais nous avons finalement décidé de le faire parce que le désir de Ra de ne pas enfreindre notre libre arbitre est bien marqué et bien illustré ici.

Carla: Quand les gens tentent d’améliorer leurs habitudes de vie, ils considèrent toujours que le régime et l’exercice sont les premières choses à changer. Je pense que ces changements sont bénéfiques, tant mentalement qu’émotionnellement et que physiquement, en ce sens qu’on sent bien qu’il est bon de faire quelque chose à la fois pour le mental et pour le corps quand on a un souci. Le souci pour moi-même, partagé par nous trois, paraissait ne devoir finir jamais. Je ne regarde pas les feuilletons mélo à la télé: ils progressent trop lentement pour fixer mon attention. Mais à cette époque, il était clair que nous en vivions un. Je continuais à perdre du poids alors que je mangeais plus que je ne l’avais jamais fait. C’étaient donc le régime et l’exercice qui étaient au centre des préoccupations. Je pense que nous nous sentions mieux parce que nous travaillions activement sur les problèmes. Mais cela paraissait prendre tant de temps! Le plus clair des journées semblait passer en maintenance. Nous étions tous tendus par la situation.

J’ai toujours aimé les étés de mon enfance passés à danser au camp de la Noyes Rhythm Foundation à Portland, dans le Connecticut. A ce jour, il existe encore; c’est un endroit merveilleux que je ne peux assez recommander, car on peut y vivre sous la tente, danser sur un souple parquet au son d’une musique classique jouée au piano, dans un pavillon ouvert entouré de verdure et de forêt, dans un environnement absolument intact. Les professeurs suivent toujours la méthode originale d’enseignement de Florence Fleming Noyes, qui postule que toutes les choses ont leur propre rythme, de sorte qu’on peut danser une étoile de mer, une étoile, un ours, un cheval ou un brin d’herbe. Elle enseigne que toutes les choses sont vivantes et qu’elles font toutes partie d’une seule conscience. Le style de danse ressemble beaucoup à celui d’Isadora Duncan, mais une philosophie beaucoup plus élevée sous-tend la technique. Même les débutants passent des moments merveilleux. C’était indubitablement mon cas, et à cette époque je mesurais tous les exercices que je faisais à l’aune de la danse. Il y avait peu de place pour la promenade! Mais j’étais loyale et suivais la routine. Jim avait en général la gentillesse de m’accompagner, ce qui me motivait énormément.

Je vois ici, pour la première fois, en fait, que Ra s’est fait l’écho de ce que Don attendait de moi, et qui a toujours été de prendre davantage le temps de simplement m’asseoir. Je suis une dévoreuse de livres et j’ai toujours aimé me jeter tête la première dans un livre à l’eau de rose, de science fiction, ou dans un roman. Même maintenant, il ne m’est pas inhabituel de lire un livre par jour. Ah, si tous ces livres étaient de la ‘bonne littérature!’ Mais NON ! J’aime lire juste pour le plaisir de m’embarquer pour le pays de l’Aventure. Au fil du temps, j’ai trouvé de plus en plus de moments pour rester dans le silence, mais j’ai toujours tendance à lire trop.

Les problèmes abdominaux m’ont poursuivie pendant des années, et ce n’est pas fini. Mais les choses ont été beaucoup mieux en 1988, quand mon médecin a finalement découvert que ma vésicule biliaire était enflammée. Depuis 1982, les médecins disaient voir sur les radios que ma vésicule biliaire était encrassée et que ce n’était pas un problème opérable. Mais en fait elle était seulement enflammée, et ne fonctionnait pas du tout. J’ai souffert énormément jusqu’à ce que cet organe malade me soit enlevé. Quatre ans plus tard, en 1992, j’ai eu une deuxième opération de nettoyage, quand la moitié de mon côlon a été enlevée. Aujourd’hui j’éprouve toujours de l’inconfort dans tout le système gastro-intestinal, mais c’est gérable, et la plupart du temps je parviens à me sentir bien et à m’ôter de la tête maux et souffrances. Mais lors des séances de 1983 j’étais dans un état pitoyable. Le stress dû à l’état de Don n’y était pas étranger.

On peut noter comme Ra voyageait avec fluidité entre psyché et soma dans la manière d’aborder la maladie. Ils reliaient l’intensité de la douleur au travail sur la conscience, ce que je poursuivais aussi intensément que je le pouvais, mais les résultats étaient lents à venir.

Quand on s’est senti indigne pendant longtemps, on est lent à apprendre le profond et durable respect de soi. J’étais embarquée dans une leçon de vie qui devait m’apprendre comment être sage et pleine de vie. Don était lui aussi embarqué dans un voyage, mais bien plus sombre. Lui apprenait comment aimer complètement et mourir.

Entretemps, notre bien-aimé chat Gandalf se faisait vieux et rouillé. Comme il nous aimait! Tout ce qu’il voulait c’était être sur nous ou juste à côté de nous. Sa dévotion n’a jamais cessé même quand en Géorgie, quelques mois plus tard, nous devions le porter jusqu’à sa nourriture et à son bac car il ne pouvait plus marcher. Il aurait remué ciel et terre pour rester auprès de nous, et j’avais pris l’habitude de l’emporter partout avec moi pour qu’il ne doive pas se déplacer sur ses pauvres pattes douloureuses.

Il semble peut-être que Donald ait passé énormément de temps avec ce petit chat, mais il faut se rappeler qu’un animal favori aussi spécial est comme un enfant. Nous n’avions pas d’enfant; lui étant abstinent, il n’avait aucune chance de fonder une famille. Mais nous avions Gandalf et Fairchild. Ils représentaient beaucoup pour nous, comme nos chats le font toujours pour Jim et moi.

Voyez comme la ‘ligne’ s’affaiblit à mesure que Don persiste à vouloir obtenir des informations spécifiques de Ra. C’est abuser d’un canal bien clair que de demander des informations spécifiques. Et voyez comment Ra commence toujours par suggérer de se réjouir, de remercier, de louer, une situation pour l’améliorer, quelle qu’elle soit. Selon le mode de pensée de Ra, quand l’attitude adoptée est la louange et la gratitude, alors on est bien préparé à faire face aux circonstances. Un avis simple, dur à suivre, mais efficace.

Séance 104, 27 juillet 1983

Ra: Je suis Ra. Nous vous saluons dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Pourriez-vous d’abord me dire l’état de l’instrument?

Ra: Je suis Ra. Nous relevons qu’il y a un peu moins de distorsion vers la banqueroute physique et la perte d’énergie vitale que lors de la demande précédente. Il y a cependant encore des travers considérables dans ces relevés.

Interlocuteur: L’instrument voudrait savoir quelle est la fréquence optimale d’aérobic, de promenade et de bains bouillonnants pour un état meilleur en ce moment?

Ra: Je suis Ra. Nous répondrons de deux manières. Premièrement, pour parler du cas général qui concerne cet instrument à des degrés divers. Il est bon d’accomplir chaque forme d’exercice approximativement trois à quatre fois par ce que vous appelez ‘une semaine’. La quantité d’exercices, le tout quantifié en une addition, est d’approximativement une heure par période diurne.

Nous répondons à présent de la deuxième manière, distordue dans cette réponse vers une double condition de rayon jaune: la difficulté physique et la distorsion du complexe mental. Les eaux tourbillonnantes doivent être vues comme étant appropriées quatre à cinq de vos fois par semaine. La promenade et l’exercice: autant que désiré par l’entité. Le total de tout cela ne devrait en aucun cas excéder 90 minutes par période diurne.

Le corps physique de rayon jaune a éprouvé ce qui est appelé des changements liés au lupus dans une grande partie des tissus musculaires et dans certains organes. L’exercice fait regagner la force musculaire physique qui se perd. Par certains côtés, la promenade est l’exercice le plus approprié, étant donné la proximité de l’entité aux créatures de deuxième densité, particulièrement vos arbres. Cependant, l’habitation que vous occupez n’offre pas une telle opportunité et offre plutôt la proximité avec des créations de complexe mental/corps/esprit. Cela ne nourrit pas les besoins mentaux/émotionnels de cette entité, bien que produisant le même résultat physique. L’exercice remplit davantage les besoins mentaux/émotionnels étant donné que l’entité apprécie les expressions rythmiques du corps, comme celles trouvées dans des efforts athlétiques dérivés du système d’artefacts connu de vos peuples comme étant la danse.

Nous suggérons que le groupe de soutien encourage tout exercice, à l’exception de ceux qui dépassent la limite de temps qui est déjà très au-delà des limites physiques de ce complexe corporel. C’est comme cela que fonctionnent les distorsions : pour l’amener à l’équilibre, il faut l’accentuer. Dès lors, une sur-fatigue du corps peut, si elle est motivée correctement, produire une absence de déficit à la jonction de laquelle les limites inférieures d’exercice devraient être mises en pratique.

Interlocuteur: L’instrument a déterminé que l’utilisation sans sagesse de sa volonté est due à son usage sans les composantes de joie et de foi, et constitue un martyre. Est-ce que Ra veut commenter s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Nous sommes heureux que l’entité ait réfléchi à ce qui a été donné. Nous voudrions commenter comme suit: il est salutaire pour l’instrument d’avoir des connaissances moins distordues vers le martyre, et qui soient riches de promesses.

L’entité, qui est forte pour penser, sera ou bien forte pour agir, ou bien ce qu’elle a sera retiré. Ainsi donc, la manifestation des connaissances est un domaine que l’instrument aura à examiner.

Nous voudrions noter en outre que la mise à l’équilibre qui, dans le cas de cette entité est le mieux accompli dans l’analyse et la manifestation accompagnée de la contemplation du silence, peut être renforcée par un silence manifesté et une absence d’activités de routine. Nous ne pouvons pas aller plus loin que cette recommandation de loisir régulé, et désirons que l’entité découvre les vérités fondamentales de ces distorsions comme elle le voudra.

Interlocuteur: Y a-t-il encore autre chose que nous puissions faire pour soulager les problèmes de spasmes de l’estomac et du dos chez l’instrument?

Ra: Je suis Ra. L’aide la plus grande a déjà été donnée dans son entier. L’encouragement de l’instrument à s’abstenir d’aliments frits dans l’huile, dans son régime alimentaire, est utile. L’harmonie joyeuse est utile. Les spasmes doivent disparaître, étant fonction du travail de rayon indigo par l’entité et, dans une certaine mesure, des recommandations faites en réponse à une demande précédente. L’abstention définitive d’un dépassement des limites physiques déjà accrues est recommandée. L’inflammation subsiste et les symptômes sont à présent bien moins curables, l’entité ayant choisi le catalyseur.

Interlocuteur: Pouvez-vous nous dire ce qui ne va pas avec les yeux de notre chat Gandalf?

Ra: Je suis Ra. Celui qui est connu comme Gandalf approche de la fin de son incarnation. Sa vue baisse et la membrane aqueuse se durcit. Ceci n’est pas une circonstance confortable mais elle n’est pas de celles qui sont cause d’inconfort véritable pour l’entité.

Interlocuteur: Y a-t-il quelque chose que nous pourrions faire pour alléger cette situation?

Ra: Je suis Ra. Il y a une thérapie qui aiderait la situation. Cependant, nous ne la recommandons pas car l’état est plus bénin que le traitement.

Interlocuteur: Je ne comprends pas. Pourriez-vous expliquer ce que vous avez voulu dire?

Ra: Je suis Ra. Un médecin de tradition allopathique vous donnerait des gouttes pour les yeux. Le chat trouverait l’expérience d’être maintenu immobile pendant que les gouttes sont administrées plus distordue que l’inconfort actuel qu’il éprouve mais qu’il est à même d’ignorer en grande partie.

Interlocuteur: Est-ce que le chat peut voir quelque chose?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Est-ce qu’il semble que le chat va perdre toute sa vision dans un proche avenir, ou bien est-ce que le chat est très proche de la mort?

Ra: Je suis Ra. Celui qui est connu comme Gandalf ne va pas perdre sa vision ou sa vie selon la plupart des vortex de possibilité/probabilité, avant trois de vos saisons, approximativement.

Interlocuteur: Je me sens très mal par rapport à l’état du chat et je voudrais vraiment lui venir en aide. Est-ce que Ra peut suggérer quelque chose à faire pour aider Gandalf?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Qu’est-ce?

Ra: Je suis Ra. Premièrement, nous pouvons suggérer que les vortex de possibilité/probabilité incluent ceux dans lesquels l’entité connue comme Gandalf a une incarnation plus longue. Deuxièmement, nous suggérons que cette entité peut aller vers un achèvement si elle le désire. Autrement, elle peut choisir de se réincarner pour être avec les compagnons qu’elle a aimés. Troisièmement, l’entité connue de vous comme Betty a les moyens de rendre l’entité plus distordue vers le confort/inconfort.

Interlocuteur: Pourriez-vous me dire qui est Betty? Je ne suis pas sûr de savoir qui vous entendez par Betty. Et qu’est-ce que Betty ferait?

Ra: Je suis Ra. Celle connue comme Carla a ce renseignement.

Interlocuteur: Je suis préoccupé au sujet de la possibilité d’un déménagement. Si nous déménagions, il serait très difficile pour Gandalf de trouver son chemin dans un nouvel endroit s’il ne peut pas voir. Est-ce qu’il voit suffisamment pour trouver son chemin dans un nouvel environnement?

Ra: Je suis Ra. La vision est moins qu’adéquate, mais est presque accommodée par un sens aigu de l’odorat et de l’ouïe. Les compagnons et l’ameublement étant familiers, un nouveau milieu pourrait être considéré comme raisonnablement acceptable après une courte période de votre espace/temps.

Interlocuteur: Est-ce que nous pourrions administrer les gouttes dont vous avez parlé pour améliorer sa vision sans qu’il doive être confiné? Y a-t-il un moyen pour nous de faire cela?

Ra: Je suis Ra. C’est improbable.

Interlocuteur: Il n’y a rien que nous puissions faire? Y a-t-il une autre possibilité de recourir à des techniques pour améliorer sa vision?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Est-ce que cette perte de la vision … quelle est la raison métaphysique de la perte de la vision? Qu’est-ce qui a amené cela?

Ra: Je suis Ra. Dans ce cas-ci, la composante métaphysique est ténue. Ceci est un juste catalyseur de la vieillesse.

Interlocuteur: Est-ce que les gouttes dont vous avez parlé pourraient améliorer la vision? … Combien aideraient-elles la vision si elles étaient administrées?

Ra: Je suis Ra. Sur une période d’applications, la vision pourrait être améliorée quelque peu: de 20, peut-être 30%. La région de l’oeil serait moins dure. En équilibre par rapport à cela est une raideur de mouvement qui augmente rapidement, de sorte que le fait de le tenir en position d’immobilité est nécessairement très inconfortable.

Interlocuteur: Alors Ra pense que le bénéfice obtenu de ces gouttes ne mérite pas l’inconfort du chat. Probablement que cela …. y aurait-il un moyen d’administrer un anesthésique au chat et pendant ce temps administrer les gouttes dans ses yeux de sorte que le chat n’en aurait pas conscience?

Ra: Je suis Ra. Le mal fait en plaçant un anesthésique allopathique dans le complexe corporel de cette entité moissonnable dépasse de loin l’immobilité obtenue par ce moyen et qui pourrait permettre l’administration de médicaments.

Interlocuteur: Je suis désolé de fouiller tellement ce sujet, mais j’espérais vraiment apprendre quelque chose qui pourrait aider Gandalf. Je présume dès lors que Ra suggère que nous laissions les choses telles qu’elles sont. Combien d’applications de gouttes seraient nécessaires pour soulager les yeux, grosso modo?

Ra: Approximativement 40 à 60.

Interlocuteur: Chaque jour, ou quelque chose d’approchant?

Ra: Je suis Ra. Veuillez souffler au-dessus de la poitrine de l’instrument.

(Cela a été fait comme demandé.)

Interlocuteur: Est-ce que cela est satisfaisant?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: J’avais demandé si les gouttes devraient être administrées une fois par période diurne. Est-ce correct?

Ra: Je suis Ra. Cela dépend du médecin allopathe dont vous les recevez.

Interlocuteur: Quel est le nom des gouttes?

Ra: Je suis Ra. Nous avons une difficulté. C’est pourquoi, nous nous abstiendrons de répondre à cette question.

Interlocuteur: je suis désolé d’insister sur ce point. Je suis très préoccupé au sujet de ce chat, et comme je comprends, Ra recommande que nous n’utilisions pas les gouttes, et nous ne le ferons pas. Je voulais simplement savoir ce que nous ne faisons pas et qui pourrait améliorer la vision, et je demande de m’excuser d’insister sur ce point. Je terminerai en demandant à Ra s’il a d’autres recommandations à faire en ce qui concerne ce chat.

Ra: Je suis Ra. Réjouissez-vous en sa compagnie.

Interlocuteur: Quand notre éditeur nous a renvoyé notre introduction au livre qui était à l’origine intitulé The Law Of One, dans l’introduction Carla avait parlé de la réincarnation, et la phrase suivante a été ajoutée: «car bien que faisant à l’origine partie des enseignements de Jésus, ils ont été censurés dans toutes les éditions subséquentes par l’Impératrice». Est-ce que Ra veut bien faire un commentaire sur la source de ce qui a été ajouté dans notre introduction?

Ra: Je suis Ra. Ceci est la manière dont se produisent les occurrences, conditions, circonstances, ou coïncidences subjectivement intéressantes.

Nous suggérons encore une question complète à présent.

Interlocuteur: Avant la mise en place du voile il y n’avait, je présume, aucun plan archétypal pour le processus d’évolution. Il a été laissé totalement à la libre volonté des complexes mental/corps/esprit d’évoluer de la manière qu’ils désirent. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Non.

Je suis Ra. Nous vous laissons dans l’appréciation des circonstances de la grande illusion dans laquelle vous choisissez actuellement de jouer du fifre et du tambourin, et de bouger en rythme.

Nous sommes nous aussi des acteurs sur une scène. La scène change. La sonnerie des actes retentit. Les lumières se rallument. Et à travers toute la grande illusion et celle qui suit, et la suivante encore, il y a la majesté soutenue du Créateur infini unique.

Tout est bien. Rien ne se perd. Allez, réjouissez-vous dans l’amour et la lumière, dans la paix et la puissance du Créateur infini unique. Je suis Ra. Adonaï.

La Loi Une, Livre V, Séance 105, Fragment 55

19 octobre 1983

Jim: Après avoir beaucoup cherché, nous avons finalement trouvé une maison au nord d’Atlanta, dans laquelle nous devions emménager en novembre 1983. Nous avions décidé d’interroger Ra à propos du nettoyage métaphysique de cette nouvelle habitation avant de nous y installer, et c’est le sujet de cette séance. Alors que Jim administrait à Carla un massage de préparation à la séance, il avait remarqué des rougeurs symétriquement disposées de chaque côté de son épine dorsale. Elles étaient semblables à celles qui avaient couvert son corps lors de ses troubles rénaux dus à une glomérulo-néphrite à l’âge de 13 ans.

Apparemment, si Carla avait choisi d’affronter les difficultés issues de notre contrat de bail avec notre propriétaire en permettant à un sentiment de séparation d’avec celui-ci, ou si elle avait permis à ce même sentiment de séparation de se développer par rapport à Don pendant qu’il hésitait et se tâtait à propos du choix d’une maison à Atlanta, cette admission d’une séparation entre le ‘soi’ et autrui aurait pu être exploitée par notre ami négatif jusqu’à ce que son ‘soi’ à elle en arrive à se séparer de son véhicule physique, ce qui aurait mis fin à son incarnation.

Elle devait s’occuper de notre propriétaire qui avait de nombreuses exigences par rapport à notre départ et qu’elle considérait comme justifiées, et aussi de l’état mental de Don qui commençait à donner des signes de stress de longue durée dans son mental et son corps, stress provoqué par ses navettes et son travail. Des grèves et une banqueroute menaçaient en permanence Eastern Airlines et, bien qu’il ait su qu’il lui serait plus commode de se rendre au travail à partir d’une base à Atlanta, il avait de grandes difficultés à regarder des maisons à Atlanta, et encore davantage à en choisir une, vu son amour de toujours pour Louisville ainsi que pour le confort et la beauté du home où nous avions vécu ensemble. Mais notre maison avait été mise en vente, et il nous fallait déménager.

Lors de mon premier voyage, avec un camion de déménagement de 7 mètres, je me suis perdu dans les montagnes du nord de la Géorgie. Après bon nombre de courbes et virages j’ai enfin trouvé notre nouvelle habitation dans la campagne avoisinant le Lac Lanier. Il était minuit quand j’ai aperçu la maison pour la première fois —c’étaient Don et Carla qui l’avaient choisie— et, dans l’obscurité, je me suis immédiatement mis à la recherche de toutes les fenêtres et portes où devrait être accompli le rituel de purification avec le sel et l’eau bénite. Tel a été le début mal aspecté d’une expérience hors du commun.

Vers la fin de cette séance, a eu lieu un timide début de questionnement sur le mental archétypal, et le commentaire de Ra à la fin de la séance est une partie clé du mystère de la maladie et de la mort de Don.

Carla: Quand Don a accepté la maison dans laquelle nous avons emménagé il était plongé dans un état de désorientation qui lui avait été tout à fait étranger jusque là. J’étais moi-même au plus bas.

Comprenant vaguement qu’il me fallait être subtilement correcte dans toutes les entreprises éthiques, et voulant réellement à tout prix rester dans la Lumière, je parvenais à maîtriser la colère et l’immense irritation que je ressentais envers notre propriétaire dans mes tractations avec lui.

Nous avons mis les chats dans une caisse de voyage et Don nous a pilotés jusqu’à Atlanta. Des amis ont fait la route avec nos voitures, un autre ami a conduit le deuxième camion de déménagement, et nous nous avons atterri dans une demeure vaste et élégante (mais pas du tout équipée pour l’hiver) au bord du lac à Cumming, en Géorgie. Comme pour nous avertir que l’entreprise serait risquée, la première tentative de Jim pour conduire le camion jusqu’en Géorgie s’est soldée par une panne à 60 miles seulement de Louisville. Nous n’avons pas tenu compte de cet incident et avons poursuivi.

Les cinq mois que nous avons passés là ont été comme un roman-feuilleton plein de rebondissements bizarres. Cumming était le chef-lieu du Comté de Forsythe, un endroit connu pour ses préjugés à l’encontre de toute race non caucasienne. Le samedi, on pouvait voir dans la petite ville, des membres du Ku Klux Clan dans leurs regalia, à l’exception de leur couvre-chef masquant le visage, qui distribuaient des brochures aux automobilistes arrêtés aux feux de signalisation. Des grands-mères, des enfants de tous âges et des deux sexes portaient ce triste costume et agitaient autour d’eux leur haine raciale comme si c’était de la barbe-à-papa. J’avais eu l’intention de me joindre à la Robert Shaw Chorale, mais quand j’ai chanté mon air, il y a eu incompréhension, et les juges ont pensé que j’avais chanté une note fausse.

Je n’ai donc pas été acceptée, quelque chose que je n’avais pas du tout vu comme une possibilité. J’ai chanté toute ma vie, et je suis une choriste compétente. Mais j’étais exclue. Alors, comme j’éprouvais le besoin de chanter, j’ai trouvé un petit groupe dans la région de Cumming, avec des pieds de plomb j’ai été chanter des chants folkloriques irlandais et autres choses du genre, mais je n’avais plus la merveilleuse expérience de vivre la prière qu’offrait le chant choral sacré classique. J’avais l’intention de chanter le dimanche dans la cathédrale St. Philip, et je m’étais arrangée pour le faire. Mais ils ne voulaient pas me laisser chanter avant que la fin de la période de Noël, une pratique que l’église avait été forcée d’adopter après avoir constaté que beaucoup voulaient venir chanter à Noël mais pas le reste de l’année. Entretemps, j’avais trouvé une église de mission à cinq minutes de notre maison, et qui n’avait pas du tout de chorale. Je suis donc restée dans cette petite mission des All Saints, et j’ai chanté les vieux hymnes anglicans pendant l’eucharistie. Toutes les attentes étaient déçues. Rien ne marchait comme nous l’avions envisagé.

Le pire dans tout cela était que Don avait plus de trajet à faire et non moins, pour rejoindre son travail. Il devait passer par toutes les étapes d’une circulation paralysante depuis l’extrême nord d’Atlanta jusqu’au sud, où se trouvait l’aéroport. Et la météo semblait vouée à rendre les choses plus difficiles encore. Il a fait extrêmement froid en Géorgie cet hiver-là, et quand il gelait comme cela s’est produit plusieurs fois, il était absolument impossible de se rendre en aucun endroit. Je me rappelle que Don a dû un jour loger dans un motel jusqu’au parking duquel il était parvenu à se traîner en patinant car il lui était impossible d’atteindre ni la maison ni son travail. Le soir de Noël j’ai chanté à deux offices à la mission des All Saints’, pendant que Jim et Don vidaient l’eau qui jaillissait de canalisations éclatées. Pour le Nouvel An les tapis mouillés s’étaient mis à moisir, alors que Don et moi-même étions allergiques à la moisissure et à la pourriture. Aussi luxueuse en été qu’était la maison au bord du lac, elle était un véritable désastre pour y vivre en hiver. J’ai attrapé des ulcères aux pieds à cause du froid: le sol n’était jamais plus chaud que 10°C, jamais.

Comme tout allait de travers dans cette maison, nous nous sommes immédiatement mis à la recherche d’une autre maison, simultanément à Atlanta et à Louisville. Nous n’avons pas eu une seule journée tranquille en Géorgie, et malgré la beauté de cet Etat, je ne peux pas dire que je souhaite y retourner un jour. Jusqu’à ce que Don trouve la maison que nous habitons encore à présent, en mars, nous avons constamment été comme sur un perchoir, sans aucun ordre dans nos affaires. Nos possessions sont restées dans les caisses, nos sentiments sont restés fragiles. C’était moi qui traitais avec le nouveau propriétaire, et ce n’était pas une partie de plaisir. Pendant tout le temps que nous avons passé là-bas, Don n’a cessé d’insister pour que nous déménagions immédiatement, de sorte que bien que nous n’ayons passé que cinq mois dans cet endroit, le propriétaire et moi-même nous sommes rencontrés au moins une fois par semaine pour qu’il puisse être mis au courant de nos dernier plans en date (mais aucun d’eux ne s’est concrétisé). Finalement, en mars il nous a demandé de partir pour que sa famille et lui puissent utiliser la maison pendant cet été. C’est dans ces circonstances que Don s’est envolé un week end pour Louisville, où il a trouvé ce charmant et vénérable bungalow que nous habitons toujours, et a accepté de l’acheter.

Acheter une maison, c’était une chose que Don avait toujours considérée comme peu sage en ce qui le concernait. Et qu’il l’a eu fait, il l’a regretté. Pour Jim et moi cela était très difficile à supporter, car nous nous étions bercés de l’illusion que nous allions nous établir dans ce petit faubourg et y vivre comme nous l’avions fait auparavant. Mais Don restait convaincu que nous devrions déménager à nouveau, tout en refusant chaque lieu possible que nous trouvions. Quand j’ai trouvé une maison qui était moins chère de 20.000 dollars, avec une architecture en duplex qui aurait pu être un foyer pour Don et moi, et un appartement que Jim aurait pu occuper, et que Don a refusé celle-là aussi, j’ai réalisé que quelque chose allait vraiment de travers. Nous étions dans de beaux draps.

Dans une telle atmosphère il était impensable de poursuivre le travail et même de continuer à poser des questions sur le mental archétypal, mais nous avons persévéré, nous avons nettoyé quotidiennement la nouvelle salle de travail, et avons espéré qu’un jour nous pourrions reprendre les séances avec ceux de Ra.

Je me souviens du grand espoir et de la foi qui ont grandi en moi pendant cette période, et aussi des questions que je me posais sur l’état de Don. Aucun de nous ne voyait d’autre issue que de persévérer et de suivre la suggestion de Ra de tout accepter dans la louange et la gratitude. Ou d’essayer en tout cas.

Séance 105, 19 octobre 1983

Ra: Je suis Ra. Je vous salue, mes amis, dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Pourriez-vous me dire d’abord quel est l’état de l’instrument s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Les énergies vitales de cet instrument sont dans un état beaucoup plus perturbé que lors de la demande précédente, avec des facultés de volonté et de foi qui ont regagné la première place dans l’existence et l’équilibre de cette entité. Le déficit physique se poursuit.

Interlocuteur: Je suis désolé d’avoir tant de questions de maintenance. Nous semblons être dans un état de confusion en ce moment par rapport à notre capacité à poursuivre dans la direction que nous souhaitons concernant le mental archétypal.

Je voudrais demander ce qui a provoqué les rougeurs symétriques sur le dos de l’instrument, et s’il y a autre chose que nous pourrions faire pour soigner l’instrument et son état, y compris ces rougeurs.

Ra: Je suis Ra. Les rougeurs sont un symptôme de ce qui a été une salutation psychique prolongée. L’opportunité pour cette entité d’avoir une réaction allergique massive à des virus de types streptocoque et staphylocoque a été offerte dans l’espoir que cette entité souhaiterait quitter son incarnation.

L’occurrence précédente de cet état de complexe mental qui s’est produite, dans votre système de numérotation, au neuvième mois, au douzième jour, de votre actuelle révolution solaire, a pris votre compagnon de cinquième densité par surprise. Cette entité est à présent préparée.

Il y a eu deux moments où cette entité aurait pu déclencher la réaction et la première opportunité a été manquée. Premièrement, l’opportunité de séparer le ‘soi’ de l’autre ‘soi’ par rapport au choix d’une maison; ensuite, la possible vision du ‘soi’ séparé de l’autre ‘soi’ en ce qui concerne le choix d’une maison. Deuxièmement, la possible vision du ‘soi’ séparé de l’autre ‘soi’ en ce qui concerne la dissolution de liens prosaïques concernant le renoncement à cette habitation. Les deux opportunités ont été accueillies par un refus de cette entité de séparer le ‘soi’ de l’autre ‘soi’, avec un nouveau travail sur le rayon indigo concernant le refus du martyre tout en préservant l’unité dans l’amour.

C’est pour cela que l’instrument a vu ses défenses immunitaires affaiblies et son système lymphatique impliqué dans l’invasion de ces virus. Vous pourriez voir un certain mérite dans la purgation du corps chimique de rayon jaune de l’instrument afin d’aider plus promptement le complexe corporel affaibli dans sa tentative de se défaire de ces substances. Les techniques incluent des lavements thérapeutiques ou irrigations coloniques, le sauna une à deux fois par jour, et le recours à de vigoureuses frictions de l’intégument pendant une période d’approximativement sept de vos périodes diurnes.

Nous ne parlons pas de régime, non pas parce que cela n’aiderait pas, mais parce que cette entité ingère toute substance en petites quantités et évite déjà certaines substances, notamment le lait frais et l’huile.

Interlocuteur: Y a-t-il un endroit particulier de l’intégument qui devrait être frictionné avec vigueur?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Pouvez-vous me dire, s’il vous plaît, ce qui a provoqué la réapparition du problème rénal de Jim, et ce qui peut être fait pour le guérir?

Ra: Je suis Ra. L’entité Jim a déterminé qu’elle voulait se nettoyer et dès lors de passer du temps/espace à la poursuite et à la contemplation de la perfection. La concentration sur ce travail s’est intensifiée jusqu’à ce que le complexe mental/corps/esprit résonne en harmonie avec cette intention.

L’entité n’a pas saisi le moyen littéral par lequel les intentions métaphysiques sont traduites par le complexe corps de quelqu’un qui travaille dans une véritable unité d’objectif.

L’entité a entamé une période de prière, de jeûne, de pénitence et de réjouissance. Le complexe corps, qui n’avait pas encore pleinement récupéré du syndrome néphrétique, s’est mis à nettoyer systématiquement chaque organe en envoyant tous les détritus qui n’étaient pas parfaits au travers de reins, qui n’ont pas reçu assez de liquide pour délayer les toxines qui se libéraient. Les toxines sont restées dans le complexe corps et ont réactivé une maladie purement physique. Il n’y a rien de métaphysique dans cette rechute.

La guérison est en train de se produire, en manifestation d’une affirmation de la santé du complexe corporel ce qui, à moins de circonstances adverses, sera complètement efficace.

Interlocuteur: Est-ce qu’une remise en question de l’adéquation de la maison du Lac Lanier dans laquelle nous avons l’intention d’emménager, ou une préparation spéciale autre que celle qui est planifiée serait souhaitable?

Ra: Je suis Ra. Nous croyons que vous avez questionné de manière oblique. Veuillez requestionner.

Interlocuteur: Nous avons l’intention de purifier la propriété du Lac Lanier en utilisant les techniques prescrites par Ra, en laissant du sel pendant 36 heures, etc. Je voudrais savoir si ceci est suffisant ou s’il y a un autre problème important par rapport à l’emménagement dans cette maison, et au sujet duquel Ra pourrait nous conseiller maintenant, s’il vous plaît.

Ra: Je suis Ra. Le nettoyage de la demeure dont vous parlez ne doit durer que trois nuits et deux journées. Cette demeure est bénéfique. Premièrement, la chambre aux lits superposés, sous la couchette du dessus. Deuxièmement, à l’extérieur de l’habitation qui fait face à la route, et centré sur les petits rochers à approximativement deux tiers de la longueur de l’habitation à partir du côté de l’allée. Troisièmement, il y a le problème du hangar à bateau.

Nous suggérons des nettoyages hebdomadaires de cette zone avec de l’ail, des oignons fraîchement coupés, et le parcours d’un périmètre empli de lumière. L’ail et l’oignon renouvelés chaque semaine, devraient rester suspendus en permanence, à une ficelle ou du fil de fer entre les séances.

Interlocuteur: Afin que je ne commette pas d’erreur d’interprétation de vos directives concernant la deuxième zone à l’extérieur de la maison, pourriez-vous me donner une distance et un point sur la boussole à partir de l’exact centre de l’habitation jusqu’à cette position?

Ra: Je suis Ra. Nous ne pouvons qu’être approximatifs, mais suggérons une distance de 37 pieds [1], une direction magnétique de 84 à 92 degrés.

Interlocuteur: Je sais que cela a peu d’importance par rapport à ce que nous voulons faire et d’un point de vue philosophique je ne veux pas enfreindre la Loi de Confusion, donc je ne pense pas qu’il soit nécessaire de répondre, mais je me demande quelle est la condition qui a créé la nécessité d’un nettoyage continu du hangar à bateau.

Ra: Je suis Ra. L’intention est de créer un périmètre à l’intérieur duquel les citoyennes des ruchers n’éprouveront pas le besoin de piquer et en fait ne trouveront pas prometteur d’y habiter.

Interlocuteur: Vous parlez des abeilles, guêpes et autres créatures de ce type?

Ra: Je suis Ra. C’est cela.

Interlocuteur: Est-ce que les plans de Jim et le rituel de déconsécration de cette habitation est suffisant, ou bien est-ce que quelque chose devrait être ajouté ou changé?

Ra: Je suis Ra. Aucun changement n’est nécessaire. Les points nécessaires à inclure dans la consécration ou la déconsécration de l’endroit sont couverts.

Nous pouvons suggérer que chaque arbuste de deuxième densité que vous avez investi pendant votre occupation de cette demeure soit remercié et béni.

Interlocuteur: Y a-t-il d’autres suggestions que Ra pourrait faire concernant une partie de ce déménagement qui est planifié, et est-ce qu’il… est-ce que nous aurons des problèmes pour contacter Ra dans la nouvelle habitation, et dans l’affirmative, est-ce que Ra veut nous en parler et nous dire que faire pour alléger les problèmes de contact avec Ra dans la nouvelle habitation?

Ra: Je suis Ra. Nous pesons cette réponse soigneusement, car elle frôle l’abrogation du libre arbitre, mais nous trouvons la proximité acceptable étant donné la détermination de cet instrument d’être au service du Créateur infini unique quelles que soient les circonstances personnelles.

Toute aide physique de la part de l’instrument à l’emballage et au déballage activera les réactions allergiques qui sont dormantes pour la plupart en ce moment. Cette entité est allergique à des éléments qui sont inévitables dans des transitions à l‘intérieur de votre illusion de troisième densité, comme la poussière, la moisissure, etc. Celui qui est connu comme Bob pourra aider à cet égard. Le scribe devrait aussi prendre soin de s’imbiber d’une double quantité de liquide afin que les toxines provoquées par les allergies puissent être éliminées du complexe corporel.

Il n’y a pas de difficulté à reprendre le contact par l’intermédiaire de cet instrument bien accordé avec le complexe mémoriel social Ra dans l’habitation choisie, ni d’ailleurs en aucun autre endroit, une fois accompli le nettoyage physique et métaphysique.

Interlocuteur: Je suis arrivé à la conclusion que la signification du faucon que nous avons vu il y a environ un an quand nous étions sur le point de déménager pour la première fois, avait un rapport avec la nature non-bénéfique de la maison, dans le sens métaphysique, ce que j’avais saisi. Si ce n’est pas interférer avec la Loi de Confusion, je pense qu’il serait philosophiquement intéressant de savoir si j’ai raison par rapport à cela.

Ra: Je suis Ra. Quel est l’oiseau qui vient affirmer Ra? Quel est oiseau qui serait choisi pour avertir ? Nous demandons à celui qui pose les questions de réfléchir à ces demandes.

Interlocuteur: Nous avons déterminé expérimentalement, pourrait-on dire, bien des choses relative au corps dans la partie suivante du tarot, et nous en ressentons certains des effets rétroactifs, pourrait-on dire entre le mental et le corps.

A partir de tout ce que nous avons fait jusqu’ici par rapport à ces effets, la grande valeur du corps de rayon jaune de troisième densité en ce moment-ci, est qu’il est comme un dispositif qui rétro-alimente le catalyseur pour créer la polarisation, dirais-je.

Je voudrais demander à Ra si initialement, quand ils ont été assignés à l’expérience de troisième densité, les mentaux/corps/esprits (et non pas les complexes mental/corps/esprit) avaient pour utilisation principale du corps de rayon jaune la rétro-alimentation des catalyseurs et si ce n’est pas la cas, alors à quoi devait servir le corps de rayon jaune?

Ra: Je suis Ra. La description du début de votre question est valable pour la fonction du mental/corps/esprit ou du complexe mental/corps/esprit. La position de la manifestation physique dans la création n’a pas bougé d’un brin quand le voile de l’oubli a été jeté.

Interlocuteur: Alors dès le début, le corps de rayon jaune a été destiné à être ce que Ra a appelé un athanor pour le mental, un dispositif destiné à accélérer l’évolution du mental. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Il est peut-être plus exact de noter que le véhicule physique de rayon jaune est une nécessité sans laquelle le complexe mental/corps/esprit ne peut poursuivre aucune évolution d’aucune sorte.

Interlocuteur: Vous voulez donc dire que l’évolution de la partie de l’individu qui n’est pas de rayon jaune n’est pas possible sans que, à certains intervalles, le corps de rayon jaune soit revêtu. Est-ce exact?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Voulez-vous éclairer ma pensée à ce sujet? Je ne comprends pas bien ce que vous dites.

Ra: Je suis Ra. Chaque mental/corps/esprit ou complexe mental/corps/esprit a une existence simultanée avec celle de la création. Il ne dépend pas d’un véhicule physique.

Cependant, pour pouvoir évoluer, changer, apprendre et manifester le Créateur, des véhicules physiques appropriés à chaque densité sont nécessaires.

Votre question impliquait que les véhicules physiques accélèrent la croissance. La description exacte est qu’ils permettent la croissance.

Interlocuteur: Je voudrais prendre à titre d’exemple la distorsion d’une maladie ou d’un dysfonctionnement corporel avant la mise en place du voile, et la comparer à cette distorsion ou maladie après la mise en place du voile. Supposons que les conditions vécues par Jim par rapport à la défaillance de ses reins feraient partie d’une expérience survenue avant la mise en place du voile. Est-ce que cette expérience aurait pu se produire avant le voile? Est-ce qu’elle aurait été différente? Et si oui, comment?

Ra: Je suis Ra. La colère de la séparation est impossible sans le voile.

L’absence de conscience que le corps a besoin de liquide est improbable sans le voile. La décision de contempler la perfection dans la discipline est très improbable sans le voile.

Interlocuteur: Je voudrais avoir un exemple de distorsion corporelle d’avant le voile, et voir comment cela affecte le mental. Est-ce que Ra pourrait donner un exemple de cela s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Ce domaine général a été couvert. Nous allons récapituler.

Les schémas des maladies, des troubles et de la mort sont un domaine bénéfique à l’intérieur du plan de l’expérience d’incarnation.

Alors, une guérison survenait par la décision des mentaux/corps/esprits, et les incarnations étaient vécues avec la fin normale de la maladie par la mort, acceptée telle quelle puisque sans le voile il est clair que le mental/corps/esprit continue.

Ainsi donc, les expériences, bonnes et mauvaises, ou gaies et tristes, du mental/corps/esprit d’avant la mise en place du voile étaient pâles, sans la vivacité ni l’intérêt aiguisé qu’elles apportent au complexe mental/corps/esprit d’après la mise en place du voile.

Interlocuteur: A la fin d’une incarnation, avant le voile, est-ce que l’entité paraissait avoir vieilli comme c’est la cas pour les entités de notre présente illusion à la fin de leur incarnation? Est-ce que le Signifiant apparaissait comme cela?

Ra: Je suis Ra. Le Signifiant du Mental, du Corps, ou de l’Esprit est une partie du mental archétypal et il apparaît comme chacun visualise cette apparence.

Le corps des mentaux/corps/esprits d’avant le voile montraient tous les signes de vieillissement qui vous familiarisent à présent avec le processus menant au détachement du complexe mental/corps/esprit de la troisième densité.

Il est bon de se rappeler que la différence entre mental/corps/esprit et complexe mental/corps/esprit est un oubli à l’intérieur du mental profond. Les apparences physiques et les activités de surface et instinctuelles sont quasiment les mêmes.

Interlocuteur: Je me suis demandé aussi quelle était la raison profonde du changement d’apparence que nous voyons comme le processus du vieillissement. Je m’efforce de découvrir la prémisse philosophique de base ici, mais il se peut que je tire dans le noir et que je ne pose pas mes questions correctement. J’essaie d’arriver à la raison qui sous-tend l’intention dans ce changement d’apparence quand il me semble à moi qu’il doit être tout aussi possible que le mental/corps/esprit ou que le complexe mental/corps/esprit ait toujours le même aspect tout au long d’une incarnation. Est-ce que Ra peut expliquer la raison de cette modification ?

Ra: Je suis Ra. Quand la discipline de la personnalité a amené le complexe mental/corps/esprit au cinquième, et plus spécialement au sixième niveau d’étude, il n’est plus nécessaire d’incorporer la destruction du véhicule physique dans sa configuration, car le complexe esprit est si expérimenté en tant que navette, qu’il a conscience du moment où le degré approprié d’intensité d’apprentissage et de profit de la leçon est atteint.

Dans la troisième densité, ne pas incorporer dans le véhicule physique la propre fin de celui-ci serait contreproductif pour les complexes mental/corps/esprit qui y résident car, à l’intérieur de cette illusion il semble plus attirant de rester à l’intérieur de l’illusion que de laisser tomber le vêtement qui a contenu le complexe mental/corps/esprit et poursuivre sa route.

Interlocuteur: Je vois alors que c’est quand un individu atteint un âge très avancé, dirais-je, qu’il lui devient apparent en troisième densité qu’il est usé. Dès lors, il n’est plus aussi fermement attaché à ce véhicule qu’il le serait à un véhicule de belle apparence et fonctionnant bien.

Après la mise en place du voile, le corps est vraiment un athanor pour le mental. Avant le voile, est-ce que le corps servait aussi d’athanor au mental?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Vous pouvez poser encore une question complète.

Interlocuteur: Je crois que je devrais demander s’il y a quelque chose que nous pourrions faire pour augmenter le confort de l’instrument ou pour améliorer le contact puisqu’ à la séance précédente je n’ai pas pu inclure cette question.

Ra: Je suis Ra. Nous trouvons la fatigue du groupe bien contrebalancée par son harmonie. Cette fatigue va se poursuivre dans toute future circonstance pendant votre incarnation. Dès lors, recherchez votre amour et votre gratitude mutuels, et restez toujours unis dans la camaraderie, en réparant avec patience, réconfort et quiétude chaque brin qui se rompt dans cette affection.

Nous trouvons tous les alignements méticuleusement observés, et ne vous donnons ces paroles qu’à titre d’aide-mémoire. Tout ce qui peut être fait pour l’instrument paraît être fait d’un coeur entier, et l’instrument elle-même travaille dans le rayon indigo avec persévérance.

Nous avons précédemment mentionné certaines mesures temporaires pour l’instrument. Si celles-ci sont adoptées, des liquides supplémentaires seront absorbés par l’instrument et par celui qui pose les questions dont le lien avec l’instrument est tel que chaque difficulté pour l’un est la même en sympathie pour l’autre.

Je suis Ra. Je vous laisse vous réjouir gaiement dans l’amour et la lumière, la puissance et la paix du Créateur infini unique. Adonaï.

[1] 11m27 (NdT)

La Loi Une, Livre V, Séance 106, Fragment 56

15 mars 1984

Jim: Nous avons vécu pendant cinq mois dans la maison du Lac Lanier: de novembre 1983 jusqu’à avril 1984, avant d’admettre l’échec de cette expérience. Nous n’avons pu avoir qu’une seule séance avec Ra pendant cette période car l’état de Don empirait, et ses soucis accentuaient également ses distorsions mentales. La majeure partie du temps, la condition physique de Carla était en dessous du niveau nécessaire à un essai en sécurité d’un contact avec Ra. En janvier 1984, l’état de Don est devenu si mauvais qu’il a été forcé de se porter malade pour la première fois en dix-neuf années de collaboration avec Eastern Airlines. Il ne devait plus opérer que quelques vols avant sa mort en novembre de cette année-là.

Malgré tout, alors que nous étions sur le point de re-déménager vers Louisville, Don est parvenu à rassembler assez de force pour une séance avec Ra, afin de pouvoir questionner au sujet des nettoyages métaphysiques nécessaires de notre nouveau foyer, et aussi poser des questions sur les difficultés de Don et de Carla.

L’allusion de Ra à “l’usage inapproprié de la compassion” de Carla concerne sa réaction aux préoccupations constantes de Don à propos de son travail, de sa santé, et de la poursuite de notre travail. Un après-midi, alors que Don partageait ses soucis, Carla lui a dit simplement qu’elle allait prendre sur elle ses soucis et qu’il pourrait faire ce qu’elle-même faisait en général: se détendre, prendre du bon temps, et être insouciant. Don a innocemment accepté. Le lien d’unité entre Don et Carla était apparemment d’une nature telle que ce simple accord a eu pour résultat un néfaste transfert d’énergie entre eux. Cela s’est produit à un moment où tous les deux passaient apparemment par le processus interne de transformation que l’on appelle en général initiation.

Nous pouvons présumer que notre ami de cinquième densité négative a trouvé des cibles d’opportunité dans ces expériences combinées d’initiation et de transfert négatif d’énergies, et est parvenu à accroître leur intensité.

La nature pleine de mystère de cette situation d’accumulation devient plus évidente ici, car nous ne savons pas pourquoi Carla a survécu et Don non.

Nous ne pouvons que nous remémorer les paroles de départ de Ra à la fin de cette dernière séance, quand Ra a suggéré que : «la nature de toute manifestation est illusoire et n’est fonctionnelle qu’autant que l’entité se détourne de la forme et de l’ombre pour se diriger vers le Un».

Carla: Au moment de cette séance, j’était passée par toutes les alarmes et préoccupations que l’on peut imaginer. Don avait plus ou moins cessé de s’alimenter. Il se comportait en complet désaccord avec lui-même et, bien qu’à ce moment je n’eusse pas encore réalisé qu’il était psychotique et pas entièrement dans notre réalité habituelle, j’étais perturbée et effrayée par ces changements. Tous les modèles de comportement que Don avait eus jusqu’alors m’avaient habituée à répondre à ses désirs. C’était Don qui choisissait l’heure de nos repas, nos sorties au cinéma, il aimait et recevait le contrôle total de ma vie. Appelez-moi ‘dépendante’ et vous aurez raison. Mais c’était la seule manière dont Don pouvait supporter l’intimité d’une relation sous le même toit. Je pouvais m’opposer et me faire entendre; je pouvais faire des suggestions qui étaient parfois entendues, mais de manière générale Don était un homme à l’ancienne mode, qui aimait que je reste à la maison, point final. J’attendais sa fantaisie. Entretemps, je lisais ou m’occupais à de tranquilles travaux administratifs.

Soudainement, il me demandait sans cesse où je devais aller ensuite, il m’y conduisait en voiture, une corvée pénible pour lui qui avait des hémorroïdes, et qu’il laissait habituellement à Jim (à cette époque je ne conduisais plus car cela m’était trop douloureux). Il restait simplement assis à m’attendre pendant que j’étais à l’église, à la classe de gym, aux répétitions de chants folkloriques.

Alors que Jim était débordé par les choses qu’il y avait à faire pour l’organisation L/L, pour le propriétaire qui lui faisait creuser dans l’argile rouge-orange une cave pour conserver les légumes, et pour la maison, Don a commencé à s’efforcer d’être présent et de manger chaque soir à la maison, autre changement radical par rapport à ses habitudes. Jim n’était pas dans son assiette —je pense que c’est ce qu’on peut dire de son humeur. Jim était intrigué. Mais moi j’étais en pleine dépression nerveuse.

J’ai l’impression que mon bien aimé compagnon et moi-même avons vraiment fusionné en un seul mental, une seule personne, dans ce transfert ‘inapproprié’ entre nous, déclenché par ma suggestion d’échanger nos rôles, et son accord.

Entre nous il y avait une dynamique simple: lui était sage, et moi j’aimais. En fait, nous avions beaucoup en commun, mais nos natures profondes étaient complètement polarisées, l’une sur la sagesse et l’autre sur l’amour. Dans ce transfert, Don a reçu l’extrême sensibilité avec laquelle je perçois toutes les impressions des sens, ainsi que l’expression totale et la nature ouverte de mon coeur. Et moi j’ai reçu de plein fouet l’incommensurable terreur qui se cachait derrière les yeux calmes et si bleus de Don, tempérée par sa ferme et solide compréhension du grand tableau.

J’ai le sentiment que pendant la période à partir de cette séance (qui a eu lieu deux semaines avant de quitter Atlanta pour revenir dans les bienheureuses collines du Kentucky) jusqu’à la mort de mon Bienaimé en novembre de cette année, Don a été accompli un parcours incarnationnel complet en ce qui concerne l’ouverture de son coeur. Il m’est impossible d’exprimer quelle agonie, quelles souffrances il a traversées alors. Les inexpugnables murailles de béton qui l’avaient protégé jusque là se sont effondrées comme si elles n’avaient jamais existé, et il a tout ressenti. Et combien il a aimé! Il lui était impossible de regarder la télévision, même des séries, parce qu’il y avait trop de souffrance. Lui, qui s’était juré de se contenter d’être un observateur, a pleuré en regardant des épisodes du Mary Tyler Moore Show [1]. Et quand il se trouvait dans la même pièce que moi il s’efforçait de m’expliquer, en n’arrêtant pas de se répéter, combien désespérée était la situation. C’est cette pensée qui le taraudait sans cesse. L’horreur qu’il éprouvait le coupait pratiquement de toute autre émotion, et il était incapable de rester longtemps maître de lui-même à mon égard.

Pendant ce temps, j’étais complètement et abominablement inconsciente des craintes qu’éprouvait Don qui pensait que je lui préférais Jim. Quand Don m’a arrachée à lui pour m’embrasser, ne connaissant pas sa propre force il m’a blessée en me brisant une côte, en me fendant la lèvre, en me laissant des contusions, pendant qu’il était à l’hôpital en mai, et que j’y étais aussi à cause d’un nerf sciatique devenu douloureux à force de rester pendant des heures assise sur une chaise inconfortable (pour Don: la seule qui n’était pas équipée de ‘ mouchards’. J’ai commencé à avoir peur de Don. Je m’éveillais le matin en découvrant Don assis à côté de moi, attendant patiemment que je m’éveille. Après m’avoir souhaité le bonjour, il me racontait comme tout allait mal. Pas moyen de le persuader de se détendre, de prendre les choses avec calme, de mettre en pratique ce que les médecins avaient dit à propos de l’exercice et la méditation, et de laisser le temps faire son oeuvre de guérison. De tout ce que je m’efforçais de lui exposer, rien ne le convainquait, il était totalement sûr que rien ne pourrait jamais s’améliorer. Pour lui, la réalité a commencé à basculer, au point que j’avais peur d’être à ses côtés quand il conduisait. Mes nerfs ont craqué sous cette insupportable pression. J’étais complètement effondrée car je ne retrouvais plus Don et tout ce que je pouvais penser c’était que je ne devais pas chercher à aller vers lui mais me rassembler pour moi-même ET L/L/ Research parce que Don n’était plus avec nous. Il semblait être devenu quelqu’un d’autre. Même la couleur de ses yeux avait passé d’un brillant bleu ciel à un bleu marine. Depuis longtemps c’était moi qui m’occupais de ses papiers administratifs. Je savais que Don avait accumulé un peu plus de deux années d’absences maladie auprès de la compagnie aérienne, et c’était moi qui avais averti tous ceux qui devaient être informés de sa maladie. Absolument tous ses collaborateurs souhaitaient que Don prenne tout le temps voulu et puisse revenir parmi eux. Les crises dans sa tête n’avaient pas de réalité, ni selon moi ni selon Jim. Il était le seul à craindre une catastrophe économique imminente. Don avait un salaire confortable. Ses dépenses pour nous trois et les chats ne consommaient généralement que la moitié de son chèque mensuel. Mais Don avait perdu tout espoir, et l’être qu’il était devenu vivait un véritable enfer.

Et comment suis-je capable de regarder tout cela en affirmant que ces événements font partie d’un ensemble parfait? Seulement en ayant reçu la grâce de voir cela finalement, après de nombreuses années passées à faire revivre ces scènes fascinantes dans ma mémoire, en les sondant, en travaillant dessus pendant des jours, des mois, des années après la mort de Don.

Quinze ans ont passé, et la perspective est devenue plus claire. En acceptant enfin l’importance d’un coeur ouvert et généreux pour contrebalancer la sagesse, Don a accompli la leçon personnelle qu’il avait eu l’intention d’apprendre. En ouvrant son coeur il a tué son corps, mais en vérité il a commencé à se réjouir dès l’instant où il a quitté l’illusion physique, car il m’est apparu plusieurs fois joyeux, riant, et m’a dit que tout était bien. Et quant à moi, mes nerfs étant bien moins sollicités qu’ils l’étaient avant le contact Ra et la mort de Don, j’ai entrepris de contrebalancer la compassion que j’ai reçue et que j’ai acquise pendant la leçon qui a commencé le jour où Don est mort.

Quand je me suis éveillée le jour après le suicide de Don je m’attendais à constater que ma chevelure avait complètement blanchi. Il n’y avait aucun changement extérieur, mais j’ai commencé une nouvelle vie à partir d’alors. Jusqu’en novembre 1990, j’ai passé mon temps à me juger. J’avais découvert les soupçons que Don nourrissait à mon égard et ressenti qu’il avait gonflé ces craintes jusqu’à ce qu’il se tue à cause d’elles. C’était ma faute, non pas parce que j’avais été coupable d’une quelconque infidélité, mais parce que j’aurais dû deviner ce qu’il pensait, et j’aurais dû le rassurer. Mais dans mon fol orgueil je me suis contentée de présumer qu’il SAVAIT que moi, parangon de vertu, je ne romprais jamais une parole donnée. J’ai vraiment un problème persistant avec l’orgueil car je m’efforce d’être exacte dans mon éthique. J’ai été complètement aveugle dans la maladie de Don.

La situation était d’autant plus déroutante que tous les médecins, assistants sociaux et amis suggéraient la même chose: que Jim et moi devions le laisser tranquille, qu’il ne fallait pas l’entraîner à faire des choses, parce que c’était à lui-même de prendre la décision de guérir, et que nous ne ferions que rendre plus long le processus si nous nous en mêlions. En regardant en arrière maintenant, comme je voudrais avoir pris la décision de les envoyer tous paître et de rester à ses côtés quoi qu’il arrive. Et cependant, même si j’ai fait de mon mieux pour y arriver, en jurant de rester même si cela devait me tuer, mon corps s’est simplement insensibilisé et je me suis réveillée un matin ayant perdu contact avec la réalité. A partir du mois de mars Don, mon Bienaimé s’est mis à décliner rapidement et sans trêve, et moi j’ai sombré dans une complète dépression nerveuse.

Les allergies qui avaient tant tracassé Don dans la maison de Hobbs Park lui restaient dans la tête parce que nous avions frôlé l’inondation quand les conduites avaient sauté en cette froide soirée de Noël. L’humidité avait pénétré profondément dans la moquette du hall d’entrée et avait rendu la moitié de la maison inhabitable pour Don et moi-même. Quand nous sommes arrivés ici nous avons trouvé une cave sèche, ou du moins une cave équipée d’une pompe, et sans graves problèmes de drainage. L’humidité était tolérable et l’endroit était vraiment un lieu angélique que Jim et moi en sommes venus à aimer profondément. Cela a été la dernière tâche de Don sur cette Terre de trouver cet endroit. Comme toujours, il a fait un travail fantastique. Cela a été un privilège de pouvoir venir habiter ici, où mon Donald a vécu, où il a souffert, où il est mort, et où il m’a si bien aimée. Jim et moi nous sommes mis à aimer cet adorable petit bungalow et sa modeste courette dont, petit à petit, nous avons fait des jardins. Nous travaillons toujours pour Don! Cela nous réconforte beaucoup. Tout ce que nous faisons n’est que la continuation de ce qu’il a si merveilleusement commencé avec son esprit aiguisé et sa nature ample et réfléchie.

Cela a été pour moi une expérience sombre: pendant des années j’ai eu des idées de suicide et je me suis condamnée moi-même. Et cependant, grâce à ce catalyseur j’ai appris à m’aimer moi-même, à réellement m’aimer et prendre soin de moi sans essayer de me justifier ou de me défendre. Et cela n’est pas tant un progrès dans l’amour qu’un progrès dans la sagesse, car c’est seulement grâce à la sagesse que l’on apprend à aimer les erreurs. Je ne serai manifestement jamais aussi sage que Don, mais je peux percevoir les dons qu’il m’a laissés. Mon intelligence a une permanence et une clarté dont je perçois que c’est lui qui me les a données. Et je vois comme la leçon personnelle qu’il me reste à apprendre, de suivre la voie de la dévotion et de l’amour à travers chaque jour, chaque heure du reste de ma vie terrestre. A présent je vis pour nous deux, comme il est mort pour nous deux. Et j’éprouve la paix qui vient de la coopération avec la destinée.

Séance 106, 15 mars 1984

Ra: Je suis Ra. Je vous salue dans l’amour et dans la lumière du Créateur infini unique. Nous communiquons maintenant.

Interlocuteur: Pourriez-vous d’abord me dire l’état de l’instrument, s’il vous plaît?

Ra: Je suis Ra. Les paramètres de cet instrument sont marginaux, tant physiquement que mentalement/émotionnellement. L’énergie vitale de cette entité incline à la force/faiblesse.

Interlocuteur: Qu’est-ce que l’instrument devrait faire pour bien améliorer cet état marginal?

Ra: Je suis Ra. L’instrument passe par une partie de l’expérience incarnationnelle au cours de laquelle un potentiel de distorsion mortelle du système rénal gauche est grande. Moins importantes, mais ajoutant à la marginalité de distorsion vers la viabilité, sont de sévères réactions allergiques et la dynamisation de cette distorsion-ci et d’autres vers la faiblesse/force.Le complexe mental/émotionnel est engagé dans ce qui peut être le mieux qualifié comme étant de la compassion inappropriée.

Interlocuteur: Est-ce que Ra voudrait recommander des mesures à prendre pour soulager ou inverser les circonstances que vous venez de citer?

Ra: Je suis Ra. Nous pouvons le faire. Les distorsions rénales sont sujettes à affirmation. En ce moment, l’entité commençant ce qui peut être appelé une initiation, libère des toxines, c’est pourquoi de plus grandes quantités de liquides pour aider à la dilution de ces toxines seront utiles. Les allergies sont déjà largement maîtrisées par l’affirmation et l’aide quasiment constante du guérisseur connu comme Bob. Ce qui peut aider aussi c’est un changement de résidence et la vigilance future concernant de l’humidité excédant un taux sain dans l’atmosphère respirée.

Les distorsions mentales/émotionnelles sont quelque peu moins faciles à atténuer. Cependant, celui qui pose les questions et l’instrument pourront ensemble trouver la possibilité de faire ce travail.

Interlocuteur: Quel est le degré de gravité, combien critique est le problème rénal? Est-ce qu’absorber du liquide est la seule chose qu’elle puisse faire pour cela, ou bien y a-t-il autre chose?

Ra: Je suis Ra. Notez l’inter-relation des complexes du mental et du corps. Voici un exemple d’entrelacement du dessein d’un catalyseur et de l’expérience.

La période de sensibilité rénale est sérieuse, mais seulement potentiellement. Si l’instrument désire quitter cette expérience d’incarnation, l’opportunité naturelle et non dynamisée de le faire a été intégrée, tout comme l’avait été la période au cours de laquelle cette même entité a en fait quitté l’expérience incarnationnelle et est ensuite revenue par choix.

Cependant, le désir de partir et de ne plus faire partie de ce nexus expérientiel particulier peut être dynamisé et l’a été. Ceci est un point sur lequel l’instrument aura à réfléchir, et un moment de vigilance approprié pour le groupe de soutien en ce qui concerne le soin de l’instrument. Ainsi sont entrelacés le mental et le corps, comme les tresses d’une jeune fille.

La nature de cette entité est gaie et sociable, de sorte qu’elle est alimentée par les choses que nous avons mentionnées précédemment: les variétés d’expérience avec d’autres ‘soi’ et d’autres lieux sont utiles, ainsi que l’expérience de la pratique religieuse et du chant, spécialement de musique sacrée.

Cette entité a choisi d’entrer dans une situation de pratique religieuse avec un rôle de martyrquand elle est arrivée en ce lieu géographique. C’est pourquoi, l’alimentation par la vénération n’a eu lieu que partiellement. De même, les activités musicales, bien que plaisantes et dès lors de nature à alimenter, n’ont pas inclus l’aspect de la louange du Créateur.

L’ instrument est dans un état de faim relative pour les demeures spirituelles qu’elle a laissées quand elle s’est sentie appelée au martyre, et elle s’est détournée de la pratique planifiée dans le lieu que vous nommez la Cathédrale de St. Philip. Cela aussi sera guéri graduellement étant donné la modification de lieu proposée de ce groupe.

Interlocuteur: Donc si je comprends bien, la meilleure chose à faire c’est de conseiller à l’instrument de boire davantage. Je pense que c’est l’eau qui conviendra le mieux. Nous allons naturellement déménager. Nous pourrions l’emmener immédiatement hors d’ici, disons demain, si nécessaire. Est-ce que cela vaudrait mieux que d’attendre deux à trois semaines pour les allergies et tout le reste ?

Ra: Je suis Ra. De telles décisions sont une question de libre choix. Soyez conscient de la force de l’harmonie du groupe.

Interlocuteur: Y a-t-il quoi que ce soit par rapport à l’état spirituel ou métaphysique actuel ou bien physique de cette maison de Hobbs Park Road qui serait néfaste à la santé de l’instrument et que Ra pourrait nous dire?

Ra: Je suis Ra. Nous ne pouvons parler de ce sujet qu’en notant qu’il existe des dispositifs électriques mécaniques qui maîtrisent l’humidité. La cave est un lieu dont la nature est très semblable à ce que vous avec expérimenté dans la cave de votre domicile précédent. Des conditions d’humidité moins forte élimineraient l’opportunité de développement des spores auxquelles l’instrument est sensible. Les parties supérieures du domicile sont toutes à des niveaux presque acceptables d’humidité.

Interlocuteur: Qu’en est-il de la qualité métaphysique de la maison? Est-ce que Ra peut évaluer cela s’il vous plaît ?

Ra: Je suis Ra. Ce lieu est grandement distordu. Nous trouvons qu’une description acceptable de la qualité de cet endroit nous échappe, sans un recours à des mots banaux. Pardonnez nos limites d’expression. Le lieu et son aspect arrière, spécialement, est béni et des présences angéliques y ont été invoquées pendant un certain temps de votre passé.

Interlocuteur: Je ne suis pas certain de comprendre que ce Ra entend par là. Je ne sais pas avec certitude si cet endroit est métaphysiquement extrêmement bon ou extrêmement négatif. Est-ce que Ra pourrait nous éclairer s’il vous plaît ?

Ra: Je suis Ra. Nous voulions souligner l’excellence métaphysique du lieu proposé. Les bénéfices d’une telle préparation peuvent être très appréciés par ce groupe.

Interlocuteur: Est-ce qu’une purification par le sel et l’eau serait nécessaire alors pour ce lieu? Ou serait-elle recommandée?

Ra: Je suis Ra. Il est recommandé de procéder à un nettoyage métaphysique à chaque fois qu’il y a changement de logement. Même quand un instrument est excellent, il est recommandé de le ré-accorder entre chaque concert ou travail.

Interlocuteur: Si l’instrument reste éloigné de la cave, vous pensez que l’humidité et les conditions physiques seront bonnes pour l’instrument? Est-ce cela?

Ra: Je suis Ra. Non.

Interlocuteur: Nous devons faire quelque chose en ce qui concerne l’humidité dans toute la maison et ensuite la rendre bonne pour l’instrument. Est-ce cela?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Je voudrais revenir sur quelques points, mais j’ai une question qui me concerne. Elle semble être critique. Est-ce que Ra peut me dire ce qui ne va pas physiquement avec moi, quelle en est la cause, et ce que je pourrais faire pour soulager?

Ra: Je suis Ra. Celui qui pose les questions est lui aussi en pleine poursuite d’initiation. En cet espace/temps, la possibilité d’une distorsion mentale/émotionnelle approchant celle qui peut provoquer le dysfonctionnement de l’entité est marquée.

En outre, le véhicule chimique de rayon jaune de celui qui pose les questions vieillit et il lui est plus difficile d’absorber les minéraux dont il a besoin, comme le fer et d’autres substances comme la papaïne, le potassium, et le calcium.

En même temps, le corps de rayon jaune commence à avoir une plus grande difficulté à éliminer des éléments-traces tel l’aluminium. Un effet dynamisant s’est produit dans le côlon de celui qui pose les questions et les distorsions dans cette région sont de plus en plus substantielles. Enfin, il y a une petite zone d’inflammation dans la bouche de celui qui pose les questions, et elle demande à être soignée.

Interlocuteur: Est-ce Ra recommanderait que j’améliore mon état de santé?

Ra: Je suis Ra. Nous marchons très près de la Loi de Confusion ici, mais sentons qu’il est approprié de parler étant donné des résultats potentiellement fatals pour l’instrument. Nous faisons une pause pour donner à celui qui pose les questions et au scribe quelques moments d’espace/temps pour nous aider à nous éloigner des distorsions qui nous font invoquer la Loi de Confusion. Cela serait utile.

(quelques instants d’interruption)

Je suis Ra. Nous apprécions vos efforts. Même la confusion de votre part est utile.

Celui qui pose les questions a, dans le passé récent, permis un transfert complet de la souffrance mentale/émotionnelle de celui qui pose les questions vers l’instrument.

La clé pour ce travail néfaste a été quand l’instrument a prononcé des paroles signifiant qu’elle serait celui qui pose des questions, qu’elle serait celui qui est fort. Celui qui pose les questions pourrait être comme l’instrument, petite et fofolle. Celui qui pose les questions, en pleine ignorance de la ferme intention de l’instrument, et ne saisissant pas la possibilité d’un tel transfert d’énergie, a donné son accord.

Ces deux entités ont été comme une seule pendant une période intemporelle, et ont manifesté cela dans votre espace/temps. C’est comme cela que le travail néfaste s’est produit.

Par un accord dans l’attention et la prudence, cela peut être défait. Nous recommandons fortement l’attention à la gratitude et à l’harmonie de la part de celui qui pose les questions. Nous pouvons affirmer la recommandation déjà donnée en général aux talents et à la pureté d’intention de celui connu comme Bob, et pouvons noter la maladie en sympathie qui s’est produite étant donné les sensibilités de l’instrument.

Enfin, nous pouvons noter que pour celui connu comme Peter, plusieurs aspects des distorsions vécues par celui qui pose les questions, l’instrument, et le scribe peuvent être très apparents et assez simplement traduits en distorsions moindres.

Interlocuteur: Quel est le nom de famille de Peter? Je ne vois pas qui il est.

Ra: Je suis Ra. Le nom par lequel cette entité choisit d’être connue est Inman.

Interlocuteur: Est-ce que Ra pense que dans mon cas une opération chirurgicale pourrait aider?

Ra: Je suis Ra. Nous supposons que vous parlez de l’indisposition colonique et de son soulagement potentiel par vos chirurgiens. C’est bien ça?

Interlocuteur: Oui.

Ra: A nouveau, je suis Ra. Veuillez souffler en travers du visage et du coeur de l’instrument.

(Il est fait comme indiqué)

Ra: Je suis Ra. Nous allons continuer. L’atmosphère a été méticuleusement préparée. Cependant, il y a des éléments qui provoquent de la difficulté pour l’instrument, la faiblesse des nerfs du côté droit du visage étant ajoutée à d’autres crises de douleur arthritiquement dynamisées.

Une telle opération pourrait aider au cas où l’entité choisirait ce nettoyage physique comme un événement qui collaborerait avec des changements dans les orientations mentales, mentales/émotionnelles, et physiques de l’entité. Sans ce dernier choix, la distorsion réapparaîtrait.

Interlocuteur: Maintenant, pour résumer ce que nous pouvons faire pour l’instrument, c’est la louange et la gratitude. Est-ce que c’est là tout ce que nous pouvons faire, outre le conseil qu’elle boive une quantité considérable de liquide et que nous l’emmenions dans une atmosphère meilleure? Ai-je bien compris?

Ra: Je suis Ra. Nous examinons ce qui a été dit et trouvons qu’il manque deux éléments, l’un important par rapport à l’autre. L’addition principale est la compréhension de la nature de l’entité. La moins importante, bien qu’elle paraisse insignifiante, peut être utile: c’est-à-dire que l’entité absorbe beaucoup de médicaments et trouve utile de se nourrir quand ces substances sont ingérées. La substitution du biscuit par des substances comme du jus de fruit est recommandée et de plus, l’ingestion de substances contenant du sucrose et qui ne sont pas liquides, n’est pas recommandée dans les quatre heures, comme vous les comptez, avant la période du sommeil.

Interlocuteur: Avec mon expérience des dés-humidificateurs je pense qu’il sera impossible d’abaisser beaucoup le taux d’humidité dans cette maison. Nous pouvons essayer, mais il est probable que si nous y emménageons, nous devrons déménager très rapidement.

Y a-t-il autre chose qui devrait être fait pour achever la guérison des reins chez Jim?

Ra: Je suis Ra. S’il est réalisé que l’état perdurera en potentiel pendant quelques mois après la cessation de toute médication, alors le soin sera effectif et tout continuera à aller bien.

Nous pouvons noter que pour les objectifs que vous projetez, l’endroit de Hobbs Park Road, humide ou sec, est inhabituellement bien situé. Les distorsions aggravées présentes chez l’instrument étant atténuées en l’absence d’un catalyseur aigu, l’état de la localisation au sujet de laquelle la supposition a été faite est extrêmement bénéfique.

Interlocuteur: Vous voulez dire que l’effet de l’humidité —nous allons essayer de la réduire autant que possible— est une considération relativement mineure quand tous les autres facteurs de l’adresse de Hobbs Park Road sont pris en considération? Est-ce correct?

Ra: Je suis Ra. Oui.

Interlocuteur: Je suis très préoccupé par la santé de l’instrument en ce moment. Je dois demander s’il y a quelque chose que j’ai omis de prendre en considération par rapport à la santé de l’instrument. Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour améliorer son état, à part ce qui a déjà été recommandé?

Ra: Je suis Ra. Tout est orienté vraiment de tout coeur pour le soutien ici. Percevez le groupe comme ici, un lieu dans le temps/espace. Dans ce vrai foyer, restez légers. Riez ensemble et trouvez de la joie dans et avec chacun. Tout le reste est très pleinement accompli ou planifié pour être accompli.

Interlocuteur: Est-il aussi efficace de nettoyer la maison avec le sel et l’eau après avoir emménagé qu’avant l’emménagement?

Ra: Je suis Ra. Dans ce cas-ci ce n’est pas un souci métaphysique urgent, comme le moment le serait dans une atmosphère moins bénéfique et heureuse. L’on note la relative simplicité de l’accomplissement de cela avant occupation. Ceci n’est pas important, sauf par rapport au catalyseur que vous souhaitez traiter.

Interlocuteur: Pouvez-vous me dire quel a été le problème de l’instrument lors de son dernier bain bouillonnant?

Ra: Je suis Ra. L’instrument a enregistré la nature mentale/émotionnelle et le complexe de distorsion de celui qui pose les questions, ainsi que nous l’avons noté précédemment. L’instrument a pris des eaux bouillonnantes à des températures trop élevées et à des taux de vibration qui, lorsqu’ils ont été cumulés avec la chaleur des eaux tourbillonnantes, ont amené le léger état de choc, comme vous appelleriez cette distorsion. Le complexe du mental a un oxygène inadéquat dans cet état de distorsion, et est affaibli.

Dans cet état, l’instrument ayant la distorsion de celui qui pose les questions sans la force de distorsion que l’on pourrait comparer au port d’une armure, est entrée dans une crise psychotique aiguë. Quand l’état de choc s’est estompé, les symptômes ont disparu.

Le potentiel subsiste car l’identité empathique n’a pas été relâchée, et tant celui qui pose les questions que l’instrument vivent comme des entités se trouvant dans une partie du complexe mental/émotionnel de l’instrument.

Pouvons-nous demander encore une questions complète pour cette séance de travail et rappeler à l’instrument qu’il est approprié de réserver une petite portion d’énergie avant une séance de travail?

Interlocuteur: Je voudrais seulement demander s’il y a quelque chose que nous pourrions faire pour augmenter le confort de l’instrument ou pour l’aider, et pour faciliter le contact, et quel est le moment le plus proche que Ra recommanderait pour le prochain contact? J’apprécierais certainement le retour du faucon doré. Il m’avait apporté beaucoup de réconfort.

Ra: Je suis Ra. Vous avez une complète liberté pour planifier les séances de travail.

Nous suggérons que la nature de toute manifestation est illusoire, et n’est fonctionnelle que pour autant que l’entité se détourne de la forme et de l’ombre pour aller vers le Un.

Je suis Ra. Nous vous laissons, mes amis, dans l’amour et dans la glorieuse lumière du Créateur infini unique. Allez, dès lors, vous réjouir dans la puissance et dans la paix du Créateur infini unique. Adonaï.

http://www.llresearch.org

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email