Par Laurent Dureau

 

S’il y a un sujet sur lequel les canalisations se font discrètes, c’est bien celui des relations sexuelles qui auront lieu en 4D5D. Le sujet est délicat à traiter tant nos conceptions sont loin de ce qui se pratique universellement…

En effet, ce qui devait être un champ d’expérience grandiose est devenu un véritable trou à misères à cause de notre séparation volontaire de La Source. Cette séparation d’avec nous-même, d’avec notre divinité, d’avec le véritable amour, a apporté des comportements inédits… et ravageurs…

En soi, cela est absolument normal que l’on soit si tordu dans nos comportements quand cela touche la sexualité, mais ce qui est surprenant c’est le nombre de résistances que l’on va rencontrer quand il va falloir passer à une autre forme de “partages physiques”…

Pour bien comprendre, visitons d’abord mécaniquement ce qui s’est passé dans notre exploration de la densité en 3D. Notre expérimentation a été de nous couper du véritable amour pour vérifier si l’on pouvait vivre sans être relié au Sans Nom.

Pour cela, il faut vous rappeler les 3 moteurs principaux qui constituent l’engrenage des énergies de nos différents chakras. Voici quelques articles où vous pourrez en savoir plus : Quand l’énergie s’offre à nous – la série “Les 7 plans d’harmonisation de l’être humain” – la série “Quand l’amour humain évoluera“

Il y a d’abord le moteur de la Terre qui est composé des chakras 1 et 2 (la matière et le vivant), puis le second moteur qui est celui de l’homme (chakras 3 et 4 – le mental et le cœur) et enfin le moteur du Ciel (chakras 5 et 6 – la co-Création et le contact avec les autres dimensions).

Normalement, l’énergie du 1er moteur (la kundalini) devrait idéalement remonter vers le moteur du Ciel en passant par le moteur central qui normalement devrait être plus ou moins ouvert selon le niveau d’entente entre le cœur et le mental.

Or justement, notre expérimentation sur Urantia Gaïa a été de bloquer ce moteur central pour voir ce qui se passait. Nous sommes donc parti du mode “collaboratif” au mode de la “confrontation” entre l’énergie masculine (le mental) et la partie féminine (le cœur).

Outre les ravages que nous connaissons au quotidien, cela nous a entrainé dans des champs d’expérimentation où le glauque et la perversion ont pu donner du meilleur d’eux-mêmes.

En bas, il y a le réservoir “plein’” de la force de vie qui a pour objectif de maintenir un corps physique en état de marche et qui peut se reproduire selon le principe des corps sexués (mâle / femelle).

En haut, il y a le réservoir “vide” qui n’attend que de se faire remplir, et entre les deux, il y a le fameux robinet qui devrait jouer au mitigeur entre le “chaud ” du bas et le “froid” du haut.

Dit autrement, en bas c’est volcanique (la Terre) tandis qu’en haut, dans les hauteurs du Ciel, c’est plutôt frisquet… Alors imaginez ce qui se passe quand le mitigeur central est carrément entartré…

Le volcan devient de plus en plus chaud, d’où le passage de la saison des amours à l’année complète et à sa nature plutôt indomptable. Parlez-en au curé du coin et il vous confirmera (s’il est honnête avec lui-même) qu’il est quasiment impossible de contrôler ses énergies sexuelles.

On ne peut contrôler la force de vie. On peut la contenir un moment mais, tôt ou tard, un volcan surgira dans la plaine de l’illusion du contrôle, et c’est ainsi que les pires saloperies sont apparues.

Sur notre planète, planète du libre-arbitre dit-on, aucune entité n’avait le droit d’intervenir pour corriger le tir. En clair, on voulait voir quelles étaient toutes les déviations possibles.

C’était tout simplement de l’expérimentation nucléaire au niveau sexuel. En ce sens, on est tous des irradié(e)s de première au point que même maintenant, nos charmantes entités aimantes osent à peine en parler.

Qui oserait dire à son interlocuteur que le noir c’est la mort quand ce dernier est un charbonnier depuis des millénaires ? La question est délicate car, de plus, ledit charbonnier est extrêmement susceptible et tousse facilement !

Nous avons donc, en bas, un très gros problème quand à la gestion de nos énergies sexuelles. Sans sortir de polytechnique, on peut comprendre que l’on va trouver un merdier équivalent dans le Ciel…

En effet, là-haut, la température est largement passée en dessous du zéro degré Celsius puisqu’il ne reçoit plus de chaleur du bas… Tout se retrouve donc atrophié, ratatiné, cassant et extrêmement coupant comme de la glace trop froide.

La compréhension de la sexualité y est donc très tranchante. On y découvre ainsi des règles, des lois et des impératifs que même les anges les plus déjantés ne voudraient pas expérimenter même un iota.

On y trouve la possession de l’autre, de son corps et de sa vie selon les cultures. La fidélité règne en maître, sans compter toutes ses différentes facettes comme la jalousie, le déni du respect de l’autre, le non-respect du corps de l’autre, etc.

C’est vrai que les religions demandent de se reproduire d’abord pour s’assurer qu’elles auront toujours des fidèles. Certaines ont même poussé la chose au max afin de carrément étouffer les autres religions par le nombre.

Toutes les méthodes sont bonnes afin de dominer l’autre, alors les religions en ont profité pour édicter des règles de comportement qui tuent littéralement la possibilité de s’épanouir individuellement parlant.

La plus grosse d’entre toutes a été de faire croire que chacun d’entre nous est une moitié et qu’il lui faut absolument un partenaire pour qu’il puisse être complet !

Donc, tout célibataire est un(e) raté(e) qui n’a pas sa place dans la communauté ! Ceci fait donc les choux gras des agences matrimoniales, des psy et de tous ceux qui sont là pour vous faire banquer à ce sujet.

Vous êtes donc un hérétique total quand vous cherchez à être non dépendant d’une personne extérieure à vous-même. De par cette règle absolument universelle où il faut être deux pour avoir une chance d’être normal, on peut comprendre qu’ascensionner était quasiment impossible.

En effet, ascensionner c’est d’abord devenir Un, et donc ne dépendre de personne afin d’être soi-même. Or, combien d’entre nous, qui sont sur le chemin de l’ascension, rêvent encore de rencontrer une âme-sœur ?

Ceci est donc une grosse épine que nous avons dans le cœur, alors je ne vous dis pas quand le volcan du bas n’est pas éteint… Ça devient du olé-olé où le mental nous tourne en bourrique et nous fait perdre confiance en notre capacité d’ascensionner.

Comme on dit, on a le cul entre deux chaises et une solution s’impose. Coincé entre le besoin du corps qui demande sa petite éjection – régularisation énergétique et un mental complètement gelé par ses conceptions de partages énergétiques, on peut comprendre que le mitigeur peine à trouver la solution optimale…

Il y a donc à trouver comment on peut dégeler le mental tout en refroidissant les pulsions du volcan… Faire cohabiter la vapeur avec la glace donne des signes sourds de craquements lugubres qui nous déchirent le cœur.

Soyons sincères à ce niveau et reconnaissons que faire coexister des règles de 3D avec le processus d’ascension est très délicat, voire même impossible. En ce sens, nous sommes tous plus ou moins déstabilisé(e)s…

Alors, par où commencer ? Éteindre le volcan ou dégeler le mental ? Il me semble que la première chose à faire est de changer notre regard sur la sexualité en commençant par remettre en cause sérieusement les règles mentales qui nous bloquent.

La plus lourde d’entre toutes est celle de la fidélité. Derrière elle se cache en effet celle de la culpabilité. Je vous rappelle que la culpabilité est l’arme la plus efficace qui est utilisée par les religions pour vous contrôler.

On vous fait croire que si vous êtes infidèle alors vous trahissez votre partenaire et que vous ne valez donc rien ! Ce faisant, vous n’êtes plus éligible pour aller au paradis et vous vous morfondrez dans les feux du purgatoire.

Ouvrez les yeux et regardez sincèrement ce que cette règle a introduit comme saloperie dans la vie de tous les gens. La pire de toutes est la jalousie, et je n’ose parler de tous les crimes dits passionnels…

Non seulement la fidélité avait pour but d’atrophier un couple dans son harmonie sexuelle en y introduisant la suspicion et la jalousie, mais elle a aussi favorisé l’atrophie par l’endormissement de la libido.

La vie est communication, mais quand vous ne pouvez qu’appeler toujours le même numéro de téléphone, vous comprenez que le temps n’arrangera pas les affaires. Et pour parfaire l’affaire, on nous a fait croire au couple idéal…

Ainsi des milliards de gens essaient d’avoir un couple qui tient la route, comme on s’essaie d’être pur pour aller au paradis… Beaucoup d’appelés et peu d’élus, voici la règle de base dans cette compétition que personne n’ose exprimer.

Oui, en effet, chaque couple à sa manière tente de démontrer que tout va bien alors qu’en fait c’est pratiquement le contraire. On essaie toujours de planquer les véritables problèmes aux yeux de tous.

Ça s’engueule, ça cogne, ou tout simplement on ne se touche plus depuis des années mais on reste ensemble à cause des enfants, à cause du regard des autres, à cause de l’héritage ou à cause de notre renoncement à être soi.

On affiche alors le nombre d’années vécues ensemble comme si c’était un trophée. C’est bien la preuve que nous sommes dans une compétition du paraître. Tout cela au nom de la fidélité !

La seule fidélité dans l’affaire est celle que vous avez concernant cette règle ! Elle est votre prison, et tant que vous y souscrirez sur le plan physique (tu m’appartiens et je t’appartiens), vous n’aurez que peu de chance d’être vous-même.

Alors certains et certaines crieront aux loups car ils pensent qu’ils sont heureux. Oui, c’est vrai pour quelques-uns et il suffit de voir comment ils se regardent pour comprendre qu’ils ont su aller au-delà de bien des limites pour véritablement s’aimer. Mais qu’adviendra-t-il si l’autre venait à disparaître ?

L’ascension nous demande clairement de comprendre que personne ne peut dépendre d’un autre concernant son éveil. Il peut être aidé mais c’est lui qui doit faire le job car aucun autre ne pourra le faire à sa place.

Votre objectif, c’est d’abord de devenir autonome en amour en commençant par vous aimer vous-même. Ce n’est que lorsque que vous aurez du rab que vous pourrez l’offrir à qui bon vous semble.

Si vous avez une préférence vers une seule personne, c’est ok mais cela ne doit pas être un absolu. En effet, si vous avez envie de partager avec d’autres cet amour qui vous traverse, personne ne doit pouvoir vous l’interdire.

Votre corps n’appartient à personne d’autre que vous et vous devez, en toute responsabilité, l’utiliser avec dignité mais aussi en toute autonomie. Alors ne tombez pas dans le jugement de la 3D en pensant que vous allez tomber dans le bourbier de la partouze de 3D.

En 4D5D, c’est avec un profond respect que vous allez répondre aux demandes de votre corps. Ce dernier n’est pas une marchandise que d’autres peuvent acheter via de l’argent ou un contrat de mariage.

Votre corps a sa vie et ses demandes. Respectez-le dignement en répondant avec sincérité à ses appels. Mais pour cela, il vous faudra aller au-delà des conceptions mentales de la 3D où le corps n’est que possession et droits d’utilisation.

Ainsi, au lieu de vous faire “violer” régulièrement par votre partenaire au nom de la fidélité, préférez un partage respectueux et aimant avec la personne de votre choix.

En écoutant véritablement votre cœur, et non plus seulement la glace de votre mental, vous vous permettrez enfin de remettre en marche le mitigeur central qui pourra ainsi relâcher la pression du volcan.

Ne venez pas vous plaindre de vos éruptions volcaniques car elles sont proportionnelles à votre glaciation mentale. Elles sont complémentaires et opposées, alors n’espérez pas vous en sortir en pratiquant la méthode du congélateur (le con gèle à tort).

En d’autres termes, si vous restez dans la zone du froid (frigide-aire), ne vous étonnez pas d’être un congelé (con-gelé). Comprenez-vous pourquoi maintenant tant de gens sont crispés et ressemblent à des morts-vivants ?

Le volcan du corps c’est la Vie qui vous dit “soit en joie dans le partage” alors évitez d’y mettre une calotte glacière. C’est du plus mauvais effet, surtout en cette période de réchauffement climatique !

Laurent DUREAU

http://345d.fr/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2014/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email