Message de Sanat Kumara transmis par Pascale Arcan

La nouvelle catégorie de sauveurs vient d’arriver au monde ou plutôt sur votre monde. Il s’agit d’une nouvelle race d’individus capables de transformer en un instant tout ce qui gène la planète dans sa montée fulgurante vers son apogée ou encore profiter de l’occasion pour ensemencer un peu de bonheur, de « facilité » aux êtres qui se débattent encore dans la densité et les problèmes matériels, quels qu’ils soient. Vous vous demandez sans doute ce que je suis en train de vous délivrer comme information farfelue ou tombant sous le sens de la plaisanterie. Il n’en est rien, soyez rassurés de suite car, bien évidemment, des explications vont vous être données.

L’énigmatique progression de votre avancée, qui peut tout de même s’expliquer par le fait de votre immense remise en question ces derniers mois, a permis de remettre en route tout ce merveilleux processus de délivrance que chacun des êtres concernés s’est appliqué à mettre en place. De ce fait, reléguant loin derrière toute peur ou encore tout découragement, ce sont des agents du personnel au sol qui se sont relevés par milliers et nous en sommes si fiers. C’est pour cela que, plaisantant un peu avec vous, je vous ai annoncé l’arrivée d’une nouvelle tribu de personnages peu ordinaires. C’est alors que des «vocations » ont fleuri sur votre espace de vie et que beaucoup se sont donnés la main pour en mettre un sacré « coup », relevant ainsi le défi proposé durant le dernier ouvrage.

D’une certaine manière, nous pensions bien que cela allait vous faire réagir, et d’un autre côté, nous avions aussi tiré notre dernière cartouche car vous auriez bien pu laisser là votre ouvrage et personne ne l’aurait repris, puisque trop personnel. Pourtant, c’est avec force et ténacité que beaucoup parmi vous se sont relevés et, selon votre expression imagée, ont cessé de regarder leur nombril pour se lancer dans de nobles causes.

Il n’est jamais évident de renaître de ses cendres et encore moins de relancer l’envie, la foi, quand celles-ci se sont un peu égarées. Il en reste tout de même quelques-uns qui, trop âgés pour de telles bravades, ont laissé la main aux plus jeunes et plus fougueux. Remercions-les pour leurs actes, car ils ont souvent été de véritables pionniers dans leur œuvre et ont ouvert des centaines de portes fermées, d’oreilles sourdes et de regards flous. Ces « anciens » se sont mis tous seuls au placard pour laisser la place aux jeunes fous qui ont pris la relève. Et c’est cette nouvelle peuplade que nous avons alimentée de « messages » d’en haut et d’en bas, retransmis par ceux du milieu.

Cela ne fut pas toujours une tâche aisée quand on connaît les différentes identités des récepteurs choisis. Tous ont leurs propres visions des choses, parfois restreintes, parfois flamboyantes. Et tous ces individus, qui se sont portés volontaires pour laisser leurs oreilles être envahies par nos douces voix, se sont succédés dans le temps. Il en est encore d’anciens qui persistent pour le fun, pour se remplir un peu les poches et qui devraient laisser cela aux jeunots, plus préparés à ces fraîches énergies, ces nouveaux mots et cette façon bien plus simpliste de canaliser les informations reçues. Mais nous ne leur en voulons pas de vouloir encore faire leur « devoir » et d’essayer de garder leurs performances d’antan.

Toujours est-il qu’il y a de nombreuses véritables oreilles du cosmos qui offrent une bonne partie de leur temps et leurs activités à la révélation de tout notre savoir mis à votre portée. Et je me permets, au passage, de les remercier, qu’ils soient nouveaux-nés en la matière ou vieux briscards chevronnés. Nous avons bien besoin de tous pour continuer d’éclairer les âmes perdues, loin de leur tanière, et celles qui ont encore envie de leurs biberons du soir. Voyez comme il est aisé de retrouver la joie et la simplicité en délivrant tout de même une information concrète et rassurante. C’est pour ceci que je demande, de nouveau, à tous ceux qui se sentent investis d’une « mission » de transmetteur de bien vouloir accepter de cesser d’être solennels et de divulguer les informations avec bien plus de bonheur que d’honneur. Je ne veux pas vous choquer mais simplement redonner une vie à tout ce qui est lu ou entendu par l’intermédiaire de vos appareils sophistiqués, et pourtant bien simplistes eux aussi.

Vous le savez depuis toujours, d’innombrables « messages », se disant ainsi, sont envoyés par des fossoyeurs, et mon mot est choisi. Ces personnages, peu respectueux de la magnificence qui se déroule en cet instant sur votre planète, laissent encore salir par des mensonges ou des inventions grotesques ceux qui sont à mes côtés et qui s’évertuent, comme moi, d’offrir leurs savoirs par les ondes de vos frères et sœurs récepteurs. Il n’est pas évident de faire le triage car, d’un autre coté, il circule aussi de belles idées et de rares informations. Toujours ce fameux discernement, toujours cette vigilance doivent vous permettre de faire le tri sélectif de ce qui parle à votre cœur ou de ce qui vous menace. C’est ainsi que les scénarios catastrophes finiront par être enfin compris comme des passages, des portes qui sont franchies successivement pour aller de l’avant, dans un processus on ne peut plus normal et logique. Les horreurs encore entretenues sur vos écrans, rabâchées sur vos ondes ou divulguées sur vos câbles d’ordinateurs ne sont là que pour vous faire frémir et vous donner envie de trépasser plutôt que de vivre ça. Mais ce «ça » n’est autre qu’une partie de ce qui aurait pu se produire si vous n’aviez changé votre fusil d’épaule et choisi de relever la tête une ultime fois.

Chers Amis, je vous sais gré de nous offrir encore votre courage, votre volonté, votre bonne humeur et aussi votre humour. Vous savez fort bien que nous aimons par-dessus tout vous voir sourire et vous amuser de vos drôleries comme des nôtres. Alors remplissez votre panier à bêtises et allez les offrir à ceux qui ont encore peur, ceux qui se laissent aller ou mourir pour ne pas voir « ça » et enfin à ceux qui partagent vos idées et essaient de s’amuser dans la même cour d’école que vous : celle de la Vie sauvée.

J’aimerais aussi vous notifier autre chose d’important. Concernant ce fameux processus de réveil, ayant eu lieu il y a peu, je voudrais ajouter ceci. Cette nouvelle énergie, déployée par vos soins, a eu pour impact de faire reconnaître à certains cette fameuse « mission » qui a fait couler tant d’encre. Le pourquoi du comment vous vous êtes incarnés. Et bon nombre ont pu recevoir des informations directes concernant ce légendaire serment d’allégeance, signé bien avant vos premiers passages sur cette planète.

Quelques-uns ont compris leur utilité très importante au niveau des soins réalisés, par l’approche des mains par exemple. D’autres savent qu’ils sont là pour renseigner et divulguer les messages envoyés par nos Frères, d’autres encore ont épousé un dessein plus complexe en « prenant sur eux » des responsabilités bien plus encombrantes, et parfois même traumatisantes, afin d’alléger la vie de leurs concitoyens. Toujours est-il que, si vous le désirez, il sera attribué à chacun ce pourquoi il a fait ce choix de vie déterminant sur cette bonne vieille planète en guérison. Mais sachez aussi ne pas vous focaliser sur le fait que vous ne sachiez pas encore pourquoi vous vivez un enfer au paradis terrestre. Un jour, peut-être, ce sera votre tour et tout d’un coup tout s’éclairera pour vous. Et vous verrez que votre choix d’ouvrage correspondra sûrement à toute votre vie. Alors, ne craignez plus d’être décalés par rapport aux autres, de vous sentir inutiles ou de ne pas savoir vers quoi vous tourner pour justement être utiles à quelque chose. Vous devez vous rappeler que vous avez toujours été au bon endroit, au bon moment pour accomplir ce que vous deviez vivre et le partager avec vos voisins terrestres.

Enfin, n’oubliez pas non plus que vous êtes interdimensionnels et que vous nous représentez tous dans vos manteaux de bure, vous frottant les yeux devant l’immense clarté lumineuse qui s’offre à vous. Le passage sera peut-être étroit mais, tels des Mac Gyver, les nouveaux venus dans le cercle, que vous nommez spirituel, vont vous offrir l’impulsion, ou le coup de pied aux fesses si vous préférez, pour vous propulser devant la porte de la Maison. A cet instant, pensez à regarder dans votre poche droite, je suis sûr que vous y trouverez la clé, puisque vous la portez sur vous depuis la nuit des temps, chers Créateurs de cette belle planète bleue.

Sanat Kumara

Message extrait du livre Sananda « Transformation Planétaire » – Dernier Concile – Tome 7 – Transmis par Pascale Arcan – Editions HELIOS
http://coeurdechristal.free.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email