WISDOM TEACHING avec David Wilcock

Bonjour, je suis David Wilcock et bienvenue pour un nouvel épisode de Enseignement de la SagesseJe suis heureux de vous retrouver.

C’est une grande opportunité pour moi, et je livre certains de mes meilleurs contenus maintenant, des choses que je n’avais pas trouvées encore récemment. En faisant cette émission, j’ai fait des recherches, et j’ai étendu le cadre de ce qui se passe.

Et dans cet épisode en particulier, nous allons aborder du matériel particulièrement excitant en rapport avec Sir Roger Penrose et le « secret de l’espace et du temps ». Tout prendra sens à mesure qu’on avance.

Roger Penrose était l’un des scientifiques impliqués dans l’étude des trous noirs. Il a travaillé en coordination avec Stephen Hawking dans les années 1960, et tracé nombre des visions de base qu’on prend aujourd’hui pour acquises quand on parle du fonctionnement des trous noirs, le concept de l’horizon des événements, cette limite où les lois de la physique se détraquent alors qu’on s’en approche. Et, plus important encore, il n’était pas d’accord avec le modèle du Big Bang de l’univers. C’était plus l’idée de Stephen Hawking. Ils sont comme qui dirait, brouillés à propos de ce concept.

Mais Roger Penrose s’y connaissait particulièrement bien. Nombre des contributions ayant mené à unifier la théorie de la relativité d’Einstein avec les trous noirs viennent directement de l’esprit de Roger Penrose. Mais derrière ça, se trouvent des vérités plus profondes que nous allons voir ici. D’une certaine façon, on les a étouffées, on en a pas discuté dans les médias, non plus par les sceptiques qui aiment citer Albert Einstein ou Stephen Hawking, et font comme si ça leur donnait le droit d’humilier et de descendre quiconque refuse d’apprendre ce qui a été enseigné. S’ils veulent penser au lieu d’apprendre, car apprendre n’est pas penser, s’ils veulent penser, ils devraient penser hors du modèle scientifique orthodoxe, car c’est ainsi que se produisent les avancées.

Donc, Roger Penrose est le premier scientifique qui a mis en avant l’idée que l’espace et le temps n’existe pas mais sont des émanations d’une unité géométrique sous-jacente.

Tout provient de là. Et la géométrie que nous explorons ici, épisode après épisode, comment ces motifs apparaissent dans un fluide vibrant, qu’ils semblent être l’arrangement de protons dans le noyau d’un atome, que la vie et la matière elle-même se construisent à partir d’une énergie sous-jacente qui se comporte fondamentalement comme un fluide et produit ces beaux motifs géométriques en vibrant.

Rencontrons donc, Roger Penrose et parlons un peu plus de ce qu’il a à nous offrir.

Le voici devant le traditionnel tableau noir couvert d’équations. Au cas où vous ignoriez qu’il était celui insufflant la force intellectuelle, voici des munitions que l’on va voir ici. Et, comme je le disais, on voit que Roger Penrose a reçu de nombreux prix de physique. Qu’il a travaillé avec Stephen Hawking, comme je le disais, sur les trous noirs. Il a interprété la relativité générale pour démontrer qu’un trou noir peut se former à partir d’étoiles mourantes. Personne n’en avait encore fait un argument scientifique pertinent. C’est une des choses que Penrose a découvertes lui-même.

Et comme on le verra, point à retenir pour ce qui reste de l’épisode, il a avncé ce qu »on appelle la théorie des twisteurs. La théorie des twisteurs s’écarte totalement de la mécanique quantique, chamboule la nature de la relativité, de ce qu’est le temps et l’espace. C’est très intéressant et elle conduit aussi à ce qu’on appelle un spineur ou théorie des spineurs.

Je ne suis pas sûr de la prononciation, je n’ai jamais vu de conférence dessus, mais on trouve à lire en ligne beaucoup d’information universitaire, sur ces deux théories. On prononce sûrement « spaïneur » donc je le garde.

Le voici jeune homme, exposant sur les trous noirs. Bien sûr, c’est un trou noir qu’il pointe entre deux branes ou deux membranes d’espace et de temps.

Mais encore une fois, c’est une science qu’il a développé avec Stephen Hawking. Et finalement, ils vont avoir une querelle d’opinion majeure sur comment les choses fonctionnent.

La théorie des twisteurs est le point où ils ont vraiment commencé à se taper sur les nerfs, car Hawking ne pouvait accepter un bond si drastique dans la logique. Gardons en tête qu’il a commencé à développer la théorie des twisteurs en 1970, ça fait très longtemps. C’était il y a 43 ans. Maintenant en 2013 où nous filmons ceci, pourquoi n’en parle-t-on pas? C’est trop radical. C’est un bond intellectuel trop grand. Les gens ne peuvent pas aller si loin. Ils ne peuvent pas franchir le pas pour savoir de quoi cette théorie parle vraiment.

Mais heureusement, vous pouvez lire certains sites web qui sont totalement scientifiques par nature, et ce n’est pas le plus beau site web visuellement (http://universe-review.ca/R15-19-twistor.htm) C’est la diapo la plus jolie visuellement que j’ai pu trouver sur l’un des sites plus plus visités sur la théorie, écrit par des scientifiques, et voici le ien ci-dessus, si vous voulez y jeter un oeil. Donc ça vient du Canada.

  • Spineurs et réseaux,
  • Twisteurs et espace,
  • Connexion, théorie quantique,
  • Gravité des twisteurs,
  • Autres développements.

Voici une photo de Penrose avec son modèle mathématique de la théorie des spineurs.

Et ce qu’il dit, c’est que non seulement l’espace et le temps s’enroulent l’un sur l’autre, mais ils tournent et s’enroulent à la fois, créant ces structures toriques. Un tore ressemble à un donut. Et il essaie d’unifier l’espace et le temps en une singularité, ce dont on a déjà parlé dans d’autres épisodes.

Ils ont développé l’amplituèdre construit à partir de la géométrie nommée grassmannienne positive. C’est dans un autre épisode que vous pouvez regarder si ce n’est pas déjà fait. Ces types bâtissaient sur ce que Penrose a développé à partir de 1970. Malheureusement, cet article ne le mentionne jamais. C’est presque comme si ils ne voulaient pas nous donner Penrose. Ils ne veulent pas qu’on connaisse ses travaux, car ils ouvrent en grand la porte à des choses comme le voyage dans le temps, car il n’y a pas de temps linéaire. Oubliez ça, c’est fini.

Il y a une chose dont j’ai peut-être parlé ici, mais c’est dans mon livre, l’équation de Wheeler DeWitt, qui en gros, résout la physique quantique avec un simple calcul démontrant que le temps peut aller en arrière aussi facilement qu’il peut avancer. Pas besoin de temps linéaire pour la physique. En fait, c’est mieux si on se débarrasse du temps linéaire.

Le temps devient une chose qu’on expérimente mais seulement comme l’effet de se mouvoir à travers l’univers. Il n’est pas vraiment là. C’est dingue, pourtant c’est ce que nous allons explorer ici.

Qu’est la théorie des twisteurs? Allons y. Mettons les mains dans le cambouis. Je ne suis pas effrayé de m’y plonger et de lire ça. Ne le soyez pas non plus. Car quelque chose considérée comme totalement dingue ou si dense intellectuellement qu’on ne peut pas la comprendre ne demande en fait qu’un changement de perspective, de mode de penser. Donc pensons la réalité différemment. Ce qu’il fait avec cette théorie.

Voici des citations tirées du site web dont on a vu le lien juste avant. Vous pouvez les lire vous-même, ça dit : « La théorie a été développée par Roger Penrose et ses associés depuis les années 60. » C’est en 70 qu’il marque des points. C’est encore plus tôt que ce que je vous avais dit.

« Il a réalisé qu’en utilisant l’image du continuum espace/temps… » C’est l’idée qu’avais eu Einstein : on vit dans un continuum espace/temps. Tout est là. On se déplace à la fois à travers le temps et l’espace. On bouge dans l’espace, on bouge dans le temps. La relativité dit que si on accélère vers la vitesse de la lumière, on traverse plus de temps, donc on voyage dans le temps. On pourrait voyager une semaine près de la vitesse de la lumière, revenir et 500 ans auraient passé, mais on aurait vécu relativement qu’une semaine. C’est le truc étrange que la relativité essaie de nous vendre, mais Penrose dit qu’on fait peut-être fausse route.

Le temps n’est pas dehors et on bouge à travers. Mais on ne bouge pas et le temps non plus, il est juste là. On a pas discuté de ça avant 1960. On en parle pas à l’école ni à l’université. Dans les articles scientifiques non plus. Ni dans les émissions télé scientifiques, sauf celle-ci. Parce que c’est bizarre et complexe.

Donc : « Utiliser le continuum espace/temps pour décrire les processus physiques, comme les interactions de particules », comme ils disent. Tout ça avance alors qu’ils le mesurent en physique quantique, c’est un problème. « Non seulement c’est inadéquate sur l’échelle de Planck de 10 puissance moins 33 centimètres. » C’est le niveau le plus petit. Donc tout le concept d’espace/temps ne fonctionne pas. « C’est inadéquate dans le domaine quantique, mais ça ne marchera pas non plus avec les particules élémentaires où les effets quantiques sont plus importants. » Donc toute l’idée de la relativité comme continuum espace/temps ne marche pas avec la physique quantique, et ils le savaient.

Car celle-ci dit, comme Schrödinger, que le chat n’est ni mort ni vivant. C’est une superposition de quand il est mort et vivant en même temps…. Et c’est seulement quand on observe le chat que ça effondre complètement la fonction, et alors le chat est soit mort soit vivant, même s’il est les deux à la fois. C’est le Principe d’Incertitude. J’en ai déjà parlé dans d’autres épisodes. C’est en gros leur manière de dire, d’accord on ignore ce qu’il se passe. Voilà la réponse. C’est résolu. C’est insoluble, incertain. Boom, c’est fait, je me barre. Non, non. On vire tout ça au bulldozer.

C’est certain, mais ça nécessite d’autres manières de penser, à cause de ce que montre la physique quantique. Il y a des choses qu’on a manquées, des choses très intrinsèques. La physique quantique n’a qu’un siècle, c’est nouveau. On ne sait pas encore comment ça marche. Comment elle assimile les atomes et les particules avec le reste. On sait qu’il y a des trucs étranges, mais c’est pas résolu. Penrose avait vu juste, il y est presque arrivé. Il n’est pas allé assez loin pour mûrir pleinement sa théorie, mais c’était proche. Et ce n’est que l’amplituèdre, qu’on a vu, qui semble l’avoir résolu complètement en altérant légèrement ce que Penrose avait commencé.

Bien, continuons. Ca dit que Penrose croyait que l’espace/temps vient des processus quantiques eux-mêmes au niveau subatomique. C’est-à-dire que l’espace/temps n’est pas juste là. Que les particules quantiques qui n’en sont pas vraiment, ce sont des vibrations. Les particules ne voyagent pas à travers l’espace/temps. C’est rien d’externe : « Oh, je bouge dans le temps. Je le sens, je bouge dans le temps. » Non, ça arrive dans la particule.

Au niveau subatomique, la matière elle-même est le temps. C’est la fonction de la matière, pas d’une chose qu’on traverse. C’est dans ma matière même et sa relation à l’autre. C’est vraiment différent car on se débarrasse du temps tel qu’on le connaît.

Ca dit ici… ça vient de cet article qu’on a vu, l’outil mathématique dans le champ théorique ne convient pas à la formulation de Penrose car les équations du champ se basent sur des fonctions bien sages variant sans heurt dans l’espace/temps. On ne voit pas vraiment de variance sans heurt dans le domaine quantique. Ce n’est pas lisse. Ca change brusquement et bizarrement. Donc ces équations du champ semblent géniales. On a dépensé des milliers de dollars pour apprendre ça à l’université. Mais ça ne modélise rien en fait, et Penrose lui-même fait certaines remarques culottées qu’on verra dans une minute où il insulte ces gens là. Si je l’avais dis, moi, les gens seraient furieux. Je ne fais que le citer, ne tuez pas le messager. C’est tout ce que je dis.

Voici ce qu’il a à dire. Il dit que les outils mathématiques qu’il utilise, c’est la géométrie… au lieu des équations. Oublions les maths. Oublions ces numéros ridicules sur un bout de papier. On peut faire faire ce qu’on veux aux nombres. On peut ajouter un facteur trafiqué et ajusté et un palliatif mathématique. On peut faire ce qu’on veut et trafiquer les chiffres. On fait dire ce qu’on veut aux chiffres. Voyez le gouvernement quand il parle du dollar qu’il continue d’imprimer…. Là, je vais avoir des problèmes…

La géométrie est une approche totalement différente. La description de l’espace/temps a été utilisée au niveau atomique ou particulaire avec une précision extraordinaire. Il semble que ça fonctionne, mais il y a un problème. La nouvelle image géométrique doit être l’équivalent mathématique de ce qu’on voit déjà comme l’image normale de l’espace/temps. Il doit exister un certain type de transformation mathématique existant entre les équations et sa géométrie. La géométrie va tout remplacer.

Je vous en ai parlé dans beaucoup d’autres épisodes, on a vu Richard Feynman jouant des bongos. On a rien de tout ça avec Penrose. Il ne s’est pas donné une image d’original. Et n’a pas une carrière de Don Juan non plus. Penrose est juste le genre de type pas trop fou.

Mais on a parlé des diagrammes de Feynman, et je vous ai dit qu’ils viennent de comment ils ont lâché des objets dans une chambre à bulles et ont fait de petites lignes ondulées. Feynman a établit le diagramme de chaque manière dont ces lignes peuvent être faites. Et les calculs pour obtenir les diagrammes de Feynman peuvent prendre 90 pages. C’est horrible. On l’a vu dans d’autres épisodes, donc je ne vais pas tout reprendre. Mais souvenez-vous que ces gars ayant résolu les diagrammes de Feynman comme émanations d’une géométrie qu’ils appellent amplituèdre, ont montré que chaque diagramme de Feynman résulte d’un espace/temps qui n’existe pas vraiment sauf comme fluctuations d’une géométrie. C’est dingue, c’est une toute autre manière d’y penser. Mais…

Si la géométrie est une vibration de son, et que l’univers est fait de ce fluide en vibration, alors l’espace et le temps eux-mêmes n’existent que comme vibration.

Prenez la Bible. « Au début était le Verbe, et le Verbe était Dieu, et le Verbe était avec Dieu. »

Note de Miléna : Le Verbe ou parole : Dibour est de la même racine que Davar, chose ou matière.

L’univers des hindous commence avec le OM, le son primordial. On a le Taoisme, qui est le Tao. On a le bouddhisme Zen. Ce sont toutes ces traditions indigènes qui ont pu nous être transmises par des extraterrestres nous visitant et qui ont fait avancer notre éthique, notre spiritualité, les maths et la science. Elles continuent de dire que l’univers est vivant et qu’il a commencé par un son.

Rien n’existe vraiment. Tout est identité et conscience.

Penrose était sur la même longueur d’onde. Et c’est là que cette citation y vient : « Car les diagrammes de Feynman cartographient littéralement la réalité dans ses moindres recoins les plus infimes. Même si ces diagrammes de Feynman évaluent les amplitudes de diffusion », tout est amplitude, on l’appelle l’amplituèdre pour ça, car ces traces de particules sont des amplitudes. On voit la somme des mouvements. L’amplitude est une somme, OK. C’est la magnitude de quelque chose.

Donc, « les diagrammes de Feynman évaluent l’amplitude de diffusion comme résultat de multiples intégrations sur l’espace/temps. » C’est-à-dire que ce doit être toutes ces différentes choses qui provoquent cela, et c’est là où en fait, eh bien, il doit y avoir un gluon et il y aura un boson de Higgs, et des super-cordes. La théorie des super-cordes dit qu’il y a des cordes, et que l’univers les pince, et c’est comme ça qu’apparaît la matière. Penrose dit : « N’importe quoi. » Oubliez la théorie des super-cordes. Elle n’a aucun soutien expérimental. C’est juste une théorie sans preuves concrètes observables pour la soutenir d’aucune manière.

Ce qu’il croit par contre, « c’est qu’il y a des intégrales multiples dans l’espace de twisteurs. » Qu’est-ce qu’une intégrale? C’est une fonction de cette géométrie sous-jacente qui spirale (twiste). Continuons, ça va faire sens. Croyez-moi. Je sais que ça semble dingue.

« Beaucoup de diagrammes de twisteur sont maintenant connus pour correspondre à des processus de diffusion particulaires. Le principe général duquel on pourrait faire dériver tous ces exemples n’a pas encore été découvert. »

Très bien, ensuite… « Mais de nouveaux développements laissent entrevoir un objectif bien plus réaliste. » Donc, comme on le voit ici, « les diagrammes particulaires de twisteurs s’additionnent », il semble qu’on puisse résoudre ces diagrammes de Richard Feynman, dont on a parlé, toutes ces lignes ondulées, que chaque chose de niveau quantique a un diagramme de Feynman correspondant. Il y en a tellement, c’est dingue. Etudier les diagrammes de Feynman rend dingue.

La théorie des twisteurs dit que tout vient d’une seule géométrie. « Mais il n’y a pas de principe général, pas encore. » Les gars de l’amplituèdre semblent n’avoir publié qu’ils auraient résolu le problème seulement en septembre 2013. C’est tout nouveau. On comble un écart ici.

Mais voici la carte originale aplanie de la géométrie de twisteurs de Penrose dont il pense que tout l’univers est composé. C’est cool à regarder.

On voit un carré ici, des triangles là. Mais c’est un diagramme aplani. Rendons-le tridimensionnel, car c’est ce qu’il voyait en fait.

Voici la vue tridimensionnelle. Si vous trouvez que ça ressemble beaucoup à un amplituèdre, vous avez raison. Je vais comparer les deux dans un instant dans cet épisode.

Mais le voilà, et on peut voir qu’il suggère qu’il y a des tétraèdres ici. Cela suggère qu’il y a une sorte d’unité géométrique, et mon Dieu, quand on regarde l’amplituèdre, la géométrie résolvant tous les diagrammes de Feynman, prouvant que l’espace et le temps n’existent pas, et elles viennent toutes de cette géométrie. C’est assez proche, sauf que c’est encore plus parfait. C’est parfaitement tétraédrique, ce sont des tétraèdres collés ensemble. Soit la géométrie sous-jacente de l’univers, pas vrai?

Voici son diagramme de spineur, et c’est une fois encore, où il s’approche toujours plus, c’est ce qu’on a vu sur le tableau, les donuts dans les donuts, les sphères dans les sphères, et comment cette géométrie, qu’on a vue avant, effectue aussi un mouvement de rotation. Elle n’est pas immobile. Elle tourne et vrille. Et pendant qu’elle tourne et vrille, ce qu’on qualifie comme l’univers observable en surgit, mais il n’existe pas vraiment.

Donc oui, expliquer ça à des gamins en école primaire? L’expliquer à des jeunes au lycée? C’est une façon vraiment différente de voir les choses, car une fois encore on suggère que l’univers est une émanation géométrique. Que cet étrange motif sous-jacent comme le tétraèdre, cette pyramide triangulaire, que d’une certaine manière, ceci produit l’univers. Ca produit tout, tout l’espace, tout le temps, tous les atomes, toutes les molécules? Mais regardez ce qu’on a exploré. Regardez Robert Moon et son modèle de physique quantique, où il dit que ce qui existe vraiment dans l’atome, c’est le noyau, et le noyau n’est pas fait de particules. C’est juste l’onde de ces géométries qu’on voit ici. Ca commence à prendre sens, là.

Puis, visez-moi ça. Là ça devient encore plus controversé. En 2009, le magazine Discover a publié cette entrevue avec Roger Penrose.

L’interview de Discover a lieu en septembre 2009. Et il dit : « La physique est fausse, de la théorie des cordes à la mécanique quantique. » Un des plus grand physicien dit : « le cerveau humain et l’univers lui-même doivent fonctionner selon une théorie qu’on a pas encore découvert. » Octobre 2009 par Serge Kruglinsky et Oliver Chanarin.

Ca, c’est controversé car souvenez-vous que l’ancien mode de pensée prévalent équivaut au clergé refusant de regarder dans le télescope de Galilée. Il a dit : « Viens jeter un oeil dans mon télescope. » « Non, non. On ne regardera pas dans ce télescope, non merci. » Pourquoi? Parce qu’ils ne veulent pas voir leur réalité s’effondrer. Et bien tout le monde semble vouloir suivre le mouvement et suivre l’idée populaire parce que c’est ce qu’ils disent. C’est ce qu’on dit, pas vrai? Ils doivent avoir raison. Ces scientifiques ont été à l’école, étudiés tout ça, obtenus ces diplômes chics et obtiennent toutes ces subventions.

Si Penrose a raison, on retire toutes les subventions à la physique quantique car elle a tort. Sauf s’ils veulent connaître un nouvel apprentissage. Je veux dire, bon sang, on vient de passer du Kino 2008 à Kino 2013 avec un nouveau système d’exploitation. Rien que passer à Kino 2013 pour que cette émission fonctionne, ça a été horrible. Je me tirais presque les cheveux, hier. J’ai tout résolu juste cette nuit. L’apprentissage est horrible. Après la fac, on ne veut pas entrer dans une autre courbe d’apprentissage. On ne veut pas découvrir que tous ces livres qui nous ont coûté 500 dollars pièce ne valent pas un clou, qu’ils sont juste bons pour le broyeur.

Mais Penrose est l’un des pères fondateurs de l’unification des trous noirs avec la relativité. Il l’a fait lui-même avec Stephen Hawking. Il sait de quoi il parle. Et il dit qu’on en est encore là. Il dit des choses controversées dans cette entrevue, en voici un exemple:

Penrose n’a pas hésité à questionner les principes de la physique moderne, dont la théorie des cordes et la mécanique quantique. Il finit par dire que…  « les physiciens n’arriveront jamais à capter les grandes théories de l’univers tant qu’ils ne verront pas au-delà des distractions aveuglantes des théories à la noix… » Ce sont des mots de combat : à la noix… « vers la couche la plus profonde de la réalité dans laquelle nous vivons. » La couche la plus profonde? De quoi il parle? Il parle de l’émanation de l’espace et du temps depuis une unité géométrique sous-jacente. Pas ces idées à la noix comme la théorie des super-cordes, la mécanique quantique et la relativité conventionnelle. Il prend vraiment des risques, là.

Il dit aussi que « Quand on accepte l’étrangeté de la mécanique quantique dans le monde macro, on doit renoncer à l’espace/temps tel qu’on le tient d’Einstein. » C’est fini. Juste au cas où vous ne me croyez toujours pas qu’un type aussi profond ait ce genre de pensée, il y a tout un livre que vous pouvez lire. La nature de l’espace et du temps, un dialogue entre Stephen Hawking, qui défend le Big Bang et l’espace/temps conventionnel, et Roger Penrose, qui dit qu’il ne peut y avoir d’espace/temps. Que ça n’a aucun sens.

Aujourd’hui encore, tout le monde se range avec Hawking et dit, oui il y a eu un Big Bang. Il doit y avoir un truc d’où provient tout l’univers. Ils n’aiment pas Penrose. Ils n’aiment pas vraiment l’idée que… peut-être pas, peut-être qu’il n’y a rien. Peut-être est-ce une projection de quelque unité supérieure n’ayant pas d’espace ou de temps. le temps n’est pas linéaire. On pense juste que ça existe à cause de la conscience.

Il pénètre des zones dingues ici. Voici l’article de Discover, encore, parlant de ceci. Une citation de l’article. « On pourrait aisément excuser Roger Penrose d’avoir un grand égo. Un théoricien dont le nom sera lié à jamais à des géants comme Hawking et Einstein. Il a fondamentalement contribué à la physique, les mathématiques et la géométrie. Il a réinterprété la relativité générale pour prouver que les trous noirs peuvent se former à partir d’une étoile mourante. »

Ils disent qu’il a inventé la théorie des twisteurs qu’on vient de voir, « une façon novatrice de voir la structure de l’espace/temps et nous mener ainsi à une compréhension plus profonde de la nature de la gravité. Il a découvert une remarquable famille de formes géométriques connue comme Pavage de Penrose », qu’on verra dans le prochain épisode.

« Il a même travaillé comme chercheur en neurologie, trouvant une théorie provocante disant que la conscience provient de processus mécaniques quantiques. » C’est fascinant, il réalise aussi, imaginez ça, que s’il comprend que l’espace et le temps sont les émanations d’une tubulure géométrique sous-jacente, quelque chose qui n’est ni espace ni temps, que nous sommes vivants, que nous sommes dans l’univers qui s’épanouit depuis cette chose, alors la conscience doit être cette chose. Cette chose doit être la conscience. Cette tubulure, cette géométrie doit penser. Ca doit être l’essence de qui nous sommes comme êtres conscients. Et il est totalement sur la bonne piste.

Alors que dit-il sur la conscience? « Selon moi, le cerveau conscient n’agit pas selon la physique classique. Il n’agit même pas selon la mécanique quantique conventionnelle. Il agit selon une théorie qu’on a pas encore trouvée. » Quelle est cette théorie? C’est quelque chose que j’ai commencé à aborder ici. Je crois qu’on est en train de la bâtir et qu’elle remonte à l’idée qu’il n’y a que l’identité, que l’univers est vivant.

Dans les prochains épisodes vous verrez comment cette géométrie qu’on a vue, au niveau quantique, s’étend à travers la structure de l’ADN, la structure du tissus vivant, qui est totale émanation géométrique qui prendra bien plus de sens maintenant qu’il a dit ceci.

Et, on verra que cette géométrie s’étend aussi à la Terre, à la forme des continents, des chaînes de montagnes, c’est géométrique. Il y a des vortex sur la Terre, portails entre espace et temps apparaissant selon la géométrie. On verra la géométrie du système solaire. On le verra dans les galaxies et la forme des galaxies présente une géométrie cachée. On le verra dans les super amas de galaxies et le fond-même de l’univers, le gaz et la poussière formant l’espace et le temps qu’on connaît. Ce n’est que l’émanation de cette géométrie sous-jacente.

Donc, juste pour enfoncer le clou : Quand nous comprendrons le coeur de la physique quantique, que verrons-nous selon vous, lui demandent-ils. Il répond : « Je crois que ce sera beau. »

C’était David Wilcock. Merci de nous avoir suivis.

https://www.gaia.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email