ÊTRE ENSEIGNEUR

St. Germain, Maria et Ohamah, transmis par Sabine Wolf

Le guerrier et l’amour
Le chaos et la guérisseuse

La guérison du guerrier

Il fut un temps où le cœur des femmes s’était si solidement refermé

qu’elles n’étaient plus en mesure de recevoir ni de donner en vérité,

car ces deux aspects ne font qu’un.

Il vint un temps où l’homme dominait

et où il contribua à faire aller le cours de l’évolution vers le bas,

conformément à sa nature.

Maintenant, le temps vient où c’est la femme qui apporte sa contribution

et ramène le cours de l’évolution vers le haut,

conformément à sa nature.

Textes recueillis et retravaillés depuis 2002

Une histoire Atlante

La nature guerrière masculine

En Atlantide, c’étaient les prêtres qui faisaient tourner la roue de l’évolution entre les forces masculine et féminine. Et, bien sûr, ce furent toujours les castes supérieures de la société qui la transformèrent, elle et le monde, par leurs impulsions et leurs besoins.

La notion de “prêtre“ était autrefois beaucoup plus large qu’aujourd’hui. C’était un titre semblable à votre titre actuel de docteur ou de professeur. Il y avait ainsi des prêtres pour toutes les branches des sciences et de la recherche: la santé et l’hygiène spirituelle, la musique et l’étude des sons, la communication et la philosophie, la conduite et le droit des hommes, l’amour et la sexualité, l’abondance et la richesse, la vie de la flore et de la faune, l’intuition et l’éclaircissement des conflits, la recherche géologique et cosmique.

Comme nous l’expliquons dans notre Nouvelle Histoire de la Création, vous avez eu trois étapes de “descente“, trois phases de séparation du UN en la dualité. La première phase a été celle de l’exploration commune de l’Esprit divisé. Les entités masculines et féminines vivaient ensemble en profonde différence et dans la paix. Vous étiez des dieux androgynes – des êtres non-incarnés.

La deuxième phase condensa considérablement votre conscience et l’entartra. Vous avez commencé à vous ressembler et avez commencé à oublier qui vous êtes et pourquoi l’autre sexe existe. Mais vous étiez satisfaits de cette situation car l’amour régnait encore dans votre cœur. Ainsi, pendant cette période, vous n’avez souffert d’aucun manque.

La troisième phase fut celle de la crucifixion de votre être, la phase des corps physiques, de la mort et de la souffrance. C’était l’étape du sentiment du manque de… ? … de quoi? Vous ne le saviez plus. Mais vous en souffriez.

L’élite du peuple Atlante s’était largement approfondie dans l’étude de la sagesse spirituelle, cosmique et terrestre. Ils étaient tous des spécialistes qualifiés dans leurs domaines respectifs – et pourtant quelque chose manquait dont ils n’arrivaient pas à retrouver la trace malgré qu’elle soit si proche – ou peut-être à cause de cela.

Bien que le “peuple-mère“ de l’humanité ait vécu dans une sphère de conscience largement ouverte, chaque humain ressentait un manque en son fort intérieur profond. Toutes les tentatives intérieures et extérieures entreprises pour déceler ce que c’était échouèrent. Plus on s’approchait de ce mystérieux “quelque chose“, plus il semblait s’éloigner. Car lors de la troisième phase, vous aviez pour la première fois un cœur personnel, que vous avez aussitôt sacrifié et crucifié lors de vos recherches. Vous avez laissé la conscience de l’Un tomber en poussière pour acquérir des corps physiques.

En Atlantide, l’intelligence masculine et l’intuition féminine avaient atteint un très haut degré de développement. Vous aviez acquis la maîtrise dans différents domaines de la vie et de la nature – mais pas la maîtrise de vous-mêmes. QUELQUE CHOSE manquait encore.

Naturellement, avec le temps, on s’est aperçu que ce QUELQUE CHOSE était en relation avec les essences spirituelles dans les corps masculins et féminins et que celles-ci pouvaient aider à l’élévation – et permettre à chacun d’acquérir la toute puissance.

Les hommes, avec leur faculté d’incarnation et de matérialisation, souffraient d’un manque de chaleur dans leur âme et d’un manque d’accès à l’Esprit en circulation. C’est pourquoi ils ne trouvèrent dans la matière ni l’accomplissement ni la sérénité. Les femmes, dotées elles d’une faculté d’inspiration et de guérison, n’arrivaient pas à prendre véritablement pied sur terre. Elles n’arrivaient pas à s’enraciner dans la matière et flottaient entre les mondes.

Les uns possédaient le savoir du phénomène extérieur, du QUOI, et les autres vivaient le phénomène intérieur, possédaient la connaissance du COMMENT. Dans l’absence de la conscience divine du UN, de la force du cœur et de l’amour, il fallait trouver un moyen de réaliser la fusion entre les deux pôles. Comme, à cette époque, une séparation intérieure régnait entre les deux sexes, ce moyen ne pouvait être que celui de la lutte et de la domination – la voie de l’oppression de l’un des sexes par l’autre.

Les prêtres masculins croyaient pouvoir s’approprier la force des femmes par le biais de la sexualité car ils avaient découvert que l’intuition féminine spirituelle, la sagesse féminine supérieure pulsait dans leurs sécrétions. C’est à ce moment-là que la sexualité devint un instrument de puissance, de violence et d’oppression, et finalement un instrument de l’esclavage des âmes.

Jusqu’alors, la sexualité s’était faite de manière libre dans la société. Chacun pouvait être avec chacun. Lors des échanges sentimentaux, passionnels et des échanges de sécrétions, l’échange des essences spirituelles se produisait aussi. Les hommes et les femmes se “nourrissaient“ les uns les autres en partageant leur sexualité. De la même façon, l’esprit et le corps se nourrissaient mutuellement car ils étaient dans un rapport d’échange vivant. Plus les hommes et les femmes arrivaient à se fusionner et plus l’échange et l’union des énergies se produisaient à tous les niveaux. Pendant longtemps, la sagesse des hommes est restée fusionnée intérieurement et extérieurement à l’intuition des femmes et chacun des sexes, tout comme chaque être individuel, était fort et robuste.

Mais l’évolution “descendante“ de la conscience posa les voiles de l’oubli sur les cœurs et les sépara les uns des autres. En l’absence de l’amour de la PRÉSENCE-UNE, les prêtres masculins commencèrent alors à utiliser cette forme libre de sexualité pour leurs desseins personnels. Ils se servirent des femmes non plus pour s’unir à elles, pour s’ouvrir à elles et s’offrir, non plus pour les “nourrir“ mais pour obtenir d’elles ce dont ils pensaient avoir besoin.

Les prêtresses et les femmes devinrent, pardonnez cette comparaison, comme des vaches à lait, et la sexualité comme une sorte d’élevage dont le rendement devait rapporter profit. Les hommes avaient une conception de l’amour étroitement liée à l’intellect. C’était là la source de leur souffrance, car le profond ressentir du fusionnement et du caractère sacré de l’acte appartenait aux corps féminins. Cette souffrance, cette incapacité d’un profond ressentir constituait leur blessure – et se transforma en leur arme. Leur nouvelle orientation eut une répercussion d’une immense envergure.

Au début de cette évolution, les femmes laissèrent faire les hommes car leur amour envers eux était fort et elles croyaient que cette mode allait leur passer s’ils obtenaient ce dont ils avaient besoin. Mais, d’une part, ils n’en reçurent justement pas ce dont ils avaient besoin – car l’Esprit libre ne se laisse pas attraper au lasso par un jeune “cowboy“ qui reste lui-même fermé et ne s’offre pas – et ils en retirèrent, d’autre part, un avant-goût de puissance qui leur plût. C’est le moment où le dominateur en eux se fit jour.

Avec le temps, il arriva ce qui devait arriver: les femmes se sentirent utilisées et maltraitées. Oui, elles eurent l’impression que leur profondeur de sentiment était piétinée. Elles avaient raté l’occasion de s’unir pour opposer résistance au développement des choses. L’abus de leurs sentiments et de leur amour inconditionnel les entraîna, elles aussi, à une condensation supplémentaire de leur conscience. Quand l’éthique et la morale de l’un des pôles de la société est en baisse, l’autre ne tarde pas à le suivre automatiquement.

Les femmes entrèrent dans la bataille. Tout d’abord, elles commencèrent par résister et par se refermer. Elles décidèrent, pour leur part, de ne plus “nourrir“ les hommes. Elles laissèrent leur profonde sensitivité et leur flamme s’envelopper d’une certaine froideur. Les femmes ne vinrent plus quand les hommes les appelaient, leur refusèrent le contact ou, tout du moins, l’ouverture intérieure. De cette manière, les hommes et les femmes s’affamèrent mutuellement. Et qui a faim lutte pour la nourriture et la puissance.

Les prêtres sentirent le danger que cette retraite féminine représentait pour eux et réfléchirent longtemps pour y trouver remède. Celui-ci s’avéra, comparé aux habitudes et coutumes de cette époque, absurde et génial, simple et cruel à la fois. Ils développèrent un nouveau codex, une nouvelle éthíque et nouvelle morale de sexualité et une nouvelle forme de société: la monogamie.

Cela ne se fit pas du jour au lendemain, bien sûr. Un plan si fantastique, si étranger et monstrueux devait être instauré étape par étape. Pour cela, on eut autant recours à des consignes et à de fortes manipulations qu’à des accords de chantage. Et ce plan réussit. Car les femmes étaient entretemps si traumatisées dans leur sensibilité, si désorientées – oui, quasiment sorties de leur force du cœur – qu’elles ne réalisèrent pas ce que ce plan voudrait dire pour elles. Finalement, une prêtresse fut assignée à chaque prêtre, et eux seuls pouvaient et étaient autorisés à partager sécrétions, sentiments et savoir. Le fusionnement avec d’autres partenaires était interdit.

Alors bien sûr, ce fut là le début de la lutte pour l’obtention du partenaire de meilleur rang, de la plus haute sagesse, ou de la position la plus influente. Ainsi commença l’ère de la concurrence, des intrigues, de la jalousie – la dernière étape de l’appauvrissement intérieur qui devait s’étendre et fleurir pendant de nombreux millénaires.

Les femmes connurent la lutte pour le pouvoir tout autant que les hommes. Elles s’imbriquèrent dans les mêmes paysages de peur, de cupidité et de haine que les hommes qui leur montraient le chemin. Les femmes s’isolèrent les unes des autres. Le camp des femmes était plus démantelé que celui des hommes car ces derniers portaient quand même en commun le sceptre de la domination.

Un nuage sombre constitué de pouvoir, d’abus et de malaise assombrissait leur respiration. Le désespoir, la mort, la solitude et l’asservissement des âmes se répandirent sur la terre et étouffa la vie toute une ère entière.

Durant cette période, le cœur des femmes se referma et ne fut plus en mesure de recevoir ni de donner véritablement, ce qui correspond au même. Il s’ensuivit des comportements et des symptômes dont nous allons traiter dans les textes qui suivent.

C’est à travers cette étape que vous êtes allés à l’encontre de votre fin, pour laquelle vous aviez décidé que toutes les forces et tous les pouvoirs seraient tombés en poussière. La fin est arrivée et vous l’avez outrepassée. Car elle n’était pas la fin de tout. Elle représentait le niveau zéro de vos expérimentations, le point de l’impuissance totale. Celui-ci peut, et c’est ce qui se produit actuellement, se retransformer en PUISSANCE et FORCE vivantes.

La lumière de votre “cœur de cristal“ est la force décisive qui apporte la transformation de votre vie, qui fait fusionner vos essences masculines et féminines non-séparées et les active et qui vous conduit à la connaissance profonde de votre être originel et à votre condition nouvelle de Divinité.

D’après notre Nouvelle Histoire de la Création, la force du cœur masculine-féminine fusionnée n’a, 94.000 années durant, pas vécu sur la Terre. Il y a 2000 ans, alors que le cours du soleil qui était “descendant“ jusqu’à la fin de l’ère du Bélier a commencé son ascension en retour, cet “Amour-Sagesse-Un“ est réapparu sur la Terre à travers Jésus, le Christ. Depuis, votre intention de vie et votre mission est celle d’ancrer cette “force-Une masculine et féminine“ sur la Terre – à travers vos corps, à travers votre cœur, quel que soit le corps – masculin ou féminin – dans lequel il pulse.

Une histoire à la fin du temps

La nature guerrière féminine

Les entités masculines et féminines ne sont pas nécessairement des hommes ou des femmes. Depuis longtemps déjà, l’entité féminine est unie à l’entité masculine dans le tissu cellulaire. ELLE a, tout comme LUI, toutes les intentions et expériences de la guerre en soi. Aujourd’hui toutefois, beaucoup de femmes utilisent ces expériences en adoptant une attitude de victime et de refus, ne reconnaissent pas leur propre force et en privent le monde. À travers cette attitude de victime, elles se montrent persévérantes, décidées et combatives. Elles n’assument ni la responsabilité de leurs intentions spirituelles ni leur force véritable. Ainsi, de cette manière-là, les voilà directement revenues à l’état de “guerrier“, sans le reconnaître ni l’admettre. Mais elles restent non-accomplies et entravées dans leur ascension car elles bloquent l’ascension de ceux qui ne peuvent la vivre que par elles. De ce point de vue-là, l’entité féminine ne s’avère pas celle d’une Guérisseuse pour la Vie mais d’une “Guerrière“ contre la Vie. Dans les textes qui suivent, nous traitons de l’art de la guerre occulte féminin.

Au fond-même de l’état féminin de “victime“, d’“opprimée“ et d’“indigne“ se dissimulent – à côté des énergies masculines lumineuses telles que la détermination, l’endurance et la force intérieure – également les énergies masculines obscures telles que la défense, l’agression et la froideur. De ces énergies retenues naissent toutes les formes de comportement guerrier féminin non-libérées: la revendication, le contrôle et la manipulation, le refus, la volonté d’avoir toujours raison et les syndromes d’entraide, la responsabilité pour tous, l’attente, le chantage et l’inaccessibilité.

La rédemption consiste maintenant en ce que l’entité féminine reconnaisse ses aspects guerriers comme étant légitimes, libère la force féminine contenue en eux et la laisse grandir: la douceur et l’amour sont les armes du guerrier pour la Vie. Alors, l’entité féminine (Esprit, Lumière) descend dans le gouffre à la rencontre de l’entité masculine s’y trouvant (voir 1ère partie) et s’unit à lui: “Je Suis Toi et Tu Es Moi“.

Sexualité et alimentation

(transmission du 11.12.2003)

“Dans la rencontre sexuelle, tu satisfais – tout comme dans l’alimentation – tes besoins physiques et émotionnels. Même si tu le fais en échangeant avec d’autres humains, cela vise à ta satisfaction personnelle.

Dans le contact avec ton partenaire, tu fais l’expérience des parties de toi d’avec lesquelles tu es séparé(e) et auxquelles tu aspires. Tu accèdes à ces parties de toi séparées à travers le corps et la vitalité physique de l’autre. Dans l’étreinte, par les caresses et l’excitation, tu fais – à l’aide de l’autre – l’expérience en ton corps de ces parties de toi qui te sont encore étrangères. Ces côtés de toi-même auxquels tu aspires et que tu ressens à travers la sexualité sont de nature éthérique et spirituelle – ils ne sont pas terrestres, pas physiques.

Si tu crois avoir besoin de quelqu’un d’autre, c’est que tu n’as pas encore réalisé que c’est de toi-même que tu as besoin au plus profond. Ainsi, la sexualité est une aide pour se rapprocher de soi-même par l’intermédiaire des autres – ce qui reste souvent incompris ou subit des abus. Mais comme seuls ton ressentir et ta volonté peuvent te conduire à toi-même, cette forme de quête restera inassouvie aussi longtemps que, dans la sexualité, tu dirigeras ton ressentir et ta volonté sur quelqu’un d’autre au lieu de la diriger sur toi-même.

Après t’être trouvé(e) toi-même, tu portes en toi l’amour vivant (envers toi-même et envers les autres). Tu n’es plus dépendant de la sexualité et elle te procurera une joie et une plénitude que tu n’auras jamais ressenties auparavant.

La sexualité appartient, tout comme l’alimentation, à LA NATURE DE L’AMOUR PHYSIQUE qui, en cette période de transformation, connaîtra une spiritualisation. Tout est en toi et tu peux recevoir du Cosmos tout ce qui te nourrit et te comble. Les formes physiques de l’amour et de l’alimentation ont conduit les humains à la misère, la violence et la maladie. Maintenant, le temps est venu de les transformer.“

Le couple légalisé

La vie de couple et le mariage posent, dans votre société, des conditions sans équivoque: à partir du moment où une relation devient officielle, légalisée à l’échelle humaine, elle subit l’énorme pression des règles extérieures et de l’attitude intérieure qu’elles sous-entendent. À l’instant même du OUI, chaque membre du couple ne peut plus se “nourrir“ que de son partenaire, ne peut plus chanter d’autre mélodie, ne peut plus avoir d’autre sexualité, ne peut plus aimer quelqu’un d’autre que son partenaire légal.

L’attouchement sexuel se trouve pris dans une réglementation, un cadre, une forme et une rigidité. De cette manière, il perd ce charme particulier qui pourrait conduire au développement de l’esprit individuel et collectif. Au lieu de cela, il devient un acte répétitif de plaisir et de frustration.

La relation de couple humaine est déterminée par deux forces puissantes du subconscient: par la PEUR de se retrouver seul(e) et par la VOLONTÉ de pouvoir et de contrôle.

“Je t’aime“ signifie: “J’ai besoin de toi parce que je ne sais que faire de moi-même (et ne le désire pas) “ et “Tu dois te consacrer exclusivement à moi. Je te veux pour moi tout seul!“

Le couple légalisé est déterminé par des exclusivités: un partenaire en exclut tous les autres. Mais si la relation intérieure de l’un envers l’autre est une relation de “compagnons de vie“ et si la relation “d’amants“ ne fonctionne pas librement, alors il faut renoncer soit à l’amour, soit au fait d’être compagnons de vie.

Ce renoncement extérieur représente aussi un renoncement intérieur et une séparation supplémentaire d’avec soi-même qui conduit, intérieurement comme extérieurement à une pression, à la peur, au sentiment de culpabilité, à la mauvaise foi et à la détresse.

L’épée tranchante de l’amour humain

Transmission de Sananda à une femme engagée spirituellement qui, en tant que mère et partenaire, se sentait bloquée dans son rapport envers sa famille parce que personne venait à l’encontre de ses exigences, de ses souhaits et de ses propositions pour la forme de vie de famille qu’elle préconisait (10.2004)

“Tu as en toi une grande puissance que tu dégages déjà sans t’en rendre compte. D’autres reçoivent ce rayonnement, ils le vivent de manière plus accentuée que toi. Cependant, aussi longtemps que ta puissance est placée sous la domination et le contrôle de ton Ego spirituel, elle agit comme une épée tranchante que tu diriges contre les autres. L’attente bien intentionnée que tu as envers ton mari et tes enfants d’indulgence et de connaissance, d’ordre et de sens de la communauté ne conduit nulle part ailleurs qu’à une lutte muette.

Les autres te tournent le dos, se montrent distants. Ils ne veulent pas lutter. Ils construisent inconsciemment des barrières pour se protéger de ton influence guerrière involontaire. Ils prennent du recul pour pouvoir respirer de la manière qui leur est propre. Tout ce que tu demandes à l’extérieur n’est pas encore résolu en toi-même, pas encore équilibré. Dirige ton attente sur toi-même, pointe ton épée vers ta propre personne et ressens l’impact de ta puissance en comprenant que tu devrais t’en servir avec douceur.

Tout ce qui, en toi, est centré et équilibré n’exprime aucune attente extérieure mais s’avère une aide pour les autres.

Laisse les autres tranquilles. N’attends rien d’eux. Ne les mets pas sous pression. Laisse-les aller leur propre chemin. Laisse-les se développer selon leurs propres intentions. Libère-les de toi et libère-toi d’eux. Personne sur Terre n’en est au même degré que toi d’évolution et d’erreurs. Tu n’as pas le droit, pas de raison d’attendre des autres la même chose que ce que tu attends pour toi.

Retourne à toi-même et mets de l’ordre dans ta propre vie. Fais en toi-même l’équilibre entre les forces de l’esprit et celles de la matière pour que l’AMOUR puisse éclore en toi avant de rayonner sur les autres. L’Amour aime ce qui est. L’Amour n’attend rien, n’espère et ne délègue rien. Il n’attend aucun “penser“ ou “ressentir“ commun, pas même au sein de la famille terrestre. L’Amour attend et laisse pousser la petite plante.

Si tu diriges l’épée de la Vérité spirituelle contre toi-même, tu éprouveras deux vagues de souffrance: le vide intérieur, la désespérance et la question du sens de ta vie quand tu auras lâché prise sur les autres. Après cette première vague, tu vas reconnaître ton chaos intérieur – un “non-être“ qui a pu se développer pendant toutes les années de fuite de toi-même. Accepte cela.

En suivant cette voie, tu rencontreras le puissant Esprit de la vie terrestre qui est le gardien de ta lumière de ton ombre dans le siège-même de ton obscurité, de ton désordre et de ton déséquilibre. Et même cet endroit-là est rempli d’Amour et de Lumière.“

L’homme du Temps Nouveau est féminin

L’homme du Temps Nouveau est une entité féminine pleine de dévouement et d’empathie. Il agit de manière dissimulée – un être solide et stable intérieurement, doté d’une grande force, de courage et de détermination. Il est à la fois Guerrier et Créateur. L’homme nouveau est venu pour mettre fin à de longues ères de non-reconnaissance de la force originelle féminine qui ont conduit à un profond épuisement et à une non-vivance. Sa force se trouve dans la douceur, l’intuition et l’empathie. Il utilise l’“Eau de Vie“ comme merveilleux dissolvant qui ramollit et détartre les dures “croûtes de sentiments et de pensées“ des anciens humains. Il les désincruste en douceur, de manière défensive, sans déclencher de nouvelles crises.

L’homme du Temps Nouveau pleure. Il pleure et personne ne sait pourquoi. Beaucoup croient qu’il est faible ou malade mais il est fort et d’une santé inébranlable. Il pleure parce qu’il a choisi les larmes comme moyen de libération du feu de la souffrance – et des milliers d’anges recueillent l’Obscurité libérée par ce flux de pleurs et la conduisent vers le haut, à la Lumière.

Son deuxième outil est le rêve. Par lui, il est en contact avec les mondes de “derrière les voiles“, avec les frères et les sœurs des royaumes spirituels. La force et l’intensité intérieures de l’homme du Temps Nouveau sont de nature féminine, spirituelle, passive. C’est la force de la Guérisseuse et Gardienne de la Vie. C’est le mouvement et l’action occultes à l’intérieur d’un cœur cristallin qui se suffit à lui-même et qui n’attend rien des autres. L’homme du Temps Nouveau se choisit aussi bien des corps féminins que masculins.

L’ancien amour maternel

Des forces contraires jugulèrent pendant longtemps cette intensité intérieure et forces féminines non-libérées: la quête de reconnaissance et d’approbation à l’extérieur; le retrait et la pétrification quand la reconnaissance manquait; le soucis, la souffrance et la compassion envers les autres quand le sens de sa propre vie restait non-dévoilé; le fait se s’agripper à son rôle de mère, même quand les enfants étaient adultes depuis longtemps; le contrôle et la manipulation, le fait de déléguer, de revendiquer et le chantage affectueux. La peur, la déception et l’amertume étaient souvent la seule récolte après une longue vie de famille.

Cet amour maternel de l’ancien temps ne laisse pas aux enfants la possibilité de suivre leur voie individuelle car il est fondé sur un manque d’amour envers soi-même. C’est la peur qui règne alors en lui et, inconsciemment, le contrôle croît. Il ne laisse pas les enfants vivre la vie qui leur est propre. Il ne les laisse pas partir quand le moment en est venu. Il pose sur eux comme un filet de peur et de mort: si la femme enceinte retient le bébé dans son corps, il mourra – et elle aussi. Il en est de même psychiquement lors du processus du “deuxième accouchement“ qui est nécessaire lorsque l’enfant a atteint l’âge d’adulte.

Si tu portes en toi de grandes forces féminines mais que tu ne les laisses pas circuler et s’exprimer librement, cela peut avoir des conséquences psychiques fatales sur tes “protégés“: sur le plan intérieur, tu rayonnes la lumière électrique de la “Mère“ et de la “Guérisseuse“ et attire en cela les gens qui souffrent ou qui ont besoin d’être guidés. Mais sur le plan extérieur, les forces magnétiques du contrôle et de la souffrance personnelle gravitent autour de toi. Cela rend ton rayonnement dissonant et discordant, électrique et magnétique, affirmatif et négatif à la fois.

L’effet qu’il porte sur les gens qu’il a attirés est désastreux. Ils se retrouvent comme pris dans une toile d’araignée et ne peuvent plus en sortir. Même si, d’un côté, ils reçoivent la tendresse qu’ils recherchent, ils payent pour cela le dur prix de la captivité émotionnelle. Ce soin attachant vous rend non-libres, vous et les autres. Il devient pour vous une prison intérieure à laquelle l’autre essaie d’échapper en attitude de défense agressive. Le drame de la mère de l’Ancien Temps et de tout Maître de l’amour est qu’elle conçoit et nourrit un enfant pour qu’il la quitte un jour. Dans un mélange de peur et d’amour elle met l’enfant au monde, et dans un mélange d’amour et de peur elle l’étouffe ensuite.

L’ancienne relation de couple féminine

Transmission du 24.10.2004 à la suite de la plainte d’une femme dont le mari passe son peu de temps libre

en compagnie de ses amis au lieu de le passer avec elle et avec ses enfants.

“Si vos partenaires vous quittent ou choisissent des chemins qui vous font souffrir, leur avez-vous jamais demandé ce qu’il leur manque à vos côtés? Leur avez-vous jamais demandé ce que vous pourriez leur donner au lieu d’attendre d’eux qu’ils vous donnent ce qu’ils souhaiteraient obtenir de vous?

Les hommes sont plus proches des femmes que des enfants. Les femmes sont plus proches des enfants que des hommes. Et les enfants sont plus proches des pères que des mères.

Pourquoi l’homme prend-il la fuite quand il est devenu père? Pourquoi la femme prend-elle la fuite quand elle est devenue mère? S’ils ne s’enfuient pas de la maison, ils s’enfuient pourtant dans leurs propres mondes de sentiments et de pensées: la femme fuit dans son rôle de mère et oublie son état de femme. L’homme fuit dans son travail et oublie ses rôles de père et d’homme.

On en arrive à la situation typique d’auteur/victime: “L’homme fait violence à la femme“ et son renversement: “La femme fait violence à l’homme“. Ce qu’il fait, lui, de manière ouverte et active, elle le fait, elle, de manière cachée et passive. Elle “mute“ sous ses yeux et sous ses mains de l’état de femme à celui de “mère du Temps Ancien“ se comportant même souvent comme si elle était sa mère. D’un côté elle se détourne de lui en tant que femme, fait intérieurement de lui son deuxième enfant, et attend de lui, de l’autre côté, qu’il subvienne aux besoins extérieurs.

Elle oublie d’être amante et compagne, amie et sœur.

Une femme peut faire des enfants les otages de l’homme, auxquels sont ligotés ses sentiments et son sens moral. Il trouvera les moyens de se libérer de ce drame.

Un homme ne peut s’ouvrir aux enfants que sur la base d’un équilibre intérieur. Son équilibre, il l’obtient en ayant la possibilité d’être homme, libre de paternité tant qu’elle ne le touche pas directement. Un jour, il peut l’accepter.

Un homme a d’autres sentiments, d’autres perceptions et une autre forme de comportement qu’une femme.

Aussi longtemps que les enfants sont en bas-âge, l’homme, par nature, ne peut pas commencer grand chose avec eux. Ce n’est que lorsqu’ils ont grandi qu’ils peuvent être des compagnons pour lui, ses amis et camarades – si la femme a été une mère pour eux et une femme, une compagne pour lui.

La femme qui ne souhaite être que mère devrait avoir l’honnêteté de laisser à l’homme sa liberté. La femme qui ne désire être que femme devrait avoir l’honnêteté de laisser leur liberté à ses enfants.

La femme qui désire être femme et mère à la fois, Guérisseuse et Compagne, amie et amante, convient à l’homme qui ne désire être qu’homme – et devenir père en toute liberté, quand le moment en est venu pour lui. Car la naissance des enfants représente bénédiction et malédiction à la fois.

C’est à la femme qu’incombe la responsabilité du développement, du mûrissement des enfants et de l’homme. C’est elle qui en a le plus à porter, véritablement, car elle en a la force intérieure nécessaire. Telle entité cosmique a choisi un corps féminin car elle porte en soi la force de la “vraie mère“ et l’indépendance de la “vraie femme“. Mais elle ne peut assumer cette responsabilité que si elle reste fidèle à elle-même et laisse croître sa propre perfection intérieure qui est masculine et féminine, enfantine et mûre à la fois. De cette manière, cette responsabilité ne constitue pas une pression qui pèse sur elle et l’épuise mais une libre circulation entre les dimensions de l’état d’enfant, l’état de femme et l’état de mère.

Cela peut vous paraître démodé ou arriéré mais la joliesse enfantine, la beauté et l’insouciance, la légèreté et la passivité ne sont pas uniquement les qualités d’une jeune femme sur la Terre, mais des forces spirituelles de forte action nutritive. Ces qualités d’une jeune femme peuvent se développer encore, jusqu’à ce qu’elle atteigne un âge avancé, en des forces divines vivantes sur la Terre si elle en a profondément conscience et si elle leur reste fidèle. Et rien que par cela, elle “nourrit“, le temps de sa vie physique, des centaines d’hommes et d’enfants.

La lutte des sexes remonte à très longtemps. L’oppression, la domination et la non-reconnaissance des énergies féminines ont fait également se scléroser les énergies masculines en vous.

C’est ainsi que vous avez atteint ensemble ce degré de développement des forces contraires et, ensemble, vous vous en relèverez. N’attendez rien de l’autre sexe mais faites ce que vous avez à faire avec joie et don de soi. C’est ainsi que ces forces féminines et masculines originelles reviennent en vos cœurs et font de vous des hommes et des femmes véritables, ouverts et droits.“

Appel à la femme

“Considère votre couple de manière globale: l’homme dont tu attends beaucoup et de qui tu demandes tant est un être qui s’en est remis à toi. Toi, en tant qu’être féminin, tu peux lui donner ce dont il a besoin en tant qu’entité masculine. Avoir dans ses arrières l’amour et la tendresse, cela fortifie le Guerrier dans sa lutte – lutte qu’il a longtemps pratiquée contre la Vie et contre lui-même. Dans les moments de défaite, l’amour et la tendresse l’attendrissent et lui permettent d’acquérir la sagesse. Ainsi, un jour, c’est pour la Vie qu’il pourra lutter, et ce jusqu’au moment où il déposera son épée.

C’est l’entité féminine qui reçoit le Guerrier et lui donne naissance. C’est elle la mère qui le nourrit et le protège jusqu’à ce qu’il puisse se mettre en chemin tout seul. Pourquoi, Ô femme, te détournes-tu de ton “homme“ et de tes fils maintenant qu’ils sont devenus adultes? La lutte et la guerre font partie de leur nature. Ils ne peuvent pas la renier. L’amour et le “prendre soin“ font partie de ta propre nature. Tu peux les renier, mais il en résulte que les luttes et la guerre des hommes s’étendent à tous les domaines de la vie et qu’elles tanguent et s’étendent dans vos vies communes en ne trouvant ni libération ni accomplissement pendant des millénaires entiers. Lui, il est le Guerrier. Toi, tu es la Guérisseuse. Laisse-le guerroyer et panse ses blessures quand il vient à toi. Ne lui interdis pas la lutte, ne l’oblige pas à devenir Guérisseur.

Sur la Terre, tu n’as ni frères ni pères. Tu ne les as qu’en Esprit. Sur la Terre, ce sont des fils et des amants. Ainsi, tu n’es sur Terre que mère et amante. Vous, les femmes, vous êtes des sœurs et des filles les unes pour les autres aussi longtemps que vous séjournez sur la Terre.

Dans les sphères spirituelles, vous êtes androgynes, non-sexués, les uns semblables aux autres et égaux entre vous. Pour son jeu de rôle sur la Terre, chacun choisit son costume. Selon votre souhait et vos capacités, vous jouez chacun votre partie pour le bien et l’honneur de la “Présence-Une en Esprit“ et du Tout sur la Terre – deux mondes différents mais nullement séparés.

Et même si vous adhérez encore à vos rôles terrestres, même si vous êtes encore pris dans la trame de leurs voiles et de leurs ombres, voilà le temps venu de vous relever des cendres de vos expériences. En chacun d’entre vous brille cette Lumière-là qui est capable d’ouvrir l’Obscurité de vos expériences pour reconnaître ce qu’elle est véritablement: la sagesse profondément enfouie de l’esprit corporel et du corps spirituel ne faisant qu’un. En respirant profondément au cœur de l’obscurité de vos propres peurs, de vos propres agressions et de vos propres souffrances, vous mettez fin au jeu du DEUX et redevenez UN.

Regardez: le chaos a envahi votre société masculine et féminine. La violence et la peur, la maladie et la solitude représentent la fin de la longue descente dans la séparation l’un de l’autre. Souvent, vous avez recouvert en chemin les forces originelles féminine et masculine de voiles supplémentaires, les avez divisées, séparées et interchangées, de telle sorte que personne d’entre vous ne peut dire aujourd’hui s’il est véritablement un homme ou une femme – que ce soit en état de confusion ou en décontraction profonde. Et effectivement, les deux éléments originels se trouvent à part égale au plus profond de chacun d’entre vous. Seule la question suivante est décisive: quel corps as-tu choisi pour CETTE présente vie terrestre, pour servir l’intention qui t’a fait t’incarner ici et maintenant, à la fin du temps. C’est ce corps-là, avec ses qualités spécifiques masculines ou féminines, qui est le mieux adapté pour te permettre d’accomplir ton intention spirituelle en profondeur.

L’EMPATHIE est une qualité féminine. Elle conduit à cette connaissance: “Celui qui cause des souffrances, connais lui-même des souffrances“. L’AUTO-HABILITATION est une qualité masculine. Elle conduit à cette connaissance: “Celui qui guérit les autres doit être sain lui-même“ et: “Celui qui est sain lui-même ne réclame pas de guérison aux autres “. Tu portes ces deux aspects, l’empathie et l’auto-habilitation, en toi, ô femme. Vérifie si tu les utilises.

Si tu souhaites, ô femme, triompher de l’Obscur guerrier, il faut que tu laisses l’amour et la bonté mûrir en toi. Ne combats pas l’Obscur, ni en toi ni dans le monde des hommes. Car ce faisant, tu te combats toi-même. Laisse simplement l’amour croître en toi et reconnais qu’entre toi et eux il n’y a pas de différence. Au plus profond de la sagesse dissimulée au cœur de ton Obscur, tu reconnaîtras que même entre la guerre et l’amour il n’existe aucune différence. En vérité, il n’y a QUE TOI à pouvoir donner dans l’ici et maintenant. Cette grande force du donner, tu la possèdes. S’il n’en était pas ainsi, tu aurais choisi de t’incarner dans un corps masculin.

Le corps féminin peut supporter davantage de souffrances que le corps masculin, mais le corps masculin les ressent plus fortement. Ses souffrances à lui sont fines, subtiles, profondes. Elles sont tissées dans l’âme du Guerrier. C’est vous-mêmes qui l’avez aménagé comme ça dans vos chromosomes physiques.

Conformément à sa nature, l’entité masculine transforme la souffrance en agression et en lutte. Quand il souffre, il inflige des souffrances aux autres. La souffrance et la guerre sont les outils créateurs de l’ère de Poussière. Sans cesse, ils vous ont tués puis vous ont ramenés en vie. Ils vous ont laissés mûrir, vous ont affermis et attendris, vous ont renforcés et rendus perméables. Dans le passé, les souffrances et la guerre ont contribué à condenser votre esprit. Maintenant, ils contribuent à spiritualiser votre corps. Quelque chose comme la compassion peut vous sembler suranné aujourd’hui. Mais de fait, c’est de la pure force de Christ – Guerrier et Guérisseuse à la fois, acceptation et empathie, état physique et force spirituelle. Accepte ceci: celui qui occasionne des souffrances souffre lui-même de sa propre imperfection. Celui qui a peur des souffrances et qui les réprouve souffre également de sa propre imperfection. Ce sont les souffrances et les larmes, la guerre et la paix, les énergies masculines et féminines réunies qui mènent votre chemin à l’accomplissement. Laisse les deux pôles prendre force en toi. Ce faisant, tu aides l’entité masculine à atteindre sa perfection.

C’est ainsi que la vraie nature guerrière de l’Esprit masculin peut fusionner avec la nature guerrière imparfaite de l’homme terrestre et se développer en sagesse, maîtrise et puissance sur la Terre. C’est ainsi que tu peux revenir avec lui dans l’UNité de l’être et mener à sa fin votre jeu de dualité.“

La nature de l’amour humain

Transmission du 14.04.2002 du Christ Emmanuel à l’adresse des femmes de la Terre

réactualisée en 2007

“Le sensuel ne peut pas être en communication avec le spirituel. Le sensuel est assigné au monde physique, mortel et périssable – à l’illusion. Le spirituel est immortel, éternel.

L’amour humain est de ce monde – sensuel, personnel, physique, mortel et périssable – une illusion. Il pose des conditions et se sert de beaucoup de mots. Il concerne un petit nombre de personnes et exclut toutes les autres. Il se trompe lui-même et il simule. Il ne donne que lorsqu’il reçoit. Il est la séparation d’avec soi-même. L’amour humain est un îlot de rencontre fusionnelle dans l’océan de la séparation. L’Amour spirituel n’est pas de ce monde. Il est non-sensuel, non-personnel, non-physique et immortel – la Vérité éternelle. Il inclut tous les humains et toutes les entités et ne se lie à personne. L’Amour spirituel est inconditionnel. Il dés-illusionne et vous comble au milieu du vide. Il ne connaît pas de mots. Il s’épanche et ne réclame rien. Il est la fusion avec soi-même. L’Amour spirituel est l’océan duquel est née votre vie et où elle a construit des îles sur lesquelles vous vivez séparés les uns des autres jusqu’à ce que, en un raz-de-marée, il vous reprenne en son sein.

Vous provenez de cette entité de l’Amour spirituel. Si, en chemin, il vous est arrivé de faire l’expérience du manque total d’amour, vous avez ensuite pu retrouver la tendresse dans les bras de votre partenaire ou de votre mère, l’accomplissement de l’amour humain sur la Terre, de l’amour sensuel, physique et périssable. Maintenant, le temps est venu de laisser derrière vous cette expérience et de vous ré-ouvrir à l’Amour spirituel originel.

Si vous pouviez, au jour d’aujourd’hui, reconnaître les entraves de l’amour humain, vous vous détourneriez horrifiés – et pourtant elles sont précieuses. Si vous pouviez, au jour d’aujourd’hui, ressentir la force infinie de l’Amour spirituel, votre conscience physique étroite vous amènerait à vous consumer. Ce sont deux aspects que vous ne percevez que peu. La vision entière des choses vous déchirerait, tant en souffrance qu’en joie. Ainsi, cheminez lentement, à votre pas – dans la souffrance et dans la joie du lâcher prise et du recevoir.

Voilà qu’après des millénaires d’amour humain sensuel et jaloux, d’unions et d’isolement, d’illusion et de dés-illusion, après des ères entières de guerres menées au nom de l’amour humain, on vous retire de ce réseau, doucement et incontournablement. L’aspiration de l’Esprit – Spirit – pour son corps – Sexus – conduit maintenant les rênes de votre cheminement.

Peut-être n’avez-vous pas encore la force intérieure de vous libérer de vous-mêmes de vos relations attachantes. C’est pourquoi, de multiples façons, vos relations terrestres subissent un descellement à partir des sphères spirituelles. Et en ce moment, les occasions de vivre un amour terrestre vous sont, elles aussi, écartées du chemin. Ne voyez pas en cela un signe d’injustice ou d’humiliation mais l’accomplissement de vos propres intentions spirituelles: le désir profond de revenir en VOUS-MÊMES. Vous ne pouvez accompagner et sur-vivre la transformation de la Terre que dans un état d’amour spirituel impersonnel et inconditionnel.

Mais ce n’est pas fini: Si l’amour sensuel règne, il n’est pas en mesure d’entrer en communication avec l’Amour spirituel car l’amour sensuel magnétise votre corps et embrume votre esprit. Mais si c’est l’Amour spirituel qui règne, celui-ci peut élever l’amour sensuel et fusionner avec lui. L’Amour spirituel électrise votre corps et laisse s’y réveiller l’Esprit féminin qui nourrit le Guerrier masculin au plus profond, le guérit et le comble – sous toutes les formes de la rencontre.

Pendant la période de transition du sensuel au spirituel, distancez-vous progressivement du désir physique envers votre partenaire et découvrez l’envie de vous de la part de l’Esprit masculin/féminin. “Respirez“ profondément cette entité et permettez-lui de s’épancher en vous et de se répandre, de se manifester en vous et de diriger votre vie un certain temps.

Lâchez prise sur vos enfants terrestres quand ils ont acquis la maturité nécessaire pour suivre leur propre voie et prenez soin de tous ceux qui ont besoin de votre aide. En vérité, vos corps féminins sont des entités de l’amour spirituel et sensuel – de puissants outils pour guérir toutes les blessures qui se sont produites lors de votre longue descente.

Rayonnez votre chaleur dans les sphères vitales des puissants de la Terre qui participent actuellement à la destruction de toutes les structures terrestres. Reconnaissez-les, eux aussi, comme vos enfants et guerriers bien-aimés desquels vous pouvez et voulez prendre soin. Reconnaissez-moi comme votre frère bien-aimé et comme votre promis qui n’attend plus que votre OUI. Je suis à vos côtés. Je suis le Christ Emmanuel.“

Énumération des forces masculines et féminines

Les forces masculines sont: l’activité, la descente, la condensation, l’agression, la lutte, la détermination, la capacité de s’imposer, la force, l’intelligence, l’orientation (dirigée sur l’estuaire du flux vital), la protection par la lutte, la vie physique, la clarté, la stratégie. L’homme apporte au monde ces énergies et essences masculines, comme autant de cadeaux de l’Esprit.

Les forces féminines sont: la passivité, la “tendreté“, la montée, la douceur, le fait de circuler, l’intuition, la reli-gion (le retour à la source du flux vital), l’inspiration, la vie psychique spirituelle et la nourriture, la protection par “le nid“, le pardon, la guérison, l’inconditionnalité. La femme apporte au monde ces énergies et essences féminines, comme autant de cadeaux de l’Esprit.

L’entité féminine donne

Comprenez bien: ce n’est pas la FEMME qui donne et l’HOMME qui reçoit, mais l’entité féminine dans la femme et dans l’homme qui donne et l’entité masculine dans l’homme et dans la femme qui reçoit. À la fin d’une longue période pendant laquelle l’entité masculine à l’intérieur des deux sexes a dominé et donné, c’est maintenant au tour de l’entité féminine à l’intérieur des deux sexes de donner pendant que la masculine reçoit.

Beaucoup d’entre vous, femmes et hommes, refusent actuellement d’accepter leur force féminine. Vous vous êtes confinés dans le rôle de victimes de la société masculine. Vos actions et réactions sont, en conséquence, des attitudes de refus et de fermeture, d’agressivité et de “tenir tête“ ou de jugement et de revendication. Le plus grand potentiel de cette attitude de refus est inconscient mais très actif. Il est ancré en tant que mauvais souvenir des époques grises au plus profond de votre tissu cellulaire et influence chaque émotion et chaque pensée partant de vous. Ce n’est pas VOUS qui communiquez de cette façon, mais ce sont vos horribles souvenirs.

La fermeture et le refus sont devenus au fil du temps une partie de votre identité féminine, l’offensive et la conquête une partie de votre identité masculine. Il en résulte tous les délits, tous les actes de violence et les souffrances ayant rapport à votre sexualité actuelle et à la traite des hommes que vous pratiquez à l’échelle mondiale.

C’est pourquoi beaucoup de femmes se refusent à elles-mêmes leur sexualité et la refusent à l’homme. Le “devoir conjugal“ devient une affliction. L’exclusion des autres hommes de leur vie amoureuse se transforme en prison. L’expérience de l’abus et de la souffrance se transforme en entrave et en contrôle. Les conceptions personnelles de la spiritualité ne permettent plus tout cela. Il y a des milliers de raisons de se maintenir en état de fermeture et d’en faire mourir les autres de faim, et soi-même avec eux.

En fait, le début de cet “affamement“ réciproque remonte aux temps Atlantes et s’est prolongé et approfondi jusqu’à aujourd’hui. Le désir et la volonté des hommes d’autrefois se sont prolongés jusqu’à aujourd’hui tout autant que le refus féminin et le refroidissement des sentiments. Souvenez-vous: à l’instant-même où l’entité masculine transforma le libre recevoir en un besoin revendiqué, il ne fut plus en mesure de recevoir la “nourriture“ féminine. Le désir l’avait mis sous pression, ses canaux éthériques s’en étaient rétrécis et ses portes spirituelles s’en étaient refermées. À l’instant-même où les sentiments féminins se refroidirent, le flux nutritif spirituel se mit à tarir de ce côté également. Depuis, le corps féminin n’est plus en mesure de donner véritablement. L’entité masculine descendante a fait se refermer les portes spirituelles. L’entité féminine montante peut les ré-ouvrir.

Ce drame de l’affamement réciproque ne se produit pas en premier lieu entre les hommes et les femmes du monde, mais entre les forces masculines et féminines à l’intérieur du même être et du même organisme. La sexualité extérieure avec des partenaires et la manie du sexe à l’échelle mondiale représentent le dernier maillon de la chaîne de l’incapacité et de l’isolement. Vous ne pouvez vous guérir et vous libérer de cet énorme syndrome de votre condition humaine qu’en libérant EN VOUS-MÊMES tout désir revendicateur et toute attitude de refus: abandonnez toute attente personnelle et ne vous refusez plus à vous-mêmes! Donnez ce que vous souhaitez donner et recevez ce qui vient à vous.

Nourrissez l’entité masculine qui est en vous avec la force d’amour de votre cœur. Nourrissez l’entité féminine qui est en vous avec le respect et la reconnaissance de votre cœur. Vivez les sentiments et les aspects de vous qui étaient opprimés jusqu’à maintenant. Ne différenciez pas entre bon ou mauvais mais, au mieux, entre vécu et non-vécu, accompli ou non-accompli. Permettez à tout ce qui est en vous de vivre. Soyez comblés par votre propre “vous-même“!

Vous les femmes, vous approvisionnez les hommes de votre monde en acceptation et en empathie, en amour et en tendresse! Rayonnez votre amour féminin dans leurs cœurs masculins! Vous les hommes, approvisionnez les femmes de votre monde en respect et en reconnaissance, en courage et détermination! Rayonnez votre amour masculin dans leurs cœurs féminins! Ne faites aucune différence entre partenaires et non-partenaires. Tous les hommes du monde font partie de toutes les femmes et toutes les femmes du monde font partie de tous les hommes. Ne séparez plus ce qui était Un autrefois, qui est Un aujourd’hui, et le sera encore demain.

L’équilibre entre votre spiritualité et votre sexualité se fera de lui-même au rythme de votre ouverture intérieure envers vous-mêmes. Elles concernent toutes les deux votre corps et votre esprit. La sexualité s’exprime librement quand l’Esprit circule librement. Et ce n’est que lorsqu’il circule librement que vous savez véritablement si vous “avez fait le tour“ de ce thème, comme beaucoup d’entre vous le prétendent, ou non. N’hésitez pas à changer votre opinion le cas échéant.

Les mariages et relations de couple n’échouent jamais

La sexualité physique et l’amour spirituel

(transmission provenant des sphères du Christ du 22.07.2001)

“Quand les âmes n’arrivent pas à se rencontrer parce qu’elles ne sont pas faites l’une pour l’autre, alors les corps ne peuvent pas surmonter cette séparation des âmes dans le physique. Ainsi, tout mariage n’est pas nécessairement béni en tant que mariage. La sexualité physique est l’expression profonde d’une union psychique et spirituelle entre les humains. Elle n’a pas d’importance et ne reçoit aucune protection quand l’amour manque au niveau des âmes.

Pendant les époques de non-conscience, la sexualité physique représentait un espoir perdu de voir l’Esprit revenir qui semblait vous avoir abandonné. À travers elle, vous pouviez vous trouver, ou vous perdre vous-mêmes ou les uns les autres pour de longues périodes.

La sexualité vécue par le biais de l’amour psychique et spirituel est quelque chose de sacré. Les corps, vibrant à une haute fréquence spirituelle-électrique, sont alors en mesure d’assimiler et d’intégrer les essences originelles de l’autre. Un tel acte de sexualité fusionnant l’esprit, l’âme et le corps est un acte d’Unification de soi et de retour en l’Esprit et appartient alors à la nature de l’Accomplissement qui élève votre spirale de vie vers le haut. En ce cas, les partenaires sont naturellement protégés de toute maladie ou d’une grossesse non désirée. Ils s’épanchent dans le champ des intentions et de la sagesse de leur Esprit divin.

La sexualité purement physique est dénuée d’amour psychique et spirituel. Elle appartient à la nature de l’envie qui entraîne votre spirale de vie vers le bas. Elle semble panser les blessures que vous vous infligez mutuellement. Elle semble vous offrir l’abri qui vous manque malgré votre relation de couple. Elle vous apparaît comme une dernière consolation alors que votre joie de vivre et votre espérance pâlissent. Mais elle n’est qu’une illusion qui vous conduira au point de retournement – du retour vers vous-même.

La séparation de deux humains dont les âmes ne vont pas (ne vont plus) ensemble est également quelque chose de sacré. Chacun devient alors libre de se trouver soi-même et de trouver son “partenaire de l’âme“. Le fait de perdurer dans une relation dénuée d’amour de l’âme ne représente rien de sacré, rien de salutaire, rien de sain. La tentative de prolonger une relation dénuée d’amour par la sexualité bloque les deux personnes impliquées. De cette manière, aucun des partenaires ne trouve son vrai “Soi“. La fréquence corporelle se situe dans une amplitude suffisamment basse pour attirer les maladies et les forces du destin qui ne visent en fait qu’à corriger cette situation mal-saine et permettre un rétablissement intérieur.“

Une rencontre se réalise dans le MAINTENANT

Une rencontre entre deux êtres, une relation, a une cause, un sens et un but. La cause ne se trouve pas au début, et le but pas à la fin de la relation. La cause, le sens et le but sont des forces de l’ICI et MAINTENANT. La rencontre trouve son accomplissement dans le contact même. L’accomplissement n’attend aucune répétition. Deux personnes se rencontrent dans le but d’échanger des énergies, c’est cela l’accomplissement de la rencontre. Ainsi, la rencontre quotidienne de deux êtres qui s’accomplissent se fait de manière toujours renouvelée tandis que celle de deux êtres qui ne s’accomplissent pas est toujours une répétition en plus faible de la rencontre précédente.

Une relation et une rencontre s’accomplissent parce que chacun des impliqués offre à l’autre ce qu’il a et reçoit de l’autre ce qu’il lui donne – en libre circulation. Donner et recevoir se produisent ouvertement, inconditionnellement. Le don de soi ne connaît ni peur ni perte.

Ainsi, à travers chaque rencontre, vous vous aidez vous-mêmes et aidez l’autre à acquérir un niveau supérieur de l’indépendance, de la connaissance de soi et de la liberté. Chacun des partenaires aide l’autre à atteindre ce point de l’Unité à partir duquel il peut continuer à avancer seul. En aimant ton partenaire, tu le prépares à te quitter et à rencontrer le prochain partenaire. Nous savons que cela est difficile à accepter pour beaucoup d’entre vous. Mais dans l’ouverture et dans l’acceptation véritables se trouve le véritable lâcher-prise. C’est dans cette fluidité-là que naissent la richesse et l’accomplissement pour chacun d’entre vous, en vérité.

L’échec du mariage

Il n’existe pas d’échec d’un mariage. Un prétendu échec résulte de ce que vous supposez pouvoir fixer votre avenir et celui de votre conjoint dans le moment présent. Mais l’avenir n’existe pas encore en l’instant même de votre présent. Il est une période inconnue, un espace-temps à venir dont vous ne connaissez et ne pouvez cerner ni les influences de forces ni la signification. Vous voulez déterminer un avenir pour vous-même et votre partenaire sans prendre en compte les mouvements du temps à venir qui agiront sur chacun d’entre vous. À partir de l’instant de votre mariage, votre couple qui était libre auparavant est déjà prisonnier et vos champs vitaux se condensent. Vous êtes maintenant extérieurement et intérieurement prisonniers l’un de l’autre et de vous-mêmes. Votre hypothèse de départ de pouvoir décider de l’avenir s’avère un leurre. L’échec d’un mariage représente donc plutôt une dés-illusion, l’éclaircissement d’une situation bloquée, une libération de ceux qui sont impliqués même si cela n’est pas reconnu dans votre société de “maintien des choses“.

Laissez-nous développer un peu plus ce thème: il y a deux raisons majeures pour qu’un vœu de mariage, ou tout autre vœu impliquant l’avenir, ne puisse pas trouver d’accomplissement libre commun: premièrement, l’avenir se constitue par un libre jeu des forces et n’est, par conséquent, ni planifiable ni contrôlable. Deuxièmement, il interdit votre amour envers d’autres personnes et, par conséquent, envers une grande partie de vous-même.

Pendant longtemps, le vœu du mariage a été maintenu sans tenir compte de la nécessité du libre jeu des forces. Le fait d’imposer le OUI fatidique dans l’espace et le temps a toujours été un jeu “pour le meilleur et pour le pire“. Votre avenir s’est vu transformé en un présent de captivité dans un non-espace et un non-temps dans lesquels chaque pulsion et chaque mouvement était soit imposé soit réprimé. Il a fallu un immense déploiement de forces pour faire durer de telles “constructions de vie“. Mais, cette force, vous l’aviez! Et c’est ainsi que, des ères entières, vous vous êtes cantonnés sur vos “îlots de mariage“ isolés et avez perdu toute sensibilité pour la libre circulation.

De telles citadelles relationnelles peuvent (enfin!) échouer quand des forces libres affluent de l’extérieur et exercent une pression émotionnelle sur l’enclave étriquée du mariage. Quand la pression est suffisamment forte, les fissures apparaissent. À la base de chaque relation “mariage-espace-temps“, il y a une espérance spirituelle d’accomplissement qui expire si elle n’a pas été comblée au bout d’un certain laps de temps. Le vœu de mariage terrestre a alors perdu sa perspective et l’Esprit intervient pour l’interrompre, par exemple à travers le décès de l’un des partenaires, la séparation ou le divorce ou par la décision d’adopter une autre voie, un autre but, un autre choix de vie.

Les mariages se défont (se libèrent) d’eux-mêmes quand ils se sont accomplis par le libre jeu des forces, quand le projet inhérent à ce mariage est réalisé. Là aussi, on peut assister au décès du partenaire quand celui-ci décide de se tourner vers d’autres niveaux de vie, ou à la séparation qui permet de continuer sa route avec d’autres partenaires.

Bien sûr, vous pouvez libérer vos mariages par vous-même. Vous n’êtes pas obligés d’attendre que la pression extérieure se fasse sentir. Vous pouvez naturellement aussi protéger vos mariages de la séparation en les protégeant de la pression extérieure, en vous ouvrant intérieurement et en permettant à l’autre de s’ouvrir, en suivant vos impulsions et en permettant à l’autre d’en faire autant.

Le libre jeu des forces correspond à la sphère ouverte de votre conscience divine. Il reste vivant si, le soir, vous lâchez complètement prise à votre mariage et si, le matin, vous le réactivez en lui disant “oui“ pour la journée nouvelle. Dans cette “respiration“ alternative entre la mort et la résurrection, vous saurez un jour que le jour est venu d’y mettre fin – en amour, en paix et en reconnaissance pour le laps de temps merveilleux passé ensemble. Alors, à cet instant, la communion sacrée du mariage s’ouvre et libère ses membres pour qu’ils puissent prendre des voies nouvelles.

Soyez prêts à dissoudre chaque soir votre mariage et à le laisser se transformer. Ainsi, chaque matin, vous pouvez renouveler votre rencontre. Soyez prêts, chaque soir, à vous séparer. Soyez prêts à lâcher prise à tout ce que vous avez retenu ensemble, à permettre à tout ce que vous avez commencé ensemble de se terminer. Soyez prêts, chaque soir, à mettre véritablement fin à votre mariage terrestre et, en reconnaissance, à faire vos adieux à votre partenaire et à la vie. Ayez confiance et soyez prêts à recevoir ce qui veut venir à vous pendant votre nuit physique, là où l’Esprit est en éveil et souhaite peut-être procéder à une séparation. Ayez cette certitude: ce ne sont que les scories de votre amour qui mourront, que le poison de vos sentiments, les acides de vos peurs. Ce qui fait réellement partie de vous se réveillera avec vous et se cristallisera. C’est comme cela que vous sortez de la captivité émotionnelle de vos familles terrestres et de celle des tombes familiales des générations précédentes.

Exercice

Rétrospective dénuée de regrets

Considère maintenant ton mariage ou ton couple (tous les mariages ou couples que tu as vécus) du point de vue spirituel. Tes parents et tes partenaires t’ont donné la possibilité, dans les… disons 50 premières années de ta vie, de te refermer, car c’est ce que tu désirais du point de vue spirituel. Pendant cette période-là, tu voulais laisser mûrir tes forces intérieures en ton corps. Ta vie est une mise en scène planifiée et réussie de courants spirituels et de processus d’évolution dans laquelle différents Maîtres et humains ont assumé divers rôles: des rôles agréables et des rôles ingrats, des services de Christ et des services de Judas. Bien sûr, tu sais entretemps qu’ils méritent tous ta plus grande reconnaissance et ton plus profond respect, même si tu ne sais pas encore comment gérer cela dans les sphères les plus profondes de tes blessures et de tes déceptions.

Ton ancienne vie est maintenant terminée. La coquille doit se briser. Le poussin doit sortir. La coquille va se briser et le “Maître-poussin“ va sortir! Le Phénix ne peut prendre son envol que lorsqu’il renait de ses cendres. Si, pendant 50 ans (pour reprendre notre exemple) tu as concédé à d’autres la chorégraphie de ta danse de vie extérieure et t’es contenté(e) de réagir, deux choses sont maintenant d’actualité:

1. La réflexion sur ta (tes) vie(s) de couple et séparation(s) qui laisse transparaître tes intentions, tes capacités et tes forces spirituelles

2. La décision pure et simple de “danser“ de toi-même dès à présent – avec amour et loyauté envers ta propre vie.

Méditation

Tu peux utiliser la méditation suivante de trois manières différentes.

1. Tu peux la pratiquer dans l’espace physique avec ton(ta) partenaire. Elle vous ouvre l’un à l’autre et permet un échange véritable et une compréhension profonde de l’autre et de soi-même.

2. Tu peux la pratiquer dans l’espace spirituel (en pensée) avec ton(ta) partenaire actuel(le) quand une relation ouverte n’est pas encore possible entre vous mais que tu la désires. En t’ouvrant à lui(à elle) spirituellement, sa fermeture se transformera.

3. Tu peux la pratiquer dans l’espace spirituel avec tes ancien(nes)s partenaires qui vivent ailleurs depuis longtemps. Elle te conduit alors en un endroit de toi-même qui te permet d’atteindre la paix et le consentement que tu n’avais pas encore réussis à trouver. Ainsi, tu peux guérir des séparations et des blessures qui remontent à longtemps en arrière mais qui saignent encore et font encore souffrir.

Rencontre dans la paix intérieure

Accepte la présence physique de l’autre.

Ouvrez vous à l’intérieur et décontractez-vous à l’extérieur.

Autorisez-vous à ressentir ce qui vous est étranger ainsi que les attraits physiques et émotionnels.

Décidez de les congédier le moment venu.

Autorisez-vous à prendre conscience de la pression intérieure causée par les attentes de l’autre

et de la congédier progressivement avec le temps.

Laissez la confiance s’installer, permettez une circulation intérieure.

Soyez ensemble, ne dites rien et respirez,

ressentez votre propre présence et décontractez-vous en présence de l’autre.

Accueillez en vous la nature de l’autre.

Décontractez les parties de votre corps qui sont tendues, soulevez les voiles d’ombre,

ouvrez les régions fermées, ré-haussez les énergies diminuées.

Respirez l’Obscur et la Lumière,

laissez tous les courants circuler librement.

Mettez les énergies bloquées en mouvement et permettez-leur de se libérer.

Il vous suffit de le décider pour que cela se produise.

Et cela se produit pour tous! Ce que tu vis à l’intérieur, ce que vous ressentez ensemble n’inspire pas uniquement votre seule présence, votre présent et votre avenir, mais également ce que d’autres personnes vivent ensemble. Car ton cœur est lié au cœur de tous les humains. De cette manière, tu traces des pistes, ouvres de nouveaux sentiers, cristallises la Lumière et l’Obscur de l’amour humain. Ta propre ouverture et votre ouverture réciproque, ta propre perception et votre perception réciproque de tes propres pulsions et de celles de l’autre créent un nouveau champ sur la Terre – pour tous.

Familiarisez-vous avec une nouvelle forme d’ouverture qui se produit au sein de votre propre intimité et qui peut s’y développer. Vous vous rendrez compte qu’il n’y a, dans les plus profonds replis de votre conscience humaine, véritablement rien qui soit étranger à l’autre et qui ne puisse être partagé avec lui(elle). Soyez courageux, ouverts et authentiques. La fin de l’Ancien représente le début du Nouveau.

Nous vous aimons au plus profond et vous honorons pour toutes les formes d’amour et de peur que vous ayez jamais crées.

Je Suis Saint Germain.

Je Suis Sabine.

Traduction française : Myriam Jabaly

http://www.kristallmensch.net/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email