ÊTRE ENSEIGNEUR

St. Germain Maria et Ohamah transmis par Sabine Wolf

Leçon 13

 

application/pdf Téléchargement – leçon complète avec graphiques (563.3 KiB)

Spirit et Sexus au fil des septennats

Sexualité et Amour de soi

La sexualité n’est pas un thème pour adultes, mais un thème pour enfants. À côté de l’amour maternel et de la nutrition, la sexualité représente dès le début un des thèmes les plus importants de la découverte de son corps, de son ressentir et de sa perception sensorielle. Elle commence dès le plus jeune âge par le jeu avec les parties génitales et les excrétions. C’est dans cette période-là que se trouve le levier pour la vie future des enfants, que les parents peuvent faire pencher sur le OUI ou sur le NON.

Durant les millénaires passés, il a été mis sur le NON. Et c’est véritablement à la soi-disant “éducation à la propreté“ du début du vingtième siècle qu’on doit une génération d’humains qui, pendant les guerres mondiales, trouvèrent du plaisir à maltraiter et à tuer. Car le fait de pouvoir découvrir sainement ses propres excrétions (excréments, sécrétions) et de pouvoir développer librement ses propres sensations sexuelles entraîne cette confiance originelle qui représente la force irrévocable de l’adulte qui préférerait se faire du mal à soi-même plutôt que d’en infliger à quelqu’un d’autre: le plus haut degré de fraternité humaine en tant que résultat et expression d’un profond amour envers soi-même.

À la fin du deuxième septennat, le système hormonal connaît une transformation intérieure massive en exécutant un basculement. Pendant les 14 premières années, la production de mélatonine dans l’épiphyse et dans le cortex a encouragé la bonne croissance physique. À partir de là, elle fléchit totalement et passe le relais aux glandes sexuelles. Les hormones sexuelles se forment alors dans la partie inférieure du corps entraînant la conscience physique et émotionnelle des adolescents vers d’autres contrées de l’attachement émotionnel – loin de l’esprit. Plus ils s’éloignent de l’esprit, et plus ils ont besoin d’un bon équilibre intérieur pour ne pas faire naufrage.

Et c’est de nouveau aux parents qu’il incombe de soutenir ou de réprimer la libre circulation dans la vie de leurs enfants, de faire pencher le levier vers le OUI ou vers le NON. Aident-ils leur enfant à entrer en douceur dans cette nouvelle région sexuelle et émotionnelle de sa vie, ou projettent-ils sur lui leurs propres déformations, “démonisant“ ainsi son ressentir? Car c’est exactement cela qui s’est produit au cours des millénaires passés: la génération précédente imposait le NON à la génération suivante. Chaque génération affaiblissait la suivante. De telle sorte qu’à la fin de cette ère, le niveau zéro de cette respiration spirituelle devait se voir atteint.

Considérons maintenant les deux septennats suivants: une approche physique et émotionnelle encore immature conduit dans le domaine des forces sexuelles – et aux tribulations, à la réglementation et aux limitations de toutes les parties impliquées. Ils sont eux-mêmes encore des enfants, les jeunes qui engendrent des enfants et les mettent au monde. Et c’est bien ainsi, car des corps jeunes peuvent mettre au monde des enfants sains. Mais ils n’ont pas encore atteint la maturité intérieure nécessaire pour les éduquer. Ils n’ont pas encore acquis la maturité de leur propre évolution.

Des corps âgés n’engendrent pas d’enfants sains mais possèdent la maturité intérieure pour les élever. Ils ont le recul émotionnel nécessaire pour maintenir entre eux et leurs enfants une liberté dans l’amour et une fiabilité d’engagement. C’est pour cette raison que l’éducation des enfants par les grands-parents représente la solution initiale et sensée de vos structures familiales. Les jeunes parents, eux-mêmes encore à moitié enfants, peuvent alors continuer leur propre développement qui n’est pas terminé au moment de la naissance de leurs enfants.

Le véritable amour envers soi-même sous-entend le fait d’assumer totalement sa propre sexualité. La sexualité n’est pas un acte entre deux personnes mais une entité qui habite dans chaque être humain. Tout comme chaque être humain possède un corps physique, il possède aussi une sexualité propre qu’il lui faut accepter avant de devenir en mesure de pouvoir vivre des relations sexuelles heureuses avec d’autres personnes.

Avant qu’il ne devienne possible de renoncer définitivement aux attouchements physiques, il faut qu’ils aient été connus et vécus en profondeur. La pomme ne devient sucrée que lorsque le fruit est mûr.

Les cinq initiations de Jésus

Les cinq initiations de Jésus sont l’élément-clé de l’enseignement chrétien: la naissance, le baptême, la transfiguration, la mise en croix et la résurrection. En fait, ces cinq étapes sont aussi anciennes que la dualité elle-même et on les retrouve dans toutes les religions et dans tous les mythes de la Création. Elles représentent les 5 étapes par lesquelles l’Esprit (Spirit) doit passer pour parvenir à l’incarnation (Sexus) et pour, y étant parvenu, s’en retourner en l’Esprit sans que le corps physique ne meure pour autant. Dieu vient sur la Terre – dans chaque humain, bien entendu!

Le premier seuil conduit l’Esprit à la vie terrestre par la naissance. Elle représente la fusion de ton esprit divin avec la densité de la planète, la séparation d’avec la patrie-mère, l’oubli de tes origines, la descente dans l’Obscur de la Matière.

Le deuxième seuil s’ouvre sur le baptême. Tu ne t’y vois pas lavé(e) de tes péchés, car il n’y a jamais eu de péché. Le baptême réunit plutôt, après 14 années de croissance physique et d’oubli spirituel et psychique, ton esprit divin avec ton corps physique et apporte tes objectifs spirituels et une partie de ta lumière dans le champ de la condensation et de l’oubli.

Le troisième seuil, tu le franchis par la transfiguration de ton corps. À la fin de ton quatrième septennat, ton corps émotionnel et ton corps mental sont développés et stabilisés. Entretemps, tu as fait tout un cheminement intérieur qui a laissé les trois quarts de ton corps devenir Lumière. L’eau de la Vie s’écoule de toi comme de la Lumière. Les trois quarts de tes sentiments, de tes pensées, de tes paroles et de tes actes ont leur base dans la force de la volonté spirituelle et dans sa puissance. Par la transfiguration de ton tissu cellulaire, le monde spirituel fait de toi un frère, une sœur et, à travers toi, descend sur la Terre.

Le quatrième seuil te conduit, à 33 ans, à la crucifixion de ta vie physique. Ton corps a atteint le plus haut degré de floraison et de force et son importance se trouve maintenant reléguée à la deuxième place. À partir de cet instant, l’Esprit divin règne en toi, ce même Esprit divin qui, 33 ans auparavant, fut à l’origine de la formation de ton corps. Tu peux renoncer à tout ce que la Terre a à t’offrir car, entretemps, tu portes la vraie Vie en toi-même. Tu peux alors te libérer entièrement du soucis que représente le bon développement de ton corps car le voilà dorénavant approvisionné à partir des sphères spirituelles. C’est pendant cette étape que la transfiguration se parfait entièrement. La matrice de ton corps physique s’aligne sur la matrice de l’Esprit et plus aucun besoin physique ne se fait plus ressentir. L’humain vivant en ton corps a emménagé dans un autre monde.

Le cinquième seuil représente le but de toute aspiration créative, de toute quête depuis le début des temps. La résurrection de l’Esprit dans le monde physique apporte la force divine dans ces sphères-mêmes qui, pendant des ères entières, n’ont été que le froid terreau de la semence de Lumière. La naissance de l’Esprit dans le monde physique représente la fusion de Spirit avec Sexus. C’est la naissance d’une nouvelle planète, d’une nouvelle galaxie qui rayonne dans le cosmos d’une Lumière plus claire et plus fine que jamais auparavant.

C’est la deuxième naissance de ta vie sur la Terre. Par elle, ton corps devient un instrument de l’Amour divin et de la Volonté divine sur la Terre.

Tu ne peux pas décider délibérément de prendre la voie qui mène à l’ascension. L’ascension est un mystère qui se produit de lui-même quand le moment en est venu. La dernière étape que tu puisses décider toi-même sur la Terre est de te rendre dans les enfers, de donner ton accord à ta crucifixion, tout comme Jésus le fit dans le jardin de Gethsémani. L’ascension se produit d’elle-même.

La sexualité en tant que recherche de soi

Tout comme par la nutrition, vous assouvissez dans la rencontre sexuelle vos besoins physiques, émotionnels et spirituels. Même si vous partagez cette rencontre avec d’autres personnes, votre objectif n’en reste pas moins celui d’assouvir vos besoins personnels.

Dans le contact physique avec l’autre, vous faites l’expérience de ces parties de vous-même dont vous êtes séparé(e) et qui vous manquent. Par le corps de l’autre, vous ressentez vos propres énergies psychiques séparées. Par le contact, les caresses et l’excitation, vous ressentez grâce à votre partenaire toute l’étendue et toute la dimension de vous-même qui vous est devenue étrangère. Les forces auxquelles vous aspirez à travers la sexualité sont de nature éthérique et spirituelle – elles ne sont pas terrestres, pas physiques, même si elles s’expriment dans le corps et sur la Terre.

Celui qui croit désirer et avoir besoin de l’autre n’a pas encore pris conscience qu’en profondeur c’est lui-même qu’il désire, c’est de lui-même qu’il a besoin. La sexualité s’avère souvent une utilisation abusive de la possibilité qu’elle représente d’une approche de soi-même. Votre ressentir, vos pensées et votre désir peuvent vous conduire à vous-même, à votre “milieu rayonnant“. Votre recherche de vous-même reste inassouvie aussi longtemps que vous focalisez votre ressentir, vos pensées et votre désir sur une autre personne – que ce soit dans le domaine de la sexualité comme dans tout autre domaine de la vie.

Une fois que tu t’es trouvé(e) toi-même, alors tu portes en toi la flamme de l’amour vivant – envers toi-même et envers les autres. Tu n’a alors plus besoin de sexualité physique. Tu n’es plus dans le “besoin“. Et si tu la vis à ce moment-là, tu y trouveras un accomplissement dépassant toutes tes attentes.

Les formes terrestres de l’amour et de la nutrition ont largement contribué à ce que les humains connaissent la misère, la violence et la maladie. Mais désormais le temps est venu de les transformer en vie florissante et en paix. La sexualité, tout comme la nutrition, appartient à la nature de l’amour physique qui, actuellement, est en voie de se spiritualiser et de se cristalliser. L’être humain lui-même est en train de se cristalliser et de s’en retourner vers sa patrie de Lumière, sans pour autant quitter son corps ou la Terre.

Se sentir étranger et se sentir proche

(transmission du 16.11.2004)

La rencontre sexuelle entre deux personnes est la rencontre de deux champs différents: la pudeur rencontre l’ouverture intime, le sentiment d’être étranger rencontre celui de se sentir proche. Dans leur étreinte, ils créent ensemble un champ nouveau fait de tension et de détente. Tant que la pudeur et l’ouverture perdurent, les rencontres suivantes demeurent en renouvellement permanent.

Cette énergie de ce qui vous est étranger, de pudeur, de virginité et de “primeur“ s’est perdue au fil des derniers millénaires. Car la sexualité y fut utilisée comme moyen de sécuriser des droits d’appartenance, de dissimuler des peurs et d’exercer un pouvoir sur l’autre.

Le champ de ce caractère étranger vous donne, dans l’approche physique, la possibilité de vous ouvrir totalement à l’autre, à l’“étranger“ justement. C’est un acte de dépassement des frontières: l’ouverture intérieure de nouvelles sphères encore inconnues de votre vie.

Le champ de l’intimité permet de se laisser aller complètement dans sa propre vie, de se livrer totalement à soi-même et de s’ouvrir à toutes ses propres sphères intérieures qui font Un avec celles de l’autre.

SEXUS OUVRE LES SPHÈRES DE SPIRIT.

SPIRIT OUVRE LES SPHÈRES DE SEXUS.

L’OBSCUR OUVRE LES SPHÈRES DE LA LUMIÈRE.

LA LUMIÈRE OUVRE LES SPHÈRES DE L’OBSCUR.

Par la purification, même un meurtrier peut devenir un grand initié et un “enseigneur“ pour les autres. Traversez les domaines de l’expérience. Ne vous arrêtez pas devant elles et ne restez pas bloqué(e)s en elles. Les sentiments de “se sentir étranger“ et de “se sentir proche“ sont des champs et des forces extrêmement sensibles qui agissent de façon diamétralement opposée. Utilisées de manière mesurée, elles créent en douceur des équilibres intérieurs. Vécues de manière extatique, elles vous conduisent à votre propre force en vous faisant tanguer entre de grandes vagues de joie et de douleur.

Derrière le fait de se sentir étranger vis-à-vis de quelqu’un se dissimule un champ d’incertitude. Il engendre, dans l’approche sexuelle, la capacité de fusionner avec cet “étranger“, la capacité de faire se fusionner les parties séparées et perdues de son Tout personnel. L’approche avec l’Autre engendre la capacité de s’ouvrir à tout ce qui est séparé de vous. Elle guérit la peur et la résistance vis-à-vis de ce qui est différent.

Votre désir de fusionnement avec ce que vous ressentez comme “autre“, avec l’Obscur souvent, exerce sur vous une grande fascination. Et c’est tout à fait normal car il vous amène à surpasser vos propres limites, à unifier des polarités opposées, à faire Un avec ce qui est séparé de vous. Car dans la rencontre avec l’Autre, la pudeur représente l’élément spirituel sur la Terre, l’inconnu – cette force-même qui porte votre réalité terrestre, qui fait tout le charme de votre corps physique. Dans la rencontre sexuelle avec l’autre, la pudeur et le don de soi sont identiques à ce qu’est, dans la rencontre de l’Humain (Sexus) et du Spirituel (Spirit), la rencontre de l’étranger avec le don de soi. Si vous rencontrez l’autre avec pudeur, votre confiance en votre “don de soi“ vis-à-vis de vous-même s’épanouit en même temps. C’est une relation spirituelle en croix entre les sexes (masculin et féminin) et les pôles de “ce qui est étranger“ et “ce qui est proche“, relation qui libère la croix de vie.

La sexualité en tant que force prêtresse

La sexualité féminine est la forme la plus condensée de la force d’amour de Marie, l’expression physique de l’acceptation inconditionnelle, du don de soi et de l’ouverture. Elle est compassion féminine dans sa forme la plus agissante, une force originelle passive qui rayonne une grande puissance et amène la guérison. Grâce à la sexualité féminine, l’homme peut recouvrir son entièreté, devenir sain. Des cycles entiers de développement masculin peuvent, à travers la sexualité féminine en circulation libre, guérir après coup. D’autres cycles peuvent être raccourcis ou se voir accomplis plus rapidement que la vie ne l’aurait permis autrement. Ainsi, les jeunes guerriers et jeunes prêtres étaient initiés à la sexualité et à son accomplissement par des “prostituées des temples“, grandes prêtresses des mystères de l’amour, avant de commencer leur service dans les monastères ou les maisons royales pour que, plus tard, ils ne se retrouvent pas étouffés sous le poids de leur propre pulsion inassouvie. De tels hommes devenaient des guerriers et des prêtres droits, forts et chaleureux. En revanche, votre célibat actuel, dénué de la magie de la puissance d’amour féminine, a laissé vos prêtres, vos guerriers et vos hommes devenir des bêtes féroces ou des eunuques dégénérés, tout simplement parce que la descente de leur esprit en leur corps n’a pas pu s’accomplir.

Ici, la femme est celle qui donne, la Créatrice, et l’homme celui qui reçoit, la Créature. Mais il reçoit pour devenir Créateur à son tour. Ce que la femme ne donne pas, l’homme ne peut le laisser mûrir en soi. Ainsi, un monde d’enfants s’est développé. Un monde d’enfants affamés, non accomplis, dans de vieux corps en décrépitude. Ainsi s’est développé un monde d’auteurs/coupables et de victimes, aussi bien féminins que masculins.

La sexualité féminine est une force prêtresse qui laisse circuler librement les plus hauts courants spirituels, pour le bien de tous. Elle n’a aucun caractère de satisfaction personnelle, de réalisation de soi ou d’autosuffisance. Sa nature est une nature de guérison de la vie des autres. Cette sexualité véritable est totalement libre. Toute vie de couple ou mariage la détruirait. Elle n’est liée à aucune norme de la société, à aucun codex, aucune morale et aucun devoir, pas même à une continuité ou un recommencement. Elle s’ouvre à l’instant même de l’épanchement de l’amour psychique et spirituel de la femme envers l’homme, lui-même ouvert et réceptif. C’est elle qui “ouvre“ l’instant et l’accomplit tout à la fois.

La domination de soi

Il ne s’agit pas de dominer les autres, mais de se dominer soi-même.

Il ne s’agit pas d’avoir la maîtrise sur les autres, mais d’avoir la maîtrise de soi-même.

Les instincts et désirs physiques pulsent dans les sphères profondes de l’inconscient. On ne peut les satisfaire. On ne peut que les assouvir provisoirement. C’est pourquoi ils ne cessent de se manifester – toujours réclamant, toujours affamés.

Ils sont les racines de votre “plante corporelle“ qui a soif d’eau et de nourriture, qui s’accomplit de manière toujours renouvelée mais meurt toujours, puis renaît à nouveau. La re-naissance n’est pas la même chose que l’ascension. La re-naissance renouvelle le cycle de la chair: la faim, le rassasiement, la faim, le rassasiement, la faim. La faim est éternelle, le rassasiement passager.

La résurrection élève la chair au-dessus de ce cycle. Le véritable accomplissement est éternel, la faim est libérée. La domination de soi conduit à la maîtrise de soi-même, à l’ascension et à l’accomplissement. Laisse ton esprit prendre part à l’histoire suivante:

Deux personnes qui s’aiment passent 40 jours ensemble dans une pièce sans contact physique. Elles parlent ensemble, se taisent ensemble, s’ouvrent mutuellement leur cœur et laissent tous les courants circuler librement. Ils reçoivent ce que l’autre émet. Ils rayonnent ce que l’autre souhaite recevoir. Puis, ils passent 40 nuits dans le même lit – de la même manière.

Durant ces 40 jours et 40 nuits, la force de domination de soi est mise à rude épreuve et, en même temps, elle croît. C’est la force du devenir et du fait d’être complètement Un avec soi-même. Le potentiel le plus fort règne dans la proximité immédiate de l’être aimé, de l’objet du désir. L’accomplissement ne consiste pourtant pas à assouvir ce désir de manière extérieure mais à le ramener de l’autre vers soi-même – de transformer le rapport à l’objet en un rapport à soi-même, de trouver à l’intérieur de soi ce qui s’exprime à l’extérieur. Par là, il se forme en chacun des deux cette force intérieure et cette entièreté-même qui rend l’autre superflu: l’homme devient pleinement homme en recouvrant sa féminité. La femme devient pleinement femme en recouvrant sa masculinité.

Pendant ces 80 jours, l’homme réintègre ses forces psychiques féminines ainsi que sa force féminine originelle. Du coup, sa conscience corporelle masculine guérit. La femme réintègre ses forces psychiques masculines ainsi que sa force masculine originelle et guérit en même temps sa conscience corporelle féminine. La réunification en l’Esprit se déroule avant la fusion des corps. Maintenant, aucun des deux ne souhaite plus avoir ni recevoir. Aucun des deux n’est plus dans le besoin et tous les deux veulent donner – se donner véritablement.

Après avoir acquis cette maturité, après ces 80 jours passés ensemble, ils sont en mesure d’insuffler à leur attouchement physique une grande force psychique et spirituelle. Le recevoir se transforme en donner et le donner se transforme en recevoir. Le rayonnement de cet attouchement hautement électrique s’étend bien au delà des champs vitaux des deux personnes impliquées.

Cette hygiène du ressentir et discipline du désir – le fait de retenir l’esprit physique débordant entraîne une transformation cristalline de la conscience. Le corps est habité par d’autres mouvements et d’autres courants qu’auparavant et ceux-ci lui donnent une forme différente.

Les courant spirituels de ces 40 jours et 40 nuits se produisent dans la conscience de la personne mais ils transforment aussi sa structure physique, la faisant sortir des anciens schémas du désir et du “vouloir posséder“, de la dépendance et de la frustration pour l’amener dans les sphères de la liberté totale de pouvoir donner ce qu’elle a apporté. Car l’action la plus belle que l’Esprit puisse mener dans le corps, c’est le don de soi.

De cette manière, ton corps devient l’instrument de L’Esprit Créateur, auquel tu appartiens toi aussi dans l’essence-même de tes sécrétions et de ta respiration – libre de tout germe de maladie, de conception involontaire, de violence… libre de tout contraceptif et de médicaments qui ne sont nécessaires que lorsque la force créatrice s’est asphyxiée dans le corps. C’est cela l’auto-habilitation spirituelle et sexuelle.

La séparation et l’appréciation unilatérale des pôles

L’un des deux pôles originels est la LUMIÈRE, l’autre est L’OBSCUR. L’une des deux essences originelles est FÉMININE, l’autre MASCULINE. L’une des deux entités originelles est SPIRIT, l’autre SEXUS. Lors de vos ères précédentes, il n’y avait qu’un des deux aspects qui était accepté au détriment de l’autre. Entre les deux pôles, il y avait une séparation, un fossé, une paroi, une frontière ou un mur, toujours sous surveillance, toujours entretenu et consolidé. C’est ainsi que se sont créés des déséquilibres énormes, des zones mortes ou remplies de pénombre qui, selon le pôle qui était dominant, engendrèrent des forces agissantes spécifiques dont l’objectif était de maintenir l’assujettissement du pôle réprimé.

Cela a fait partie de votre “jeu d’évolution“ et cela a fonctionné pendant longtemps. Mais arrivées à la fin de leur cycle, au point de retournement, les forces dominantes provoquent le contraire de ce qui était auparavant: l’écroulement de l’ancien système de séparation, leur propre écroulement – et, ce faisant, le rééquilibrage des pôles. C’est un rééquilibrage douloureux après un cycle douloureux auquel, arrivés à la fin de votre “partie“, vous ne pouvez échapper – malédiction et bénédiction à la fois, car la séparation est un instrument de votre propre descente. Elle a régné jusqu’à son point zéro en l’an 2001, puis a commencé à s’éteindre d’elle-même. Depuis, la séparation et l’exclusivité sont des entreprises vaines – aussi bien dans votre société que dans votre vie amoureuse et dans votre corps.

Il n’empêche que jusqu’à cette échéance, le maintien impératif et obsessionnel de l’uni-polarité a été possible et permis. Et vous l’avez maintenue au prix d’immenses efforts intérieurs et extérieurs et en avez fait, par une énorme dépense d’énergie, votre seule réalité possible. Mais elle n’était depuis le départ qu’une illusion dans votre jeu dont vous saviez naguère qu’il vous faudrait vous en séparer à la fin. Donc, si vous essayez encore malgré tout d’entretenir la séparation, il vous en coûtera toutes vos forces vitales sans que vous n’obteniez de résultat ou de profit. Car depuis le changement d’ère, elle est devenue un immense gaspillage d’énergie. Examinons maintenant quelques exemples ci-après.

Spirit sans Sexus

Dans vos religions et dans vos églises, l’Esprit (Spirit) et le corps (Sexus) sont séparés. L’Esprit est rehaussé, le corps amoindri. Mais si Sexus meurt, Spirit meurt alors lui aussi, car ils ne peuvent vivrent que par “vivance“ commune partagée. Mais ce n’est pas alors d’une vraie mort qu’il s’agit, mais d’une “mort-zombie“ ou “coma de pénombre“, une vie morte ou une mort vivante. Ce qu’il en résulte, c’est un faux-Esprit dans un corps malade, fêlé et insatisfait, un faux-semblant et une grande solitude intérieure. C’est ainsi que sont apparus dans vos églises l’obligation, la peur et le contrôle, le fondamentalisme, la violence et la domination des autres. La mainmise et la dépendance devinrent possibles, tout comme la stagnation et le rétrécissement, les psychoses et la schizophrénie, la dépression et les symptômes maniaques en grand quantité et dimension.

La plupart de vos enseignements religieux est basée sur cette séparation. L’entité féminine originelle, l’Obscur et Sexus y sont maudits. On les a mis dans un “gobelet d’évolution“ et, comme des dés, on les y a fortement secoués. C’est ainsi que fut créé votre péché originel qui est de nature féminine, obscure et physique. Une société exclusivement “masculine-spirituelle et lumineuse“ construisit une réalité exclusivement “masculine-spirituelle et lumineuse“ dont le seul but résidait dans le fait de dominer le pôle réprimé et de ne plus jamais le libérer. Et c’est ainsi que geôliers et prisonnières cheminèrent vers leur fin pour y mourir ensemble. Mais il faut que cette mort soit une “mort en Lumière“ et qu’elle entraîne une véritable transformation. Vous avez eu des temps pleins de mauvaise foi – mais sacrés cependant car ils ont permis à vos racines masculines, spirituelles, lumineuses et cosmiques de s’implanter profondément dans le terreau féminin obscur du sol physique de la Terre. Vous vous êtes fortifiés et une multitude de fleurs et de fruits poussent sur votre arbre de vie.

Sexus sans Spirit

Posons notre regard sur l’autre zone qui s’est développée du fait de la séparation hermétique entre les pôles. Celle que “tous les bons esprits“ ont quittée, celle-là s’ouvre au non-Esprit. Une conscience étrangère, démoniaque, a pu s’installer dans votre vie et votre pensée, dans votre corps et votre ressentir: la maladie est apparue – simplement par le fait de retenir votre respiration entre les pôles. Vos corps se sont mis à vieillir et à déchoir. Chacune de vos pulsions internes se vit assaillie par la dépendance, la peur, la pression et s’en retrouva bloquée bien avant d’entrer dans votre “danse de vie“. Ce qu’il en resta, ce fut une communication brisée et bloquante à tous les niveaux. Vous avez commencé à accepter comme une “évidence de vie“ tout un immense éventail de maladies, de coups du sort, de morts, de naissances non-désirées et anormales, de violence et de détention, de misère et d’épidémies.

Dans vos relations extérieures, on vit apparaître une multitude incroyable de formes de violence et de peur, de commerce et d’esclavage de vos âmes. Vous avez fait de Sexus, de votre vie physique, la seule réalité existante de votre vie. C’est ainsi que vos industries pharmaceutiques ont vu le jour. C’est ainsi que votre modèle d’instruction, exclusivement basé sur une pensée disséquante et dénuée d’inspiration, vit le jour. C’est ainsi que vos systèmes d’éducation et de prise en charge, dénués de perception intuitive et orientés sur les plus bas instincts, ont vu le jour également.

C’est ainsi que naquit l’esclavage de votre sexualité avec votre traite des hommes, des enfants et des femmes à l’échelle mondiale. C’est ainsi que naquit la plus grande partie de votre système juridique et système de détention. Et, bien sûr, toutes les églises et palais de justice, toutes les branches de l’économie et les industries du sexe sont étroitement tressées entre elles. Car, en profondeur, aucune d’entre elles ne peut exister ou développer de perspectives sans les autres. Ainsi, par la séparation des pôles, vous vous êtes tous avilis dans la “saleté du monde“ pour finalement, à la fin du temps, vous y ré-Unir.

Souffrances des pôles séparés

02.12.2004

Pendant de nombreux millénaires, la première souffrance dans la vie d’un être féminin est apparue juste après la conception: ne pas être du sexe désiré, le fait d’être une fille. Et dès la naissance, elle subissait une privation d’amour et de reconnaissance. Ce rabaissement de la valeur vitale s’est profondément imprégné dans le tissu cellulaire. L’obligation précoce de travailler, de s’occuper de ses frères et l’interdiction de laisser libre cours à ses propres aspirations lui volèrent sa jeunesse.

Au sein de la société masculine, les filles n’avaient aucune valeur. Elle n’obtenaient aucune “nourriture“ psychique et ne pouvaient pas se développer en femmes vivantes et matures et en mères. Plus tard, elles ne trouvaient rien d’autre que la perpétuation de leur traumatisme d’enfant. On les mariait avec des hommes qui continuaient leurs tribulations – et leurs fils devinrent une réplique de leurs pères. Dans leur rôle de mère, elles transmirent à leurs enfants, sans s’en rendre compte, le jugement de valeur qu’elles avaient subi elles-mêmes: les filles avaient moins d’importance que les garçons. Souvent même, les filles avaient à subir la haine contre soi-même éprouvée par leurs mères. Tous les hommes fondamentalistes, violents et misogynes sont les fils de mères qui ont assimilé et reproduit ce potentiel-là sans en avoir conscience.

Les femmes sont des êtres du don de soi et de la conception. Sous leur forme non-libérée, elles se donnent au diktat masculin et y subissent l’humiliation. Elles sont sans résistance. Les femmes sont des êtres qui nourrissent et qui protègent. Sous une forme non-libérée, elles nourrissent leurs enfants en leur transmettant le sentiment d’être de moindre valeur et protègent et perpétuent les formes de leur captivité psychique. Psychiquement parlant, elles sont sous-alimentées et sans force, sans sagesse vivante – victimes d’un système masculin – et complices de son maintien à la fois.

Bien sûr, tout cela est fondé sur une sagesse particulière. Bien sûr, aucune journée, aucune vie ne s’avèrent perdues. À la fin des ères, la femme va lâcher prise aux anciens schémas et se trouver elle-même. Elle va ouvrir les coffres-forts dans lesquels sont enfermées ses essences féminines, va connaître croissance et rayonnement. À la fin, elle aura acquis la connaissance profonde d’avoir une infinité de choses à donner, juste parce qu’elle est une femme.

Le premier traumatisme masculin sur la Terre est d’avoir une mère qui se trahit elle-même en ne vivant pas sa féminité. La première expérience de confusion profonde est celle de se voir traité de manière supérieure à ses sœurs. Toute l’attention dont elles sont privées, il la reçoit, lui. Il s’en retrouve surchargé psychiquement, il en est débordé, étouffé et isolé – tenu spirituellement à l’écart par ses sœurs et séparé.

Mais ce qui le sépare de ses sœurs le sépare également de cette force féminine qui fait partie intégrante de son être propre. S’il est le seul garçon, il se retrouve en même temps isolé et sous une haute exigence morale et forte attente de ses parents. Il se retrouve sous pression, ce qui peut s’exprimer par de l’asthme, de la dépression ou une disposition à la violence. S’il y a plusieurs fils, un facteur de concurrence vient s’y ajouter, de lutte et d’affirmation des forces.

Selon son tempérament et sa mentalité, il deviendra un tendre ou un macho. Dans les deux cas, l’élément masculin en soi se retrouve suraccentué et isolé. Le tendre refuse sa masculinité et cherche son salut dans une féminité arborée, il dénie son propre sexe. Le macho, au contraire, l’affiche sans mesure ni finesse, jusqu’à en friser le ridicule. Dans les deux cas – le cas des filles et des garçons se retrouvant en position isolée – les énergies masculines et féminines se retrouvent doublement séparées: les filles sont séparées des garçons, et les énergies masculines et féminines sont séparées en chacun d’entre eux. Aucun d’eux ne rencontre l’autre sous sa nature véritable. Aucun d’eux ne peut donner à l’autre ce qu’il possède. Aucun d’eux ne peut recevoir de l’autre ce dont il a besoin. Aucun d’eux n’apprend à se connaître soi-même et à s’estimer. Les deux natures meurent de faim l’une à côté de l’autre.

Les organes et symptômes de Sexus

La conscience spirituelle (Spirit) s’est fabriqué le corps (Sexus) afin de pouvoir faire l’expérience de la séparation d’avec soi-même et de l’étudier pour pouvoir finalement se réunifier. L’esprit corporel inférieur (l’égo) a construit des maladies par lesquelles il peut ressentir et étudier la signification de son corps. La dualité de votre lutte et de votre amour ne peut pas trouver de moyen d’expression plus direct qu’à travers vos organes sexuels masculins et féminins:

Le pénis et le vagin sont comme l’épée et son fourreau.

Si l’épée y repose, il règne une paix provisoire.

Si l’épée est tirée, alors il règne une menace permanente.

Les organes

Le vagin est le fourreau féminin de l’épée masculine. Il est l’antichambre des enfers sexuels tout comme du temple du désir de soi et de l’autre. Il est l’endroit de la fusion temporaire de l’homme divisé. L’orgasme permet, un bref instant, un contact entre l’unité spirituelle et le corps physique, la libération des jougs de la dualité.

L’utérus est le “nid“ de tous les petits guerriers et guérisseuses du monde, de tous les tyrans et de tous les libérateurs. C’est dans cette grotte originelle de la vie physique que se développe chaque être qui continue ensuite son évolution vers le haut à travers la guerre et la paix, la souffrance et le pardon. L’utérus possède une musculature particulièrement forte, caractère typique de la force masculine dans le corps féminin qui protège ici le fragile réseau féminin.

Les ovaires sont les salles au trésor de la fécondité féminine d’un peuple. En eux se dissimule tout l’héritage féminin de l’évolution humaine et la mémoire de son développement spirituel.

Le pénis est le sceptre de la puissance masculine dans les sphères physiques. En tant qu’épée, il veut retrouver son fourreau pour y puiser la guérison après la guerre. En tant que lance, il exerce sa puissance et défonce les portes fermées, ouvre ce qui ne peut ou ne veut pas s’ouvrir de soi-même. En tant que canon, il envoie une décharge surabondante de vie masculine (le sperme) dans la grotte originelle féminine et dispense ainsi la vie nouvelle. La douceur, la tendresse et la pénétration forment ici une lignée commune avec la paternité attentionnée et la violence brutale.

La prostate est la gardienne du seuil. Il lui faut assumer ce double rôle et avoir une conscience profonde de ces deux entités (le Guerrier et la Guérisseuse). Ici, il est requis une grande sensibilité quant à leur équilibre ainsi qu’une grande confiance en elles. Cela s’exprime dans la sexualité et la vitalité masculine, en particulier lors de la deuxième moitié de la vie, quand le jeune Guerrier de la première moitié se voit poursuivi par des sentiments de culpabilité magnétisants ou par une conscience créatrice électrisante.

Le gland est considéré comme l’ogive explosive de l’arme masculine, comme le fer de lance de la virilité. En effet, le donner et le recevoir du désir et de la vie sont ici de nature guerrière. Car le Guerrier non-libéré tout comme le Créateur non-libéré stimulent leur désir de procréation en détruisant les obstacles, en enfonçant les portes fermées et en se frayant par la lutte un passage vers la vie nouvelle.

Les testicules sont les chambres au trésor de la fécondité masculine d’un peuple. En eux sont déposés la totalité de l’héritage masculin de l’évolution humaine et la mémoire de son développement spirituel.

Maladies, symptômes et évènements “courants“ tels que mariage, naissance ou séparation

Dans ce chapître, vous trouvez des exemples choisis parmi nos Analyses Spirituelles des dernières années. Les noms et détails spécifiques ont été modifiés.

Les symptômes évoqués ci-après sont évidemment examinés plus en profondeur lors d’une analyse complète. Ici, nous nous sommes contentés des symptômes concernant les organes sexuels. Ainsi, par exemple, la naissance de chaque enfant possède, en plus de sa signification d’ordre supérieur, une signification personnelle spécifique. C’est pourquoi nous traitons ici ce thème à plusieurs reprises. Les chiffres entre parenthèses représentent l’âge ou la date pour les personnes concernées. Nous vous les indiquons (légèrement modifiés) pour votre orientation. Les parties en italiques représentent les descriptions des patients. Les alinéas présentent les conseils pour la solution et la libération des cas décrits.

Exercices

Il est bien évident que vous vous reconnaîtrez vous-mêmes à maints endroits de ces descriptions de symptômes. Pendant la lecture, laissez votre âme et votre esprit circuler librement, laissez les larmes couler, les larmes de souffrances et celles de joie. Exécutez les exercices, les réflexions et actes de guérison que nous donnons ici en les transposant pour votre propre vie. Considérez les arrière-plans spirituels de vos souffrances comme des perles spirituelles dans la “mangeoire aux cochons“ terrestre et, par votre volonté et votre amour, laissez-les rayonner de telle sorte que cette “mangeoire aux cochons“ puisse se transformer en ce qu’elle est véritablement: une coupe de la Vie de l’humanité terrestre.

La naissance dans la vie terrestre

Quelques temps avant et après la naissance dans la vie physique, la conscience de l’âme est en ouverture. Tu as la vision complète de ta douce vie dans les sphères spirituelles et de la vie amère qui t’attend sur la Terre. La brève vision anticipée de ce qui serait à venir a entraîné pour beaucoup d’entre vous des réactions de choc qui se sont traduites par des complications au moment de l’accouchement, par des crampes et des psychoses s’exprimant en vous-mêmes et en vos mères. Pendant votre jeune âge, en grandissant, les sphères de la conscience se sont refermées, et le moment où tu as commencé à parler correspond à celui où tu as perdu la mémoire de ton être originel. Ta naissance dans le paysage terrestre a signifié dans un premier temps la perte de ta nature divine. Elle s’est manifestée à travers tes premières peurs – une expression de la division originelle entre ton Esprit (Spirit) et ton corps (Sexus). Mais, pendant ton enfance, il était nécessaire que tu te détournes de Dieu pour pouvoir amener ton corps à son épanouissement et en faire un instrument de l’Esprit.

Symptômes infantiles

(1941) Naissance en tant que quatrième enfant

Mon père était très déçu. Il aurait aimé que je sois un garçon. Il ne m’a jamais acceptée en tant que fille.

Ce souhait de ton père d’avoir un garçon après trois filles est compréhensible. À travers son fils, un père se désire inconsciemment SOI-MÊME. Il désire un miroir, un rajeunissement une prolongation de sa propre vie. Et bien que tu aies opté pour un corps féminin, tu es plus un “fils“ pour lui qu’il ne le pense. Les énergies masculines de l’activité, l’aventure, la capacité de s’imposer et du courage sont en éveil en toi.

Voilà le thème qui commence dès ta naissance: “Si ton père terrestre t’abandonne ou ne te reconnaît pas, cela signifie que ton Père céleste (ton “Soi“ masculin) te garde, dès le début, sous sa protection.

Dans ton enfance, tu n’as connu ni relation paternelle ni relation avec un frère. En tant que “petite dernière“, tu étais totalement libérée des obligations familiales qui s’étaient réparties sur tes sœurs aînées auparavant. De plus, ton âme a décidé de passer les premières années d’existence dans un certain isolement pour permettre à ses potentiels bipolaires (féminin – masculin) de se développer sans être trop tôt “dilués“ ou influencés par la société humaine. Cet isolement a servi à concentrer en toi tes propres forces psychiques.

Ton manque de contact avec ton père, qui s’est heureusement déroulé sans agression et sans pression, t’a permis t’explorer tes propres forces psychiques masculines. Ainsi, la quête de toi-même qui s’est produite de bonne heure chez toi a pu trouver l’espace nécessaire et se développer rapidement. Tout cela, tu n’as pas pu t’en rendre compte consciemment en tant qu’enfant, mais, dans les profondeurs de ta vie, tu as strictement suivi le plan que tu t’étais choisi.

Maintenant que te voilà arrivée à maturité, aies recours une fois encore à ceux qui t’ont,

par leur service de Judas, aidée à devenir celle que tu es.

La déception concernant ton père pulse en toi aujourd’hui encore.

Acquiers une compréhension profonde pour son souhait d’un prolongement masculin de sa

vie à travers ta personne et bénis-le pour cela.

Acquiers une compréhension profonde pour ta nature masculine dans ton corps féminin et

sanctifie-la.

Rends-toi au plus profond de ton cœur, là où, de manière naturelle, tu es féminine et

masculine à la fois, et, à partir de là, retourne en arrière au moment de ta naissance.

Prends conscience des énergies, laisse venir les images, perçois ton ressentir d’autrefois

et décide de libérer toutes les ombres, tous les schémas et tous les voiles de ton enfance

et de ton adolescence.

Il te suffit de le décider pour que cela se produise.

Naissance en tant qu’aînée avant sept autres frères et sœurs

En tant qu’aînée, tu nettoies le corps de ta mère. Tu prends en ton corps tous les acides et toutes les toxines que ta mère a accumulés depuis son enfance. Ce sont des résidus de matière sensible et organique provenant de souffrances, de déceptions et de traumatismes. Nous les nommons “poisons de sentiments et de pensées“. C’est ainsi qu’en tant qu’aînée, tu ressembles plus à ta mère que tes frères et sœurs. Cette ressemblance te rend en même temps hautement sensible et vulnérable vis-à-vis de ta mère – rebelle, parce que tu vous ressens, elle et toi, à l’intérieur de toi-même et que tu n’arrives pas à concilier en toi ces deux énergies.

Tu te retrouves plus impliquée que tes autres frères et sœurs, et ce, non pas parce que tu es l’aînée mais parce que tu es la plus proche de la mère, parce que tu lui ressembles le plus. Parce que tu es aussi “mère“ (en tant que fils, “père“). Ta mère et toi, vous avez inconsciemment conscience de cette ressemblance et c’est pourquoi vous attendez toutes les deux la même de toi chose que d’elle.

L’enfant aîné est véritablement une âme forte et puissante, souvent un Maître spirituel, car il assume la souffrance de ce qui est ancien et l’introduction de ce qui est nouveau. L’aîné représente véritablement un modèle et un précurseur pour les enfants suivants et il en porte en lui la responsabilité. Mais cette dernière ne consiste pas à endosser le rôle terrestre de mère mais à développer sa force intérieure personnelle et, par cela, à devenir un modèle de sûreté et de réalisation de soi, un modèle de force et de clarté pour les autres. Beaucoup de gens et d’âmes indécises attendent justement que ce soient les autres qui fassent le premier pas pour y puiser le courage l’orientation de faire leurs premiers pas à eux. Et c’est là que se joue ton rôle de précurseur. La force est en toi, sinon tu n’aurais jamais postulé pour le rôle d’aînée.

Reconnais de tout cœur ta force intérieure en t’y ouvrant largement à l’intérieur et en la

laissant circuler en toi par une respiration profonde.

Permets-lui de se réveiller en ta vie, ici et maintenant, et de s’exprimer.

Assume la responsabilité de ta présence spirituelle sur la Terre et accepte que cela apporte

à courte échéance de grandes transformations dans ta vie.

Cette responsabilité n’a rien à voir avec du contrôle, de la pression ou de la culpabilité

mais exprime l’auto-habilitation, la circulation libre, la félicité et la force créatrice active.

Décris le plus précisément possible ta perception de ta responsabilité ancienne et de ta

nouvelle responsabilité.

Congédie l’ancienne et laisse croître la nouvelle.

Sans allaitement maternel à cause d’une allergie de la mère

Après ta naissance, tu as vite été quitté. Tu n’as pas reçu l’amour nourricier de ta mère parce qu’elle ne s’aimait pas elle-même et que des guerres s’étaient déclarées dans son corps. L’incapacité de ta mère de t’allaiter t’a en même temps protégé de recevoir les transmissions de ses aspects traumatiques. Dès le départ, tu as dû et n’as pu compter que sur toi-même. Cela montre que tu es un être fort qui a voulu dès le début être indépendant et conquérir le monde en cavalier-seul pour incarner ton esprit rayonnant.

L’allergie de ta mère montre son manque de volonté de vivre, son manque de disposition à accueillir le monde en elle – la nourriture, la digestion et la santé. Tu as, en tant qu’aîné et fils unique, hérité de son manque de contact et de tendresse vis-à-vis d’elle-même et des autres. Ces forces-là, cette mère-là, représentent la terre sombre, l’humus où tu as choisi de planter tes racines lumineuses. Il te fallait une croissance difficile mais prometteuse.

Bien sûr, tu as pris sur toi une grande partie de ses allergies. Car tu es aussi venu pour contribuer à la libération de ta mère. Les allergies représentent des conflits intérieurs entre une forte agression, une force créatrice masculine non-exprimée, et une haute sensibilité féminine, refoulée elle aussi. Les allergies proviennent d’une pensée de type “soit…soit…: “tel aspect a le droit d’exister, son antipode non“. Elles proviennent de la séparation des pôles. Mais les deux pôles veulent exister et être en mouvement ensemble. Les deux pôles sont très forts. Mais la raison dit: “Non, toi seulement!“ – et c’est le corps qui en subit les conséquences. Les allergies s’expriment par de fortes attaques et surréactions, par des réactions de mobilisation exagérées des hormones et des acides et par des réactions de défense incontrôlées contre tous les enzymes, acides et minéraux supposés ennemis. Ce sont des commandos d’attaque et des raids contre sa propre vie, des signes d’une ignorance massive et d’un déséquilibre des forces intérieures. Allergie signifie polarisation de la dualité à l’intérieur du corps, qui ne permet aucun compromis, aucune marge, aucune variété de choix en dehors du noir ou du blanc, de la VIE ou de la MORT! Une de ses caractéristiques typiques sont des exagérations et des conceptions erronées d’ennemis qui lui font combattre ses amis (la nourriture par exemple) et accueillir ses adversaires (des bactéries).

Ce qu’il y a de “génial“ dans cela, c’est que tu t’y retires complètement de la branche horizontale de ta croix de vie. Il ne t’en reste que le point central de conjonction et, finalement, la branche verticale oscillant entre ta Lumière divine et ton Obscur divin (voir la leçon 6 “Le cœur et la croix“).

Tu as trouvé là un magnifique champ terrestre où frotter et allumer tes grandes forces spirituelles pour finalement les amener à rayonner. Ton agressivité inconsciente a souvent été, dans ton enfance, le déclencheur de blessures qui t’ont été infligées par les autres. Comme ta mère avant toi, tu as fait l’expérience que la vivacité, la joie et la vitalité étaient non-désirées sur la Terre. Malgré tout, elles étaient fortement présentes en vous. Ce qui, dans l’enfance, commence par une répression mûrit et se développe finalement en une “vivance“ cristalline. Console-toi: “les meilleurs élèves reçoivent les tâches les plus difficiles“ et “plus ton cristal a de facettes, plus il a été façonné et plus il rayonne à la fin“.

Symptômes féminins

(22) Mariage avec…

Par le mariage, on assiste au début d’un transfert et d’une revitalisation des conflits provenant de l’ancienne famille dans une famille nouvelle. C’est à partir de ce moment qu’il apparaît à quel point tu as libéré les anciennes forces d’ “oppression, de peur et d’agression“ et la séparation des pôles masculin et féminin et à quel point tu souhaites, en tant qu’adulte et non plus en tant qu’enfant, continuer à évoluer dans ce sens. La nouvelle famille prend en charge, à côté des désirs et des espoirs non-encore réalisés, tout le côté étroit qui fait souffrir, et ce, en quantité équivalente à ce que chacun des partenaires du couple apporte de ses traumastimes d’enfance non-encore libérés. Vous expérimentez, cheminez ensemble sans vos parents extérieurs qui restent cependant présents dans chacun d’entre vous. Maintenant, les souffrances provenant de l’enfance et de l’adolescence peuvent continuer à être traitées ensemble et dans des conditions différentes.

Les “escarres“ de tes parents que tu as prises sur toi et n’as pas encore libérées, tu les transmets à ton premier enfant. Si, autrefois, il y avait un conflit ouvert entre toi et ton père, il s’exprime maintenant par un conflit entre ton ressentir féminin refoulé et ta pensée masculine dominante. Tu transfères l’ancien conflit entre toi et tes parents sur tes propres pensées et sentiments concernant ta position d’épouse féminine et la position de Peter en tant qu’époux masculin – et tu lui donnes en cela le pouvoir qu’avait ton père auparavant. Maintenant c’est toi la mère et lui le père et le jeu peut recommencer à nouveau – ou se transformer (en douceur ou par des souffrances, au début ou après de nombreuses années difficiles, selon l’attention et le choix que tu y mets).

(22-30) Naissance des enfants

Il en est de même pour la naissance des enfants. Tu leur transmets ce qui est en toi: les anciennes souffrances que tu as délivrées en toi s’épanchent en tant qu’énergies cristallines et fusionnent avec la conscience cristalline de l’être qui s’incarne. Ce que tu n’as pas encore délivré en toi malgré ton aspiration à le faire, tu le transmets en tant qu’énergie grise aux Maîtres qui deviennent tes enfants. C’est ainsi que tu portes, en profond amour de l’âme, toute la souffrance et l’Obscur de tes parents et des générations précédentes et tes enfants en font tout autant. Ils reprennent toutes tes souffrances non-libérées, tes questions, tes aspirations, tes désirs et tes peurs. Ce sont les aînés qui “écopent“ le plus. En même temps, ils sont venus sur la Terre en provenance d’autres mondes avec des intentions et capacités personnelles bien précises qui n’ont pas grand-chose à voir avec leurs cycles familiaux terrestres. Ils les utilisent plutôt (tout comme toi également) pour faire la connaissance et l’expérience de l’Humanité, pour apprendre de quoi elle souffre et comment l’aider. Ils sont venus pour réaliser leurs propres projets.

Donc, tes enfants reflètent d’un côté – à travers leur comportement, leurs réactions, leurs maladies – une partie de tes forces que tu rayonnes dans leur aura. D’un autre côté, ils sont embarrassés, encombrés par ces vieilles souffrances et énergies terrestres car ils aimeraient se consacrer à ce pour quoi ils sont venus. Mais ils sont, tout comme toi, livrés et soumis à ces forces pendant un certain temps. Une mère soi-disant “indigne“ ne peut désigner qu’une mère qui se néglige elle-même, qui renie et n’assume pas sa propre santé psychique, sa joie enfantine et sa force masculine. La meilleure “nourriture psychique“ qu’un enfant ou petit-enfant puisse recevoir est d’avoir une mère ou une grand-mère heureuse et vivante qui assume pleinement ses petites “misères“ intérieures et leur permet de se transformer.

Prends conscience, par ton cœur de personne adulte, de ce que signifie véritablement le rôle

de mère nourricière et protectrice. Quels sont les attributs que tu trouves pour toi-même?

Décèle quand et dans quelles circonstances tu ne t’es pas prise en charge toi-même et tout ce

qu’en conséquence tu as transmis de manière non-réfléchie à tes enfants.

Respire la Lumière du cœur cristalline (voir le site www.KRISTALLMENSCH.de: Méditation pour

la Terre / la respiration du cœur cristalline) et laisse-la rayonner dans ta vie.

Prends conscience du fait que cela illumine également la vie de tout ton entourage.

(27 / 29) Naissance du fils et de la fille

“Dès le premier jour, Sandra a demandé toute mon attention.

Simon est venu au monde avec le cordon ombilical autour du cou. Pendant six mois, j’ai pleuré et eu des agressions contre lui. Aujourd’hui, j’ai du mal à leur lâcher prise à tous les deux. Relation affectueuse très proche avec le fils. Je me fais toujours du soucis pour les autres (enfants, collègues, parents, frères et sœurs). Il faut toujours que je prie pour les autres et que je me libère de pensées angoissées. J’ai la manie d’aider les autres. Je n’arrive pas à supporter quand les autres ne vont pas bien.

J’ai tendance à les contrôler. Depuis le début de ma vie professionnelle et la naissance de mes enfants, j’ai eu beaucoup de stress, j’ai beaucoup pleuré et ressenti de l’agression envers moi-même. J’ai un besoin presque accro de savoir ce que les autres pensent et ressentent, je contrôle les enfants par soucis de ce qu’ils se portent bien.

Je sens de loin quand quelque chose n’est pas “comme il faut“ et ça me rend nerveuse. Le lien spirituel entre Simon et moi est très lourd à porter. Aujourd’hui, il a un comportement très agressif envers moi.“

Il peut sembler que la raison du contrôle et du refoulement soit le soucis des autres soit. En réalité, la vraie raison en est la négation de ta propre capacité à aimer – très développée en toi – la faculté d’amour d’une Marie, la capacité d’être mère d’une multitude d’enfants. Le besoin de savoir ce que les autres pensent et ressentent dissimule pendant un temps ta nécessité de laisser s’épanouir tes propres sentiments, positifs et négatifs. Comme tu possèdes une Lumière intérieure extrêmement grande, tu es venue t’incarner dans un champ extrêmement obscur dans lequel tu pouvais prendre racine. Et deux choses se sont développées simultanément:

Du point de vue extérieur, ton “ventre“ (peur et crainte) a complètement accaparé ton égo et transmet sans cesse à ta tête un besoin de prendre des mesures: il faut soit qu’il contrôle, soit qu’il intervienne, soit qu’il prie! Ton intellect est devenu l’esclave des impulsions négatives de ton ventre. Tu es venue sur Terre avec l’intention de délivrer la souffrance, la douleur et la peur. Ainsi, dans ta tendre enfance, tu as donc choisi de souffrir “avec“, d’avoir mal “avec“ et d’avoir peur “avec“. Ensuite, à partir de ta 4ème année, tu as fait la connaissance du contrôle et du refoulement, tout d’abord envers toi-même puis pour les utiliser. Ainsi, dès l’âge de 5 ans, tu avais déjà rassemblés tous les moyens et outils nécessaires. Ils ne devaient plus que mûrir en toi. Ils l’ont fait et sont devenus forts, puis se sont finalement retournés contre toi.

Car, quand il n’est pas transformé de manière consciente, le principe se perpétue et engendre des structures similaires dans le plan extérieur. Celui qui se refoule lui-même, il opprime aussi les autres – et se retrouve opprimé par les autres. C’est un jeu perpétuel. Tes enfants sont venus au monde dans ce champ bien précis de ta propre peur et de ton propre refoulement, de ton “souffrir avec“ et de ton contrôle. Ils ont parfaitement assouvi ton désir encore inconscient qu’on ait besoin de toi et d’être utile et irremplaçable. Parallèlement, ils ont cherché à s’en défendre par tous les moyens qu’ils avaient à leur disposition car ce sont des êtres autonomes et indépendants de toi.

La clé de cette situation: le désir inconscient qu’on ait besoin de toi et d’être irremplaçable n’est que l’expression infantile de ta force spirituelle mature qui peut véritablement aider, nourrir et libérer à l’échelon mondial. Mais cette force devait préalablement mûrir profondément en toi, alors qu’à l’extérieur tu exerçais le contrôle, souffrais et priais.

Mets maintenant un terme à ce jeu. Le temps en est venu et ta Lumière intérieure est arrivée à maturité.

Commence une nouvelle vie lumineuse en laissant l’ancien derrière toi et en libérant ceux que

tu appelles “mes enfants“. Ils ne sont pas tes enfants. Dans les sphères spirituelles, seuls les

êtres qui sont au dessous de toi dans leur évolution intérieure sont tes enfants. Tes enfants

terrestres sont au dessus de toi. Mais des milliers et des milliers d’humains attendent la Mère

divine en toi, qui est Marie et le Christ à la fois.

Échange le “souffrir avec“ par le “ressentir avec“. Prends conscience de toi en tant qu’être

fusionné avec tous les enfants abandonnés et tous les adultes désespérés, capable de ressentir

comme eux mais sans souffrir. Perçois que derrière chaque masque de souffrance se trouve

une âme lumineuse qui désire être découverte et dégagée – il en est ainsi pour toi comme pour

tous les autres également. La découverte relève du cœur, le dégagement et la libération sont

une question de respiration. Car dans votre cœur, vous êtes Un. Réveille ce cœur-Un en toi et

respire la compassion et l’acceptation.

(25) Interruption de grossesse avec grosse perte de sang (opération)

La grotte originelle de la vie est du domaine de l’Esprit et du corps féminin. Ici, ils sont tous deux profondément “Un“ – au commencement et à la fin. Les forces féminines : le recevoir, le ressentir, la passivité, le laisser arriver et le nourrir se trouvent ici dans leur coefficient le plus élevé et restent non-découvertes par l’extérieur. L’utérus est l’incarnation de la Source de Vie qui, à cet endroit, commence à croître en toute fertilité et protection.

L’enfant à naître s’enfuit de cette “grotte“ quand il a de bonnes raisons pour retourner dans sa patrie originelle spirituelle. Pendant qu’il se développe dans le corps de sa mère, l’enfant prend sur lui les aspects psychiques non-délivrés, les “poisons sentimentaux“ et acides corporels de sa mère et de toute la lignée des mères-ancêtres. Si cet héritage s’avère trop lourd, cela peut déclencher l’arrêt abrupt du développement. Pendant que l’enfant prend la fuite, la mère en fait autant: elle se retire, elle aussi, d’un surmenage physique, psychique et spirituel quand la situation devient trop difficile. Dans les sphères spirituelles, il règne entre eux deux un accord commun.

L’égo de la mère renvoie l’âme de l’enfant en tant qu’hôte non-désiré parce que celui-ci est encore en lutte avec sa propre âme – et un adversaire à la fois lui suffit. Les inflammations éventuelles qui peuvent accompagner ce processus expriment les conflits qui font pression: le stress (résistance envers sa propre respiration), la perte de sang (le relâchement de sa propre sève vitale), la surcharge (l’ignorance de sa propre force intérieure).

L’interruption de grossesse est voulue par la mère et l’enfant en même temps. Dans le fait que – jusqu’à ce jour – tu te sois privée toi-même de ta propre sève vitale par une attitude de NON s’étendant à des dimensions entières, on assiste à la répétition du déroulement de ta propre naissance. À cette époque, ton âme voulait elle aussi se retirer. Ce qu’elle voyait se dessiner pour elle lui paraissait trop dur. Mais l’Esprit ne l’a pas permis. Il a prononcé un OUI et n’en a pas démordu. L’âme est restée cependant confinée dans le NON. Et cela se transforma en un cheminement de vie pendant lequel tu faisais une tentative de suicide inconscient après l’autre. Mais ton esprit ne démordit pas du OUI. Il voulait que ton corps vive pour pouvoir en prendre possession une fois arrivé à maturité. Ainsi, pendant cette interruption de grossesse, tous les traumatismes liés à ta propre naissance sont remontés en surface. Et ils étaient si nombreux qu’ils t’ont poussée dans la dépression – et ce, uniquement pour que tu puisses libérer ce NON à la vie et le transformer en un OUI. Après toutes ces années douloureuses de confusion extérieure et de mûrissement intérieur, tout n’est plus aujourd’hui qu’une question de prise de décision de ta part.

Mets-toi en accord avec la décision prise par ton Esprit pro la vie.

Décide de dire OUI également. Fais-le en grande ouverture du cœur et par la respiration profonde.

Le refus de ta propre vie a entraîné ton incapacité de nourrir une vie supplémentaire (l’enfant).

Reconnais ce refus de toi-même et permets-lui de se mettre en mouvement et de se dégager de toi.

Traverse les sentiments et énergies qui en découlent.

Construis-toi un “nid“ physique et psychique au creux duquel tu peux te réconcilier avec le

thème “donner et recevoir le cadeau de la vie“.

(31) Perte de l’enfant en troisième mois de grossesse – naissance prématurée

L’égo de la mère décide au moment crucial de rester “créature“, de ne pas assumer la responsabilité de la vie nouvelle et préfère rester lui-même enfant. Une faiblesse “immunitaire“ locale entraîne l’inflammation du vagin. Ce qui sonne bénin est en fait un processus ingénieux, une force défensive, qui déclanche une guerre (inflammation) en faveur de la force créatrice masculine dans le centre même de la féminité. Cette stratégie prouve déjà à elle seule la présence d’une maturité intérieure à la “pater-maternité“. L’inflammation augmente et déclanche des contractions.

Une âme privée de sa force féminine ne parvient plus à défendre et à protéger l’entrée physique (le vagin) dans son propre monde intérieur. L’égo est en lutte avec l’âme. C’est un conflit entre son propre “penser“ (masculin) et son propre ressentir (féminin) ainsi qu’entre un point de vue étranger (l’extérieur) et sa propre vérité (l’intérieur). Tous deux luttent dans leur “croix de vie“ pour survivre.

La lutte bloque le passage. Elle se fraye un chemin jusqu’au plus profond et rejette l’enfant du “nid“. Ce n’est pas la lutte qui tue l’enfant mais l’impatience, l’agitation et le désir d’une solution rapide. Inconsciemment, tu veux accoucher le plus rapidement possible, tu ne veux plus avoir à porter l’enfant plus longtemps. Ici, le guerrier masculin (l’égo) s’est mis à intervenir dans le processus de l’accouchement, ne le conduisant pas à la VIE mais à la MORT. Celui qui veut donner la vie à un enfant de chair ou à son enfant intérieur avant l’échéance nécessaire, celui-là désire “couper le cordon“ aux problèmes avant même de les avoir pris en considération ou de les avoir assumés. La récolte qui y était contenue est perdue. Tu ne peux pas lâcher prise à l’Ancien (le non-aimé) avant que la maturité n’en soit venue, même si le temps que cela prend te paraît long. Car tu ne peux le transformer et le cristalliser qu’une fois la maturité atteinte.

Ouvre-toi aux tendances précipitées de séparation et de fuite qui règnent en toi. Autorise-les.

Permets-leur de circuler en toi et de quitter en “dansant“ ton champ vital.

Fais de même avec la force contraire qui s’y rapporte: la responsabilité intérieure, l’obligation

de tenir les promesses et de respecter les vœux que tu as prononcés.

Ces deux forces (celle des engagements et celle des réflexes de fuite) sont des forces

étrangères à toi-même qui ont pu, tout au long de ta vie, venir se “tresser“ dans ta lutte

intérieure entre les aspects intellectuels cachés du contrôle et les aspects de refus du “ventre“.

Dans certaines situations terrestres, il se peut que tu viennes trop tôt, dans d’autres trop

tard. Fais en sorte que cela te laisse complètement indifférente. Et à la place, recentre-toi.

Va au plus profond de toi où tu sais ceci: “Je Suis Maintenant Ici“ et “Chaque chose en son

temps“ et “Je Suis toujours au bon moment à la bonne place“.

Laisse tes propres fruits mûrir jusqu’à ce qu’ils te tombent d’eux-mêmes dans les mains.

Aie confiance en TOI-MÊME.

(25) Production trop abondante de lait maternel

La volonté féminine et spirituelle de ton égo de nourrir et de guérir autrui et d’être venue pour “le monde“ dépasse les limites de ton corps et lui impose la tâche d’être une source perpétuelle de vie. Dans un premier temps, tu n’as qu’un enfant à nourrir de ton lait maternel. Mais il y a un autre enfant qui reste affamé: toi-même, ton enfant intérieur qui a grandi dans le contexte d’une faim de l’âme pour ton dessein de nourrir et de fortifier l’humanité. Bon, nous-y voilà.

Tu es effectivement venue en tant que nourricière pour un grand nombre de gens. Mais tu n’es pas encore en mesure de dispenser cette nourriture de manière appropriée. Cette nourriture est de nature spirituelle. Elle est le rayonnement cristallin de ton corps, la lumière de ton Cœur de cristal qui a transformé tout ton Obscur personnel et s’est allumée en toi. La surproduction de lait maternel n’est qu’une compensation à mi-chemin, mais elle montre ta grandeur spirituelle et l’état actuel des choses. En ce moment, le problème ne consiste plus qu’en le fait que tu souhaites nourrir les autres avec une nourriture inadaptée, tout comme tu as reçu toi-même une nourriture inappropriée (nourriture physique, sucreries) au lieu d’amour et d’encouragement.

Prends conscience de ton besoin exacerbé de nourrir et assume-le en profondeur.

Commence à te nourrir toi-même de nourriture psychique: de joie, de détente, de sommeil,

d’histoires, de musique – de tout ce qui te dilate et t’ouvre intérieurement.

Consacre-toi consciemment à ton enfant intérieur. Décèle ce dont il a manqué pendant ton

enfance et donne-le lui aujourd’hui. Réfléchis sur ton enfance: “dans quel domaine ai-je été

trop nourrie, dans quel domaine ai-je subi des privations?“.

Dès maintenant, permets à ton esprit divin de nourrir ton âme et ton corps. Permets à ton

corps de devenir indépendant de la nourriture physique et de métaboliser la Lumière spirituelle.

(41) Myome et ablation de l’utérus

Un myome est une tumeur qui se forme à partir d’un obscurcissement de la conscience quant à des désirs non-assouvis d’avoir des enfants. Cependant, ces désirs ne sont eux-mêmes que la compensation du non-accomplissement de sa propre âme. C’est comme un embryon “vide“, sans âme, une excroissance et croissance mal orientée dans le domaine de la fertilité. La force psychique enfantine et féminine n’ayant, jusqu’à présent, pas pu suffisamment se développer, elle s’est concrétisée sous la forme d’une “pousse“ dans l’utérus – comme une possibilité d’expression de l’âme créatrice. Le myome met le doigt sur un manque de bien-être et de fertilité dans la sphère personnelle psychique et spirituelle, sur ce désir de pouvoir “être enfant“ qui n’a pas pu être vécu pendant sa propre enfance.

L’utérus est la grotte originelle de toute vie, le principe originel de la force créatrice féminine. Si tu cèdes à la pression de la société masculine et te détournes de toi-même, tu te sépares de ta force originelle féminine. L’ablation de l’utérus est une opération radicale au point de vue physique, psychique et spirituel car, cet organe étant le siège de toute la puissance originelle féminine, elle s’en retrouve détachée du corps en même temps que lui.

Dans l’Ancien, vous étiez dépendants de vos organes pour être approvisionnés en leurs énergies spécifiques, dans le cas présent: le bien-être féminin, l’abri et la nourriture. Dans l’ère nouvelle, ces forces négligées se réveillent et se ré-activent. Et quoique tu ne sois plus dépendant de l’organe physique lui-même, tu as cependant besoin de la force de son champ psychique et spirituel.

Libère-toi du principe de pensée, de ressentir et d’action de nature masculine dans lequel tu

t’es engoncée comme dans un carcan. Commence à jouer avec les sentiments et les pensées

comme un enfant joue à la balle.

Laisse plus de place à ton enfant intérieur, à ton “petit“, à la petite fille de 7 ans de jadis peut-être.

Permets à l’aspect féminin de ton esprit de se développer dans ta vie et de fusionner au plus

profond de toi avec son aspect masculin.

Autorise-toi une fertilité psychique et une croissance spirituelle dans le physique. Elles sont en

toi et ne demandent qu’à s’exprimer. Permets aux enfants spirituels de venir. Permets à ta

fertilité intérieure, jusqu’à présent refoulée, d’ouvrir des perspectives nouvelles dans ta vie.

Assume ta propre maternité spirituelle, riche de laquelle tu es venue sur Terre pour nourrir et

protéger tous les enfants terriens, les petits comme les grands, les lumineux comme les obscurs.

“Ressens plus que tu ne penses. Rêve plus que tu ne planifies. Dors plus que tu ne veilles.

Sois plus que ce que tu souhaites être ou devenir. Je suis en tout temps avec toi. Je Suis Marie.“

(43) Cancer de l’utérus

Quand Spirit est séparé de Sexus de manière si forte et durable, un vide et une frustration infinie peuvent se faire jour dans le corps et le transformer en un champ de bataille en une multitude d’endroits. Une sexualité bannie de manière chronique, le refus de vivre à l’intérieur de soi une liaison intérieure profonde entre l’esprit et le corps, voilà qui jette une ombre gigantesque et provoque des énergies de frustration qui bloquent totalement la circulation libre. Tu t’es tellement éloignée de ta nature originelle féminine et maternelle que des guerriers masculins et des formes de conscience étrangère à ton être (des cellules cancéreuses) peuvent se mettre à occuper ton espace vital originellement féminin et à le transformer en champ de bataille. Tes énergies et essences féminines avaient été suffisamment longtemps inactives pour que les énergies masculines de ton corps prennent sans vergogne du terrain et se frayent passage de manière agressive. Ce symptôme apparaît quand il existe une maternité spirituelle mais qu’elle n’est pas vécue dans le domaine du physique. C’est une forme profonde de refus de soi-même dans le sens d’une négation du but spirituel de sa vie qui reste ainsi inaccompli.

Reconnais tes idées, ton imagination et tes rêves personnels.

Décide de déceler dans quel domaine se situe ta propre créativité et identité et permets-lui

une croissance expansive.

Laisse à ta créativité féminine et à tes idées innocentes d’enfant une libre circulation et une

libre expression. Ne les bride pas mais joue avec.

De la même façon, laisse ta témérité masculine ouvrir des portes dans tes mondes intérieurs

et oser suivre des impulsions courageuses et hardies.

Décide de suivre ta propre voie intérieure.

(56) Cancer du sein

Le refus intérieur de ton égo de subvenir à ses propres besoins entraîne le tarissement de ta source nourricière féminine. La souple poitrine féminine se dessèche et s’endurcit – et les armées masculines envahissent le terrain et le transforment en un champ de bataille aride et brûlant. C’est la peur de vivre sa propre vie, le refus de s’aimer soi-même que tu as hérité de tes ancêtres féminines des ères précédentes. Mais tu peux les délivrer. C’est la lutte entre l’ancien rôle de la femme – lié à la maternité, à la maison et au foyer – et le rôle de la femme nouvelle qui réunit en elles les aspects de l’enfant et de l’amante; l’oscillation entre le sentiment de responsabilité qui est de nature ancienne et un désir nouveau de liberté – un va-et-vient déchirant qui ne trouve pas son assise et qui, à la place, consume la force féminine.

La propre identité psychique et féminine reste méconnue tandis que les sentiments masculins prônés par la société sont repris et viennent recouvrir la conscience de soi corporelle. La propre féminité (guérisseuse) qui est alors vécue comme quelque chose d’étranger entraîne une occupation des “lieux“ par les forces masculines (guerrier).

Décide de vivre ta propre féminité. Cesse de prendre faussement trop d’égards envers les

autres.

Mets ta propre lumière au grand jour, assume-toi et assume ta féminité.

Dirige ton attention sur toutes les personnes auxquelles tu apportes réconfort et courage

rien que par ta présence et considère cela comme une haute qualité de ta maternité spirituelle.

Autorise-toi à avoir des sentiments négatifs tels que la colère ou l’agression. Laisse-les surgir

et te quitter au travers de la respiration.

(46) Dispute conjugale à cause de la maîtresse du conjoint

Les hommes aiment les femmes féminines. Cela peut “sonner“ dur mais: ton refus d’assumer ta propre féminité rayonne sur l’extérieur et entraîne des conséquences. Il y une contradiction entre le fait que c’est justement cette force féminine qui se retrouve, d’un côté, opprimée par l’homme et par la société – alors que, d’un autre côté, ils l’encouragent, oui, la désirent. Les essences féminines vibrantes et vivantes, leurs “différenceté“ innocente-enfantine féminine, le puissant rayonnement d’une féminité charismatique assumée ont longtemps été opprimés par le côté masculin. Pour la société masculine, ces aspects étaient trop actifs, trop autonomes, trop dangereux. Par contre les aspects jeune fille, les aspects passionnels, les aspects plus tendres de la nature féminine ainsi que les moments de volupté et instants de lascivité dans le regard des femmes ont toujours été appréciés et recherchés. Les hommes n’ont jamais voulu renoncer à ces énergies féminines nourricières-là, apparemment inoffensives. Voilà pourquoi vous devez, vous les femmes, commencer par laisser se réveiller en vous ces aspects-là et à les vivre si vous voulez pouvoir ensuite proposer les autres.

Ne te dispute pas avec ton mari. Fais-le plutôt avec toi-même. Dispute-toi avec ta raison,

avec tes peurs, avec ton accommodation et ton renfermement. Dispute-toi avec de

manière constructive. Ouvre-toi à toi-même. Parle à tous ces aspects et amène-les au

grand jour.

Ne te méfie pas de ton conjoint mais délivre plutôt le trop-plein d’énergies masculines en

toi qui opprime ta propre féminité et qui te rend inintéressante pour l’extérieur et pour

toi-même. Entre en possession de toi-même. Libère-toi des schémas de pensée négatifs et

destructeurs et des sentiments préfabriqués.

La question n’est pas celle d’être ou de ne pas être “à son service“ quand tu n’en as pas envie

mais de devenir suffisamment proche de toi-même pour vivre sans peurs, sans pression et

sans te conformer, pour vivre avec joie, force et autonomie – et pour pouvoir le cas échéant

jeter un œil sur d’autres hommes intéressants.

Ce que l’autre fait avec toi ne représente que le reflet de tes propres forces intérieures.

Personne ne peut te faire souffrir si tu ne l’y autorises pas inconsciemment. Chaque

souffrance qui t’a été infligée peut t’aider à te reconnaître et à t’ouvrir.

(24) Kyste sur l’ovaire droit

Les ovaires sont les “salles au trésor“ de la fertilité féminine d’un peuple. Ils contiennent tout l’héritage féminin de l’évolution de l’humanité et la mémoire de son développement spirituel. Les ovaires transmettent la propre vie (en tant qu’hérédité) et garantissent le rythme cyclique féminin. Un développement personnel orienté sur l’égo amène des énergies masculines dans le courant des forces féminines, amène une fixation magnétique dans leur circulation libre électrique et désorganise ainsi le rythme du flux de la fertilité. Les salles au trésor se ferment et ne dispensent plus ni vie ni sagesse. C’est la première phase d’une sclérose physique après une sclérose psychique.

La femme se sépare ainsi de son propre flux vital et sa prédisposition naturelle à la maternité engendre une croissance alors anormale: un kyste est une sphère fermée dans laquelle de “l’eau de l’âme“ s’accumule (souffrance de l’âme) – isolée de l’organisme, tout comme l’âme a auparavant été isolée par l’égo. Une poche de liquide ressemblant à la poche des eaux fœtales apparaît (une dernière tentative de l’âme d’engendrer la vie) et menace d’éclater en déversant ses “poisons de sentiments“ et “acides de pensées“ dans le corps.

Quand de telles influences “hors flux naturel“ agissent sur l’organisme, cela ne provient pas nécessairement que de sa propre façon de penser et de ressentir mais cela représente souvent la prise sur soi d’énergies et de traumatismes provenant de l’entourage immédiat. Dans notre cas, il s’agissait du développement orienté sur l’égo du père tant aimé de la patiente et de son suicide qui datait d’environ 3 ans. Fille aînée, elle n’a pas supporté cette perte et a essayé de manière inconsciente de lui rendre la vie par ses propres moyens.

Accepte ses décisions de vie et les tiennes et fais confiance à la sagesse et à l’amour

inhérents à toute vie, qu’elle soit en train d’arriver sur Terre ou en train d’en partir.

Ouvre-toi aux sphères supérieures de la Vie, éternelle et invulnérable.

Vide-toi en pleurant. Laisse couler toutes les larmes qui veulent remonter et n’arrête pas

leur déferlement. Pleure jusqu’à ce que tes larmes se tarissent d’elles-mêmes.

Accueille de tout ton cœur la vie que ton père t’a offerte et léguée. Voilà le plus beau

cadeau que tu puisses désormais lui faire.

Ta vie, offre-la toi comme tu t’offrirais un trésor précieux, comme un mystère qui, dans son

entier, contient aussi bien des aspects lumineux que des aspects obscurs.

Donne-toi l’espace nécessaire à ton propre développement. Prépare-toi à suivre les voies

qui sont les tiennes tout comme ton père qui a, lui aussi, choisi son propre chemin.

(36) Ulcère bénin au ventre

Tous les ulcères, kystes, toutes les tumeurs et cellules cancéreuses sont bénin(bénigne)s du point de vue spirituel car ils ont tous pour but de réveiller l’humain qui dort et de le reconduire à l’indépendance et à la parfaite santé de son corps spiritualisé.

Le ventre est le siège du monde émotionnel inférieur (émotions, instinct et jouissance sensuelle). Il est la grotte originelle de la vie terrestre, le siège des sentiments enfantins, le nombril du monde physique et l’antre de toutes les énergies obscures engendrées par la peur et l’agression, par les sentiments de culpabilité et d’infériorité, par la fierté et l’orgueil. Le ventre protège et abrite la vie physique et psychique, héberge tout aussi bien les peurs existentielles que la confiance en un futur matériel.

Les ulcères internes apparaissent sur les muqueuses, à leur limite intérieure et dans la couche protectrice. Un corps étranger se fraye passage vers l’intérieur, “rongeant“ la vie. Il détruit la surface et rend visible ce qui se trouve au-dessous, en profondeur. Des agressions se tournent contre les limites personnelles et engendrent un auto-déchirement.

Décide d’affronter les conflits, de les admettre. Ils font partie intégrante de toi, ils sont tes

propres forces qui se retournent contre toi quand tu les refuses. En acceptant ce qui

t’arrive de l’extérieur ou ce qui remonte en toi, tu t’ouvres à ta propre profondeur qui est

sagesse et force.

Va au tréfonds de toi, et utilise tes forces vitales pour abattre les frontières que tu t’es établies

toi-même. Sois hardie et intransigeante. Élargis tes “limites de vie“ qui, visiblement, sont

devenues trop étroites (si ce n’était pas le cas, des ulcères ne pourraient pas se former).

Laisse s’épanouir la Guérisseuse et le Guerrier qui sont en toi. Accepte ces deux aspects

de ta nature humaine et spirituelle. Permets-leur de fusionner à l’intérieur de toi et, par

cette fusion, de dissoudre en douceur et en puissance tes limites de vie pour ouvrir la

“grande sphère vitale“.

Symptômes masculins

(46) Dérèglements de la prostate

“…. les exigences des femmes, ma mauvaise conscience et mes conceptions de la morale, une agitation intérieure et une quête désespérée…, mais de quoi?“

Dans la jeunesse de cet homme très doué musicalement, il régnait une interdiction très stricte de la part des parents d’être en contact avec des jeunes du même âge, en particulier des filles. Cela était en extrême contradiction avec les intérêts de ce jeune homme pour les jeunes filles vers lesquelles il se sentait très attiré – non pas pour des raisons sexuelles et physiques mais à cause de leur sensibilité et de leur nature féminine, nature qui régnait aussi en son propre corps entièrement masculin et qui réclamait un échange de rôles. Il est venu sur Terre en tant qu’esprit créateur artistique pour établir l’équilibre parfait entre le Guerrier et la Guérisseuse de la Nouvelle Terre. Il est à la fois père des enfants terrestres, prêtre de Spirit et Sexus fusionnés et amant passionné de beaucoup de femmes. Il s’est choisi un cadre de vie extérieur lock-outant radicalement tout ce qui, en lui, aspirait à vivre et à s’exprimer. Ce “tout“ se mit à mourir de faim et de soif et à se dessécher.

“Là où tu t’es incarné, il n’y a ni nourriture ni satisfaction pour tes besoins humains. Cela peut sembler dramatique du point de vue terrestre – une vie dénuée de sens et sans perspective d’accomplissement. Mais du point de vue spirituel, le thème de cette incarnation n’était pas d’obtenir la satisfaction de tes besoins sensuels et physiques mais de les accueillir en ton corps, de les dominer à l’aide de tes propres capacités et du fusionnement de cet esprit doué de génie qu’est le tien avec ton corps jamais assouvi. Ce n’est que lorsque que tu auras accompli ce fusionnement en toi que commenceras ta “vraie“ vie sur Terre. Ce n’est qu’alors que tu pourras réaliser l’objectif de ton incarnation. Sur la Terre, chaque faim, chaque soif de vie sont insatiables et se renouvellent sempiternellement. C’est dans les sphères spirituelles que se trouvent la satiété et l’accomplissement. Toutefois, ces sphères spirituelles ne se situent pas dans un monde spirituel au-delà de ton horizon personnel mais dans l’Esprit incarné sur la Terre – en toi-même.

L’ère nouvelle est aussi celle de la sexualité nouvelle, de l’union nouvelle entre l’Esprit et le corps. Dans l’Ancien Temps, ceci est un thème relevant de la plus haute polarité: puissance-impuissance. Dans le Temps Nouveau, cela sera un acte de fusionnement profond entre les pôles: les essences masculines et féminines épouseront une circulation commune et formeront une entité nouvelle, tout comme la pensée et le sentiment, tout comme les branches scientifiques et artistiques de votre vie professionnelle. Le corps et l’Esprit vont s’unir. Oui: le Ciel et l’Enfer. Tu es venu sur la Terre à une époque où l’humanité terrestre se trouve à la limite extrême de son impuissance. Les anciennes conceptions des rôles masculins et féminins et du comportement qui en découle sont si “encroûtés“ qu’il n’est plus possible d’en sortir par ses propres forces. Et pourtant, cet inextricable treillis de souffrance doit se transformer dans un laps de temps très court. Les humains ne peuvent pas opérer cette transformation par eux-mêmes. Les deux sexes ont, des millénaires durant, trop indiciblement souffert du joug de la puissance et de l’abus, du contrôle extérieur et de la censure, de la honte et de la culpabilité, de l’amour et de la violence. Leurs forces intérieures sont tombées en poussière et ils ont besoin de votre aide.

Tu n’es pas venu en tant que “receveur“, en tant qu’être dont on doit prendre soin, en tant qu’enfant ou créature. Tu as juste “étudié“ ces rôles dans la première moitié de ta vie pour te rapprocher de ceux qui sont vraiment des “receveurs“ et des créatures. Tu n’es donc pas une victime de ton éducation et de ton cadre de vie mais un esprit “en étude“, un donneur, un père et un créateur. Et il n’y a que cette compréhension-là de toi-même qui puisse t’aider à t’élever au-dessus des bas-fonds de la souffrance et à reconnaître qui tu es véritablement.

Comprends bien: cela ne veut pas dire que tu ne doives plus vivre et partager de sexualité. Cela signifie que tu dois percevoir et ressentir ta sexualité comme faisant profondément partie de ta propre nature spirituelle, que tu dois la délivrer et la vivre.“

La prostate entoure l’urètre et influence le volume du sperme. Par sa sécrétion, elle offre au sperme un milieu ambiant et une nourriture adéquats pour son acheminement vers l’ovule. Elle assume donc une fonction féminine de soin et d’alimentation. Elle est le siège de la confiance en sa propre sexualité et vitalité masculine et de la capacité de délivrer et libérer les “guerres“ et frustrations de la première moitié de sa vie. La prostate est une Gardienne sur le seuil de la seconde moitié de la vie qui penchera soit vers le fait d’être victime dans une société unipolaire, soit vers celui d’être créateur mature, paternel et combattant. On trouve ici le potentiel féminin de la Guérisseuse dans le corps masculin, la capacité de pardonner et de délivrer les années turbulentes de la jeunesse. C’est donc une décision intérieure personnelle qui fait de l’homme un vieillard crépissant ou un homme mûr charismatique. Vis-à-vis de la question d’être fautif ou victime se trouve celle de l’auto-habilitation et de l’absolution. Vas-tu laisser aller ton corps ou vas-tu l’élever? Pour laquelle de ces deux réalités optes-tu?

(38) Inflammation de la prostate

Une inflammation est un feu qui s’est embrasé, une guerre qui s’est déclarée, une lutte sans merci à l’intérieur de ton organisme.

Et il n’y a pas que ta pensée et tes sentiments actuels qui soient en déséquilibre, pas seulement ton pouvoir de contrôle personnel qui soit en flammes. Il y a deux grandes instances qui exercent en ce moment leur influence sur toi (et sur vous tous): La première est la morale collective qui te sert de repère pour te jauger toi-même. Ici, en cette fin du temps, tu te trouves pris dans un grand champ de pression entre l’endurcissement et l’attendrissement, entre la culpabilité et la créativité. La deuxième, c’est qu’en ce moment toutes les énergies comprimées depuis des millénaires remontent à la surface: celles du Guerrier masculin qui s’est pris tout ce qu’il désirait, celles de la victime féminine qui a été obligée de donner ce qu’elle ne désirait pas donner. Ces deux sortes d’énergies d’expérimentation et de souffrance sont en toi. Si, ici et maintenant, tu les mesures d’après le principe de faute et d’expiation – et c’est ce que fait la plupart d’entre vous – alors cela te brisera.

Une inflammation de la prostate se déclenche par des coccus transportés par les voies urinaires, des cellules unipolaires qui ne possèdent pas de noyau et donc pas de “flamme de vie“ ou par des colibactéries, des bactéries protectrices de l’intestin mais qui provoquent des dégâts dans d’autres régions du corps. La vessie et l’intestin sont les derniers endroits “fermés“ avant l’élimination des “poisons de sentiment“ féminins et des “toxines de pensée“ masculines – l’urine et les selles. Les souffrances et les résidus du ressentir candide féminin sont éliminés par l’urine tandis que les toxines et résidus du penser masculin sont éliminés par l’intestin.

Ton corps s’oriente d’après ta pensée et ton ressentir, même si ceux-ci sont inconscients. Les pensées et les sentiments sont des forces créatrices qui ouvrent ou ferment les “portes“ de ton corps. Dans le cas présent, elles sont fermées et la délivrance, le lâcher prise de l’ancien ne peut avoir lieu. Au lieu de cela, les sentiments de culpabilité refoulés font dévier les poisons et les bactéries et les conduisent devant cette porte précise par laquelle la vie nouvelle pourrait surgir.

C’est le conflit intérieur inconscient entre le Guerrier et la Guérisseuse en toi, entre les aspects féminin et masculin de la sexualité qui, il faut bien l’admettre, sont très différents l’un de l’autre. C’est le conflit entre ta nature masculine, guerrière et offensive et ta nature féminine, douce et passive. C’est un conflit entre ton ressentir personnel et le diktat imposé par la société dont la conception féminine non-libérée attend de toi d’être soit doux et paternel (un softie) soit dur et charismatique (un macho) et te condamne quand-même quelle que soit ton option. Tu veux les satisfaire mais n’as aucune chance de le réaliser.

Relève le défi et analyse ta double nature, masculine et féminine. Ne rejette rien mais prends

en considération les multiples aspects cachés de ta vie.

Accepte les combats à venir, qu’ils proviennent de l’intérieur (attaque dans l’intestin, le centre

des “déchets“ ou dans la vessie, centre des “eaux usagées“) ou de l’extérieur (exigence de

comportement, de réaction ou d’adaptation).

Protège ta prostate de nature féminine des agents pathogènes masculins “vides de vie“ en

t’ouvrant à tes propres pulsions spirituelles et psychiques. Délivre-toi de tous les schémas

de comportement masculins et laisse parler ta propre sexualité.

(47) Agrandissement de la prostate (Hypertrophie)

La vie humaine a franchi son point de retour et exhorte maintenant à un lâcher-prise. C’est une particularité de l’Esprit que de pouvoir s’incarner: il crée un corps qui croît et qui mûrit. La vie charnelle commence et atteint son apogée, pour alors déboucher sur un autre phénomène: la spiritualisation du corps.

La semence masculine a le pouvoir d’engendrer des corps nouveaux – en première moitié de vie, le corps d’un enfant, dans la seconde moitié son propre corps. L’essence de la semence contient la force originelle spirituelle masculine qui engendre la vie nouvelle ou qui peut également servir à complètement régénérer son propre corps vieillissant.

C’est ainsi qu’à ce moment de la vie une prise de décision s’impose qui entraîne soit le dessèchement du flux de sperme, soit son détournement pour une fonction nouvelle.

Si tu décides de maintenir ta vie sexuelle extérieure, elle exercera avec le temps une pression sur toi et deviendra une astreinte faisant souffrir ton corps et l’amenant à vieillir. Le rayonnement masculin se met à perdre de sa force, la production de sperme devient de plus en plus faible avant que son flux ne s’arrête totalement.

Ce qui veut physiquement “s’en retourner“ parce que le temps de la transformation intérieure est venue se met à croître de manière non naturelle quand l’égo ne veut pas lâcher prise. Cette retenue intérieure constante entraîne un besoin extérieur constant de relâchement qui handicape toute circulation libre, toute quiétude et toute transformation. Des “bouchons“ d’eau résiduelle se forment – des restes d’urine qui affectent le corps et le mettent sous pression, ce qui augmente encore la peur de vieillir.

Comprends la sexualité comme une entité profondément individuelle de ton Esprit incarné et

permets-lui de se mouvoir librement en toi et pour toi au nom de la spiritualisation de ton corps.

Les essences spirituelles de ta semence peuvent rendre ton corps parfaitement sain, vital, oui

immortel!

Donne à cette entité, qui ne relève aucunement de ta pensée ou de tes sentiments, l’occasion

de prendre de l’envergure dans ta vie.

Rapproche-toi de ton propre pôle féminin, amène-le à s’ouvrir et permets le retournement

des forces dans ta vie.

Au point de retournement de ta vie, fais le bilan: Quels aspects, quels désirs et quelles forces

se sont retrouvés accomplis? Lesquels ne le sont pas? Étudie cela un moment, fais un retour

en arrière dans les années de ton enfance, de ta jeunesse et de ton âge adulte. Fais-le de tout

cœur, sans remords ni sentiments de culpabilité.

Élimine par la respiration tes vieilles conceptions de la virilité et réconcilie-toi complètement

avec la nature aussi bien masculine que féminine qui règne en ton corps. Il te suffit d’en

prendre la décision pour que cela se produise.

(54) Cancer de la prostate et ablation de testicules

Le système d’approvisionnement en semence masculine, qui est un système de type féminin, se retrouve sauvagement et impitoyablement envahi sous l’influence d’hormones masculines. Des expériences ancestrales massives et désagrégeantes faites dans le domaine de la sexualité (voir “Une histoire Atlante“) et des conflits actuels qui en résultent et qui remontent en surface avec l’Obscur des ères passées en sont la cause. Ces thèmes, expériences et énergies répugnants ont à ce point éloigné la personne impliquée de son plan d’évolution spirituelle que son corps menace de craquer sous le poids de leur puissance sous-jacente. Pourtant c’est aussi grâce à cette situation que l’attention peut être attirée sur ces énergies oubliées et “incarcérées“, ce qui offre une chance de percée, de transformation et de délivrance.

La croissance psychique et spirituelle est tellement bloquée dans ce domaine qu’elle s’incarne et s’exprime de manière agressive et chaotique. La croissance expansive des glandes permettant un approvisionnement féminin en sperme masculin et la préparation du liquide lubrifiant (disposition à une évolution en mouvement) ne se fait plus. Ce que l’âme féminine n’arrive plus à faire à cause du blocage de la circulation de l’“eau de vie“, le corps traumatisé cherche à le remplacer en permettant l’expansion des forces “de feu“ guerrières masculines.

On retrouve le thème de l’agrandissement de la prostate qui se prolonge ici de manière massive. On assiste à une destruction agressive de la glande par l’intérieur – à un impitoyable massacre de ses propres forces psychiques féminines, ce qui est tout-à-fait conforme aux caractéristiques millénaires de la créativité et de la culpabilité masculines, à la nature du Guerrier qui, depuis le commencement, est orientée sur le fait de détruire et de recréer – aussi bien par l’amour que par la violence.

Et le fait est qu’à la fin de votre temps, tous les hommes et toutes les femmes ont oublié leur force originelle créatrice. À la place, ils souffrent sous le joug des anciens schémas d’“auteur/coupable“ et de “victime“ et ne veulent pas les relâcher. C’est ainsi que vous réclamez l’expiation mais que vous ne la concédez pourtant pas. Vous vous sentez coupables et refusez toute absolution. Vous vous sentez crucifiés et ne croyez pas en la résurrection de votre vie “d’ombre“. Vous continuez encore à pointer du doigt l’autre sexe et vous attendez, vous demandez et vous jugez alors que vous en souffrez et vous en retrouvez brisés – comme tant de fois déjà lors de la longue lignée de vos incarnations physiques.

Abandonne radicalement tes vieilles conceptions de la sexualité masculine et féminine.

Rends-toi compte à quel point elles détruisent impitoyablement ton corps.

Permets à toutes tes énergies d’“auteur/coupable“ et de “victime“ de resurgir des

fins-fonds de ton inconscient. Permets à toutes les énergies obscures et lumineuses de

se transformer en Lumière cristalline par une circulation libre.

Accueille toutes les images, les représentations et les fantasmes de ta sexualité.

Laisse-les jouer en toi avec hardiesse et liberté et se répandre. Ressens l’Esprit de la

sexualité lumineuse comme étant un courant vivant dans ton corps qui te comble et te

réalise profondément.

Rappelle-toi de tes rêves et de tes buts, de tes désirs et fantasmes concernant l’érotisme,

la sexualité et l’amour. Par la respiration, laisse-les resurgir des oubliettes de ton

subconscient. Laisse-les libres et ne crains rien, aussi tumultueux qu’ils puissent paraître.

Laisse commencer une “danse d’amour“ ardente entre ton âme et ton corps.

Verse l’eau de la Vie sur le feu de tes souffrances. Trouve la Source de ta vie et puise-y le

courage d’accomplir ta vie.

Découvre l’amour qui t’habite, qui dépasse les frontières et se joue avec une grande légèreté

de toute manipulation extérieure, de tout dogme et toute norme, et qui n’est engagé

qu’envers ton propre Esprit supérieur.

Il te suffit de le décider et cela se fait de soi-même. C’est la vérité!

Méditation

La résiliation des anciens “contrats de vie“

Respire profondément et ouvre ton cœur. Laisse tes énergies corporelles s’enfoncer dans le sol. Laisse ton âme s’élever dans les royaumes cristallins de l’Esprit lumineux. Fais le vide intérieur, fais-toi vaste et libre. Sois UN avec la communauté de l’Esprit dans l’invisible.

Visualise une tour cristalline, la Tour de ta vie – ou imagine-la. Dirige-toi vers elle, passe la porte et pénètre à l’intérieur.

Un escalier en spirale te conduit vers le haut, traversant les sphères physiques, celles de l’âme et de l’Esprit. Prends-le et sens comme tes pas s’allègent au fur et à mesure que tu montes – plus tu t’élèves et plus ils se libèrent.

Tout en haut, tu atteins finalement une plateforme qui est entourée d’un petit muret. Assois-toi à même le sol, adosse-toi au muret et repose-toi un instant. Regarde la sphère éternelle du “Tout et Rien“ qui entoure la tour de ta vie.

Ressens ton cœur, l’Esprit divin qui se déverse à travers ton corps et dans ton âme et les caresse. L’Esprit de la Lumière et de l’Obscur s’épanche à l’intérieur de ton corps par ta respiration et les pores de ta peau. L’Esprit de la masculinité et de la féminité originelles te traverse tout en puissance et en douceur.

Ouvre-toi entièrement.

Ouvre ton cœur une fois encore et respire profondément.

Rafraîchis-toi et renouvelle ta vie.

Respire profondément et reçois en toi la Lumière et l’Obscur.

Reçois-les avec une volonté pleine d’amour et un amour plein de volonté,

de tout ton cœur et de toute ton âme.

Quand tu t’en sens prêt(e), laisse ton esprit circuler en douceur et de manière naturelle – retourne à l’endroit et au moment de ta naissance. Contente-toi de regarder – ne fais rien.

Puis continue ton voyage jusqu’au moment de la conception de ton corps physique. Là aussi, regarde, respire profondément et ne fais rien.

Enfin, transporte-toi au-deçà de cette frontière. Traverse la membrane de ta vie corporelle pour arriver dans la période de ta préparation à cette incarnation sur Terre.

Vois cette sphère intemporelle d’un blanc chatoyant transcendant et ressens la présence de beaucoup d’entités spirituelles. Rejoins le centre de leur cercle et ouvre-toi à elles. Permets-leur de faire circuler le courant de tes souvenirs, doucement au début, puis de manière amplifiée.

Ce sont des souvenirs aussi bien lumineux qu’obscurs. Ce sont des souvenirs d’intentions et d’expériences passées. Ce sont des souvenirs d’incarnations dans des corps aussi bien féminins que masculins. Permets à tes frères et sœurs de te prendre par la main et de traverser avec toi les ères et les espaces vitaux de tes incarnations successives.

Permets-leur de te montrer tes contrats, tes objectifs et conditions de vie, ces souffrances-là dont tu voulais faire l’expérience dans l’Obscur. Sois prêt(e) à accepter et à comprendre le fait d’être conduit(e) intérieurement et les coulisses extérieures de ton destin, puis à les relâcher après coup.

Acquiers le savoir profond de ce que tes plans de vie sont et ont été sacrés – tout comme tes itinéraires de vie. Souviens-toi que la souffrance et l’amour sont d’une seule et même nature. En t’ouvrant à ce savoir, la voie vers des mondes nouveaux correspondant à ton intention originelle se met à s’éclairer sous tes propres pieds. En laissant danser ensemble la Lumière et l’Obscur, tu crées la Lumière cristalline de l’ère nouvelle. Ancre, par l’ouverture de ton cœur, ces nouvelles énergies sur la Terre – pour tous. Car cela fait partie de ton plan.

Puis retourne sur la plateforme de ta Tour de vie. Garde silence – respire profondément. Ouvre tous les champs de ta vie, conscients ou inconscients, aimés ou non-aimés, connus ou non-connus.

Renouvelle maintenant, en tant qu’adulte, ton accord pour ta venue sur la Terre.

Respire profondément et déclare ton plein accord avec ta naissance dans cette incarnation terrestre: “JE FAIS UN AVEC MA VIE“.

Respire profondément et déclare ton plein accord avec tout ce qui est maintenant: “JE SUIS UN AVEC TOUT CE QUI EST EN CET INSTANT“.

Maintenant que tu as confirmé ton intention spirituelle, tu te trouves dans le courant du présent qui est le porteur de ta vie. Tu peux résilier les anciens contrats de ta vie car ils sont désormais accomplis et ont perdu leur validité.

Quand tu t’en sens prêt(e), respire profondément et déclare de tout ton cœur lâcher prise à tous les anciens schémas de pensée, de sentiment et d’habitudes: “MAINTENANT JE SUIS LIBRE“.

Respire profondément et proclame être profondément d’accord pour lâcher prise à tous les états de choc et de manipulation extérieure, indépendamment du plan de Création ou de l’état de conscience dans lesquels ils agissent: “MAINTENANT JE SUIS UN(E) ET EN PAIX AVEC MOI-MÊME“.

Respire profondément et proclame être profondément d’accord pour délivrer, en les résiliant, tous tes anciens contrats de vie: “JE RELÂCHE MAINTENANT TOUS MES CONTRATS DE VIE“.

Respire profondément et déclare être profondément d’accord pour relâcher maintenant tous les vœux de pauvreté, de pacte et de guerrier ainsi que toutes les promesses et tous les envoûtements de croyance: “JE SUIS UN AVEC LA RICHESSE DE LA CRÉATION VIVANTE“.

Respire profondément et déclare être profondément d’accord pour recevoir ton “Soi“ divin, maintenant, de manière consciente: “JE SUIS QUI JE SUIS. Bereshit ehey ascher ehey“ ou “JE SUIS MAINTENANT ICI!“

Ceci est notre déclaration d’amour “trans-frontières“ envers vous, hommes et femmes du Monde, qui, vus de notre perspective, n’êtes ni hommes ni femmes – et cependant les deux à la fois. En cette fin de l’Ancien et début du Temps nouveau, vous êtes des guerriers de l’Amour, des guérisseurs de la souffrance, les créateurs des mondes nouveaux et maîtres de la dualité. Nous sommes avec vous au plus profond, vraiment!

Je Suis Saint Germain.

Je Suis Sabine.

traduction française: Myriam Jabaly

http://www.kristallmensch.net

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email