Trouver de la vie sur MARS – Cosmic Disclosure Saison 2, Ép.8

343

David Wilcock et Corey Goode

DW: Très bien. Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock. Et nous sommes ici parce que tu as besoin de savoir. Nous avons Corey Goode ici. Et alors que je lui pose des questions, j’apprends beaucoup de nouvelles choses.

Nous avons décrit la colonisation de Mars par les Allemands à l’origine.

Mais les Allemands n’étaient pas les premiers à y aller. Il y a eu beaucoup, beaucoup de groupes là-bas. Comme nous allons en parler plus longuement dans cet épisode, nous allons aborder tous les différents types de vie sur Mars, parce que c’est un sujet énorme. Alors Corey, merci d’être revenu dans l’émission.

CG: Bien sûr.

DW: Tout d’abord, vous avez déjà mentionné dans les épisodes précédents quelque chose à propos de la végétation sur Mars. Pourriez-vous nous donner un bref aperçu de ce que vous avez vu? Tu t’es promené à la surface? As-tu vu des plantes?

CG: Personnellement, ce que j’ai vu c’était une sorte de colonies d’arbustes qui se trouvaient dans une zone où nous construisions un avant-poste. Et c’étaient des arbustes très rustiques, courts et presque cactus – comme des arbustes violets et rouges – avec des tiges épaisses qui, je suppose, allaient loin dans le sol. Et ils avaient des feuilles pointues, très pointues.

DW: Quelle partie était violette et quelle partie était rouge?

CG: Eh bien, la tige était violette et rouge. Et puis les feuilles étaient aussi violettes et rouges. Et il y avait des épines sur la tige de la plante et sur les branches des plantes. Ce n’était pas quelque chose sur lequel on pouvait mettre la main. Ils étaient très piquants.

DW: Donc, dans l’épisode précédent, nous parlions d’une race Martienne probablement indigène. Tu as dit qu’ils nous ressemblaient. À quel genre de race sur Terre ressembleraient-ils? Quel genre d’humain?

CG: La description serait qu’ils avaient un ton rougeâtre. Ils portaient des robes. Ils étaient très capricieux et farouches. Et ceux qui avaient été capturés ou interrogés prétendaient être des indigènes qui avaient toujours vécu sur Mars. C’est là qu’ils sont nés.

Mais les gens qui les avaient interrogés ne savaient pas si c’était vrai parce qu’ils avaient été trompés dans le passé par des êtres sur Terre qui nous avaient dit qu’ils étaient des extraterrestres alors qu’ils étaient en fait des groupes dissidents de l’ancienne civilisation terrestre. Et certains de ces groupes, étant donné qu’il s’agissait de groupes spatiaux, auraient évidemment pu se rendre sur Mars et y établir des colonies. Et ça aurait pu être des restes de certains d’entre eux.

DW: Revenons maintenant aux Allemands qui sont arrivés là-bas. Vous avez dit que vous avez personnellement été témoin du survol des pyramides anciennes qui étaient encore sur Mars aujourd’hui.

CG: Des pyramides partiellement exposées. oui.

DW: Est-ce qu’ils s’intéressaient à ce genre de choses quand ils sont arrivés là-bas? Voulaient-ils y atterrir ou les explorer?

Je pense qu’ils avaient une envie insatiable de fouiller et découvrir ce que sont ces pyramides et tout le reste.

CG: Le seul intérêt qui s’est manifesté était la recherche de la technologie, de la technologie ancienne. Mais encore une fois, il faut se rappeler que certaines zones étaient interdites aux gens, surtout à l’époque.

Les races qui étaient là sont très territoriales. Donc, s’ils voulaient visiter quelque chose, ils devaient s’arrêter, prendre des photos, des échantillons, puis sortir en trottinant. Cela faisait partie de l’équation selon laquelle ils faisaient aussi des recherches approfondies sur de nombreuses régions de Mars. Parce que la région était considérée comme le territoire d’un autre groupe.

DW: Avez-vous déjà rencontré des informations concernant spécifiquement le visage sur Mars, si c’est artificiel, qui l’a construit, quelque chose comme ça?

CG: Non. Pendant mon séjour là-bas, je n’étais pas au courant du visage sur Mars. Donc je ne dis pas que ça n’existe pas. Je ne l’ai pas vu. Je n’en ai pas entendu parler.

DW: Nous commencions donc à nous rendre compte la dernière fois que les Allemands se sont installés près des pôles, mais plus dans une sorte de taïga que dans une toundra. Ils ne sont pas dans une région arctique. Mais ils sont plutôt dans une sorte de permafrost.

CG: Plus d’une zone « Goldilocks » (région orbitale autour d’une étoile) entre la région équatoriale très inhospitalière et la zone très rude des régions polaires.

DW: Quelles sont donc les températures extrêmes dans ces régions? C’est quoi le plus bas et le plus haut?

CG: En raison de la pression atmosphérique – et cela dépendait aussi de la saison où vous étiez. Mais les températures pourraient changer de 40,50 degrés en quelques heures.

DW: Oh, wow.

CG: Je ne me souviens pas exactement des températures à la surface de Mars. Je sais simplement qu’il fait nettement plus chaud que ce que donnent les statistiques sur Internet.

L’une des choses que je voulais mentionner était qu’à l’époque actuelle, les programmes spatiaux font très attention à la contamination croisée de germes, de bactéries, ce genre de choses qui vont d’une sphère planétaire à une autre.

Dans les années 30 et 40 et au début des années 50, pas tant que ça. Et surtout les Allemands, ils apportaient des caisses et des caisses de fournitures et d’instruments et toutes les choses dont ils avaient besoin pour Mars. Et ils ont amené des parasites très agaçants. Ils ont amené des cafards, des rats et des araignées, et d’autres ravageurs terrestres, qui sont devenus un problème sur Mars et ont contaminé la planète. Les rats sont devenus un peu plus gros, mais ils survivent bien à la surface. Mais les cafards sont devenus énormes, plus gros que ta main.

DW: Oh mon Dieu.

CG: Les gens plaisantent en disant que les cafards pourraient survivre à une guerre nucléaire et que survivre à la surface de Mars n’est pas un problème pour eux.

DW: Y a-t-il des insectes indigènes que les rats pourraient manger? Je veux dire, qu’est-ce que tu penses que c’était, leur réserve de nourriture?

CG: Je ne sais pas. Je suis sûr qu’il y a probablement des insectes là-bas parce que je sais qu’il y avait de très grandes araignées. Je n’ai pas vu ou vécu moi-même. Ce groupe d’êtres insectoïdes utilisent une technologie de type biologique à l’endroit où ils créent des insectes plus petits ou des insectoïdes pour accomplir certaines tâches.

DW: Comme des clones ou quelque chose comme ça?

CG: Oui, mais ils vont créer de plus petits drones comme des insectes, s’ils font la bataille ou s’ils sont dans une situation de type guerre, alors ils créent. Cela fait partie de leur technologie. C’est une sorte de technologie biologique.

DW: OK. Pour qu’ils puissent contrôler ce que font ces drones, comme une télécommande?

CG: Oui. Et c’est plutôt un esprit ruche, un vrai esprit ruche. Beaucoup de gens pensent savoir ce qu’est un esprit ruche quand ils ne le savent pas vraiment. Mais ils ont un esprit ruche et plus d’insecte, une sorte de structure de type colonie.

DW: Les Allemands ont-ils amené des véhicules équipés de pneus et de roues en caoutchouc?

CG: Certainement. Mm-hmm.

DW: Vraiment? Des jeeps, des tanks ou que conduisaient-ils?

CG: Ils avaient mis au point des véhicules spéciaux qui ressemblaient à peu près à des châssis-citernes pressurisés et, bien sûr, des blindés allemands, qu’ils utilisaient pour faire des excursions.

DW: Essaieraient-ils d’aller dans les grottes pour rechercher des artefacts technologiques?

CG: Je sais qu’ils partaient toujours en expédition, à la recherche de technologies, de différentes ressources sur la planète, explorant constamment, cherchant des ressources différentes, en particulier.

La seule fois où des grottes sont apparues, c’est quand ils ont essayé d’explorer des routes dans ces tubes de lave pour faire des missions de reconnaissance afin d’essayer d’avoir une idée de la façon dont ils pourraient un jour prendre le contrôle de ces tubes de lave.

DW: Vous avez dit que les matières premières étaient transportées vers Mars par les Allemands à l’aide d’une technologie de portail primitif très dangereuse pour la vie biologique. Quelle était la taille de ce portail? Povraient-ils obtenir ces véhicules-citernes– Pouvaient-ils les construire ici ou simplement les transporter?

CG: Oui. C’est au début, alors qu’ils exploitaient le système de portail naturel qui existe dans notre système solaire. Et ils n’ont pas réalisé les calculs et la position de certaines planètes, ou d’autres corps célestes autour. Il y a beaucoup de calculs à faire.

Ils ont en fait fini parutiliser une mathématique hyper-dimensionnelle qui leur a été remise par une autre race qui les a a aidé pour ces calculs. Et j’ai vu le calcul utilisé assez souvent, et il y avait très peu de chiffres. Il y avait toutes sortes de symboles bizarres. Mais ils étaient écrits sur des tableaux, comme des équations mathématiques.

DW: Mais pour répondre à la question, est-ce qu’ils avaient les moyens de mettre en place quelque chose de la taille d’un réservoir?

CG: Absolument, oui.

DW: Vraiment?

CG: Des réservoirs multiples.

DW: Vraiment? C’était assez grand pour avoir plusieurs réservoirs en même temps?

CG: Oui, ils pourraient avoir un cuirassé là-haut s’ils le voulaient.

DW: A quoi ressemble ce portail? Si nous allons le voir sur Terre, est-ce que c’est un anneau comme dans le programme de la Porte des étoiles? De quoi s’agit-il?

CG: Ces portails sont des bulles.

DW: Comme une bulle d’énergie?

CG: Ils ressemblent à une bulle d’énergie. Et à l’extérieur, si vous avez déjà regardé une autoroute, c’est ce que vous avez…

DW: Le mirage.

CG: L’effet de mirage venant de la chaleur de l’autoroute. Il y a ça tout autour.

Et ce n’est pas comme un mur, ou comme un objet plat dans lequel on entre. Vous pouvez vous y promener dans deux directions différentes, ou à 360 degrés. Les gens pourraient s’y rendre à partir de ces directions, puis de l’autre côté, et ils sortiront à 360 degrés, dans ces directions….

DW: Wow. Tu devrais traverser? Par exemple, si vous allez entrer dans la bulle, pourriez-vous marcher sur, disons, la partie de 6 heures et ensuite sortir sur la partie de 12 heures? Comme si tu devais traverser la bulle et sortir de l’autre côté? Ou pourrais-tu–

CG: Votre point de vue est totalement biaisé une fois que vous entrez.

Donc, une fois que vous êtes entré, vous n’avez aucune idée de votre base de référence de quand vous sortez. Vous rentrez dans cette bulle de base, vous entrez, et puis comme vous le faites, c’est une sensation étrange– Je ne sais pas comment la décrire. C’est une sensation étrange. Et tu y vas, et tu te fais arrêter en même temps. Et puis tu t’écrouleras dedans. Et puis tu sors de l’autre côté.

DW: Est-ce qu’il y a un sentiment de durée pendant que cela se produit?

CG: Non. Pas comme dans Stargate où il y a ce… Vzzz, tu passes par cet anneau, ce tube. Il n’ y avait pas cette sensation.

DW: C’est une compression et une expansion très rapide?

CG: Oui. Et ça vous affecte. Ils donnent aux gens des injections et des trucs pour les aider avec les effets. Mais c’est pareil que si on mettait un aimant très fort près de son cerveau, ça donne une vraie sensation de nausée et de confusion.

DW: Oui, Henry Deacon a dit qu’ils lui ont donné quelque chose qu’il a appelé [? lorentzil?] comme un supplément ou une drogue qu’il a pris pour essayer de soulager ce qu’il appelait un trouble transdimensionnel. Vous l’avez appelé démence temporelle, mais ce sont des termes très similaires.

CG: Et quand ils transportaient un tas d’objets, ils les plaçaient dans un endroit où la bulle apparaissait. Et puis la bulle apparaîtrait. Et la bulle aurait une taille unique. Et puis vous verriez des choses presque comme si elles fondaient, entrant dans le portail.

DW: Vraiment?

CG: Uh-huh. Et puis ils sortaient de l’autre côté.

DW: À quelle vitesse ce mouvement était-il?

CG: Très rapide, selon la densité et la taille de ce qui était là.

DW: C’est presque comme si quelque chose était aspiré dans une bulle, juste… comme avec une petite paille.

CG: Une dégringolade.

DW: Wow.

CG: Oui.

DW: Si nous allions dans cette pièce une minute, là où se trouve le portail. Je suppose que c’est à l’intérieur. Tu ne vas pas faire ça si c’est ouvert.

CG: Non, beaucoup de fois, c’est ouvert.

DW: Oh, vraiment?

CG: Ces portails naturels apparaissent parfois dans la haute atmosphère. Parfois, ils apparaissent au-dessus du sol, sous terre. Ils sautent tout autour de la planète, le long du système de grille de la planète.

Aujourd’hui, il y a des gens qui ont parlé du fait que les États-Unis sont allés au Moyen-Orient pour protéger une partie de cette technologie ancienne, ces portails.

DW: Comme en Irak.

CG: Mm-hmm. Il s’agit de véritables appareils qui ont éliminé toutes les conjectures en utilisant les portails naturels.

Il existe une technologie qui utilise des protocoles point à point pour pouvoir envoyer des personnes et des objets en toute sécurité. C’est donc une technologie qui exploite le système de portail naturel.

Il y a un système de portail naturel qui se produit tout autour de nous en ce moment. Et ils utilisaient des empathes intuitifs pour savoir où ces portails allaient apparaître et pendant combien de temps. Mais ensuite, ils avaient une intelligence artificielle pour les aider.

DW: Les Allemands utilisaient des portails naturels, et ils savaient où était le portail et qu’il irait vers Mars, puis ils alignaient tous leurs chars ou quoi que ce soit d’autre à cet endroit quand il allait apparaître?

CG: D’accord. Et ça n’ a pas toujours été beaucoup de chars. Mais ils utilisaient un domaine dont ils savaient qu’il était cohérent. Et grâce à ce modèle mathématique qui leur a été remis et avec l’aide d’alliés extraterrestres, ils ont commencé à utiliser ces systèmes de portails naturels très tôt et de manière non technique avant que nous ne commencions à développer ce que nous utilisons maintenant.

DW: Quand nous regardons quelque chose comme Stonehenge, est-ce que c’est un moyen en pierre naturelle de maîtriser et d’exploiter ces portes naturelles? Cela contribue-t-il à les attirer?

CG: Il s’agit d’exploiter le réseau énergétique naturel de la planète, mais pas nécessairement pour ce qui concerne les portails.

DW: Bien. Les Allemands m’intriguent quand même. Manifestement, il y a un mystère dans ce que vous nous dites en ce moment.

Avaient-ils des antennes ou des dispositifs techniques qu’ils ont peut-être mis dans un anneau ou quelque chose qui aurait pu aider à stabiliser cette bulle? Y a-t-il une technologie qu’ils auraient construit pour s’assurer que cette chose fonctionne?

CG: Pas au tout début.

DW: Vraiment? Rien au début?

CG: Au tout début, ils utilisaient les systèmes de portails bruts et naturels. C’est le tout début. Ensuite, ils ont commencé à utiliser les modèles mathématiques pour utiliser les champs électromagnétiques et la torsion pour créer des champs de torsion point à point entre les deux points.

La torsion est un champ de rotation. De chaque côté, ils les créaient en même temps, chaque côté tournant dans la direction opposée. Mais pour stabiliser et garder le–

DW: Oh, juste pour que ça continue.

CG: Pour garder le trou point-à-point ouvert plus longtemps.

Mais notre arrivée là-bas a rompu l’équilibre et même peu de temps avant l’époque actuelle, cela a causé des problèmes entre les insectoïdes et les reptiliens et des problèmes avec les nouveaux arrivants humains, les humains de la Terre.

DW: Vous avez mentionné 40 groupes principaux de la Super Confédération, qui ont 22 programmes génétiques en cours sur la Terre et qui ont une série importante de campements sur la face cachée de la lune. Et ils l’ont tous régionalisé dans leur propre petit domaine.

Ces 40 groupes principaux ont-ils également des régions sur Mars qui sont leur propre territoire?

CG: J’ai entendu dire que quelques-uns d’entre eux ont une présence sur Mars, mais ils ont surtout des présences sur les lunes autour des géantes gazeuses et sur d’autres planétoïdes et d’autres lunes. Ils ne sont pas tellement sur Mars.

DW: Mars est donc un peu comme son propre petit quartier paroissial, avec ses propres gangs et ses clubs en conflit et réservés aux membres?

CG: Oui. Comme d’habitude, en tant qu’humains, nous avons décidé d’ y planter un drapeau et nous avons commencé à envahir le territoire. Cela a rompu l’équilibre qui était déjà là.

DW: Vous avez dit qu’il y avait eu plusieurs faux départs, quand les Allemands essayaient de construire et le faisaient autour de l’équateur.

CG: Autour de l’équateur et de quelques autres places où ils ont construit au mauvais endroit, ils se sont trompés de groupe et ont fini par se faire envahir et perdre des colonies entières. Ils étaient petits à l’époque, peu de gens qui y vivaient.

DW: Et quand tu dis petit, de quoi parles-tu? Combien de personnes travaillaient là-bas?

CG: Des dizaines.

DW: OK. A ta connaissance, quelle est la première installation réussie qui n’était pas dans un mauvais quartier et qui n’a pas été détruite?

CG: Ceci a commencé à se produire à la fin des années 50, lorsque les États-Unis ont vraiment commencé à coopérer– ou le complexe militaro-industriel, les sociétés qui sont ce complexe, se sont investies complètement derrière les Allemands et impliqués avec eux. C’est à ce moment-là qu’ils ont vraiment commencé à avoir du succès et de la force pour faire respecter et protéger le territoire.

DW: Nous avons donc évidemment commencé à cartographier Mars, mais je pense que nous pourrions aller beaucoup plus loin dans la description de ce qui a été fait depuis ces premières colonies. Vous êtes d’accord?

CG: Oui. Je dirais que ce que nous avons fait jusqu’ à présent, c’est d’avoir jeté les bases de ce qui a été fait – après que les Allemands et le complexe industriel américain ont pratiquement formé une union et formé ce que nous appelons le conglomérat interplanétaire d’entreprises, puis déménagé dans le système solaire pour créer une infrastructure de masse et coloniser massivement Mars.

Nous avons essentiellement jeté les bases de cette discussion.

DW: Cool. C’est ce qu’on va faire la prochaine fois.

Nous allons nous pencher sur la colonisation de Mars par notre programme spatial et entrer dans les détails sur la façon dont cette énigmatique planète rouge est devenue une énorme source d’habitation humaine pour cette civilisation séparatiste.

C’est « Divulgation Cosmique ». J’espère que ça te plaît. Je sais que je le suis. Et nous sommes ici parce que tu as besoin de savoir. On se reverra la prochaine fois. Je suis David Wilcock. Je vous remercie d’avoir regardé.

https://www.spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-finding-life-on-mars.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email