David Wilcock et Corey Goode

DW : D’accord. Bienvenue à « Cosmic Disclosure. » Je suis votre hôte, David Wilcock. Et je suis ici avec l’initié de l’intérieur, Corey Goode, qui a prétendu travailler avec le Programme spatial secret, qui a un point de vue très intéressant sur notre avenir.

Ils ont une technologie qui pourrait éliminer la nécessité pour nous d’avoir un système financier parce que si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous n’avez qu’à appuyer sur un bouton, et vous pouvez le manifester directement à partir de ces réplicateurs.

UBUNTU et le message des AVIENS BLEUS (1) – Cosmic Disclosure Saison 3, Ep.3

Ce qui est intéressant maintenant, c’est qu’avec cet épisode spécial, nous avons aussi amené Michael Tellinger, qui a été nommé par l’Alliance du Programme Spatial parce que son système de contribution : Ubuntu, est, selon eux, un plan directeur pour une toute nouvelle façon de vivre sur Terre qui sera beaucoup plus harmonieuse, où les biens et services dont nous avons besoin peuvent nous parvenir d’une façon aimante et co-créative plutôt que d’une façon qui implique une compétition destructrice.

Michael, bienvenue à l’émission.

MT : Merci, David, pour cette merveilleuse présentation.

DW :OK. Je veux jouer l’avocat une seconde.

MT : Je vous en prie.

DW : Je veux faire disparaître ces nuages d’amour que vous avez tous fumé.

MT : Oui.

DW : Et je veux parler de certaines choses que les haineux vont vous faire subir parce que vous allez être jugés.

MT : Oh, oui. Et David, je peux vous dire que je l’entends depuis 11 ans.

DW : Eh bien, je dois leur donner leur voix.

MT : Bienvenue au procès.

DW : Ils ne peuvent pas parler à travers la caméra. Je dois exprimer leur voix devant toi.

MT : Oui, bien sûr. Ouais.

DW : Chaque enfant en Amérique est endoctriné avec Jamestown. Les premières personnes qui sont venues en Amérique ont eu cette idée que tout le monde sera juste–nous allons cultiver de la nourriture, et ça va être incroyable. Et ce qui s’est passé, c’est que tous ces riches propriétaires fonciers sont venus ici, et ils ont refusé de travailler la terre. Et ils sont morts de faim parce que, eh bien, quelqu’un d’autre devait faire le travail. Ils ne voulaient pas faire le travail.

C’est donc la raison pour laquelle nous avons tous subi un lavage de cerveau, un endoctrinement.

Mais les gens croient que sans un système capitaliste compétitif, avec le besoin d’argent, le besoin de gagner de l’argent et de se procurer de l’argent, vous mourrez de faim. C’est la seule chose qui fait bouillir la marmite, l’égoïsme humain et l’avidité qui, autrement, donnerait envie aux gens de vivre au crochet des autres et de ne pas contribuer au système. Que répondez-vous à cette question ?

MT : Eh bien, une fois de plus, cette déclaration vient d’un système capitaliste.

A partir du moment où vous n’avez pas d’argent, où cela n’entre même pas dans l’équation, tout change. Quand on commence à travailler dans une structure de collaboration et de coopération, et non dans la compétition–

CG : Ou le sentiment que tout nous est dû.

MT : Exactement. J’ai droit à ce que les gens travaillent pour moi et tout ça. C’est le résultat de milliers d’années d’endoctrinement. C’est pourquoi il faut déprogrammer le citoyen lamda sur la façon dont nous pensons tous – nous sommes tous nés dans le système capitaliste. Nous sommes tous nés dans cette pensée que la démocratie est notre sauveur.

Non, la démocratie n’est qu’une tactique d’intimidation. Ce n’est pas la grâce salvatrice. La démocratie fait partie du problème. Nous croyons tous que vivre dans un pays démocratique. Ça suffit…

Non, ça fait partie du problème. Ça fait partie du mensonge.

Le capitalisme, la démocratie, la concurrence, le système monétaire, tout ça doit disparaître. Tant que nous ne nous en débarrasserons pas, nous ne pourrons pas uniformiser les règles du jeu et créer une communauté unie qui travaille réellement dans l’intérêt de tous.

Il a donc fallu un certain nombre d’années pour y parvenir, comme je l’ai mentionné. Je fais ça depuis 11 ans. Et cela a été, pour moi personnellement, le voyage de découverte de soi le plus libérateur.

Et puis partager cela avec d’autres, certains résonnent instantanément avec ça. Certains prennent un peu plus de temps. Et certains veulent constamment le rejeter.

Mais une fois que les gens s’ouvrent et absorbent certaines idées, et qu’elles commencent à résonner avec ces idées, il n’y a pas de retour en arrière. C’est comme ouvrir une porte.

DW : Oh, Michael. Attendez une seconde. Les gens vont s’asseoir avec leur téléphone. Ils ne vont même pas te regarder dans les yeux. Ils ne voudront pas travailler. Ils vont rester assis là à se tourner les pouces. Ça n’a pas l’air pratique.

CG : Il va falloir qu’il y ait une période de transition. Et quel est le contraire de l’endoctrinement d’une personne ?

MT : Libérer une personne.

CG : Libérer l’esprit des gens.

DW : Tu ne peux pas donner envie à quelqu’un de faire ce genre de choses, n’est-ce pas ? Je veux dire, ils vont faire ce qu’ils font. Et si vous regardez le nombre de personnes qui sont comme enterrées dans l’écran de leurs téléphones. Ils ne peuvent même pas avoir une conversation, et te regarder dans les yeux.

CG : Il va falloir qu’il y ait un événement catalyseur, ce dont on a parlé dans le Programme spatial secret, quelque chose comme ce dont vous en avez parlé, un effondrement de l’économie mondiale. Les gens seronte très contrariés. Ils vont se rendre compte qu’il s’agit d’un gigantesque système de Ponzi géré par des criminels. Et tous ces gens qui sont censés faire partie du système démocratique pour lequel ils ont voté, ils ont toujours été à la solde de ces gens. C’est juste une grosse arnaque.

Quand les masses endormies s’en rendront compte, ce sera un catalyseur pour qu’elles veuillent en savoir plus. Et c’est à ce moment-là qu’un grand nombre de divulgations de documents vont se produire. Beaucoup plus d’informations vont sortir. Et ne pensez-vous pas que cela va stimuler les gens à s’ouvrir à de nouvelles idées ?

DW : Oui. Et le modèle de Jamestown…. parlons en une seconde, Michael.

Ils ont admis qu’ils arrivaient dans un pays étranger dont ils ne savaient rien avec un très petit nombre de personnes qui étaient toutes essentiellement non qualifiées, qui ne voulaient pas se salir les mains et qui auraient dû travailler dur pour survivre parce qu’il n’y avait pas d’autre solution. Mais nous ne vivons plus dans cette société, n’est-ce pas ?

MT : Non, nous ne le sommes pas.

CG : Et c’était une époque où régnait une mentalité d’esclavage aussi.

MT : Exactement.

DW : OK.

MT : Quand les esclaves étaient vendus sur le marché librement. Exactement.

Nous vivons donc à une époque très intéressante où à peu près tout le monde sur cette planète sait que quelque chose ne va pas. Si vous posez la question au citoyen lambda dans la rue : « êtes-vous satisfait de la façon dont le monde évolue ? Êtes-vous satisfait de ce que le gouvernement fait pour nous ? Êtes-vous heureux de votre vie ? Pensez-vous que c’est la vie parfaite pour laquelle vous êtes né ? Vivez-vous vos rêves ? » La réponse sera non à 100%, c’est garanti. 100%.

DW : Absolument.

MT : Les gens vous disent non, ils ne sont pas satisfaits de ce genre de choses. Il est donc clair que quelque chose ne va pas du tout.

Ainsi, la plate-forme de départ pour trouver un nouveau système a déjà été mise en place. Et maintenant, il ne nous reste plus qu’à présenter un nouveau système. Et je pense que nous y sommes parvenus assez bien.

Et c’est pourquoi le mouvement Ubuntu se développe si rapidement, bien au-delà de mes attentes les plus folles, ou de mon imagination. Je n’ai jamais voulu commencer un mouvement ou un mouvement global. Ce n’était pas mon plan. Mon plan était juste de partager des informations. Et c’est ce qui s’est passé.

DW : J’entends beaucoup de balivernes et de sandales, des platitudes bienveillantes. Mais je n’entends pas de choses pratiques. J’entends beaucoup de philosophie en ce moment.

MT : Les choses pratiques, c’est ce que nous devons faire très rapidement parce que c’est important. C’est exactement ce que les gens veulent entendre. Super. C’est génial. Mais comment y arriver ? Comment on va d’ici à là-bas ? C’est pourquoi il est si important de partager ces étapes pratiques avec les gens, afin qu’ils les intériorisent. Ils se sentent en confiance. Ce n’est pas que des trucs comme ça. N’est-ce pas ?

Nous devons donc reconnaître que les collectivités existent déjà.

Nous n’allons pas changer le système dans les grandes villes et les régions métropolitaines. C’est une chose difficile à faire. Je crois que la façon d’y parvenir est d’aller dans les petites villes et les petits villages où l’on peut atteindre tous les gens.

Vous pouvez partager de nouvelles idées avec eux et fondamentalement changer la façon dont les gens pensent à leur propre avenir et comment ils peuvent commencer à travailler ensemble, et ensuite devenir le modèle pour cette nouvelle façon de penser et la nouvelle façon d’agir et la nouvelle façon de créer de l’abondance pour eux-mêmes, prospère.

Comment faites-vous cela ? Eh bien, vous pouvez le faire en apportant beaucoup d’argent dans une petite ville. L’autre chose importante est de dire que nous allons devoir utiliser l’argent pour nous libérer de l’argent. Il n’y a pas d’autre solution. Donc, les gens qui sont là dehors et qui disent, oh, Tellinger, vous êtes un imposteur. Tu veux de l’argent pour créer ce truc. Pourquoi ne pratiquez-vous pas ce que vous prêchez et faites tout cela sans argent ? Arrête de délirer.

Le système de l’argent nous asservit depuis au moins 6000 ans.

Nous devons maintenant prendre le système et le changer pour qu’il fonctionne pour nous.

Et j’ai juste besoin de revenir à ce que Corey a dit plus tôt parce que je vais probablement oublier. Toute la philosophie du mouvement Ubuntu et de la philosophie du contributionnisme n’est pas de s’opposer à qui que ce soit, de combattre qui que ce soit, ce n’est pas créer une révolution sanglante ou quoi que ce soit du genre. Cette époque de la violence et de l’opposition physique est révolue.

Nous devons créer une nouvelle réalité par pour nous-mêmes. Nous devons prendre le système existant et les énergies qui sont utilisées – les énergies négatives sont utilisées contre l’humanité -, nous les prenons et les canalisons pour notre propre bénéfice et nous les convertissons doucement pour que l’humanité en profite réellement.

Et avant de s’en rendre compte, cela nous aura servi d’une manière que nous ne pouvons même pas imaginer. Et je vais vous montrer comment. C’est si simple et si rapide, nous pouvons faire la transition.

Nous devons donc reconnaître que nous pouvons créer autant de projets communautaires que l’on veut – et tout le système contributionnisme d’Ubuntu est basé sur l’établissement d’un certain nombre de projets communautaires divers au sein de petites communautés qui profitent à cette ville. Quand je dis communauté, c’est soit une ville, soit un village, soit une communauté de gens. Et chacun de ces projets communautaires est ensuite travaillé. Tout le monde travaille quelques heures par semaine sur l’un de ces projets communautaires.

Vous allez dire, comment faites-vous cela ? Le problème, c’est qu’il y a peut-être une ville qui réussit, alors vous commencez à créer toutes sortes de choses, de la culture, des aliments à la technologie et à tout ce que vous pouvez imaginer.

Mais dès que vous deviendrez une menace pour l’établishement, ils enverront des hommes armés, et ils vous fermeront. Ce n’est donc pas une solution.

Et l’autre chose importante que nous devons réaliser, c’est qu’il existe de nombreuses communautés autosuffisantes dans le monde entier.

Ont-ils eu un impact sur le reste du monde ? Non. Ils ne font que diriger des communautés autosuffisantes. Ainsi, une communauté autosuffisante n’est qu’une version plus grande de moi, moi, moi, moi, moi. Maintenant, c’est nous, nous, nous, nous. Alors ne grimpe pas sur nos murs. N’entrez pas à moins d’y être invité. Et nous n’allons pas partager ce que nous faisons avec vous parce que vous êtes à l’extérieur. On est à l’intérieur.

Et ce n’est pas une solution.

C’est pourquoi j’insiste toujours sur le fait que nous ne créons pas des communautés autosuffisantes.

Nous créons une toute nouvelle façon de penser. Nous créons tellement de ce que nous faisons que nous pouvons le rendre disponible à tout le monde autour de nous, soit en le vendant, soit en le rendant disponible gratuitement.

DW : Si le Programme spatial met au point une technologie qui vous permet de créer n’importe quel objet, ou n’importe quel aliment que vous voulez – il suffit d’appuyer sur un bouton et vous l’obtenez – comment cela pourrait-il entrer en ligne de compte ?

Si ces gens savent déjà qu’ils ont ça et qu’ils l’utilisent – par exemple, il a dit qu’il aimait le bouton de rôti de pot au feu lorsqu’il était sur le vaisseau sur lequel il se trouvait. Comment ce facteur serait-il pris en compte ?

Disons que nous avons cette technologie. Elle nous a été donnée. C’est une grande révélation. Nous avons obtenu cette technologie. Comment ce modèle fonctionnerait-il avec elle ?

MT : C’est une très bonne question. C’est quelque chose à laquelle j’ai beaucoup réfléchi. Et c’est là que l’humanité individuelle entre en jeu.

  • Tandis que je pourrais vouloir employer le réplicateur pour me faire un pot de n’importe quoi, alors que j’apprécie réellement l’art de cuisiner.
  • J’aime fabriquer une armoire en bois parce que j’aime l’odeur du bois.
  • Ou j’adore la pêche. Ou j’aime les choses ou les talents et les dons avec lesquels je suis né, pour exprimer ces choses.
  • Sinon, je pourrais aussi bien me mettre une balle dans la tête,parce que je vais faire quoi ?

Je crois que nous vivons nos vies sur cette planète pour en apprécier toute la densité, l’oxygène, l’eau, la gravité, pour vivre cette planète pour ce qu’elle est, avec toutes les belles choses qui y sont imprégnées. C’est ce que nous devrions faire. Et nous sommes tous nés avec des talents très spécifiques et uniques. Et c’est ce que nous devrions faire.

Vous pouvez donc choisir d’utiliser un réplicateur pour vous faire un pantalon. Mais je pense que vous obtenez beaucoup plus de joie en parlant à votre mère, à votre grand-mère ou au tailleur pour faire de nouveaux ensembles de vêtements en chanvre et d’autres matériaux biodégradables, non toxiques, recyclables, que nous avons créés dans cette densité, cette réalité, sur cette planète, parce que c’est pour cela que nous sommes ici, pour en faire l’expérience comme nous faisons l’expérience de notre réalité.

Et quand on en a eu assez, alors on décide quoi faire de nous-même après ça.

CG : Et cette technologie, il parlait des grandes régions métropolitaines. Une grande partie de cette technologie pourrait aider à combler le fossé.

MT : Oui. Il y a donc des choses très intéressantes qui peuvent se produire. C’est ainsi que j’en suis arrivé au fait que les projets communautaires sont le modèle que nous utilisons avec le mouvement Ubuntu et, ce qui est essentiel, avec le parti Ubuntu.

Il est devenu très évident pour moi que si vous ne donnez pas cette philosophie d’unifier les gens et de créer un nouveau système d’abondance, une nouvelle structure sociale, vous devez soutenir cela sur le plan politique parce qu’en ce moment, nos vies sont contrôlées et détruites par la politique.

Et les gens disent, oh, Tellinger, tu vends. Tu fais de la politique. Tu deviens comme eux. Non.

Nous faisons de la politique parce que nous voulons transformer cette partie dégoûtante, déshonorante, tordue et sale de notre être humain–nos vies qui détruisent nos vies. Nous devons le changer. En restant sur la touche et en ignorant la politique, on ne va rien faire. Ce n’est pas une solution.

Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Nous devons faire quelque chose à ce sujet. Nous créons donc un parti politique qui dit quelque chose de complètement différent. Nous allons décentraliser le gouvernement. Nous allons fermer le système de la Réserve fédérale et créer une banque populaire en tant que banque provisoire qui émet de l’argent pour le peuple, sans impôt et sans intérêt. Il n’y a donc pas d’impôts, pas d’inflation, rien de tout cela.

Donc, le système commence à servir les gens pour mettre en place, dans l’intérim, tous les projets communautaires et les travaux publics dont nous avons besoin pour que nous puissions libérer les gens de leurs prisons dans leurs régions métropolitaines.

Et ils peuvent retourner dans leurs petites villes et villages parce qu’ils savent maintenant qu’ils vont trouver quelque chose à faire parce que l’argent est fourni par la Banque populaire. Ce n’est qu’une phase intermédiaire.

DW : Ne semble-t-il pas que les choses mènent déjà dans cette direction ?

Regardez le nombre de personnes qui réalisent leurs propres vidéos sur YouTube. Ils savent qu’ils ne gagneront jamais d’argent avec ça. Ils écrivent des articles. Ils savent qu’ils ne gagneront jamais d’argent avec ça. Ils inventent un logiciel gratuit.

Et pourquoi le font-ils ? Parce qu’ils veulent être perçus comme ayant une valeur sociale. Ils veulent avoir un statut social. Alors, pensez-vous que cette compétition sociale ou cette collaboration sociale va en faire partie ?

MT : Absolument. Ce que tu viens de dire, David, c’est crucial.

Lorsque vous commencez à travailler dans votre collectivité – et encore une fois, nous nous dirigeons toujours vers des étapes pratiques parce que je pense qu’il est essentiel que nous y arrivions. Mais quand vous commencez – quand vous vous réveillez le matin, et que vous savez, comme Corey l’a dit, que tout ce dont vous avez besoin est prévu. Pourquoi ? Parce que c’est ce que nous faisons en tant que communauté. Il y a trop de nourriture, trop de technologie, trop de tissu, trop de tout.

Tout est disponible en abondance. Tout ce que vous avez à faire est de contribuer quelques heures par semaine aux projets communautaires, et le reste du temps est à vous. Je ne sais pas encore comment cela va évoluer. Mais ce sont les communautés qui décideront de la façon dont cela va évoluer.

Mais ce qui en résulte, c’est que la plupart du temps dont vous disposez dans la semaine est le vôtre. Et vous pouvez alors exprimer vos propres talents, que vous soyez peintre, sculpteur, musicien, éleveur de chevaux, ingénieur ou scientifique.

Peu importe ce que vous faites. Vous avez la capacité absolue de le faire…

CG : Des choses qui vous rendent heureux ?

MT : Des choses qui vous rendent heureux.

CG : Wow.

MT : Exactement.

CG : Quel monde !

MT : Ainsi, lorsque vous vous réveillez le matin avec le sourire aux lèvres parce que vous savez que vous n’avez pas besoin de vous lever, de vous habiller en costume et cravate, et de vous asseoir dans un train ou un autobus ou de faire du vélo sous la pluie, le froid ou le vent pour aller à un travail puant que vous gagnez quelques dollars minables chaque mois pour rembourser votre hypothèque, pour payer l’électricité, le lait, le pain, payer l’éducation de vos enfants pour qu’ils puissent être réduits en esclavage dans le même système, puis vous recommencez le mois prochain.

DW : Et comme dirait Graham Hancock, garder son cerveau mariné dans l’alcool pour pouvoir le tolérer et continuer à le faire.

MT : Exactement. Donc maintenant tu n’as plus à faire ça. Tu choisis donc dans quelle communauté tu vas vivre. Tu n’as pas à…. tu n’es pas obligé de faire ce que tu ne veux pas.

Vous obtenez tout gratuitement parce que vous contribuez quelques heures par semaine à l’un des projets communautaires. Et cela fait de nous une force de travail très puissante. Je l’utilise comme un mot, même si cela va bientôt disparaître.

Mais très, très rapidement – du jour au lendemain – votre communauté devient une force de travail puissante avec laquelle aucune entreprise, aucune municipalité, aucun gouvernement ne peut rivaliser. Et maintenant, je vous ai donné les étapes. Comment nous passons d’ici, d’aujourd’hui, à une communauté qui vit dans l’abondance et qui crée toute cette abondance pour elle-même ?

DW : Et si un type viole des femmes à l’aide de la pointe d’un couteau ? Qu’allez-vous faire de lui ?

MT : Eh bien, c’est l’une des questions les plus fréquemment posées. Merci d’en parler. Et ce que je trouve intéressant, à ce sujet, c’est que les questions que les gens m’ont posées au cours des 11 dernières années me montrent à quel point nous sommes également branchés, comment le système actuel nous a poussés à penser également aux problèmes et à venir avec les mêmes problèmes, les mêmes obstacles. C’est magnifique. Nous savons maintenant quels problèmes nous avons à résoudre.

Mais la bonne chose à ce sujet est de se rappeler qu’une partie de l’ensemble du modèle, le modèle Ubuntu, est de s’éloigner d’un gouvernement centralisé.

Les communautés se gouvernent elles-mêmes. Je ne sais donc pas ce que ma communauté ou la communauté dans laquelle je vais être – la communauté décidera. Ils mettront en place un nouveau système juridique, des lignes directrices sur le comportement, à commencer par le système de base, le système de common law – ne pas tuer, ne pas voler, et se conduire honorablement.

CG : Vous ne parlez donc pas d’un système idéologique gouvernemental centralisé dans ce domaine. Différentes régions qui ont leurs propres boussoles morales etc…

MT : À bien des égards, il faut revenir aux villes-États où chaque communauté a son propre ensemble de règles et de lignes directrices. Et il y a beaucoup de choses à discuter, évidemment.

Mais dans le modèle Ubuntu, nous revenons au conseil tribal, où le peuple de la communauté élit. Et c’est une élection ouverte. Tout le monde sait que j’ai voté pour que David Wilcock fasse partie du conseil des aînés. Et si David Wilcock–

CG : Peut-être que nos aînés redeviendront respectés.

MT : Eh bien, c’est ce que c’est censé être. C’est pourquoi ils mettent nos aînés à l’écart et les mettent dans des maisons de retraite. Et nous essayons de nous débarrasser de nos aînés parce qu’à l’époque –

CG : Hors de vue, hors de l’esprit.

MT : Exactement. Et tu n’utilises plus la sagesse. Ainsi, la communauté élira son propre conseil des aînés, qui sera alors le guide de la communauté. Et ils décideront quotidiennement, heure par heure et minute par minute ce qui est le mieux pour la communauté, pas ce qui est le mieux pour soi_même.

Même si ce que je fais, c’est ce que j’appelle un système géré par une minorité et non un système géré par une majorité. Et ça fait flipper certaines personnes. Ils partent direct : qu’est-ce que tu veux dire ?

Parce que nous sommes empoisonnés par la démocratie et la règle de la majorité.

Il s’agit donc d’un système de gouvernement minoritaire. Comment peux-tu dire ça ? C’est parce qu’il y a beaucoup plus de minorités que de majorités. Il y a un nombre infini de minorités. Il y a ceux qui s’occupent des papillons et ceux qui se soucient des pêchers, du sol, des nuages et autres, des gens qui s’assurent que les produits génétiquement modifiés ne pénètrent pas dans nos aliments et tout le reste–il y a tellement de minorités différentes.

Et dans un système contributionnisme, chaque minorité sera prise en charge. Chaque minorité recevra tous les outils, toute la technologie, tout le soutien, tous les laboratoires, toute la recherche, tout ce dont elle a besoin pour faire ce que nous sommes censés faire pour la communauté. C’est pourquoi on peut appeler ça un système axé sur les minorités et non pas un système axé sur la majorité, où 51 personnes disent aux 49 personnes qu’elles ne peuvent pas faire ce qu’elles veulent.

DW : Donc la fosse d’aisance est bouchée, n’est-ce pas ? Les égouts sont bouchés. Personne ne veut aller dans les égouts. Que faites-vous alors ?

MT : Super. J’adore ça. C’est tout simplement magnifique, où ce n’est qu’une des questions les plus fréquemment posées. C’est magnifique. Qui va pelleter la merde ?

Et la réponse à cette question est la suivante : normalement, lorsque je fais les ateliers et que je soulève cette question, devinez ce qui se passe ? Il y a toujours deux ou trois personnes qui lèvent la main. Je vais pelleter la merde. Nous avons donc déjà notre réponse.

Mais cela va beaucoup plus loin que cela. Rappelez-vous, nous ne le faisons plus pour l’argent. Nous le faisons pour notre communauté, ce qui signifie que nous le faisons pour nous-mêmes. Je ne veux pas que mon égout soit bouché. Donc, si l’égout est bouché dans ma collectivité, cela signifie que mon égout est bouché parce que c’est ma collectivité.

Donc, quiconque est en service pendant cette semaine pour s’occuper des égouts et ira les déboucher. Revenons donc à ce que sont les projets communautaires.

CG : Et il y a des gens qui se spécialisent dans tous ces différents types de choses qui peuvent mettre en commun toutes leurs ressources.

MT : Correct. Nous reconnaissons également la diversité de notre humanité et de notre communauté, mais aussi l’unité au sein de cette diversité et la diversité au sein de l’unité. Il y a autant de compétences, de talents, de souhaits et de désirs que de personnes. Chacun d’entre eux est tout à fait unique. Chacun d’entre nous est complètement unique.

CG : Et tout aussi important.

MT : Exactement. Chacune de ces billions de cellules dans votre corps joue un rôle critique dans la composition de votre corps. Et c’est ce que je n’arrête pas de rappeler aux gens. Ne pensez pas cela parce que vous pensez que vous n’êtes personne et que vous êtes insignifiant – et c’est ce que les gens font. Oh, je ne suis personne. Je suis insignifiant.

Non, tu ne l’es pas. Dans un Ubuntu ou un système contributionnisme ou une communauté contributionniste, vous êtes une partie essentielle de votre communauté. Vous jouez, tout le monde joue un rôle aussi important dans la communauté. Peu importe que vous soyez le médecin, le scientifique, l’ingénieur ou le boulanger. Le rôle de chacun est d’une importance égale et critique, tout comme les billions de cellules de votre corps.

Ce qui est étonnant, c’est que pour chaque Michelangelo ou Leonardo da Vinci fou, il y a 1000 jeunes ingénieurs chimistes fous qui sont passionnés par la résolution du problème des eaux usées. Et ils trouveront des systèmes pour résoudre le problème des eaux usées.

DW : Quand j’étais au lycée, il y avait probablement une vingtaine de sportifs qui étaient toujours sur les annonces du matin parce qu’ils avaient gagné ceci ou cela. Ils étaient les coureurs les plus rapides. Ils ont tiré le plus grand nombre de paniers de l’équipe de basket-ball. Et puis il y avait peut-être 10 ou 15 têtes d’œuf qui continuaient à gagner toutes ces choses académiques.

C’est les seules personnes dont vous entendiez parler.
Tous les autres, des centaines et des centaines d’enfants, étaient tous marginalisés. Ils n’ont jamais eu de reconnaissance, jamais eu leur nom sur les annonces. Comment éviter les clans et les bons vieux clubs, où c’est toujours la même chose qui commence à se produire et où seuls quelques noms attirent toute l’attention ?

MT : OK, nous devons revenir en arrière – la plupart des questions que les gens se posent sur la façon dont cela va fonctionner, les questions viennent en fait d’une société capitaliste.

Ce dont vous parlez est une conséquence du capitalisme. La paresse n’est pas la nature humaine. C’est l’une des questions les plus fréquemment posées. Oh, la nature humaine est d’être paresseux. Non. C’est faux.

La nature humaine est de créer. C’est pour exprimer votre nature divine, le talent avec lequel vous êtes né. Et cela se fait tabasser dans le système scolaire. Donc, nous devons changer notre système scolaire, et nous devrons évidemment le faire complètement.

Nous n’aurons pas un système scolaire comme nous l’avons aujourd’hui, où il s’agit d’un endoctrinement, d’un lavage de cerveau, au sein de camps de prisonniers, gérés par des manipulateurs, dans lesquels nous envoyons nos enfants.

CG : Je n’aurais pas pu mieux le dire moi-même.

MT : Cela va changer radicalement. Donc, quand on grandit dans une communauté unie, où tout est disponible pour tout le monde tout le temps, on ne s’inquiète pas de savoir à qui ça va – on aime les gens autour de soi qui arrivent avec de nouvelles technologies et de nouveaux signes et une nouvelle façon de faire du pain et une nouvelle façon de faire de la pâte ou une nouvelle façon de faire des chaussures ou de teindre des vêtements ou de nouveaux matériaux que l’on mélange avec du chanvre – du graphène mélangé avec du chanvre. et on va s’extasier sur une nouvelle combinaison géniale.

Donc, si vous enlevez le couvercle, l’argent n’est pas un obstacle au progrès. Tout est possible. C’est ce que vous faites en tant qu’individu qui vous motive, et pour quoi votre communauté vous respectera et vous aimera.

Ils t’aimeront, David, à cause de ce que tu fais et de qui tu es. Au moment où vous commencez à maîtriser votre ego, devinez ce que votre communauté va faire ? Ils vont dire, oh. Et vous le saurez très rapidement parce que tout ce que vous ferez profitera à l’ensemble de la communauté. Et c’est là que ça devient vraiment intéressant, quand on commence à comprendre l’impact de ce que nous devenons dans nos communautés.

DW : Quand je suis arrivé de l’aéroport, il y avait une dame qui conduisait la navette Teresa pour Alamo. Elle a deux boulots. Elle travaille à Delta,et elle travaille à Alamo. Elle travaille 16 heures par jour.

MT : Oh, bon sang.

DW : Pour qu’elle dorme suffisamment, il faut qu’elle fasse le quart de nuit et qu’elle dorme de 2 heures à 4 heures du matin.

MT : C’est dégoûtant.

DW : Elle dort six heures à la maison. Mais quand j’ai parlé à Teresa, il s’avère qu’elle est allée en Haïti. Elle a passé un moment incroyable là-bas. Les fruits étaient étonnants. Le climat était incroyable. Et si elle pouvait se le permettre, elle voudrait retourner en Haïti et créer quelque chose comme une entreprise de véhicules tout-terrain où les gens peuvent conduire, s’amuser, faire quelque chose qui contribue au bien commun.

Chaque fois que vous trouvez quelqu’un dans l’un de ces emplois sans issue, si vous leur parlez de leur rêve, ils ont un rêve.

MT : Oui.

DW : Tout le monde a un rêve.

MT : C’est fascinant. Tout le monde a un rêve. Mais ce que j’ai aussi découvert, c’est que lorsque vous commencez à parler à des gens dans des entreprises de haut niveau – des gens qui ont fait beaucoup d’argent dans des sociétés, des PDG et tout ça – et que vous leur demandez, alors quel était votre rêve d’enfant ? Et c’est en fait l’une des choses les plus tristes que j’ai vécues, c’est que beaucoup de gens ont oublié leurs rêves d’enfance. Et ils doivent vraiment y réfléchir sérieusement.

C’est ce que le système nous a fait. Voilà à quel point c’est mauvais. Il nous a battus si profondément et si durement que beaucoup d’entre nous ont oublié ce que sont nos rêves d’enfance. J’ai donc commencé à sonder ces personnes en leur demandant où vous habitiez. Et vous devez les ramener sur leur propre voyage. C’est un peu comme une séance de thérapie.

Alors tu les reprends. Où habitiez-vous ? Et où êtes-vous allé à l’école ? Et qu’est-ce que ta mère a fait ? Et tes amis ? Tu as fait du vélo ? Et vous les reprenez, vous les régressez, d’une certaine façon. Et puis ils commencent à se souvenir de leurs rêves d’enfance.

Et vous voyez soudainement comment leur vie – tout leur langage corporel et leur énergie se transforme de commencer à vous parler de façon très rigide et à se protéger – vous parlez d’un monde sans argent. Tu essaies de m’enlever tout ce que j’ai.

Non, non, non, non. En fait, j’essaie de te rendre ta vie. J’essaie de vous rendre vos rêves d’enfance pour que vous puissiez les vivre sans craindre que quelqu’un ferme vos rêves d’enfance et détourne votre vie entière en faisant autre chose.

CG : Je suis désolé–est-ce quelque chose que les gens peuvent commencer à mettre en pratique dans n’importe quel pays où ils sont en ce moment sur une petite échelle ? Et y a-t-il un endroit où ils peuvent en apprendre davantage à ce sujet et créer des communautés et commencer à le faire – pas vraiment des groupes de discussion, mais ces expériences sociales et en montrer d’autres ?

MT : Eh bien, Corey, merci d’en parler parce que cela revient à la mise en œuvre. Comment faisons-nous cela ?

CG : La preuve du concept.

MT : La preuve de concept est essentielle. Mais cela me ramène à ce qui se passe dans les projets communautaires. Tout d’abord, la mise en place d’un projet communautaire coûte de l’argent. Nous avons donc besoin d’argent pour mettre sur pied des projets communautaires. Et crois-moi, j’ai essayé. J’ai essayé avec les revenus limités que je gagne pour mettre en place ces projets communautaires dans ma ville.

Et on les a piégés. Mais ensuite de les gérer et de les laisser réussir afin qu’ils apportent un revenu, de sorte qu’ils commencent à apporter l’abondance dans la ville, d’abord avec de l’argent, et ensuite cet argent continue de s’améliorer et de s’améliorer. C’est là que ça tombe normalement parce qu’en tant qu’individu comme moi, je me retrouve à court d’argent chaque fois que nous commençons à sortir des blocs de départ.

C’est pourquoi je dois le ramener à la plate-forme politique.

Et c’est devenu très clair pour moi parce qu’en 2014, le parti Ubuntu s’est présenté comme parti politique, et je me suis présenté comme candidat à la présidence en Afrique du Sud. Nous avons fini avec un million d’adeptes. C’est un grand nombre d’adeptes.

DW : C’est un grand nombre.

MT : Je le sais parce que j’ai 800 000 noms et numéros de téléphone cellulaire sur mon ordinateur portable, des personnes qui ont répondu par SMS en disant, nous aimons Ubuntu. Nous soutenons Ubuntu. Donc je n’invente pas, je peux le prouver.

DW : Quelle est la population totale de l’Afrique du Sud ?

MT : Eh bien, c’est environ 55 millions, environ 20 millions d’électeurs. Nous avons donc eu environ un million d’adeptes aux élections. Mais c’est là que nous avons appris à quel point le résultat est tordu et prédéterminé. Mais il était très important pour nous d’emprunter cette voie, d’apprendre et de devenir sages à partir du processus, de voir quelle sera la prochaine étape. Et c’est exactement ce que nous avons trouvé.

Et j’ai trouvé ce qui suit : nous n’avons même pas senti l’odeur de l’intérieur du Parlement, même si nous aurions dû avoir au moins quatre ou cinq sièges. C’est ainsi que nous avons obtenu environ 5 300 votes. Il faut donc 50 000 voix pour obtenir un siège au Parlement.

Mais ce qui m’a fait réaliser que le vrai pouvoir se trouve au niveau municipal, au niveau communautaire, dans les villes. Et un maire, un maire Ubuntu élu, sera infiniment plus efficace et puissant qu’un député. Parce que si je gagne et suis élu maire, je peux mettre en œuvre toutes ces philosophies dans ma ville pratiquement du jour au lendemain.

Pourquoi ? Parce que je reçois de l’argent du gouvernement. Et je peux mettre l’argent qui vient dans la municipalité – je peux mettre cet argent dans tous ces projets communautaires. Ils déclencheront alors la croissance des projets communautaires, et cela s’étend très, très rapidement, à partir de là. Donc ce qu’on est maintenant…

DW : Et si vous avez cette grande usine qui déverse des émissions industrielles dans votre rivière ? Et ils ont des lobbyistes et des avocats et tout cet argent derrière eux. Et cette communauté reçoit de l’argent. Mais ils veulent empêcher la pollution de couler le long de leur rivière. Que vont-ils faire à ce sujet ?

MT : OK. J’y reviendrai. J’y reviendrai parce que vous obtiendrez la réponse vous-même une fois que je vous aurai guidé à travers ce petit processus.

DW : OK.

MT : Vous serez en mesure de répondre à cette question vous-même. En 2016, nous aurons les élections municipales locales sud-africaines. Et j’utilise cela comme catalyseur, le fer de lance du mouvement mondial Ubuntu. Aujourd’hui, nous avons des membres dans plus de 200 pays. Je ne savais même pas qu’il y avait 200 pays. Mais quand je lis la liste d’où les gens se sont inscrits, je suis époustouflé. C’est incroyable.

Nous devons donc recueillir suffisamment de fonds pour contester avec succès les élections municipales locales.

Notre objectif, notre stratégie est de nous attaquer aux 12 plus petites municipalités. C’est l’approche du talon d’Achille. Parce que si nous gagnons une municipalité et les quatre ou cinq villes qui la composent, nous allons fermer le système capitaliste et mettre en oeuvre ce système Ubuntu, ce système contributionnisme, pratiquement du jour au lendemain. Ce sera le premier domino à tomber parce qu’une fois que vous commencez à mettre en œuvre ce modèle, il est impossible pour un modèle capitaliste de fonctionner de quelque manière que ce soit dans la proximité de ce type de modèle.

Et toute la philosophie est basée sur la victoire d’une petite ville. Et c’est pourquoi je dis que nous pouvons faire tomber la banque d’argent mondiale de la Cabale avec une petite ville. Peu importe de quel pays il s’agit. Une petite ville peut faire tomber tout le système de contrôle bancaire et financier de l’humanité et nous libérer tous.

C’est aussi simple et critique que cela. Gagner une petite ville, mettre en œuvre ces philosophies, mettre en œuvre les projets communautaires. Et notre principale promesse au peuple pour cette élection est la gratuité de l’électricité pour tous. Vous savez tous que l’électricité est gratuite. D’autres appareils et fournitures d’électricité sont disponibles. Cela fait partie du système de contrôle du capitalisme qui nous a tenu à l’écart.

Nous allons mettre en place une alimentation électrique très simple pour notre ville. Et ce sera la base pour unir le peuple. Tout le monde reçoit de l’électricité gratuite en échange de trois heures par semaine à l’un des projets communautaires. Et de cette façon, tout le monde a trois heures par semaine. Tu n’as pas à abandonner ton travail. Vous pouvez continuer le système tel qu’il est aujourd’hui pendant que nous commençons à créer cette abondance.

Ce que nous avons fait en Australie tout récemment, à Byron Bay, il y avait un statisticien. Et il a fait un calcul. Et c’est ce qu’il a dit. Une petite ville, parce que j’utilise notre ville de 5000 habitants comme exemple. 5000 personnes, trois heures par semaine, c’est 15000 heures de travail par semaine. N’est-ce pas ? Dois-je en dire plus ?

C’est juste travailler en collaboration. Plus de concurrence. Unissons-nous, collaborons et coopérons. 15000 heures de travail par semaine. Il a fait les chiffres, et il a dit qu’un an de personnes contribuant trois heures par semaine dans ce système, un an de cela équivaut à 31 ans de personnes travaillant huit heures par jour en tant qu’esclaves dans le système actuel. Un an à 31 ans. Ce sont les ratios.

Ainsi, dans un très court laps de temps, nous transformerons la communauté en une communauté d’une abondance inimaginable. On aura tellement de nourriture. Et c’est vous qui décidez comment cela se déroule. Nous avons donc un plan d’action qui crée un approvisionnement. Donc, ce que nous avons fait, c’est-à-dire le moment où vous commencez à créer toute cette nourriture et tout ce que vous voulez – meubles, vêtements, pain, chaussures, n’importe quoi, technologie, ordinateurs – vous ouvrez vos laboratoires scientifiques aux chercheurs et aux médecins pour qu’ils viennent trouver le remède à toutes les maladies et le partager avec le monde entier.

Vous invitez donc les scientifiques à trouver des moyens de se débarrasser de la pollution de la rivière. Voilà donc votre réponse à la question de savoir comment vous allez faire face à la pollution. Vous savez que nous pouvons faire face à des retombées nucléaires en l’espace d’une semaine si vous avez les bons esprits. N’est-ce pas ?

Le nouveau plan mondial UBUNTU d’action pour 2017

DW : En Amérique, quelque chose comme ça s’est passé après la Dépression, puis après la Seconde Guerre mondiale et pendant la Seconde Guerre mondiale, où ces grandes causes sociales ont mobilisé le public, et ils se sont impliqués dans des projets de travaux publics. Et les gens étaient vraiment inspirés. Et c’est la dernière fois que l’Amérique a connu un véritable boom manufacturier. Et puis quand on s’attend à ce que tout le monde fasse tout le travail pour nous et qu’on va tout importer, ça s’effondre de l’intérieur.

MT : Ce que cela fait à notre ville et à notre communauté, c’est que cela se transforme instantanément en une attraction pour quiconque veut créer, inventer et utiliser ses compétences pour se servir et servir le reste de la population. Ça invitera tout le monde. Et cela montre aussi comment ce modèle contributionnisme est un modèle inclusif. Cela n’exclut personne.

Tout ce que vous avez à faire, c’est de faire de votre entreprise une partie intégrante des projets communautaires. Quel est l’avantage pour vous ? Travail libre, électricité gratuite, composants libres– parce que si nous n’avons pas les composants, nous avons mis en place un projet communautaire pour fabriquer les composants. C’est comme ça qu’il grandit.

Et vous conservez un tiers de ce que nous produisons et vendons. Et les deux autres tiers vont à la communauté. Donc, la réponse à chaque fois que j’approche un industriel ou un agriculteur, cela fonctionne à tous les niveaux – avec les agriculteurs, avec les industriels, avec les industriels, la fabrication, n’importe quoi. Un tiers va à l’entreprise et les deux autres tiers à la communauté. La réponse est non, négocions. La réponse est : quand pouvons-nous commencer ? Vraiment.

CG : Eh bien, je peux vous dire que tout ce que vous avez dit s’entremêle à peu près avec ce que l’Alliance a dit, ce que les Aviens Bleus ont dit dans leur message. Et ce qu’ils ont dit, c’est que c’est la vague du futur. Et c’est quelque chose que je ressens fortement – à partir de ces sources indiquant directement votre mouvement, je pense que c’est quelque chose que nous devons tous examiner en profondeur, nous éduquer et, de quelque manière que ce soit, y contribuer, y contribuer.

Et j’ai vraiment apprécié d’entendre cette explication plus approfondie. J’en ai appris beaucoup plus sur le mouvement. Je venais d’entendre des petits morceaux à travers mes sources. Et c’est incroyable. Et je ne vois vraiment pas d’autre alternative que la vague de l’avenir.

MT : Eh bien, merci, Corey. Et je veux juste revenir, ce que j’ai dit d’emblée. La transition entre l’endroit où nous sommes maintenant et la vie dans ce monde d’abondance est si simple. C’est tellement plus simple que ce que la plupart d’entre nous aurait pu imaginer. Mais la plupart d’entre nous continuent de trébucher parce que c’est ainsi que nous avons été élevés.

Les choses sont difficiles. Tu dois travailler dur. Non. Oublie ça de ton esprit. On va se débarrasser de l’argent. Nous allons créer un bel avenir d’abondance pour nous-mêmes. Commençons par le visualiser, et voyons cela comme une solution. C’est si simple.

Je n’en suis pas responsable. Chaque communauté est responsable de son propre sort, de son propre avenir, de sa propre abondance.

DW : Mettons le spectateur au défi de s’impliquer d’une manière ou d’une autre. Comment la personne qui regarde cela, si elle est inspirée par ce que vous avez dit, comment s’impliquerait-elle, pourrait-elle passer à l’étape suivante ?

MT : Merci, David. Eh bien, tout d’abord, allez sur le site Web. Rejoignez-nous. Allez sur ubuntuparty.org.za et rejoignez-nous là où il est écrit « Rejoignez-nous ». Et puis lisez autant que vous le pouvez. Obtenir une copie du livre Ubuntu parce que c’est un moyen de financement pour nous. Ça va nous aider.

Et puis si vous avez un moyen de financement, c’est que vous êtes un multimillionnaire et que vous voulez aider parce que cela résonne avec vous, nous avons besoin de votre aide. On ne va pas faire ça sans argent. Parce qu’il faut se rappeler que le système a été mis en place pour que l’argent continue de détruire toute opposition. Et je le sens mois après mois, mois après mois. C’est une lutte constante. Nous avons donc besoin d’un soutien financier.

Donc, si vous pouvez nous aider financièrement à entrer dans la sélection et à en faire un succès, c’est ce dont nous avons besoin de votre part. Vous pouvez le faire sur le site Web, et il y a un bouton de don….

DW : Maintenant, est-ce que ce sont des subventions ? Ou l’investisseur serait-il en mesure d’obtenir un rendement sur l’investissement ?

MT : Malheureusement, ce n’est pas un retour. Le retour sera dans le résultat de l’élection, où ils sauront dans leur cœur qu’ils ont fait quelque chose qui profitera à l’humanité dans l’avenir. Il n’y a pas grand-chose d’autre que ma gratitude.

DW : Mais il y a aussi des déductions fiscales. Je veux dire, soit les gens donnaient de l’argent au gouvernement sous forme d’impôts, soit ils pouvaient faire quelque chose comme cela en tant qu’organisme sans but lucratif.

MT : Oui. Et nous avons une société à but non lucratif qui recevra cet argent. On vient de l’installer. Ça s’appelle Ubuntu Planètes.

DW : Il y a donc des gens qui ont tout cet argent qu’ils devraient donner au gouvernement à moins qu’ils ne puissent le mettre dans un organisme sans but lucratif. Pour que ce soit parfait.

CG : Et c’est aussi un investissement dans l’avenir, un investissement dans l’humanité et le changement du monde.

DW : Absolument.

MT : Et comme je l’ai dit, c’est une petite ville. Voyez cela comme votre soutien à ce fer de lance qui va percer le voile du contrôle de l’humanité pendant des milliers d’années. Nous allons le faire éclater et l’ouvrir.

DW : Donc vous disiez Ubuntu Planet ?

MT : Ubuntu Planet est la nouvelle société à but non lucratif que nous avons créée pour cela. Ubuntu Planet sera donc le véhicule qui recevra les fonds et qui les distribuera ensuite au parti Ubuntu, le parti politique, là où il en a besoin. Je sais qu’aux États-Unis, apparemment, les entreprises à but non lucratif n’ont pas le droit de financer les partis politiques. Mais cela ne s’applique pas à l’Afrique du Sud.

DW : D’accord. C’est donc une information époustouflante. J’ai hâte d’en entendre beaucoup plus de la part de Michael Tellinger. Je pense que c’est très excitant. Et comme toujours, je vous remercie de regarder « Cosmic Disclosure. » Nous créons ensemble un nouvel avenir.

Note de Miléna : Le système UBUNTU existe déjà depuis longtemps et l’idéologie Ubuntu, je l’ai vécu, en 1968 et jusqu’au début des années 70, en Israël, le système du kibboutz était exactement un système parfait de ce style… Toute la mentalité de l’époque du pays entier était ainsi : une grande famille … Alors, ils ont entretenu la guerre et ont semé la haine et la discorde, pour que cela ne puisse se réaliser plus longtemps et surtout se propager comme un exemple aux yeux du monde … Mais croyez-moi, ce système Ubuntu était un système made in Israël des premiers temps ….

https://www.spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-ubuntu-and-the-blue-avians-message-part-2.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email