Le dernier d’un ensemble de cinq

Quel secret se cache derrière la Porta Alchemica, la porte magique de Rome ? Pour le savoir, il faut remonter à l’année 1680 : l’Italie connaît alors une période de stagnation qui s’accompagne de catastrophes naturelles et de famines. Le pays croule sous les impôts de la Couronne espagnole. C’est dans cette période qu’apparaît un mystérieux vestige.

Ce bâtiment énigmatique est encore visible aujourd’hui aux alentours de la célèbre église Sant’Eusebio, dans les jardins imposants de la Piazza Vittorio. Sa porte est encadrée de marbre et de chaque côté, on peut voir deux statues idolâtres. Cette porte est considérée comme la relique la plus importante d’Italie pour la science ancestrale qu’est l’alchimie. On l’appelle la Porta Magica ou encore « Porta Alchemica ».

La Porta Magica, une porte mystérieuse

Jadis, cette porte était probablement l’une des cinq entrées de la villa du marquis Massimiliano Palombara. Elle a été construite entre 1655 et 1680. Le marquis était connu d’une part comme écrivain et confident de la reine Christine de Suède, et d’autre part en tant qu’amoureux de l’ésotérisme et de l’occulte. La Porta Magica, également appelée Porta Alchemica, Porta Ermetica ou encore Porta dei Cieli (la porte d’alchimie, la porte hermétique, la porte du ciel), est le seul vestige restant de la villa du marquis.

La légende qui entoure la Porta Alchemica

Un jour, un pèlerin à bout de forces vint frapper aux portes de la villa du marquis Massimiliano Palombara pour demander l’hébergement le temps d’une nuit. Au cours de cette dernière, il fut aperçu dans les jardins de la villa en train de chercher un brin d’herbe capable de produire de l’or, avant de disparaître à travers la porte. Il laissa derrière lui des flocons d’or, censés provenir d’une transmutation réussie, ainsi que des feuilles de papier portant des symboles magiques énigmatiques. On dit qu’ils renferment le secret de la pierre philosophale.

Ainsi, le marquis fit sculpter sur les portes de sa villa l’ensemble des énigmes et des symboles figurant sur ces feuilles de papier. Il espérait tomber un jour sur une personne capable de déchiffrer les symboles du pèlerin. Plus tard, ces symboles servirent d’illustrations pour divers documents d’alchimie et pour des essais sur la philosophie ésotérique.

Sur la Porta Magica, restée en l’état, figure en latin : « Il y a trois miracles : Dieu et les êtres humains, La mère et la vierge, la trinité et l’unité ». Il est également écrit « esprit divin » en hébreu et « Le Dragon Hesperios garde l’entrée du jardin magique » en latin. On peut voir en outre les symboles alchimiques de divers métaux.

La Porta Mgica est donc une relique qui renferme les secrets de son époque. Ses inscriptions légendaires n’ont jamais pu être déchiffrés par quiconque, hier comme aujourd’hui. Peut-être donnent-ils la formule capable de transformer le plomb en or ?

La magie de ce site attire encore aujourd’hui de nombreux touristes. Mais bien que le mystère entourant la porte soit resté entier et la magie de son charme intacte, et aussi intéressante que soit son histoire, cette magie s’éteint brusquement à la vue de la grille qui barricade la porte…

Car aussi décevant que cela puisse paraître, la porte ne peut être admirée qu’au-delà d’une certaine distance ; la zone qui l’entoure est fermée par une grille. Il est donc impossible d’approcher la Porta à moins de 10 ou 15 mètres. Vous aimeriez passer discrètement de l’autre côté et revenir avec un seau plein d’or ? Désolé, cela ne va pas être possible.

Le Pont Cristallin de Lumière A E C Québec France

https://www.les-bons-plans-de-rome.com/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: http://elishean-portesdutemps.com

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2018/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email