Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron

Avec quelle intensité entrez-vous en relation avec le silence, avec vous-même, avec les êtres aimés ? Avec quelle intensité osez-vous dire je t’aime quotidiennement ?

Oser vivre au diapason de l’intensité qui nourrit. Prendre le temps de rencontrer l’être aimé, son ou sa partenaire, son enfant, son frère ou sa sœur, son ami, la terre, car la terre, vous le savez, est être aimé. Oser les rencontrer quotidiennement avec l’émerveillement de l’amour. Ne jamais laisser les occupations quotidiennes voiler cette intensité. Ne jamais laisser les rails des habitudes anciennes voiler cette opportunité d’être la flamme vivante.

Retrouver la poésie de l’amour enflammé et peindre cette poésie ou la déclamer ou la jouer à travers les gestes et les mots de façon unique, originale, malicieuse même, avec l’intensité de l’amour qui se révèle, s’offre et se reconnaît.

Vous le savez, n’est-ce pas, l’incarnation ne connaît pas la tiédeur. Retrouver cette gratuité de l’amour qui s’offre pleinement. Retrouver cette gratuité de l’amour qui s’exprime pleinement.

Il est vrai, nous l’avons dit souvent, l’humanité ne connaît pas l’intense. Retrouver cet amour de l’intense. Cela implique oser sortir des rythmes empressés, ralentir le rythme, se poser et se reposer. Ralentir le rythme.

Sortir des rouages de ces faux importants pour retrouver le rythme juste, dynamique il est vrai, tout en restant offert au silence. Souvenez-vous, avec quelle intensité d’amour rencontrez-vous le silence ? Avec quelle intensité d’amour retrouvez-vous les arbres, la nature, la pluie, le vent, l’eau, le feu ? La vraie guérison est celle qui s’émerveille.

S’émerveiller de la vie, de la gloire de l’incarnation.

Plus fondamentale est l’intensité de l’amour que vous offrez dans la rencontre avec vous-même, non cet amour offert depuis l’ego, mais l’amour offert par dévotion au cœur, à l’amour même, à l’Être suprême individualisé à travers chaque essence, l’Être suprême, le

Vénérable. L’adorez-vous en vous ? Le reconnaissez-vous en vous ? Lui offrez-vous la beauté de vous en vous ? Cela est le secret de la noblesse, à travers son incarnation, offrir au Vénérable la beauté de l’essence, sa nature exprimée, incarnée.

La vraie guérison du corps, de l’âme, de l’esprit et de la terre est de retrouver l’émerveillement. S’émerveiller devant la beauté du Vénérable au sein de sa propre essence. S’émerveiller de la beauté de la vie au sein de son incarnation.

A travers cette invitation, nous ne parlons pas d’abstraction mais de concret. De même que l’invitation est de rencontrer l’être aimé avec intensité, prendre le temps de tout arrêter pour dire le chant de l’amour au cœur du silence. Oser faire de cela la prédominance du rythme de la vie et garder cette même attention, cette même attitude, cette même prédominance au cœur de la relation avec soi-même.

Appliquer cette relation à la structure corporelle. Périodiquement, prendre le temps d’aller rencontrer chaque organe, et au cœur de l’organe, contempler le Vénérable. Vous avez là une clef puissante de la transmutation cellulaire.

Sortir de cette relation avec la structure corporelle qui n’est établie que sur la base des ressentis ou des symptômes. Être émerveillé par la beauté du Vénérable à travers la structure corporelle. Se donner le temps de savourer cet émerveillement. Ramener par l’attention la structure des organes à la beauté du Vénérable.

Faire de toute relation, qu’elle soit avec soi-même, avec sa structure corporelle, avec son mental même, avec sa structure émotionnelle ou égotique, avec les êtres qui nous entourent, avec la nature, avec la planète, avec le cosmos, avec le silence et son au-delà, le Vénérable, faire de toute relation l’émerveillement pur, parce que l’intention de l’incarnation ne peut qu’être de vénérer le Vénérable.

Après tout, l’incarnation n’est que cela. Comment l’humanité pourrait-elle croire ou accepter que l’incarnation n’est qu’une course de rats qui courent après quelque fromage ou quelques miettes et qui n’ont même pas le temps de savourer ni les miettes ni le fromage tant ils courent et courent et courent sans jamais se poser ? Comment l’humanité pourrait-elle croire que l’incarnation est lutte ou enfermement dans quelques limites ou quelques ressentis ? Comment l’humanité a-t-elle pu oublier que l’incarnation est le don de l’attention, que l’attention donne vie et que cette simple attention offerte au Vénérable au cœur de chaque relation ramène la pleine vibration de la réalité de cet Être vénérable à travers chaque forme, à travers chaque parcelle de création ? Comment l’humanité pourrait-elle oublier l’unité ?

Oser s’offrir pleinement au Vénérable au cœur de chaque forme. Ne jamais accepter qu’il puisse exister autre chose que le Vénérable car seul est le un, le tout, la vie. Et parce que l’attention donne vie, être ce magicien qui redonne à chaque forme sa réalité de Vénérable par l’attention. C’est cela la dévotion. Et recevoir les dons du Vénérable au cœur de chaque parcelle de l’incarnation. C’est cela l’incarnation.

Souvenez-vous, prendre le temps d’animer au cœur de la structure corporelle cette mémoire que seul est le Vénérable, organe après organe. Entrer même en relation par l’attention avec le cœur de chaque cellule et s’émerveiller. De cet émerveillement, de cette dévotion, de cette reconnaissance, naît ou renaît la géométrie sacrée. Car le corps est géométrie sacrée et la création est géométrie sacrée. Il n’est que des liens, fils de lumière tissés au sein de l’unité, pulsant, se contractant, se dilatant, jaillissant et se fondant, les liens de l’amour.

Voyez, même au cœur du sans-forme, au cœur du silence, la puissance de l’amour laisse jaillir la géométrie sacrée. La géométrie sacrée est son, pure expression d’adoration. Ainsi naît la création, ainsi se fond la création. L’Être reste le regard qui unit, qui s’émerveille, reconnaissant le Vénérable dans le créé et l’incréé, incarnant la beauté du Vénérable.

Rappeler à l’ego que le seul accès à cela est de se souvenir qu’il est le cœur.
Nous vous saluons.

Site : http://anandamath.org

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email