David Wilcock et Corey Goode

Bienvenue à « Divulgation Cosmique ». Je suis votre hôte, David Wilcock.

Et dans cet épisode, nous allons entrer en contact avec les Allemands qui voyagent vers Mars.

Cependant, entre les épisodes, il m’est venu à l’esprit qu’il y a des questions très importantes qui restent sans réponse. L’une de ces questions est que nous avons des artefacts sur la lune, et il y a aussi des artefacts sur Mars.

Nous allons donc entrer dans la relation entre ces anciens artefacts sur la lune et sur Mars, puisque les Allemands les ont finalement trouvés sur les deux sphères.

Cela nous aidera à mieux comprendre ce que les Allemands ont fait sur Mars. Tout cela sera donc couvert dans ce seul épisode. Alors, Corey, je suis vraiment excité de me lancer là-dedans, et merci d’être dans l’émission.

CG: Merci.

DW: Donc, Corey, nous parlions du développement allemand de la lune dans l’épisode précédent. Comment pensez-vous que cela a été accompli à la lumière de la race des Anciens Bâtisseurs? Y avait-il des ruines de la race des Anciens bâtisseurs sur la lune qu’ils ont pu trouver quand ils ont fait cette recherche lorsqu’ils y sont arrivés?

CG: Oui. Il y a des ruines de la race des Anciens Bâtisseurs dans tout le système solaire et sous la surface de notre planète.

DW: Quelles ruines antiques spécifiques de la race des Anciens bâtisseurs ont-ils trouvées sur la lune?

CG: Je pense que certains des bâtiments les plus significatifs qui vous intéressent, et intéresse tout le monde, sont des bâtiments anciens qui ont été construits pour une race d’êtres très grands, à moins que ce ne soient des êtres qui aimaient simplement bénéficier d’une immense hauteur sous plafond, avec des arches et des portes vraiment hautes.

DW: Quand vous dites vraiment grand, de quoi parlons-nous en pieds, comme quelle était la taille estimée de ces gens?

CG: Certains des sièges en pierre et les portes, on parle de 60,70,80 pieds.

DW: 60,70,80 pieds de hauteur?

CG: Grand. (entre 19 et 25 m de hauteur)

DW: Quand vous parlez de sièges en pierre, à quoi ressembleraient-ils? Y aurait-il quelque chose que nous pourrions voir sur Terre qui serait semblable?

CG: On les appelait des trônes, mais ils n’en étaient pas. Il y avait des rangées de sièges le long des murs qui étaient orientés vers l’extérieur, que je suppose que le plus proche que nous verrions dans un vieux château serait comme une salle du trône avec des trônes contre un mur.

DW: Ces sièges ont-ils été sculptés tout aussi utilitaires et basiques? Ou est-ce qu’ils avaient des motifs ornés? Quelle était l’esthétique des sièges?

CG: À une certaine époque, ils portaient des inscriptions ou des emblèmes et des symboles, mais quelqu’un, pour une raison ou une autre, les avait sablés ou enlevés, de même que n’importe quel autre endroit de ces bâtiments et structures qui semblaient avoir une indication quelconque de caractères ou d’images. Ils ont été effacés, comme s’ils disaient que le vainqueur écrit toujours l’histoire.

Eh bien, peut-être que d’autres groupes ET ont déménagé dans des millénaires plus tard et ont décidé, nous voulons écrire l’histoire, nous voulons être connus comme les dieux. Ils ont donc effacé ce qui était écrit.

DW: Ces trônes apparaissaient-ils juste gravés sur le flanc d’une montagne, comme nous pourrions le voir avec le mont Rushmore sur Terre? Ou étaient-ils à l’intérieur de pièces?

CG: Ils étaient à l’intérieur des chambres. Et c’était de la haute technologie. C’était évidemment de la matière manipulée, de la matière manipulée technologiquement.

DW: Alors décrivez-nous comment vous trouviez une pièce? Avez-vous vu un dôme, et êtes ensuite entrés dedans? Etait-ce intégré dans le flanc d’une montagne? C’était souterrain? Où avez-vou vraiment vu ces pièces? Comment êtes-vous entré dans une pièce?

CG: Ce sont surtout des structures aujourd’hui couvertes de poussière de lune et de météores qui ont frappé et laissé des vestiges. Ils sont là depuis longtemps. Mais il faudrait en creuser une certaine quantité. Peut-être 10% seraient au-dessus de la surface. Et même cela devrait être découvert. Et le reste devait être creusé, et ensuite fouillé et inspectéà l’intérieur.

DW: Ces structures étaient-elles à la fois sur la face visible et du côté obscur de la lune?

CG: Partout.

DW: Et le bâtiment est souvent carré? Ou s’agit-il plutôt d’une forme circulaire? Quelle était la forme « indice » que c’était un site et pas juste une autre irrégularité dans la surface de la lune?

CG: Ces bâtiments ont été découverts dans toutes les formes, dans toutes les conditions et fabriqués à partir de différents types de matériaux, y compris le matériau en alliage d’aluminium transparent dont il a été question précédemment, ou des parties des bâtiments ont été construits à partir de ce matériau.

DW: Donc, certains de ces bâtiments, les murs que vous pouviez voir à travers eux, une fois que vous les avez découverts du régolithe lunaire?

CG: D’accord.

DW: Wow. Maintenant, Richard Hoagland a beaucoup parlé de ce qu’il croit être des dômes en verre qui étaient sur la lune et de l’idée qu’ils pourraient être pressurisés à l’intérieur, et qu’il pourrait y avoir des plantes et des arbres là-dedans. Avez-vous trouvé des preuves qu’il y avait des coupoles en verre?

CG: Il y a toutes sortes de structures en verre qui sont principalement détruites.

DW: Y compris les dômes?

CG: Y compris les dômes et les tours.

DW: Et quand vous dites détruit, par qui?

CG: C’est peut-être par quoi, par un cataclysme. Il reste beaucoup de choses sur la lune comme des souvenirs d’une grande guerre. Il y a pas mal d’autres documents et articles qui nous sont parvenus il y a bien plus longtemps. Les vagues de temps dont nous parlons ici sont époustouflants. Et le nombre de groupes et de races qui ont contribué aux artefacts et aux bâtiments qui sont en surface est tout aussi époustouflant.

DW: Parlons des parallèles entre ce qui a été trouvé sur la lune et ce qui a été trouvé sur Mars. Parce que les scientifiques allemands, disons – parce qu’ils ne sont pas tous nazis – lorsqu’ils sont allés sur Mars, ont-ils trouvé des structures semblables à celles que nous avons vues sur la lune?

CG: Oui. Cette race des Anciens Bâtisseurs et d’autres races qui sont entrées dans notre système solaire à travers le flux et le reflux du temps et se sont battues pour le contrôle du système solaire, contrôlées, perdues de contrôle, reviennent des millénaires plus tard – cela s’est poursuivi pendant des millénaires – leurs structures ont été retrouvées dans tout le système solaire. Notre système solaire est parsemé d’anciens sites archéologiques.

DW: Vous avez déjà mentionné qu’il y a un grand portail qui va vers d’autres galaxies. C’est juste en dehors de notre système solaire.

CG: Il y a un système de portail qui fait partie de la toile cosmique, et notre système solaire se trouve dans une zone très convoitée.

Et oui, ce système de portail s’étend non seulement à d’autres galaxies, mais aussi à d’autres systèmes stellaires au sein de notre propre galaxie.

DW: Donc on est dans un quartier très chic !

CG: Oui.

DW: Diriez-vous donc que notre système solaire a beaucoup plus de colonisation et d’histoire que la plupart des civilisations qui se trouvent dans une région plus rurale, par opposition à un district urbanisé comme celui-ci?

CG: On m’ a dit que nous sommes essentiellement une oasis sur une route cosmique de la soie.

DW: La NASA est sortie récemment et a suggéré qu’ à un moment donné, Mars avait une profondeur d’un mille et demi qui couvrait au moins la moitié de sa surface comme l’hémisphère nord. C’est ce que dit la NASA. Pourquoi pensez-vous qu’ils diraient ça?

CG: Je pense que nous arrivons à un point de la conscience humaine où il devient assez ridicule d’essayer de cacher ce qui est devant notre visage quand nous regardons Mars. De nombreuses personnes ont pris des vues satellites de la Terre, des images satellites de la Terre, des images satellites de Mars, les ont rapprochées les unes des autres et prouvées géologiquement et ont montré qu’elles avaient le même type d’activité.

DW: Avez-vous donc trouvé des informations suggérant que Mars ressemblait plus à la Terre à un moment donné?

CG: Oui.

DW: Vous avez déjà mentionné que la ceinture d’astéroïdes était une planète détruite.

Hoagland et d’autres ont fait des travaux suggérant que Mars était à l’origine une lune de cette planète. Avez-vous rencontré quelque chose comme ça?

CG: D’après la plaque de verre intelligente, c’était l’intelligence — que Mars était à un moment donné un satellite d’une super-terre qui existait maintenant là où nous avons une ceinture d’astéroïdes.

DW: Mars était-elle aussi une planète aquatique avec des océans à l’époque?

CG: Il y avait des océans et une atmosphère très épaisse qui s’est envolée dans le même événement qui a changé son orbite actuelle et créé la ceinture d’astéroïdes.

DW: Quand vous regardez le travail de certains astronomes comme le Dr Thomas Van Flandern, qui ont étudié ce qu’il a appelé l’Hypothèse de la Planète qui explose, ou EPH, nous voyons que la moitié de Mars est totalement couverte de cratères. L’autre moitié est vraiment très lisse. Tu crois que c’était des astéroïdes de la planète qui explosaient et frappaient Mars? Avez-vous vu quelque chose suggérant que c’est ce qui s’est passé?

CG: Oui. Et nous pouvons entrer dans les détails. Il y en avait beaucoup. La surface de Mars, dont la moitié est composée de quartz et de dépôts à fort choc. Et la moitié de Mars est chargée positivement. L’autre moitié est chargée négativement. Et à cause de ce qui lui était arrivé dans cet événement, c’est maintenant un condensateur géant.

DW: Hmm. Nous avons donc toute cette immense planète qui est un monde habitable avec des océans. Et puis il y a une lune autour d’elle qui est devenue Mars, comme nous le pensons, qui était aussi habitable. Avez-vous rencontré des informations suggérant qu’il y avait des civilisations opposées sur chacune de ces sphères? Ou tout cela faisait-il partie d’une grande civilisation? Le savons-nous?

CG: J’ai vu les rouages, l’information scientifique.

C’est là que nous commençons à entrer dans le syndicat secret du gouvernement de la Terre, ou Illuminati, des idées religieuses sur toutes ces idées au sujet de ce qui s’est passé.

Ils ont créé toutes sortes de mythes et d’idées sur la façon dont cela s’est produit et sur ce qui s’est passé, et ils y croient aussi ardemment que quiconque croit leur religion.

DW: Maintenant, vous avez dit un peu plus tôt que ces bâtiments sur la lune, nous parlions de trônes que vous avez trouvés sur la lune avec des bâtiments, différents types qui ont été enterrés dans le sol, et vous avez dit qu’il y avait une sorte d’effort pour effacer l’écriture et les insignes sur eux. Trouvons-nous des structures semblables sur Mars?

CG: Oui, partout dans le système solaire, et ils ont tous été traités de la même manière.

DW: Ces structures semblaient-elles avoir été construites lorsque Mars avait encore des océans avant que la planète n’explose?

CG: Je suis en train de perdre la mémoire, et je ne veux pas me lancer dans la spéculation, mais cela me semble juste.

DW: Combien d’architecture sur Mars? Combien y a-t-il de choses qui montrent qu’il y avait une civilisation avancée là-bas?

CG: La plus grande partie est soit souterraine, soit vraiment détruite. La surface de Mars a traversé une telle catastrophe. On dirait qu’une onde de choc a fait le tour de la planète. La géologie est merdique. C’est juste un gros bordel.

DW: Eh bien, parlons maintenant spécifiquement de Cydonia, qui est la zone dont Richard Hoagland a parlé avec le visage et ce qui semble être une pyramide à cinq côtés à proximité.

CG: J’ai vu les pyramides.

DW: Que voulez-vous dire par là?

CG: J’ai vu des pyramides à cinq côtés. J’ai vu des pyramides–

DW: Mais nous en avons tous vu des photos.

CG: J’ai survolé et vu les pyramides–

DW: Vraiment?

CG: — qui ont été partiellement enfouis avec de la boue ou des boues. Soit je n’ai pas survolé la zone où se trouvait le visage, soit je ne l’ai pas vu. Je n’ai pas vu de visage.

DW: Voyez-vous des parties des pyramides qui ressemblent encore à une surface taillée dans la pierre? Ou était-elle entièrement recouverte de débris?

CG: Une partie de la boue s’échappe des débris, mais je dirais que la plus grande partie est – ils sont un peu plus gros que ce que les gens pensent parce qu’ils sont couverts de boues.

DW: Je me souviens d’un initié, Daniel, qui m’ a dit qu’il avait vu une photo d’astronautes agitant une pyramide sur Mars et qu’il y avait une très belle ligne pointue de la pyramide qui montait. Il semble donc que vous êtes en train de confirmer qu’il y aurait certaines pyramides où il y a encore une certaine netteté qui pourrait être visible du sol.

CG: C’étaient évidemment des pyramides.

DW: Wow. Les Allemands sont donc allés sur la lune, et vous avez dit qu’ils sont allés à la ceinture d’astéroïdes, et ils sont aussi allés sur Mars. Alors, quelle est la séquence? Ont-ils fait tout ça en même temps? Ou comment ont-ils abordé cette question?

CG: Ils sont d’abord allés sur la lune. Après une tentative ratée, ils installent leur base sur la lune. Puis ils sont allés sur Mars. Puis ils ont installé une autre base temporaire sur Mars, et à partir de là, ils ont construit une plus grande base sur Mars.

DW: OK, faisons une pause d’une seconde. Les Allemands arrivent sur Mars. La NASA n’est pas encore allée sur Mars à ce stade de notre histoire. Quelle est l’année où ils sont arrivés là-bas, à votre connaissance?

CG: Tout cela se passait à la fin des années 30 et au début des années 40.

DW: Ont-ils cherché spécifiquement l’archéologie?

CG: Je sais juste qu’ils cherchaient à créer des bases à l’extérieur de la Terre, ainsi que des bases dans des régions de terrestres inhospitalières ou hors de portée de la civilisation régulière de la Terre.

DW: Comment ont-ils pu respirer de l’air dans ces embarcations? Cela faisait-il partie de la technologie extraterrestre qui leur a été donnée pour qu’ils puissent faire un long voyage sans avoir à revenir ici?

CG: Oui, ils avaient développé certains de leurs super sous-marins. Ils avaient déjà commencé à mettre au point des épurateurs de dioxyde de carbone et des systèmes de respiration à oxygène en circuit fermé. Ils avaient déjà commencé à développer cela depuis un certain temps. Mais c’est après avoir travaillé en développement avec ces groupes d’ET et développé une technologie de pointe qui leur a non seulement donné le voyage électrogravitique, mais aussi la capacité d’avoir la gravité artificielle et les contrôles environnementaux, qu’ils se sont sentis à l’aise de quitter si loin de la Terre.

DW: Se rendraient-ils de la Terre à Mars? Ou bien ont-ils construit une station spatiale entre les deux comme un dépôt de ravitaillement?

CG: Ils ont voyagé de la Terre à la Lune, de la Lune à Mars, comme nous l’avions prévu de le faire.

DW: Et quelle est le temps de ce voyage? C’est comme si vous voyagiez de la lune à Mars, combien de temps ça prendrait d’après cette technologie dans les années 30?

CG: Cela aurait été une question d’heures. Je ne sais pas exactement combien de temps.

DW: Et vous dites à l’époque, parce que maintenant ce serait plus rapide?

CG: Maintenant, c’est une question de minutes.

DW: Wow. Disons qu’ils regardent depuis la surface de Mars. Certains chercheurs ont dit, et Hoagland est l’un d’entre eux, que les photos originales de Viking Lander semblent avoir du rouge dans l’image et que le ciel n’a pas vraiment l’air rouge, mais qu’il est en fait bleu comme la Terre.

CG: Oui, ils ont allumé un filtre rouge. Mais il faut comprendre qu’il y a des moments, selon les… c’est très dynamique sur Mars. Il y a des moments où le ciel est rouge. Il y a tellement de poussière dans l’air, surtout dans les zones équatoriales. Plus on se rapproche des régions polaires, moins il y a de sable atmosphérique et de débris. Et il y a des aurores boréales.

Vous avez un ciel rose violacé selon l’heure de la journée, le coucher et le lever du soleil. Mais pendant la journée, il y a une sorte de ciel bleu violacé, mais il y a beaucoup de temps où le ciel, à cause de toutes les tempêtes, est plein de sable rouge. Et elle est rouge.

DW: Pourrions-nous respirer l’air n’importe où sur Mars?

CG: Il n’est pas conseillé de le respirer sur Mars. Dans les régions du nord et du sud, il est plus facile de respirer. Mais c’est plus comme être au sommet de l’Everest. L’oxygène est mince. La pression barométrique est très, très, très faible. Vous avez besoin d’une combinaison de protection légère et légère et habituellement d’un respirateur qui libère de l’oxygène.

DW: Très intéressant. Vous avez dit auparavant que la lune est lourdement habitée par une variété de races différentes.

Y a-t-il des satellites en orbite autour de Mars ou des plateformes spatiales qui ont des systèmes d’armes qui vous abattront si vous essayez d’aller sur cette planète?

Comment les Allemands… sont-ils arrivés en avion? Ont-ils rencontré des résistances?

CG: Je ne sais pas s’ils ont rencontré de la résistance. Je crois qu’à ce moment-là, ils avaient déjà formé une alliance.

Je crois donc que les gens, ou le groupe avec lequel ils avaient formé une alliance, étaient des gens – un peuple dont vous auriez craint qu’ils vous abattent…

DW: Exact.

CG: Il y a quelques petites lunes autour de Mars.

DW: Phobos et Deimos, oui.

CG: Et il y a des satellites actuels, tout autour de Mars.

DW: Vraiment? Des satellites construits par des humains modernes?

CG: Des Humains modernes, oui. Des humains modernes qui habitent Mars.

DW: Vraiment? Des gens nés sur Terre qui ont migré vers Mars et construit ces satellites? C’est ce que vous dites?

CG: Des Peuples qui peuvent être les descendants de personnes nées sur Terre.

DW: Et vous avez dit que c’est rempli de satellites?

CG: Oui. Il y a plein de satellites autour de Mars.

DW: Wow.

CG: Et certains sont des systèmes d’armes.

Et beaucoup d’entre eux sont des descendants de certains des groupes allemands qui ont établi les premières colonies sur Mars, qui se sont développées plus tard après que les Allemands ont coopté le complexe militaro-industriel des Etats-Unis.

Ces colonies se sont développées à travers la planète. Et beaucoup de ces gens qui sont là sont maintenant des descendants.

DW: Je veux y revenir, mais vous avez mentionné Phobos et Deimos. Les gens qui ont étudié cette information en ligne et qui sont vraiment entrés sur Mars, c’est un peu connu que les lunes sont, je suppose, trop près de la planète et qu’elles se déplacent aussi trop rapidement sur leurs orbites. Je suppose que certaines personnes, comme Hoagland, ont aussi dit qu’il semble qu’elles sont vides à l’intérieur d’après leurs signatures. Qu’est-ce qu’on cherche avec Phobos et Deimos? Ce ne sont que des lunes? Ou il se passe autre chose?

CG: Phobos est écrasé, c’est une sphère écrasée.

DW: Vraiment? C’était donc à l’origine une sphère parfaitement ronde?

CG: C’était autrefois une sphère.

DW: Wow.

CG: Et à une extrémité, et il y a une ouverture.

Donc ils ne nous montrent pas ça à la NASA? Ils s’assurent juste de le trafiquer avec photoshop ou quelque chose comme ça?

CG: Je n’ai pas vraiment regardé les images de la NASA, mais je sais que les ateliers photos et les aérographes de la NASA produisent des images à une vitesse incroyable de Mars, de la lune et d’autres planétoïdes. J’imagine donc qu’il y a beaucoup de choses à propos des Phobos qu’ils trafiquent avec photoshop ou font carrément.

DW: Eh bien, l’une des choses bizarres à ce sujet–et je le vois parfaitement dans mon esprit, et nous allons le mettre à l’écran–est que Phobos a des lignes droites parallèles très étendues qui vont toutes dans la même direction. Et il y en a d’autres qui vont à 90 degrés.

CG: Oui, ce sont des crêtes.

DW: Qu’est-ce que c’est?

CG: Tout comme sur la Lune, notre Lune, c’est un tout autre sujet.

Notre lune est une structure artificielle. En plus de cela, il y a des centaines et des centaines de pieds de régolithe et de météorites brisées qui se sont accumulées pendant des millénaires. Et Phobos a son propre champ gravitationnel, et il attire des débris à lui. Et sous ces débris, il y a une super structure.

DW: Les Allemands ont-ils montré un intérêt initial pour Phobos s’il y avait un trou dans lequel vous pourriez voler? Ils ont fait ça quand ils sont arrivés?

CG: Je n’en ai vu aucun enregistrement.

DW: Qu’en est-il des démos? Vous avez mentionné que Phobos est une sphère effondrée, ce qui implique qu’il y a beaucoup de vide à l’intérieur. Demos est-il aussi autre chose qu’une lune ordinaire?

CG: Je n’ai rien lu sur son caractère artificiel. Il est donc possible que ce soit un objet naturel qui a été capturé dans un cataclysme qui s’est produit il y a longtemps.

DW: Tout d’abord, y a-t-il de l’eau liquide qui coule en surface à certains endroits?

CG: Mars a une année cyclique très étrange, un cycle annuel. À certains moments, l’eau qui est à la surface sous forme de glace se liquéfie.

DW: Vraiment?

CG: Mais pas pour longtemps. Je n’ai jamais vu d’informations sur les lacs, les petits océans à l’époque actuelle. Je n’ai jamais survolé de plans d’eau ni vu de plans d’eau.

DW: OK. Alors, les Allemands ont-ils eu un plan pour essayer d’utiliser des matériaux locaux pour créer une base durable quand ils sont arrivés là-bas? Etait-ce toujours l’intention?

CG: Oui. Tout comme sur la lune, ils prévoyaient d’apporter une certaine quantité de ressources à Mars, de la chaux et toutes les différentes choses dont ils avaient besoin pour se mélanger avec les ressources locales afin de fabriquer du béton et tout ce dont ils avaient besoin pour construire des structures qu’ils pourraient ensuite pressuriser et utiliser comme abris temporaires.

Ils ont dû faire pas mal de voyages pour amener des gens et du matériel au début.

C’était au début quand ils utilisaient la porte des étoiles ou le portail. Et à cette époque, ils utilisaient les portails pour transporter du matériel et non des personnes ou des matières organiques.

DW: Ont-ils eu du mal à ce que les matières organiques soient endommagées, comme dans leur cycle de vie?

CG: Oui, comme en les tuant d’une manière horrible.

DW: Exact.

CG: Jusqu’ à ce qu’ils trouvent la bonne façon de le faire avec l’aide de certains de ces groupes extraterrestres alliés.

DW: Quelle est donc l’année où vous savez où les portails ont commencé à être utilisés pour transporter du matériel?

CG: Ils utilisent des portails pour transporter du matériel, ils savent comment faire depuis les années 30 et 40.

DW: Wow. C’est donc bien avant l’expérience de Philadelphie.

CG: Exact. Et vous avez vu à quel point ça a mal tourné avec les gens.

DW: Absolument.

CG: Ce n’est que dans les années 50 qu’ils ont commencé à transporter des gens sans souffrir. Je crois qu’ils ont appelé cela la « démence temporelle ».

Les gens se téléporteraient intacts d’ici à Mars. Ils avaient l’air en forme, mais au bout de quelques jours, ils souffriraient d’une sorte de démence, qu’ils ont appellé démence temporelle.

Et les Allemands ont fait beaucoup de travail dans ce domaine, ce qui nous a aidés à trouver comment faire cela correctement, en travaillant aux côtés de leurs alliés de l’ET.

DW: C’est tellement hallucinant d’imaginer qu’il y avait déjà des artefacts, comme des pyramides, quand les Allemands sont arrivés. Dans quelle mesure s’intéressaient-ils à essayer de réoccuper ce qu’il y avait là, et dans quelle mesure cherchaient-ils simplement à construire de nouvelles choses?

CG: Au début, c’était une mise en situation. Comme nous, ils traçaient la carte de Mars et avaient une vue d’ensemble de la terre. Ils avaient pas mal de données sur la géographie de Mars et ces plaques de verre intelligentes. Et c’était de l’information qui a été présentée sur un bloc-notes en verre très technique, mais elle provenait de feuilles de papier dactylographiées que je voyais. Donc, ils n’avaient pas de façon vraiment high-tech de montrer cette information.

DW: Les Allemands ne disposaient donc pas à l’origine de ces pastilles de verre intelligentes, comme vous l’avez dit plus tôt, mais les données qu’ils ont trouvées lors de leur enquête, vous les avez considérées comme des JPEG, ou peu importe ce qu’elles sont, de documents originaux et dactylographiés.

CG: Oui. Et d’anciennes photos d’un vieux 35 millimètres, ou quoi qu’ils aient utilisé, des photos.

DW: Y avait-il des photos de ruines de vieilles civilisations que vous avez vues?

CG: Oui, des ruines et des photographies aériennes de zones énorme volcaniques

DW: Le Mont Olympus.

CG: Oui, le Mont Olympus . Il y a des tubes de lave qui sont 10 fois plus grandes que les tubes de lave que nous avons ici. Et ils sont parfaits pour sceller et créer un environnement intérieur. C’est une base facile, prête à l’emploi.

Et c’est une région très convoitée pour créer des bases. Et les Allemands le voulaient.

Plus tard, les groupes d’ICC, je suppose les groupes des programmes spatiaux modernes, ont voulu utiliser cette zone. Mais elle était déjà occupé par un autre groupe. Il y en avait beaucoup, et ils le défendaient férocement.

DW: Vraiment? On sait à quoi ils ressemblent ou d’où ils viennent?

CG: Oui. Il y a un traité entre certains de ces groupes. L’un des groupes est de type reptilien, et l’autre est de type insectoïde.

DW: C’est un peu ce à quoi je m’attendais.

CG: C’est un domaine très convoité.

DW: Donc, quand vous dites 10 fois plus gros que les tubes de lave sur Terre, est-ce qu’on parle de 5 milles de large, 20 milles de large, 50 milles de large, de haut en bas?

CG: Je veux dire, énorme. Je veux dire, ils sont insignifiants par rapport aux cavernes ou aux tubes que nous avons ici.

DW: Je suppose que vous dites presque tout ce qu’on ignore?

CG: ouais.

DW: Parce qu’il y a déjà de grandes villes construites dans ces tubes de laves.

CG: Cela a à voir avec la taille du volcan, la gravité, la pression barométrique sur Mars et la façon dont leurs taille gigantesque.

DW: Alors, pourraient-ils faire 100 ou 200 milles de haut en bas?

CG: Je le spéculerais. Je n’ai pas vu de données concrètes sur le nombre de mètres, de verges ou de pieds qu’ils avaient.

DW: Mais étant donné que certaines villes ici sur Terre peuvent sans doute contenir des centaines de milliers de personnes, si vous dites que dans ces tubes de lave, vous pourriez avoir des millions de personnes.

CG: Il y a des millions d’êtres vivants dans ces tubes de lave.

DW: Wow. Qu’est-ce qu’ils font?

CG: Ils vivent leurs cycles de vie là-bas. Ils ont leur propre civilisation, leur propre voie, leurs propres sociétés. Ils sont très territoriaux.

DW: Ont-ils des pop stars? Il y a un insecte comme Britney Spears?

[RIRES]

CG: Je n’en sais pas beaucoup sur eux. Un grand nombre des personnes qui ont été assignées pour examiner les détails de la sécurité à la surface de Mars ont interagi avec eux. Je n’ai pas interagi avec eux.

DW: Alors, les Allemands ont-ils eu de la résistance dès leur arrivée?

CG: Ils ont eu pas mal d’interactions avec eux.

DW: Ils ont essayé de se battre pour récupérer ces tubes de lave?

CG: Oui. Leur plan était d’entrer et de prendre certains de ces tubes. Et il y a eu des batailles. Et cela ne s’est pas du tout bien passé pour eux. Certaines de leurs premières bases ont même été détruites. Et ils ont perdu des bases entières.

DW: Avec le personnel, comme si tout le monde avait été tué?

CG: Oui. Et ils ont aussi mal choisi. Ils ont construit certaines de leurs bases en direction de l’équateur et ont découvert que les tempêtes de poussière qui se déclenchent assez souvent sont très chargées électriquement. L’électricité statique s’accumule dans tout le sable qui souffle à très haute vitesse.

DW: C’est logique.

CG: Et les minéraux sous la planète– Je pense que j’ai mentionné plus tôt, d’un côté, à cause des impacts, a causé la cristallisation d’une partie de la roche.

DW: Exact, vous avez dit qu’il y avait formation de quartz choqué.

CG: Et faire en sorte qu’un côté soit une sorte d’anode, une cathode et une anode de chaque côté. Ainsi, la surface, en particulier autour de l’équateur, va accumuler une charge électrique dans le sol.

DW: Eh bien, c’est logique. C’est le même principe où on prend certains métaux, on les met sous pression, on les électrise et on les rend magnétiques. C’était donc tout le côté de la planète.

CG: Eh bien, le problème lorsque vous construisez une base et que vous avez toute cette électricité statique à l’endroit où il y a des éclairs dans les tempêtes de sable – c’était la plus grande partie d’un champ électrique en train de se créer – eh bien, c’est la destruction de leur électronique.

DW: C’est donc l’équivalent d’une FMC? C’est comme une sorte de pouls EMP très puissant ou quelque chose comme ça?

CG: Oui. Et cela arrive souvent.

DW: Cela signifie-t-il donc que la région équatoriale n’est tout simplement pas bonne?

CG: Ce n’est pas un bon endroit pour établir une colonie. Je suis sûr qu’ils ont surmonté beaucoup de problèmes de blindage pour y créer des colonies. Je sais qu’on peut traverser ces tempêtes de sable sans problème électrique. Mais à l’époque où les Allemands débarquaient sur Plymouth Rock et forgeaient de nouveaux territoires, je suppose, ils ont découvert que ce n’était pas un endroit où aller, surtout avec la technologie qu’ils possédaient à l’époque.

Ils perdaient toute leur technologie. Ils ont donc découvert que les régions les plus proches des régions polaires, à moins de 20 degrés, je pense, du pôle nord et du pôle sud, étaient les meilleures régions habitables.

Et c’est aussi là que beaucoup d’autres groupes avaient établi des bases. Ils ont donc dû trouver une zone qu’ils pouvaient revendiquer pour installer une base, ainsi que toute leur population…

Tout comme les gens associent Mars à la guerre, tous les êtres là bas sont très territoriaux, ce qui, je suppose, veux dire guerrier.

Mais cela fait partie de leur culture d’être très territorial. C’est comme mettre trop de poissons dans un aquarium. Et ils devaient défendre leur territoire. Et il a fallu faire beaucoup de choses pour qu’ils le fassent. Et ils n’ont pu réussir pleinement que beaucoup plus tard, dans les années 50, lorsqu’ils ont travaillé avec les États-Unis et le complexe militaro-industriel et qu’ils avaient toutes les ressources des États-Unis derrière eux.

Et puis, ils ont vraiment pu commencer à se constituer et à devenir une force sur Mars pour repousser certains de ces autres groupes, tout comme les Américains l’ont fait pour les Amérindiens. Ils repoussèrent d’autres groupes et prirent la relève.

DW: Destinée manifeste. Ainsi, au cours d’une année terrestre typique, la Terre est inclinée vers le soleil, et nous allons avoir des saisons où il va faire très froid ou très chaud selon l’endroit où nous sommes, et cela change.

Si vous construisez près d’une région polaire, et que vous avez un hiver martien, comment se fait-il que la vie humaine puisse survivre, étant donné que Mars est plus éloignée du soleil, ce serait donc plus froid d’après ce que nous savons des études de la NASA sur Mars?

CG: C’est beaucoup plus facile de faire face au froid. Quand vous avez froid, vous avez de l’eau glacée sous forme de glace. C’est beaucoup plus facile de faire face au froid que de vivre dans un désert où il y a des orages électriques tout le temps, et l’atmosphère est un peu plus hospitalière dans ces régions, même s’il fait froid, je veux dire, pour respirer. Même si le taux d’oxygène est très faible, il y en a plus dans les pôles nord et sud.

DW: OK. Donc, vous dites que ces bases allemandes ont été construites dans ce que nous considérons être une région d’apparence arctique?

CG: Pas dans l’Arctique. Habituellement à l’intérieur, on appellerait ça le 20e parallèle.

DW: Y avait-il des animaux sur Mars qu’ils pouvaient chasser et manger pour se nourrir? Y a-t-il de la vie là-bas?

CG: Oui, il y a de la vie là-bas. Je n’ai pas beaucoup entendu parler de la chasse. Je suis sûr que, aussi brutal que cela ait pu être pour les premiers habitants de la colonie de Mars, je suis sûr qu’ils ont mangé ce qu’ils ont pu trouver à la surface. Je ne me souviens pas avoir lu qu’ils avaient des barbecues d’animaux martiens.

DW: Quels types de bestioles ont-ils trouvés quand ils sont arrivés là-bas? Tu dois creuser ou ils sont à la surface? Ils volent?

CG: La plupart d’entre eux sont des animaux de type terrier, même ce petit animal bizarre… il y a ce petit oiseau chauve-souris, qui ont creusé des trous. Quand on construisait cet avant-poste, on voyait ces petits trous. Et vers le crépuscule, ils s’envolaient. Ce qu’ils mangeaient, où ils allaient, je ne sais pas. Mais ensuite ils revenaient et retournaient dans leur trou.

DW: A quoi ressemblaient-ils? Quelle était leur couleur?

CG: Ils étaient sombres, noirs, et ils avaient l’air vraiment rugueux, en cuir, et presque comme s’ils avaient une armure sur eux.

DW: Je penserais que n’importe quoi aurait évolué pour vivre sur une planète si inhospitalière, que cela aurait probablement tous ce type d’armure et de réelle robustesse.

CG: C’était juste intéressant pour certains scientifiques que quelque chose d’aussi petit avec des ailes pouvait voler dans une telle atmosphère. Ils ne pensaient pas que l’atmosphère était assez dense pour qu’ils…

DW: Pour fournir la propulsion aux ailes, ouais.

CG: OK

DW: Comment c’est petit? Quelle était la taille?

CG: Je veux dire, ils étaient petits. Je veux dire, comme la taille de certains des oiseaux que vous voyez voler par ici.

DW: OK. A quel point cela ressemblait-il à une chauve-souris sur Terre?

CG: La texture ressemblait à une chauve-souris, les ailes à la peau. Mais la tête et le bec ressemblaient plus à un oiseau.

DW: Oh, il avait un bec.

CG: Oui.

DW: Eh bien, nous pourrions probablement passer en revue la taxonomie d’un tas de créatures différentes.

CG: Et je n’ai pas beaucoup vu. Personnellement, je n’ai vu que deux ou trois choses. J’ai vu la vie végétale et ce genre de choses moi-même.

DW: Vous en avez parlé. On a les plantes.

CG: Et j’ai vu que les Allemands les ont catalogué très tôt. Ils ont catalogué beaucoup de vies différentes qui sont apparues dans les coussinets de verre.

DW: Y avait-il des choses qui ressemblaient à de petits crabes ou des araignées?

CG: Il y avait de grandes araignées.

DW: Quelle taille?

CG: Très grandes, comme la moitié de la taille d’une personne.

DW: Mon initié Jacob a décrit la cuisine et la consommation de ces aliments. Et il a dit: « Ça a le goût du crabe. Je ne sais pas si j’en voudrais. Y avait-il des choses comme des vers qui creusient dans le sol ou comme des millipèdes, des vies de type centipèdes?

CG: Eh bien, j’ai vu un gros ver, presque comme des vers à soie qui creusaient des terriers, qui sortaient et s’étendaient parfois au soleil, puis revenaient et creusaient.

DW: Oui, la principale vie dont j’ai entendu parler de la part de deux autres initiés qui prétendent avoir été sur Mars, c’était ces vers qui étaient très gros et qui mangeaient du métal. Et ils s’attachaient sur le côté de certaines de ces bases, et ils devaient sortir avec ces canons de type harpon et les abattre. Mais ils n’étaient pas très rapides, donc ça ne vous a pas menacé. C’était un travail très ennuyeux, apparemment.

CG: Oui, ces vers ressemblaient presque à des larves, de gros vers ballonnés qui creusaient sous terre.

DW: Y avait-il des formes de vie indigènes qui avaient évolué sur Mars et qui avaient toujours existé?

CG: Il y a un groupe qui était très insaisissable que je n’ai jamais vu, mais j’ai lu qu’il s’agissait d’êtres humains qui restaient dans les grottes et portaient toujours des robes, qui étaient très insaisissables et qui se tenaient à l’écart de tout le monde.

DW: Oui, j’ai aussi entendu parler d’une population indigène. Connaissez-vous leur taille ou leur apparence?

CG: Cela ressemble trop à un film, mais il nous ressemblait beaucoup, mais il est très rougeâtre. Et ils prétendent être indigènes de Mars. Que ce soit vrai ou non, je ne sais pas.

DW: Il n’ y a aucun moyen de savoir, ouais.

CG: Mais il n’ y avait pas grand-chose dans le bloc de verre autour d’eux. Ils étaient très insaisissables. Et chaque fois que le programme spatial arrivait et construisait une nouvelle colonie trop proche d’une de leurs civilisations, ils déplaçaient leurs groupes entiers.

DW: Vraiment?

CG: Oui, ils sont restés complètement à l’écart.

DW: Ils n’ont pas pris d’action offensive?

CG: Non. D’après ce que j’ai pu voir, ils étaient plutôt « non-martiens », très pacifiques. Ils voulaient s’éloigner complètement de toutes les autres formes de vie.

DW: Très bien. Il s’agit donc d’un ensemble fascinant d’informations. Nous reviendrons la prochaine fois avec beaucoup plus d’informations sur Mars sur « Cosmic Disclosure » parce que vous devez savoir. Je suis votre hôte, David Wilcock, et je vous remercie de votre attention.

https://www.spherebeingalliance.com/blog/transcript-cosmic-disclosure-remnants-of-ancient-mars.html

Traduit avec https://www.deepl.com/translator

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…

Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension individuelle et collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean


Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email