Marie, transmis par Pascal Bécu

Nous sommes le 29-2-2016, en cette année bissextile (en raison du fait que la Terre ne tourne plus « rond » depuis la grande déflagration de l’Atlantide), le11-2-9 signifiant un nouveau départ (11) de l’humanité sur la Terre (2) en cette fin de cycle solaire (9), soit le chiffre 22 pour faire 4 en réduction numérologique.

Le chiffre quatre représente la Terre. C’est aussi celui de votre coeur, associé au quatrième chakra et à la couleur verte, symbole d’espérance et de guérison. En tant que « Marie », je représente la matrice « mère » (2) de l’enfant « fille » (2) associé à l’humanité sur la Terre, la somme de ces deux aspects faisant 4, selon cette arithmétique.

C’est un retour, le retour de « l’intégrité » de l’humanité terrestre, après tant d’années et de millénaires où celle-ci fut réduite à l’impuissance, du fait de la séparation de son « lien » avec la partie d’elle-même restée de l’autre côté du voile, celui-ci ayant séparé la conscience physique de la réalité « psychique », associée à l’âme ou à la conscience « atmique ». Depuis la « chute », par ailleurs associée à la race reptilienne et au « serpent » mythologique, l’âme s’est en effet trouvée reléguée à un mode d’expression « inconscient » de son être, séparée de la conscience physique, depuis lors prisonnière des sens et de l’espace tridimensionnel.

Cette séparation prend fin, tandis que le voile se retire entre ces deux aspects, conscient et inconscient de votre être et qu’une réunification s’opère, enfin, à l’intérieur de vous-même. En retrouvant et en renouant le lien avec vous-même, vous retrouvez et renouez le lien avec nous, dans l’unité de ce que nous sommes en tant qu’âmes incarnées ou non sur la Terre, et alors que celle-ci ascensionne, retrouvant et renouant elle-même le lien avec les autres systèmes auxquels elle se trouve associée. De même, en retrouvant et en renouant le lien avec votre conscience « atmique », vous retrouvez et renouez le lien avec votre famille stellaire. Ceci est le mouvement en cours de l’ascension et la réalisation d’une promesse faite, il y a longtemps, après que cette sphère de vie s’est trouvée prise en otage par les forces de l’ombre. Les mesures temporelles ne sauraient minimiser l’importance de ce qui s’accomplit « ici et maintenant », actualisant au sein des lignes temporelles la promesse qui, de Noé à l’Apocalypse, relayée par tous les avatars ayant foulé cette Terre, s’accomplit aujourd’hui et prendra bientôt la forme d’une « Divulgation » planétaire.

Face à tous ceux qui l’observent ou le vivent, nous rappelons avec fierté que la Terre, comme les êtres qu’elle abrite en son sein, représente un « joyau » caché de l’Univers. Ce joyau a été découvert par des prédateurs extra-terrestres qui en ont mésestimé la valeur, par orgueil et par ignorance de ce qu’elle représentait réellement. Ayant trouvé un « enfant » humain sur la Terre, ces forces l’ont tout d’abord emprisonné dans un oeuf, à l’intérieur d’une matrice réalisée à l’échelle de la Terre et au sein de laquelle l’humanité naissante disposait à peine des substances nécessaires à sa survie. L’enfant humain grandissant, les forces tutélaires extra-terrestres lui ont ensuite bâti un nid plus grand, le modernisant au fil des siècles, créant ainsi l’illusion du « progrès », tout en continuant à l’asservir, sans jamais lui révéler le secret de sa naissance, resté enfoui au plus profond de son « inconscient ».

A force de vivre dans ce nid de plus en plus douillet, l’humanité terrestre s’est trouvée progressivement spoliée de ses droits les plus fondamentaux, tout en perdant conscience de sa capacité à « «voler ». Ce fut une aliénation perpétrée à l’échelle de la Terre tout entière, ainsi que pour la Terre elle-même, livrée à la voracité de prédateurs sans vergogne, l’exploitant et la dépouillant de son sang et de ses vêtements les plus précieux. Le règne animal ne fut pas non plus épargné, les sacrifices perpétrés à son encontre ne s’encombrant même plus de « rituels » les plus « élémentaires ». Quant aux sacrifices humains, ils prirent progressivement valeur « d’holocaustes », les tenants d’une épuration massive se cachant le plus souvent derrière des paravents religieux ou politiques, pour les justifier. Ces actes perpétrés à l’encontre des lois universelles ont amené les forces de lumière à poser en quelque sorte « pied » sur la Terre et à intervenir, via le processus d’ascension, pour lui permettre de retrouver sa position d’origine, dans l’espace dimensionnel où elle naquît et lui redonner la possibilité de reprendre sa destinée, au sein de la confédération galactique.

Durant le temps « passé » de cette « occupation », le « joyau » que représentait la Terre au sein de la Galaxie, a bien failli disparaître sous d’épaisses couches historiques et énergétiques, au point que beaucoup ont oublié, ici comme « ailleurs », la valeur et le but assignés à cette expérience. Quelques « élus » pourtant n’ont jamais oublié ni renoncé, faisant en sorte que cette petite flamme, cachée au plus profond de la Terre et de la conscience humaine, ne s’éteigne jamais, malgré les tentatives perpétrées par les forces de l’ombre pour l’étouffer. Ils ont cru, à tort, y être parvenus, aveuglés par la toute-puissance de leur intelligence artificielle et la soumission apparente des forces de lumière, incarnées ou non sur la Terre.

L’intelligence artificielle ne saurait pourtant atteindre le point où la matière disparaît pour se régénérer à la « source » par laquelle et à travers laquelle elle est venue à « être ». Ce « passage » de la « Pâques », associé à la mort, à la résurrection et à une seconde naissance, est également pour la Terre, celui de l’ascension. Elle entraîne dans son sillage toutes les formes de vie qu’elle contient et protège en son sein, les conduisant vers une destinée commune s’apparentant à un « retour au foyer ». L’enfant « prodigue », que représente l’humanité sur la Terre, s’apprête ainsi à retrouver le « jardin » dimensionnel qui l’a vu naître et à « revoir »sa famille, ses ancêtres et tous ceux qui, demeurant de « l’autre côté du voile », veillent sur sa destinée et s’apprêtent à l’accueillir dans la joie d’un retour annoncé. Pour sûr qu’il sera fêté !

Ce « passage », tant de fois parcouru entre vos incarnations successives, vous le suivez cette fois-ci en conscience et doté de votre corps physique, celui-ci se transformant, pour la circonstance, en un véritable vaisseau éthérique de lumière. C’est cette transformation que vous ressentez actuellement, au plus profond de vos os et de vos organes, les douleurs parfois ressenties révélant, si besoin en était, la métamorphose en cours. Comme annoncé dans nos messages précédents, vous devez maintenant vous sentir « parés au décollage », tandis que les dernières vérifications et ajustements s’opèrent en vous et autour de vous, en préparation de ce « grand changement ».

Prenez la mesure de nos paroles et ne vous offusquez pas des « répétitions »[1] qu’elles contiennent. Celles-ci ne visent en définitive qu’à atteindre un maximum de consciences et à vous rendre disponible pour cet « Evènement ». Ne vous inquiétez pas des turbulences extérieures et laissez agir ceux qui en ont la charge. La lumière peut être éteinte, comme l’obscurité peut recevoir la lumière, cependant le « feu » de l’esprit n’est pas limité par la lumière et ne peut être éteint. Il se situe au-delà de toute structure spatiotemporelle, dont la lumière (fréquences dimensionnelles) ne représente qu’un aspect « visible ». Au-delà de la lumière se tient « cela » qui la contient et la projette, en tant que conscience universelle. Cette « substance », contenant en germe la lumière, reste à jamais pure et libre de toute pollution et destruction. Elle est la source des films dimensionnels projetés en son sein, auxquels nous sommes tous reliés en substance et en conscience, à travers les cycles du « grand ballet de la vie », par lesquels nous naissons et mourrons, au fil d’expériences successives. Et c’est ainsi.

Pareillement, le « feu » de votre esprit se situe au-delà de votre cadre spatiotemporel et conceptuel. Ce « feu » représente la source de tout ce qui est « projeté » dans l’espace de vos vies. Ce « feu » agit sur l’air, qui agit sur l’eau, qui agit sur la Terre, et réciproquement, ce pourquoi l’expérience que vous vivez nous intéresse et nous affecte aussi directement. Même s’il existe plusieurs niveaux, vous pouvez, pour simplifier, associer le feu à vos pensées, l’air à la parole, l’eau aux sentiments et la terre à vos sensations physiques. Vous connaissez les cycles : le feu dirige l’air, tandis que l’air contrôle le feu ; l’eau dirige la terre, tandis que la terre contrôle l’eau. Le feu et l’eau sont masculins, tandis que l’air et la terre sont féminins. Vous comprendrez ainsi que l’esprit, en passant par le « souffle », alimente le courant de la vie et lui donne forme à travers les cycles temporels, pour constituer le film de votre expérience physique.

Autrement dit, la parole est dirigée par l’esprit, tandis que l’action est dirigée par le coeur. Mais attention, ce que vous croyez être une pensée est en réalité une parole. L’ego (air) s’approprie l’intelligence du feu et soumet l’eau (le coeur féminin) à la toute puissance de sa volonté personnelle. C’est un leurre et une perversion. La pensée véritable est exempte de mots, tandis que le coeur véritable est exempt de toute volonté de puissance. Vous devez ainsi remettre les fonctions à leur place et les faire fonctionner dans le bon ordre. Cet ordre est naturel et répond à une volonté universelle de soutenir la vie quelles que soient les formes et les mouvements à travers lesquels elle se manifeste et expérimente la réalité de son être. La vie, sous toutes ses formes est l’expression du « je suis », en mouvement perpétuel au sein d’un espace multidimensionnel, physique ou psychique, à l’intérieur duquel elle se trouve projetée pour jouer le grand « ballet de la vie ».

Le temps est désormais venu pour vous de vous retourner vers la source de toute projection et d’opérer ce face à face avec vous-même, pour franchir l’espace reliant la projection au spectateur. C’est un peu comme de se réveiller le matin à la réalité de l’espace physique, ou de s’endormir le soir à la réalité de l’espace psychique. Vous vous rendrez compte alors à quel point nous sommes proches de vous ! Une ouverture de conscience est en passe de se produire pour un certain nombre d’entre vous, qui vous fera sortir du film apparent de votre destinée et vous ramènera « d’office » au spectateur en vous. Imaginez maintenant qu’en conscience, vous ayez le choix entre ces trois niveaux de réalité, et que vous vous surprendrez à rêver que vous regardez un film dans lequel vous figurez en tant qu’acteur ! En prenant conscience de ces trois niveaux, certains choisiront de poursuivre le film, d’autres se laisseront emporter dans les bras de Morphée, tandis que d’autres encore quitteront la salle et s’engageront dans une nouvelle expérience dimensionnelle. Quelque chose de nouveau se produira cependant et pour chacun de ces trois cas :

– Ceux qui resteront dans le film prendront conscience de leur rôle et de leurs interactions en tant qu’acteurs. Ils s’impliqueront donc davantage dans les scénarios vécus.

– Ceux qui s’endormiront auront conscience de rêver et seront spectateurs de leurs « rêves ». Ils s’orienteront donc davantage vers l’espace psychique ou dimensionnel du rêve, qui deviendra alors « réel » et sera perçu et vécu comme tel.

– Ceux qui quitteront la scène le feront en conscience et observeront une pause où entameront un nouveau chapitre de leur histoire. Ils feront alors le choix d’une nouvelle destination dans l’espace-temps et seront guidés et préparés en conséquence de ce choix.

Le plus surprenant pour vous sera peut-être de concevoir que ces trois scénarios peuvent se croiser et aboutir à un seul et même champ d’expérience! C’est d’ailleurs ce qui se dessine actuellement. Vous provenez du futur et êtes revenus dans le passé pour réécrire l’histoire de plusieurs scénarios vécus. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ces scénarios se rejoignent « maintenant » pour franchir le passage ascensionnel et libérer la Terre des cycles spatiotemporels au sein desquels elle se trouvait enfermée. L’ascension est le moyen choisi de cette libération collective. Elle vous propulsera vers une nouvelle réalité, associée à une nouvelle Terre, à une nouvelle conscience et à un nouveau cycle dimensionnel.

Il reste d’autres Terres à libérer et tant d’espace à découvrir et à ensemencer ! Vous êtes des anges en incarnation et vous redécouvrirez bientôt la double signification du travail que vous réalisez sur les plans physique et psychique. Ce chemin que vous avez choisi doit maintenant être dégagé des obstacles qui l’encombrent, afin de révéler à celui qui aura un esprit suffisamment « dégagé »pour le croire et des yeux suffisamment « ouverts » pour le voir, la réalité de la « Nouvelle Terre ». Elle sera notre réalisation commune, pour faire quatre, en arithmétique céleste… [2]

Nous sommes maintenant à votre porte : l’entendez-vous et le ressentez-vous ?

Vous n’avez plus à vous préparer, juste à vous libérer…

En amour, Marie.

**********************

[1] A comprendre dans les deux sens du terme.

[2] En tant que fille(2) de la fille (2), dans une cinquième dimension(5) de lumière.

Reçu par Pascal Bécu le 29 Février 2016
Fichier PDF par : Conscience Nouvelle

Sur : http://messages.terrenouvelle.ca

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer le site: http://elisheanportesdutemps.terrenouvelle.ca

Copyright les Hathor © Elishean/2009-2015/ Aux Portes du Temps



Print Friendly, PDF & Email