ADAMUS Saint-Germain canalisé par Geoffrey Hoppe

« Série du Kharisme » Shoud 6

Présenté au Crimson Circle Le 7 février 2015

Je suis ce que je suis, Adamus du domaine souverain.

Que diriez-vous de rendre un petit hommage à nos chers amis? (applaudissements de l’assistance pour Gerhard et Einat) Belle musique. Belle musique.

Alors, chers Shaumbra, par où allons-nous commencer? Par où allons-nous commencer? Commençons par la fin.

SHAUMBRA 1 (femme): Adamus, ainsi que vous l’avez demandé. (elle lui tend un plateau contenant des sandwichs au thon, qu’il avait réclamés lors du précédent Shoud)

ADAMUS: C’est pour moi ?! (quelqu’un dit « Wow! ») Moi ?! (quelqu’un dit «Ooh! ») Un sandwich au thon.

LINDA: Oh, au thon! Ohhh!


ADAMUS: Mmmm! (quelques rires) avec des frites et des cornichons. Nous reviendrons dans une heure pour le reste du Shoud. (rires) Je vous remercie, ma chère.

SHAUMBRA 1: C’est un plaisir.

ADAMUS: Je vais prendre juste une bouchée ici. Mm-mm, mmmm, mm mm, mm mm, mmmm. (il mange plusieurs choses)

LINDA: C’est très élégant. Très élégant. (rires)

ADAMUS: Mmm! La nourriture humaine. Mmm.

LINDA: Ici, ici. Avancez.

ADAMUS: Mm, mm mm. Non.

LINDA: Vous avez oublié le thon.

ADAMUS: Non, j’ai besoin d’une table avec une nappe et une chaise appropriée, une bougie, un peu de vin, bien sûr, et une belle dame. (il regarde Linda; quelques rires)

LINDA: Oh! Ahh! Vous venez de gagner mon coeur. (plus de rires)

ADAMUS: Commençons par la fin. Commençons par la fin avec ceci, parce que c’est en quelque sorte là où vont les choses. C’est vraiment ennuyeux de toujours commencer par le début et d’aller ainsi à la fin. Alors allons à la fin et voyons ce qui se passe.

La fin de ceci : vous avez beaucoup de crasse sur vous. Vous êtes un peu comme un pare-brise très sale qui a besoin d’un bon nettoyage. Vous êtes tellement habitués à regarder à travers le pare-brise, que vous ne réalisez même pas combien il est sale jusqu’à ce qu’il soit nettoyé, et alors : « Magnifique ! Je peux voir à nouveau! Oh! »

C’est à peu près où vous en êtes. Vous êtes sales. (quelques rires) C’est vrai. Il y a de la crasse en vous. Des résidus d’énergie. Je sais que vous avez traversé beaucoup de … Non. Non, pas mon sandwich.

LINDA: Je n’y ai pas touché! J’essayais juste de vous le rendre accessible.

ADAMUS: D’accord.

LINDA: Vous voulez votre vin maintenant ?

ADAMUS: Nous allons faire un merabh et je le mangerai …

LINDA: Vous le grignoterez plutôt

ADAMUS: … pendant le merabh. (quelques rires) Alors, chers Shaumbra …

LINDA: Comme chez Costco.

ADAMUS: Ah. Où en étions-nous? Oh, oui, vous êtes sales. (rires) Vous avez des résidus d’énergie sur vous. Maintenant, vous avez fait un énorme travail de libération. Oh, le nettoyage dure depuis des années et des années et des années et des années, et en fait c’est un temps très court si l’on considère l’accumulation de croyances, de pensées, de blessures et de toutes les autres choses qui avaient besoin d’être libérées. En quelque sorte, il s’agit d’éplucher et d’enlever les couches d’un oignon, l’une après l’autre. Vous avez fait un bon travail avec cet épluchage/ décapage. Pas vous personnellement. (rires) Je dois être en train de canaliser quelqu’un par ici. (Adamus glousse)

Vous avez fait un bon travail de libération de ces couches et ces couches, et cela n’a pas été facile. Cela n’a pas été facile parce que, bon, il y a un souci. Que faire si vous enlevez la couche suivante ? Allez-vous vous dénuder et devenir vulnérables ? Il y a aussi un certain confort à avoir ces vieilles couches et ces blessures, un certain confort à se sentir victimes. Tout à fait. Je l’ai expérimenté moi-même. Il y a encore un peu de cette énergie ici. Mais vous l’avez libérée pour l’essentiel, ce qui est bien et c’est pourquoi nous pouvons faire ce que nous faisons maintenant. Mais il y a encore des résidus que nous devons nettoyer. Nous allons le faire aujourd’hui.

Ce sont ces résidus qui attirent toujours, en fait, les situations similaires que vous rencontrez dans votre vie. Ce sont juste des résidus, un peu de cette vieille crasse sur vous, un peu de cette énergie de victime, un peu de cette énergie de peur. Et pour certains d’entre vous ici – je ne regarde personne en particulier – mais il y a l’obscurité, l’énergie de l’obscurité. (Adamus glousse)

Bien. Chacun de vous a joué avec l’obscurité; c’est juste une étape de la croissance. Vous avez joué avec l’obscurité. Elle est également très sensuelle, cette obscurité, très sexuelle; il y a beaucoup de puissance dans l’obscurité. On pourrait presque se demander, « Pourquoi voudrais-je aller vers la lumière (tellement l’obscurité est agréable)? » Il n’y a rien de cette grande énergie dans la lumière. Elle réside dans l’obscurité. Il y a un pouvoir énorme, une énorme séduction de l’obscurité. Ouais. » Donc ce n’est pas étonnant que vous ayez encore un peu de ces résidus sur vous.

Au passage, vous grandissez et apprenez qu’il n’y a vraiment pas besoin de puissance. C’est à ce moment-là que vous relâchez vraiment ces vieux trucs d’obscurité. Je ne regarde personne … sauf vous. (en regardant la caméra) Vous, qui me regardez en ligne. Oui, vous. Vous savez que je parle de vous en ce moment. Ouais, de vous. Ah.

Nous allons donc nettoyer une partie de cela aujourd’hui. Nous allons faire un très beau merabh, ohh, oui, avec de la belle musique de classe mondiale, et nous allons libérer une partie de tout cela. Nous allons le faire sans effort, magnifiquement.

Ainsi que Cauldre et Linda le disaient tout à l’heure, vous, mes amis, il y a une chose à laquelle vous êtes vraiment bons, tous autant que vous êtes, quand vous vous réunissez ensemble, c’est à créer des espaces sûrs. Pour votre propre compte, vous n’êtes pas aussi bons. (Adamus glousse, Linda s’étouffe, quelques rires dans l’auditoire) Vous ne l’êtes pas ! Vous n’êtes pas vraiment bons à vous créer personnellement votre espace de sécurité, parce que vous y apportez toujours votre merde. Mais quand quelqu’un vous invite à co-créer un espace sûr, vous êtes très polis. Vous laissez votre merde dans votre espace non sécurisé (ou hors de votre espace sécurisé) et vous entrez dans l’espace sécurisé.

Vous devriez tous rire de manière hystérique maintenant. Ai-je touché un point sensible? (seulement quelques rires)

LINDA: Vraiment ?!

ADAMUS: Je crois que nous allons avoir une très longue séance de nettoyage. Ensemble, vous êtes bons à créer des espaces sûrs. C’est l’occasion, comme en ce moment, d’être en sécurité ici, jusqu’à ce que je commence à me promener autour de vous. C’est assez sûr. Vous pouvez simplement vous détendre dans votre illumination ici. En fait, quelqu’un a-t-il remarqué, alors que la musique jouait, qu’il y a quelque chose de très différent aujourd’hui, de différent dans la salle. Quelqu’un l’a-t-il remarqué? Ce n’est pas mon sandwich au thon. (Adamus glousse) Il y a une dynamique très différente, je vais vous en parler un peu, mais revenons à la fin.

Nous allons vraiment laisser ces résidus se nettoyer, puis nous allons laisser ce kharisme briller, cette lumière briller. Cette lumière qui est en vous en ce moment, mais que vous retenez en quelque sorte, parce que vous n’êtes pas tout à fait sûrs de ce qu’est cette lumière. Vous n’êtes pas tout à fait sûrs d’être prêts à la laisser sortir.

Alors, je vous dirai ceci: si vous ne la laissez pas émerger cette année, je veux dire, maintenant, en ce moment, cela va devenir très inconfortable. Vous allez devenir malheureux. Donc, vous en êtes un peu à ce point du parcours où soit vous le faites, soit vous allez mourir. Faites-le … enfin euh, essayez. (Adamus glousse)

LINDA: Whoa!

ADAMUS: Il ne s’agit pas de mourir, en tant que mourir, non. Mais mourir, vous savez, j’utilise juste une façon de dire des humains. Faites-le ou alors vous allez souffrir l’enfer. (quelques rires) Peut-être que je pousse le bouchon un peu trop fort. Faites-le ou vous serez anéantis. Non, ce …

LINDA: Ohhhh!

ADAMUS: Ça ne sonne pas juste.

LINDA: C’était mieux! (plus de rires)

ADAMUS: Comment puis-je adoucir cela?

LINDA: Vous voulez un cornichon?

ADAMUS: Je ne peux pas! Comment puis-je être plus clair? Il est temps de laisser briller votre lumière. Il est temps de laisser ce kharisme sortir, sinon, votre corps va vous faire mal et votre mental va faire tout foirer, comme c’est déjà le cas d’ailleurs. Et vous allez juste être malheureux, et alors vous allez enfin laisser la lumière sortir et puis vous direz: «Pourquoi ne m’avez-vous pas dit de faire cela plus tôt? »

Prenons donc une bonne respiration avec ça.

Donc, on peut dire d’une manière intéressante que nous avons déjà fait le nettoyage. Nous avons déjà réussi à nous débarrasser de ces résidus. Ces résidus qui, vous le savez, sont ces choses qui vous font avoir les mêmes expériences encore et encore, parce que les résidus sont comme des aimants. Ils attirent les mêmes types de personnes, les mêmes expériences. Même si vous vous dites: «Je vais ascensionner. Je vais m’élever en fréquences et en conscience », il y a toujours ce truc collant qui vous apporte sans cesse les mêmes vieilles expériences.

Alors, nous allons placer notre conscience dans le nettoyage, dans la libération de tous ces résidus. Ouf! Oh! Quelque chose a changé dans la pièce.

Nous sommes au début du Shoud maintenant. Avez-vous remarqué quelque chose de vraiment différent ici aujourd’hui? Ouais. Vous avez déjà libéré vos résidus.

KERRI: Woo hoo!

ADAMUS: Je vous remercie. (rires) Il y a une seule voix (qui approuve) mais une voix puissante qui vient de l’arrière de la salle. (Adamus glousse)

Ce que je veux vraiment dire c’est ceci: c’est déjà arrivé. C’est pourquoi, cela vous semblait différent quand vous êtes entrés, quand nous avons commencé, quand la musique jouait. C’est pourquoi quelque chose de différent s’est produit. Nous n’avons pas eu à prendre un chemin linéaire pour y arriver. C’était déjà là. Attendez-vous à de plus en plus de cela dans votre vie. Vous n’avez plus à pédaler sur la route de la vie. Comme l’a dit Tobias il y a des années, « Vous êtes à l’arrêt. Maintenant, tout se déplace. Tout vient à vous. « Ah, quel concept. Pouvez-vous vraiment le permettre ? (quelques personnes crient «Oui») Trois voix. Il y a trois voix cette fois. Nous nous améliorons. Bon.

Saint-Germain et Shaumbra

Je vais vous raconter une petite histoire que j’ai racontée au Quantum Allowing, mais je voulais en parler à tous les Shaumbra.

Peu avant que Tobias nous quitte en 2009, qu’il parte pour se réincarner ici sur Terre; et au passage, Sam devient beaucoup plus actif dans les activités du Cercle Cramoisi … et nous allons devoir arrêter ici pendant un moment jusqu’à ce que le futur rencontre le présent et que mon café me soit livré rapidement. Maintenant, on aurait pu penser, on aurait pu penser, bien que je sois juste un Maître Ascensionné qui a formé plus de Maîtres ascensionnés que tout autre Maître Ascensionné, on aurait pu penser que mon café serait apparu comme par magie.

LINDA: Allons ! Vous avez eu du thon, des cornichons et des chips de pommes de terre! Et vous êtes encore à pleurnicher ?!

ADAMUS: Mais comment vais-je manger cela sans café?

LINDA: Avec du Diet Coke.

ADAMUS: Aghhh!

LINDA: Avec Splenda.

ADAMUS: Oh! (le public dit « Eww »)

LINDA: Ohhh!

ADAMUS: Oh! Oh! Et regardez ça (en référence à une tasse que quelqu’un a donné à Geoff et Linda). Maintenant vraiment. Je vous ai dit que vous êtes bons à créer des espaces sûrs lorsque vous êtes ensemble, mais quelqu’un qui n’était pas dans un espace sûr a créé de sa propre initiative un bougeoir, un support de bougie en cristal, et il a placé un gobelet en plastique dessus, comme si j’allais boire cette pâtée qui se trouve là, avec cela?

LINDA: Voici ce que je vous propose en échange. (Linda lui offre le café apporté par Sandra)

ADAMUS: Ayez plus de respect pour … ahhh!

LINDA: Je vais vous l’échanger.

ADAMUS: Et une bonne …

LINDA: Vous pouvez y aller.

ADAMUS: … une tasse appropriée.

LINDA: Vous pouvez y aller.

ADAMUS: Oui.

LINDA: Vous pouvez y aller.

ADAMUS: Ah. Hm.

LINDA: Bon, maintenant vous allez encore vous plaindre?

ADAMUS: Oui. Et d’ailleurs … (il montre les deux doigts du milieu à Sandra) Pour m’avoir fait un doigt tout à l’heure.

LINDA: Gasp! Ohhhh! (rires)

ADAMUS: je l’ai vu! Je l’ai vu. A présent, je vous recouvre de toutes les crasses de tout le monde ici ainsi que de celles des gens en ligne. (l’assistance dit « Ohhhh!», comme il fait à nouveau un doigt d’honneur)

LINDA: Ohhhh! Qu’est-ce que « le doigt » signifie? Je ne suis pas sûr si cela se traduit.

ADAMUS: Je ne pense pas que nous devions nous aventurer sur ce chemin en ce moment.

Alors, maintenant, où en étions-nous? Ah. J’allais vous raconter une histoire touchante, mais …

LINDA: Vous avez été distrait par un doigt.

ADAMUS: Maintenant, je suis distrait.

Donc, oui, Tobias, en 2009, était prêt à revenir sur Terre, à se réincarner sur Terre, et il m’a dit, il a dit, « St. Germain, un jour vous apprendrez à aimer Shaumbra autant que moi ».

LINDA: Mmm.

ADAMUS: Il vous a vraiment, vraiment aimés tous autant que vous êtes, de la façon la plus profonde qui soit. Il aurait vraiment voulu éliminer tous vos problèmes, toutes vos faiblesses, et insécurités, mais il savait qu’il ne pouvait pas.

Il vous a vraiment aimés, et quand il m’a dit cela, il m’a touché profondément. Et alors je vous ai ressentis. (quelques rires, Adamus glousse) J’ai ressenti ce groupe. Ce groupe extraordinaire. Ce groupe vraiment engagé, peut-être même engagé de manière obsessionnelle dans son illumination. Mais c’est bien.

Je l’ai ressenti et j’ai su que nous passerions de bons moments ensemble et que nous aurions aussi des moments difficiles. J’ai su que j’aurais à utiliser à peu près tout ce qu’il y a dans mon sac de, euh … enfin, pas un sac de trucs et astuces, mais un sac de réalisation. Je savais que je devrais sortir à peu près tout ce qu’il y avait à l’intérieur parce que vous êtes tous passés par à peu près toutes les expériences possibles. Vous avez passé des vies dans les ordres religieux et les écoles de mystère et les églises. Vous avez été victimes de violences de toutes les manières possibles et imaginables, et vous avez été bourreaux de la même façon. Donc, je savais que je devrais utiliser à peu près tout allant de la provocation jusqu’à carrément pousser certains d’entre vous à se mettre en colère contre moi. Pas tellement quand nous sommes ensemble comme ça, mais vous savez comme vous êtes – je ne regarde personne, sauf vous qui regardez en ligne -, il me faudrait utiliser la colère et le divertissement et la distraction, et aussi vraiment entrer dans certaines des énergies de base avec les merabhs, et avec l’espace de profonde sécurité.

C’est ainsi, mes amis, que j’ai commencé à travailler avec vous et que j’ai réalisé vraiment à quel point vous étiez engagés – et confus parfois, mais véritablement engagés – à ce que cela se fasse.

L’autre beauté de la chose c’est que j’ai réalisé que vous n’alliez pas simplement prendre les choses à leur valeur nominale (pour argent comptant). Vous alliez faire preuve de discernement, même avec moi; vous alliez toujours, toujours revenir au fait de ressentir si quelque chose était bon pour vous ou pas; et, peu importe ce que je pourrais dire, peu importe ce que je pourrais faire, il y aurait un niveau élevé, un haut niveau d’intégrité et de discernement.

Cela a fait une énorme différence. Nous avons parcouru un long chemin en un temps relativement court. Je sais que pour vous, cela ne semble pas être un temps court, mais ça l’est vraiment. Et fidèle aux paroles de Tobias, j’ai appris à vous aimer tendrement, et même plus. J’ai énormément de respect pour chacun et chacune d’entre vous, et pour ce que vous faites. Ce n’est pas facile. Ce n’est pas facile.

Ce serait presque plus facile dans un sens, de simplement quitter votre corps physique et de juste partir, plutôt que de rester dans cet état de limitation. Presque plus facile de dire: «Vous savez, je suis allé au-delà de ce que je pensais que j’allais être capable de faire dans cette vie. Et maintenant – wow – Ça devient un peu difficile, donc je vais juste mourir. Je reviendrai plus tard. Je vais laisser quelqu’un d’autre prendre la tête. « Mais vous n’avez pas fait cela. Vous êtes restés coincés avec ça, et je me rends compte combien c’est difficile, déroutant, angoissant et beau.

Il est maintenant temps

Alors, mes amis, je dis cela parce que je sais aussi que c’est l’année de la réalisation, à des degrés variables et de diverses façons, mais au moins avec des aperçus de cette réalisation, au moins avec des expériences concrètes avec elle. Cela ne signifie pas nécessairement que tout à coup vous allez tout savoir, ce qui n’est d’ailleurs pas l’illumination. Mais vous allez avoir ces percées et ces aperçus qui sont si importants. Si importants, parce qu’une fois que vous les avez, vous savez que c’est possible. Vous savez que c’est réel. Une fois que vous avez fait cette véritable percée dans la conscience, alors vous savez que vous pouvez la faire encore et encore et encore. Alors, vous commencez à réaliser que vous pouvez avoir cet état de pleine conscience et que vous pouvez également être dans l’état de l’humain limité. Les deux peuvent coexister. Vous pouvez toujours faire l’expérience de la vie humaine de la façon dont vous avez toujours voulu la vivre et vous pouvez être très conscients et réalisés et divins, tout ensemble – ensemble et séparément – mais vous pouvez marcher sur cette planète tels un maître, et vous pouvez goûter les joies de cette planète tels un humain.

C’est l’année de la réalisation pour chacun et chacune d’entre vous. Il ne s’agit pas nécessairement de cette année civile, mais c’est maintenant le temps pour cette réalisation. Vous avez payé toutes vos cotisations (tout ce que vous deviez). Vous avez suivi toutes vos classes. Vous avez souffert toutes les souffrances, et maintenant il est temps (le temps est arrivé).

Quelque chose a changé en vous, et dans la planète. Quelque chose continue de changer, avec cette chose que nous appelons la Nouvelle Terre; la réalisation que la Nouvelle Terre peut émerger ici sur cette Terre. Peut-être que la vieille Terre ne le reconnaît même pas ou ne sait pas ce que c’est. Mais vous si, et c’est ce qui est important.

C’est l’année de la réalisation d’une manière que peut-être vous n’aviez pas prévue, et cette réalisation pourrait venir à vous au moment où vous vous y attendrez le moins. Elle pourrait venir lorsque vous serez assis ici à un Shoud. Elle pourrait venir quand vous marcherez dans un parc. Elle pourrait venir au beau milieu d’une tourmente. Mais vous commencerez à avoir ces percées. Vous commencerez à comprendre ce qu’est la conscience.

J’utilise beaucoup le terme de conscience. C’est une présence consciente. C’est là où vous placez votre réalisation. C’est là où vous placez votre vigilance. C’est là où vous placez votre Soi.

C’est un mot intéressant. Il a été utilisé pendant des siècles, et beaucoup de gens ne le comprennent toujours pas vraiment, parce que finalement, la conscience est une expérience, et c’est ce que vous allez avoir cette année – la réalisation, une expérience avec elle, au-delà des mots.

Ce sera quelque chose de très personnel et d’intime. Ce ne sera pas Dieu et les anges qui descendront sur Terre. Ce sera entre vous et vous. Et dans cette expérience, dans cette percée, vous allez réaliser des choses sur vous-mêmes qui sont si expansives … beau n’est même pas le terme qui se rapproche de cette réalité. Elle est si glorieuse. Ensuite, vous réaliserez qu’elle a toujours été là. Toujours.

C’est un sentiment très étrange. Je le sais de mes expériences personnelles et pour avoir travaillé avec les autres maîtres ascensionnés. C’est une expérience très étrange, parce que durant cet instant de réalisation, c’est comme si vous disiez, « Je sais que ça a toujours été là. Même si je ne m’en rendais pas compte, je sais que ça a toujours été là ». C’est comme quelque chose qui était dans l’ombre, toujours présent, avec vous, mais qui est tout à coup illuminé, et c’est vous. C’est le vrai vous. C’est le vous extraordinaire.

C’est une expérience très étrange – « Eh bien, si j’avais su que c’était là – que c’était si proche de moi – si j’avais su que c’était là, mais pourquoi ne m’en suis-je pas rendu compte avant? Qu’est ce qui m’en a empêché? Pourquoi ne l’ai-je simplement pas permis ? »

Il y a de nombreuses raisons à cela. On pourrait dire que le Soi Libre, le Soi réalisé, que vous avez probablement appelé du futur, mais ce n’est vraiment pas le cas, ce Soi réalisé vous a permis, à vous l’humain, de passer par vos expériences, qui sont ses expériences. Pas pour l’amour des leçons ou de l’évolution, mais juste pour le plaisir de l’expérience. Ça lui permettait de vivre une expérience profonde en tant qu’être humain. Et, par conséquent, il y a eu cette sorte de séparation artificielle entre l’humain et le divin.

Et pouvez-vous imaginer le divin, lui aussi dans ce moment de réalisation cosmique de lui-même, le divin qui disait aussi, « je ne réalisais pas tout à fait ce que je vivais en tant qu’humain. C’était là. Les expériences ont toujours été là, mais je ne m’en rendais pas vraiment compte. »

C’est donc cette belle réalisation par toutes les parties du Soi, et vous vivrez cette expérience sous différentes formes. Je vous le dis tout de suite. Vous vivrez cette expérience, parce que vous êtes prêts. Vous êtes tout à fait prêts.

Et je parle à tout le monde, ceux présents ici, dans cette pièce, mais aussi ceux qui nous regardent en ligne. Et cette expérience, cette percée ou ces percées de conscience sont également très difficiles, parce que vous allez ressentir comme si vous étiez retenus en arrière dans une réalité limitée. Vous allez vous ressentir comme si vous étiez retenus dans la conscience de masse, et vous le serez à bien des égards. Vous allez essayer de vous accrocher à cette expérience et de la répliquer, de la reproduire encore. Mais vous ne pouvez pas la provoquer. Elle se produit, c’est tout.

Cela va vous mener à un certain degré de dépression, d’anxiété (Linda lui tend son café), de café (rires), et c’est à ce moment que vous allez en rire. Ça va être très difficile d’en rire, mais c’est à ce moment que vous rirez (que vous devrez en rire). Vous voudrez revivre cette expérience à nouveau. Une fois que vous avez goûté à cette liberté, rien d’autre ne peut vous suffire. Une fois que vous avez goûté à cette partie de votre Soi, qu’on pourrait peut-être appeler l’amour du Soi, il est très difficile de revenir en arrière dans une conscience humaine limitée, et il va y avoir des dépressions, de la colère, à trop tenter de recréer l’expérience.

Admettons que vous vivez cette expérience pendant que vous êtes à la pêche. C’est une belle journée d’été et vous êtes allé pêcher, comme les maîtres aiment le faire, et vous vivez cette expérience et c’est une chose sur laquelle il est difficile de mettre des mots. Et vous revenez alors sur le rivage, vous rentrez chez vous, vous retournez à votre vie et vous vous sentez tout déprimé, parce que soudain vous avez l’impression que tout est contracté ou se rétrécie à nouveau.

Alors, que faites-vous? Eh bien, vous retournez le lendemain sur votre bateau et ramez là-bas, à l’endroit où vous étiez la veille, et vous recommencez à pêcher. C’est genre, « Merde! Où est ma réalisation? » En pensant presque que c’était le bateau ou le poisson ou la canne à pêche ou n’importe quoi d’autre (qui vous l’avait provoquée). Mais vous ne pouvez pas recréer l’expérience de cette façon.

Ce que vous pouvez faire, c’est vous rendre compte, une fois que la percée s’est produite – je veux dire, la vraie réalisation; parce que je sais que vous avez tous vécu cette réalisation à différents degrés, mais la vraie réalisation transcendera tout ce que vous avez expérimenté auparavant – une fois que vous vivez cette expérience, il y a cette connaissance intérieure qui se dépose là. C’est vrai. Ce ne sont plus de simples discours. Il ne s’agit plus de simplement nous réunir comme cela une fois par mois. C’est tellement vrai, et c’est à ce moment que vous prendrez plusieurs bonnes respirations profondes et que vous permettrez, tout simplement. Ça enclenchera une boucle de répétition, pour ainsi dire.

Je simplifie à l’extrême, mais vous avez cette réalisation, cette percée, cette extraordinaire prise de conscience que- «Oh! Cette partie de moi a toujours été là », l’amour et la compassion et la grâce – vous avez cette prise de conscience et vous retournez à votre vie humaine. Vous pourriez dire que cette prise de conscience amorce en quelque sorte le processus d’une intéressante spirale – je simplifie à l’extrême – mais cette spirale est intéressante parce qu’elle monte vers votre divinité puis redescend vers vous. Vous avez alors ces belles énergies qui vont et viennent dans cette spirale, et qui se rejoignent à nouveau et encore et encore et encore. Et puis à un moment donné, elles vont simplement rester connectées (fusionner). Elles vont demeurer dans la conscience l’une de l’autre.

C’est à ce moment-là que vous afficherez ce grand sourire sur votre visage, une sorte de sourire béat. Vous savez, les Maîtres ont toujours des sourires un peu bêtes, n’est-ce pas, parce qu’ils peuvent se le permettre. Juste … (Adamus montre à quoi ressemble le sourire; quelques rires) Un sourire bête. Vous aurez ce grand sourire niais sur votre visage et vous saurez que vous êtes réalisés, que vous êtes le Je Suis, et que vous pouvez encore jouer à l’humain. Et c’est ce qui est génial là-dedans.

Vous rendez-vous compte que les autres Maîtres n’ont jamais eu la chance de rester sur Terre et de continuer à jouer aux humains ? Vous, vous pourrez jouer à être limité et savoir que vous ne l’êtes vraiment pas. Vous pourrez jouer au « pauvre de moi » et savoir que vous ne l’êtes pas du tout. Vous pourrez jouer à être un créateur absolument fabuleux, un être humain, et vous l’êtes déjà, mais vous êtes aussi divins. Vous pourrez jouer à tout ce que vous voulez.

C’est pourquoi j’attends que mon livre Acte de conscience soit publié; J’attends qu’il soit publié, parce que vous allez vraiment comprendre alors. C’est simplement un acte/jeu de conscience. Un acte/jeu (une comédie). Pouvez-vous imaginer jouer tous les personnages que vous voulez sans vous inquiéter d’y rester coincés? Sans penser que vous jouez la comédie, mais juste que vous êtes simplement en train de jouer avec la conscience. Peut-être que ce sera le sous-titre de mon livre, à paraître, « Jouer avec la Conscience. » Ah! C’est extraordinaire. Incroyable.

LINDA: Voici un mouchoir en cas de souci. (quelques rires)

ADAMUS: (faisant semblant de pleurer) C’est aussi un mouchoir pour que je puisse écrire un mot à Cauldre et lui dire de terminer la couverture du livre.

Alors, chers Shaumbra, prenons une profonde respiration.

Oui, j’en suis venu à vous aimer tendrement, et cette année est l’année où nous allons commencer à nous réaliser. C’est soit ça, soit, je vais vous le dire tout de go, si nous ne commençons pas à nous réaliser maintenant, soit vous allez finir pas être frustrés et dégoûtés de moi ou de vous-même. Soit vous allez partir parce que vous êtes tellement prêts, que vous ne voudrez plus rien qui vous retienne en arrière. Soit c’est vous qui allez partir soit c’est moi. C’est une promesse. (quelqu’un dit «Non») Ouais. Ouais. En fait, si, et en fait c’est une bonne nouvelle. Parce que si vous n’en venez pas à la réalisation consciente, disons, cette année, disons d’ici les douze prochains – … d’ici la Saint-Valentin de l’année prochaine. Ça fait un peu plus d’un an. Si vous n’êtes pas réalisés d’ici là, j’aurai l’impression de ne pas avoir bien fait mon boulot (rires), de ne pas vous avoir assez remués, divertis, ou quoi que ce soit d’autre. J’aurai l’impression de ne pas avoir fait mon travail. J’aurai l’impression de ne pas vous avoir montré qui vous êtes vraiment. Donc, je partirai s’il n’y a pas de réalisations.

Bon, ça ne veut pas obligatoirement dire que vous devez tous vous réaliser, seulement cinq. Juste cinq. Alors s’il vous plaît. S’il vous plaît, cinq. Allez de l’avant ! Allons! Faisons une campagne, du genre «Pour garder Adamus dans le conseil d’administration » nous avons besoin de cinq personnes! (pause) C’est drôle, c’est dans mon livre. (quelques gloussements)

Alors je pense que c’est un bon engagement à prendre dès maintenant les uns à l’égard des autres – d’ici février de l’année prochaine. Nous nous rappellerons cette date. Soit vous serez partis soit ce sera moi, ou soit nous aurons accédé à la réalisation.

LINDA: Partir, à quoi ça ressemble?

ADAMUS: Euh, c’est comme ça. Attendez une seconde. Voulez-vous éteindre les lumières et couper l’Internet. (la salle s’assombrit, quelques rires)

(pause) Voilà, c’est suffisant?

LINDA: ok.

ADAMUS: (riant) Alors, et bon je ne suis pas un homme ou un Maître qui parie sur quoi que ce soit, sauf si je sais que je vais gagner. (quelques rires) Ne pariez jamais sauf si vous savez que vous allez gagner. Ce qui devrait vous mettre la puce à l’oreille quant à ce que je sais à propos de l’avenir. Je ne suis pas médium. Je ne prédis rien. Je suis déjà là. Ouais. Nous sommes le 14 Février 2016. Tssssss! Adamus a fait du bon travail! (le public applaudit et Adamus rit, puis il envoie un baiser à Linda)

Alors, continuons.

C’est le … Au passage, c’est tellement beau. Je veux que vous commenciez tous à faire cela. Vous pensez à l’avenir comme à quelque chose qui n’est pas encore arrivé. C’est nul. C’est déjà arrivé. Vraiment. Comment voulez-vous organiser les éléments? Il y a les éléments de la vie, les petits éléments de l’énergie et les variables, les choses, les actions et les réactions, et les conséquences. Mais ce sont comme les pièces d’un jeu de société. Vous pouvez les organiser comme vous le voulez. Vous n’êtes pas obligés de les organiser de manière linéaire, d’aujourd’hui à demain, à la semaine prochaine, et au mois prochain. Non! Mélangez-les. Amenez le futur ici, immédiatement. C’est tout à fait possible. C’est tellement amusant quand vous savez jouer de cette façon.

L’Année de la Conscience

C’est l’année de la Conscience, ainsi que j’en ai parlé dans ProGnost. Eh, en réalité chaque année est l’année de la conscience, mais ça fait bien. C’est un beau titre. C’est l’année de la conscience, mais c’était déjà le cas l’an dernier. Mais cette année, c’est vraiment l’année de la Conscience. (rires) Eh bien, en fait ça l’est, parce que l’année dernière a été l’année de la conscience et donc il y a eu un afflux de conscience. Alors cette année est vraiment … c’est l’année de la Super Conscience. (rires et quelqu’un dit « de la Conscience Quantique ») Quantique! Une conscience quantique – quantique et super explosive.

Et ça l’est. Pourquoi? Pourquoi? Parce que (a) Je l’ai décidé ainsi, et parce que vous l’avez décidez ainsi, et – vous savez, c’est une belle chose à comprendre – partout où vous mettez votre conscience, vous créez la réalité. Là où rien n’existait auparavant, tout à coup, une réalité apparaît parce que la conscience est là.

Alors si quelqu’un dit: «Oui, c’est l’année de la Conscience, » ainsi soit-il ! Vous voyez, c’est aussi simple que cela. C’est aussi simple que cela. Si vous dites: «C’est l’année de ma prise de conscience / réalisation », alors ça le sera ! La réalité, c’est là où vous mettez votre conscience, votre vigilance.

Soudain, si je dis, alors que je vous parle ici : «Oui, je partirai si vous ne vous réalisez pas, ou alors, c’est vous qui partirez et je n’aurai plus personne à qui parler », vous voyez, ce que je fais, c’est que je place ma conscience là (sur ce que je viens d’exprimer). Il y avait un vide, en quelque sorte, et nous l’avons simplement comblé. Et à présent, nous plongeons simplement dans cette réalité et la goûtons. J’adore.

Alors, quand je dis que c’est l’année de la conscience, eh bien, peut-être que ça ne l’était pas il y a dix minutes, mais ça va l’être à présent, parce que la conscience est là. Vous pouvez prendre le vide absolu – le rien, l’espace du rien, ou même aucun espace du tout – vous y placez la conscience, et il devient vivant (et la vie vient à lui).

Comment pensez-vous que la Terre a été créée? Pensez-vous que des petits papillons sont arrivés, en provenance des familles angéliques et qu’ils ont répandu un peu de leur poussière de papillon? Eh bien oui, en quelque sorte. C’est un peu ça. (rires) Ils ont reçu l’aide des licornes, bien sûr, et … (plus de rires) Mais non! Ce qui est arrivé c’est…, un truc du genre, « Wow. Nous avons besoin d’un endroit. Un endroit qui soit réellement différent des autres endroits où nous avons déjà vécu. Nous avons besoin d’un endroit où nous pourrons vraiment jouer / faire les imbéciles de façon bizarre, étrange, foireuse (tordue). Alors plaçons tous notre conscience sur cet étrange endroit. » Il n’y avait pas d’endroit bizarre avant cela, et soudain il est apparu. C’est ce qu’on a appelé la Terre et l’univers. Et soudain, c’est arrivé.

Ça n’a demandé aucune énergie. Ça n’a demandé aucune énergie. Ça n’a demandé aucun pouvoir. Ça n’a demandé aucune légion d’anges. Ça n’a pas demandé qu’il y ait un Dieu. Nah. Non, il a simplement fallu qu’une ou deux personnes parmi nous, arrive et disent: «Vous savez quoi, commençons notre voyage de découverte. Mettons simplement notre conscience sur cette Planète Bizarre, et puis laissons faire ».

Et c’est incroyable. La conscience – Biiiim! –soudainement, elle a créé un univers, juste comme ça. Snap! Ça s’est fait en sept jours – en fait six jours, et je me suis mis en congé le septième. (beaucoup de rires) Ahhh!

LINDA: Ah! Ha, ha, ha!

ADAMUS: Ah! Ha, ha!

LINDA: Ah! Ha, ha!

ADAMUS: Et devinez quoi? C’est ce que vous avez fait aussi ! Vous aussi! Nous nous sommes dit, « Ah, Reposons-nous ce jour-là. » Ouais. (Adamus glousse) J’essaie juste de voir qui est éveillé et qui ne l’est pas.

Nous avons donc placé notre conscience et ensuite, nous avons fait marche arrière, et c’est en partie pour cela que vous les humains, vous avez des problèmes. Alors vous avez mis votre conscience quelque part, sans énergie, sans aucun pouvoir. C’était juste une question de prise de conscience. C’est tout. Juste un « Oh oui. Une planète bizarre. » La vigilance, la conscience fut placée là (à ce point, cet endroit), et alors elle a commencé à s’épanouir. C’est à ce moment là que vous êtes revenus en arrière. Un bon créateur crée et puis – pfffff! – libère sa création. Pourquoi? Parce qu’ensuite, elle continue à se développer. Elle continue d’être l’expression ultime de son créateur, mais d’une manière que le créateur n’aurait pas pu imaginer de lui-même.

Vous créez quelque chose. C’est beau. Ouais, je veux dire, le fait de créer est beau. Vous créez quelque chose comme une Planète Bizarre, et puis vous revenez en arrière et vous admirez comment vos propres énergies créatrices continuent de se développer, continuent de s’exprimer, face à vous, le créateur, et de façons illimitées, d’une manière que peut-être vous n’auriez jamais pu imaginer.

L’imagination et la créativité – ce sont en quelque sorte les deux facettes d’une même pièce – sont telles qu’elles continuent de s’expandre. Ouais! La créativité ne procède pas d’une forme unique. Ce n’est pas comme quand vous créez un tableau, et voilà. On l’accroche au mur. Je veux dire, on pourrait le croire. Mais non, la créativité continue de se développer de manière multidimensionnelle. C’est pourquoi certains grands Maîtres pouvaient effectivement représenter des gens dans leurs tableaux, et les piéger dans leur peinture, piéger leur – hé, pas leur âme, mais ce qu’ils pensaient être leur âme – leur composition énergétique. Et cette peinture, elle continuait à s’expandre et à développer son expression. Je ne veux pas aborder le sujet maintenant, mais l’une des plus grandes magies noires du monde a été réalisée via la peinture et aussi un peu via la musique. Oh! C’est si facile. Si facile. Certaines personnes pensent qu’elles doivent, vous savez, faire ces gestes de malédiction (rires car Adamus lève ses majeurs à nouveau) ou des choses comme ça pour essayer d’infliger … Je vais le refaire à nouveau pour la caméra. (Il montre à nouveau ses majeurs) Merci. Ouais. C’est votre Maître Ascensionné qui lève son pouce ! (plus de rires)

Bon, on va manger un morceau (du sandwich) maintenant. Elle m’a apporté ce … avez-vous fait/mis quelque chose avec le sandwich au thon, Sandra? (en référence aux malédictions dont il parle ?)

SANDRA: Non, vous pouvez le manger en toute sécurité.

ADAMUS: Oh, alors je peux le manger en toute tranquillité. (quelques rires; Linda suffoque en voyant qu’il prend une grosse bouchée) Mmmm. Mmmm. Quelqu’un en veut un morceau ? (quelqu’un dit «Oui») Faites passer, mais je vais me garder ça pour moi. (il donne le plateau à quelqu’un dans le public) Mmm! Ceux d’entre vous qui regardent, veuillez patienter pendant que je mange. Mm. Mm mm? (offrant une part à Linda)

LINDA: Non merci! Je vous aime bien, mais non.

ADAMUS: Mmm. Mmm. Mmmm. Bon, où en étions-nous? A la magie noire via la peinture. Maintenant, ne courez pas chez vous ce soir pour commencer à peindre votre belle-mère, vos ex-épouses. (rires) Je vous connais, Shaumbra. Je vous aime, mais je vous connais. (Adamus glousse)

Donc, le fait est que quel que soit le domaine, un créateur – ce qu’au passage, vous êtes. Vous vous en rappelez? Nous sommes des créateurs. Eh, vous l’aviez oublié. Mais un créateur crée toujours quelque chose, quoi que ce soit, peu importe ce que c’est, et il en est remercié et il aime … c’est bien d’admirer vos propres créations. Alors arrêtez de jouer humble. Lorsque vous créez quelque chose qui est vraiment bien, dites: «Merde c’est vrai que c’est super bien! » Pensez à moi. «Putain c’est bien! » (Quelques rires) Puis écartez-vous (prenez de la distance, laissez faire). Cette création continuera à se développer et à créer sur les plans multidimensionnels et tout le toutim. Mais elle ne s’arrêtera pas parce que c’est votre petite création. C’est votre création. (Edith fait tomber quelque chose sur ses genoux) Regardez ça. Ce thon saute hors du sandwich pour atterrir sur vos genoux. (quelques rires)

La création veut continuer à transmettre en retour à son créateur – c’est-à-dire vous – sa joie, son caractère illimité. Elle veut continuer d’exprimer en retour sa grâce et sa plénitude. Donc, elle continuera de croître ou de se développer, quelle que soit la façon dont vous qualifierez cela. C’est ce qui est génial avec la création. Il y a beaucoup de choses qui se passent lorsque vous vous arrêtez un instant et ressentez cela. Tout ce que vous faites, c’est littéralement de créer, que ce soit sous hypnose, c’est à dire pour le dire autrement, sous l’ancienne programmation. C’est toujours une création, et elle continuera toujours à vous retransmettre quelque chose en retour, elle continuera à croître.

Mais à présent, mettons de la conscience dans ce processus, ce qui n’est généralement pas le cas.

Donc, tout à coup vous devenez un créateur conscient. Qu’est-ce que cela veut dire? Cela signifie que vous ne passez plus votre journée à vous coltiner des obstacles jusqu’au soir. Parce qu’à présent nous inversons la chose de toute façon, la fin de la journée arrivera avant son commencement. Donc, au lieu de simplement vous confronter à des obstacles durant toute la journée, à travers ce mouvement qui essaye de vous amener à la fin de la journée, tout à coup vous devenez conscient. Vous devenez conscient que vous êtes au cœur de la journée. Je veux dire, ça semble simple, mais la plupart des gens ne le réalisent pas – « Aujourd’hui est un jour en train de se vivre. » Dans Quantum Allowing j’ai demandé à tout le monde de commencer sa journée, avant même de sortir du lit, avec un « J’existe. » C’est l’une des plus grandes choses que vous puissiez faire pour vous. «J’existe», avant même que vos pieds ne touchent le sol. C’est bien, non? – « J’existe. » Vous entrez dans cette connaissance et cette clarté. « Ah! Ouh là là! Je suis un créateur. Je suis ici. »

C’est très simple, non? (quelqu’un dit «Oui») Ouais. Mais je sais que vous le ferez une fois et puis vous oublierez. (quelqu’un dit «Ouais») Ouais. (Adamus glousse) Ouais ! Et pourquoi donc? Eh bien, il faudrait tout un autre Shoud (pour l’expliquer), mais je me le demande parfois. C’est si facile. Savez-vous combien de temps et d’énergie et de conscience vous mettez sur vos problèmes ? Sur, disons, une moyenne de 16 heures de veille chaque jour, combien de temps pensez-vous que vous consacrez à vos problèmes, en termes de conscience et d’énergie ?

SART: Seize.

ADAMUS: (rires) Sart, 16. Eh, sois plus sympa avec toi-même. Quinze et demie ! (rires) Non, en fait je dirais qu’en réalité, les humains passent environ 60, 70% de leur temps à mettre toute leur énergie sur leurs problèmes.

Alors, pourquoi est-ce que je dis de commencer la journée avec un simple «j’existe» – pas un j’existe (dit d’un ton maussade), mais un «j’existe! » – Et ressentez-la, cette réalisation que vous existez! Je veux dire, c’est une bonne nouvelle, n’est ce pas? (pas de réponse) Oh. (quelqu’un dit «Oui») Peut-être que le 14 Février de l’année prochaine n’est pas une si bonne … (Adamus rit)

Alors, pourquoi est-ce si difficile de commencer votre journée avec un simple «j’existe» et de le ressentir. Ça changerait complètement votre perspective. Au lieu de passer 70% de votre temps sur vos problèmes – 70% de votre temps et de votre conscience – ça commencera à descendre à 50, 40, 30, 20. Vous stationnerez à environ 15 ou 20 % du temps à toujours aller dans vos problèmes. Non pas que vous ne puissiez pas vous en débarrasser; mais vous ne voulez pas vous en débarrasser. Non, parce que, vous savez, vous descendez à ce faible pourcentage – 15 % de votre temps, de votre énergie, de votre conscience mis sur vos problèmes, et c’est vraiment une sorte de plaisir. Ça l’est. C’est comme … Mais vous n’allez pas vous accrocher à cela. C’est un peu comme un temps d’auto-flagellation que vous vous infligez chaque jour. (quelques rires) C’est une petite flagellation. C’est comme (il mime en train de se fouetter)… mais c’est une sorte de plaisir. Parce que comme ça, vous pouvez toujours comprendre les autres personnes (en vous identifiant à elles, en vous sentant relié à elles, vous êtes sur la même longueur d’onde) et ensuite vous pouvez vous dire que vous êtes bon parce que vous pouvez en sortir. Alors, vous vous y accrocherez à environ 15 pour cent. Non, c’est bien. C’est amusant. Et c’est un tel changement par rapport à 70 pour cent du temps, de votre énergie et de votre conscience consacrés à vos problèmes.

Avez-vous jamais … (Adamus glousse légèrement) Ne vous êtes-vous jamais arrêté un instant … je dois répondre à ma propre question avant de continuer – Non! (rires) Ne vous êtes-vous jamais arrêté un instant pour vous dire à vous-même, «Tu sais, ces problèmes, ils ne cessent de se produire encore et encore. » Duh. Ce sont les mêmes problèmes, en fait. Les mêmes problèmes. Pendant combien de vies allez-vous vous coltiner les mêmes problèmes puants ? Etre la même personne. Avec les mêmes … vous savez, je veux dire, nous pouvons parler ouvertement. N’est-ce pas ? (certains disent «ok»)

LINDA: Peut-être.

ADAMUS: Ce côté de la salle est d’accord. (rires) Mais disons que nous parlons d’autres personnes. Pas de vous, bien sûr. Mais croyez-vous que ces personnes ne s’arrêtent jamais en se disant, « Mais pourquoi ces problèmes ne cessent-ils jamais ?! Ces problèmes continuent de se présenter à moi sans arrêt ». Les gens que je connais, que je regarde dans le – je ne fixe personne – ils ont été mariés cinq, six fois. (Adamus prend un visage sceptique; certains rient) Et vous vous plaignez de votre situation ??! Je veux dire, je peux comprendre que vous l’ayez fait juste parce que vous aimez l’expérience. Mais pourquoi se plaindre à ce sujet alors ?! Et le problème c’est qu’ensuite, je les entends parler dans leur mental, et ils ne se rappellent même plus du nom de leurs ex. (plus de rires) Je veux dire, si je les force vraiment, ils peuvent y arriver, mais pour eux, c’est juste une occasion de se plaindre. C’était juste une super mauvaise relation, et certains d’entre eux ne le réalisent même pas. Ils se réveillent le matin et disent, « C’est qui elle? Oh, c’est ma quatrième. Ah ok. « (Plus de rires)

La quantité de temps et d’énergie … salut très chère. (à Linda; quelques rires) La quantité de temps et d’énergie consacrée à vos problèmes, et vous pouvez changer ça comme ça – snap! – Comme ça, avec de la conscience. Avec de la conscience.

Alors, je veux que vous vous regardiez maintenant dans les yeux. Combien de … Pouvez-vous seulement me promettre un « j’existe » comme première chose que vous ferez le matin avant de sortir du lit? (l’assistance dit «Oui») Vous dites cela, mais pouvez-vous seulement vous le promettre à vous-même, le J’Existe, avant de sortir du lit? Ce n’est pas une formule magique. C’est une réalisation. C’est la conscience. J’existe. Boom! C’est la conscience de base. Ça l’emporte sur tout le reste. Si vous pouviez vous réveiller le matin, consciemment, plutôt que de la façon dont vous le faites d’habitude, cela changerait radicalement votre journée.

Vous n’avez rien à faire d’autre à côté de cela. Vous n’avez pas à le dire pendant vingt minutes. Vous n’avez rien d’autre à faire. Juste à vous réveiller le matin et ressentir – «J’existe» – et puis vous vous levez et vous vaquez à votre journée, mais alors observez comment votre journée va s’aligner / se dérouler de manière très, très différente. Vous allez vous aligner (avec les énergies) de manière différente.

L’Année de la Conscience, c’est l’Année de la Vigilance, la vigilance quant à votre journée, la vigilance quant à votre Conscience. La Conscience n’est pas un pouvoir, ni une énergie; c’est tout simplement une vigilance. Et c’est intéressant, parce que certains diront que, « Eh bien, les humains doivent être vigilants / conscients. Ils doivent être capables de conduire leur voiture et d’écrire leur nom et de se souvenir de leur numéro de sécurité sociale. « Eh bien, ce n’est pas cela, la conscience. Ça, c’est seulement de la mémorisation. Il y a peu ou pas de conscience là-dedans. Ils n’écrivent pas leur nom en conscience. Ils écrivent seulement leur nom. C’est comme duhhh! C’est juste, vous savez, quelque chose de répétitif. Ils le font encore et encore.

C’est l’Année de la Conscience pour vous. C’est une année de vigilance. C’est si simple. Vous n’avez pas vraiment à y travailler en fait. Vous avez juste à être conscient de cela. Et cela change tout.

Cela changera la planète – absolument, cela changera la planète. Comme la conscience déferlera de plus en plus, ainsi que nous en avons parlé lors du ProGnost, il va y en avoir certains qui se battront contre cela, absolument. Ils ne veulent pas de cela. Ils ne veulent pas vraiment de la conscience. Pour quoi faire ? Pourquoi quelqu’un ne voudrait-il pas de la conscience? (le public donne des réponses différentes) Le pouvoir, le changement, la peur. La peur … avec la conscience vient, eh bien, la conscience. Vient la réalisation, vient la connaissance intérieure. Et peut-être y en a-t-il beaucoup qui ne veulent pas de cela, qui en ont peur. « Que se passera-t-il si je dois me regarder en face et que je n’aime pas ce que je vois? »

J’ai une question intéressante – et Linda, je pense qu’il est temps de prendre le micro maintenant – une question intéressante pour vous. Sur une échelle de un à cent – 100 étant le chiffre le plus élevé, bien sûr, et 1 étant le plus bas – à quel niveau se situe la conscience humaine sur une échelle de 1 à 100 ? Je suis juste curieux de voir. Il ne s’agit pas de votre conscience, mais de la conscience de la planète.

LINDA: la conscience de la planète.

ADAMUS: Un à 100.

LINDA: Bon, je vais aller voir un expert.

ADAMUS: Où en est la conscience? Ah! Un à cent. A quel niveau la fixeriez-vous ?

PATRICIA: Vingt-cinq.

ADAMUS: J’ai mon propre chiffre (ma propre idée sur la question) et … d’accord.

PATRICIA: Je ne sais pas pourquoi. C’est juste ce qui m’est venu.

ADAMUS: Très bien. Excellent. A quel niveau en est la conscience? De un à 100. Maintenant, rendez-vous compte que les humains ont été sur cette planète pendant des millions et des millions d’années …

SHAUMBRA 2 (femme): Dix.

ADAMUS: Dix. Bien. Nous allons descendre rapidement. (rires)

PETE: Deux.

ADAMUS: Deux! Bon Dieu, Pete! Pour l’amour de Pete! (rires)

LINDA: Ah, ha, ha, ha! L’amour de Pete! Ha, ha, ha!

ADAMUS: Oh Pete!

LINDA: C’est tellement drôle!

ADAMUS: D’accord. 2, 10, 25. Est-ce que j’entends…

SHAUMBRA 3 (femme): Cinq.

LINDA: Oh, elle a dit cinq.

ADAMUS: Cinq. (Adamus soupire) Wow … Je m’en vais l’année prochaine! (Adamus glousse)

SHAUMBRA 4 (homme): Dix-huit.

ADAMUS: Dix-huit. D’accord, nous avons l’espoir de revenir alors. Oui, nous avons l’espoir de revenir…

TAD: Trente.

ADAMUS: Trente. Un éternel optimiste ici. (Adamus glousse) Bon.

Mary Sue: Je vais aller jusqu’à 35.

ADAMUS: Trente-cinq. Ouh La La! Hou La La! Ai-je entendu 40? (rires)

LINDA: Ok, attendez. Ici. Il y a des sandwiches au thon pour vous.

SHAUMBRA 1: Quarante.

ADAMUS: Quarante.

SHAUMBRA 6: C’est ce que je pensais au début.

ADAMUS: Quarante. Bien.

SHAUMBRA 1: Ouais.

ADAMUS: Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Il y a ma réponse cependant. (quelques rires)

LINDA: Merci. Quelqu’un d’autre veut partager son avis?

ADAMUS: Une ou deux personnes de plus. Alors, nous sommes en quelque sorte entre deux et 40.

SHAUMBRA 5 (femme): Cent, parce que nous sommes déjà là maintenant.

ADAMUS: Oui. Eh bien, je parle des humains à l’extérieur. Pas de … (quelqu’un dit «l’univers entier»)

ADAMUS: Vous pensez qu’ils sont à 100? Je m’en vais.

SHAUMBRA 5: Parce que …

ADAMUS: Et je ne vais pas attendre jusqu’à l’année prochaine.

SHAUMBRA 6: … nous sommes ici aujourd’hui.

ADAMUS: Je m’en vais immédiatement. (Adamus glousse)

SHAUMBRA 5: Nous arrivons à la fin à présent.

ADAMUS: Oui.

PETE: Trois.

ADAMUS: Oh Pete! Gosh! (rires) Vous avez augmenté votre chiffre de 50 pour cent en seulement deux minutes. Incroyable.

SCOTT: 22,33.

ADAMUS: 22,33. Bien. C’est bien. Vous pouvez, vous savez, vous expliquer un peu plus?

SCOTT: Point, point, point.

ADAMUS: Point, point, point. Ouais. Très bien. Un de plus.

ALI: J’ai d’abord pensé à 24.

ADAMUS: Vingt-quatre. Très bien. Intéressant.

LINDA: Oh, un dernier. Un dernier.

ADAMUS: Un dernier.

SART: Juste Sart (qui est conscient). (rires) Non, je dirais environ 40.

ADAMUS: Environ 40. D’accord. Je suis surpris que personne parmi vous n’ait dit, «ça n’a aucune importance, » parce que ça n’en a aucune. Mon avis est que le niveau de conscience est en fait à 26. Vingt-six. Nous venons juste de dépasser le quart des vingt-cinq. Et il n’y a pas de chiffre officiel dans les autres dimensions, mais je prends ma propre échelle de mesure. Je regarde le vrai potentiel qu’il y a pour la conscience de vivre incarnée sur cette planète.

Avant – je dirais – avant que quelque chose de super méga quantique ne se produise, la planète va partir dans tous les sens, mais dans les conditions actuelles de la planète, on est à environ vingt-six.

Je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise nouvelle. Je crois que c’est une bonne nouvelle, parce que nous avons beaucoup de marge de croissance. (quelques rires) Je crois que c’est … si vous regardez cela avec la perspective de tous ces millions d’années, combien de temps cela va-t-il prendre pour arriver à, disons, 60, sachant qu’il a fallu des millions d’années pour arriver à 26?

LINDA: Trente-cinq ans.

ADAMUS: Trente-cinq ans de plus?

LINDA: Ouais.

ADAMUS: Pour arriver à 60?

LINDA: Mm hmm.

ADAMUS: Et sans catastrophe majeure sur la planète?

LINDA: Je n’ai pas dit cela.

ADAMUS: Ah! Ah! Bien.

Donc, je donnerai un chiffre d’environ 26, en d’autres termes, pour dire qu’il y a encore un long chemin à parcourir. Mais Linda a absolument raison. Ça ne va pas prendre des millions …

LINDA: Quoi ?! Oh mon dieu! Est-ce que c’est enregistré?! Pouvez-vous le remettre pour Geoff ?!

ADAMUS: Pour une fois … (Linda rit bruyamment) aujourd’hui, Linda a absolument raison, parce que, comme je l’ai dit à maintes reprises déjà, la conscience engendre la conscience. C’est un peu un effet boule de neige et ça commence à se produire. Donc, ça ne va pas prendre trois ou quatre millions d’années pour qu’on arrive à cinquante. ça pourrait juste être une question de dix ans ou quinze ans. Ça n’a pas d’importance, en fin de compte, mais c’est juste pour vous donner une idée de … Le niveau de conscience est en fait assez bas. Il l’est vraiment. Et il diminue. Il monte et il descend. Il y a eu des moments où on a pu être à quatorze, puis à vingt, pour redescendre à huit. En quelque sorte, la conscience va et vient. Mais en ce moment, elle a une tête pleine de vapeur (ce qui signifie qu’elle a pris beaucoup d’élan), et avec les Maîtres incarnés, et avec vous qui êtes dans un état d’humains très conscients, ça va accélérer rapidement.

A ce moment-là, il y aura des problèmes, parce que les anciens systèmes ne seront tout simplement pas en mesure de gérer la conscience. Et il ne s’agit pas nécessairement de guerres ou de choses comme ça, mais les anciens systèmes ne vont tout simplement pas être en mesure de le gérer. Donc, cela veut dire que les gens devront être très souples, très adaptatifs.

Les Maîtres Ascensionnés

Et – je vais m’en expliquer ici, tôt ou tard – quelque chose d’intéressant s’est passé récemment, avec la conscience et aussi avec votre conscience. Lors de l’événement ProGnost, j’ai parlé de cette salle des Maîtres Ascensionnés, il s’agit d’une réunion une fois par mois avec les Maîtres Ascensionnés. C’était assez significatif. Nous n’aurions pas pu faire cela avant – il y a deux ans, ou trois ans. Tout d’abord, les Maîtres Ascensionnés, qui sont actuellement des enfants, pour la plupart – de deux, trois, cinq, six, sept ans -, n’étaient pas tout à fait prêts pour cela. Et vous non plus n’étiez pas tout à fait prêts pour cela. Vous seriez entrés dans cette pièce et auriez commencé à jacasser et à déverser beaucoup de makyo. Mais à présent, nous pouvons le faire. A présent, je vois bien que quand vous entrez dans cette pièce des Maîtres Ascensionnés, à la pleine lune, vous êtes juste dans la douceur. Vous êtes juste dans cette énergie sans tout ce bavardage et tout ce makyo et tout le reste. Vous pouvez simplement être qui vous êtes dans ce lieu. C’est très beau.

C’était un élément important aussi parce que ces Maîtres Ascensionnés, ont actuellement les corps de petits enfants, et d’une certaine manière, ils ont le cœur et la conscience d’un Maître, mais encore le mental d’un enfant. Alors ils font face à beaucoup d’ajustements. Mais ils en arrivent maintenant à un point où ils peuvent venir à chacune de nos réunions. Ils ne le pouvaient pas avant. Mais quand je vous ai dit tout à l’heure, avez-vous remarqué quelque chose de différent aujourd’hui, en fait ils sont présents à nos réunions maintenant. Ils ne sont pas ici pour apprendre ou enseigner. Ils sont là pour être dans cet espace de sécurité afin de pouvoir se réaliser.

Maintenant, leur réalisation va être un peu différente de la vôtre. La vôtre, c’est de réaliser votre Je-Suis. Mais eux, ils viennent pour réaliser leur humanité, d’une manière dont ils ne l’ont jamais fait auparavant. Alors, vous pouvez imaginer la convergence d’énergies qui se produit actuellement. Ils sont ici. Ils sont ici, ils vont nous rejoindre désormais pour les Shouds, et ils continueront à venir ici. Vous – en permettant la réalisation ou la conscience de votre divinité; eux – en permettant la réalisation de leur humanité. C’est assez, assez impressionnant. Assez étonnant. Quelque chose de définitivement différent se produit ici.

Alors prenons une respiration profonde et ressentez simplement ces Maîtres ascensionnés dans de petits … il est difficile parfois d’imaginer un Grand Maitre Ascensionné en train de courir, en bavant et avec la morve au nez, ou qui a oublié de mettre son pantalon ou des choses comme ça. Ça c’est pour les plus grands. (rires)

Prenez un moment juste pour ressentir cela, et comment ils sont en train de se joindre à nous. Ils cherchent vraiment à réaliser l’humanité qu’ils n’ont jamais vraiment permise dans leurs vies antérieures.

Quelle convergence nous avons ici.

(pause)

Maintenant, encore une chose, et puis nous passerons à notre merabh.

LINDA: Mmm.

ADAMUS: Mmm. Ehh, c’est tout ce que vous voulez, les merabhs.

Dieu

Une dernière chose. Je vais pousser un petit coup de gueule contre Dieu, et si vous n’aimez pas les diatribes contre Dieu, allez dormir.

LINDA: Ohh.

ADAMUS: La raison pour laquelle je le fais : c’est le temps de la conscience, et la conscience sur la planète, le chiffre vingt-six du niveau de conscience actuel, est une conséquence directe de Dieu … de Dieu. Non pas que Dieu nous l’inflige, mais Dieu… C’est le plafond de verre de la conscience. C’est le plafond de verre (les freins, les obstacles invisibles) de la capacité de l’humanité à s’expanser. Dieu. Dieu. Le concept de Dieu, la conscience de Dieu, c’est ce qui maintient les choses en quelque sorte emprisonnées.

A présent, je peux me tenir là (devant vous), vous parler de Dieu et ne pas redouter d’être frappé par la foudre, parce que ce n’est pas mon Dieu qui ferait cela. C’est le Dieu de quelqu’un d’autre, c’est leur peur. Je n’ai aucune crainte de Dieu, parce que je suis mon propre dieu, de même que vous êtes votre propre dieu.

Mais à l’heure actuelle, cette planète possède encore ce plafond de verre par rapport à Dieu. En d’autres termes, c’est ce qui maintient les choses artificiellement en l’état. C’est une très vieille croyance humaine de ce qu’est Dieu. Et une part de vos crasses résiduelles, mes amis, procède encore de ce Dieu, de ces vieilles querelles à propos de Dieu, en partie du fait de votre éducation, en partie parce que la conscience de masse le crée tout simplement.

Dieu n’est rien de plus qu’une conscience de masse. C’est aussi simple que cela. Le Dieu que les humains prétendent prier, ce Dieu n’existe pas vraiment. Ce Dieu n’est pas le créateur. Le Dieu que les humains prient, est simplement une conscience de masse.

Et c’est drôle, parce que certains des êtres les plus dogmatiques, les plus croyants que j’ai jamais rencontrés, ceux qui font vraiment du prosélytisme pour Dieu, avaient aussi les plus grands doutes. Ils vous bassinent avec la Bible, ils vous sortent / vous inondent avec les Écritures, ils n’en finissent pas de parler de Dieu et de Jésus, et ils n’ont aucune idée de ce qu’est l’un ou l’autre. En fait ce sont ceux qui doutent le plus. Mais que font-ils alors même qu’ils doutent ? Ils deviennent les plus grands défenseurs / apôtres de Dieu. Ils deviennent les plus grands défenseurs (de la cause de Dieu) et les plus grands juges des autres. Si vous regardez dans le cœur de ces super conservateurs, ces ultra-orthodoxes – vous verrez que ce sont ceux qui doutent le plus. Pourquoi? Eh bien, c’est évident. Ils parlent de Dieu. Ils prêchent Dieu. Ils jugent selon les lois de Dieu, mais ils doivent encore en faire l’expérience. Ils ont encore à le ressentir.

Est-ce que cela n’entraînerait pas un doute dans votre propre esprit, s’il en était ainsi pour vous? Si vous étiez le plus grand avocat de quelque chose, par exemple, le plus grand avocat de la tarte au citron meringuée, mais que vous ne l’aviez jamais goûtée, est-ce que cela ne causerait pas un conflit en vous, une contradiction, comme quoi il y aurait peut-être quelque chose qui ne va pas au paradis? Et c’est exactement ce que nous avons sur cette planète – avec ceux qui se cramponnent vigoureusement à un Dieu qui n’existe pas. Ils n’en ont pas la moindre idée. C’est un Dieu humain très ancien.

Je soulève cette question parce que c’est une problématique qui est encore d’actualité pour chacun de vous dans une certaine mesure. Dans une certaine mesure. Dieu est cette chose que les humains placent au-dessus et en dehors d’eux-mêmes. La puissance supérieure, l’inconnu, le mystère. Mais cela relève d’une conscience de Dieu bizarre, le fait de le prendre et de le mettre à l’extérieur de vous-même, pour en faire quelque chose qui existe quelque part ailleurs. C’est presque irrévérencieux de dire qu’il est ici.

Alors, où est la conscience? Là-bas, quelque part ailleurs. Personne ne sait. C’est un mystère. Qui est encore à découvrir… cet être supérieur. La conscience a placé Dieu à l’extérieur, et c’est pourquoi nous en sommes encore à un niveau de vingt-six. Mais ce groupe – ce groupe-ci – a la capacité de le mettre ici (à l’intérieur). La conscience de l’Esprit, de la Source, le Je Suis, J’Existe, (il faut) le mettre ici. C’est cela l’illumination incarnée. Il ne s’agit pas de la conscience d’un Dieu à l’extérieur ou d’un créateur à l’extérieur, mais ici même. Ça semble si simple. Ça l’est. C’est juste … ouais.

Vous voyez, là où il n’y avait pas de réalité (tangible), là où il n’y avait rien, où il n’y avait pas de vérité auparavant, soudain tout cela le devient, une fois que la conscience est là. Vous pouvez discuter et dire: «Eh bien, comment le sais-tu ? Comment cela peut-il se faire que tout à coup Dieu soit ici? » Simplement parce que votre conscience est ici, parce que votre conscience de Dieu est soudain intégrée, incarnée, acceptée et permise de l’intérieur. Et alors, il en est ainsi.

EDITH: C’est magnifique.

ADAMUS: Oui, c’est magnifique.

Mais j’ai dit à la fin de notre introduction qu’il y a encore un peu de crasse dans tout cela. Il y a encore un attachement à un Dieu de conscience de masse, qui n’est pas Dieu du tout. Que Dieu aide tous ceux qui croient en ce Dieu-là, parce qu’il n’y a là aucune vérité, cela n’a rien à voir avec la vérité. Si quelqu’un venait vers moi et me demandait, «Adamus Saint-Germain, qu’est-ce que Dieu? » Je lui dirais : c’est la Conscience. La Présence. Le Je Suis. Et alors tout jaillit de là – la vie, la créativité, les expériences, la joie, les luttes, tout. Mais ça commence … Dieu est juste le J’ Existe. (quelqu’un dit «enseigne ça, mon frère! ») Et il n’est pas à l’extérieur. Il est ici même. Yeah! Yeah! Je vous ai entendu mon frère! Yeah Yeah! Passez le panier ! (pour les offrandes) Vite, Linda! Vite! Vite! (rires) Nous avons un bol ici; faites le circuler ! Bien.

Donc, mes amis, tout ça pour vous dire que ce chiffre de vingt-six, ce nombre, c’est parce qu’il y a un plafond de verre au sujet de Dieu. Les gens ont peur de le briser. Ça les terrifie. Ils préfèreraient effectivement rencontrer Satan plutôt que d’essayer de briser ce plafond de verre à propos de Dieu, parce que ça ferait éclater tous les systèmes de croyance. Ça ferait voler en éclats tous leurs attachements et leurs liens à ce qu’ils pensent être la réalité, et qui n’est pas vraiment la réalité d’ailleurs. Ça changerait tout. Et ça change tout. Et vous le faites. Ce n’est pas si mal.

Merabh de nettoyage

Mais allons-y pour un petit bain (de nettoyage). Avec la belle musique de Einat et Gerhard. Et je vais vous demander de ne faire aucun effort. Permettez simplement aux énergies magiques en vous, aux énergies de votre conscience, de votre Je Suis, de nettoyer ces crasses – les crasses religieuses, les crasses du nouvel âge, les crasses spirituelles – et laissez-les simplement nettoyer tout cela. Et en faisant cela, vous allez dissoudre et faire disparaître votre propre plafond de verre au sujet de Dieu.

Voyez-vous, aussi longtemps qu’il y a ce plafond de verre à propos de Dieu, il y a une limitation de conscience. Tant qu’il y aura ce plafond artificiel sur la conscience, vous vous sentirez comprimés et retenus, vous éprouverez des douleurs physiques et votre cerveau sera embrumé.

Alors prenons une grande respiration et baissons les lumières. C’est donc une sorte de merabh de nettoyage.

Prenons une bonne respiration.

(la musique commence)

C’est comme de passer à la station de lavage pour la voiture, en quelque sorte; vous n’avez rien à faire. Vous n’êtes pas à l’extérieur en train de nettoyer votre voiture, d’enlever la crasse. Vous faites simplement entrer votre voiture (dans la machine), et vous appuyez sur ce petit bouton.

Je sais, certains d’entre vous vont dire, « Oh! Un message indiquait: « le lavage-auto est hors service aujourd’hui.» (Adamus rit). Non. Il vous suffit d’appuyer sur ce bouton, d’entrer et de laisser toutes les énergies vous servir.

Prenons une bonne respiration.

La conscience est si belle. C’est juste une présence. C’est le Je Suis. J’existe. Elle n’est accompagnée d’aucune pensée ou énergie. Elle n’en a pas besoin. C’est une sorte de rythme intérieur, d’harmonie, de flux continu – J’Existe, Je Suis – et la vie jaillit de là. La création vient de là.

Mais lorsque que cette conscience est supprimée, quand cette conscience est tout simplement ignorée, quand cette conscience est tout simplement obscurcie par la saleté de la vie, par les vieilles croyances, par les vieilles crasses, alors la vie en vient à être difficile en quelque sorte. C’est alors que les gens se mettent à répéter les mêmes schémas, les mêmes expériences, les mêmes activités avec les mêmes personnes et les mêmes résultats, vie après vie après vie.

C’est alors que, d’une certaine façon, vous devenez fou et que vous dites: «Pourquoi toutes ces choses ne cessent de m’arriver? » Eh bien, c’est assez simple. C’est juste que vous avez obscurci votre conscience.

Mais à partir du moment … à partir du moment où vous choisissez, où vous devenez conscient de la conscience, tout revient. Au moment où la conscience est posée sur la conscience – ah! – tout recommence à s’expanser à nouveau.

Il suffit donc d’entrer dans votre station de lavage cosmique ici et de laisser le nettoyage commencer.

Laissez les énergies vous servir.

(pause)

Nettoyer délicatement toutes ces vieilles crasses.

(pause)

Ce qui est vraiment agréable, c’est que vous n’avez aucun effort à faire. Vous y mettez simplement votre conscience, et tout arrive.

J’aime la présence consciente. C’est tellement simple. Ce qui me frappe toujours c’est que bizarrement, les gens ne permettent pas la conscience. En fait, ils l’évitent. Ils évitent vraiment d’être conscients. Vous pourriez discuter et dire que c’est peut-être parce que c’est trop douloureux. La lumière brille trop fort, ou quoi que ce soit. Alors ils dévient de leur route, ils quittent le chemin de la conscience.

Ils pensent (croient) que… parce qu’ils pensent (croient) qu’ils vivent / qu’ils sont vivants (alors ils sont conscients), mais il y a une énorme différence.

Vous pouvez penser à la façon dont vous allez résoudre certains problèmes au travail. Vous pouvez penser à ce que vous allez faire après le travail. Vous pouvez penser à la façon dont vous avez vécu votre vie. Mais vous savez, en réalité ce n’est pas de la conscience. C’est penser. Il n’y a pas beaucoup de vie dans le fait de penser.

Mais alors il y a la présence consciente. C’est la conscience, et à partir du moment où vous placez votre conscience quelque part, là où vous mettez votre cœur, je crois qu’on pourrait dire que, soudain cela amène la vie.

C’est si simple qu’on pourrait penser que tout le monde voudrait le faire. Si simple que vous pouvez vous demander pourquoi vous ne l’avez pas fait avant.

C’est parce que parfois, la crasse s’accumule et il est difficile de le faire, et vous finissez par passer soixante-dix pour cent de vos journées sur vos problèmes. Et j’ai oublié de le préciser, les autres trente pour cent de vos journées – temps, énergie, conscience – sont passés à créer de nouveaux problèmes.

LINDA: Oww.

ADAMUS: (rires) Oui ! Soixante-dix pour cent de la journée à résoudre de vieux problèmes, 30 pour cent – ok, 29 pour cent – à créer de nouveaux problèmes.

Cela n’est pas du tout obligé d’être ainsi. Pas du tout.

Prenez simplement une profonde respiration et soyez dans la conscience. Soyez dans la conscience de votre conscience. C’est tout. Juste un « J’Existe. »

Là où il y aura conscience, de là viendra la vie – la vraie vie, la vie créative.

(pause)

Et tandis que nous sommes dans ce merabh de nettoyage, tandis que vous êtes dans cette station de lavage de votre âme, nous avons un petit plus pour vous aujourd’hui. Vous avez aussi la possibilité, à l’instant même, de ressentir la créativité.

En même temps, certains d’entre vous pensent être créatifs, et beaucoup pensent ne pas l’être. Mais je ne parle pas de ce genre de créativité, comme d’écrire un poème. Je parle juste de faire sortir quelque chose à partir de rien. Je crois que c’est la définition de la conscience. Amener votre conscience à l’endroit où rien n’existait auparavant, et d’où alors jaillit la vie.

Il ne s’agit pas obligatoirement de ce que vous faites de vos mains ou de ce que vous faites émerger dans votre mental, mais juste d’une créativité grande ouverte. Amener la conscience dans votre vie, dans tout.

J’ai parlé auparavant de la façon dont un véritable créateur crée, remercie, est terriblement impressionné par ce qu’il est capable de faire, puis prend de la distance. Ressentez pendant un instant, à présent, votre création qui continue de s’expanser et de s’exprimer; littéralement, elle vous chante et vous retransmet toute sa joie d’être, son désir de continuer à s’exprimer et à s’expanser.

C’est merveilleux. Et vous savez, ces créations, qu’elles soient physiques ou non physiques, elles continuent simplement de traverser le temps et l’espace.

Pouvez-vous imaginer cela pendant un instant ? Quelque chose que vous créez ; supposons que vous venez de créer une chanson. Vous faites une promenade, vous venez juste de faire une petite chanson et vous la chantez pour vous-même. Eh bien, vous venez de créer quelque chose et cela ne mourra jamais. Cela ne mourra jamais, jamais, jamais. Votre mental humain peut l’oublier dix minutes plus tard, mais la chanson est maintenant littéralement en train de voyager à travers toute la création, les dimensions, s’exprimant sans cesse en une joie.

Ce qui est également beau, c’est que tout ce que vous avez déjà créé, tout ce que vous avez déjà créé, vous pouvez le ressentir à nouveau. Vous pouvez ressentir sa joie d’être. Ce n’est pas un être doté d’une âme comme vous, mais quelque chose que vous avez créé qui ne cesse de se réjouir.

Pouvez-vous l’entendre ? Pouvez-vous le ressentir ?

(pause)

Nombre de vos rêves la nuit sont des créations. Oh, ils sont toujours là. Ils sont toujours en expansion, ils existent et se réjouissent.

Souvent, vous aurez des inspirations au cours de votre journée, une pensée à propos de quelque chose ou peut-être même que vous développerez une petite invention ou, parfois, je vous vois écrire des livres. Vous écrivez des livres dans votre cœur, mais très peu d’entre vous les écrivent sur le papier. Mais réalisez-vous que ces créations sont toujours là ? Elles ne disparaissent pas. Ces livres n’ont peut-être jamais été imprimés. Ça ne fait rien. Vous les avez créés. C’est toujours là-bas et ici aussi.

Ressentez juste cette réjouissance en cet instant. Vous l’avez générée. Elle n’était pas là avant. Vous l’avez générée et maintenant elle chante pour vous en retour.

(pause)

Comment le lavage se passe t’il ? Comment ce nettoyage se passe t’il ? Assez facilement, n’est-ce pas ?

(pause)

Nous allons en arriver au cycle du rinçage final dans quelques instants, puis il y aura un bon séchage.

En cet instant, prenez juste une profonde respiration et ressentez comment les énergies vous servent, si vous leur en laissez la possibilité.

(pause)

C’est assez incroyable. Vous avez en quelque sorte été formés à l’idée que vous deviez travailler sur les énergies comme si vous faisiez travailler du bétail, que vous le faisiez travailler pour vous. Non, non, vous n’avez pas à les superviser / surveiller. Vous n’avez pas besoin de les forcer. Elles sont justes là à travailler pour vous.

Vous avez fait le choix d’être dans cet espace aujourd’hui.

Vous avez aidé à créer cet espace aujourd’hui.

Maintenant, ces énergies sont là pour vous savonner, vous frotter de haut en bas, aidant à déloger une partie de cette vieille crasse. Cette vieille crasse qui s’est accumulée, qui vous a empêchés de prendre conscience de votre propre conscience. Beaucoup de cette vieille crasse est … cette chose vraiment collante concerne Dieu.

Parfois, il y a ces vieilles voix jouant dans votre tête – celles des enseignants, des nonnes, des rabbins – mais comme je l’ai dit avant, la conscience humaine a en quelque sorte placé Dieu à l’extérieur, quelque part ailleurs. Ce n’est pas tellement une croyance, mais une conscience, et il y a une énorme différence.

La conscience humaine a mis Dieu à l’extérieur, quelque part ailleurs. Elle en a fait ce gars, ce type. Elle l’a rendu vraiment mystérieux et en même temps en a fait une sorte d’humain. Intouchable. Intouchable.

Et alors il l’est devenu. C’est là où Dieu a alors pris ses quartiers. Là où était la conscience. Là où c’était limité, et par conséquent, la création a également été limitée.

Mais mes chers amis, Dieu est en vous.

Dieu vous appartient.

L’Esprit, la Source, la Source créative, l’Eternel, le Je Suis vous appartiennent.

Maintenant, nous allons relier les points. Rappelez-vous, je vous ai dit, la conscience peut être placée sur quoi que ce soit et elle apporte la vie. Là ou il y a conscience, il y a la vie. Si vous placez votre conscience dans le fait que Dieu est en vous, alors cela le devient.

C’est pourquoi nous avons dû faire ce nettoyage aujourd’hui pour nous débarrasser quand même de l’ancien concept d’Esprit, de Dieu, du Créateur.

(pause)

Il est en vous à cet instant. C’est vous. C’est drôle, cela a toujours été le cas.

Oh, je sais que votre tête crépite un peu en ce moment, elle n’est pas tout à fait en mesure de comprendre. Mais il est en vous. Il a toujours été là, si proche … en vous.

En cet instant de conscience, nous ramenons Dieu, l’Esprit, la Source – à l’intérieur de vous.

waouh.

(pause)


Pouvez-vous ressentir nos amis Maîtres Ascensionnés, les Maîtres Incarnés ? Il y a quelque chose qui se passe ici. Il y a quelque chose qui change avec l’énergie.

Il y a quelque chose d’assez drôle qui se passe pour, oh, à peu près mille cinq cents gamins (les maitres ascensionnés actuellement dans des corps d’enfants) de deux ans, trois ans, quatre ans en ce moment. Quelque chose d’assez drôle se passe aussi pour des milliers de gamins de 40-, 50-, 60-ans qu’on appelle les Shaumbra.

La Conscience. Je Suis. J’Existe.

Nous perçons ce plafond de verre de Dieu.

Cela semble assez simple, mais c’était un truc immense à faire. C’était vraiment très grand.

Alors entrons dans le cycle de séchage maintenant. Nous avons eu un bon lavage. Entrons dans le cycle de séchage en écoutant de la musique.

Prenez une bonne respiration profonde, alors que ce séchoir vous imprègne d’un souffle chaud.

(longue pause)


Prenons ensemble une bonne respiration profonde. Ah!

Comme l’ont dit Cauldre et Linda, vous êtes vraiment bons pour créer des espaces tranquilles, sûrs ; des espaces pour vous permettre de faire l’expérience de votre propre réalisation.

Rappelez-vous que là où il y a de la conscience, il y a de la vie. Là où il y a de la conscience, il y a de la vie. Là où il y a de la conscience, il y a de la joie.

Prenez une bonne respiration profonde … une bonne respiration, mes chers amis.

A présent, je peux entendre votre conversation (celle que vous allez avoir en rentrant chez vous). Vous allez rentrer chez vous, votre jeune enfant va vous dire: « Maman, qu’est ce que tu as fait aujourd’hui ? » Vous allez dire: « Oh, j’ai ramené Dieu en moi. »

Sur ce, mes chers amis, tout est bien dans toute la création.

Merci. Merci. (applaudissements)

Source : www.crimsoncircle.com


Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de citer l'auteur, les sources, et le site: https://elishean-portesdutemps.com

Votre aide est très Importante…
Depuis plus de 10 ans, de la conception à la publication, je suis seule à travailler sur les sites du réseau Elishean, partageant tous les jours des textes afin d'ouvrir les consciences et aider à l'Ascension, promesse de l'Âge d'or. Je fais appel à vous aujourd'hui afin de me soutenir dans cette démarche en faisant un don (si minime soit-il). Le partage est un don de Soi, un don d'Amour... Recevez toute ma gratitude... Mon Amour vous accompagne...

Pour être informés des bons plans, découvrir les meilleurs articles du réseau et recevoir des conseils pour optimiser notre Ascension individuelle et collective... Recevez la Newsletter du Réseau Elishean


Copyright les Hathor © Elishean/2009-2019/ Aux Portes du Temps

Print Friendly, PDF & Email
Annonces